Les industries agro-alimentaires en 2000 - Hausse des prix des produits agro-alimentaires

De
Publié par

En 2000, la production des industries agro-alimentaires continue de croître, mais à un rythme très modéré. Le solde du commerce extérieur augmente légèrement en dépit de la forte réduction des exportations de champagne. L'année 2000 a aussi été marquée par le retour à une hausse de prix pour la plupart des produits agro-alimentaires. L'emploi dans les IAA continue de progresser.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 15
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N° 799 - JUILLET 2001
PRIX : 15 F (2,29 €)
Les industries agro-alimentaires en 2000
Hausse des prix des produits agro-alimentaires
Alain Nolin, division Agriculture, Insee
n 2000, la production des indus- C’est également le cas des produits laitiers, du
pain et de la pâtisserie, ainsi que des conser-tries agro-alimentaires continue
ves et jus de fruits. À l’inverse, l’industrie desEde croître, mais à un rythme très viandes progresse à peine. Le retournement
modéré. Le solde du commerce extérieur de tendance dans le champagne pèse lourde-
ment sur l’activité des IAA. Et, dans uneaugmente légèrement en dépit de la forte
moindre mesure, les activités sucrières, de la
réduction des exportations de champagne. bière et du tabac manufacturé freinent la crois-
L’année 2000 a aussi été marquée par le sance des branches des IAA.
Les prix à la production augmentent forte-retour à une hausse de prix pour la plupart
ment (+ 2,5 %), sensiblement plus que ceux
des produits agro-alimentaires. L’emploi de l’ensemble de l’industrie (+ 1,3 %). Cette
dans les IAA continue de progresser. poussée est due à trois groupes de produits :
les viandes, les aliments pour animaux et les
Sur longue période, l’évolution des industries produits laitiers (graphique 2). En moyenne sur
agro-alimentaires (IAA) est plus inerte que celle l’année, les prix de toutes les viandes ont aug-
des autres industries (cf. Pour comprendre ces menté. Ceux du porc n’ont pas cessé d’aug-
résultats), que ce soit à la hausse ou à la baisse. menter, comme, dans une moindre mesure,
Les produits des IAA sont principalement ceux des volailles : ces deux produits ont béné-
consommés par les ménages, directement ou ficié, en fin d’année, d’un report de consomma-
par l’intermédiaire de la restauration hors foyer, tion au détriment de la viande bovine. En
et cette consommation est pour une large part revanche, les prix de la de bœuf ont
incompressible. Ainsi, la récession de 1993 décrit une courbe en cloche, revenant presque
s’était traduite par une simple stagnation pour en fin d’année à leur niveau de décembre
les IAA. À partir de 1997, la production des 1999, en raison d’une nouvelle crise de
autres industries augmente fortement, tandis confiance liée à l’ESB.
que la croissance des IAA reste plus modeste. Le début de l’année 2001 accentue cette hausse :
En 2000, cette tendance s’est confirmée. La les prix des produits des industries agro-alimentai-
production en volume des branches des IAA res vendus sur le marché intérieur augmentent de
ralentit légèrement et ne s’accroît que de 0,6 % + 3,1 % sur les cinq premiers mois.
(tableau 1). Cette évolution contraste avec le
dynamisme du reste de l’industrie manufactu- Hausse des prix à la production
rière (graphique 1). des IAA en 2000
Les produits de la chocolaterie et de la confi-
Indice base 100 en 1995serie tirent la production des IAA vers le haut.
120
Évolution de la production en volume 115
110Base 100 en 1995
125
Autres industries 105
120
100115
110
95
IAA
105
90
100
95
Produits des industries agro-alimentaires
90 Viandes et produits à base de viande
Produits laitiers et glaces
Aliments pour animaux
Source : comptes de la Nation, base 95 Insee Source : comptes de la Nation, base 95 Insee
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
déc-99
fév-00
avril-00
juin-00
août-00
oct-00
déc-00
fév-01
avril-01
mai-01
INSEE
PREMIEREAu total, la valeur de la production des IAA de francs) notamment en direction du sement. Cette hausse des prix con-
atteint 750 milliards de francs (+ 3,2 % par Royaume-Uni a été compensée par une traste avec celle des autres industries
rapport à 1999). La viande et le lait en accélération des exportations de cognac dont les prix à la consommation bais-
représentent 312 milliards. (+ 1,5 milliard de francs) vers les sent depuis quatre ans. En 2000, les prix
Le solde des échanges extérieurs est États-Unis et l’Extrême-Orient. de la consommation des ménages aug-
largement positif : 48,2 milliards de Le solde s’améliore aussi pour les produits mentent de 1,5 %, tirés par les prix de
francs (CAF-FAB) ; il s’accroît encore de laitiers, les grains transformés et le sucre. l’énergie (+ 10,9 %). Au cours des
0,6 milliard de francs. Les importations Il se détériore légèrement pour les vian- cinq premiers mois de l’année 2001,
se développent cependant un peu plus des, en raison notamment de mesures par- la hausse des prix des produits
rapidement que les exportations. Dans tielles d’embargo décidées en fin d’année agro-alimentaires s’accentue (+ 3,1 %
le même temps, l’ensemble du com- par l’Espagne, l’Italie et l’Autriche pour des en moyenne annuelle).
merce extérieur de marchandises, grevé raisons sanitaires (ESB). Le déficit se Après le tabac manufacturé, les viandes
par la facture énergétique, devient défi- réduit pour le tabac mais il se creuse pour et les produits laitiers sont les postes où
citaire, pour la première fois depuis 1991 les conserves et les jus de fruits et surtout les prix augmentent le plus rapidement.
(-51,5 milliards de francs CAF-FAB). pour les huiles et corps gras : en liaison La baisse de prix ne concerne que les
La plupart des produits excédentaires en avec l’interdiction des farines animales, les huiles et corps gras (tableau 2).
1999 le restent en 2000 (graphique 3). quantités importées de tourteaux de soja La consommation en volume augmente
Après une année 1999 dopée par les fes- ont augmenté, ainsi que leur prix. nettement pour les conserves et jus de
tivités de fin d’année, l’excédent des La consommation des ménages en fruits, le chocolat et la confiserie, les
boissons augmente encore de plus d’un produits des IAA augmente de 0,6 % en condiments et assaisonnements, ainsi
milliard de francs. La forte réduction des volume tandis que les prix s’accroissent que les produits laitiers. Deux produits sont
exportations de champagnes (-2 milliards de 2,4 % après une période de ralentis- moins consommés par les ménages
(tableau 2) : les huiles et corps gras (-0,7 %
Production des branches des industries agro-alimentaires* en volume) et surtout le sucre (- 4,2 %). Cette
baisse n’est pas récente : les consomma-Évolution 2000/1999 (%) Valeur 2000
(milliards teurs, plus attentifs à la diététique, ont pris
Volume Prix
de francs) l’habitude de moins sucrer leurs aliments
Industrie des viandes 0,2 5,8 199,5 et substituent au sucre des édulcorants
Industrie du lait 1,6 2,0 112,2
depuis une vingtaine d’années.
Industrie des boissons -2,8 1,1 96,8
Travail du grain et aliments pour animaux 1,1 3,9 81,4
Autres IAA 2,0 0,3 254,4
Les effectifs toujours en croissance
Conserves, préparations de jus de fruits et légumes 2,7 0,1 53,5
Huiles, corps gras 0,3 -1,6 12,8
En 2000, les effectifs salariés des IAAPain et pâtisserie 1,8 1,4 83,3
Sucre -5,2 -1,0 21,8 continuent de croître, bien qu’à un
1
Divers 4,1 -0,1 83,0 rythme légèrement plus faible qu’en
Industrie du tabac -8,9 7,5 5,8
1999. Les 533 000 personnes employées
IAA hors tabac 0,7 2,5 744,3
dans les IAA représentent 14,8 % du
Ensemble des IAA 0,6 2,5 750,1
total de l’industrie manufacturière (IAA
Autres industries 4,5 1,3 4001,9
comprises).
* La production de vin n’est pas une activité des IAA mais une activité agricole. Dans la première partie des années
1. Chocolat, préparations pour boissons, aliments pour enfants, desserts de conserve.
quatre-vingt-dix, les effectifs salariésSource : comptes de la Nation, base 95 Insee
baissaient régulièrement dans les IAA,
Soldes commerciaux des IAA en 1999 et 2000 en parallèle avec ceux des autres indus-
tries. Mais dans la deuxième partie de la
Vin
décennie, l’emploi redémarre dans les
Produits laitiers IAA alors que les autres industries par-
Champagne et mousseux viennent à peine à stabiliser leurs effec-
tifs hors intérim. La situation relativeBoissons alcooliques distillées dont Cognac
entre IAA et industrie en termes d’emploiCéréales transformées et aliments
pour animaux
est ainsi opposée à ce qu’elle est pour la
Sucre
production.
Viandes
Eaux et boissons rafraîchissantes ANALYSE PAR PRODUITS
Tabac manufacturé
2000
L’industrie des viandes
Huiles, corps gras
1999 (26,6 % de la production)
Conserve, jus de fruits
Après le ralentissement de l’année pré-
- 20 - 15 - 10 - 5 0 5 10 15 20 25 cédente, la production de l’industrie des
viandes stagne en volume ; elle estMilliards de francs
Source : comptes de la Nation, base 95 Insee pénalisée en fin d’année, en ce qui
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
INSEE
PREMIEREconcerne le bœuf, par la crise de ché intérieur se contracte légèrement orientés à la baisse, ceux des prix de
confiance liée à l’ESB. comme l’année précédente. détail sont en faible croissance. Par
L’extension de la crise de la fièvre aphteuse, La croissance en volume de l’activité contre les prix du commerce extérieur
associée au report de consommation des des yaourts et desserts lactés frais continuent de croître, quoique moins for-
viandes bovines, entraîne au début de reste soutenue, quoiqu’en léger retrait tement qu’en 1999.
l’année 2001 une nouvelle hausse des prix par rapport à l’an dernier. Elle est sti- La production des eaux de tables et
des viandes de porc, de mouton et dans mulée par la demande du marché boissons rafraîchissantes continue
une moindre mesure de volailles. communautaire. Par contre, la consom- de croître, mais avec un fort ralentisse-
La production de viande de volailles se mation des ménages français continue ment en volume et en prix. Les deux
raffermit, soutenue par une demande de ralentir. composantes du commerce extérieur ont
intérieure accrue et par le fort redresse- L’industrie du beurre a retrouvé le che- une croissance en volume à deux chif-
ment des exportations qui ont bénéficié min de la croissance, tirée par une fres, tandis que les prix restent en légère
de la forte demande italienne en poulets. demande accrue de l’industrie de la pâtis- baisse.
Dans les échanges avec les pays hors serie. En revanche la consommation des
Union européenne, la viande de dinde ménages continue de baisser depuis plu- Céréales transformées (3,2 %)
se substitue de plus en plus à celle de sieurs années, entre 1,3 % et 1,4 % par an. L’activité de la meunerie est atone, mais
poulet, qui subit la concurrence des pro- La fabrication du fromage se redresse les exportations sont dynamiques dans
ductions de poulets brésiliens. nettement : sa croissance en volume se un contexte de contraction de la
Pour les produits préparés à base de rapproche de celle de 1998, après une demande étrangère de pays qui aug-
viande, la production, en volume, année de faible croissance. Le marché mentent leur production domestique.
s’essouffle, suivant ainsi le ralentisse- intérieur a bien progressé tandis que les L’activité de la semoulerie est en légère
ment de la consommation des ména- exportations continuent leur expansion. croissance. La consommation des
ges. Les prix ont fortement augmenté. ménages a cependant ralenti, tandis
que le supplément de production a per-
Produits laitiers (15,0 %) Industrie des boissons (12,9 %) mis une extension des exportations. Les
La production de l’industrie laitière s’est La production de l’industrie des bois- prix restent maîtrisés.
bien redressée (+ 1,6 %), soutenue par sons, hors vins (cf. Pour comprendre La croissance de la production de
la demande intérieure et les exporta- ces résultats) baisse pour la première produits amylacés s’accélère ; en
tions. Les prix augmentent à un rythme fois depuis 1996. La consommation des revanche les importations ralentissent.
jamais égalé depuis 1993 et proche de ménages est atone et les exportations La demande intérieure diminue sensi-
celui de 1992. diminuent en volume blement, tandis que les exportations
La production en volume des laits liqui- Après deux années de hausse impor- s’accroissent fortement.
des et crème de lait est légèrement tante, la production de vin a brusque-
moins déprimée qu’en 1999, mais les ment chuté. Les importations comme les Aliments pour animaux (7,7 %)
prix se redressent nettement. Bien qu’en exportations continuent de diminuer et la Parallèlement à la demande des bran-
fort ralentissement, les importations demande intérieure reste en très légère ches agricoles, la production des ali-
augmentent substantiellement. Le mar- croissance. Les prix à la production sont ments pour animaux de ferme se
Indicateurs sur les produits des industries agro-alimentaires en 2000
En milliards de francs (valeur)
Dépense de consommation
Importations Exportations1
des ménages
Produits des IAA Évolution 2000/1999 Évolution 2000/1999 Évolution 2000/1999
2000 2000 2000
(%) (%) (%)
Volume Prix Valeur Volume Prix Valeur Volume Prix Valeur
Viandes 0,0 2,9 212,0 3,6 6,1 22,8 2,3 5,1 27,8
Produits laitiers 1,3 2,5 109,4 5,3 5,8 14,8 2,7 4,9 27,6
2
Boissons 0,4 1,2 111,0 1,8 - 2,3 11,3 0,0 1,8 59,8
Grains transformés et aliments pour animaux 0,3 0,7 19,7 6,4 0,2 8,5 9,7 - 0,5 17,4
Autres IAA 1,4 1,8 245,2 7,0 0,0 70,8 4,2 - 0,5 51,4
Conserves, jus de fruits et légumes 1,9 1,8 70,8 7,3 - 0,9 30,6 10,7 - 2,0 13,2
Huiles, corps gras - 0,7 -0,1 9,2 7,7 9,3 12,6 6,5 - 6,2 2,7
Pain et pâtisserie 1,2 2,1 84,8 13,1 - 3,6 6,0 -1,1 - 2,7 6,4
Sucre - 4,2 1,1 3,3 2,7 - 2,7 1,7 1,3 8,9 8,9
3
Divers 1,8 1,7 77,2 4,8 - 2,7 20,0 2,8 - 1,8 20,2
Tabac manufacturé - 1,2 4,6 89,3 -14,8 7,3 9,9 - 6,0 11,7 2,3
IAA hors tabac 0,8 2,1 697,3 5,7 1,5 128,1 2,8 1,8 184,0
Ensemble des IAA 0,6 2,4 786,6 4,0 1,9 138,1 2,7 2,0 186,3
Autres industries 3,8 -0,1 1255,4 1,1 - 1,1 1487,7 0,8 - 0,8 1568,6
1. Au prix d’acquisition. 2. Le vin est un produit des IAA, mais sa production est une activité agricole (cf. Pour comprendre ces résultats).
3. Chocolat, préparations pour boissons, aliments pour enfants, desserts de conserve.
Source : comptes de la Nation, base 95 Insee
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
INSEE
PREMIEREstabilise, tandis que les prix augmentent permis d’écouler des stocks importants. tion des ménages recule en volume ; la
fortement. Le prix du sucre à la production est en baisse entamée depuis 1992 avait été
Le volume de la production des ali- très léger repli et celui de la demande interrompue en 1998 et 1999.
ments pour animaux de compagnie intérieure est stable.
continue de ralentir, tout en maintenant Pour comprendre ces résultats
une croissance significative. L’excédent Boulangerie et pâtisserie (11,1 %)
commercial faiblit sous l’effet du dyna- Suivant la demande des ménages,
Dans la nomenclature d’activité en vigueurmisme des importations ; les prix évo- l’activité de la boulangerie et de la pâtis-
depuis 1993, les industries agro-alimentai-luent peu. serie augmente légèrement en volume,
res font partie des industries manufacturiè-tandis que les prix augmentent plus for-
res. Celles-ci ne comprennent pas lesLes conserves de poissons tement. La fabrication de pain et de
secteurs énergétiques. Dans cet article, leet de légumes (7,1 %) pâtisserie fraîche croît plus vite que
terme autres industries désigne l’industrieLes conserves de poissons et de légu- celle de pain et de pâtisserie de conser-
manufacturière à l’exception des IAA.mes ralentissent fortement après une vation. Les importations augmentent
La production est évaluée au prix de base,année 1999 très favorable. Le marché fortement tandis que leurs prix conti-
qui comprend les subventions sur les pro-intérieur ralentit mais croît légèrement nuent de fléchir. Les exportations dimi-
duits reçues par les producteurs et exclutplus que la production. Les importations, nuent sensiblement en volume et
les impôts sur les produits payés par ceset plus encore les exportations, aug- faiblement en prix.
derniers. Les vins sont classés dans lesmentent nettement. Les prix sont en
produits des IAA. Mais la viticulture estlégère croissance, sauf pour les expor- Produits divers (11,1 %)
considérée comme une activité agricoletations pour lesquelles ils sont en léger L’activité de production renoue avec la
dans le nouveau système de comptabilitéretrait. croissance pour les « produits divers »,
nationale. De ce fait, l’évolution de la pro-avec des prix en légère augmentation :
duction de vins n’a pas d’effet sur la pro-Huile et corps gras (1,7 %) le chocolat, les confiseries, les pâtes ali- des branches des IAA.La production d’huile et corps gras est mentaires, le thé et café transformés, les
La consommation des ménages repré-stable en volume et les prix diminuent un condiments et assaisonnements, les ali-
sente ici la consommation en produits despeu. La croissance des exportations est ments adaptés à l’enfant et diététiques, les
IAA achetés par les ménages dans le com-importante et celle, sensible, de la desserts de conserve et d’autres produits
merce. Les évaluations incluent donc lesdemande intérieure, peut être satisfaite comme ceux à base d’oeufs.
marges des commerçants et la TVA.grâce à une forte augmentation des La croissance de la consommation des
importations. Celles-ci, d’un niveau ménages prolonge la tendance passée,
presque comparable à celui de la pro- autour de 1,6 % en volume. Les prix se Pour en savoir plus
duction, augmentent fortement en raison redressent fortement et notamment pour
de l’augmentation conjuguée des prix les condiments et assaisonnements. Les
« Les comptes de la Nation en 2000 –
unitaires et du dollar. Par ailleurs, l’inter- exportations augmentent un peu moins Une croissance très riche en emploi »,
diction des farines animales nécessite que la demande en provenance des ména- Insee première n° 773, avril 2001.
« L’industrie en 2000 – Les industriesdes importations supplémentaires de ges, les prix de cette dernière étant en
traditionnelles ont encore du tonus »,tourteaux, de soja notamment. léger retrait. Les importations augmentent
Insee première n° 781 mai 2001.
nettement en volume et les prix baissent.
« IAA 2000 : redressement du chiffre
Sucre (2,9 %) d’affaires malgré un ralentissement de
L’activité de l’industrie sucrière est en Tabac manufacturé (0,8 %) l’activité en fin d’année », Agreste
conjoncture - supplément à la note derepli : d’une part, la production reste La production du tabac continue de bais- n° 4, avril 2001.maîtrisée par la baisse des surfaces cul- ser. Les prix à la production accélèrent.
« La consommation des ménages en
tivées, d’autre part, les rendements sont Les importations suivent la même ten-
2000 – Les « nouvelles technologies »
plus normaux que ceux, exceptionnels, dance que la production, avec une toujours en tête », Insee première
des dernières années. Les exportations baisse du volume plus marquée. Les n° 782, juin 2001.
« L’agriculture en 2000 en Europe et ensont en forte expansion vers les pays exportations baissent un peu moins, en
France - Hausse des prix, baisse des vo-hors Union européenne en raison de la volume, que la production mais les prix
lumes », Insee première n° 783, juin 2001.
remontée des cours mondiaux, ce qui a augmentent fortement. La consomma-
INSEE PREMIÈRE figure dès sa parution sur le site Internet de l'Insee : www.insee.fr
Direction Générale :BULLETIN D'ABONNEMENT A INSEE PREMIERE
18, Bd Adolphe-Pinard
75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :
OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE - Tarif 2001
Paul Champsaur
1 an, 60 numéros = 530 F (France) 663 F (Europe) 827 F (Reste du monde) Rédacteur en chef :
Daniel Temam80,80€ 101,07€ 126,08€
Rédacteurs : J.-W. Angel,
Nom ou raison sociale : _____________________ Activité : ____________________________ R. Baktavatsalou, C. Dulon,
A.-C. Morin, B. OuvréAdresse : ________________________________________________________________
Maquette : L. J.
___________________________________ Tél : _______________________________
Code Sage IP01799
Ci-joint mon règlement en Francs par chèque à l’ordre de l’INSEE : F.
ISSN 0997 - 3192
Date : _______________________________ Signature © INSEE 2001
INSEE
PREMIERE

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.