Les services marchands en 1996

De
Publié par

En 1996, l'activité des services marchands a connu une croissance légèrement inférieure à celle de l'année 1995. La production a augmenté de 2,2 % en volume, la valeur ajoutée de 2 % et les effectifs salariés de 2,3 %. Les services aux entreprises ont souffert de la faible progression de l'ensemble de l'économie. La promotion et la gestion immobilières n'ont toujours pas redémarré et se situent à un niveau très inférieur à celui du début des années quatre-vingt-dix. Les services aux particuliers ont affiché une croissance modeste après trois années de quasi-stagnation. La hausse des prix des services aux particuliers a été encore plus modérée qu'en 1995.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 8
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N° 531 JUILLET 1997
PRIX : 15 F
LES SERVICES MARCHANDS EN 1996
Valéry Albouy et Brahim Laouisset, Division Services, Insee
l’ensemble de l’économie, le PIB n’ayantn 1996, l’activité des services mar-
augmenté que de 1,2 %. Les services mar
chands a connu une croissance chands se placent ainsi en tête des grandsE légèrement inférieure à celle de secteurs d’activité. Les services aux entre
prises (graphique 2) ont progressé plusl’année 1995. La poducr tion a augmenté
modérément qu’en 1995 du fait d’un ralen
de 2,2 % en volume, la valeur ajoutée detissement de l’ensemble de l’économie et
2 % et les effectifs salariés de 2,3 %. Lesd’une baisse des investissements. Les ser
vices aux particuliers ont enfin rompu avecservices aux entreprises ont souffert de
trois années consécutives de morosité et
la faible progression de l’ensemble de affiché une timide croissance de 1,7 %, pro
l’économie. La promotion et la gestion che de celle de l’ensemble de la consom
mation (1,9 %).immobilières n’ont toujours pas redé-
marré et se situent à un niveau très
Les services créateurs
inférieur à celui du début des années 90. d’emplois salariés
Les services aux particuliers ont affiché
Depuis trois ans, les effectifs salariés des
une croissance modeste après trois services marchands ont fortement progressé
années de quasi-stagnation. La hausse avec une croissance moyenne annuelle de
plus de 100 000 emplois. En 1996, il y a eudes prix des services aux particuliers a
création nette de 91 000 postes ( tableau 2 ). Ce
été encore plus modérée qu’en 1995. résultat, bien qu’en recul par rapport à l’année
précédente (création nette de 144 000 postes),
En 1996, l’activité des services marchands est remarquable puisque sur la même
(encadré) a encore progressé : la production période, les secteurs de l’industrie et de la
a augmenté de 2,2 % en volume, comme l’année construction ont perdu plus de 110 000
précédente, après 1 % en 94. Certes, l’amé emplois salariés.
lioration reste modeste en comparaison des La progression des effectifs a été plus mar
taux d’évolution observés sur la période fastequée dans le secteur des services aux
1985 1990 (+ 7 % en moyenne annuelle) ; particuliers : ils ont créé plus de 65 000
néanmoins, elle permet aux services marchandsemplois en 1996, soit 9 000 de plus qu’en
de retrouver un rythme de croissance proche 1995. Ce bon résultat a touché l’ensemble
des années qui ont précédé la récession de des activités de services aux particuliers en
93 (graphique 1). dehors des hôtels cafés restaurants qui n’y
La valeur ajoutée des services marchands acontribuent que pour 12 000 emplois alors
progressé en volume de 2 % après une qu’ils représentent plus de 50 % de la valeur
hausse de 2,6 % en 1995 ( tableau 1). Cette ajoutée du secteur. Ce constat était déjà
hausse est nettement supérieure à celle de valable pour l’année 1995.
Évolution de la production des serces mvi archands
Source : Comptes nationaux 1996, Insee
?
INSEE
PREMIERELes services aux entreprises ont pour Ces activités, fortement liées à la Services aux entreprises :
leur part marqué le pas avec une pro conjoncture dans le bâtiment, ont eu des le conseil a progressé malgré
gression de 30 000 emplois en 1996 évolutions contrastées. Le marché de
le recul de l’in vestissement
contre près de 80 000 l’année précé l’individuel s’est montré particulière
dente. La hausse des effectifs s’est ment dynamique grâce à un contexte En 1996, la croissance des services
ralentie au cours des trois premiers économique favorable, des niveaux de aux entreprises a été de 2,5 % en
trimestres avec une légère reprise en prix bas et relativement stables ainsi volume contre 3,1 % l’an dernier. Derrière
fin d’année. Fait marquant, l’activité dequ’une forte détente sur les taux ce recul apparent se cache toutefois
travail temporaire qui tire générale d’intérêt. Plusieurs mesures incitatives une reprise réelle et soutenue en
ment les effectifs des services aux ont joué en 1996 : la baisse des droits cours d’année, en phase avec celle de
entreprises, a enregistré cette fois unede mutation, l’amortissement Périssol l’économie française. Celle ci s’est
perte nette de 4 000 emplois. et le prêt à taux zéro (Cf. Pour finalement essoufflée en fin d’année.
Les activités immobilières, troisième comprendre ces résultats). La conjonc- Les services de conseil et d’assis
composante des services marchands, tion de ces facteurs a relancé la ventetance ont un peu infléchi leur crois
ont perdu, comme en 1995, près de de logements dans le neuf et dans sance avec + 2,3 % contre + 2,5 % en
5 000 emplois. l’ancien ainsi que la construction de 1995. Ce résultat est néanmoins positif
Avec près de 525 000 emplois en 1996,maisons individuelles (+ 4,4 %). Ce car il intervient dans un contexte de
soit 11,5 % de l’emploi total, les effectifsdynamisme s’est accéléré en fin recul de l’investissement des entre
non salariés ont baissé d’environ 10 000d’année, avant que certaines de ces prises ( 0,7 %) alors que la consom
par rapport à l’année 1995, dont 8 000 mesures ne prennent fin. Cependant, mation de services de conseil et
dans le secteur des services aux par-le nombre de mises en chantier a d’assistance par les entreprises est
ticuliers. Cette baisse globale de 1,8 % encore reculé cette année de 4,2 %, habituellement liée à leur investis
est comparable à celle de l’ensemble en raison d’un fort recul dulogement sement (graphique 3). Ainsi, en 1996
de l’économie ( 2,4 %) dont les effectifs collectif, notamment social, consé les entreprises ont continué à faire ap-
non salariés diminuent r égulièrement quence directe des restrictions budgé pel aux professionnels du conseil
depuis plus de 10 ans. taires. Au total, les promoteurs de tout en stoppant leur effort d’investis
logements ont enregistré une augmen sement. Les activités informatiques se
tation de 2,4 % seulement de leursPromotion et gestion sont bien comportées avec une évolu
ventes en volume. Les promoteurs de tion de + 5 % après + 6 % en 1995.immobilières : la reprise
bâtiments non résidentiels ont égale Mais alors que le dynamisme dese fait attendre
ment connu une moindre progression 1995 reposait essentiellement sur
En 1996, la promotion et la gestion de leur activité avec + 3,8 % contre l’entretien et la réparation du maté-
immobilières ont connu une progression + 8,9 % l’an dernier, ralentissement riel informatique, la croissance de
en volume de 1,4 % de leur productionsurtout perceptible à partir du second l’année dernière a touché l’ensemble
après + 2,9 % l’année précédente. semestre. des activités informatiques, banques
de données et réalisation de logiciels
notamment. Les activités juridiques,Évolution de la valeur ajoutée* par grandes branches de l’économie
notariales en particulier, ont affiché
une croissance de 3,8 % du fait notam Taux de croissance de la VA Contribution à la croissance de la
VA 96
en % VA marchande en % ment de la hausse des ventes de loge
milliards ments. En revanche, la publicité n’a1993 1994 1995 1996 1993 1994 1995 1996 en %
de F pas connu une bonne année. Les
Services marchands - 0,5 0,8 2,6 2,0 - 0,1 0,2 0,6 0,4 1 323 21,5 agences de publicité n’ont progressé
Autres activités tertiaires - 0,1 4,6 1,0 1,2 - 0,2 1,7 0,4 0,5 2 600 42,4
que de 1,8 % contre 4,3 % en 1995,Industrie manufacturière - 5,1 5,6 3,4 1,8 - 1,0 1,1 0,7 0,3 1 176 19,1
les entrepreneurs ayant réduit leAgriculture, IAA, énergie, BTP - 2,6 - 1,0 1,5 1,5 - 0,5 -0 ,2 0,3 0,2 1 046 17,0
VA marchande totale - 1,8 2,8 2,0 1,4 - 1,8 2,8 2,0 1,4 6 145 100,0 rythme de leurs investissements publi
(*) mesurée au coût des facteurs citaires. Les services d’ingénierie et
Source : Comptes nationaux 1996, Insee d’études techniques se sont maintenus
avec 0,2 % de croissance. La mauvaise
Évolution de l’emploi salarié (en moyenne annuelle) conjoncture du bâtiment a beaucoup
En milliers pesé ces dernières années sur cette
Variation en milliers Variation en % activité qui n’a pas vraiment redémarré
Secteurs d’activité 1994 1995 1996
95/94 96/95 95/94 96/95 depuis 93. L’appréciation du dollar, de
Industrie et construction 5 347 5 342 5 229 - 5 - 113 - 0,1 - 2,1 la lire et de la livre sterling a desserré
Activités tertiaires dont : 7 802 7 982 8 098 181 116 2,3 1,5 la contrainte de compétitivité sur des
Activités tertiaires hors services 4 027 4 076 4 101 49 25 1,2 0,6 entreprises pour lesquelles un tiers du
Services, dont : 3 775 3 907 3 997 132 91 3,5 2,3 chiffre d’affaires est réalisé à l’expor
Activités immobilières 303 299 295 - 3 - 4 - 1,1 - 1,4
tation. Les activités de métreurs et deServices aux entreprises 2 167 2245 2 273 78 29 3,6 1,3
géomètres, elles aussi victimes duServices aux particuliers 1 305 1362 1 429 58 66 4,4 4,9
ENSEMBLE 13 149 13 324 13 327 175 3 1,3 0,0 recul des mises en chantier dans le
Source : Division emploi, Insee bâtiment, ont régressé de 1,7 %.
˚¸Les services opérationnels ont quant Production des principaux servces mi archands en 1996
à eux suivi le rythme global de l’éco
nomie en n’affichant que 1,1 % de
croissance. La faible augmentation de
ces services, qui correspondent à des
dépenses difficilement compressibles,
souligne l’attention que portent les
professionnels lors du renouvellement
de leurs contrats. Malgré une fin d’an
née dynamique, l’activité de sélection
et fourniture de personnel a reculé de
2,7 % après deux années de forte
croissance. Ce recul relatif s’explique
davantage par la diminution de la
durée des missions que par leur nom-
bre. Seul l’assainissement a connu une
croissance relativement élevée avec
+ 5,1 %, ce qui constitue une reprise
par rapport à 1995 (+ 3,1 %) mais
reste en deçà du rythme annuel moyen
observé depuis le début des années
1990 (+ 8 %).
Le développement des télécommuni
cations s’est poursuivi au rythme de
13,7 %. Les postes n’ont quant à elles
pas rattrapé le fort repli de 95 ( 6,4 %)
et n’ont progressé que de 1,9 %. Le
développement de la télématique a
Source : Comptes nationaux 1996, Inseepesé sur l’activité de courrier.
Services aux particuliers :
un léger frémissement
Les services marchands
Après un recul en 1993 ( 0,6 %) et uneLes services marchands correspondent au secteur des activités tertiaires hors com
merce, transport, location immobilière, assurances et organismes financiers. Ils sestagnation en 1994 et 1995, la produc
décomposent de la manière suivante :tion des services aux particuliers a
augmenté en 1996 de 1,7 % en
* Promotion et gestion immobilière elles regroupent les promoteurs, les agences; volume. Cette progression reste large
immobilières, les marchands de biens et administrateurs d’immeubles ; ces activités
ment inférieure aux taux observés
représentent 4,7 % de la production de l’ensemble des services marchands.
régulièrement avant la récession de
1993 mais leur permet de retrouver le
* Services aux entreprises : ce secteur intègre les postes et télécommunications, les
niveau de l’année 1992. Le secteur a services de conseil et d’assistance (activités informatiques, comptables, juridiques,
profité d’une hausse sensible de la publicité, architecture,...), les services opérationnels (location sans opérateur, travail
consommation des ménages en temporaire, nettoyage, assainissement,...) et la recherche et développement ; il réalise
services marchands (graphique 4) : 70,6 % de la production totale.
+ 1,5 % en 1996 contre seulement
* Services aux particuliers (hors services domestiques) : ils comprennent les hôtels+ 0,7 % en 1995.
et restaurants, les agences de voyage, les activités récréatives et sportives, l’audiovi Le secteur des hôtels cafés restaurants,
suel et les services personnels tels que la coiffure et la blanchisserie ; leur productionqui représente plus de la moitié de la
s’élève à 24,7 % de l’ensemble.
production des services aux particuliers,
n’a progressé que de 0,8 %. Cette
hausse fait suite à trois années consé
cutives de repli et ne rétablit ce secteurbaisse : il est passé de 60 milliards deLes services de blanchisserie
qu’à un niveau de production proche francs en 1995 à 55 milliards en 1996.teinturerie (+ 1,1 %) et les soins
de l’année 1993. Les agences de Les services personnels ont reculé d’esthétique corporelle ( + 0,9 %) sont les
voyage ont été plus dynamiques avec de 1,9 % en moyenne annuelle. Cette seules activités qui ont progressé en 1996.
une progression de 3,9 % et ont mêmebaisse est comparable à celle des Les activités culturelles, récréatives et
dépassé le rythme de l’année 1994 trois années précédentes. Ce résultat sportives se sont bien comportées
(+ 3,1 %) après le léger recul de 1995médiocre a plus particulièrement (+ 4,8 %) : elles ont retrouvé le rythme de
(- 0,6 %). L’excédent touristique est touché les services de coiffure dont la progression du début des années 90.
resté très important malgré une légèreproduction a baissé de près de 4 %. Comme en 1995, ce sont les activités
`audiovisuelles (+ 9,2 %) qui ont tiré télévision (+ 11,3 %). Les autres activitéspresse constituent l’exception avec une
l’ensemble du secteur avec une forte ont globalement reculé de 1,3 % par augmentation de leur p oduction r de 5,4 %.
croissance des activités de radio et rapport à l’année 1995. Les agences deLa hausse des prix des services aux
particuliers a été modérée en 1996 :
+ 2,1 %. C’est moins qu’en 1995
(+ 2,6 %) et l’écart avec l’indice général
Production de conseil et d’assistance et investissement des sociétés des prix à la consommation (+ 2 %) est
(taux de croissance a nnuel hors trend*) pratiquement annulé. L’année 1996
renforce ainsi la tendance à la modé
ration des prix observée depuis le dé
but des années 1990.
Pour comprendre
ces résultats
1/ Sauf mention contraire, les évolutions
sont exprimées en moyenne annuelle et
l’ensemble des résultats sont présentés selon
la nouvelle nomenclature d’activités fran
çaises (NAF) entrée en vigueur en 1993.
Les statistiques sur l’emploi salarié sont
produites par la division Emploi de l’Insee ;
les autres données sont directement issues
des comptes nationaux.
2/ L’amortissement Périssol permet (sous
* Le trend est de 4 % pour la production de conseil et d’assistance et de 1,4 %l’in pourvestis sement (sur la péode 1981 ri
conditions) aux acquéreurs de logements
1996).
neufs, destinés à la location, de bénéficier
d’une réduction d’impôt. Les droits de
Évolution comparée du pouvoir d’achat et de la consommation des ménagemutations , versés lors de l’achat de certains
biens immobiliers, ont été réduits de 35 %
entre le 1er juillet 1995 et le 1er février 1997.
Pour en savoir plus
"Les comptes de la Nation" en 1996,
Insee Première n°519, avril 1997
Rapport sur les Comptes de la Nation
1996, Insee Résultats série Économie
générale n° 145 146 147, juin 1997
Résultats détaillés des comptes des
services en 1995 , Insee Résultats série
Économie générale, n° 142 143 144, mars
1997
Enquête annuelle d’entreprises dans les
services en 1995, Insee Résultats à
* Revenu disponible brut selon les comptes nationaux, déflaté parl’indi ce du prix de la consommation finale des ménages
paraître
selon la comptabilité naonalti e.
Source : Comptes nationaux 1996, Insee
Direction Générale :
18, Bd Adolphe Pinard
A RETOURNER A : INSEE CNGP, B.P. 2718, 80027 AMIENS CEDEX 01
75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE Tarif 1997
Paul Champsaur 1 an, 60 numéros = 530 F (France) 663 F (Europe) 827 F (Reste du monde)
Rédacteur en chef :
Nom ou raison sociale : ____________________ Activité : __________________________ Baudouin Seys
Rédacteurs : F. Magnien, Adresse : _______________________________________________________________
C. Dulon, A.C. Morin, S. Tagnani___________________________________ Tél : _____________________________
Maquette : F. Peretti
Ci joint mon règlement en Francs par chèque à l’ordre de l’INSEE : ___________________________ F.
ISSN 0997 3192
Date : _______________________________ Sgnaturei © INSEE 1997
qqˆq´

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.