Les services marchands : principal gisement d'emplois d'ici 2010 en Rhône-Alpes

De
Publié par

Les services en Rhône-Alpes Les services marchands : principal gisement d'emplois N° 38 - juin 2005 d'ici 2010 en Rhône-Alpes Par leur développement rapide et le poids qu’ils économique. L’essor des métiers liés auxEntre 2000 et 2010, en représentent désormais dans l’emploi régional, services marchands, déjà observé au cours des Rhône-Alpes les métiers les services, et plus particulièrement les services années quatre-vingt-dix (+18 %), ne se apparentés aux services marchands, sont un atout pour Rhône-Alpes. Tel démentirait donc pas d’ici 2010. La progression était le constat réalisé par l’Insee en partenariat s’établirait entre 13 et 20 %.marchands créeraient avec la Chambre Régionale de Commerce et150 000 à 230 000 emplois Parallèlement, sans préjuger de l’évolution du d’Industrie (cf. La Lettre Analyses n° 21). Les chômage, la population active de la régionsupplémentaires selon la services marchands se présentent comme le croîtrait de seulement 110 000 actifs. Ainsi, danssituation économique. Ce secteur d’avenir. la région en 2010, sur une population active de gain serait supérieur à Pour faire suite à cette étude, un exercice 2,7 millions de personnes, entre 1,3 et 1,4 million l’accroissement de la prospectif sur le développement des différents auraient une profession liée aux services population active et confirme métiers des services marchands a été réalisé marchands. Elles constitueraient 53 % des actifs (cf. méthodologie).
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 36
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins




Les services
en Rhône-Alpes
Les services marchands :
principal gisement d'emplois
N° 38 - juin 2005 d'ici 2010 en Rhône-Alpes
Par leur développement rapide et le poids qu’ils économique. L’essor des métiers liés auxEntre 2000 et 2010, en
représentent désormais dans l’emploi régional, services marchands, déjà observé au cours des
Rhône-Alpes les métiers les services, et plus particulièrement les services années quatre-vingt-dix (+18 %), ne se
apparentés aux services marchands, sont un atout pour Rhône-Alpes. Tel démentirait donc pas d’ici 2010. La progression
était le constat réalisé par l’Insee en partenariat s’établirait entre 13 et 20 %.marchands créeraient
avec la Chambre Régionale de Commerce et150 000 à 230 000 emplois Parallèlement, sans préjuger de l’évolution du
d’Industrie (cf. La Lettre Analyses n° 21). Les chômage, la population active de la régionsupplémentaires selon la
services marchands se présentent comme le croîtrait de seulement 110 000 actifs. Ainsi, danssituation économique. Ce secteur d’avenir. la région en 2010, sur une population active de
gain serait supérieur à Pour faire suite à cette étude, un exercice 2,7 millions de personnes, entre 1,3 et 1,4 million
l’accroissement de la prospectif sur le développement des différents auraient une profession liée aux services
population active et confirme métiers des services marchands a été réalisé marchands. Elles constitueraient 53 % des actifs
(cf. méthodologie). Il s’agit essentiellement d’un occupés et deviendraient donc majoritaires (enl’évolution du marché du
prolongement des tendances passées sous 2000, elles constituaient déjà 49 % des actifstravail constatée
diverses hypothèses. Cet exercice ne peut en occupés).
entre 1990 et 2000. aucun cas s’apparenter ni à des projections ni à Entre 2000 et 2010, le nombre de Rhônalpins
Cependant, contrairement à des prévisions, plusieurs facteurs comme les exerçant un métier apparenté aux services
la dernière décennie, les migrations inter-régionales étant difficilement aux entreprises augmenterait de 80 000 à
prévisibles à coup sûr.métiers liés aux services aux 120 000 personnes. Plus dépendants de la
Dans ces conditions, de 2000 à 2010, les conjoncture économique et de la santé deentreprises génèreraient plus
services marchands devraient créer encore l’industrie, ces métiers devraient créer plusd’emplois que ceux associés
l’essentiel des emplois occupés par les d’emplois que les métiers liés aux services aux
aux services aux particuliers. habitants de la région. Le nombre de particuliers même en cas de conjoncture
Quelques métiers Rhônalpins exerçant un métier apparenté à ce défavorable. Entre 1990 et 2000, la situation était
apparaissent très secteur augmenterait de 150 000 à inverse.
230 000 personnes selon la conjoncturedynamiques : informaticiens,
personnels d’études et de
Les métiers des services marchands progresseraient toujours rapidement
recherche, cadres
d'ici 2010 en Rhône-Alpesadministratifs, comptables et
financiers, formateurs, 200
Indice base 100 en 1982recruteurs, assistantes 190
maternelles et aides à Hypothèse d'un taux de chômage de 6 %180
domicile.
170
160
Hypothèse d'un taux150
de chômage de 11 %
Métiers des services marchands
140 Jérôme Laurent
130 Population active
120
110
100Ce numéro de La Lettre-Analyses est
téléchargeable à partir du site Internet 1980 1985 1990 1995 2000 2005 2010
www.insee.fr/rhone-alpes,
à la rubrique « Publications ». Source : Insee - recensements de la population - résultats prospectifs




économiques puisqu’il est présent aussi bienDes métiers nouveaux en forte croissance
dans l’industrie que dans le tertiaire.
650 La recherche et le développement est une
Indice base 100 en 1982 spécificité de Rhône-Alpes grâce à la présence600
de nombreux laboratoires de recherche publics
550
et privés dans la région, et également avec la
500 proximité du CERN. Le nombre de chercheurs
450 rhônalpins devrait augmenter très fortement (au
400 minimum +50 %) entre 2000 et 2010. Leurs
Formateurs et recruteurs
effectifs sont cependant très sensibles à la350
conjoncture parce que l’activité de recherche
300
constitue un investissement difficile à réaliser
250 quand la situation économique est défavorable.Personnels d'études et de recherche
200 Informaticiens Moins nombreux que les précédents, les
150 formateurs et recruteurs de Rhône-Alpes
100 devraient croître fortement entre 2000 et
1980 1985 1990 1995 2000 2005 2010 2010. C’est le rythme de progression le plus
élevé de la région (vraisemblablement plus de
Source : Insee - Résultats prospectifs 75 %). La nouvelle loi de 2004 instituant le droit
individuel à la formation, qui permet à chaque
Parmi les cinq familles professionnelles les plus salarié du secteur privé de bénéficier de
dynamiques, dont les effectifs s’accroîtraient de vingt heures de formation par an tout au long
plus de 10 000 personnes entre 2000 et 2010, de sa carrière, pourrait de surcroît modifier les
quatre seraient du domaine des services aux besoins en formateurs. De plus, la perte du
entreprises. Il s’agirait des informaticiens, des monopole de l’ANPE sur le placement des
personnels d’études et de recherche, des cadres demandeurs d’emploi (loi de cohésion sociale
administratifs, comptables et financiers et des de 2004) et la montée de l’intérim pourraient
formateurs et recruteurs. À eux seuls, ces métiers avoir un impact sur le nombre de recruteurs.
créeraient plus du tiers des emplois liés aux
Ces trois familles professionnelles (informatique,services marchands.
recherche et formation), auxquelles peuvent être
Après le boom des années 80, informaticien adjoints les professionnels de la communication,
resterait un métier porteur entre 2000 et 2010. peuvent être considérées comme regroupant
Durant cette période, l’évolution du nombre «des métiers nouveaux en forte croissance».
d’informaticiens devrait être semblable à celle Elles présentent les caractéristiques de
de la dernière décennie, c’est-à-dire autour de nécessiter un niveau de formation élevé, d’être
+50 %. Ce métier est transversal aux secteurs sensibles à la conjoncture économique et de
Forte progression dans le Genevois français.
Évolution par zone d’emploi d’ici 2010 Toutes les zones d'emploi de la région bénéficieraient
d'une nette augmentation de la population ayant unFranche-Comté
Bourgogne métier lié aux services marchands. Il y aurait toutefois
SuisseBourg-en Chablais des disparités entre les zones : la hausse dans le
-Bresse Oyonnax Genevois français serait de 8 points supérieure à celleGenevois
Beaujolais
-français de la zone d'emploi de Roanne où l'augmentation seraitVallée deVal-de-Saône
Roanne l'Arve tout de même d'au moins 8 %. Ces deux zones se
Ambérieu Annecy situeraient selon ce critère aux deux extrêmes de laBelley
région, alors qu'elles étaient proches de la moyenneLyon
Loire-Centre Bourgoin régionale dans les années 90.Tarentaise
La Tour-du-Pin Chambéry
D'une manière générale, les zones d'emploi de la Haute-
VienneSaint-Etienne
Savoie et de la Tarentaise devraient connaître un-Roussillon
Voiron accroissement rapide. Ce territoire se caractérise par sonMaurienneAnnonay Italie
Auvergne activité touristique et bénéficie de la proximité de laDrôme- Romans- GrenobleArdèche Nord Nombre d'actifs exerçant Suisse.St-Marcellin
un métier apparenté
Les zones d'emploi de Crest-Die et celles situées autourDrôme- aux services marchands
Ardèche en 1999 de la zone d'emploi de Lyon devraient également assister
Centre Crest-Die à un essor des métiers liés aux services marchands d'ici
Aubenas 2010. Dans ces zones, il y aurait un effet de rattrapage353 700
Drôme- dans la tertiarisation des activités et aussi de la péri-
Ardèche Sud
urbanisation de Lyon.
117 900
Languedoc-Roussillon Les zones d'emploi axées autour des grandes villes
Provence-Alpes-Côte-d'Azur concentreraient toujours les services marchands. Lyon,
Evolution des actifs exerçant un métier apparenté aux services marchands entre 2000 et 2010 Grenoble et Saint-Étienne regrouperaient encore près
Supérieure à la moyenne régionale (d'au moins 2 points) de la moitié des habitants de la région exerçant un métier
Un peu supérieure à la moyenne régionale (de 1 à 2 points) lié à ces activités en 2010.
Proche de la moyenne régionale (à 1 point près)
Inférieure à la moyenne régionale (d'au moins 1 point)
Source : Insee - résultats prospectifs
© Insee Rhône-Alpes - La Lettre Analyses n° 38 - juin 20052
© IGN 1999 - INSEE 2005
permettre une forte mobilité tant professionnelle Les cadres administratifs, comptables et
(favorisée par une faible concentration des financiers devraient continuer d’augmenter
spécialités de formation dans ces professions) rapidement entre 2000 et 2010, en partie grâce
que géographique. En 2000, dans ces métiers, au développement des fonctions de conseil.
la part des personnes résidant en Rhône-Alpes D’une manière générale, les effectifs des métiers
et travaillant hors de la région atteint près de d’encadrement du secteur marchand (cadres des
9 % : soit deux fois plus que la moyenne régionale transports, administratifs, commerciaux)
sur l’ensemble des métiers. devraient connaître une hausse encore
importante entre 2000 et 2010, d’au minimum
Les familles professionnelles apparentées aux services +20 %. Cependant, le rythme de croissance
aux entreprises en forte hausse entre 2000 et 2010 s’essoufflerait par rapport aux années quatre-
vingt-dix, car ces professions devraient être
Part dans les métiers Evolution confrontées à des problèmes de renouvellement
des services marchands
de la main-d’œuvre en raison de la sur-
en 2010en 2000 1990-2000 2000-2010 représentation des quinquagénaires en 2000.
À l’opposé de ces métiers ayant le vent en poupe,
Métiers des services aux entreprises 50,4 50,9 ++ ++
parmi ceux apparentés aux services aux
Transports et voyages 15,4 14,2 + + entreprises, seul celui des secrétaires de
Ouvriers non qualifiés de manutention 3,5 3,2 + +
direction perdrait quelques centaines d’emploisOuvriers qualifiés de manutention 3,4 3,2 + +
Conducteurs d’engins de traction 0,6 0,5 + = entre 2000 et 2010, dans le prolongement de la
Conducteurs de véhicules 5,9 5,5 + + tendance antérieure.
Agents d’exploitations des transports 0,7 0,5 = -
Agents du tourisme et des transports 0,9 1,0 ++ ++ Globalement, entre 2000 et 2010 les
Cadres des transports 0,4 0,3 +++ ++ professions liées aux services aux
Gestion et administration 23,3 22,2 + +
particuliers progresseraient moins vite qu’auSecrétaires 6,5 6,0 - =
Comptables 4,1 3,6 = = cours de la décennie précédente. Elles
Employés administratifs 4,6 4,1 + = enregistreraient une hausse comprise entre
Secrétaires de direction 0,7 0,5 - - -
13 et 20 % selon la conjoncture, contre 22 %Techniciens administratifs 2,6 2,9 ++ ++
Cadres administratifs, comptables et financiers 3,3 3,7 ++ ++ entre 1990 et 2000. Pourtant, la population
Dirigeants d’entreprises 1,5 1,4 = = augmenterait de 6 % ; tout comme entre 1990
Informatique 3,3 4,3 +++ +++ et 2000. Le nombre de professionnels desInformaticiens 3,3 4,3 +++ +++
services aux particuliers par habitantÉtudes et recherche 2,7 3,5 +++ +++
Personnels d’études et de recherche 2,7 3,5 +++ +++ augmenterait donc encore mais commencerait
Gestion commerciale et immobilière 3,4 3,5 ++ ++ à atteindre un palier.
Cadres commerciaux 3,4 3,5 ++ ++
Formation 1,3 2,1 +++ +++ Les assistantes maternelles et aides à
Formateurs, recruteurs 1,3 2,1 +++ +++ domicile symbolisent ce changement. Entre
Communication, information 1,0 1,1 ++ ++
1990 et 2000, les effectifs de ces professionsProfessionnels de la communication 1,0 1,1 ++ ++
avaient plus que doublé en Rhône-Alpes,
Métiers des services aux entreprises 4,6 4,1 = = poussés par la mise en place en juillet 1992 de
et aux particuliers l’aide à la famille pour l’emploi d’une assistante
Droit 0,4 0,4 +++ +
maternelle agréée (AFEAMA). Entre 2000 etProfessionnels du droit 0,4 0,4 +++ +
Banques et assurances 4,2 3,7 = = 2010, la progression serait près de deux fois
Employés, techniciens de banque 1,9 1,5 - - moindre, située entre +55 % et +70 %. Toutefois,
Employés, techniciens d’assurances 1,2 1,2 + + assistantes maternelles et aides à domicileCadres de banques et assurances 1,1 1,0 + +
resteraient le métier phare des prochaines
Métiers des services aux particuliers 45,0 45,0 ++ ++ années. À eux seuls, ils génèreraient 20 % des
Hôtellerie et restauration 6,9 6,3 = = nouveaux emplois liés aux services marchands.Cuisiniers 1,9 2,0 + ++
En raison de la hausse de l’activité des femmesEmployés, agents de maîtrise d’hôtellerie 3,0 2,7 + +
Patrons d’hôtels, cafés, restaurants 2,0 1,6 - - et du vieillissement de la population, les besoins
Services aux personnes 20,0 21,2 ++ ++ seraient de plus en plus importants. Le taux de
Coiffeurs, esthéticiens 1,5 1,4 + +
ces professionnels par personne dépendanteEmployés de maison 1,6 1,6 +++ ++
Assistantes maternelles, aides à domicile 5,5 7,6 +++ +++ (âgée de moins de 15 ans ou plus de 75 ans)
Gardiens 1,6 1,4 + + passerait de 4 % en 2000 à 6-7 % en 2010.
Agents d’entretien 8,6 8,0 + +
Toutefois, la loi de 2003 qui permet de prendreEmployés des services divers 1,2 1,2 ++ +
Spectacle 1,2 1,3 ++ ++ un congé parental dès le premier enfant pourrait
Professions des arts 1,2 1,3 ++ ++ avoir une incidence sur le recours en assistantes
Santé, action sociale, culturelle et sportive 16,9 16,2 ++ +
maternelles ; incidence qui n’a pu être mesuréeAides soignants 3,2 3,0 ++ +
Infirmiers, sage femmes 3,8 3,9 ++ ++ en raison du caractère récent de cette loi.
Médecins et assimilés 2,6 2,3 + = Les professions de la santé et de l’action sociale,
Professions paramédicales 2,5 2,4 ++ + qui comprennent la fonction publique hospitalière,Professionnels de l’action sociale 4,8 4,6 +++ +
seraient aussi en phase de ralentissement. Entre
Métiers des services marchands 100,0 100,0 ++ ++
1990 et 2000, hormis les médecins et assimilés,
Note de lecture : Les intervalles se recoupent. En effet, les perspectives d'évo- Source : Insee Rhône-Alpes - résultats prospectifs leurs effectifs avaient augmenté de près de 30 %.
lution de chaque métier ont été testées selon plusieurs scénarios. Un métier est Entre 2000 et 2010, la hausse serait d’environ
classé dans l'intervalle d'évolution rassemblant tous les scénarios.
10 % ; donc en ralentissement, mais toujours plus
Légende : rapide que celle de la population. Pour l’ensemble-- : forte baisse (de -40 % à -10 % en 10 ans) + : hausse (de 0 % à 20 % en 10 ans)
- : baisse (de -20 % à 0 % en 10 ans) ++ : forte hausse (de 10 % à 40 % en 10 ans) des professions de la santé, pour lesquelles le
= : stabilité (de -10 % à 10 % en 10 ans) +++ : très forte hausse (30 % et plus en 10 ans)
© Insee Rhône-Alpes - La Lettre Analyses n° 38 - juin 2005 3d’hôtels, cafés et restaurants diminuerait enlien entre formation et emploi est très fort, le
raison de la fermeture de cafés et de lavieillissement des actifs (forte présence de
restructuration d’hôtels, en particulier dequadragénaires en 2000) posera un problème
catégorie modeste.à terme.
Globalement, si les tendances passées se Ces nombreuses créations d’emploi et les
poursuivaient d’ici 2010, les métiers de départs à la retraite généreront d’importants
l’hôtellerie et de la restauration évolueraient à besoins de main-d’œuvre d’ici 2010. Déjà des
peine. Toutefois, ils pourraient connaître une difficultés de recrutement apparaissent comme
hausse un peu plus marquée. Tout dépend de dans les professions de santé ou de l’hôtellerie
la conjoncture et de la capacité des et restauration, ou surgiront comme dans les
professionnels de Rhône-Alpes à attirer de métiers d’encadrement du secteur marchand.
nouvelles clientèles provenant de pays Pour y faire face, il apparaît nécessaire
émergents et à répondre à la demande intérieure d’anticiper les tensions sur le marché du travail
résultant de l’accroissement du nombre des notamment en adaptant l’offre de formation à la
retraités. Malgré cela, le nombre de patrons demande future.
Méthodologie
Dans le cadre d’un partenariat avec la Chambre avons estimé la part de Rhône-Alpes en France
Régionale de Commerce et d’Industrie (CRCI) de pour chacune des 84 familles professionnelles en
Rhône-Alpes, l’Insee a réalisé une analyse 2010, en la modélisant en fonction du logarithme
prospective à l’horizon 2010 sur les métiers dans la du temps. Cette modélisation, qui tempère le
région. Il s’agit des métiers occupés par les passé, est justifiée par le fait que la part de Rhône-
rhônalpins, ce qui est légèrement différent des Alpes ne peut pas augmenter (baisser)
métiers situés dans les établissements implantés indéfiniment et évolue pour atteindre un palier.
dans la région. Parmi les 84 familles professionnelles 3°) Un prolongement des tendances passées des
définies par la Direction de l’animation, de la familles professionnelles au niveau national.
recherche, des études et des statistiques (Dares, À partir des enquêtes annuelles sur l’emploi, nous
Ministère du Travail et de l’Emploi), la CRCI en a avons prolongé les tendances nationales
sélectionné 38 apparentées aux services marchands. 1982-2002 jusqu’en 2010. Pour chaque famille
Il s’agit de métiers exercés particulièrement dans ce professionnelle, nous avons sélectionné le modèle
secteur, mais qui peuvent être aussi exercés dans le plus adapté entre les modèles exponentiel
l’industrie et le reste du tertiaire. (accélération des tendances à la hausse), linéaire
Cette analyse prospective s’appuie sur quatre points : (poursuite des tendances) et logarithmique
1°) Une projection de population active en 2010 en (atténuation des tendances).
Rhône-Alpes. 4°) Les résultats sont calés sur la population active
occupée de Rhône-Alpes qui est fixée à partirMoindre augmentation de la population active
en Rhône-Alpes entre 2000 et 2010 d’hypothèses différentes sur le taux de chômage.
Nous avons retenu deux scenarios sur le taux de
population active en 1990 2 450 000 erchômage. Le 1 scénario, optimiste, considère quepopulation active en 2000 2 630 000
le taux de chômage serait de 6 % en 2010.population active en 2010 2 740 000
évolution 1990-2000 + 7,4 % Symétriquement au taux de chômage actuel en2000-2010 + 4,3 % èmeRhône-Alpes, selon le 2 scénario le taux de
INSEE Rhône-Alpes source : Insee - Projections Omphale chômage atteindrait 11 % en 2010. Nous avons
165, rue Garibaldi - BP 3184 finalement retenu les résultats qui résistent à cesL’analyse prospective reprend les projections d’actifs69401 Lyon cedex 03
publiées en 2003 par la direction régionale de l’Insee deux hypothèses.Tél. 04 78 63 28 15
Rhône-Alpes. Le scénario retenu reconduit les Pour une famille professionnelle donnée, le résultatFax 04 78 63 25 25
tendances passées 1982-1999. Avec ces prospectif final correspond donc à la part modélisée
de Rhône-Alpes en France appliquée aux effectifshypothèses, en 2010 il y aurait 2 740 000 actifs enCRCI Rhône-Alpes
nationaux de cette famille professionnelle calculésRhône-Alpes.75 cours Albert Thomas
2°) Une modélisation de la part de Rhône-Alpes en en prolongeant les tendances passées, le tout calé69447 Lyon cedex 03
Tél. 04 72 11 43 43 France pour chaque famille professionnelle. sur la projection de population active régionale et
Fax 04 72 11 43 62 À partir des recensements de la population, nous les hypothèses sur le chômage.
Directeur de la publication :
Etienne Traynard
Pour en savoir plus
régionalisation des projections », Drees Études etRédacteur en chef :
- « Les services : un atout pour Rhône-Alpes », Insee résultats n° 353 - novembre 2004,Lionel Espinasse
Rhône-Alpes Lettre analyses n° 21 - avril 2004, - « Familles professionnelles, vingt ans de métiers -
Tarif des numéros simples : - « Les services en Rhône-Alpes : des zones Portraits statistiques 1982-2002 », Dares Les2,2 € le numéro
d’emploi aux profils variés », Insee Rhône-Alpes dossiers de la Dares n° 2004-2 - octobre 2004,
Lettre analyses n° 31 - décembre 2004,Abonnement 15 numéros par an - La nomenclature des familles professionnelles est
minimum (plus L'année économique - « Rhône-Alpes : 2,75 millions d’actifs en 2020 », disponible sur le site du ministère du Travail et de
et sociale) : Insee Rhône-Alpes Lettre résultats n° 15 - décembre l’Emploi : www.travail.gouv.fr/etudes/emploi_metier/
France : 30 € 2003, pres_fap.html,
Europe : 38 € - « L’emploi par métier en 2010 », Dares Premières - « Panorama de l’économie Rhône-Alpes », CRCICode SAGE LET3828
informations et premières synthèses n° 43.4 - Rhône-Alpes sur le site www.panorama.rhone-
Dépôt légal n°1004, mai 1993 octobre 2001, alpes.cci.fr
© INSEE 2005 - ISSN 1165-5534 - « La démographie médicale à l’horizon 2025 : une
© Insee Rhône-Alpes - La Lettre Analyses n° 38 - juin 20054

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.