Les transports en 1997 - Croissance et restructurations

De
Publié par

En 1997, la croissance dans les services de transports (+ 3,8 % en volume) a bénéficié de la reprise industrielle et de l'intensité des échanges extérieurs. Les transports maritime (+ 7,2 %) et ferroviaire (+ 4,8 %) ont été les plus dynamiques. Le transport routier de marchandises a renoué avec la croissance (+ 3,9 %). Seul le transport fluvial a reculé (- 1,1 %), en raison du gel des canaux au début de l'année. 1997 est aussi l'année des restructurations et des réformes pour les transports français : dans le domaine ferroviaire, avec la création du Réseau Ferré de France et la décentralisation des services régionaux de voyageurs dans six régions pilotes ; dans le transport aérien, avec la fusion entre Air France et Air France Europe (ex Air Inter), et l'ouverture totale des lignes intérieures aux compagnies européennes.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 9
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N°604 SEPTEMBRE 1998
Prix : 15 F
Les transports en 1997
Croissance et restructurations
Emmanuel Delame division Services, Insee
et Séverine Mayo, ministère de l’Équipement, des Transports et du Logement
rieur brut (+ 2,2 %) (graphique 1). La produc n 1997, la croissance dans les
tion a crû davantage que la valeur ajoutée
services de transports (+ 3,8 % engrâce à la reprise des consommations inter Evolume) a bénéficié de la reprise médiaires en transport, + 4,0 %, après leur
quasi stagnation en 1996.industrielle et de l’intensité des échanges
extérieurs. Les transports maritime Transport ferroviaire :
(+ 7,2 %) et ferroviaire (+ 4,8 %) ont été les dynamisme et réformes
plus dynamiques. Le transport routier de
Atteignant 48 milliards de francs en 1997,
marchandises a renoué avec la croissance la production du transport ferroviaire a pro
(+ 3,9 %). Seul le transport fluvial a reculé gressé de 4,8 % en volume et saleur a v ajou
tée de 5,5 % (tableaux 1 et 2) . Ce résultat est( 1,1 %), en raison du gel des canaux au
légèrement supérieur à celui de l’année
début de l’année. précédente (+ 4,4 % pour la poduction etr
1997 est aussi l’année des restructura + 3,9 % pour la valeur ajoutée) pourtant
amplifié par les grèves de fin 1995.tions et des réformes pour les transports
Le fret (+ 8,1 %) (graphique 2) a obtenu
français : dans le domaine ferroviaire, de meilleures performances que le transport
avec la création du Réseau Ferré de de voyageurs (+ 3,6 %) (graphique 3). Il a
bénéficié du dynamisme de l’environnementFrance et la décentralisation des services
international qui a entraîné une forte crois
régionaux de voyageurs dans six régionssance des échanges extérieurs. En outre, la
pilotes ; dans le transport aérien, avec laSNCF a engagé de nouvelles stratégies com-
merciales accompagnées d’une politiquefusion entre Air France et Air France
tarifaire plus compétitive.
Europe (ex Air Inter), et l’ouverture totaleLa bonne tenue du transport de voyageurs
des lignes intérieures aux compagnies provient essentiellement du réseau TGV,
avec la montée en régime des réseaux Nordeuropéennes.
(y compris Thalys) et Eurostar, l’augmentation
des cadences et la mise en cirulation dec
En 1997, la croissance des services de
Valeur ajoutée des transports transports (+3,8 %) s’est inscrite dans la
et PIB marchand en volume (prix de 1980)reprise générale de l’économie : la produc
tion manufacturière a progressé de 5 % et
l’ensemble de la production industrielle
(y compris le BTP) de 3,1 % en moyenne
annuelle. En particulier, la production auto
mobile s’est accrue de 9,5 % grâce à une
demande extérieure dynamique : prime de
soutien au marché automobile en Italie, forte
consommation des ménages au Royaume
Uni.
Tous les modes de transport ont progressé,
à l’exception du transport fluvial, perturbé
par les mauvaises conditions climatiques
de janvier 1997. La valeur ajoutée des ser
vices de transports a augmenté en 1997 de
3,7 % en volume. Cette croissance est net
tement supérieure à celle du produit inté Source : comptes de la nation, Insee
?
INSEE
PREMIEREvoitures duplex sur le TGV Sud Est. secteur. En effet, le rapprochement après - 3,5 % en 1996). Sa valeur
Sur le reste du réseau principal, la des deux grandes compagnies natio ajoutée, avec 22,6 milliards de francs,
baisse de la fréquentation a été limitée nales était déjà acquis en 1996. Quanta progressé de 4,8 % en 1997 après
grâce à la mise en place en juin 1997à l’ouverture des lignes intérieures, le + 22,7 % en 1996. Elle représente 8 %
d’une grille tarifaire plus souple et plusgouvernement français l’avait étendue de la valeur ajoutée de l’ensemble des
attractive. dès 1996 aux compagnies résidentes. transports.
La progression de l’activité ferroviaire Dans cet environnement, le transport
en 1997 a coïncidé avec une profondeaérien a progressé de 3,6 % en volume Transport maritime :
réforme de structure pour la SNCF. Saen 1997. Cette bonne performance est une très bonne année
mise en œuvre a eu principalement néanmoins inférieure à celle, exception
deux conséquences : nelle, de l’année précédente (+ 13,9 %).L’année a été très bonne pour le trans
– la création d’un établissement public, Deux raisons à cette accalmie. D’une port maritime : + 7,2 % de croissance
Réseau Ferré de France (cf. encadré 1), part, la forte pression concurrentielle en volume pour la production. À prix
chargé d’exercer pour le compte de sur le marché intérieur s’est relâchée :courants, cette hausse atteint 11 %.
l’État la responsabilité de l’infrastruc les recompositions des compagnies Les prix du transport maritime ont en
ture, dont la gestion demeure confiée privées résidentes (par exemple, la re effet assez fortement augmenté
à la SNCF pour le compte et selon les prise d’Air Liberté par British Airways) (+ 3,5 %), compensant la baisse de
objectifs et prinipes de RFF ;c ont freiné le développement des liai l’année précédente ( 3,4 %). De son
– la décentralisation des services régio- sons sur le marché intérieur. D’autre côté, la valeur ajoutée a augmenté de
naux de voyageurs dans six régions part, le groupe Air France dont le poids 5,8 % en 1997 après avoir diminué de
pilotes. est prédominant dans les résultats 7,7 % en 1996.
de la branche, a connu des fortunes De son côté, le transport fluvial a
diverses : si le fret s’est amélioré, le poursuivi son repli : 1,1 % en volumeTRM : le retour de la croissance
transport international de voyageurs a en 1997 après 2,1 % en 1996. De
Les transports routiers de marchan progressé plus faiblement que l’année même, la valeur ajoutée a t elle légère
dises (TRM) représentent 30 % de précédente. Dans le domaine du ment diminué (- 0,9 % en 1997 après
l’ensemble des services de transport, transport intérieur, la situation du 3,1 % en 1996). Cependant, les re
soit 152,1 milliards de francs en 1997.groupe Air France s’est détériorée. culs de 1997 sont dus au gel des ca
Leur production a progressé de 3,9 % À prix courants, la production de la naux intervenus en début d’année.
en volume et leur valeur ajoutée de branche a augmenté de 6,3 %, du faitSans cela, l’activité aurait été stable,
4,4 %. Comme pour les autres modes d’un redressement des prix (+ 2,6 % voire légèrement en croissance,
de transport, cette reprise est fortement
corrélée au bon comportement des
La production des principales branches de transport
échanges extérieurs. Les TRM ren ouent
Évolution 1997/1996donc avec la croissance après une
1997(en %)année 1996 morose ( 1,5 % pour la (milliards de francs)
Volume Prix Valeurproduction et 1,8 % pour la valeur
Transport ferroviaire 4,8 0,7 5,5 48,0ajoutée). Cependant, ce résultat est
Transport routier de marchandises 3,9 1,7 5,7 152,1inférieur à ceux des années précé
Autres transports terrestres 1,9 2,2 4,1 75,6dentes (+ 5,2 % en 1994 et + 8,3 % en
Navigation fluviale 1,1 1,0 2,1 1,71995 pour la production).
Transport maritime 7,2 3,5 11,0 20,8
La production des autres transports
Transport aérien 3,6 2,6 6,3 70,2
terrestres (métro, bus, autocars...),
Activités annexes et auxiliaires 3,8 2,0 6,0 141,5
75,6 milliards de francs, a augmenté de
Total transports 3,8 2,0 5,8 510,0
1,9 % en volume en 1 997. Cette évolu
Source : comptes de la nation, Insee
tion est du même ordre que celle de
l’année précédente (+ 1,8 %). Laaleur v
ajoutée a progressé de 2,1 %.
La valeur ajoutée des principales branches de transport
Évolutions en volume au prix de l’année précédente
Résultats satisfaisants En %
du transport aérien 1997 1997
1994 1995 1996 1997 (milliards (répartition
En 1997, le transport aérien français a de francs) en %)
été marqué par : Transport ferroviaire 1,8 -3,4 3,9 5,5 32,4 11,5
– la création du groupe Air France, né Transport routier de marchandises 5,8 9,4 -1,8 4,4 72,0 25,6
de la fusion entre Air France et Air Autres transports terrestres 0,3 0,8 1,7 2,1 55,0 19,6
France Europe (ex Air Inter) ; Navigation fluviale 5,9 5,2 -3,1 -0,9 0,9 0,3
er – l’ouverture au 1 avril des lignes Transport maritime 9,6 1,0 7,7 5,8 1,0 0,4
Transport aérien 18,4 -0,4 22,7 4,8 22,6 8,0intérieures françaises à toutes les
Activités annexes et auxiliaires 3,0 3,3 1,1 3,3 97,2 34,6compagnies européennes.
Cependant, ces changements n’ont Total transports 4,0 3,0 2,3 3,7 281,1 100,0
pas eu d’impact majeur sur l’activité du Source : comptes de la nation, Insee
¸˚comme pour les autres modes de 11,6 % l’année précédente : en effet, tifs urbains ont retrouvé un certain
transport. les primes « qualité » n’ont pas été dynamisme, comparé à la tendance
Enfin, l’activité des services annexes reconduites en 1997. observée depuis 1993, avec une
et auxiliaires de transport s’est ac En revanche, les dépenses d’utilisation hausse de 1,5 %.
crue de 3,8 % grâce, essentiellement, des véhicules (réparations, péages et Enfin, les dépenses en transports
à une plus forte demande de services carburants) ont progressé de 2,0 % enaériens ont progressé de 3,6 % en
en matière de transport maritime, d’uti- 1997 après une quasi stabilité l’année dépit d’une hausse des prix d’environ
lisation des ouvrages routiers àpéage précédente. Cette augmentation résulte 3,2 %. Celle ci reflète l’atténuation de
et des agences de voyage. tout à la fois du vieillissement du parc, la concurrence sur le marché intérieur.
de l’augmentation de la circulation
(+ 2,1 % cf. encadré 2) et de laRecul de la consommation Un investissement
hausse des prix du pétrole exprimésdes ménages en forte hausse
en francs (+ 5,6 %).
Les dépenses des ménages en trans Par ailleurs, les dépenses des ména Alors que dans l’ensemble de l’écono
ports ont reculé de 2,4 % en volume ges en transports collectifs ont aug mie l’investissement n’a augmenté que
alors qu’elles avaient progressé de menté moins rapidement en 1997 de + 0,2 % en volume, dans la branche
3,7 % en 1996. Cette chute est directe (+ 2,6 %) qu’en 1996 (+ 6,0 %). Danstransports il a crû de + 5,3 %. L’effort
ment imputable aux dépenses d’achats le transport ferroviaire, la progression d’équipement est très net de la part
d’automobiles qui ont diminué de près (+ 3,0 %) est totalement imputable des grandes entreprises nationales
de 16 % en 1997 après une hausse de aux lignes TGV. Les transports collec du secteur (+ 16,9 %) et des adminis
trations publiques (+ 9,5 %).
Les investissements en infrastructures
de transport ont progressé en valeurTransports intérieurs Transports intérieurs
de 0,4 % en 1997 par rapport à 1996.de marchandises (tonnes km) de voyageurs (voyageurs km)
Les dépenses consacrées aux infra
structures ferroviaires ont pourtant
augmenté de 7,7 % en valeur, déter
minées de façon importante par les
programmes TGV. Les investissements
en infrastructures aéroportuaires ont
augmenté de 7,5 % ; ceux dl’ensee mble
des ports métropolitains de 13,4 %. En
revanche, les dépenses consacrées
aux infrastructures routières, soit les
deux tiers du total, ont reculé de 2,1 %
en 1997 ; celles consacrées aux trans
ports collectifs urbains ont diminué deSource : SES (ministère de l’Équipement, des Transports Source : SES (ministère de l’Équipement, des Transports
et du Logement), Insee et du Logement), Insee 13,4 %.
Des échanges extérieurs
qui s’améliorentEncadré 1
Le Réseau Ferré de France
Bénéficiant d’un environnement éco-
La loi n° 97 135 du 13 février 1997 a créé un établissement public industriel et nomique favorable, les échanges
commercial « Réseau Ferré de France » (RFF) qui s’est vu confier la gestion des extérieurs de transport ont progressé
infrastructures du transport ferroviaire. nettement en tonnages en 1997. Cela
concerne tant les exportations (+ 5,9 %)
Propriétaire du réseau ferré national, RFF perçoit de la part des utilisateurs des
que les importations (+ 4,5 %).
infrastructures des péages liés au trafic. Il en confie la gestion et l’entretien à la SNCF
Les échanges avec les pays de l’Union
et la rémunère à cet effet.
européenne (UE) représentent 52 %
des tonnages échangés avec l’étrangerEn tant que maître d’ouvrage, il est re ponsable s des investissements sur ce réseau :
et ont augmenté de 4,9 %. Au sein derégénération des infrastructures eaménagement dest installations. RFF est assi gestion u
naire d’une dette de 1 34,2 mlliardsi , correspondant aux emp untsr contractés par la SNCF l’UE, les plus fortes progressions
pour financer les infrastructures. concernent l’Espagne (+ 15 %) puis
l’Allemagne et l’Italie. Le flux avec les
Pour mener à bien sa mission, RFF : Pays Bas diminue ( 2,1 %). Avec nos
– perçoit des redevances d’utilisation des infrastructures (péages liés au trafic). Fixéespartenaires européens, les modes de
par décret pour 1997 et 1998, elles se sont élevées à 5,85 milliards de francs en 1997 ;
transport les plus fréquemment utilisés
– bénéficie des concours financiers de l’État, des collectivités locales et des organismes
sont la route et la mer. On note une
communautaires, sous forme de dotations en capital ou de subventions ;
reprise du transport par voie ferroviaire
– valorise son patrimoine.
en 1997, en rupture avec la t endance à la
`´baisse observée jusqu’en 1996. du solde FAB FAB (franco à bord). Leroutier et le transport fluvial restent
Les échanges de services de trans transport aérien et le transport ferro déficitaires chacun d’environ 300 mil
port s’améliorent de 600 millions de viaire sont excédentaires et atteignent lions de francs, et le transport maritime
francs pour s’établir à 2,3 milliards de un solde de + 4 et + 2,1 milliards de de 3,1 milliards de francs.
francs, selon les premières estimations francs, respectivement. Le transport
Emploi :
Évolution des effectifs salariés de la branche une année de stabilisation
(en moyenne annuelle)
La branche transport a employé
En %
810 000 salariés en 1997 ( tableau 3).
1997 Après deux années de forte augmenta 1994 1995 1996 1997
(milliers)
tion, ces effectifs ont crû faiblement en
1997 (+ 0,5 % après + 1,6 % en 1996
Transport ferroviaire 3,3 2,5 1,8 0,4 101,5 et + 2,1 % en 1995). Ce ralentissement
Transport routier de marchandises 1,6 3,2 2,4 0,8 238,0 affecte les trois plus gros employeurs,
Autres transports terrestres 1,8 2,9 2,0 0,7 185,7 le transport routier de marchandises,
Navigation fluviale 8,3 13,6 4,0 0,0 2,6 les services annexes et auxiliaires et
Transport maritime 12,0 3,4 2,6 0,6 15,7 les autres transports terrestres, ainsi
Transport aérien -2,0 0,0 0,5 -0,3 58,7
que le transport maritime. Les effectifs
Activités annexes et auxiliaires 1,3 3,1 2,3 0,8 207,6
salariés du transport fluvial se sont
Total transports 0,4 2,1 1,6 0,5 809,8 stabilisés après deux années de forte
Source : comptes de la nation, Insee croissance (+ 13,5 % en 1995 et + 4 %
en 1996). Seuls les effectifs du trans
port aérien, hors groupe Air France, et
du transport ferroviaire baissent (res
pectivement 0,3 % et 0,4 %). Les
Encadré 2 effectifs non salariés (environ 67 000
Les immatriculations reculent mais le parc progresse personnes) ont quant à eux baissé de
0,9 % et ne représentent plus queLa circulation routière a globalement progressé de 2,1 % en 1997 (dont + 4,6 % pour
les autoroutes concédées à des sociétés privées et + 4,0 % pour l’ensemble des 7,6 % des effectifs des transports.
autoroutes) après un ralentissement en 1995 et 1996. Cette reprise est particulièrementLa productivité apparente du travail de
marquée pour les véhicules utilitaires légers et les voitures particulières, en liaison avec l’ensemble des transports a augmenté
la reprise de la croissance du parc. de 3,6 % en 1997 après une baisse de
0,2 % en 1996. Toutes les branches
En effet, bien que les immatriculations a ent i fortement reculé en 1997 ( 17,6 %), le parc
importantes des transports sont con
de véhicules a progressé plus rapidement qu’en 1996, à savoir + 1,6 % contre + 1,2 %.
cernées, en particulier le transport
Ces évolutions, qui peuvent sembler paradoxales, s’expliquent par une modification du
ferroviaire (+ 5,7 %), ainsi que le trans-
comportement des automobilistes qui conservent désormais leur véhicule plong us l
port aérien (+ 6,1 %) où l’augmentationtemps ou acquièrent des véhicules d’occasion. Ceci provoque un vieillissement du parc
de la production s’est conjuguée à unedans lequel, par ailleurs, la part des véhicules diesel senforce (37,4 % en 1997).e r
baisse des effectifs et à une baisse du
On observe également : nombre moyen d’heures effectuées. Dans
– la progression du kilométrage unitaire des poids lourds et des véhicules utilitaires le transport routier de marchandises,
légers, la reprise de la circulation obale et la remontée des ventes de carburants, liées gl les gains de productivité atteignent
à la conjoncture économique favorable de 1997 ; + 2,9 % en 1997. Ce résultat reste
– une baisse tendancielle des consommations unitaires de carburant ( 0,7 %) depuis relativement élevé compte tenu de la
le début des années quatre vingt dix, liée au renouvellement du parc, en particulier
croissance des effectifs, et compense
automobile, et à sa diésélisation.
la baisse de productivité de l’année
précédente.
Direction Générale :
18, Bd Adolphe Pinard
A RETOURNER A : INSEE CNGP, B.P. 2718, 80027 AMIENS CEDEX 01 75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :OUI, je souhaite m abonner INSEE PREMI¨RE - Tarif 1998
Paul Champsaur 1 an, 60 numØros = 530 F (France) 663 F (Europe) 827 F (Reste du monde)
Rédacteur en chef :
Nom ou raison sociale : ____________________ ActivitØ : __________________________ Baudouin Seys
Rédacteurs : J W Angel,Adresse : _______________________________________________________________
C. Dulon, A.C. Morin, S. Tagnani___________________________________ TØl : _____________________________
Maquette : Th. Pécheux
Ci-joint mon rŁglement en Francs par chŁque l ordre de l INSEE : ___________________________ F.
Code Sage : IP98604
Date : _______________________________ Signature ISSN 0997 3192
© INSEE 1998
qq?q

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.