Les transports en 2003 - Tassement global de l'activité

De
Publié par

En 2003, la production de la branche transports a été marquée par un environnement économique français peu porteur. L'atonie du commerce extérieur et les mouvements sociaux du printemps 2003 ont pesé sur l'activité des transports. La production de services de transports de voyageurs, qui avait soutenu la croissance de la branche en 2002, s'est tassée en 2003 : elle a augmenté de 0,2 %. Cette inflexion est particulièrement marquée dans les transports ferroviaires et aériens. Le transport de marchandises s'est légèrement redressé en 2003 : la production s'est accrue de 0,7 % en volume. Le mouvement d'ensemble est dicté par le transport routier de marchandises, dont les prix restent modérés. Les lancements spatiaux et autres activités de transport se sont en revanche repliés ( 1,1 %), avec quatre lancements spatiaux seulement en 2003 contre douze l'année précédente. Au total, l'activité de la branche a stagné dans son ensemble ( 0,1 % en volume). Le solde des échanges extérieurs de services de transports s'en ressent, mais reste positif, à 1 milliard d'euros. L'emploi dans le secteur des transports a cessé d'augmenter en 2003. La légère augmentation dans le secteur privé des transports terrestres de voyageurs compense la baisse des effectifs dans les transports ferroviaires.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 1
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N° 993 - DÉCEMBRE 2004
PRIX : 2,20€
Les transports en 2003
Tassement global de l’activité
Alain Nolin, Xavier Niel, Insee
Sylvie Mabile, Service économique et statistique, ministère de l’Équipement,
des Transports, de l’Aménagement du territoire, du Tourisme et de la Mer
n 2003, la production de la branche ralentissement de l’économie française et du
recul des exportations de services de trans-transports a été marquée par un
ports d’autre part, le volume de la productionEenvironnement économique fran-
de transports est resté globalement stable
çais peu porteur. L’atonie du commerce
(- 0,1 %). Cependant, après un premier
extérieur et les mouvements sociaux du semestre 2003 déprimé, les deux semestres
printemps 2003 ont pesé sur l’activité des suivants semblent mieux orientés (gra-
transports. phique 1).
La production de services de transports
de voyageurs, qui avait soutenu la crois-
Les transports de voyageurs
sance de la branche en 2002, s’est tassée
affectés par les grèves
en 2003 : elle a augmenté de 0,2 %. Cette in-
du deuxième trimestre 2003
flexion est particulièrement marquée dans
les transports ferroviaires et aériens. La production de services de transports de
voyageurs, qui avait soutenu la croissance deLe transport de marchandises s’est légè-
la branche en 2002, s’est tassé en 2003 : elle arement redressé en 2003 : la production
augmenté de 0,2 %, après 1,4 % en 2002
s’est accrue de 0,7 % en volume. Le mou-
(tableau 1). Cette inflexion est essentiellement
vement d’ensemble est dicté par le trans- due aux transports ferroviaires et aériens, dont
port routier de marchandises, dont les l’activité a baissé respectivement de 1,7 % et
prix restent modérés. 0,4 % en volume.
En 2003 en effet, les mouvements sociaux ontLes lancements spatiaux et autres activi-
fait reculer la production de transports detés de transport se sont en revanche re-
voyageurs par voie ferrée, particulièrement
pliés (- 1,1 %), avec quatre lancements
spatiaux seulement en 2003 contre douze
l’année précédente.
Évolution de la production de la brancheAu total, l’activité de la branche a stagné
transports et de l’ensemble de l’économiedans son ensemble (- 0,1 % en volume).
%
Le solde des échanges extérieurs de ser-
150vices de transports s’en ressent, mais
reste positif, à 1 milliard d’euros.
140
L’emploi dans le secteur des transports a
cessé d’augmenter en 2003. La légère 130 Transports*
augmentation dans le secteur privé des
120transports terrestres de voyageurs com-
pense la baisse des effectifs dans les
110transports ferroviaires. Ensemble de l’économie
100
90En 2003, l’activité des transports a évolué
1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004moins vite que celle de l’ensemble de l’éco-
* y compris agences de voyagesnomie (tableau 1). Du fait des mouvements e
(volume aux prix 1995 - base 100 au 4 trimestre 1994)
sociaux du printemps d’une part, du Source : comptes trimestriels, Insee
INSEE
PREMIEREentre les mois de mai et juillet. Tous les autocars) ont progressé en 2003, mais continuent en effet de progresser lente-
réseaux ont été touchés, TGV, Eurostar, moins vite que lors des années précé- ment, l’augmentation du parc de véhicu-
grandes lignes et TER. dentes (tableau 1). les (1,5 % en 2003) faisant plus que
La demande de transport ne s’est pas Les déplacements en voitures particuliè- compenser la baisse du parcours moyen
reportée vers les transports aériens de res sur le territoire français n’ont pas pour (- 0,8 %). Ces transports ne sont toute-
voyageurs, dont l’activité a reculé en autant connu d’accélération particulière fois pas enregistrés dans la production de
2003 (tableau 1). L’offre de transport (graphique 2) . Ces déplacements la branche transports par la comptabilité
aérien intérieur s’est en effet contractée
en 2003 avec la disparition d’Air Lib en
février et, à un moindre degré, d’Aeris en Évolution des transports intérieurs de voyageurs
novembre. Cette diminution de l’offre a
atténué la concurrence et a contribué, En voyageurs - km, base 100 en 1990
ainsi que le renforcement de la sécurité,
à tirer les prix à la hausse (+ 5,7 %), ce 135
qui a pu avoir un effet dissuasif sur la
demande. Le transport aérien vers
125
l’étranger a, quant à lui, subi les effets Transports aériens
négatifs des épidémies de SRAS pour
les vols vers l’Asie, et des craintes nées 115
Voitures particulières
de la guerre en Irak et des menaces ter-
roristes pour les vols à destination des
105
États-Unis. Au final, la progression
extrêmement dynamique des transports
Autobus et autocarsaériens des années quatre-vingt-dix 95
semble interrompue depuis 2001 (gra-
Transports ferroviaires
phique 2).
85
Les transports urbains (transports en 1990 199119921993 19941995 1996 19971998 1999 2000 200120022003
Source : DAEI/SES, RATP, SNCF, DGACcommuns) et routiers de voyageurs (par
Évolution de la production de la branche transports et de l'ensemble de l'économie
2000 2001 2002 (c) 2003 (p) structure en %
(valeur 2003)volume prix volume prix volume prix volume prix
Transports de voyageurs, dont : 8,4 0,3 0,5 3,5 1,4 2,7 0,2 3,6 28,2
Transport ferroviaire 5,7 -1,4 2,0 0,9 2,7 5,4 -1,7 2,1 5,1
Transport aérien 13,3 1,4 -2,2 5,2 0,4 2,2 -0,4 5,7 11,2
Transport urbain 6,4 -1,1 2,8 3,0 1,8 2,6 1,6 3,0 6,5
Transport routier 4,7 0,4 2,4 1,8 2,2 0,8 1,8 1,6 3,0
Autres transports terrestres* 4,1 2,6 3,0 4,1 0,6 2,7 1,7 2,3 2,1
Transports de marchandises, dont : 4,7 6,1 1,9 3,1 -1,4 0,8 0,7 0,4 34,0
Transport ferroviaire 6,1 0,0 -7,4 2,0 -0,8 0,5 -7,0 1,4 1,6
Transport aérien 10,0 2,1 -2,6 2,4 2,1 2,8 3,2 2,0 1,4
Transport routier 2,6 6,2 2,0 4,0 -2,3 0,7 0,8 -0,1 25,1
Autres transports terrestres** 6,2 1,6 3,8 4,0 0,5 5,0 1,0 0,8 1,3
Transport maritime 15,4 10,9 7,0 -2,3 2,0 -0,1 2,5 1,8 4,6
Auxiliaires de transports, dont : 5,4 3,7 -0,2 4,1 1,0 1,0 -1,1 1,0 37,8
Manutention 4,2 -0,1 -1,5 -4,4 0,6 1,8 2,6 1,8 1,4
Entreposage 10,1 5,3 1,0 1,0 -0,7 3,2 1,2 1,7 4,5
Gestion d'infrastructure 3,2 1,7 0,7 2,2 3,1 -3,0 1,2 2,2 14,7
Messagerie, fret express 2,9 6,0 -4,4 7,8 -6,6 3,6 -0,7 2,3 6,3
Affrètement, organisation de transports internationaux et transport spatial 8,3 4,9 0,3 3,1 3,2 3,8 -5,6 -1,6 10,9
Ensemble transports*** 6,0 3,6 0,7 3,3 0,3 1,4 -0,1 1,5 100,0
Ensemble de l'économie 5,5 2,8 1,9 1,5 1,1 0,9 0,9 1,3
(c) : corrigé ; (p) : provisoire
* exemple : taxis, téléphérique
** exemple : déménagements
*** : hors agences de voyage
Sources : Insee - commission des comptes des transports de la Nation (CCTN)
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
INSEE
PREMIERE Évolution de la production en volume (aux prix de 1995) nationale : en effet ce sont des trans-
des principaux services de transports de marchandises ports effectués pour compte propre et
non pour le compte d’autrui (définitions).
base 100 en 1995
150
Légère reprise des transports
140
de marchandisesmaritime
130
Le transport de s’est
aérien
légèrement redressé en 2003 : la pro-
120
duction s’est accrue de 0,7 % en
routier
volume, après une baisse de 1,4 %110
l’année précédente (tableau 1).
100 Le mouvement d’ensemble est dicté par
ferroviaire le transport routier de marchandises
90 (+ 0,8 % en 2003 après - 2,3 %), pour
lequel l’activité a été soutenue par la
80
reprise de la production industrielle et de
1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003
la construction, dans un contexte de
Sources : Insee - CCTN
modération des prix. Ce secteur a en
outre profité, lors des mouvements
sociaux qui ont affecté la SNCF, du
transfert du rail vers la route de certains
transports, comme celui des produits Solde des échanges extérieurs de services de transports* de 1995 à 2003
chimiques ou pétroliers, ou encore des
en millions d’euros minerais et déchets pour la métallurgie
2000
(graphique 3).
Le fret ferroviaire a en effet reculé en
1500
Transports aériens 2003 pour la troisième année consécu-
tive (- 7,0 %). Les mouvements sociaux
1000
de mai et juin tirent fortement les résul-
Total transports*
tats vers le bas.500
Transports ferroviaires Durant cette période, une partie du tran-
sit ferroviaire s’est détournée de la0
France, au profit de l’Allemagne par
Transports routiers
exemple. Au total en 2003, le transport-500
par fer n’a progressé que pour un petit
-1000 nombre de produits : les céréales, grâce
Transports fluviaux et maritimes à une campagne 2002-2003 meilleure
-1500 que celle de 2001-2002, ou bien les
1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003
boissons, qui ont bénéficié des fortes* hors agences de voyage
Source : Insee chaleurs de l’été.
L'emploi dans les transports*
en millions
Variation
1998 1999 2000 2001 2002 2003
2003/2002 (%)
Salariés, dont : 891 941 984 1009 1020 1019 -0,1
Transport ferroviaire 175 176 176 178 176 172 -2,5
Autres transports terrestres de voyageurs 162 166 171 177 181 185 2,2
Autres transports terrestres de marchandises 301 318 332 341 341 341 0,0
Transport par eau 14 14 14 15 15 15 -0,2
Transport aérien 70 75 80 79 81 79 -2,8
Auxiliaires des transports (hors agences) 169 192 209 220 226 227 0,4
Non salariés 5556555454 54 0,0
Total transports 946 997 1038 1063 1075 1073 -0,1
* hors agences de voyage
Sources : Insee, SES, Unedic, SNCF, RATP, Air France
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
INSEE
PREMIEREéconomiques et internationales, serviceLes transports de marchandises par routiers continue de s’aggraver et atteint
économique et statistique, ministère devoie aérienne (+ 3,2 %) et maritime désormais 1 millard d’euros, alors que
l’Équipement, des Transports, de l’Aména-
(+ 2,5 %) restent pour leur part bien orien- les échanges étaient presque équilibrés
gement du territoire, du Tourisme et de la
tés (graphique 3). La progression par voie jusqu’en 1998. Mer - Synthèses, n°81 décembre 2004,
maritime est à rapprocher de l’augmenta- Insee.
Le texte de cet Insee Première reprend ention des exportations chinoises.
partie les éléments de ce rapport, égale-Stabilisation de l’emploiL’activité de lancement spatial a
ment rédigé par N. Augris, A. d’Autume, V.
accusé un recul particulièrement mar- dans la branche transports Comte Trotet, J. Hermilly, P. Jourdy et B.
qué : quatre lancements seulement Korman
sont intervenus, contre douze en 2002. À la fin de l’année 2003, près d’un actif
Cette activité, cumulée avec celle ayant un emploi sur vingt, soit 1 073 000
d’affrètement et d’organisation de trans- personnes, dont 1 019 000 salariés, Définitions
ports internationaux, a reculé de 5,6 % exerçait une activité dans le secteur
en 2003 et a contribué pour une bonne des transports (tableau 2). La crois-
Production de la branche transports :la
part au recul de la branche transports sance de l’emploi, de plus en plus
production considérée ici est celle pour
prise dans son ensemble (tableau 1). faible depuis trois ans, s’est arrêtée en compte d’autrui, c’est-à-dire réalisée par
2003. un transporteur pour le compte d’un tiers.
Elle est calculée à partir des chiffres d’affai-La croissance annuelle des effectifs
res des producteurs de services de trans-salariés dans le transport terrestre deDégradation du solde
ports. Elle est évaluée aux prix de base, qui
voyageurs est assez stable d’unedes transports par route correspond aux montants facturés par les
année sur l’autre. Il n’en est pas de producteurs, augmentés des subventions
même dans les secteurs plus sensibles sur les produits et diminués des impôts surFin 2004, les estimations provisoires du
les produits. Elle peut être exprimée en va-à la conjoncture, comme le transportsolde des échanges de transport pour
leur (en euros courants) ou en volume (àroutier de marchandises, où l’emploi2003 font apparaître une détérioration
prix constants). La production en volume in-
ne progresse plus, en 2003 comme ende ce solde. Positif depuis 1994, le solde tègre les évolutions du trafic en nombre de
2002. Par ailleurs, l’emploi a fortements’élèverait à environ 1 milliard d’euros en voyageurs et de kilomètres, mais aussi un
baissé en 2003 dans le transport « effet qualité » rendant compte des modi-2003, soit 300 millions de moins que
fications dans la structure des transportsaérien privé, secteur en crise marquél’année précédente (graphique 4).
selon leur prix : un déplacement des dépen-par les disparitions d’entreprises.La détérioration a essentiellement
ses de transports vers des transports plus
Enfin, parmi les grandes entreprisesconcerné les transports spatiaux, dont la chers augmentera ainsi la production en
publiques, les effectifs continuent àcontraction est d’autant plus forte en volume, même si le trafic n’a pas changé en
croître légèrement à Air France termes de voyageurs et de kilomètres, ceci2003, qu’en 2002 les exportations
indépendamment de l’évolution du prix de(+ 0,7 %) et à la RATP (+ 0,6 %), maisavaient vivement progressé. Les trans-
chaque mode de transport.la SNCF a intensifié la réduction de sesports aériens représentent le poste
Importations de services de transports :
effectifs (- 2,5 % en 2003 contre - 0,8 %excédentaire le plus élevé, resté stable recours par un client français à des entre-
en 2002).en 2003 (1,7 milliard d’euros). Les trans- prises de transport étrangères.
ports ferroviaires parviennent eux aussi Exportations de services de transports :
recours par un client étranger à des entre-à dégager un léger solde excédentaire,
prises françaises.Bibliographie :quoiqu’en diminution. Le solde négatif
Auxiliaires des transports : ils regroupentdes échanges de transports maritimes
la manutention, l’entreposage, la gestion
poursuit son redressement amorcé e
« Les transports en 2003 : 41 rapport de d’infrastructure, les services de messa-
depuis trois ans (- 800 millions en 2003). la commission des comptes des trans- gerie, l’affrètement, l’organisation de trans-
En revanche, le déficit des transports ports de la Nation », direction des affaires ports internationaux.
INSEE PREMIÈRE figure dès sa parution sur le site Internet de l'Insee : www.insee.fr (rubrique Publications)
Vous pouvez vous abonner gratuitement aux avis de parution dans http://www.insee.fr/fr/ppp/abonnement/abonnement.asp#formulaire
Direction Générale :BULLETIN D'ABONNEMENT A INSEE PREMIERE
18, Bd Adolphe-Pinard
75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :
Jean-Michel Charpin
OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE - Tarif 2004 Rédacteur en chef :
Daniel TemamAbonnement annuel = 70€ (France) 87€ (Étranger)
Rédacteurs : R. Baktavatsalou,
C. Benveniste, C. Dulon,Nom ou raison sociale : ________________________ Activité : ____________________________
A.-C. Morin
Adresse : ___________________________________________________________________
Maquette : PDC
______________________________________ Tél : _______________________________ Code Sage IP04993
ISSN 0997 - 3192Ci-joint mon règlement en Euros par chèque à l’ordre de l’INSEE : __________________________________€.
© INSEE 2004
Date : __________________________________ Signature
INSEE
PREMIERE

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.