Panorama du Lot : Regards n°22

De
Publié par

Ce numéro annuel spécial présente en 8 pages un panorama complet du département de l'Ariège selon les thèmes suivants : équipements et emploi dans les bassins de vie ruraux, population, logements, revenus (revenus fiscaux des ménages, salaires et prestations sociales), emploi et chômage, industrie, commerce et services, tourisme, agriculture.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 14
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins

© Insee 2005 - IGN 1999
Regards sur le Lot
Numéro 22-46 : février 2006
Panorama du département
Localisation des établissements industriels de 50 salariés et plus (hors énergie)
Activité
Industries agricoles et alimentaires
Édition-imprimerie-reproduction VayracMartel
Chimie-pharmacie-parfumerie et entretien
Équipements du foyer Biars-sur-Cère
SouillacConstruction aéronautique et spatiale
Équipements mécaniques
Saint-CéréÉquipements électriques et électroniques Loubressac
Bois, papier
Métallurgie et transformation des métaux Leyme
Composants électr
Gourdon
Saint-Clair
Figeac
Castelfranc
Mercuès
Lagardelle
Luzech
Cahors
Nombre de salariés
500
170
Source : Insee 2003
Insee Midi-Pyrénées
36, rue des Trente-Six-Ponts
Début 2004, dans le Lot, l’industrie (hors énergie) emploie près 31054 TOULOUSE CEDEX 4
Téléphone : 05 61 36 61 36 - Télécopie : 05 61 36 62 00
de 8 600 salariés. Le premier secteur est celui des industries
Directrice de la publication : Magali Demotes-Mainard
Rédactrice en chef : Marie-Pierre Plauxagricoles et alimentaires avec 30 % des salariés industriels. Cette
Maquettiste : Monique Galou
prédominance est due en partie à la présence de grosses
Ce document est téléchargeable à par tir du site Internet
www.insee.fr/mpconserveries alimentaires. L’industrie de la métallurgie et de la
à la rubrique « Publications »
transformation des métaux vient ensuite (16 %) suivie de la
Imprimeur : Imprimerie Delor t 31320 Castanet-Tolosan
construction aéronautique et spatiale (13 %). On trouve ensuite Dépôt légal : février 2006
ISSN : 1298-9525
les secteurs de la chimie-pharmacie-parfumerie et entre- SAGE : R46220576
tien localisés principalement à Martel, Castelfranc et Cahors. Prix au numéro : 1,5 €
Abonnement à l’ensemble des publications
pour l’année 2006 :
- France : 90 €
- Étranger : 105 €
1Regards sur le Lot
POPULATION Pyramides des âges en 1990 et 1999
ÂgeerAu 1 janvier 2004, la population du Lot est estimée à
90 1999
166 600 habitants. Le département aurait ainsi gagné 1990
801 300 habitants en un an. Le nombre de décès reste supé-
70rieur à celui des naissances : en 2003, le déficit est de près
de 500 personnes. C’est uniquement sous l’effet des échan- 60
Hommes Femmesges migratoires que la population lotoise augmente : en
50
2003, le nombre des arrivants serait supérieur de 1 800 à
40celui des sortants.
30
Au recensement de 1999, le département comptait 20
160 200 habitants : il a ainsi gagné 6 400 habitants
10
entre 1999 et 2004. La population du département a
0
augmenté beaucoup plus rapidement au cours des cinq 1 400 1 200 1 000 800 600 400 200 0 0 200 400 600 800 1 000 1 200 1 400
dernières années qu’au cours de la décennie précédente Source : Insee - recensements de la population 1990 et 1999
(+ 4 400 personnes entre 1990 et 1999).
Évolution de la population de 1901 à 2004
Entre 1990 et 1999, le nombre des arrivants a été
en milliersupérieur de 9 000 au nombre des sortants, contre à 240
peine 5 000 entre 1982 et 1990. Les arrivées de popula-
tions nouvelles, plus jeunes, ont contribué au renouvelle- 220
ment de la population. Ainsi, un habitant sur cinq s’est
installé dans le département au cours de la dernière 200
décennie. C’est dans le canton de Souillac que le solde
migratoire a été le plus élevé (+ 740). 180
Entre 1990 et 1999, chaque année, dans le Lot, l’excé- 160
dent des décès sur les naissances a été de près de
450 personnes en moyenne entre 1990 et 1999. 140
1901 1911 1921 1931 1946 1962 1975 1990 2004
1906 1926 1936 1954 1968 1982 1999
Variation annuelle de population Source : Insee - recensements de la population
entre 1990 et 1999
en % Population selon les espaces
0,5 et plus
de 0 à 0,5
Population Taux de variation de - 0,5 à 0
Gourdon sans doubles annuel 1990-1999 (en %)inférieur à - 0,5
comptes
Ensemble dû dû 1999
Figeac au solde au solde
naturel migratoire
Cahors
Aires urbaines
Cahors 38 101 0,6 0,1 0,5
Figeac 15 442 0,3 - 0,1 0,4GéoFla ® © IGN - Insee 2002
Villes principales
Source : Insee - recensements de la population 1990 et 1999
Cahors 20 003 0,2 0,1 0,1
Figeac 9 606 0,1 - 0,1 0,2
Gourdon 4 882 0,1 - 0,3 0,4
Mouvement naturel de la population
Lot 160 197 0,3 - 0,3 0,6
Midi-Pyrénées 2 551 687 0,5 0,0 0,5Taux Nombre de Taux de Nombre de
de natalité naissances mortalité décès
(en ‰) domiciliées (en ‰) domiciliés
Source : Insee - recensements de la population 1990 et 19992002 2003 2002 2003
Lot 9,2 1 537 11,9 2 022 erEstimations de population au 1 janvier 2004
Midi-Pyrénées 11,1 29 190 10,1 26 808
France 12,8 759 937 9,0 548 020 Lot 166 604 Midi-Pyrénées 2 687 310
Source : Insee - état civil et estimations localisées de population Source : Insee
2Regards sur le Lot
LOGEMENTSParc de logements selon leur catégorie
en 1999 En 1999, le Lot compte 95 000 logements dont 72 % sont
Lot Midi-Pyrénées France des résidences principales. Depuis 1975, le nombre total deNombre % % %
logements a augmenté de près de 40 % soit 27 000 logements
Résidences principales 68 456 72,0 81,1 83,0
supplémentaires. Sur la dernière décennie, le nombre de rési-Résidences secondaires 18 547 19,5 10,5 9,2
Logements occasionnels 862 0,9 0,9 0,9 dences principales a augmenté beaucoup plus vite (13 %) que
Logements vacants 7 147 7,5 7,5 6,9 la population (2 %). C’est dans les cantons de Lalbenque,
Ensemble 95 012 100 100,0 100,0
Catus et Souillac que l’augmentation du nombre de résidencesLogements
locatifs HLM dans les principales est la plus importante (20 %). La hausse est également
résidences principales 3 794 5,5 8,5 16,0 importante dans l’ensemble des cantons de Cahors (14 %).
Source : Insee - recensement de la population 1999
Depuis 1975, le nombre de résidences secondaires a doublé
dans le Lot. En 1999, un logement sur cinq est une résidenceÉvolution de la population
secondaire. On trouve de nombreuses résidences secondaireset des logements dans le Lot
le long des rivières, mais aussi en bordure du département de
Base 100 en 1975
145 la Dordogne et de ses grands sites préhistoriques. Ainsi, la par t
Logements
140 des résidences secondaires est de 40 % dans les cantons de
135 Lauzès, Payrac, Saint-Géry et Cajarc. Ce parc est constitué
130
majoritairement de maisons anciennes. Plus d’une résidence125
120 secondaire sur deux est une maison individuelle construite
115 avant 1915 contre une sur dix construite après 1990.
110 Population
105
100 Le nombre de logements vacants augmente légèrement, mais
95 la part de ces logements dans l’ensemble ne représente plus
90
que 8 % contre 13 % en 1975. On en compte 7 200 en 1999
1975 1982 1990 1999
contre 9 000 en 1975.
Source : Insee - recensements de la population REVENUS
Revenus fiscaux des ménagesRevenu fiscal des ménages en 2002
En 2002, le revenu fiscal moyen des ménages lotois s’élève
Lot Midi- France à 24 700 € . Il se situe au sixième rang des départementsPyrénées
Nombre de ménages fiscaux 68 200 1 063 300 23 654 500 de la région, loin derrière la Haute-Garonne et parmi les
Part des ménages imposés (%) 51,8 55,9 60,4 plus bas de métropole. Essentiellement rural, avec une
Revenu fiscal moyen 24 700 26 900 29 200
population âgée, le Lot se caractérise par un niveau de des ménages (€)
revenus assez bas et où la part des retraites est importantePart des traitements et salaires * 53,4 62,2 66,3
Part des bénéfices * 10,0 8,5 7,2 (32 %). La moitié des 68 200 ménages fiscaux perçoit un
Part des pensions retraites rentes * 32,2 25,0 22,5 revenu annuel inférieur à 20 500 €. Les écarts de revenuPart des autres revenus * 4,4 4,3 4,0
sont importants. Ainsi, 10 % des ménages ont un revenuRevenu fiscal médian
des ménages (€) 20 500 21 900 23 500 annuel inférieur à 7 000 € pour les plus pauvres alors que
* en % du revenu fiscal 10 % ont un revenu supérieur à 45 800 € pour les plus
Sources : Direction Générale des Impôts - Insee 2002
aisés. Les cantons de Cahors et Figeac concentrent les
ménages les plus aisés. Ainsi, la moitié des ménages fis-
Revenu fiscal médian des ménages par canton
caux résidant en périphérie de Cahors et Figeac perçoit
un revenu supérieur à 24 900 €.
Champ couvert : sont exclus les ménages concernés par un
mariage, un décès ou une séparation, les ménages constitués
de personnes n’ayant pas leur indépendance fiscale ou vivant
Gourdon en collectivité.
Le revenu fiscal est la somme des ressources portées sur la
Figeac-Ouest déclaration de revenus, avant abattements. Il ne
comprend pas les revenus sociaux non déclarés (RMI, …).
Un ménage fiscal se compose de tous les foyers fiscaux
en millier d'euros Cahors
plus de 24,9 rattachés à une résidence principale.
21,8 - 24,9 Le revenu médian partage la population en deux
19,9 - 21,8
groupes : la moitié des ménages dispose de revenus18,6 - 19,9
GéoFLA ® © IGN 1999 - Insee 2003 inférieurs à cette valeur et l’autre moitié de revenus16,7 - 18,6
14,7 - 16,7 Sources : Direction Générale des Impôts - Insee 2002 supérieurs.
3Regards sur le Lot
REVENUS Salaire annuel net moyen
par qualification et par sexe en 2003
Unité : euroSalaires
Lot Midi- France
Dans le département du Lot, le salaire moyen des cadres, PyrénéesFemmes Hommes Ensemble
des ouvriers qualifiés et non qualifiés et des apprentis
24 200 32 300 29 900 31 900 35 500Cadres
stagiaires est inférieur à la moyenne régionale. Au total, le Professions
salaire moyen net des Lotois s’élève à 13 300 € en 2003, 16 600 19 500 18 000 18 300 18 800 intermédiaires
9 900 11 600 10 300 10 900 11 400Employéscontre 15 100 € en moyenne dans la région. L’écart de
10 900 13 000 12 800 13 200 14 200Ouvriers qualifiéssalaire entre les hommes et les femmes dépasse 15 % sauf
8 000 9 200 8 800 8 900 9 300Ouvriers non qualifiés
pour les ouvriers non qualifiés, les apprentis et les stagiai- Apprentis, stagiaires,
res : toutes catégories confondues, les femmes perçoivent 5 500 5 400 5 500 6 600 5 600 emplois aidés
11 600 15 000 13 300 15 100 16 100Ensemble des salariésun salaire inférieur de 23 % à celui des hommes.
Source : Insee - déclarations annuelles de données sociales
Champ couvert : ensemble des salariés résidant dans le
département à l’exclusion des salariés de l’agriculture, des agents
de l’État, des gens de maison et des apprentis.
Revenu salarial annuel moyen : salaire moyen perçu, net
de prélèvement à la source. Il comprend les primes, avantages
en nature et indemnités versés en complément de rémunéra-
tion. Le salaire perçu prend en compte toutes les périodes
successives de travail dans l’année ainsi que les activités com-
plémentaires du salarié relevant de plusieurs employeurs.
Part de la population couverte fin 2003
par les cinq minima sociaux (RMI, API, AAH, AS, ASS)
Prestations sociales
En 2003, les cinq principaux minima sociaux (RMI, API,
AAH, ASS et AS) sont versés à 9 700 allocataires et couvrent Limite cantonale Saint-Céré
16 300 Lotois, qui représentent 9,9 % de la population Lot : 9,9 % GourdonMidi-Pyrénées : 9,4 %
départementale. Dans le Lot, la baisse du nombre d’alloca-
taires par rapport à 2002, proche de 3 %, est l’une des plus Figeac
fortes de la région après celles de l’Aveyron et du Gers. Ce
recul résulte principalement d’une diminution du nombre Cahors
de bénéficiaires de l’AS (- 16 %), non compensée par la
% de la population cantonale
progression du RMI (+ 8 %). Les allocations les plus fré- supérieur à 15
11 à 15
quemment versées dans le Lot sont l’AAH (33 % des alloca- 9 à 11
GéoFLA® © IGN - INSEE 20056,5 à 9taires), l’AS (29 %), et le RMI (24 %). inférieur à 6,5
Les allocataires de minima sociaux résident davantage dans Sources : ASSÉDIC - CAF - CRAM - Insee - MSA
le sud du département. La commune de Cahors, où habi-
tent 12 % des Lotois, concentre à elle seule 17 % des
La population couverte par les cinq minima sociauxbénéficiaires. Dans un quart des cantons (Cahors-Ville,
comprend les personnes appartenant à la famille d’unLuzech, Vayrac, Figeac, Payrac, Cahors Nord-Est, Cahors
allocataire de ces minima.Nord-Ouest et Souillac), le nombre d’allocataires a aug-
menté de plus de 2 % alors qu’il a décru de 7 % en
moyenne dans le reste du département.
Le Revenu Minimum d’Insertion (RMI) est une prestation Allocataires des cinq minima sociaux
sociale destinée à permettre l’insertion sociale et professionnelle. fin 2003 (RMI, API, AAH, AS, ASS)
L’Allocation de Parent Isolé (API) est destinée à prémunir Lot Part de la Midi- Part de la
les personnes seules avec enfant(s) à charge des conséquences population Pyrénées population
couverte couvertefinancières de leur situation récente d’isolement.
(en %) (en %)L’Allocation Adulte Handicapé (AAH) est destinée à assu-
Nombre d'allocataires 9 693 145 360rer un minimum de revenu aux personnes qui présentent une
Revenu Minimum d'Insertion 2 285 2,6 48 078 3,5
incapacité permanente. Allocation de Parent Isolé 324 0,5 6 289 0,6
L’Allocation Supplémentaire (AS) est destinée à assurer un Allocation Adulte Handicapé 3 183 3,1 40 414 2,3
Allocation Supplémentaire 2 787 2,2 34 856 1,7minimum de revenu aux personnes âgées.
Allocation de Solidarité Spécifique 1 114 1,5 15 723 1,3L’Allocation de Solidarité Spécifique (ASS) assure un
Population couverte 16 342 9,9 249 081 9,4minimum de revenu aux personnes dont les droits à l’assu-
rance chômage sont arrivés à expiration. Sources : ASSÉDIC - CAF - CRAM - Insee - MSA
4Regards sur le Lot
EMPLOI - CHÔMAGEÉvolution de l'emploi total
Base 100 au 01.01.1990
116 Emploi
114
Début 2004, le Lot compte 62 400 emplois dont plus de
112 FranceMidi-Pyrénées la moitié relève des services.110
108
Lot
106 Comme dans l’ensemble de la région, l’emploi total dans
104 le département a fortement augmenté à partir de janvier
102 1997. Cette progression a tendance à ralentir depuis 2001,
100 alors qu’elle reste soutenue dans l’ensemble de la région.
98
France entière par contre, le début d’année 2004 se carac-
96
Janv 90 Janv 92 Janv 94 Janv 96 Janv 98 Janv 00 Janv 02 Janv 04 térise par une baisse de l’emploi total.
Janv 91 Janv 93 Janv 95 Janv 97 Janv 99 Janv 01 Janv 03
Source : Insee - estimations annuelles d'emploi
Depuis 1990, l’emploi salarié progresse de 1,9 % par an
en moyenne. Début 2004, le Lot compte plus de
51 000 emplois salariés, soit un gain de près de 300 emplois
Un emploi sur deux dans les services
en un an, provenant essentiellement de la construction.
Emploi total début 2004 : 62 420 L’emploi salarié représente 81,8 % de l’emploi total du
département, soit moins que la moyenne régionale
Agriculture
(87,5 %). En 2003, l’emploi salarié se stabilise dans l’agri-
culture (- 0,1%) et progresse dans les autres secteurs.11 %
Industrie
Début 2004, l’emploi non salarié est en légère baisse16 %
Services 52 % (- 0,4 % en un an). En 14 ans, 6 360 emplois non sala-
riés ont disparu dans le Lot. La baisse affecte particulière-8 %
Construction ment l’agriculture dont les effectifs ont presque diminué
13 % de moitié, passant de 9 500 début 1990 à 5 200 début
Commerce 2004.
Source : Insee - estimations annuelles d'emploi
Emploi total et emploi salarié début 2004
Emploi Emploi Évolution annuelle moyenne
de l'emploi total 1990-2004 (%) total salarié
Lot Midi-
Pyrénées
Agriculture 6 830 1 620 - 3,3 - 3,2
Industrie 9 900 9 140 0,8 - 0,4
Construction 4 930 3 570 0,3 0,1
Tertiaire 40 760 36 770 1,6 1,9
Ensemble 62 420 51 100 0,6 1,0
Source : Insee - estimations annuelles d'emploi
IntérimC'est l'industrie qui recrute
Le Lot compte un peu plus de 900 emplois intérimairesle plus d'intérimaires
en équivalent temps plein dont sept sur dix se concen-Répartition des emplois intérimaires en 2004
trent dans l’industrie. Le volume de l’emploi intérimaire
1 % Non renseigné
Tertiaire se redresse nettement dans le Lot en 2004 (+ 14 %) après
deux années de forte baisse (- 8,4 % en 2002 et - 10,5 %16 %
en 2003). Tous les secteurs d’activité du département
contribuent à la hausse et plus particulièrement l’industrie
(+ 15 %). L’emploi intérimaire régional progresse aussi
Construction 14 %
mais à un rythme bien moindre (+ 9,7 %).
69 % Industrie
Sources : Insee - UNEDIC, Ministère du travail, de la cohésion sociale et du logement
5Regards sur le Lot
EMPLOI - CHÔMAGE Évolution du taux de chômage trimestriel
en %Chômage 13
France
12 9,8 %Le taux de chômage dans le Lot atteint 8,8 % en septem-
11bre 2005. Il reste bien inférieur aux taux régional et Midi-Pyrénées
10 9,8 % français qui s’établissent à 9,8 %. En un an, le taux de
9chômage lotois a perdu 0,1 point tout comme celui de
Lot Midi-Pyrénées ; le chômage en France a baissé de 8
8,8 % 0,2 point. 7
6
Fin septembre 2005, plus de 4 600 personnes sont à la 5
1T92 1T94 1T96 1T98 1T00 1T02 1T04 recherche d’un emploi à temps plein et à durée indéter-
1T93 1T95 1T97 1T99 1T01 1T03 1T05
minée dans le département, soit 8,1 % de moins qu’un Source : Insee - estimations trimestrielles corrigées des variations saisonnières
an plus tôt. C’est la plus forte diminution de la région.
Cette baisse bénéficie plus aux hommes qu’aux femmes
(respectivement - 8,9 % et - 7,4 %). En septembre 2005,
les femmes représentent 51 % des demandeurs d’emploi Demandeurs d'emploi en fin de mois
du département. Entre septembre 2004 et septembre 2005, au 30 septembre 2005
le nombre de personnes de moins de 25 ans au chômage
Chômeurs* Évolution annuelle (en %)baisse de 2,2 % et celui des 50 ans et plus de 18 %. de sept. 2004 à sept. 2005
Lot Midi-
Le nombre de demandeurs d’emploi diminue dans Pyrénées
toutes les catégories sociales. Pour les employés qui sont Nombre de chômeurs* 4 608 - 8 - 3
Répartition en %la catégorie la plus représentée (61 % des chômeurs), . par sexe :
la baisse atteint 10,2 % par rapport à l’année précédente. - Hommes 49 - 9 - 3
- Femmes 51 - 7 - 3C’est parmi les cadres que la baisse est la plus importante :
. par âge :
- 10,4 %. - Moins de 25 ans 21 - 2 0
- De 25 à 49 ans 65 - 8 - 3
- 50 ans et plus 14 - 18 - 4
Dans le même temps, le nombre de chômeurs de longue . par qualification :
- Manœuvres, ouvriers 20 - 6 - 5durée, soit 29 % des demandeurs d’emploi du départe-
- Employés 61 - 10 - 3
ment, diminue de 16,4 % contre - 4,9 % en moyenne en - Techniciens 8 - 6 - 2
- Agents de maîtrise 2 - 10 - 1Midi-Pyrénées. Cette baisse concerne surtout les person-
- Cadres 6 - 10 - 8
nes au chômage depuis trois ans et plus (- 41 %). - Autres 3 49 15
Chômage de longue durée
(un an et plus) 29 - 16 - 5La durée moyenne d’inscription au chômage passe de
* chômeurs de catégorie 1 : demandeurs d'emploi immédiatement disponibles
à la recherche d'un emploi à durée indéterminée, à temps plein.11 mois fin septembre 2004 à 9 mois fin septembre 2005,
Sources : DRTEFP - ANPE - données brutessoit la plus forte baisse de la région.
Note de lecture :
Dans cette publication les intitulés « France » couvrent le
champ « France métropolitaine ».
Pour en savoir plus :
- « L’industrie en Midi-Pyrénées ». Dossier n° 131, Insee Midi-Pyrénées, décembre 2005.
- « Une approche de la précarité - données départementales 2003 - Zoom sur la précarité professionnelle ».
Dossier n° 128, Insee Midi-Pyrénées, mai 2005.
- « L’année touristique en Midi-Pyrénées - 2004 ». Dossier n° 130, Insee Midi-Pyrénées, juillet 2005.
- « En Midi-Pyrénées, les industries agroalimentaires et l’aéronautique confortent leur prédominance ».
6 Pages n° 86, décembre 2005.
Consultez notre site Internet : www.insee.fr/mp
6Regards sur le Lot
INDUSTRIE
Principales activités industrielles
Nombre Salariés en
Début 2004, le secteur industriel du Lot compteActivité d'établissements début d'année
1 132 établissements, soit 7,6 % du total régional.début 2004 1990 2004
Il emploie près de 9 140 salariés. Ses effectifs augmen-Industries agricoles et alimentaires 387 1 980 2 550
Métallurgie et transformation des métaux 84 960 1 410 tent en moyenne de 1,1 % par an depuis 1990, alors qu’ils
Construction navale, aéronautique et ferroviaire 5 800 1 070 baissent dans l’ensemble de la région (- 0,3 % par an).
Eau, gaz, électricité 66 390 550
Industries des composants électriques et électroniques 9 960 540
Le secteur de l’agroalimentaire, avec 2 550 salariés, est leIndustries du bois et du papier 67 370 510
Industries des produits minéraux 120 260 470 premier secteur industriel du département comme dans
Industries des équipements mécaniques 83 480 450 cinq autres départements de la région. Ses effectifs aug-
Chimie, caoutchouc, plastiques 15 100 440
mentent régulièrement depuis 1990 et il emploie en 2004Pharmacie, parfumerie, entretien 5 120 380
plus du quart des salariés de l’industrie du Lot.
Source : Insee - REE (Sirène), estimations annuelles d'emploi
Viennent ensuite les industries de la métallurgie et trans-
formation des métaux (1 410 salariés) et les industries de
la construction aéronautique (1 070 salariés). Leurs
effectifs ont nettement progressé en quatorze ans.Principaux établissements
Tranche
Raison sociale Activité Communes d'effectifs COMMERCE ET SERVICES
salariés
Début 2004, le secteur tertiaire (hors activités immobiliè-Ratier Figeac Construction navale, Figeac 3
aéronautique et res, financières et administration) emploie 28 500 salariés.
ferroviaire Ses effectifs ont augmenté en moyenne de 2,1 % par
Centre Santé, action sociale Cahors 3
an depuis 1990, sensiblement comme au niveau régional Hospitalier
Jean Rougier (2,4 %).
Institut Santé, action sociale Leyme 3
Camille Miret erAu 1 janvier 2004, plus de 2 520 établissementsAndros France Industries agricoles Biars-sur-Cère 3
et alimentaires commerciaux sont présents dans le Lot. Le commerce de
Département du Lot Administration publique Cahors 3 détail regroupe près de 63 % de ces établissements.
Commune de Cahorslique 2
Groupe Cahors SA Industrie des composants Cahors 2
électriques Le département est nettement moins bien équipé en
et électroniques hypermarchés (trois) que les départements de la région à
Centre Hospitalier Santé, action sociale Figeac 2
forte densité de population, comme la Haute-Garonne et de Figeac
le Tarn. En revanche, la surface de supermarchés par Gourdon 2
Jean Coulon habitant (224 m² pour 1 000 habitants) est une des plus
Établissements Métallurgie Souillac 2 élevées de la région.
G.Pivaudran et transformation des métaux
Tranches d'effectifs salariés
Les ser vices regroupent plus de 3 590 établissements (hors1 - 100 à 249 3 - 500 à 999
2 - 250 à 499 4 - 1 000 à 1 999 activités immobilières, financières et administratives) et
20 790 salariés. Dans le Lot, comme dans l’ensemble deSource : Insee 2003
la région, le secteur de l’éducation, de la santé et
de l’action sociale, se détache nettement ; avec plus
de 11 580 salariés, il emploie plus d’un cinquième
Secteur tertiaire début 2004 des salariés du département.
Lot Midi-Pyrénées
Hypermarchés et supermarchés en 2004Nombre Effectifs Part dans Part dans
les effectifs les effectifs d'établis- salariés
Lot Midi- Part du département salariés (%) salariés (%)sements
Pyrénées en Midi-Pyrénées
(%)Commerce et réparation 2 524 6 700 13,1 13,8
Transports 272 1 000 2,0 3,9 Hypermarchés
Services aux entreprises 1 042 5 000 9,7 13,4 Nombre 3 54 5,6
Services aux particuliers 1 563 4 200 8,3 8,2 2 Surface (m pour 1 000 habitants) 58 119 ///
dont hôtels, cafés, restaurants 924 1 800 3,6 3,5
SupermarchésÉducation, santé, action 987 11 600 22,7 20,1
Nombre 38 418 9,1 sociale
2 Surface (m pour 1 000 habitants) 224 170 ///Ensemble tertiaire* 6 388 28 500 55,9 59,4
/// sans objet* Secteur marchand (hors activités immobilières, financières et administration)
Source : Insee - REE (Sirène), estimations annuelles d'emploi Source : Points de vente, Panorama de la distribution 2004
7Regards sur le Lot
TOURISME
Capacité d'accueil fin 2004
Fin 2004, le Lot compte 155 hôtels touristiques pour plus
de 2 900 chambres, soit 7 % des chambres offertes dans Lot Midi- Lot Midi-
Pyrénées Pyrénéesla région. La proportion d’hôtels 3 ou 4 étoiles y est
proche de la moyenne nationale (25 % du parc contre Hôtels Nombre d'hôtels Nombre de chambres
24 % dans l’ensemble de la France). 0 étoile 17 163 186 3 175
1 étoile 18 168 215 3 334
2 étoiles 82 696 1 593 18 459
Avec 106 campings pour près de 6 900 emplacements, le 3 étoiles 34 231 865 13 725
4 étoiles et luxe 4 24 82 1 522parc lotois représente 18 % des emplacements offerts en
Total 155 1 282 2 941 40 215Midi-Pyrénées, avec une orientation plutôt haut de
Campings Nombre de campings Nombre d'emplacementsgamme : en effet, la proportion des campings de 3 ou 1 étoile 5 67 127 2 330
4 étoiles (55 % du parc) est nettement plus élevée que 2 étoiles 43 266 1 856 13 797
3 étoiles 49 201 3 645 16 394dans l’ensemble de la région (42 %) et qu’en France (36 %).
4 étoiles 9 38 1 255 6 007
Total 106 572 6 883 38 528
En 2004, la clientèle étrangère représente 26 % des Nombre Part du départementAutres modes
d'établissements en Midi-Pyrénées (%)d'hébergementnuitées des hôtels du Lot contre 38 % dans l’ensemble de
887 4 669 19Gîtes rurauxla région. Dans les campings, en revanche, la clientèle 511 2 691 19Chambres d'hôtes
étrangère est plus importante dans le département que 35 393 9Hébergements collectifs
38 289 13Auberges de jeunessedans l’ensemble de la région (41 % contre 32 % dans
les campings de Midi-Pyrénées). Sources : CDT - CRT- DRT - Insee
Répartition des nuitées étrangères en 2004 Répartition des nuFréquentation en 2004
(en %)
Nombre de nuitées Part des nuitées
Hôtels Campings et durée de séjour étrangères (%)Italie
1 Lot Midi- Lot Midi-
Royaume-Uni 4 39 Pyrénées Pyrénées918 12Belgique Hôtels
20 Nombre de nuitées (millier) 683 9 276Allemagne
9 dont nuitées étrangères (millier) 176 3 520 26 38
Espagne Durée moyenne de séjour (nuitée) 1,7 2,0
Pays-Bas8 Campings
27 3 États-Unis Nombre de nuitées (millier) 794 4 3006 71 dont nuitées étrangères (millier) 325 1 359 41 32Autres
Durée moyenne de séjour (nuitée) 6,0 5,9
Sources : CDT - CRT- DRT - Insee Sources : CDT- CRT - DRT - Insee
AGRICULTURE
Agriculture
Depuis le recensement de 2000, le nombre d’exploita-
tions agricoles a diminué de plus de 11 %, pour s’établir
Lot Midi-Pyrénéesà 6 200 en 2004, alors que la surface agricole utilisée a
2000 2004 2000 2004légèrement augmenté (231 000 ha). Les exploitations de
moins de 20 hectares sont encore majoritaires, même si Nombre d'exploitations 6 960 6 170 60 240 53 450
leur nombre a diminué de près de 45 % depuis 1988. dont professionnelles 3 750 3 480 36 310 32 850
Dans le département, trois types d’activité (ovins-caprins,
Part (en %) de la surface agricole bovins-lait et bovins-viande) procurent près de la moitié
utilisée en :
de la valeur ajoutée agricole. céréales 14,8 14,6 28,1 31,0
colza, tournesol, soja 2,9 2,1 9,4 9,5Les surfaces consacrées aux céréales, au tournesol et au
surface fourragère 73,5 72,9 53,1 47,1colza continuent de baisser. La surface du vignoble dimi-
vignes 2,6 2,2 1,7 1,8
nue mais la qualité du vin s’améliore avec l’extension du vergers 1,8 1,5 0,8 0,8
autres (y c. jachères) 4,5 6,7 7,0 9,8vignoble d’appellation. La production d’oies et de canards
gras est toujours importante, approchant le million de
Animaux (millier de têtes)
têtes par an. vaches laitières 21 19 180 171
vaches nourrices 46 44 504 459
ovins 383 396 2 409 2 342Exploitation professionnelle : exploitation agricole de
porcins 86 74 552 533dimension économique d’au moins 8 unités de dimension euro-
équidés 4 4 38 46
péenne (U.D.E.) de valeur ajoutée standard (8 U.D.E. équi- nombre de ruches (millier) 5 4 97 103
valent à 12 hectares de blé) et utilisant un volume de travail
Source : Service Régional de la Statistique Agricoleau moins égal à trois quarts d’un équivalent temps plein.
8

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.