Pays de l'Occitane et des Monts d'Ambazac

De
Publié par

Le Pays de l'Occitane et des Monts d'Ambazac est globalement partagé entre la moitié sud, appartenant à la couronne périurbaine de Limoges, et la partie nord, dont le fonctionnement est plus autonome. Ambazac et Bessines-sur-Gartempe polarisent 40 % de la population, 45% des établissements et les deux tiers des emplois salariés du territoire. La population est quasi stationnaire depuis vingt ans. Elle ne devrait pas décroître dans les prochaines années. Mais les résidents travaillent de plus en plus hors du pays.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 13
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
Le Pays de l'Occitane et des Monts d'Ambazac est globale ment partagé entre la moitié sud, appartenant à la couronne périurbaine de Limoges, et la partie nord, dont le fonctionne ment est plus autonome.
Ambazac et Bessines surGartempe polari sent 40 % de la popula tion, 45% des établisse ments et les deux tiers des emplois salariés du terri toire.
La population est quasi stationnaire depuis vingt ans. Elle ne devrait pas décroître dans les prochaines années. Mais les résidents tra vaillent de plus en plus hors du pays.
Pays de l’Occitane et des Monts d’Ambazac : un territoire aux multiples facettes
Le Pays de l'Occitane et des Monts d'Ambazac, réunion des trois communautés de commu nes ArdourRivalierGartempe, AmbazacVal du Taurion et Com munauté des Communes Miniè res, compte 18 700 habitants en 1999, dont près de sept sur dix vivent dans la couronne périur baine de Limoges. Cette situation crée une dichotomie entre la par tie incluse dans l'aire urbaine de la capitale régionale et celle si tuée plus au nord, dont le carac tère rural est beaucoup plus mar qué. Ainsi, entre 1990 et 1999, les communes de la partie sud ont enregistré un gain de population de près de 3 %. A contrario, le reste du territoire subissait une érosion démographique proche de 9 %. Les deux communes les plus importantes, Ambazac et BessinessurGartempe regrou pent quatre habitants sur dix. Globalement, le pays a perdu 1 % de ses résidents depuis 1990 et près de 9 % depuis 1962. Seules trois communes ont vu leur po pulation augmenter depuis cette date. Ambazac a ainsi enregistré
un accroissement démographique de près d'un tiers. Compreignac connaît un nouvel essor depuis 1982 et SaintPriestTaurion a multiplié sa population par deux depuis le début de cette période. À l'opposé, Les Billanges, Folles et SaintSulpiceLaurière ont, dans le même temps, subi une érosion de plus de 40 %. Comme dans le reste de la région, la structure par âge de la popula tion entraîne un solde naturel négatif. Ce pendant, le solde migratoire vient compen ser une partie de ce handicap, au moins dans les communes appartenant à l'aire urbaine de Limoges où les changements de résidence ont globalement permis de ga gner 750 individus entre 1990 et 1999. Pa rallèlement, le reste du territoire perdait près de 130 habitants. En outre, au cours de la même période, 600 personnes ont déclaré avoir changé de commune de résidence sans sortir du Pays de l'Occitane. L'hémor ragie démographique consécutive à la fuite des 2025 ans motivés par la poursuite des études, s'annule ensuite par l'arrivée mas sive des 3040 ans venus s'installer et tra vailler sur le territoire, accompagnés de leurs enfants. Les personnes âgées de 75 ans et plus re présentent moins d'un habitant sur dix dans la partie du Pays de l'Occitane appartenant à l'aire urbaine de Limoges. Elle s'élève à
Sept habitants sur dix habitent la couronne périurbaine de Limoges Ce document fait partie du diagnostic de Dompierre SaintMaurice territoire réalisé parl'Insee Limousin,à lalaSouterraine SaintPriest lesÉglises Lizières SaintSornin SaintPriest laPlaine demande du Pays de l'Occitane et des Leulac laFeuille SaintAmand Magnazeix Monts d'Ambazac. Parallèlement, une en Villefavard quête auprès des communes appartenant au SaintPierre Le GrandBourg deFursac périmètre d'étude aété menée par le Fromental Chamborand Codelan (Comité dedéveloppementéco Châteauponsac StÉtienne nomique des cantons de LaurièreAmbazac Bessines FollesdeFursac Bénévent surGartempe Nieul).l'Abbaye Balledent Marsac Bersac près de 15 % dans la partie nord du terriMourioux surRivalier Laurière Arrènes Vieilleville toire. SaintSulpice SaintSymphorien ) Ceyroux Laurière Si on reporte dans le futur les tendances surCouze Razès démographiques observées entre1982 etSaintGoussaud SaintLégerlaMontagne Jabreilles 1999, le Pays de l'Occitane et des MontslesBordes Châtelus La Jonchère d'Ambazac devrait globalement bénéficierleMarcheix Compreignac SaintMaurice Thouron SaintSylvestre d'ici 2015 d'une augmentation de popula tion de l'ordre de 2 %. Toutefois, les moins Les Billanges SaintLaurent Masbaraud SaintPierre lesÉglises Mérignat de 40 ans devraient voir leurs effectifs diChérignat Ambazac Bonnac SaintMartin minuer de 7 % tandis que la part de leursSainteCatherine laCôte Montboucher aînés âgés de 75 ans et plus pourrait croître SaintAmand Chaptelat de plus de 20 %. Une fois encore, la strucSauviat SaintMartin Jartoudeix Le Châtenet RilhacRancon Terressus enDognon surVige ture de la population laisse présager une SaintPriestTaurion SaintPriestPalus Couzeix différence notable entre les deux parties du Le PalaisMoissannes Pays.surVienne Auriat SaintMoreil SaintJust leMartel Royères SaintLéonard Panazol deNoblat Peu de logements vacants Limoges Pôles urbainsPôles d'emploi de l'espace rural Couronnes pécommunes de l'espace ruralriurbaines Autres Après une croissance de plus de 10 % enCommunes multipolariséesPôles de services intermédiaires ou communes bienéquipées tre 1982 et 1990, le Pays de l'Occitane et Sources : Inventaire communal 1998 : Scees  Insee  recensement de lapopulation de 1999 des Monts d'Ambazac a enregistré une baisse des logements vacants de près deriode. La part des chômeurs dans Hausse du salariat 15 % en dix ans alors que leur proportionla population active a augmenté diminuait seulement de 1 % dans les comEntre 1990 et 1999, la populationde près de 7 % entre 1990 et munes rurales du département et de 4% activeoccupant un emploi et ré1999. Cette augmentation est dans la région. Du fait de la périurbasidant dans le Pays de l'Occitanecomparable à celle constatée nisation, le nombre de logements non ocet des Monts d'Ambazac a augdans l'ensemble de la région mais cupés décroît à l'approche de la capitalementé de plus de 6 %, contreelle est sensiblement inférieure à régionale. Globalement, la part des loge+0,4 % pour le reste des commucelle des autres communes rura ments vacants dans les communeshors denes rurales de la HauteVienne etles du département (+ 12 %). Le l'aire urbaine de Limoges avoisine les 11 %.1,7 % pour la région. La part deschômage touche davantage les Ce taux descend à 7 % pour l'autre partiesalariés s'est accrue de 14 % surjeunes et les femmes. Ainsi, le du territoire. Au sein du Pays de l'Occitane,la période contre une hausse detaux de chômage (rapport entre huit logements sur dix peuvent être consi5 % pour la région. Par contre,le nombre de chômeurs et la po dérés comme récents. Ceci est dû en grandeque ce soit dans le Pays de l'Ocpulation active) selon les décla partie à la part importante de logementscitane ou en Limousin, les nonrations des personnes recensées HLM dont 95 % du parc a été construitsalariés ont perdu un quart deen 1999 s'élève à 9,7 % pour les après 1949.leurs effectifs au cours de la péhommes et 15,7 % pour les fem
Exemples de différences entre la partie appartenantàl'aire urbaine de Limoges et la partie nord du territoire
Évolution de Population la population totale 1999 entre 1990 et 1999 Partie nord5 7918,70 % Partie sud (*)+2,76 %12 913 (*) Communes appartenantàl'aire urbaine de Limoges
INSEE Limousin - numéro 02 - février 2004
Part des actifs allant Part des moinsPart des 75Part desPart des travailler dans l'unité de 25 ansans et pluslogements vacantspropriétaires urbaine de Limoges 9,9 %22,2 14,111,3 69,0 12,4 %26,7 9,67,2 75,2 Source : Insee  recensements de la population de 1990 et 1999
La fuite des 1830 ans est largement compensée par l'arrivée de leurs aînés 70 60 50 Hommes Femmes 40 30 20 10 0 10 20 30 40 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90Âge Impact des migrations par sexe et parâge entre 1990 et 1999 (en %) Source : Insee  recensement de la population de 1999
Une population relativement stabilisée depuis 1982 105
100
95
90
Limousin
Pays de l'Occitane
85 Communes rurales 87 80 1962 19681975 1982 19901999 Évolution de la population depuis 1962 (en base 100) Source : Insee  recensements de la population
mes. Chez les moins de 25 ans, ce même tauxétait de 24,2% pour les hommes et 32,2 % pour les femmes.
La perte des activités minières a entraîné une fuite des actifs vers la capitale régionale
Quatre actifs sur dix résident et travaillent dans le Pays de l'Occi tane et des Monts d'Ambazac en 1999. Vingtcinq ans auparavant, les trois quarts des individus res taient travailler sur le territoire. Ce taux s'élève quand on se rappro che de la Creuse. Aux Billanges ouàSaintLégerlaMontagne par exemple, neuf actifs sur dix ne sortent pas du territoire. Logique ment, les habitants des commu
nes proches de Limoges vont sou vent travailler dans son unitéur baine. C'est le cas d'un quart des actifs résidantàou Ambazacà SaintPriestTaurion. Ambazac et BessinessurGartempe concen trentàelles deux 60 % des em plois offerts sur le territoire. De puis 1975, le Pays de l'Occitane accuse une perte de plus d'un millier d'emplois. Cette situation est en grande partie dueàla fer meture des mines d'uranium. Malgré unerepriseàde partir 1990, l'emploi industriel sur le Pays de l'Occitane a ainsi perdu plus de 80 % de ses actifs depuis 1982. Ces derniers sont alors al lés chercher du travail hors de la zone, essentiellement dans l'aire urbaine de Limoges, et dans le secteur tertiaire, principal pour voyeur d'emplois.
Le cap des 20 000 habitants est franchi ... Dans le cadre de l’élaboration de la charte de territoire du Pays de lOccitane et des Monts dAmbazac, lInsee aété chargé de présenter au Conseil de Développement (or gane danimation, de réflexion et de coor dination du Pays), unétat des lieux issu du recensement de 1999. Afin de prendre en compte lesévolutions récentes en termes de démographie et de vitalitésur le Pays et denrichir le travail des différentes commissions, le CODELAN a organiséenqu uneête complémentaire auprès des 16 communes concernées. On y apprend que :  de 18 700 habitants en 1999, le Pays dépasse aujourdhui les 20 000 habitants. Quelques communes ont vu leur popula tion diminuer alors que la majoritéa connu un accroissement sensible ;  plus de 700 permis de construire et plus de 400 déclarations de travaux ontété enregistrées depuis 1999. Un plan d'occupation des sols (POS) ou un plan local d'urbanisme (PLU) est présent dans moins d'une commune sur deux. Le manque d'équipements structurants des zones rurales pénalise la population rési dante, souventâgée. Afin de pallier le man que de prestations dans certaines commu nes, un service de transportàla demande a étécréésur le canton de Laurière et un dis positif de portage de repasàdomicile existe sur tout le territoire. En termes de commerce et d'artisanat, un boulanger ambulant circule sur toutes les communes même si, dans certaines d'entre elles, la tournée se limiteàquelques villa ges. Huit communes sur dix voientégale ment circuler unépicier ou un boucher. Beaucoup se plaignent de l'absence de cer taines activités commerciales ou artisana les. D'une manière générale, les entrepri ses du bâtiment (plombiers en particulier) sont souvent citées. D'autres déficits exis tent dans le secteur de la restauration (tra ditionnelle ou rapide) ou dans la coiffure. Six communes sur dix bénéficient d'une ma ternelle et sept sur dix d'uneécole primaire. Certaines appartiennentàun regroupement pédagogique. Près des deux tiers des muni cipalités interrogées estiment que la popu lation scolaire est en augmentation sur leur territoire. Des bureaux de poste fonctionnent dans neuf des treize communes répondantes, le plus souvent seulement le matin ou seule ment l'aprèsmidi, exceptélàoùle nombre d'habitants justifie une ouverture toute la journée. Trois communes sur quatre cons tatent une couverture insuffisante.
Le domaine de la santé etde l'action so ciale occupeàseul plus de 15 % des lui actifs. Qui plus est, ses effectifs ont enre
INSEE Limousin - numéro 02 - février 2004
gistréun bond de près de 85 % L'aire urbaine de Limoges attire des actifs toujours plus nombreux entre 1990 et 1999 (+ 30 % sur Lieu de travail la région et + 50 % sur les autres Pays de l'OccitaneAire urbaine de LimogesAutre communes rurales de la Haute Lieu de résidence1975 19991975 19991975 1999 Vienne).Àl'opposé, les secteurs Pays de l'Occitane218 6223 4841 3892 8434 881 agricole et sylvicole ont subi des Aire urbaine de Limoges88 81187 8202 8207 161365 712 pertes de 40 %. Sur l'ensembleAutre311 5595 0898 945// // des activités, un emploi sur dix a 2 843 actifs vivent et travaillent dans le Pays de l'Occitane en 1999 et 712 autres actifs résidant disparu en dix ans sur le Pays dedans l'aire urbaine de Limoges viennent travailler dans le territoire. Ce tableau ne concerne que les actifs résidant en Limousin ou dans les départements limitrophes. l'Occitane alors que cette baisse Source : Insee  recensements de la population se limitaità1 % en Limousin. Parmi les 615établissements re er censésatisfaisant. Pour prs au 1janvier 2001, seulement deuxèchuts de 80 % desé65 %depuis 1980. Ainsi, dépassaient les cent salarié36s : Wagonéquipements recensédes communes ont perdu aus, il est Automotive SAàBessinessurGartempe etmême supérieuràcelui de la rétrois moinséquipements depuis le Centre de cure et d'hébergement dugion. Ce constat est cependantàcette date (57 % au niveau régio MuretàQuatre unit Ambazac.énal). Un quart des collectivits sur dixnuancer. En effet, si Ambazac etés exercent leur activitédans le domaine desperdaient leur alimentation deBessinessurGartempe sont logi services et une sur cinq dans le commercequement très bien pourvues, ilproximité. ou la construction. Entre 1993 et 2001, lesn'en est pas de même pour JeanNoë(Insee)l Thomas mouvements de crédation et de suppressionautres communes. Globale Robert Lévy (Codelan) d'établissements se sont soldément, le niveau d's par un gainéquipement aMarieLaure Bregère (Codelan) d'une trentaine d'unités. Le taux de reprise est relativement faible (17 % des créations) comparativement au Limousin (23 %) et aux Depuis 1982, les habitants du Pays de l'Occitane autres communes rurales du département se sont massivement orientés vers les activités tertiaires (27 %).5 000 4 500 Un territoire1982 4 000 plutôt bienéquipé1999 3 500 3 000 En 1998, le niveau global d'équipement des 2 500 communes du territoireétait relativement 2 000 1 500 1 000 500 50, avenue Garibaldi 87031 Limoges cedex 0 Tél05 55 45 20 07Agriculture ConstructionIndustrie Tertiaire Emplois au lieu de résidence par secteurs d'activité Fax05 55 45 20 01 Source : Insee  recensements de la population Informations statistiques08 25 88 94 52 Abonnements05 55 45 21 41 Contact presse05 55 45 20 58 Depuis 1982, le secteur industriel a perdu 1 700 emplois sur le territoire 3 000 www.insee.fr 2 500 Directeur de la publicationMichel DeroinThévenin Rédacteur en chefOlivier Barlogis 1982 2 000 Secrétaire de fabricationMaryse Lasfargues 1999 ImpressionLavauzelle Graphic 1 500 Maquetteiti communication
Prix2,50Dépôt local : février 2004 Code SAGE : FOC040224 ISSN : en cours Copyright  INSEE 2004
«La rediffusion, sous quelque forme que ce soit, des fonds de cartes issus du fichier GéoFLA®de lIGN est soumiseàlautorisation préalable de lIGN et au paiement auprès de cet organisme des redevances correspondantes.»
1 000
500
0 Agriculture ConstructionIndustrie Tertiaire Emplois au lieu de travail par secteurs d'activité Source : Insee  recensements de la population
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.