Population, logement, activité en Seine-Saint-Denis

De
Publié par

Au recensement de la population de mars 1999, près de 1 383 000 habitants ont été dénombrés dans le département de la Seine-Saint-Denis, soit 1 600 habitants de plus qu'en 1990. La population de la Seine-Saint-Denis est une des plus jeunes de la région après celle du Val-d'Oise : 28 % de la population a moins de 20 ans. Entre 1990 et 1999, près d'un habitant sur trois (23 %) s'est installé dans le département, tandis qu'un habitant sur trois a quitté le département entre 1990 et 1999. Environ 78 % des nouveaux arrivants dans le département résidaient déjà en France en 1990 et plus de 57 % sont de la région. La part des étrangers est quasiment stable depuis 1990 : 258 850 étrangers ont été recensés en 1999, soit 18,7 % des habitants du département, contre 18,9 % en 1990. Par ailleurs, le parc de logements de la Seine-Saint-Denis compte 580 500 logements, dont 90,3 % sont des résidences principales. Les logements collectifs sont majoritaires : ils représentent 71 % de l'ensemble des résidences principales. Les locataires en HLM représentent plus de 63 % de l'ensemble des locataires. Le nombre de logements vacants a crû très fortement : ils représentent désormais 8,5 % du parc. La population active s'élève à 674 000 personnes, soit 20 800 actifs de moins qu'au recensement de 1990. Ainsi, le taux d'activité global a diminué, passant de 63,9 % à 61,6 %. La proportion d'actifs chez les hommes a diminué pour toutes les classes d'âge ; chez les femmes, elle ne baisse que pour les 15-24 ans et au-delà de 60 ans. Près de 35 600 chômeurs de plus qu'au recensement de 1990 ont été dénombrés en 1999. La proportion de personnes se déclarant chômeurs est passée de 11,5 % à 17,2 % de la population active. Toutefois, le taux de chômage étant calculé à partir des déclarations des personnes recensées en mars 1999, il ne peut être comparé au taux de chômage officiel au sens du Bureau International du Travail.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 19
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins
INSEE ILEDEFRANCE
INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES
ILEDEFRANCE
Population, logement, activité RECENSEMENT en SeineSaintDenis n mars 1999, près de 1 383 000 habitantsficit migratoire. La progression annuelle natiEonal et au 3e rang régional. Il représenteportant taux de toute la France métropoli ont été recensés dans la SeineSaintDenis.moyenne due à l’excédent des naissances Ce département se situe ainsi au 7e rangsur les décès atteint 1,02 %. C’est le plus im 12,6 % de la population de l’IledeFrance sur àtaine. Ce dynamisme naturel se traduit sur peine 2 % de son territoire. De ce fait, sa densitéla pyramide des âges par une base très large (5 855 habitants au km²) est une des plus fortes de(cf. figure 1). toute la région après celle de Paris et des HautsdeSeine. C’est un département très urba La population de la SeineSaintDenis est nisé : près de 60 % des communes comptent plus de une des plus jeunes de la région après celle 30 000 habitants. Les trois premières d’entres elles du Vald’Oise : 28 % de la population a moins Montreuil, SaintDenis et AulnaysousBois, figu de 20 ans (cf. figure 2). Comme dans les dé rent également parmi les dix plus peuplées partements de la grande couronne, les per d’IledeFrance. sonnes âgées de 60 ans et plus ne représen tent que 15 % de la population totale. Globa Le plus jeunelement, les jeunes de moins de 25 ans sontLa SeineSaintDenis compte 1 600 habitantsplus présents au nord du département département de de plus qu’en 1990, soit(41,3 % à Villetaneuse et 40,8 % à Villepinte) la petite couronne une progression an(cf. figure 3), tandis que les personnes âgées nuelle moyenne de 0,01 % contre 0,53 % par an entrede 60 ans et plus se situent davantage au 1982 et 1990. C’est la plus faible progression de lacentre (Le Raincy 22,3 %, LivryGargan région. Cette quasistabilité tient à un équilibre20,3 %, LesPavillonssousBois 20,1 %). entre un solde naturel très élevé et un important dé Malgré sa jeunesse, la population de Figure 1Pyramides des âges en 1990 et 1999SeineSaintDenis connaît un léger vieillis sement. En effet, entre 1990 et 1999, le nombre de personnes de moins de 40 ans a diminué en moyenne de 0,6 % par an, alors Age que celui des 60 ans et plus a progressé, en 90 85 moyenne, de 1 % par an. 80 75 70 65 60 55Le nombre moyen de personnes par mé 50 nage a diminué entre 1990 et 1999, passant 45 40 de 2,66 à 2,59. Le nombre de ménages com 35 posés d’une personne ou deux a augmenté 30 25 de 0,9 % par an, au détriment de ceux de 3 20 15 personnes et plus dont le nombre a chuté 10 5 0de  0,4 % par an sur la même période. 0 20004000 6000 8000 1000012000 14000 4000 12000 100008000 6000 4000 20000 Effectifs 1990 1999 Près d’un quart de la population (23 %) Source : Insee,recensements de 1990 et 1999 s’est installé dans le département durant MENSUEL N° 190 OCTOBRE2000  16 F / 2,44
Figure 2Répartition par sexe et âgede la population 1990 1999 Age Hommes FemmesEnsemble Hommes FemmesEnsemble De 0 à 19 ans201 281192 365393 646197 274189 636386 910 De 20 à 39 ans230 215237 420467 635208 642218 897427 539 De 40 à 59 ans170 642158 339328 981182 221178 002360 223 De 60 à 74 ans58 32971 527129 85666 65576 475143 130 75 ans et plus19 48141 73061 21122 36542 76165 126 Total 679948 701381 1381 329677 157705 7711 382 928 Source : Insee, recensements de 1990 et 1999 Figure 3Part des moins de 25 ans
AulnaysousBois SaintDenis Drancy Aubervilliers Bobigny Le Raincy
En % de la population totale moins de 31,9 de 31,9 à 35,1 de 35,1 à 40,8 40,8 ou plus
Préfecture Souspréfecture
ontreuil
commune du département appartenant à la ville nouvelle de © IGN  Insee 1999 MarnelaVallée
Source : Insee, recensement de 1999 Figure 4Structure par âge des nouveaux arrivants
Age
De 0 à 14 ans
De 15 à 24 ans De 25 à 39 ans De 40 à 59 ans De 60 à 74 ans 75 ans et plus Total
Source : Insee,recensement de 1999
Nouveaux arrivants Effectifs % 83 69226,2 40 57912,7 124 74739,1 56 95617,8 8 9152,8 4 4751,4 319 364100,0
les dix dernières années (319 360 personnes, cf. figure 4). Ces arrivées nombreuses n’ont pas compensé les départs encore plus nom breux :près de 445 000 personnes, soit un ha bitant sur trois, ont quitté le département entre 1990 et 1999. Les nouveaux arrivants sont surtout des familles motivées par des rai sons professionnelles et accompagnées de jeu nes enfants, puisque les deux classes d’âges les plus importantes sont les 2539 ans et les
014 ans, dans des proportions respectives de 39,1 % et 26,2 %. Enfin, environ 78 % des nou veaux arrivants dans le département rési daient déjà en France en 1990 et plus de 57 % sont de la région. La proportion des nouveaux arrivants dans la population totale est la plus importante pour la classe d’âges des 2529 ans. En effet, sur cinq personnes de cette tranche d’âges, deux sont des nouveaux arrivants dans le département.
En 1999, 258 850 étrangers ont été recensés dans la SeineSaintDenis ; cela représente 18,7 % des habitants du département (cf. fi gure 5). La part des étrangers a enregistré une très légère baisse depuis 1990, date à laquelle ils représentaient 18,9 % de la population to tale. C’est aux âges de forte activité que la pro portion des étrangers est la plus importante : 22,8 % entre 25 et 39 ans et 24,4 % entre 40 et 59 ans. La part des enfants de moins de 14 ans dans la population étrangère a baissé, passant de 21,4 % en 1990 à 14,7 % en 1999. D’autre part, la population étrangère a beaucoup vieil li, puisque la proportion des personnes âgées de 60 ans et plus est passée de 6,9 % à 11,6 %. Parmi les pays les plus représentés figurent l’Algérie et le Portugal avec respectivement 52 100 et 39 600 personnes. Les effectifs mas culins dans la population étrangère restent supérieurs à ceux des femmes : 53,8 % contre 46,2 %. Les étrangers sont particulièrement représentés dans les communes situées au nordouest du département ; ainsi à Aubervil liers, La Courneuve et SaintDenis, ils repré sentent respectivement 29,7 %, 26,9 % et 26,2 % de la population communale.
Des logements plus conforta bles et des immeubles moins hauts
Le parc des logements de la SeineSaintDenis a fortement augmenté. En 1999, il y a au total 580 500 logements dans le département, soit une progression annuelle moyenne de 0,6 % entre 1990 et 1999. Le nombre des résidences principales a augmenté durant la période intercensitaire de 0,3 % par an ; en 1999 elles représentent 90,3 % du parc total des logements du département, contre 92,2 % en 1990 (cf. figure 6). Le nombre de lo gements vacants a crû très fortement, 4,4 % en moyenne par an entre 1990 et 1999. La part des logements vacants dans l’ensemble du parc est passée ainsi de 6 % en 1990 à 8,5 % en 1999. Les résidences secondaires ont augmenté en moyenne de 0,4 % par an, leur part dans l’en semble des logements restant inchangée par rapport à celle de 1990 : environ 0,5 %.
Comme en1990, à peine deux résidences prin cipales sur cinq sont occupées par leur proprié taire. Environ un quart (26 %) d’entre elles sont des maisons individuelles. Les logements
Figure 5Part des étrangers par classe d’âge Effectifs Effectifs Age totaux d'étrangers De 0 à 24 ans481 14364 953 De 25 à 39 ans333 30675 843 De 40 à 59 ans360 22387 908 De 60 à 74 ans143 13024 892 75 ans et plus65 1265254 Total 1382 928258 850
Source : Insee, recensement de 1999
en immeuble collectif sont donc majoritaires : ils représentent 71 % de l’ensemble des rési dences principales (cf. figure 7). Cette forte proportion s’observe dans l’ensemble des dé partements de la petite couronne. Elle est par ticulièrement forte à l’ouest du département (cf. figure 8), principalement dans les commu nes de Pantin (92,6 %), L’IleSaintDenis et SaintOuen (environ 91 %). Les locataires en HLM représentent près de 63 % de l’ensemble des locataires contre 46 % en moyenne dans toute la région ; leur nombre est passé de près de 164 000 en 1990 à plus de 188 000 en 1999,
Figure 6Répartition des logements par type
Type de logement
Ensemble des logements
Résidences principales
Logements occasionnels
Résidences secondaires
Logements vacants
Source : Insee, recensement de 1999
Nombre 580 479 524 387 3 843 3 133 49 116
1999
Part des étrangers 13,5 22,8 24,4 17,4 8,1 18,7
% 100,0 90,3 0,7 0,5 8,5
Figure 7Résidences principales par type et statut d’occupation
1990 1999 Statut d'occupation et type Nombre % Nombre % Ensemble des résidences principales508 631100,0 524387 100,0 Dont par statut d'occupation : Propriétaire 200191 39,4207 39739,6 Locataire 287659 56,6299 05457,0  d'un logement loué vide non HLM115 23822,7 100883 19,2 32,2 188055 35,9d'un logement loué vide HLM163 923 116 1,91,7 108 498d'un meublé ou d'une chambre d'hôtel Logé gratuitement20 7814,1 17936 3,4 Dont par type : Maison individuelle ou ferme135 07226,6 138087 26,3 Logement dans un immeuble collectif358 17470,4 372480 71,0 Autres* 15385 3,013 8202,6 * Logementfoyer pour personnes âgées, chambre d’hôtel, construction provisoire, habitation de fortune, pièce indépendante louée, souslouée ou prêtée, autres. Source : Insee, recensements de 1990 et 1999
soit une progression annuelle moyenne de 1,5 %.
Les résidences principales sont de plus en plus confortables : la proportion des logements pos sédant une baignoire ou une douche, des WC à l’intérieur et un chauffage central a fortement Figure 8Part des logements collectifs dans les résidences principales
SaintDenis Drancy Aubervilliers Bobigny
En % moins de 41,9 de 41,9 à 63,0 de 63,0 à 83,1 83,1 ouplus
Préfecture Souspréfecture
Montreuil
AulnaysousBois
Le Raincy
commune du département appartenant à la ville nouvelle de MarnelaVallée© IGN  Insee 1999
Source : Insee, recensement de 1999
progressé, passant de 86 % à 92 % entre 1990 et 1999. Le nombre de résidences principales sans aucun équipement sanitaire (baignoire ou douche) a été pratiquement divisé par 2,5 entre 1990 et 1999. En outre, le nombre moyen de pièces a légèrement augmenté : de 3,17 en 1990 à 3,22 en 1999.
Le rythme de la construction s’est ralenti en 1999, puisque seulement 7,7 % des résidences principales ont moins de 9 ans, alors qu’en 1990 on comptait 8,8 % de résidences principa les qui avaient moins de 8 ans. Entre 1990 et 1999, sept logements construits sur dix sont collectifs. La tendance actuelle est de bâtir des immeubles qui comptent moins d’étages : 83 % des immeubles construits durant cette période ont 4 étages ou moins. Environ 38 % des im meubles construits entre 1968 et 1989 comp taient au moins 5 étages.
Nette Au recensement de augmentation1999, près de 674 000 personnes résidant en du chômage, SeineSaintDenis sont surtout chez actives. Entre 1990 et les hommes 1999, cette population active a baissé très légèrement, en moyenne de 0,3 % annuellement (20 800 personnes de
moins au total) alors que la population totale des 15 ans ou plus est restée quasiment stable (cf. figure 9). Ainsi le taux d’activité global a diminué, passant de 63,9 % à 61,6 %. Au sein de la population active, la proportion de ceux qui ont un emploi s’est aussi fortement ré duite, passant de 87,9 % à 82,6 %. Les taux d’activité sont relativement faibles dans les zones situées au centre du département et particulièrement élevés au PréSaintGervais (67,1 %), à Vaujours (66,6 %), Neuil lysurMarne (66,1 %) et NoisyleGrand (65,6 %) (cf. figure 10). Ce sont des communes situées à proximité de deux importants pôles d’emplois : MarnelaVallée et RoissyPlaine de France. Ces communes ne se caractérisent pas forcément par la présence de nombreux établissements et emplois. Selon l’Enquête Régionale sur l’Emploi, NeuillysurMarne, Vaujours et le PréSaintGervais accueillent relativement peu d’établissements et peu (1) d’emplois .A l’opposé, dans des communes comme AulnaysousBois, Aubervilliers, SaintDenis qui offrent de nombreux emplois (28 % du total des emplois départementaux), les habitants ont des taux d’activité relative ment bas. Plus généralement, les communes où l’on travaille ne sont pas forcément celles où l’on habite. Ainsi, seulement 21 % des actifs occupés travaillent dans leur commune de ré sidence, la moitié des actifs travaillent même dans un autre département.
Quel que soit l’âge, le taux d’activité masculin est supérieur au taux d’activité féminin (cf. fi gure 11). Cependant, les écarts entre ces deux taux se sont réduits entre 1990 et 1999. Chez les hommes, la proportion d’actifs a diminué pour toutes les classes d’âges (cf. figure 12). Chez les femmes elle ne baisse que pour les 1524 ans et audelà de 60 ans ; aux âges inter médiaires, le taux d’activité augmente même nettement, de 2,5 points entre 30 et 34 ans et de 6,3 points entre 50 et 54 ans (cf. figure 13). Pour les deux sexes, la baisse des taux d’activi té en début et fin de la vie active s’explique par la prolongation des études pour les jeunes et par des départs souvent plus précoces à la re traite pour les plus âgés. En 1999, 64,4 % des jeunes de 15 à 24 ans sont encore élèves ou
Figure 9Actifs et inactifs
1990 Type d'activité des 15 ans et plus Effectif % Actifs dont :694 65763,9 Ayant un emploi610 51887,9 Chômeurs* 79992 11,5 Inactifs 393004 36,1 Total 1087 661100,0 * Chômeurs au sens du recensement Source : Insee, recensements de 1990 et 1999
1L’emploi francilien en 1998, IledeFrance à la page n° 169, mai 1999
1999 Effectif % 673 81061,6 556 62882,6 115 58317,2 419 70538,4 1 093 515100,0
Figure 10Taux d’activité par commune
AulnaysousBois SaintDenis Drancy Aubervilliers Bobigny Le Raincy
En % de la population de 15 ans ou plus Montreuil moins de 60,9 de 60,9 à 62,7 de 62,7 à 65,5 commune du 65,5 ou plus département appartenant Préfecture à la ville nouvelle de SouspréfectureMarnelaVallée© IGN  Insee 1999
Source : Insee, recensement de 1999
étudiants contre 55,5 % en 1990 et 21,3 % des seniors de 50 à 64 ans sont retraités ou retirés des affaires.
L’activité à temps partiel est fréquente chez les jeunes : 30 % des actifs occupés de 15 à 24 ans travaillent à temps partiel, soit pour concilier travail et études soit en tant que pé riode transitoire avant de trouver un emploi stable. En moyenne générale, la proportion d’actifs à temps partiel n’est que de 13,8 %.
Le nombre de chômeurs a augmenté nette ment plus vite que la population active : près de 35 600 chômeurs de plus qu’en 1990 ont été dénombrés, soit une progression annuelle moyenne de 4,2 %. La proportion de personnes se déclarant chômeurs est passée de 11,5 % à 17,2 % de la population active. Cependant, la comparaison de ces taux est délicate, leur mode de calcul différant légèrement entre les deux recensements de la population (cf. enca
Figure 11Taux d’activité par sexe et âge
1990 1999 Taux d'activité Hommes Femmes Hommes Femmes Ensemble 72,455,7 68,0 55,7 dont : de 15 à 24 ans44,6 39,9 33,8 29,8 de 25 à 39 ans96,4 80,7 94,2 82,7 de 40 à 59 ans92,7 73,1 91,5 77,9
Source : Insee, recensements de 1990 et 1999
Figure 12Taux d’activité des hommes par âge
100
80
60
40
20
0 15 à20 à25 à30 à35 à40 à45 à50 à55 à60 à Age 19 ans24 ans29 ans34 ans39 ans44 ans49 ans54 ans59 ans64 ans 1990 1999 Source : Insee, recensements 1990 et 1999 Figure 13Taux d’activité des femmes par âge 100
80
60
40
20
0 15 à20 à25 à30 à35 à40 à45 à50 à55 à60 à Age 19 ans24 ans29 ans34 ans39 ans44 ans49 ans54 ans59 ans64 ans 1990 1999 Source : Insee, recensements de 1990 et 1999 Figure 14Part des chômeurs dans la population active
En %
SaintDenis Drancy Aubervilliers Bobigny
moins de 11,2 de 11,2 à 15,5 de 15,5 à 20,4 20,4 ou plus
Préfecture Souspréfecture
Montreuil
AulnaysousBois
Le Raincy
communes du département appartenant à la ville nouvelle de © IGN  Insee 1999 MarnelaVallée
Source : Insee, recensement de 1999
dré : définitions). De plus, la durée du chô mage s’est allongée. Environ 53 % de chô meurs ont déclaré en 1999 être au chômage depuis plus d’un an, contre 37,3 % en 1990.
Cette part importante de chômeurs peut s’ex pliquer en partie par la jeunesse de la popula tion de ce département. En effet, les person nes âgées de 15 à 29 ans, qui représentent 23 % de la population active, sont les plus tou chées par le chômage, aussi bien chez les hom mes que chez les femmes : 22 % déclarent être au chômage en 1999, contre 15 % en 1990.
En 1999, ce sont les hommes qui sont les plus touchés par l’augmentation du chômage : la part du chômage masculin est passé de 10,1 % à 17,1 % entre 1990 et 1999, alors que celle des femmes a augmenté de 4 points sur les 9 ans, passant de 13,2 % à 17,2 %. Les hommes repré sentent 53,4 % de la population des chômeurs contre 48,5 % en 1990.
Les chômeurs résident en proportion plus im portante au nordouest du département, dans des communes accueillant beaucoup d’étran gers. Cette population étrangère a été plus particulièrement touchée par la désindustria lisation. Selon l’Enquête Régionale sur l’Emploi de 1994 et 1997, l’emploi salarié du secteur privé a diminué sur cette période : ainsi le secteur de BagnoletMontreuil a perdu 9 % de ses emplois, celui de BobignyCanal de l’Ourcq 5,8 % et la PlaineSaintDenis 4,1 %. Seuls les secteurs situés à l’est et au nordest du département, proches de Roissy et de la ville nouvelle de MarnelaVallée, ont gagné des emplois dans le secteur privé. Dans les communes à l’ouest du département, la part des chômeurs dans la population active est particulièrement élevée : Stains (24,6 %), La Courneuve (24,3 %) et Aubervilliers (22,6 %) (cf. figure 14). A l’opposé, elle est moins élevée dans la frange est du département : 13 % à NeuillysurMarne, 11,8 % à NoisyleGrand et 11,3 % à Vaujours.
Youssef Boudra* MarieOdile Liagre *Ingénieur d’Etat en statistique (Insea Maroc)
Source Ces chiffres sont issus de l’exploitation principale du recensement de la population de mars 1999. Celleci traite sur tous les bulletins toutes les questions sur les logements et les trois quarts des ques tions sur les individus (âge, sexe, activité, formation, lieu de travail, lieu de résidence antérieure,...). Ne sont pas analysées dans cette exploitation les questions relatives aux catégories socioprofessionnelles, à l’activité économique et à la description des familles. Ces thèmes feront l’objet de l’exploitation complé mentaire (2e semestre 2001). Définitions Age :l’âge indiqué est l’âge atteint par chaque génération au cours de l’année de recensement. La classe « 0 » ne comprend pour le recensement de 1999 que les enfants nés du 1er janvier 1999 au 8 mars 1999. Arrivants dans le département :personnes dont le département de résidence au 1er janvier du re censement de 1990 était différent du département de résidence au recensement de 1999. Les enfants nés depuis le 1er janvier 1990 sont considérés comme « arrivants » (en 1999) si la personne de référence du ménage est ellemême « arrivante ». Chômeurs :personnes (inscrites ou non à l’ANPE) qui se sont déclarées « chômeurs » sauf si elles ont déclaré explicitement par ailleurs ne pas rechercher du travail. Cette définition diffère légèrement de celle utilisée en 1990. Les personnes sans emploi et à la recherche d’un emploi qui ne se déclaraient pas chômeurs étaient alors aussi comptabilisées comme chômeurs. Ils sont désormais comptabilisés parmi les inactifs. Ce basculement concerne notamment des mères de famille et des femmes au foyer. La com paraison entre les deux recensements des données relatives au chômage, à la population active et aux taux d’activité est donc légérement biaisée. Logement :local séparé et indépendant utilisé pour l’habitation. On distingue les logements occupés (résidences principales) et les logements inoccupés (occasionnels, secondaires ou vacants). Population active :elle comprend la population active ayant un emploi (y compris les apprentis), les chômeurs et depuis le recensement de 1990, les militaires du contingent. Les actifs ayant un emploi sont les personnes qui ont une profession et l’exercent au moment du recensement. La population active est composée de personnes âgées de 15 ans ou plus. Les personnes qui déclarent aider un membre de leur fa es si la personne aidée n’est pas salariée (exploitant .). La population active étudiée ici est localisée au
ù le ménage demeure la plus grande partie ce principale. tion totale en âge d’être active. ctive, proportion de personnes se ux diffère par construction du lus restrictifs. ’ tatcivilpendant une pé
Vous souhaitez des résultats
plus détaillés
endant une période
RECENSEMENT1999
Le site internet www.insee.fr rubriquele recensement de 1999: tableaux départementaux et communaux gratuits
L'ouvrage documentaire de référence Tableaux références et analyses pour le département (80 F/12,20)
Le Cédérom Communes...profils: toutes les communes d'un département sous forme de base de données. L'outil indispensable pour l'analyse d'un territoire. (600F/91,47)
INSEE  IledeFrance à la pagefigure dès sa parution sur le site internet de l’insee : www.insee.fr/iledefrance
N° 190
INSTITUT NATIONALE DE LA STATISTIQUES ET DES ETUDES ECONOMIQUES
Direction régionale d’IledeFrance 7, rue Stephenson MontignyleBretonneux 78188 SaintQuentinYvelines cedex
Directeur de la publication : Alain Charraud
Comité Editorial : Odile Bovar
Rédactrice en chef : Corinne Benveniste
Secrétaire de rédaction : Josette Siriostis
Rédaction Service Etudes Diffusion Service Statistique
Maquette : Muriel Granet
Impression : Imprimerie nationale
Abonnement : Françoise Charbonnier 12 numéros par an, France : 160 F/24,39Europe : 200 F/30,49Reste du monde : 216 F/32,93Le numéro : 16 F/2,44
Vente sur place et par correspondance : Direction régionale d’IledeFrance Division Information Commercialisation 7, rue Stephenson tignyleBretonneux 8 Saint Quentin velines cedex
30 96 90 99 30 96 90 27 iledefrance
Info Service ur Gamma A rue de Bercy ris cedex 12 41 17 66 11 53 17 88 09
09844724 Dépôt légal : mestre 2000 : I 0019052 ion paritaire n° 2133 AD
INSEE 2000
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.