Ralentissement de lactivité à Mayotte

De
Publié par

Oi MayotteRalentissement de l’activité à Mayotte Après plusieurs années de forte croissance, sons (- 2,5 %) est à l’origine du ralentisse- Mayotte a connu en 2009 un ralentissement ment de l’inflation. Les prix des produits sensible de son activité : diminution du manufacturés (+ 1,0 %), des services aux nombre d’offres d’emploi enregistrées, baisse ménages (+ 4,8 %) et du tabac (+ 14 %) ont de la consommation des ménages, recul de en revanche continué à progresser. l’activité et de l’investissement des entrepri- er ses. La revalorisation du Smig au 1 juillet 2009 (+ 8 % pour le Smig brut), dans ce contexte d’inflation maîtrisée, n’a pas eu l’effet d’en-Une inflation mesurée, traînement escompté sur la consommation mais une consommation des ménages. Les importations de biens d’équipement ménager et de produits texti-des ménages en net repli les se sont nettement tassées, tout comme les ventes de véhicules neufs, signe de l’atten- Après trois années durant lesquelles l’infla- tisme des ménages. Seules les importations tion constatée à Mayotte était nettement de produits alimentaires, et notamment de supérieure aux valeurs observées pour la riz, ont progressé en valeur, malgré la baisse France entière, la hausse des prix retrouve des prix observée. Les ménages ont cepen- fin 2009 le niveau national. Elle s’établit à dant continué à investir, et l’encours de cré- 1 % en glissement annuel, contre plus de dits à l’habitat a progressé de 8,7 % en glis- 5 % en 2008.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 17
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

Oi
MayotteRalentissement de l’activité
à Mayotte
Après plusieurs années de forte croissance, sons (- 2,5 %) est à l’origine du ralentisse-
Mayotte a connu en 2009 un ralentissement ment de l’inflation. Les prix des produits
sensible de son activité : diminution du manufacturés (+ 1,0 %), des services aux
nombre d’offres d’emploi enregistrées, baisse ménages (+ 4,8 %) et du tabac (+ 14 %) ont
de la consommation des ménages, recul de en revanche continué à progresser.
l’activité et de l’investissement des entrepri-
er
ses. La revalorisation du Smig au 1 juillet 2009
(+ 8 % pour le Smig brut), dans ce contexte
d’inflation maîtrisée, n’a pas eu l’effet d’en-Une inflation mesurée,
traînement escompté sur la consommation
mais une consommation des ménages. Les importations de biens
d’équipement ménager et de produits texti-des ménages en net repli
les se sont nettement tassées, tout comme
les ventes de véhicules neufs, signe de l’atten-
Après trois années durant lesquelles l’infla-
tisme des ménages. Seules les importations
tion constatée à Mayotte était nettement
de produits alimentaires, et notamment de
supérieure aux valeurs observées pour la
riz, ont progressé en valeur, malgré la baisse
France entière, la hausse des prix retrouve
des prix observée. Les ménages ont cepen-
fin 2009 le niveau national. Elle s’établit à
dant continué à investir, et l’encours de cré-
1 % en glissement annuel, contre plus de
dits à l’habitat a progressé de 8,7 % en glis-
5 % en 2008. La baisse des prix de l’énergie
sement annuel.
(- 4,7 %) et des produits alimentaires et bois-
Évolution des prix par grands postes depuis 1997
160
ensemble
alimentation150
produits manufacturés, énergie et tabac
services
140
130
120
110
100
90
37
janv-97
janv-98
janv-99
janv-00
janv-01
janv-02
janv-03
janv-04
janv-05
janv-06
janv-07
janv-08
janv-09
Source : Insee - Base 100 en décembre 1996Ralentissement de l’activité
et de l’investissement
des entreprises
Les entrepreneurs interrogés dans le
cadre de l’enquête de conjoncture de
l’Iedom font état d’une baisse de leur
activité depuis le second semestre
2008. Elle s’est accompagnée d’une
réduction des effectifs employés et
d’une dégradation sensible des situa-
tions de trésorerie liée en grande partie
à l’allongement continu des délais de
paiement. Dans le secteur de la cons-
truction notamment, les chefs d’entre-
prises s’inquiètent de l’absence ou du
lancement tardif des gros projets de
chantiers publics, alors que les besoins
à Mayotte sont toujours aussi impor-
tants (assainissement, infrastructures,
réfection des voiries...).
Matthieu MORANDO
Insee Mayotte
sur la base de la synthèse du rapport
annuel de l’Iedom "Mayotte en 2009".
La transformation statutaire de Mayotte
Le "oui" massif (à 95,2 %) des Mahorais lors l’"identité législative". Les modalités et le
de la consultation sur la départementalisa- calendrier de cet alignement ont été précisés
tion du 29 mars 2009 restera l’événement par le "Pacte pour la départementalisation",
majeur de l’année 2009 sur le plan institu- proposé à l’ensemble des foyers mahorais à
tionnel. La transformation de Mayotte en la veille de la consultation. L’alignement sur
une collectivité unique régie par l’article 73 le droit commun va permettre aux mahorais
de la Constitution, et exerçant les compéten- d’accéder à de nouveaux droits (mise en
ces dévolues aux départements et régions place progressive ou revalorisation de
d’Outre-mer, va accélérer le processus de prestations sociales), mais implique aussi de
convergence vers le droit commun et con- nouvelles obligations (mise en place d’impôts
duire à des évolutions majeures et profondes locaux notamment). Par ailleurs, l’égalité
sur les plans institutionnel, économique, homme/femme sera établie comme futur
politique, environnemental... L’évolution principe juridique de base, ce qui implique
statutaire engagée nécessite notamment un notamment la suppression de la polygamie
alignement progressif du système législatif et pour les mariages à venir et le relèvement à
réglementaire sur le droit commun, initié 18 ans de l’âge légal minimum pour le
dès le début 2008 par la mise en place de mariage des femmes.
38

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.