Reflux de lemploi industriel mais des résultats économiques satisfaisants

De
Publié par

Insee Poitou-Charentes N° 276 - Décembre 2007 INDUSTRIE Reflux de l’emploi industriel mais des résultats économiques satisfaisants Région rurale et touristique, le Poitou- L’industrie emploie 17,6 % des salariés de Charentes est aussi une région où l’industrie la région, proches des 16,7 % en France.’industrie régionale occupe une place non négligeable dans C’est plutôt une industrie de main-d’œuvre, emploie 18 % des l’économie régionale. Sa contribution à la plus exposée de ce fait aux risques de valeur ajoutée régionale est de 15 %, équiva- délocalisation. Le taux de cadres est deLsalariés de la lente à la moyenne nationale. Entre 1995 et 8 % contre 14 % au niveau national. Ce région et sa contribution 2005 la valeur ajoutée de l’industrie régionale taux faible est à relier à la présence en à la valeur ajoutée a progressé de 19 % soit 5 points de plus région des petites entreprises de sous- qu’au niveau national. Le Poitou-Charentes traitance de capacité, sans bureaurégionale est de 15 % se caractérise toujours par une surrepré- d’études et n’employant que peu en 2005. sentation du secteur des industries agri- d’ingénieurs. Parmi les cadres présents en coles et alimentaires qui contribue pour entreprises, la part des femmes est plusLa baisse de l’emploi 18 % à la valeur ajoutée industrielle régio-a été moins forte qu’en 18 % des salariés de l’industrie travaillent nale contre seulement 12% au niveau dans l’agroalimentaire (illustration 1)moyenne nationale national.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 2
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

Insee Poitou-Charentes
N° 276 - Décembre 2007
INDUSTRIE
Reflux de l’emploi industriel
mais des résultats économiques
satisfaisants
Région rurale et touristique, le Poitou- L’industrie emploie 17,6 % des salariés de
Charentes est aussi une région où l’industrie la région, proches des 16,7 % en France.’industrie régionale
occupe une place non négligeable dans C’est plutôt une industrie de main-d’œuvre,
emploie 18 % des l’économie régionale. Sa contribution à la plus exposée de ce fait aux risques de
valeur ajoutée régionale est de 15 %, équiva- délocalisation. Le taux de cadres est deLsalariés de la
lente à la moyenne nationale. Entre 1995 et 8 % contre 14 % au niveau national. Ce
région et sa contribution 2005 la valeur ajoutée de l’industrie régionale taux faible est à relier à la présence en
à la valeur ajoutée a progressé de 19 % soit 5 points de plus région des petites entreprises de sous-
qu’au niveau national. Le Poitou-Charentes traitance de capacité, sans bureaurégionale est de 15 %
se caractérise toujours par une surrepré- d’études et n’employant que peu
en 2005. sentation du secteur des industries agri- d’ingénieurs. Parmi les cadres présents en
coles et alimentaires qui contribue pour entreprises, la part des femmes est plusLa baisse de l’emploi
18 % à la valeur ajoutée industrielle régio-a été moins forte qu’en 18 % des salariés de l’industrie travaillent
nale contre seulement 12% au niveau dans l’agroalimentaire (illustration 1)moyenne nationale national. La production de cognac est à
forte valeur ajoutée. Elle appartient ausur dix ans.
marché du luxe où la valeur ajoutée est
Les industries des biens
toujours très importante par rapport aux
d’équipement affichent autres productions. L’écart s’est cependant
réduit de 3 points durant la période. Celaune bonne santé.
est sans doute imputable aux autres
D’autres comme secteurs de l’agroalimentaire du fait d’un
l’industrie automobile accroissement des marchés premiers prix
(production de produits sans marque ousont en repli comme
sous marque distributeur) à très faible valeur
au niveau national. ajoutée, et de l’envolée du cours des matières
premières ces dernières années. À l’inverse,Les zones d’emploi
le secteur des biens de consommation quide Châtellerault et
représente 11 % de la valeur ajoutée indus-
d’Angoulême sont trielle de la région, continue à être sous-
représenté de 5 points par rapport à lafragilisées.
moyenne nationale, secteur très fortement
Source : Insee (Estimations d’emplois)
concurrencé par les pays à bas coût.INDUSTRIE Reflux de l’emploi industriel mais des résultats économiques satisfaisants
faible en région, 17 %, qu’en moyenne contribué au meilleur comportement charcutiers) que des industriels
nationale, 24 %. En Poitou-Charentes, de l’emploi industriel régional. Ce sont oeuvrant dans l’industrie des viandes,
la main-d’œuvre est relativement plus les industries des équipements celle des boissons, celle des produits
qualifiée, 45 % sont des ouvriers qualifiés mécaniques qui représentent 10,8 % du lait et la fabrication d’aliments pour
pour 37 % au niveau France. Par ailleurs de l’emploi industriel, les industries du animaux. Il faut noter que l’industrie
la dépendance de l’industrie régionale bois et du papier (9,3 %), la métallurgie des boissons, très importante pour les
par rapport à des centres de décision à et transformation des métaux (7,4 %), exportations grâce au cognac, emploie
l’étranger s’est accrue de 6 points : la en région deux fois moins de personnes
part des salariés d’entreprises dont le électriques et électroniques (6,4 %) que l’industrie des viandes. Cependant
centre de décision est à l’étranger est notamment grâce à la bonne santé de les prix dans ce secteur sont de plus
passée de 20 % en 2001 à 26 % en Leroy-Somer, la construction navale, en plus bas en lien avec les dernières
2005. Cela traduit l’importance aéronautique et ferroviaire (6 %), tirée crises de la viande et de la volaille. La
croissante que prennent les fonds surtout en 2000-2005 par le dyna- hausse actuelle des matières premières
d’investissement étrangers dans le misme de l’aéronautique (SOGERMA, rend ce secteur encore plus fragile.
rachat d’entreprises. SNECMA…) et du ferroviaire (ALSTOM), L’innovation pour produire des aliments
mais aussi du marché de la plaisance à haute valeur ajoutée (Diététique,
Fin 2005, l’industrie régionale emploie en fort développement à La Rochelle, Bio…) pourrait être une orientation de
près de 102 600 salariés (illustration 1). l’énergie (4,7%) et la pharmacie, développement.
Par rapport à la France, les industries parfumerie et entretien (1,3 %). Pour la
du bois et du papier ainsi que la cons- majorité de ces secteurs les effectifs Des secteurs qui perdent
truction navale, aéronautique et s’érodent depuis 2000 mais plus des emplois
ferroviaire occupent une part plus lentement qu’au niveau national.
importante. La perte de 2 800 emplois Parmi ceux qui résistent plutôt bien, le
Tous les autres secteurs ont, en Poitou-
salariés sur la période 1995-2005 secteur des industries des équi-
Charentes comme en moyenne natio-
(illustration 2) est beaucoup moins pements électriques et électroniques
nale, un niveau d’emploi inférieur à
défavorable pour le Poitou-Charentes est ancré depuis longtemps dans
celui de 1995.
(- 2,6 %) que pour la France métro- l’histoire de la région (Leroy-Somer).
La chimie, caoutchouc, plastiques (5,5 %
politaine (- 9,1 %). Deux phases très Depuis 2000, l’évolution de l’emploi
des emplois industriels), l’industrie des
différentes se sont succédées. De 1996 dans ce secteur est stable alors qu’au
équipements du foyer (4,5 %) et l’édi-
à 2001, l’effectif salarié a progressé niveau national la chute a été de - 13 %.
tion, imprimerie, reproduction (3,5 %) ont
dans la région alors qu’il stagnait au C’est un secteur où l’emploi est très
de façon plus importante qu’au niveau
niveau métropolitain. De 2001 à 2005 concentré, les établissements de plus
national bénéficié de la bonne conjonc-
la baisse de l’effectif en région est de 250 salariés regroupent 62 % des
ture autour des années 2000 pour
nette, - 6,7 %, moins prononcée qu’au emplois. On trouve également la
ensuite, comme au niveau national,
niveau national - 8,9 %. Selon les sec- construction navale, aéronautiqueet
subir des baisses importantes de leurs
teurs ces évolutions sont contrastées. ferroviaire qui a connu dans la région
effectifs. Ce sont en effet des secteurs
une évolution très favorable entre 1995
soumis à une concurrence forte des
et 2001 (+ 30 %) pour ensuite suivre Des secteurs industriels pays à bas coût de main-d’œuvre. En
l’évolution nationale. Au sein de ce sec-qui résistent plutôt bien outre, dans le secteur de l’imprimerie,
teur c’est la construction navale qui tire
les prix se sont effondrés suite à un
Des secteurs ont plus bénéficié de la l’emploi. Cela concerne en majorité les
surinvestissement de certaines entre-
bonne conjoncture des années 2000 industriels de la plaisance qui se dévelop-
prises et par la politique de prix très
qu’en moyenne nationale : entre 10 et pent de manière remarquable, notam-
bas de certains dirigeants approchant
25 % d’emplois salariés en plus par ment à l’export. Elle occupe près de la
l’âge de la retraite. L’imprimerie pourrait
rapport à 1995. Ils ont donc fortement moitié des emplois de ce secteur suivie
sans doute passer avantageusement
de la construction aéronautique (30 %).
d’une industrie de labeur à une industrieSituation moins défavorable en
Poitou-Charentes (illustration 2) de service en intégrant l’activité de
Les IAA demeurent le premier service précédant l’impression (à forte
secteur employeur valeur ajoutée) pour pouvoir survivre.
Les effectifs du secteur des industries
L’emploi dans les industries agricoles des produits minéraux (5,3 %) ont
et alimentaires (IAA), premier secteur chuté comme au niveau national
employeur de l’industrie (18 %), a peu jusqu’en 1999 pour ensuite se stabi-
bénéficié de la conjoncture favorable liser alors que ceux de l’habillement
des années 2000. Il est en 2005 à son cuir (3,2 %), ont décrû sur l’ensemble
niveau de 1995. Cependant s’il peut de la période (très forte concurrence
subir la concurrence nationale, il est des pays à bas coût de main-d’œuvre).
plutôt moins exposé aux risques de Les entreprises régionales pourraient
délocalisation. Ce secteur de trans- avoir tout intérêt à se repositionner sur
formation des matières agricoles des savoir-faire stratégiques et à
comprend, en effet, aussi bien des développer leurs liens avec les
Source : Insee (Estimations d’emplois) artisans (boulangers, pâtissiers, créateurs des sociétés de luxe.
Insee Poitou-Charentes
décimal n° 276 - 2007 2INDUSTRIE Reflux de l’emploi industriel mais des résultats économiques satisfaisants
Enfin trois secteurs subissent des des monte-charges, Valéo réalise des un des plus gros employeurs de la
évolutions encore plus défavorables essuie-glaces... Ce tissu de petits et région. Si en 2004 et 2005, l’emploi
qu’au niveau national : l’industrie auto- moyens établissements s’accompagne dans ce secteur a été florissant grâce
mobile (7,5 % des emplois industriels), d’une présence significative de à la fabrication de l’Opel tigra twintop,
l’industrie des composants électriques l’industrie dans la plupart des zones la situation actuelle est beaucoup plus
et électroniques (4,8 %) et l’industrie d’emploi, y compris sur certaines zones inquiétante. Les autres activités comme
textile (1,2 %). Pour l’industrie peu urba-nisées (illustration 4). Au sein la fabrication de meubles et l’industrie
automobile, les effectifs ont chuté de de ces zones l’évolution de l’emploi des viandes, confrontées à des crises
-20% entre 1995 et 1999. Depuis, industriel est contrastée, elle dépend à sanitaires régulières sont, elles aussi,
malgré les variations conjoncturelles la fois de la plus ou moins forte diversité assez fragiles. Cependant ce bassin
liées à l’activité du constructeur régional des activités présentes et de leur plus garde un taux de chômage très bas car
Heuliez, les effectifs du secteur restent ou moins bonne «santé». il profite de la proximité de la Vendée et
relativement stables comme au niveau du Choletais, tous deux très dynamiques
national. Ce secteur est très dépendant Les zones dont l’emploi a évolué plus et possédant un maillage très fin de
de décisions extérieures à la région, favorablement que la moyenne régio- sous-traitants.
60 % des effectifs salariés dépendent nale (- 6,7 %) sont le Nord Deux-
d’un groupe étranger, c’est de loin le Sèvres (+ 3,6 %), la zone de La Rochelle La zone de La Rochelle, plus diversifiée,
taux le plus élevé. Par ailleurs les éta- (- 3,6%) et la petite zone du Nord comporte des activités porteuses sur
blissements de plus de 250 salariés Poitou (+ 6,2 %). 2001-2005 comme la construction
regroupent 80 % des emplois du La zone d’emploi du Nord Deux-Sèvres nautique de plaisance, la fabrication de
secteur, c’est le taux maximal, la est la deuxième zone industrielle de la tramways (ALSTOM), la production de
moyenne régionale dans l’industrie région par le nombre d’emplois. produits cosmétiques et d’aliments
étant à 28 %. En effet la forte inter- L’industrie automobile y est le premier biologiques.
nationalisation des marchés dans ce secteur avec le constructeur Heuliez,
secteur conditionne aujourd’hui la
politique d’achat des grands groupes
Peu de très gros établissements industriels en Poitou-Charentes (illustration 3)
au détriment des petites entreprises,
confrontées à la concurrence des pays
à bas coûts.
Cependant, les industriels de la
mécanique, très nombreux en région,
ont su diversifier leur portefeuille client.
Pour se maintenir, ils devraient soit
innover et rechercher des marchés de
niche soit abaisser très fortement leurs
coûts. Ce sera certainement l’un des
enjeux les plus importants des années
à venir dans l’industrie.
Un tissu de petits et
Source : Insee (Clap 2005)moyens établissements
Les emplois salariés industriels par zone d’emploi en 2005 (illustration 4)Le tissu industriel régional est composé
Nb salariés industrie ZE Part de Évolution dede près de 8 500 établissements. Il se
Effectif salariés l’emploi salarié l’emploi salariécaractérise par relativement plus / Nb total / Nb salariés
Zone d’emploi (ZE) dans des 5 premiers industrield’établissements de 10 à 49 salariés et salariés de industrie de
l’industrie secteurs 2001-2005de 100 à 249 salariés qu’en moyenne la ZE (en %) la région (en %)
industriels (en %) (en %)nationale (illustration 3). À l’inverse, les
Nord Poitou 3 603 20,8 3,5 81 6,2très grands établissements sont moins
Châtellerault 10 153 33,8 9,9 59 -11,5présents. Seuls quelques employeurs
Montmorillon 3 050 23,4 3,0 75 -10,1dépassent les mille salariés : Heuliez,
Haute Charente 4 474 24,9 4,4 81 -5,7
ALSTOM et (en plusieurs établis-
Angoulême 15 776 21,0 15,4 55 -11,1
sements) Leroy-Somer, Schneider Sud Charentes 3 843 18,8 3,7 84 -10,6
Electric et EDF. C’est l’une des carac- Cognac 8 113 28,3 7,9 83 -6,6
téristiques principales de l’industrie en Saintonge Intérieure 3 719 10,7 3,6 70 -7,5
Poitou-Charentes qui est en quelque Saintonge Maritime 4 608 9,1 4,5 73 -11,2
sorte «l’atelier» ou le fournisseur La Rochelle 11 491 14,4 11,2 73 -3,6
d’autres entreprises. Peu de produits Sud Deux-Sèvres 9 518 12,3 9,3 66 -9,1
Nord Deux-Sèvres 13 942 32,1 13,6 72 3,6finis sont assemblés en Poitou-
Poitiers 10 299 10,9 10,0 59 -8,0Charentes. Ainsi Leroy-Somer vend
Poitou-Charentes 102 589 17,6 100,0 52 -6,7des moteurs électriques à d’autres
Source : Insee (Clap 2005, estimations d’emplois)industriels qui les assembleront dans
Insee Poitou-Charentes
décimal n° 276 - 20073INDUSTRIE Reflux de l’emploi industriel mais des résultats économiques satisfaisants
Enfin les activités principales du Nord fabrication d’équipements automobiles, pourtant les plus diversifiées de la
Poitou ne font pas partie des secteurs et celle de Saintonge Intérieure (- 7,5 %%)) région. Ainsi seuls 55 % des emplois
les plus fragilisés sur 2001-2005. où deux activités dépassent les 10 % sont concentrés dans les cinq premiers
L’industrie des viandes est de loin la d’effectifs salariés, le travail du bois et secteurs industriels de la zone
première activité de la zone avec fabrication d’articles en bois et les d’Angoulême contre 73 % par exemple
notamment l’entreprise Loeul Piriot industries alimentaires diverses. à La Rochelle. Mais dans un contexte
leader européen de l’abattage de lapins de fonte généralisée de l’emploi
et leader français de l’abattage de industriel, la diversification des activitésAngoulême et Châtellerault :
chevreaux qui se diversifie dans la n’est plus une assurance pour l’avenir.les zones les plus touchées
fabrication de plats cuisinés. L’industrie des équipements du foyer
(fabrication de meubles pour l’essentiel)Enfin, toujours de 2001 à 2005, vien-
Dans les zones suivantes, l’emploi nent les zones où l’emploi industriel a est touchée dans ces trois zones,
industriel a varié quasiment dans les l’habillement à Angoulême (fabricationvarié de manière nettement plus
mêmes proportions qu’en région de défavorable qu’en région soit, la zone de pantoufles, de couvertures) et à
2001 à 2005. L’évolution a été légè- Châtellerault (confection de vêtements).d’Angoulême (- 11,1 %), celle de
rement moins défavorable qu’en région Dans la zone d’Angoulême, les acti-Châtellerault (- 11,5 %), le Sud Deux-
pour la petite zone de Haute Charente Sèvres (- 9,1Sèvres (- 9,1 %), la Saintonge Maritime vités sont diversifiées mais pendant la
(- 5,7 %) dont plus de 20 % des emplois période concernée, aucun secteur(-(- 11,211,2 %), le Sud Charentes (- 10,6 %)
industriels se concentrent dans la et Montmorillon (- 10,1 %). industriel n’aura été florissant : sont
fabrication de tuiles et sont donc aussi affectées l’imprimerie et les indus-On trouve parmi les zones les plus
influencés par la conjoncture du BTP. tries des équipements mécaniques.touchées, des zones avec une forte
L’évolution est identique à celle de la activité industrielle comme celles La zone de Montmorillon n’accueille
région pour la zone de Cognac (- 6,6 %) que 3 % des emplois industriels de lad’Angoulême (21 % des salariés de la
où l’industrie des boissons et ses zone travaillent dans l’industrie), de région. Malgré la présence stabilisante
dérivés dominent. La bonne conjonc- des activités liées à la centrale nucléaireChâtellerault (34 %) et de Montmorillon
ture du marché du cognac depuis 2002 de Civaux, la zone est confrontée aux(28 %). La zone d’emploi d’Angoulême
n’enraye pas la fonte des effectifs est celle qui compte le plus d’emplois difficultés du secteur du meuble
salariés. (Domoform) et à celles du secteur deindustriels de la région. Mais c’est la
L’évolution a été légèrement plus zone de Châtellerault qui est la plus l’habillement (Calida, Aubade).
défavorable qu’en région pour la zone Même dans les secteurs où l’emploifragilisée puisqu’un tiers de ses emplois
de Poitiers (- 8 %) où l’industrie est est relativement stable comme les IAA,dépendent de l’industrie et qu’elle
pourtant diversifiée, une seule activité enregistre l’évolution la plus défavorable des fermetures ont cependant eu lieu
occupe plus de 10 % des effectifs, la comme les champignonnières dans lade la région. Ces deux zones sont
zone de Châtellerault.
Localisation des établissements industriels Benjamin Garel (Drire), Luc Signor (Insee)
de 150 salariés et plus au 01/01/2007
our en savoir plusNord Poitou p
Le site internet «l’industrie en Poitou-
Charentes» propose :
Nord Deux-Sèvres Châtellerault • Un panorama replaçant l’industrie dans son
contexte régional ;
• Une analyse des 16 secteurs industriels ;
• Une approche territoriale qui décrit le tissuPOITIERS
industriel des 13 zones d’emploi et desPoitiers
quatre départements du Poitou-Charentes.
Montmorillon
NIORT Ce site est accessible à l’adresse suivante :
www.industrie-poitou-charentes.org
La Rochelle Sud Deux-Sèvres
LA ROCHELLE Pour tout renseignement statistique
www.insee.fr/poitou-charentes
Haute Charente
insee-contact@insee.fr
Saintonge 0 825 889 452 (0,15 €/mn)Intérieure
du lundi au vendredi de 9 h à 17 h
Saintonge
Cognac AngoulêmeMaritime
Insee Poitou-Charentes
5 rue Sainte-Catherine - BP 557
86020 Poitiers Cedex
ANGOULÊME Tél : 05 49 30 01 01
Fax : 05 49 30 01 03
sed-poitou-charentes@insee.fr
Directeur de la publication : Francis VENNAT
Rédactrice en chef : Dorothée AGUERSud Charente
Dépôt légal décembre 2007
N° CPPAP 0908 B 06698 - ISSN 0221-1068
Code SAGE DEC27656
Impression MEGATOP, Naintré
Insee Poitou-Charentes
décimal n° 276 - 2007 4

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.