Saint-Brieuc (Flash d'Octant n° 69)

De
Publié par

Avec 107 000 habitants en mars 1999, la communauté d'agglomération briochine constitue un pôle de dynamisme au centre des Côtes-d'Armor. Sa population en augmentation depuis 1960 est en moyenne plus jeune que celle du département. Au cours de la décennie 90, la taille des ménages a diminué ; le nombre de personnes vivant seules s'est accru et l'âge moyen des habitants a augmenté. Malgré un certain brassage social sur l'ensemble du territoire, les spécificités sociales des différents quartiers apparaissent fortement liées au type d'habitat. En particulier, dans les quartiers à habitat social dense, les actifs sont moins diplômés, ils occupent moins souvent un emploi stable et le nombre de chômeurs est important. Ces constats sont en fait l'illustration du rôle joué par le parc social : fournir un logement aux personnes les plus démunies, notamment celles qui ont des difficultés d'insertion sur le marché du travail.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 26
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

LE FLASH
Octant
Numéro 69 - Février 2002Territoire
Saint-Brieuc
Avec 107 000 habitants en mars 1999, la communauté d'agglomération
briochine constitue un pôle de dynamisme au centre des Côtes-
Les IRIS 2000 d'Armor. Sa population en augmentation depuis 1960 est enSaint-Éloi / Les Rosaires
moyenne plus jeune que celle du département.
Au cours de la décennie 90, la taille des ménages a diminué ;
Le Sépulcre Centre ville
Nord
Saint-Laurent /
Sous la Tour le nombre de personnes vivant seules s'est accru et l'âge
Le Légué
Centre ville
Sud moyen des habitants a augmenté.
Les Villages
Le Tertre Malgré un certain brassage social sur l'ensemble du terri-
Notre Dame Le LéguéLe point Cesson
du jour St-Michel
St-Michel Est L’EuropeOuest toire, les spécificités sociales des différents quartiers appa-
La Tour Le PlateauCentre ville Ginglin
d’Auvergne raissent fortement liées au type d'habitat. En particulier, dans
Charner
La Ville Jouha Sainte-Thérèse
Robien les quartiers à habitat social dense, les actifs sont moins diplô-Zone
industrielle
BeauvallonCarpont
La Ville més, ils occupent moins souvent un emploi stable et le nombre de
OgerSaint-Hervé (Les Châtelets)
La Croix
LambertCentre ville chômeurs est important. Ces constats sont en fait l'illustration du
Ouest
Brézillet rôle joué par le parc social : fournir un logement aux personnes les
plus démunies, notamment celles qui ont des difficultés d'insertion sur
le marché du travail.
ZI Châtelets
Évolution de la population (indice 100 en 1962)a Communauté d’Agglo-L mération BRIochine 160
(CABRI) est composée de 14 CABRI
140communes avec Saint-Brieuc
pour ville centre. 120
100
Un pôle de dynamisme Côtes-d’Armor
80démographique dans
les Côtes-d’Armor
60
La CABRI regroupe près de 40
107 000 habitants en mars 1999,
20soit 3 500 de plus en neuf ans. Ce
dynamisme démographique a
0
très largement contribué à 1960 1965 1970 1975 1980 1985 1990 1995 2000
l’augmentation du nombre
Source : INSEE - Recensements de la population
ISSN 1276-972X - CODE SAGE : FLASH6964 - PRIX : 2,20€d’habitants dans les Côtes- d’Armor. Le nombre de person-
d’Armor (+ 4 000 personnes nes de plus de 60 ans a augmenté Cet article reprend les éléments d'une étude des quartiers
entre 1990 et 1999). Dans la de 3 500, pour atteindre 23 500. de la Communauté d'Agglomération Briochine,
CABRI, la croissance est Dans le même temps, les jeunes réalisée par l'Insee en partenariat avec la Mairie de Saint-Brieuc.
totalement due à l’excédent des sont moins nombreux. Les 15-25
naissances sur les décès. Par ans sont passés de 16 600 à
contre, dans les autres territoires 14 500 en 1999. Taille des ménages dans la CABRI
costarmoricains en expansion La proportion de ménages d’une
40
situés sur le littoral de la Côte du ou de deux personnes a nettement 1990 1999
Goëlo ou de la Côte d’Émeraude, progressé au cours de la décennie 35
elle résulte de l’excédent au détriment des ménages plus
30migratoire, et notamment de leur grands, surtout ceux de cinq
attractivité vis à vis des person- personnes et plus qui se raréfient 25
nes arrivées à l’âge de la retraite. (7 % des ménages en 1999 contre
% 20près de 10 % en 1990). En 1999, et
pour la première fois, les ménages
15
d’une personne sont les plusUne population
nombreux : 33 % des logements 10relativement jeune
sont occupés par des personnes
5seules, c’est 6 points de plus qu’en
La population est plus jeune dans
1990. Il s’agit d’abord d’une 0la communauté d’agglomération
12 34 5 et +conséquence du vieillissement de
que dans les territoires proches, la population qui augmente la
et même que dans l’ensemble du Source : INSEE - Recensements de la population
proportion des personnes âgées,
département. La moyenne d’âge
mais aussi d’une augmentation du
est proche de 39 ans, contre 42
nombre de personnes qui vivent
pour les Côtes-d’Armor, et
seules à tout âge pour des raisons Type de logement dominant selon le territoiresouvent plus de 45 ans sur la
diverses : évolution des comporte-
frange littorale. On retrouve un
Maison individuellements, divorces, allongement de la Pordic
schéma classique de structura- Habitat social dense*durée des études... Moins de
Plérintion du territoire. En tant que Collectifpersonnes dans les ménages, c’est
pôle urbain et pôle d’emploi, la
aussi le signe d’une profonde TréméloirCABRI attire des actifs soucieux
modification de la cellule familiale.
de trouver un logement à
Les familles sont de plus en plus Saint-Brieucproximité de leur lieu de travail. Trémusonpetites. La population des couples Langueux HillionPar suite 47 % des habitants ont
avec enfants a diminué de 11 %
entre 25 et 60 ans, c’est trois La Méaugonsur la décennie, comme dans
points de plus que la moyenne
Saint-Donanl’ensemble du département. A
départementale, et 31 % ont
l’opposé, celle des couples sans
moins de 25 ans (28 % dans le
enfant a augmenté de 24 % en
département). La présence de
neuf ans (+ 20 % dans le départe-
jeunes est d’ailleurs renforcée
ment), de sorte que désormais plus
par le pôle universitaire de
d’un habitant sur cinq est dans ce
PloufraganGinglin. Sur les 3 800 étudiants
cas. Dans le même temps, le
Yffiniacpost-bac qui résident dans la
nombre d’habitants vivant dans
CABRI, plus de 3 000 font leurs Saint-Julienune famille monoparentale, a PlédranTrégueuxétudes à Saint-Brieuc.
Zone portuaireprogressé de 14 % (13 % pour les
ou industrielle
Source : INSEE-RecensementCôtes-d’Armor). En 1999, plus
* Les quartiers à habitat social dense sont ceux où le parc HLM représente au moins
30 % de l’ensemble du parc.
Comme ailleurs,
une population qui vieillit,
et une taille des ménages
qui diminue
Population des ménages selon le mode de cohabitation dans la CABRI
VariationPôle dynamique et relativement
1990 1999 1990/1999 (%)jeune au regard de la situation
des Côtes-d’Armor, la CABRI a Ménages d'une personne 39,310 861 15 129
toutefois connu, au cours de la 3 256 5 353 64,4dont homme seul
décennie 90, des évolutions
28,5dont femme seule 7 608 9 776démographiques conformes à
87 627 86 751 - 1,0Famillescelles relevées dans le départe-
ment et plus généralement en dont familles monoparentales 14,08 797 10 029
France : la population a vieilli, la homme seul et enfant(s) 3 173 3 804 19,9
taille des ménages a diminué, et
10,7femme seule et enfant(s) 5 623 6 225les couples sans enfant et les
Couples avec enfants 59 778 53 202 - 11,0familles monoparentales sont
Couples sans enfant 19 045 23 520 23,5plus nombreux.
La moyenne d’âge a augmenté Hors famille, ménage de plus d'une personne - 6,82 927 2 728
de 2,5 ans, soit une hausse Ensemble des personnes vivant dans un logement ordinaire 101 364 104 608 3,2
comparable à celle des Côtes-
Source : Insee, recensements de la population
2 INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 69 - Février 2002d’un habitant sur dix est dans cette ville de l’agglomération Population de la CABRI qui réside en 1999
e dans le même logement qu’en 1990situation. briochine pour le XI plan. Ce
sont surtout les quartiers situés en Part de la population
Pordic dans le même logementpériphérie du centre de Saint-
60 à 65 %Brieuc, et au centre-ville deQuartiers à habitat individuel : Plérin
50 à 60 %Ploufragan. 15 670 personnes ystabilité géographique
40 à 50 %résident en mars 1999, soit Tréméloir
et professionnelle 20 à 40 %14,6 % des habitants de la
communauté d’agglomération. Saint-Brieuc
TrémusonDans les communes de moins de LangueuxDans ces espaces, la population Hillion
10 000 habitants et dans les est plus jeune que la moyenne de
La Méaugonquartiers pavillonnaires de Saint- la CABRI. La moyenne d’âge est
Brieuc, Plérin et Ploufragan, Saint-Donansouvent proche de 35 ans, elle
l’habitat individuel prédomine
s’abaisse à 30 ans à La Ville Oger
largement. Dans ces territoires, – l’Etablette, quartier du Sud de
vivent plus de 71 400 personnes Saint-Brieuc, où 28 % des
en mars 1999, soit 66 % de la
habitants ont moins de 15 ans. Ce
population de la CABRI. Les actifs
sont des quartiers essentielle- Ploufragan
occupent plus souvent ment locatifs, par nature même Yffiniac
qu’ailleurs un emploi à durée du parc HLM. Ils se caractérisent
indéterminée (secteur privé et Saint-Julien
par un fort renouvellement de la PlédranTrégueux
titulaires de la fonction Zone portuairepopulation : seuls 41 % des ou industrielle
Source : INSEE-Recensementspublique), les emplois courts sont habitants résidaient en 1999 dans
donc relativement moins le même logement qu’en 1990.
présents. La proportion de
chômeurs dans la population Proportion de chômeurs parmi les actifs
Les actifs sont plus souvent que (en emploi et au chômage) dans la CABRI en 1999active est inférieure à 9 %, soit
dans les autres territoires entrois points de moins que la Chômeurssituation de précarité pour Pordicmoyenne de la CABRI. Les
plus de 20 %l’accès au marché du travail. Laménages sont fréquemment Plérin 15 à 20 %proportion de chômeurs dépassepropriétaires de leur logement 10 à 15 %
22 %, contre 11,6 % en moyenne Tréméloir(74 %), et de façon liée, le 0 à 10 %
dans la CABRI. Les contratsrenouvellement de la population
courts sont plus fréquents et 28 % Saint-Brieucau cours de la décennie a été plus
Trémusonsont des emplois aidés, soit 8 Langueux Hillionlimité : 56 % des habitants
points de plus que la moyenne derésidaient en 1999 dans le même La Méaugonla CABRI. Au final, 37 % deslogement qu’en 1990.
Saint-Donanactifs de ces quartiers sont au
chômage ou en emploi court.
Cette proportion atteint 52 % à
Quartiers àhabitat social
La Ville Oger – l’Etablette. Le fait
dense : unepopulation jeune de trouver une proportion plus
et moins d’emplois stables élevée de chômage et d’emplois
Ploufragan
aidés dans les quartiers à habitat Yffiniac
Les quartiers où l’habitat social social dense est en fait la
Saint-Julienest dense, recoupent assez traduction que le parc HLM joue PlédranTrégueux
nettement les territoires définis son rôle : fournir un logement Zone portuaire
ou industrielle
Source : INSEE-Recensementprioritaires dans le contrat de aux personnes les plus démunies,
Nombre d’habitants et population active selon le type d’habitat - CABRI 1999 -
Nombre Militaires TauxActifs
Chômeursd’habitants en emploi du contingent de chômage
Habitat individuel dominant 71 377 29 637 2 857 168 8,7
Habitat social dense 15 667 4 940 1 474 38 22,8
Habitat collectif privé dominant 19 866 7 562 1 238 37 14,0
CABRI 106 910 42 139 5 569 243 11,6
Source : Insee, recensement de la population 1999
%Conditions d’emploi des actifs ayant un emploi selon le type d’habitat - CABRI 1999 -
Fonction CDI ActifsEmplois NonApprentis Stagiaires Intérim CDD publique privés en emploiaidés salariés
1,2 0,5 1,2 1,6 6,7 22,5 54,8 11,5 100Habitat individuel dominant
2,2 1,7 3,2 5,1 10,0 17,4 55,1 5,4 100Habitat social dense
Habitat collectif privé dominant 2,0 1,9 1,5 3,0 9,7 21,8 47,1 13,1 100
1,4 0,9 1,5 2,2 7,6 21,8 53,4 11,1 100CABRI
Source : Insee, recensement de la population 1999
3 INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 69 - Février 2002donc entre autres celles qui ont leur logement, mais ce pourcen- L’évolution est légèrement moins points à La Ville Oger – l’Etablette
des difficultés d’accès à un tage varie fortement selon les favorable que dans l’ensemble et à l’Europe notamment. Dans
emploi stable. C’est aussi dans territoires. Dans le quartier du du département où la proportion les quartiers du Centre-Ville de
ces quartiers que la proportion de centre-Ville, il est de 27 %, c’est de chômeurs a baissé de 0,5 Saint-Brieuc, la proportion de
familles monoparentales – un quartier où la population se point pour se fixer à 10,7 % en chômeurs a augmenté encore
prioritaires pour l’attribution de renouvelle très vite et n’accède 1999. A l’intérieur de la commu- plus vite (+ 7 points en neuf ans).
logements sociaux - est la plus donc pas à la propriété lors de nauté d’agglomération, les En revanche, le chômage a reculé
élevée : environ 40 % des son installation (moins de 30 % variations du chômage ont été ou est resté stable dans les
familles sont dans ce cas au des habitants résidaient en 1999 très différentes, et les écarts entre quartiers pavillonnaires.
Plateau et à La Ville Oger – dans le même logement qu’en les territoires se sont accrus. La La progression du chômage dans
l’Etablette. 1990). Par contre à Saint-Michel proportion de chômeurs a les quartiers où l’habitat social est
Est et Ouest, limitrophes du globalement augmenté dans les dense est une nouvelle fois
Centre-Ville, plus de la moitié quartiers où elle était déjà élevée, l’illustration du rôle du parc
Quartiers à habitat collectif
des ménages sont propriétaires. notamment dans les quartiers à HLM. Dans ces quartiers,
privé : davantage La situation sur le marché du habitat social dense : plus 4 certains habitants qui ont trouvé
de personnes seules travail des actifs de ces quartiers
et un fort renouvellement à habitat collectif privé est
de la population intermédiaire entre celle des
quartiers pavillonnaires et celle Évolution du chômage dans la CABRI entre 1990 et 1999
des quartiers à habitat socialLes quartiers où l’habitat collectif
Variation du taux
dense. La proportion de Pordicprivé est dominant sont concen- de chômage
trés à Saint-Brieuc, dans sept chômeurs atteint 14 %, et 14 % plus de 4 points
Plérin
des actifs qui travaillent ont unquartiers d’une large bande + 1 à + 4
emploi de courte durée. Ces - 1 à + 1centrale. Ils abritent 18,6 % des Tréméloir
- 4 à - 1emplois courts sont plus souventhabitants de la CABRI, soit
19 870 personnes. Dans ces qu’ailleurs des contrats à durée Saint-Brieuc
Trémusonespaces, 53 % des logements déterminée, occupés par de Langueux Hillion
jeunes diplômés du supérieursont occupés par des personnes
La Méaugonlors des premiers emplois .seules (contre 33 % dans la
Saint-DonanCABRI), et cette proportion
dépasse 60 % dans les quartiers
du cœur de Saint-Brieuc (le Chômage : l’écart s’accroît
centre-Ville et Charner). Moins entre les territoires
présentes, les familles sont
de 1990 à 1999surtout des couples sans enfant
Ploufragan
(48 % des familles soit 4 points de Yffiniac
Dans la CABRI, la proportion deplus que la moyenne de la
Saint-Julienchômeurs dans la populationcommunauté d’agglomération). PlédranTrégueux
active en 1999 est de 11,6 %,Un peu plus de 43 % des Zone portuaire
Source : INSEE-Recensements ou industriellevoisine de celle de 1990.ménages sont propriétaires de
Les zonages infracommunaux à l’Insee
- L’ÎLOT est la cellule élémentaire de collecte de l’information du Toutes les communes de plus de 10 000 habitants, et de nombreuses
recensement de la population et d’agrégation des données statisti- communes de 5 000 à 10 000 habitants, ont été découpées en
IRIS2000. Ce zonage constitue toujours une partition complète duques. il est constitué d’un pâté de maisons, dont les contours sont
clairement identifiés par des voies, sa taille peut varier de quelques territoire communal.
logements à plusieurs centaines de logements.
L’îlot reste pour l’essentiel un outil de collecte, même si Il constitue la “ brique de base ” de la diffusion des données du
recensement, pour tous les publics utilisateurs (privés ou publics).l’information statistique peut sous certaines conditions être restituée
à ce niveau. Pour la CABRI, les 11 communes de moins de 10 000 habitants sont
étudiées dans leur globalité. Plérin est découpée en 6 IRIS2000,
- L’IRIS2000 est un regroupement d’îlots entiers, effectué principale- Ploufragan en 5 IRIS2000 - dont un IRIS2000 d’activité (la zone
industrielle Chatelet), et Saint-Brieuc en 20 IRIS2000 dont 2ment suivant les caractéristiques de l’habitat (collectif ou individuel,
IRIS2000 d’activité (la zone portuaire du Légué et la zone indus-ancien ou récent, par exemple) et de l’utilisation du bâti (résidentiel
trielle).ou professionnel).
IRIS2000
SpécifiqueHabitat Activité
Zones à usages divers qui n’appartiennent pas
Zones dont la population varie entre Zones qui regroupent plus de 1 000 salariés aux autres types (habitat, activité).
1 800 et 5 000 habitants. et ont un ratio (nombre de salariés / population) Elles ont des superficies importantes
L’habitat est dominant dans les limites supérieur à 2. comme les forêts, les parcs
de la réalité du terrain. ou les zones portuaires.
4 INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 69 - Février 2002un emploi, ou qui ont amélioré Compte tenu du rôle social ou des actifs en emploi précaire, doit donc pas être interprété
sensiblement leur situation conféré à l’attribution des faiblement rémunérés. Le comme une situation figée des
professionnelle, quittent leur logements dans le parc HLM, ils recensement de la population ne habitants de ces quartiers.
logement pour un autre, situé sont alors remplacés par des permet pas de mesurer ces
dans un quartier correspondant ménages en situation difficile, phénomènes, mais le maintien
un peu plus à leurs souhaits. avec notamment des chômeurs d’un taux de chômage élevé ne
Le paysage social de la CABRI
Évolution des catégories socioprofessionnellesSur la dernière décennie, le paysage social de la CABRI s'est modifié dans
le même sens que celui du département et de la région. La tertiarisation de des habitants de plus de 15 ans de la CABRI (%)
l'emploi se poursuit avec une progression importante du nombre des 25 000
cadres et des professions intermédiaires non techniques. Par exemple, 1990
4 200 cadres habitent dans la Communauté d'Agglomération en 1999, en
199920 000
hausse de plus de 20 % (26 % au niveau du département et de la Bretagne).
Ils représentent désormais 9 % des actifs, contre 7 % pour le département.
Les agriculteurs sont moins nombreux en 1999 qu'en 1990, suite à la forte 15 000
restructuration qu'a connu ce secteur. De même, 11 800 ouvriers vivent
dans la communauté d'agglomération en 1999, c'est 900 de moins qu'en
10 000
1990. Cette baisse concerne surtout les ouvriers non qualifiés. Enfin, le
vieillissement de la population a entraîné comme ailleurs un fort
accroissement du nombre des retraités. En 1999, la CABRI compte près de 5 000
20 500 retraités, chiffre en hausse de 20 % par rapport à 1990. C'est la
catégorie sociale la plus représentée. Près de 40 % des retraités sont des
0
anciens employés, et 25 % des anciens ouvriers. Dans cette catégorie les
femmes sont majoritaires (56 %), reflet de la montée de l'activité féminine
depuis de nombreuses années et de leur longévité.
Source : INSEE - Recensements de la population
Un certain brassage social dans les quartiers
Pordic
Plérin
Note méthodologique : les quartiers et communes de la commu-
Tréméloir
nauté d'agglomération briochine ont été regroupés selon une
classification ascendante hiérarchique à partir des catégories
Saint-Brieuc
Trémuson sociales des personnes de référence des ménages. Chaque classeLangueux Hillion
est représentée par une couleur différente .
La Méaugon
Saint-Donan
Ploufragan
Yffiniac
Guide de lecture : Dans les territoires représentés en jaune, la proportion
Saint-Julien d'ouvriers parmi les personnes de référence des ménages est en moyennePlédranTrégueux
de 24,8 %, contre 17,8 % dans l’ensemble de la Communauté
Zone portuaire
Source : INSEE-Recensement ou industrielle d'agglomération Briochine.
Part des différentes catégories socioprofessionnelles selon les quartiers
Quartiers avec surreprésentation de :
Professions Artisans-
Ouvriers- Étudiants-inter- Employés Commerçants-CABRI Cadres RetraitésEmployés Inactifsmédiaires Ouvriers
Artisans, commerçants, agriculteurs 5,7 6,4 3,2 4,3 6,3 10,3 1,9 4,4
Cadres et professions intellectuelles supérieures 8,1 8,7 4,2 8,5 18,8 5,6 1,9 8,1
15,7 19,1 9,7 16,0 17,4 15,3 6,2 16,6Professions intermédiaires
Employés 12,4 11,1 17,4 16,0 9,6 8,6 8,5 9,2
17,8 19,0 24,8 13,7 6,3 26,7 17,8 12,1Ouvriers
42,4Retraités 31,2 30,6 27,6 28,2 32,8 28,9 36,7
9,1 5,1 13,2 13,3 8,8 4,6 27,0Sans activité 7,2
Nombre de ménages 45 173 11 788 6 173 10 532 3 220 6 116 1 036 5 848
Source : Insee, recensement de la population 1999
5 INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 69 - Février 2002
Agriculteurs
Artisans, commerçants
Cadres
Prof. intermédiaires
Employés
Ouvriers
Retraités
AutresL’activité des habitants des quartiers de la CABRI en 1999
Actifs* Taux deAutres inactifsÉlèves,Chômeurs Retraités Ensembleen emploi chômageet -15 ansétudiants
HILLION 7,61 591 132 736 309 1 006 3 787
LANGUEUX 2 723 214 936 723 1 628 6 242 7,2
LA MÉAUGON 486 31 153 131 321 1 126 6,0
PLÉDRAN 10,62 489 297 796 554 1 598 5 749
9,75 051 545 1 580 1 095 3 246 12 517PLÉRIN
Centre ville sud 840 76 470 200 541 2 128 8,3
Centre ville nord 842 85 281 215 609 2 033 9,2PLÉRIN
Le Sépulcre 9,9633 70 255 140 395 1 496
Le Légué 12,9801 119 462 132 497 2 015PLÉRIN
11,0Saint-Laurent 905 113 613 182 565 2 385
1 004 82 499 226 639 2 460 7,5PLÉRIN Saint-Éloi / les Rosaires
10,9PLOUFRAGAN 4 374 535 1 922 966 2 779 10 576 Saint-Hervé 1 051 95 461 217 620 2 449 8,3
Carpont 10,5 888 105 531 182 630 2 343
17,0PLOUFRAGAN Centre ville ouest 1 005 208 381 234 847 2 683 Zi Châtelets / za Sabot 167 15 80 26 79 368 8,2 Brezillet 1 235 112 469 307 603 2 733 8,3
PORDIC 2 175 170 937 479 1 406 5 175 7,2
15,9SAINT-BRIEUC 16 372 3 091 9 940 4 881 11 805 46 089
Les VillagesSAINT 583 63 281 219 358 1 506 9,7
SAINT-BRIEUC La Ville Jouha 9,8807 88 773 216 580 2 468
Le point du jour 20,1SAINT 1 027 260 705 311 867 3 176
SAINT-BRIEUC Le Tertre Notre Dame 723 122 438 207 476 1 969 14,4
SAINT La Tour d'Auvergne 16,5820 163 591 211 942 2 732
SAINT-BRIEUC 13,3Robien 1 452 223 715 314 829 3 536
14,3SAINT Charner 1 072 180 534 359 491 2 641
SAINT-BRIEUC Centre ville 1 148 229 651 376 541 2 951 16,6
SAINT Saint-Michel ouest 916 112 496 208 543 2 280 10,8
10,6SAINT-BRIEUC Saint- Michel est 796 95 478 198 479 2 049
Le Légué 20,5SAINT 115 30 43 29 75 293-BRIEUC Le Plateau 29,3607 254 412 340 722 2 340
SAINT Sainte-Thérèse 1358 236 776 393 904 3 677 14,7
SAINT-BRIEUC 10,5Beauvallon 801 94 783 200 594 2 476
8,7SAINT Croix Saint-Lambert 898 86 424 226 526 2 168
La Ville Oger - l’Établette 30,4SAINT-BRIEUC 690 303 171 188 822 2 177
SAINT Zone industrielle 144 28 77 45 82 376 16,3
SAINT-BRIEUC Ginglin 18,7527 122 496 313 514 1 976
L'Europe 23,0SAINT 1 084 327 569 318 1 005 3 315
9,6SAINT-BRIEUC Cesson 710 76 527 210 455 1 983-DONAN 4,9620 32 199 145 347 1 346
SAINT-JULIEN 849 52 236 146 466 1 753 5,7
TRÉGUEUX 7,72 911 243 1 284 651 1 481 6 585
5,6TRÉMELOIR 216 13 64 27 120 442
TRÉMUSON 709 69 274 144 480 1 681 8,8
YFFINIAC 7,71 721 145 590 394 984 3 842
CABRI 11,642 139 5 569 20 647 10 645 27 667 106 910
* y compris les militaires du contingent
INSEE Bretagne
36, place du Colombier CS 94439 35044 RENNES Cedex Directeur de la Publication : Jean-Jacques MALPOT
Tél. : 02 99 29 33 33 Fax : 02 99 29 33 90
Rédactrice en chef : Micheline TESSIER
Pour tout renseignement :
Composition : Jean-Paul MERBureau d’information - Tél. : 02 99 29 33 66
Cette note a été rédigée par :e
© INSEE 2002 Dépôt légal : 1 trimestre 2002
Laurent DI CARLOImprimerie : Média Graphic - Rennes
6 INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 69 - Février 2002

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.