Territoire de Belfort : l'est en essor

De
Publié par

En 1999, on recensait, dans le Territoire de Belfort, davantage d'habitants qu'en 1990, mais la tendance au vieillissement de la population constatée entre 1982 et 1990 se poursuit. La population active augmente avec une contribution importante des femmes, liée au développement des emplois tertiaires.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 24
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

Démographie
Premiers résultats détaillés
du recensement de la population 1999
TERRITOIRE
DE BELFORT :
L'EST EN ESSORDonnées de cadrage
En 1999, on recensait, dans le
Territoire de Belfort, davantage
d’habitants qu’en 1990, mais la
tendance au vieillissement de la
population constatée entre 1982
et 1990 se poursuit.
La population active augmente
avec une contribution
importante des femmes,
liée au développement des
emplois tertiaires.
Le Territoire de Belfort en 1990 (contre 15,6% des habi-
compte 137 408 habitants tants recensés en 1990 qui étaient
en 1999. C’est environ 2,5% de arrivés dans le département de-
plus qu’au recensement précé- puis 1982). Si 6,8% étaient ins-
dent, grâce à un excédent naturel tallés dans un autre département
(excédent des naissances sur les franc-comtois, 9,5% proviennent
décès) qui dépasse le déficit mi- d’une autre région française (en
gratoire (déficit des arrivées sur hausse), et 2% de l’étranger ou
les départs). L’excédent naturel des dom-tom.
est plus faible qu’en 1990. Le La population active s’accroît.
solde migratoire est plus équili- La répartition entre actifs et chô-
bré, mais reste déficitaire. On est meurs reste quasiment stable. La
loin des excédents constatés en- croissance du nombre d’actifs
tre 1962 et 1975. En 1999, 18,5% occupés est essentiellement due
des habitants recensés ne rési- au développement de l’emploi
daient pas dans le département salarié féminin.Nº 37 - SEPTEMBRE 2000
INSEE Franche-Comté - L'ESSENTiEL Nº 37
?
ESS003718 Prix : 15F (2,29 )POPULATION
Malgré l’installation, dans les années que moitié-moitié. Le nom-
90, de personnes jeunes, la population bre de jeunes âgés de moins
vieillit. Les nouveaux arrivants sont jeunes : de 25 ans a encore diminué :
près de 8 sur 10 ont moins de 40 ans. Mais la 3 800 de moins depuis 1990.
proportion des personnes de plus de 45 ans Les jeunes filles migrent da-
augmente : 39% de la population, contre vantage pour poursuivre
34% en 1990. Les moins de 25 ans et les 25 leurs études. Les hommes
à 44 ans se partagent les 61% restants pres- disposent dans le départe-
ment d’établissements qui
préparent à des métiers plu-
tôt masculins. Tandis que la
population masculine des 19
à 23 ans s’étoffe un peu, la
population féminine s’étiole.
À partir de 65 ans, les fem-
mes sont plus nombreuses
que les hommes. Elles mon-
trent une meilleure résistance
au temps que les hommes, ce
qui les oblige souvent à vi-
vre seules. Après 75 ans, on
recense deux femmes pour
un homme. À ces âges, les
femmes sont cinq fois plus
nombreuses à être seules
dans leur logement.
La répartition des généra-
tions est assez homogène sur
le territoire. Cette cohésion
est favorisée par une petite
superficie, mais aussi par la
proximité de pôles d’em-
ploi, tant à l’intérieur que
dans le voisinage du dépar-
tement, qui attirent des per-
sonnes en âge de travailler.
À quelques exceptions près,
comme Sévenans dont la
jeunesse est assurée par
l’attractivité de ses écoles,
ou à l’inverse Rougemont-
le-Château, qui doit sa forte
proportion de personnes
âgées à la présence d’une
maison de retraite.
INSEE Franche-Comté - L'ESSENTiEL Nº 37ACTIVITÉ
Après une stabilité entre 1982 et 1990, Parmi les actifs, la part de
la population active s’accroît de 5% ceux qui ont un emploi reste
entre 1990 et 1999. Le nombre d’actifs stable (88%). Ce maintien
s’élève à 62 618 personnes, contre 59 588 est à mettre au crédit des
au précédent recensement. femmes, qui ont été nom-
breuses à trouver un emploi
salarié (3 200), alors qu’el-
les sont moins nombreuses
à leur compte ou au chô-
mage. Chez les hommes,
l’effectif de ceux qui ont un
emploi est à peu près stable,
mais il y a plus de chô-
meurs : le taux de chômage
des hommes passe de 6,4%
en 1990 à 9,1% en 1999.
L’augmentation du nombre
de chômeurs touche toutes
les classes d’âge, notam-
ment les jeunes de 25 à 29
ans. Le taux d’activité chute
dans la classe d’âge des 15 à
24 ans (29% en 1999 contre
40% en 1990). Certes, les
militaires du contingent sont
trois fois moins nombreux,
mais surtout, l’allongement
de la durée des études dif-
fère l’entrée dans la vie ac-
tive.
Le nombre d’actifs aug-
mente dans les zones d’es-
sor démographique à l’est
du département. Par ailleurs,
le développement de zones
pavillonnaires périurbaines
correspond à des commu-
nes dortoirs. Désormais,
guère plus d’un tiers des
actifs employés travaillent
dans la commune où ils ha-
bitent, contre 42% en 1990.
Les déplacements domicile-
travail sont en effet facili-
tés, en particulier, par une
bonne desserte routière et
autoroutière en direction du
Doubs, de la Haute-Saône,
et du sud de l’Alsace.
INSEE Franche-Comté - L'ESSENTiEL Nº 37LOGEMENTS
Définitions
La population active est
composée des ‘’actifs ayant
un emploi’’, des chômeurs et
des militaires du contingent
(ces derniers ne sont pas
comptés comme actifs ayant
un emploi).
Le taux d’activité est le ratio
de la population active sur la
population totale.
Les actifs ayant un emploi
sont les personnes qui exer-
La légère croissance de po- cent une profession au mo-
ment du recensement. Sontpulation n’a pas empêché
également comptabiliséesun développement conséquent du
celles qui déclarent aider unparc de logements (+5 600 en
membre de leur famille dans
dix ans), qui se réalise à 80% sur son travail, si la personne
les logements de une ou deux aidée n’est pas salariée (ex :
pièces, et également sur ceux de exploitant agricole, artisan).
5 pièces et plus.
Le taux de chômage est leD’une part, l’offre de petits lo-
ratio du nombre de chômeursgements coïncide avec une nette
sur la population active. Les
progression du nombre de per- chômeurs, au sens du recen-
sonnes seules (32% de plus sement, sont les personnes
qu’en 1990), dont plus de la s'étant déclaré chômeurs
(inscrits ou non à l'ANPE) etmoitié ont moins de 60 ans et
recherchant un emploi. Il neprès d’un tiers sont des hommes
correspond pas au chômagecélibataires : les plus jeunes
au sens du B.I.T. (Bureau In-
viennent faire leurs études, leurs ternational du Travail).
aînés sont des actifs occupés.
Entre 1990 et 1999, les résiden- Références
ces principales d’une ou de deux
" Des croissances localisées "pièces gagnent 1 700 unités,
Essentiel n°28 - juillet 1999dont 1 500 en immeubles de 2
logements ou plus. " Le territoire franc-comtois
Le nombre de familles nom- et ses villes "
breuses diminue, mais les mai- Magazine n°21 - mai 2000
sons individuelles de grande
taille sont plus nombreuses. INSEE Franche-Comté
Dans le même temps, l’acces- "le Major" 83, rue de Dole
BP 1997 25020 BESANÇON Cedexsion à la propriété gagne du les banlieues sud et est de Bel- mais aussi quelques résidences
Tél : 03 81 41 61 61 Fax : 03 81 41 61 99terrain avec 14% de propriétai- fort, elle suit les mouvements secondaires.
res supplémentaires : on a, donc, de population. Dans la partie est Le niveau de confort des loge- Directeur de la publication : Bernard Le Calvez
Rédacteur en chef : Jean-Éric Placeconstruit ou acheté une maison. du département, toute proche ments, déjà satisfaisant en 1990, Composition, mise en page :
Maurice Boguet, Sylvie LaurentOn dénombre, en effet, plus de de l’Alsace et de la Suisse, elle est très satisfaisant, d’autant que
Imprimerie : Éblé Besançon
3 000 maisons individuelles matérialise une zone en plein le parc se compose à 71% de
Abonnement annuel (4 numérosconstruites après 1990, dont essor démographique qui con- logements qui ont plus de 25 +3 numéros de INSEE Franche-Comté
LE MAGAZiNE + lettres d'information) :2 300 de 5 pièces et plus. jugue des bilans naturel et mi- ans : plus de 96% des résiden-
France : 150F
Étranger (normal) : 188FLa répartition des résidences, gratoire excédentaires. ces principales disposent des
Étranger (urgent) : 240F
achevées dans les années 90, Le nord du département, plus équipements sanitaires de base Nº de CPPAP : 3 021 AD
ISSN : 1248-2544reste localisée dans des zones rural, concentre une bonne part contre 93% auparavant. © INSEE 2000
dépôt légal : septembre 2000périurbaines ou rurales. Dans des logements les plus anciens Annie Jobard
INSEE Franche-Comté - L'ESSENTiEL Nº 37
?

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.