Transports : Le port de Rouen accélère, celui du Havre ralentit

De
Publié par

En 1999,malgré une activité globale de bon niveau, le trafic du port du Havre enregistre une légère baisse, essentiellement due aux importations de produits énergétiques, pétrole brut et charbon. Son activité "conteneurs", par contre, continue sa progression et s'établit à 13 millions de tonnes. Le port de Rouen, en revanche, avec un trafic de céréales en très forte hausse, progresse nettement en 1999. Le port de Dieppe, quant à lui continue sa chute engagée depuis 1996. Le trafic aérien, en forte progression au Havre, enregistre également de bons résultats à Rouen,en perte depuis plusieurs années.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 11
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

ACTIVITES ECONOMIQUES
TRANSPORTS
LE PORT DE ROUEN ACCÉLÈRE,
CELUI DU HAVRE RALENTIT
28
En 1999, malgré une activité En 1999, le trafic du port du le trafic maritime, les produits
globale de bon niveau, le Havre diminue de 4% mais s’élève énergiques sont de loin le poste le
tout de même à 64 millions de ton plus important en tonnages dépla- -trafic du port du Havre
nes (MT) -hors avitaillement, le cés.enregistre une légère baisse,
meilleur résultat de la décennie
essentiellement due aux
après 1998. Il s’agirait plutôt d’une Le trafic du port de Rouen-Vallée de
importations de produits pause dans la progression, pro- Seine augmente de 14% et atteint les
énergétiques, pétrole brut et voquée par un recul de 3,5 MT des 24 MT, un résultat record, qui se
importations de produits énergéti situe juste au-dessus de ceux des ancharbon. Son activité - -
ques, pétrole brut (-8%) et charbon nées 1991 à 1993 qui ont précédé la“conteneurs”, par contre,
(-13%). Les niveaux atteints par les réforme de la politique agricole com-continue sa progression et
cours du pétrole en fin d’année mune. L’amélioration provient en ef-
s’établit à 13 millions de
1999 ont incité les acheteurs à re fet des céréales qui représentent 37%-
tonnes. Le port de Rouen, en tarder en partie leurs ordres du trafic et font un saut de +41%
revanche, avec un trafic de d’achats. En revanche, les entrées avec un total de 8,9 MT, pratique-
de produits pétroliers raffinés sont ment à égalité avec le précédent recéréales en très forte hausse, -
en hausse sensible. Les conteneurs cord de 1990. Rouen demeure de loinprogresse nettement en
maintiennent un rythme de pro le premier port français exportateur-1999. Le port de Dieppe,
gression élevé (+5%) et se rappro de céréales avec 86% du marché nor- -
quant à lui, continue sa
chent des 13 MT. Le nombre de mand pour la campagne 1998-1999.
chute engagée depuis 1996. passagers diminue légèrement Le blé reste de loin la céréale la plus
Le trafic aérien, en forte (-2%) mais se maintient juste au- exportée, mais sa part de marché a
dessus des 900 000 passagers. De nettement régressé depuis 1997 auprogression au Havre,
son côté, le trafic fluvial est quasi profit de l’orge. D’autre part, le traficenregistre également de
stable avec 2,4 MT, le recul des sor “conteneurs” se ressaisit, avec une-bons résultats à Rouen, en
ties étant compensé par la hausse hausse de +34%, et dépasse à nou-
perte de vitesse depuis
des entrées. Plus encore que pour veau les 1,1 MT.
plusieurs années.
TRAFIC MARITIME DU PORT DU HAVRE (hors avitaillement) TRAFIC MARITIME DU PORT DE ROUEN
70 25
Total
60 Total
20
50
Entrées
40
15
30 Sorties
20
10Sorties
10
Entrées
0 5
1989 1991 1993 1995 1997 1999 1989 1991 1993 1995 1997 1999
Unité : million de tonnes Source : Port autonome du Havre Unité : million de tonnes Source : Port autonome de Rouen
AVAL 89 2e TRIMESTRE 2000ACTIVITES ECONOMIQUES
La situation du port de Dieppe de- qui a assuré jusqu’en décembre,
LES IMMATRICULATIONSvient plus préoccupante d’année une navette quotidienne entre
DE VOITURES NEUVES
en année. En 1999, le trafic chute de Dieppe et Newhaven en deux heu-
En 1999, les immatriculations demoitié et ne s’élève plus qu’à 0,7 res, donc en moitié moins de temps
voitures neuves particulières en
MT ; il a donc été divisé par trois qu’avec les anciens “ferries”. Mal-
Haute-Normandie sont en
depuis 1996. Le Transmanche est la heureusement, le taux moyen de augmentation pour la deuxième
partie la plus touchée avec un trafic remplissage pour cette première année consécutive. La progression
divisé par six en un an, qui ne re année d’exploitation se situe en est moins rapide qu’au niveau-
national (+9% contre +11%). Leprésente plus que 120 000 T, le dou dessous des 50%. Le trafic du port-
total annuel s’élève à 56 400zième de celui de 1996. La liaison de commerce recule également
immatriculations, chiffre qui
Transmanche n’a été rétablie qu’en (-12%) et, en particulier, la pêche re-
demeure cependant inférieur de 29avril dernier, avec un catamaran descendà7000 T
7% à la moyenne des dix années
1987-1996, ce qui n’est pas le cas
pour la France (+3%). Il en résulte
que la part des immatriculationsL’AÉROPORT DU HAVRE-OCTEVILLE
haut-normandes dans la France
EN PLEIN DÉVELOPPEMENT suit une tendance à la baisse
depuis 1989, passant de 3,1% à
2,6% en onze ans. La part desEn 1999, l’aéroport du Havre et n’arrive pas à faire mieux que
marques étrangères est moins
poursuit sa progression et sur un 12 000 passagers depuis quatre ans.
importante en Haute-Normandie
rythme accéléré (+20% après +5% qu’au niveau national (36 contre
en 1998). Le nombre de passagers L’aéroport de Rouen-Vallée de 43%). Elle progresse d’un
demi-point dans la région en uncommerciaux s’élève ainsi à 140 Seine a réussi à inverser la ten-
an, mais reste stable dans000 et s’inscrit sur la prolongation dance déclinante qui le pénalisait
l’hexagone. Le phénomène n’est
de tendance des années 1993 à depuis six ans avec 32 000 passa-
pas nouveau mais l’écart a plutôt
1996 qui avait été rompue par un gers commerciaux, soit une pro-
tendance à se creuser en faveur
fléchissement en 1997. Cette pro gression de 2%. Malheureusement- du pays, passant par un minimum
gression est d’autant plus de bon le trafic des lignes régulières recule de 2 points en 1994 à 7 points en
1998. En revanche, les diesel sontaugure qu’elle est due aux lignes encore de 5% et atteint à peine les
surreprésentésenrégulières tant nationales qu’inter- 25 000 passagers répartis essentiel-
Haute-Normandie par rapport à lanationales dont la clientèle aug lement sur les trois axes Lyon,-
France (48 contre 44%). Les parts
mente de 29% et 25% respective Clermont-Ferrand et Nantes. Le ra- -
de ce type de voiture sont plus
ment. La ligne de Lyon reste de chat en début 2000 de la compagnie fluctuantes mais ont tendance à
loin la plus importante, avec près aérienne Régional Airlines par remonter après être passées par
un creux en 1996. Au niveaude 19 000 passagers, chiffre en Air France va entraîner une res-
départemental, la progression deshausse de 15%. Avec un trafic de tructuration. Cela va commencer
immatriculations de voitures7 000 passagers, la ligne de Rennes par la suppression de la ligne de
neuves est plus forte dans l’Eure
est la plus dynamique et dépasse Clermont-Ferrand, pourtant en fort
qu’en Seine-Maritime (13 contre
pour la première fois le trafic de développement. La ligne de Lyon 7%). La proportion des diesel y est
Nantes. A l’international, la ligne devient commune aux deux aéro- aussi plus importante (51 contre
d’Amsterdam est en pleine expan ports haut-normands. Elle part du 47%), mais les taux de pénétration-
de marques étrangères sontsion, en hausse de près de +50%, et Havre-Octeville et fait escale à
équivalents dans les deuxse hisse au même niveau que celle Rouen-Boos avant de repartir vers
départements.
de Londres. Cette dernière piétine Lyon
TRANSPORT FERROVIAIRE DE MARCHANDISES :
EMBELLIE DANS L’EURE met de doubler ses arrivages. Le
trafic de ce département reste ce-
En 1999, le transport ferroviaire tions du trafic sont dues en grande pendant modeste par rapport à ce-
de marchandises est en légère aug partie, une fois de plus, aux aléas lui de la Seine-Maritime qui repré- -
mentation pour la troisième année des transports de matériaux de sente toujours plus de 90% du
consécutive et se situe à près de construction sur les chantiers rou- trafic régional
13 MT, son meilleur résultat de tiers. L’Eure profite ainsi cette- Francis COUVOUT
puis plus de cinq ans. Les fluctua année d’une embellie qui lui per- -
AVAL 89 2e TRIMESTRE 2000

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.