UN PREMIER ÉTAT DES LIEUX

De
Publié par

INDICATEURS TERRITORIAUX DE DÉVELOPPEMENT DURABLE UN PREMIER ÉTAT DES LIEUX L’inscription de La Réunion au patrimoine mon- indigènes de flore seraient menacées de dispa- supérieure à celle de France métropolitaine traiter et stocker les ordures ménagères sont 2dial de l’humanité de l’Unesco, en 2010, témoi- rition. L’état du massif corallien illustre à la fois (114 hab./km ). En 2040, 1 061 000 habitants limitées. Si la quantité de déchets ménagers gne d’une reconnaissance internationale de l’existence d’un patrimoine encore riche et la sont attendus. Ce territoire restreint doit être collectés par habitant évolue peu, la réduction son patrimoine naturel. Sa population en pleine dégradation qu’il subit. partagé entre urbain et rural, espaces artificiali- des déchets à la source demeure néanmoins croissance et les investissements financiers sés, agricoles et naturels. un enjeu crucial. consentis, notamment par l’Europe, tirent le Pouvoirs publics, scientifiques et experts amé- développement et la croissance économique liorent leur connaissance de cette nature et se L’aménagement de l'île doit pouvoir évoluer en La consommation d’énergie, dont le niveau de l'île. En 2040, plus d'un million d'habitants dotent d’outils de protection appropriés.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 145
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

INDICATEURS TERRITORIAUX DE DÉVELOPPEMENT DURABLE
UN PREMIER ÉTAT DES LIEUX
L’inscription de La Réunion au patrimoine mon- indigènes de flore seraient menacées de dispa- supérieure à celle de France métropolitaine traiter et stocker les ordures ménagères sont
2dial de l’humanité de l’Unesco, en 2010, témoi- rition. L’état du massif corallien illustre à la fois (114 hab./km ). En 2040, 1 061 000 habitants limitées. Si la quantité de déchets ménagers
gne d’une reconnaissance internationale de l’existence d’un patrimoine encore riche et la sont attendus. Ce territoire restreint doit être collectés par habitant évolue peu, la réduction
son patrimoine naturel. Sa population en pleine dégradation qu’il subit. partagé entre urbain et rural, espaces artificiali- des déchets à la source demeure néanmoins
croissance et les investissements financiers sés, agricoles et naturels. un enjeu crucial.
consentis, notamment par l’Europe, tirent le Pouvoirs publics, scientifiques et experts amé-
développement et la croissance économique liorent leur connaissance de cette nature et se L’aménagement de l'île doit pouvoir évoluer en La consommation d’énergie, dont le niveau
de l'île. En 2040, plus d'un million d'habitants dotent d’outils de protection appropriés. Ainsi, conciliant le maintien de la qualité de vie des reste en deçà de celui de métropole, augmente
sont attendus, sur un espace contraint (environ le parc national de La Réunion, créé en 2007, citoyens et de l'attractivité du territoire. Le plus rapidement que la population, de 2,5 %
2 21 000 km sur les 2 500 km de surface de l’île s’étend sur 42 % du territoire et couvre schéma d'aménagement régional (SAR) en par an sur la dernière décennie. Le développe-
sont disponibles pour les activités humaines), 70 % des zones naturelles d'intérêt floristique vigueur depuis le 22 novembre 2011 fixe les ment des énergies renouvelables ne suffit pas
soumis à de nombreux aléas naturels, aux res- et faunistique. La réserve naturelle marine, grands objectifs en la matière. Il traite par actuellement à compenser cette croissance de
sources limitées et parfois uniques au monde. également créée en 2007, borde 40 km de côte exemple de l’artificialisation du territoire, qui la consommation. Sobriété et maîtrise énergé-
2et couvre 20 km de barrière corallienne. atteint un taux de 11,4 % avec 28 600 hectares tique sont incontournables pour réduire la
Les habitants devront néanmoins trouver sur construits, ou encore des transports. dépendance énergétique de l'île.
ce territoire insulaire des réponses en matière Les contraintes et limites de l’espace,
de travail, logement, déplacements, éducation, défis à relever pour l’aménagement durable En effet, le transport routier, et notamment les
alimentation, énergie, traitement de l'eau, etc. du territoire déplacements en voiture, s’amplifient. Les
Par ailleurs, les particularismes du milieu natu- déplacements domicile-travail s’effectuent
errel de l’île en font une terre d’innovation pour Au 1 janvier 2010, 830 000 habitants peuplent à 77 % en voiture individuelle. Outre les
les filiaires de la croissance verte, notamment le département et occupent l’espace avec une embouteillages quotidiens, la consommation
2sur la recherche de l’autonomie énergétique. densité de 332 hab./km , proche de celles de la de carburants pour les transports routiers
Le développement durable prend donc un sens Belgique (351) et du Japon (335) et nettement augmente. En conséquence, la facture
tout particulier pour l'île : sa mise en œuvre est énergétique de La Réunion et des ménages
vitale pour combiner bien-être de la population s'alourdit. Les déplacements contribuent aussi
et préservation de son patrimoine et ressour- pour 29 % aux émissions de gaz à effet deUne vision globale de la prise en charge des défis
ces naturels. serre par habitant et sont en hausse ces cinqdu développement durable à La Réunion
dernières années.Les indicateurs nationaux du développement durable
La photographie de l'état du développement ont été construits dans la démarche du Grenelle de
l’environnement, associant les cinqs collèges d’acteursdurable à La Réunion est contrastée. La crois- Une nécessaire sensibilisation et
(État, collectivités territoriales, entreprises, partenairessance économique soutenue reste fragile et responsabilisation des consommateurs
sociaux et organisations non gouvernementales envi-l'insularité et le contexte tropical nécessitent
ronnementales) pour suivre la stratégie nationale dude trouver des solutions alternatives spécifi- La société réunionnaise n'a accédé que tardi-développement durable (SNDD). Ils ont ensuite fait
ques. Néanmoins, ce constat, qui peut paraître vement à l’abondance de biens et de services.l’objet d’une proposition de déclinaison territoriale.
mitigé, doit être mis en perspective avec l’évo- Néanmoins, les habitudes de consommationDeux catégories d’indicateurs se différencient : cer-
lution de ce département d’outre-mer sur les doivent évoluer, pour une meilleure gestiontains portent directement sur la stratégie et d’autres
dernières générations, qui permet aujourd’hui renseignent sur le contexte économique et social. des ressources naturelles et des déchets
une comparaison pertinente avec les départe- compte tenu de l'insularité.
À La Réunion, le comité régional pour l’informationments métropolitains.
économique et social de La Réunion (Criesr), présidé La ressource en eau est, malgré l'abondance
par le conseil économique et social régional (CESR), aUn patrimoine naturel exceptionnel des pluies, limitée et inégalement répartie surpris l’initiative de retravailler ces indicateurs territo-
à valoriser et préserver le territoire. Les prélèvements en eau par habi-riaux du développement durable pour les adapter au
tant, tout usage confondu, sont le double demieux à la réalité réunionnaise.
Comme le souligne l’Unesco, « Les Pitons, ceux de métropole. Ils peuvent être réduits en
Cirques et Remparts de l’île de La Réunion La Réunion disposant désormais de l’ensemble des agissant sur les réseaux et les consommations
données nécessaires, ils vous sont présentés dans cetapportent la contribution la plus significative domestiques, elles aussi bien supérieures au
ouvrage, en suivant la trame de la SNDD qui vise àet la plus importante à la conservation de niveau métropolitain.
relever neuf défis pour aller vers une croissance vertela biodiversité terrestre de l’archipel des
et solidaire. Huit défis sont déclinés dans les huit cha-Mascareignes ». Cependant, 22 % des espè- Au-delà des impératifs règlementaires euro-pitres de la publication.
ces indigènes de faune et 30 % des espèces péens et nationaux, les capacités de l’île pour
04 05
SYNTHÈSEINDICATEURS TERRITORIAUX DE DÉVELOPPEMENT DURABLE CADRES DES FONCTIONS STRATÉGIQUES DANS L’EMPLOI TOTAL
Un développement économique Des conditions de vie qui s’améliorent UN TAUX D’EMPLOIS STRATÉGIQUES PROCHE
en marche et à consolider
DES DÉPARTEMENTS RURAUXEn quelques décennies, les conditions de vie
Partie d’une économie coloniale de plantation, ont évolué très positivement. L'espérance de
au lendemain de la seconde guerre mondiale, vie est, par exemple, passée de 50 ans en 1953 Avec 8 650 postes et 3,8 % de l’emploi en 2007, les emplois stratégiques sont très
La Réunion s’est dotée d’une économie à 77 ans actuellement. Santé, éducation, loge- peu développés à La Réunion. Ils font défaut dans la conception-recherche et le
moderne, fortement tournée vers le tertiaire. ment se rapprochent des normes européen- commerce inter-entreprise tandis que le domaine artistique en est bien pourvu.
La croissance économique est dynamique sur nes. Toutefois, ce rattrapage doit se poursuivre.
longue période et dépasse les moyennes natio-
Caractéristiques des grandes aires urbaines, merce inter-entreprises. En revanche, lenales. Ainsi, entre 2000 et 2010, la croissance Pour l’instant, la santé des Réunionnais reste
les emplois stratégiques sont porteurs de domaine de la culture et des loisirs est plutôts’élève à 3,5 % par an en moyenne (en élimi- plus fragile qu’en métropole : mortalité infantile
développement économique, de création bien doté en postes stratégiques. Une clef dunant les effets dus à l’inflation), contre 1,3 % plus élevée, risques accrus de décès avant d’emplois et d’attractivité pour un territoire. développement repose sur le dynamisme
en France. Pour autant, l’économie locale reste 65 ans et personnes âgées plus dépendantes. du secteur marchand dans son ensemble
fragile et en retard par rapport à la métropole : En 2007, les emplois stratégiques représen- et en particulier du commerce inter-entreprise,
le PIB par habitant n'atteint que 60 % du PIB tent 8 650 postes, soit 3,8 % des emplois à La qui possède un fort rôle d’entraînement sur
français. Malgré une forte croissance de l’em- En matière d’éducation, le système scolaire est Réunion, ce qui est très peu en comparaison l’emploi.
d’une moyenne nationale de 9,2 %. C’estploi, la part des personnes qui travaillent (44 %) identique à celui de métropole et le niveau de Thomas PATENOTTE - Insee
aussi légèrement moins que la moyenne desn’augmente quasiment pas depuis dix ans. qualification augmente. De nombreux
DOM (4 %). Pourtant ce retard de développe-jeunes quittent néanmoins l’école à partir de Les emplois stratégiquesment n’est pas une spécificité domienne. EnLa crise économique, qui a également touché 16 ans sans diplôme compromettant leur inté- Cinq fonctions, transversales aux secteurs d’activité,effet, aux côtés des départements d’outre-
le département, amène à réfléchir au modèle gration tant professionnelle que sociale. sont particulièrement présentes dans les métropolesmer, des départements ruraux comme l’Aisne
et grandes agglomérations. Les emplois stratégiquesde développement. Celui-ci devrait trouver un ou l’Ariège occupent le bas du classement.
correspondent aux cadres et chefs d’entreprises de«second souffle », en tenant compte des han- La pauvreté monétaire touche 49 % de la popu-
plus de 10 salariés de ces cinq fonctions. Ils traduisentdicaps structurels de l’île et d’une transition lation contre 13 % en France métropolitaine. Ces emplois sont situés dans les principales
avant tout le potentiel de développement d’un terri-agglomérations réunionnaises, au nord et àdémographique non encore achevée. À cette Elle est source d’exclusion au regard des droits toire. Ces emplois relèvent aussi bien du commercel’ouest. Saint-Denis regroupe près de la moitiéfin, les différentes composantes d'une fondamentaux que sont la santé, le logement, inter-entreprises (ingénieurs, cadres technico-com-des emplois stratégiques et atteint un taux decroissance verte et équitable paraissent por- la formation et l’emploi. merciaux), de la recherche et développement, de la6,5 % d’emplois stratégiques. Cette concen-teuses : croissance endogène, réduction des gestion (cadres de banques…), de prestations intel-tration est proche de celle d’une ville comme
importations, sécurité alimentaire, promotion lectuelles (avocats, architectes…) ou de la cultureAngoulême ou Troyes et équivalente à la
(journalistes, artistes…). Ces emplois, de part leur fortdes éco-technologies etc... Nelly ACTIF - Insee, Estelle GODART - Deal moyenne française de province (hors Île-de-
contenu intellectuel, technique ou décisionnel, ont unFrance).
rôle d’entraînement sur d’autres fonctions productives
et la capacité de développer des activités économi-Pour La Réunion, le faible taux d’emplois stra-
ques à haute valeur ajoutée. Dans l’emploi non mar-tégiques est la conséquence du manque
chand, seuls les postes de recherche et d’enseigne-d’emploi marchand. Le déficit d’emplois stra-
ment supérieur sont considérés comme des emploistégiques est particulièrement flagrant dans la
stratégiques.conception-recherche ainsi que dans le com-
Part des cadres des fonctions stratégiques dans l’emploi total
%%
10
99
1999 2007
88
77
66
55
44
33
22
11
00
La Réunion DOM FranceLa Réunion DO M Franc e
Source : Insee, recensements de la population 1999 et 2007.
06 07
SYNTHÈSE
SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE ET DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.