Formation initiale : Toujours moins d'élèves et d'étudiants

Publié par

La baisse des effectifs scolaires, qui touche à nouveau tous les niveaux d'enseignement, est particulièrement marquée dans les collèges. Des classes d'âge de générations moins nombreuses, moins de passages de CM2 en 6e et une plus grande fluidité entre les niveaux de collège en sont les principales causes. Par ailleurs, des départs prématurés du système se sont reproduits au cours de l'année. Seuls les effectifs de CAP sont en hausse. Enfin, du fait du moindre nombre de nouveaux bacheliers, les effectifs du supérieur sont également en baisse.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 21
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

FORMATION INITIALE
Toujours moins d’élèves et d’étudiants
Isabelle LE BLOND - Rectorat de l’Académie de Rouen
mentaire et touche les deux départe d’enseignement adapté (EREA). Cette-La baisse des effectifs scolaires,
ments, principalement la Seine-Maritime. diminution des effectifs est plus impor-qui touche à nouveau tous les
Le préélémentaire, quant à lui, garde tante en Seine-Maritime : -1,9% (soit
niveaux d’enseignement, est des effectifs stables dans l’Eure et ce, -2 500 élèves) contre –0,9% dans le dé-
particulièrement marquée dans malgré une diminution de la scolarisation partement de l’Eure (soit 500 élèves de
des enfants de 2 ans. Les effectifs de moins en un an).les collèges. Des classes d’âge
Seine-Maritime présentent une baisse C’est bien au niveau des collèges
de générations moins
de 1,2%, soit -600 élèves. Ce n’est qu’à (premier cycle) que la baisse des effec-
nombreuses, moins de passages partir de la rentrée 2002, que l’on pour tifs se fait le plus sentir : -2 500 élèves,-
de CM2 en 6e et une plus rait percevoir un début d’évolution posi soit une diminution de 2,3%. Celle-ci-
tive de la scolarisation dans le reste plus marquée en Seine-Maritime.grande fluidité entre les niveaux
préélémentaire ; celle-ci pourrait être du D’une part, les classes d’âge de collèges-
de collège en sont les
rable, à condition toutefois que la courbe concernent des générations moins nom-
principales causes. Par ailleurs, des naissances évolue elle aussi de ma breuses ; en particulier, la classe d’âge-
nière positive et que les migrations défi devant entrer au CM2. De plus, cettedes départs prématurés du -
nitives des «3 à 5 ans» ne présentent année, les passages de CM2 vers lasystème se sont reproduits au
pas de solde négatif pour la région. sixième ont été relativement moins im-
cours de l’année. Seuls les
Ces constats laissent présager une portants. D’autre part, la mise en place
effectifs de CAP sont en hausse. poursuite de la baisse démographique du collège unique a assuré une plus
déjà entamée dans le 1er cycle du grande fluidité des élèves d’un niveau àEnfin, du fait du moindre
second degré, notamment dans les collè l’autre : à tous les niveaux de collège, les-nombre de nouveaux bacheliers,
ges de Seine-Maritime et au mieux, un taux de redoublement sont à la baisse. Ils
les effectifs du supérieur sont maintien de ces effectifs dans les collè entérinent de ce point de vue une ten- -
également en baisse. ges de l’Eure. dance entamée au milieu des années
quatre-vingt-dix. Les effectifs de 3e d’in-
sertion diminuent de 7,4%, soit
’Académie de Rouen reste placée -70 élèves, conséquence de la fermetureLA BAISSE DES EFFECTIFSLen 2001/2002 sous le signe de la
de trois classes en Seine-Maritime.COMMENCE À ATTEINDRE LES LYCÉES
baisse démographique, qui touche les
En outre, force est de constater que
premier et second degrés, ainsi que le
En un an, le second degré public et des départs prématurés du système édu-supérieur, universitaire en particulier.
privé sous contrat de l’Académie de catif, probablement liés en partie à la de-Ainsi, le premier degré public et privé
Rouen aura perdu près de 3 000 élèves, mande des secteurs économiques, maissous contrat perd 1,7% de ses effectifs,
soit une baisse de 1,6% de ses effectifs aussi à l’attractivité d’une formation ré-soit près de 3 300 élèves. Cette baisse
globaux, hors établissements régionaux munérée via l’apprentissage, se sont re-concerne essentiellement l’école élé-
LES EFFECTIFS SCOLARISÉS EN HAUTE-NORMANDIE PAR NIVEAU DE FORMATION (1) (PUBLIC ET PRIVÉ SOUS CONTRAT)
2001-2002
Académie Seine-
1994-1995 1995-1996 1996-1997 1997-1998 1998-1999 1999-2000 2000-2001 de Rouen Eure Maritime
Premier degré (2) (enseignement préélémentaire et
élémentaire) 218 221 216 870 212 247 207 548 204 201 201 334 197 876 194 592 61 742 132 850
Second degré dont : 190 530 189 820 189 778 189 870 188 580 186 593 182 703 179 743 53 051 126 692
Premier cycle (y compris 4e et 3e technologiques) 119 468 119 303 118 762 117 010 115 110 112 840 110 409 107 914 34 384 73 530
Second cycle professionnel 23 685 23 838 24 196 24 800 24 570 24 461 23 682 23 481 5 601 17 880
Second cycle général et technologique 47 377 46 679 46 820 48 060 48 900 49 292 48 612 48 348 13 066 35 282
Université 32 791 34 080 33 146 31 573 32 006 31 275 31 099 29 689 1 091 28 598
Source : Éducation nationale - Rectorat de Rouen Unités : élève, étudiant
(1) hors EREA, y compris SEGPA.
(2) constat estimé pour la rentrée 2000 et 2001 du fait de grèves.
26 CAHIER D’AVAL n° 61 - Juillet 2002
SOCIÉTÉsont passés respectivement de 44 à 48%LES RÉSULTATS AUX PRINCIPAUX EXAMENS DANS L’ACADÉMIE DE ROUEN
Session 2001 Session 2000 et de 18,8% à 20,4% entre les rentrées
Admis Taux de réussite (%) Taux de réussite (%) 2000 et 2001.
Diplôme national du brevet 19 677 78,4 80,1 Quant aux effectifs de sections de
Certificat d’aptitude professionnelle 7 297 78,1 75,9
techniciens supérieurs (STS), ils sontBrevet d’enseignement professionnel 7 217 72,7 77,0
restés quasiment stables entre 2000 etBaccalauréat * 15 282 75,2 76,0
Baccalauréat général 7 502 75,1 75,8 2001. Par contre, les effectifs de classes
Baccalauréat technologique 4 683 73,7 74,9
préparatoires aux grandes écoles (CPGE)
Baccalauréat professionnel 3 097 77,7 78,7
se sont réduits, affichant un solde négatifBrevet de technicien supérieur (p) 2 405 63,7 65,3
de 40 élèves en première année.
Source : Éducation nationale, Académie de Rouen Unités : élève, %
(p) résultats provisoires pour 2001
* hors agriculture
DES POURSUITES D’ÉTUDESproduits entre la rentrée 2000 et la redoublement à ce niveau, ceux de pre-
À ENCOURAGERrentrée 2001. Un départ précoce des mière et de terminale diminuent. Là
élèves de fin de troisième a pu se repro encore, les deux départements ne font-
Ces constats invitent l’académie à reduire cette année au détriment d’une pas figure égale : les effectifs du second -
penser son offre de formation ; elle qui apoursuite d’études dans les lycées pu cycle général et technologique se main- -
considérablement amélioré les chancesblics et privés sous contrat du Ministère tiennent dans l’Eure, tandis que la baisse
de succès de ses générations au baccade l’éducation. atteint 0,9% en Seine-Maritime, consé --
lauréat, notamment grâce à la mise enConcernant le second cycle profes quence d’une diminution plus rapide de-
place du baccalauréat professionnel,sionnel, l’académie perd 200 élèves, soit la démographie scolaire à tous les cycles
devra peut-être inciter plus fortementune baisse de 0,8% de ses effectifs, no dans ce département.-
l’orientation des élèves vers les voies gétamment en seconde professionnelle -
nérales et technologiques et à la pro(-160 élèves), malgré la hausse du taux -
gression de leur poursuite d’études dansde passage de troisième vers la seconde LE SUPÉRIEUR N’EST PAS ÉPARGNÉ
le supérieur ; la réforme des classes deprofessionnelle. Deux raisons à cette
troisième à la rentrée 2002, avec la misebaisse : un moindre taux de redouble Avec 400 élèves de moins à la-
en place de troisième à projet professionment en seconde professionnelle et de rentrée 2000 en terminales générales, -
nel au sein des collèges permettramoins nombreuses réorientations de la technologiques et professionnelles et un
peut-être plus facilement de rééquilibrerseconde générale et technologique vers taux de réussite au baccalauréat (hors
les flux et de construire avec ces élèvesla professionnelle. En première agriculture) de 75,2% à la session 2001,
des parcours de formation adaptés.professionnelle, l’académie perd contre 76% à la session 2000, le nombre
Notons en outre que l’élévation du190 élèves, là aussi malgré le point sup de néo-bacheliers de l’Académie de-
niveau de formation, si elle ne permetplémentaire du taux de passage de ter Rouen diminue et s’établit à 15 282. Si le-
pas toujours une insertion professionminale BEP vers une première nombre de néo-bacheliers profession --
nelle durable, n’en reste pas moins unprofessionnelle et grâce à une légère di nels a augmenté de 150, malgré un taux-
garant contre le chômage ; ainsi, les réminution du taux de redoublement en de réussite au baccalauréat profession --
sultats de l’enquête menée en 2001 surpremière professionnelle. nel d’un point inférieur à celui constaté
la situation des jeunes lycéens sortis enPar contre, les effectifs de CAP sont un an auparavant, celui des néo-bache-
cours ou à la fin de l’année scolaireen hausse, essentiellement grâce aux liers généraux et technologiques s’est
1999-2000 montrent que la probabilitéeffets de la politique académique qui a considérablement réduit : -500 individus.
pour ces jeunes d’être en recherchelargement permis aux élèves de troi Aussi n’est-il pas surprenant de cons- -
d’emploi au 1er février 2001 est de 40%sième de SEGPA et de troisième d’inser tater que les effectifs de l’université va- -
pour le niveau Vbis, 25% pour le niveaution d’intégrer une formation rient également à la baisse, compte tenu
V, 17% pour le niveau IV et 12% pour letraditionnelle de CAP en 2 ans. de cet effet démographique et ce, malgré
niveau III de formation.Quant au second cycle général et une reprise de la poursuite d’études des
Ces résultats nous invitent à mettretechnologique, il poursuit le mouvement néo-bacheliers de l’académie vers les
en garde des jeunes gens qui s’imagineà la baisse entamé depuis la rentrée formations universitaires de la région -
raient un peu trop vite que la validation2000, avec 260 élèves de moins. Si les (29,7% contre 27,7% l’année précé-
des acquis de l’expérience les exempteeffectifs de seconde générale et techno dente), notamment pour les bacheliers --
rait d’accomplir une formation initialelogique sont restés stables, essentielle généraux et technologiques du tertiaire :-
solide attestée par un diplômement par élévation du taux de leurs taux de poursuite vers l’université
CAHIER D’AVAL n° 61 - Juillet 2002 27

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.