Les compétences à l'écrit, en calcul et en compréhension orale selon l'âge

De
Publié par

En France, 12 % de la population se trouve dans une situation préoccupante face à l'écrit, du fait de fortes difficultés dans les domaines fondamentaux que sont la lecture de mots, la compréhension de textes simples, l'écriture. Ce taux varie fortement selon l'âge, de 7 % pour les 18-29 ans à 22 % pour les 60-65 ans. En calcul et en compréhension orale, les plus jeunes obtiennent aussi de meilleurs résultats que leurs aînés. Ces écarts tiennent en grande partie à l'allongement des études dont ont bénéficié les jeunes générations, mais ils peuvent aussi provenir d'une perte de compétences au cours de la vie, en particulier par manque de pratique.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 24
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins

Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite 150 lpp 45 degrØs
Éducation, formation 2
Les compétences à l’écrit, en calcul
et en compréhension orale selon l’âge
Sandrine Micheaux, Fabrice Murat*
En France, 12 % de la population se trouve dans une situation
préoccupante face à l’écrit, du fait de fortes difficultés dans les domaines
fondamentaux que sont la lecture de mots, la compréhension
de textes simples, l’écriture. Ce taux varie fortement selon l’âge,
de 7 % pour les 18-29 ans à 22 % pour les 60-65 ans.
En calcul et en compréhension orale, les plus jeunes obtiennent
aussi de meilleurs résultats que leurs aînés. Ces écarts tiennent
en grande partie à l’allongement des études dont ont bénéficié
les jeunes générations, mais ils peuvent aussi provenir
d’une perte de compétences au cours de la vie, en particulier
par manque de pratique.
’ Insee a organisé, en sur des supports de la vie quoti- pour 12 %del’ensembledela
2004, l’enquête Informa- dienne : par exemple, une page population, ces difficultés sontL tion et Vie quotidienne de programme télévision ou le graves ou assez fortes ; 7 % ne
(IVQ 2004), afin de mesurer les boîtier d’un cédérom de musique. sont qu’en difficulté partielle.
compétences des adultes face à Un cinquième des personnes in- Parmi les personnes ayant été
l’écrit, mais aussi en compréhen- terrogées éprouve des difficultés scolarisées en France, 9 % ont
sion orale et en calcul. Un en- graves ou légères dans l’un des des difficultés graves ou assez
semble d’exercices a été proposé trois domaines fondamentaux de fortes dans les domaines fonda-
à plus de 10 000 personnes de 18 l’écrit (encadré) : lecture de mots, mentaux de l’écrit et peuvent être
à 65 ans, résidant en France mé- production de mots écrits, com- considérées comme en situation
tropolitaine ; ils étaient fondés préhension d’un texte simple ; d’illettrisme (par définition, la
* Sandrine Micheaux et Fabrice Murat appartiennent à la division Emploi de l’Insee.
Données sociales - La société française 195 édition 2006
065.ps
N:\H256\STE\gbnfpx\DS 2006\articles\065-2\065.vp
vendredi 3 mars 2006 11:08:45Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite 150 lpp 45 degrØs
2 Éducation, formation
notion d’illettrisme ne concerne nées en 1975 ont interrompu à l’évolution des compétences de
que les personnes ayant été sco- leur scolarité avant 18 ans. Ce- chaque individu tout au long de
larisées en France) ; 7 % n’ont pendant, dans le même temps, sa vie : ainsi, du fait d’une utili-
que des difficultés partielles. de fortes interrogations ont porté sation très restreinte de l’écrit,
sur le niveau de compétences as- certaines personnes perdent les
Les proportions de personnes en socié à chaque diplôme : ainsi, connaissances qu’elles ont acqui-
difficulté sont plus faibles chez en même temps que l’accès au ses à l’école ; d’autres peuvent au
les jeunes, plus fortes chez les baccalauréat se serait élargi, son contraire, grâce à diverses forma-
60-65 ans. Trois explications peu- contenu se serait dévalorisé. Tou- tions postscolaires, améliorer
vent être avancées. Tout d’abord, tefois, les études statistiques du leur niveauenfrançaisouencal-
la durée des études a fortement ministèredel’Éducation natio- cul. Enfin, indépendamment de
augmenté au fil des générations : nale menées sur les compétences leur niveau de compétence réel,
40 % des personnes nées en 1940 des élèves ne confirment pas une il se peut que les personnes sor-
ontarrêté leursétudesà14 ans; telle évolution. Ensuite, les diffé- ties depuis longtemps du système
seulement 20 % des personnes rences selon l’âge renvoient aussi éducatif aient plus de mal à ac-
Encadré
L’enquête Information et Vie quotidienne
L’enquête Information et Vie quoti- face à l’écrit. Dans cette batterie alors sollicités. Ainsi, ne pas maî-
dienne (IVQ) menée par l’Insee en d’exercices, figurent des questions triser l’orthographe n’empêche
2004 fait suite à une première opé- sur lalecturedemotset lacompré- pas d’être compris par un tiers ;
ration méthodologique en 2002. hension de textes courts, proches des personnes peuvent communi-
Elle a eu lieu en France métropoli- de celles du premier exercice mais quer sans mal à l’oral, mais beau-
taine, auprès de 10 000 personnes, sur un nouveau support (un cédé- coup moins bien par l’écrit. Les
âgées de 18 à 65 ans, résidant en romdemusique). Unedictéepor- exercices simples évaluent les
ménage ordinaire (c’est-à-dire hors tant sur une liste de courses compétences des adultes dans
collectivités, comme les prisons ou permet par ailleurs d’évaluer les trois domaines fondamentaux de
les foyers de jeunes travailleurs). capacités en production de mots l’écrit : lecture de mots isolés,
écrits. compréhension d’un texte simple
Chaque personne interrogée passe et production de mots écrits. Dans
d’abord un exercice d’orientation Certaines personnes obtiennent chacun de ces trois domaines, le
portant sur un support familier : des résultats seulement moyens à niveau de compétences est estimé
une page d’un programme de télé- l’exercice d’orientation : elles se par la proportion de bonnes ré-
vision. Cet exercice permet d’ap- voient proposer une épreuve « in- ponses. Les personnes en diffi-
précier la capacité à lire des mots termédiaire » qui affine le dia- culté à l’écrit sont celles qui ont
isolés et celle à comprendre un gnostic et décide laquelle des deux obtenu moins de 80 % de réussite
texte court. voies présentées ci-dessus est pré- dans l’un des trois domaines : el-
férable (exercices simples ou com- les représentent un cinquième de
Si l’enquêté ne commet qu’une ou plexes). la population. Quand la personne
deux erreurs, il est orienté vers une obtient moins de 40 % de réussite
série d’exercices plus complexes Le questionnaire inclut aussi un à une épreuve, elle est en grave
utilisant un ensemble de textes de exercice de compréhension orale et difficulté ; si son moins bon résul-
différents types : narratif, descrip- de courts problèmes mathématiques tat est compris entre 40 % et
tif, d’exposition, théorique. Cer- posés oralement. Ils sont proposés à 60 %, les difficultés sont estimées
tains textes sont accompagnés de l’ensemble de la population, indé- assez fortes ;s’ilest compris
graphiques ou d’illustrations. À pendamment des résultats à l’écrit. entre 60 % et 80 %, les difficultés
travers l’évaluation de leur com- L’enquête recueille par ailleurs un sont seulement partielles.
préhension, l’objectif est de définir ensemble d’informations permettant
des compétences, telles que la ca- de mieux connaître le parcours bio- Pour les exercices plus complexes
pacité à sélectionner les informa- graphique de l’enquêté. en lecture (posés aux quatre cin-
tions importantes d’un texte, à en quièmes des enquêtés qui maîtri-
établir la cohérence, à produire Affirmer qu’un adulte éprouve des sent les domaines fondamentaux),
des inférences. difficultés face à l’écrit, ou est même en calcul et en compréhension
en situation d’illettrisme, suppose de orale, la classification par niveau
Si les résultats à l’exercice d’orien- se référer non à des situations d’ap- de compétence se fait sur l’en-
tation sont faibles, l’enquêté passe prentissage scolaire, mais à des semble des épreuves : moins de
un test composé d’exercices as- conduites de communication rela- 40 % de questions réussies, de 40 à
sez simples permettant d’affiner tionnelle et sociale de la vie courante. 60 %, de 60 à 80 % et plus de 80 %
le diagnostic sur ses difficultés Plusieurs types de compétences sont de réussite.
Données sociales - La société française 196 édition 2006
065.ps
N:\H256\STE\gbnfpx\DS 2006\articles\065-2\065.vp
vendredi 3 mars 2006 11:08:47Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite 150 lpp 45 degrØs
Éducation, formation 2
cepter les principes d’une évalua- difficulté face à l’écrit que leurs Pour les plus jeunes, les résul-
tion, sous forme d’exercices. aînés (figure 1). Ainsi, 7 % des tats sont assez proches de ceux
L’enquête IVQ permet d’évaluer 18-29 ans éprouvent des diffi- obtenus lors des journées d’ap-
les différences de compétences, cultés graves ou assez fortes pel de préparation à la défense
en 2004, entre personnes d’âges dansaumoinsundestroisdo- (JAPD) : en 2004, parmi les jeu-
différents, mais ne permet pas de maines fondamentaux de l’écrit nesFrançaisde17 ans,4 %se
trancher entre ces différentes ex- contre 22 % pour les 60-65 ans. trouvaient en difficulté sévère
plications liées soit aux effets du Le constat se confirme si on auxquels s’ajoutaient 7 % ayant
vieillissement, soit aux spécifici- tient compte des difficultés de très faibles capacités en lec-
tés des générations. partielles : 14 % de personnes ture. Dans l’enquête IVQ 2004,
en difficultés graves, assez for- pour mieux établir la comparai-
tes ou partielles parmi les son, le champ est restreint aux
Les jeunes moins en 18-29 ans contre 34 % pour les personnes ayant été scolarisées
60-65 ans. L’écart se creuse à en France, âgées de 18 à 25 ans ;difficulté face à l’écrit,
partir de 50 ans : on passe de la proportion de personnes enla compréhension orale
18 % de personnes en difficul- difficultés graves ou assez fortes
et le calcul
tés graves, assez fortes ou par- s’élève à 5 % et celle des person-
tielles face à l’écrit pour les nes en difficulté partielle à 7 %.
En 2004, les jeunes sont beau- 40-49 ans à 26 % pour les Ces résultats sont voisins de
coup moins nombreux à être en 50-59 ans. ceux enregistrés aux JAPD.
Figure 1 - Compétences à l’écrit selon l’âge
en %
Niveau de compétences à l’écrit 18-29 ans 30-39 ans 40-49 ans 50-59 ans 60-65 ans Ensemble
Difficultés dans les domaines fondamentaux de l’écrit 14 16 18 26 34 19
dont :
Graves difficultés 4 6 7 12 13 7
Difficultésassezfortes 34569 5
Difficultéspartielles 7668 12 7
Aucune difficultés dans les domaines fondamentaux de l’écrit 86 84 82 74 66 80
dont (taux de réussite aux exercices complexes) :
Moinsde40% 2489 13 6
De40%à60% 1214161718 15
De60%à80% 3633332924 32
De plus de 80 % 36 25 19 11 27
Ensemble 100 100 100 100 100 100
Champ : les personnes de 18 à 65 ans résidant en France métropolitaine.
Lecture : 4 % des personnes âgées de 18 à 29 ans éprouvent de graves difficultés dans les domaines fondamentaux de l’écrit (cela inclut 1 % de la population
ayant trop de difficultés en français ou en lecture pour passer les tests) ; 2 % des 18-29 ans n’éprouvent aucune difficulté dans les domaines fondamentaux de
l’écrit mais ont réussi moins de 40 % des exercices complexes qui leur étaient proposés.
Source : Insee, enquête Information et Vie quotidienne, 2004.
Figure 2 - Nature des difficultés à l'écrit selon l'âge
en %
En difficultés graves ou assez fortes en … 18-29 ans 30-39 ans 40-49 ans 50-59 ans 60-65 ans Ensemble
Lecturedemots 817151615 14
Production de mots écrits 42 50 47 46 41 45
Compréhension d'un texte simple 37 48 49 57 56 50
Champ : les personnes de 18-65 ans résidant en France métropolitaine en difficulté face à l'écrit.
Lecture : 8 % des personnes âgées de 18 à 29 ans ayant des difficultés dans les domaines fondamentaux de l'écrit ont des difficultés graves ou assez fortesen
lecture de mots.
Source : Insee, enquête Information et Vie quotidienne, 2004.
Données sociales - La société française 197 édition 2006
065.ps
N:\H256\STE\gbnfpx\DS 2006\articles\065-2\065.vp
vendredi 3 mars 2006 11:08:47Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite 150 lpp 45 degrØs
2 Éducation, formation
Parmi lespersonnesendifficulté tes simples, les plus âgés sont à personnes n’éprouvant pas de
dans les domaines fondamentaux nouveau nettement distancés. difficultés face à l’écrit et ayant
de l’écrit, les écarts selon l’âge ne Quand une personne dont l’âge réussi plus de 80 % des exercices
sontpasdemêmeampleurselon est compris entre 18 et 29 ans complexes. Ils sont en effet seule-
le type de compétences mobili- rencontre des difficultés à l’écrit, ment 11 % dans ce cas contre
sées (figure 2). En lecture de elles sont moins souvent profon- 36 % pour les 18-29 ans (fi-
mots, les moins de 30 ans se dis- des en compréhension : seuls gure 1). Ainsi, et contrairement à
tinguent avec 8 % de difficultés 37 % des 18-29 ans en difficulté certaines idées reçues, les per-
graves ou assez fortes mais à l’écrit ont des difficultés graves sonnes âgées maîtrisent moins
au-delà, les différences sont mini- ou assez fortes dans ce do- souvent les domaines fondamen-
mes (autour de 15 % de person- maine ; 56 % des 60-65 ans en taux de l’écrit et, quand elles les
nes en difficultés graves ou assez difficulté à l’écrit sont dans ce maîtrisent, elles sont distancées
fortes). En revanche, en produc- cas. par les plus jeunes sur les exerci-
tion de mots écrits, aucune ten- ces plus complexes. Cependant,
dance ne se dégage : les Les 60-65 ans sont également les écarts fluctuent selon le type
60-65 ans ont des performances peu représentés parmi les per- de support étudié : le taux de
équivalentes aux 18-29 ans. sonnes les plus à l’aise face à l’é- réussite aux questions relatives à
Enfin, en compréhension de tex- crit, c’est-à-dire parmi les un graphique sur les accidents
de la route est à peu près cons-
tant selon l’âge. En revanche, sur
un texte court relatif à un thèmeFigure 3 - Compétences en calcul selon l’âge
en % très peu familier (la mémoire vi-
suelle), plus de 25 points sépa-
Taux de réussite
rent les taux de réussite des
aux exercices 18-29 ans 30-39 ans 40-49 ans 50-59 ans 60-65 ans Ensemble
tranches d’âge extrêmes.de calcul
Moins de 40 % 3 6 8 9 10 7 De la même façon, plus l’on est
âgé,pluslesdifficultésencom-De40à60% 46788 6
préhension orale et en calcul
De 60 à 80 % 56 53 55 54 55 55
sont importantes.
Plus de 80 % 37 35 30 29 27 32
Un quart des personnes âgées deEnsemble 100 100 100 100 100 100
60 à65 ansaréussi plusde
Champ : les personnes de 18-65 ans résidant en France métropolitaine, hors celles ayant trop de 80 % des exercices de calcul
difficultés en français ou en lecture pour passer les tests (1 % de la population).
contre un tiers de celles âgées de
Lecture : 7 % (3 + 4) des personnes âgées de 18 à 29 ans ont réussi moins de 60 % des questions en
moins de 30 ans (figure 3). Inver-calcul.
Source : Insee, enquête Information et Vie quotidienne, 2004. sement, seules 7 % des person-
nes âgées de 18 à 29 ans ont des
performances médiocres (moinsFigure 4 - Compétences en compréhension orale selon l’âge
en % de 60 % de réussite aux exercices
de calcul) contre 18 % des
Taux de réussite
60-65 ans. Les écarts entre tran-
aux exercices de 18-29 ans 30-39 ans 40-49 ans 50-59 ans 60-65 ans Ensemble
ches d’âge sont toutefois un peucompréhension orale
plus faibles que dans le domaine
Moinsde40% 34568 4 de l’écriture : 11 points d’écart
entre les moins de 30 ans et lesDe 40 à 60 % 6 8 9 14 15 10
plus de 60 ans pour les perfor-
De 60 à 80 % 19 23 23 25 26 23
mances médiocres en calcul,
Plus de 80 % 72 65 63 55 51 63 contre 20 points pour les difficul-
Ensemble 100 100 100 100 100 100 tés à l’écrit. De plus, les résultats
varient très peu à partir de
Champ : les personnes de 18-65 ans résidant en France métropolitaine, hors celles ayant trop de
40 ans.difficultés en français ou en lecture pour passer les tests (1 % de la population).
Lecture : 9 % (3 + 6) des personnes âgées de 18 à 29 ans ont réussi moins de 60 % des questions en
compréhension orale. En compréhension orale, la moi-
Source : Insee, enquête Information et Vie quotidienne, 2004. tié des personnes âgées de 60 à
Données sociales - La société française 198 édition 2006
065.ps
N:\H256\STE\gbnfpx\DS 2006\articles\065-2\065.vp
vendredi 3 mars 2006 11:08:48Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite 150 lpp 45 degrØs
Éducation, formation 2
65 ans réussit plus de 80 % des D’une part, les 18-19 ans sont lon l’âge sont assez semblables :
exercices contre les trois quarts écartés car une grande partie la part des personnes en difficul-
des moins de 30 ans (figure 4). d’entre eux est encore loin d’a- té face à l’écrit croît avec l’âge,
Un enquêté sur quatre de voir fini ses études (beaucoup ne passant de 11 % pour les
60-65 ans n’a pas atteint le seuil se sont pas encore présentés au 20-29 ans à 28 % pour les plus
de 60 % de réussite contre un baccalauréat). D’autre part, les de 60 ans (figure 5).
sur dix pour les moins de 30 ans. personnes scolarisées hors de
France sont aussi exclues afin Les personnes les plus âgées ont
d’assurer la comparabilité des di- un niveau d’études bien moins
plômes. élevé que les plus jeunes (fi-L’allongement des
gure 6). Les 60-65 ans sont seule-études semble favoriser
Les résultats pour cette popula- ment 21 % à avoir obtenu au
les jeunes générations
tion diffèrent alors légèrement de moins le bac contre 69 % des
ceux obtenus pour l’ensemble de 20-29 ans ; 50 % des 60-65 ans
Afin d’évaluer l’effet de la scolari- la population : la proportion de ontatteintleniveauduBEPC
té sur les compétences, le champ personnes en difficulté à l’écrit contre 93 % des 20-29 ans. Or,
d’étude est retreint aux 20-65 ans est alors de 16 % (contre 20 % les résultats en lecture sont bien
ayant commencé leur scolarité pour l’ensemble de la popula- sûr fortement liés au diplôme :
en France, pour deux raisons. tion). En revanche, les écarts se- 48 %des personnessansdi-
plômesontendifficultéfaceà
l’écrit contre 3 % de ceux qui ont
au moins le bac (figure 5). Ainsi,
Figure 5 - Proportion de personnes en difficulté face à l’écrit parmi une partie des écarts de compé-
les personnes scolarisées en France suivant leur diplôme et leur âge
tences entre classes d’âge s’ex-
en % plique par des différences de
parcours scolaire.
Diplôme 20-29 ans 30-39 ans 40-49 ans 50-59 ans 60-65 ans Ensemble
De fait, à diplôme donné, lesSans diplôme 55 44 38 60 56 48
écarts entre jeunes et moins jeu-CEP /// /// 37 29 31 31
nes sont bien moins importants
BEPC 12 10 11 13 7 11
(figure 5). Ainsi, 55 % des
CAP/BEP 25 14 14 18 29 18 20-29 ans n’ayant pas obtenu de
Bacouplus 34338 3 diplôme éprouvent des difficultés
face à l’écrit contre 56 % chez les
Ensemble 11 12 16 21 28 16
60-65 ans ayant le même niveau
Champ : les personnes de 20-65 ans résidant en France métropolitaine, ayant été scolarisées en France. de qualification scolaire. Ce sont
Lecture : 55 % des personnes âgées de 20 à 29 ans n’ayant obtenu aucun diplôme sont en difficulté dans en fait les 40-49 ans qui obtien-
les domaines fondamentaux de l’écrit. nent les meilleurs résultats : seu-
Source : Insee, enquête Information et Vie quotidienne, 2004.
lement 38 % des personnes sans
diplôme de cet âge sont en diffi-
Figure 6 - Diplôme le plus élevé selon l’âge culté à l’écrit. Il n’y a pas de dif-
en % férence significative entre les
proportions de personnes en dif-Diplôme 20-29 ans 30-39 ans 40-49 ans 50-59 ans 60-65 ans Ensemble
ficulté selon l’âge chez les per-
Sans diplôme 7 12 19 13 18 sonnes ayant le BEPC pour13
diplôme le plus élevé, ni chez lesCEP /// /// 6 23 32 9
diplômés de l’enseignement supé-
BEPC 45998 7
rieur. D’autre part, 25 % des
CAP/BEP 20 31 33 28 21 28 20-29 ans ayant obtenu un CAP
Bac ou plus 69 52 33 27 21 43 ou un BEP sont considérés en
difficulté face à l’écrit. Ce taux
Ensemble 100 100 100 100 100 100
est sensiblement le même pour
Champ : les personnes de 20-65 ans résidant en France métropolitaine, ayant été scolarisées en France. les 60-65 ans (29 %). En re-
Lecture : 7 % des personnes âgées de 20 à 29 ans n’ont obtenu aucun diplôme. vanche, à ce niveau d’études, les
Source : Insee, enquête Information et Vie quotidienne, 2004.
classes d’âge comprises entre 30
Données sociales - La société française 199 édition 2006
065.ps
N:\H256\STE\gbnfpx\DS 2006\articles\065-2\065.vp
vendredi 3 mars 2006 11:08:49Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite 150 lpp 45 degrØs
2 Éducation, formation
et 59 ans sont moins en difficulté plus jeunes conservent un 50 ans ont des performances
face à l’écrit (14 % pour les avantage : 26 % de performan- médiocres en compréhension
30-49 ans et 18 % pour les ces médiocres en dessous de orale contre 31 % des
50-59 ans). 40 ans contre au moins 40 % 20-29 ans.
au-dessus.
En calcul, les conclusions sont Ainsi, les écarts selon l’âge à di-
similaires (figure 7). Les écarts En compréhension orale, les plôme donné sont généralement
en faveur des moins de 40 ans écarts selon l’âge sont plus fai- moindres que pour tous diplô-
obtenus pour l’ensemble de la bles à niveau de diplôme donné, mes confondus, et ils ne sont pas
population disparaissent pour mais des différences subsistent toujours à l’avantage des plus
les diplômes au moins égaux (figure 8). Ainsi, parmi les per- jeunes. Ce résultat plaide-t-il
au BEPC. En revanche, pour sonnes n’ayant aucun diplôme, pour une certaine permanence
lespersonnessansdiplôme,les 40 % de celles âgées de plus de du niveau de compétence associé
à chaque diplôme ? En fait, pour
juger équitablement de l’évolu-
tion de ce niveau, il faudraitFigure 7 - Proportion de personnes ayant des performances
avoir évalué les compétences aumédiocres en calcul (moins de 60 % de réussite) parmi les
personnes scolarisées en France suivant leur diplôme et leur âge moment de l’obtention du di-
plôme:lestitulairesd’unen %
CAP-BEP de 60-65 ans étaient
Diplôme 20-29 ans 30-39 ans 40-49 ans 50-59 ans 60-65 ans Ensemble peut-être plus compétents le jour
de l’examen qu’ils ne le sont ac-
Sans diplôme 26 26 41 50 40 38 tuellement et plus compétents
CEP /// /// 29 20 17 22 également que les titulaires actuels
de ce diplôme ; mais, par manqueBEPC 9 8 11 7 4 8
de pratique, ils ont pu perdre une
CAP/BEP 8 15 11 8 10 11 partie de leur savoir. Il faudra re-
Bacouplus 33241 3 nouveler l’enquête dans quelques
années afin d’évaluer pour les per-
Ensemble 61015151512
sonnes nées une année donnée l’é-
volution de leurs compétences auChamp : les personnes de 20-65 ans résidant en France métropolitaine, ayant été scolarisées en France.
Lecture : 26 % des personnes âgées de 20 à 29 ans n’ayant obtenu aucun diplôme ont des performances fil du temps, après leur sortie du
médiocres en calcul (moins de 60 % de réussite aux questions). système éducatif.
Source : Insee, enquête Information et Vie quotidienne, 2004.
Cependant, le bilan global reste
positif : l’accès plus fréquent des
Figure 8 - Proportion de personnes ayant des performances jeunesàdesformationssecon-
médiocres en compréhension orale (moins de 60 % de réussite) daires et supérieures explique en
parmi les personnes scolarisées en France suivant leur diplôme et partie l’évolution favorable du ni-
leur âge veau moyen de l’ensemble d’une
en %
génération.
Diplôme 20-29 ans 30-39 ans 40-49 ans 50-59 ans 60-65 ans Ensemble
Sans diplôme 31 27 21 40 40 30 Les difficultés à l’écrit
CEP /// /// 19 19 17 18 des personnes
BEPC 8 9 12 9 14 10 scolarisées
CAP/BEP 11 13 13 16 21 14 hors de France
Bacouplus 36679 5
La part des personnes ayant
Ensemble 71113162012
commencé leur scolarité hors de
Champ : les personnes de 20-65 ans résidant en France métropolitaine, ayant été scolarisées en France. France varie avec l’âge, passant
Lecture : 31 % des personnes âgées de 20 à 29 ans n’ayant obtenu aucun diplôme ont des performances de 6 % parmi les 18-29 ans à
médiocres en compréhension orale (moins de 60 % de réussite aux questions).
13 % parmi les 60-65 ans (fi-
Source : Insee, enquête Information et Vie quotidienne, 2004.
gure 9). Environ un tiers de ces
Données sociales - La société française 200 édition 2006
065.ps
N:\H256\STE\gbnfpx\DS 2006\articles\065-2\065.vp
vendredi 3 mars 2006 11:08:50Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite 150 lpp 45 degrØs
Éducation, formation 2
personnes est arrivé en France moins nette que pour les person- Les jeunes lisent moins
avant la fin de ses études. nes scolarisées en France. Les les quotidiens que
plus âgés apparaissent plus en
les personnes plus âgées
La moitié des personnes n’ayant difficulté : trois quarts de person-
pas suivi une scolarité complète nessontendifficultéfaceàl’é-
en France est en difficulté en crit parmi les 60-65 ans et plus Les compétences plus faibles à
français à l’écrit, contre 16 % de la moitié parmi les 50-59 ans ; l’écritdesplusâgésnesetradui-
pour les personnes ayant été sco- ce sont cependant les 40-49 ans sent pas forcément par des diffi-
larisées en France ; un tiers l’est qui obtiennent les meilleurs ré- cultés plus grandes dans l’usage
à l’oralcontre12%pour les per- sultats, en particulier par rapport de l’écrit dans la vie quoti-
sonnes ayant été scolarisées en aux 30-39 ans. Cette tendance se dienne.Ainsi,laproportionde
France (figure 10). La décrois- retrouve en calcul et en compré- personnes déclarant avoir des
sance des résultats avec l’âge est hension orale. difficultés à écrire une lettre est
d’environ un quart et varie assez
peu selon l’âge (figure 11). Cela
Figure 9 - Proportion de personnes scolarisées hors de France tient en partie au fait que le lien
selon l’âge entre les difficultés observées
en %
par les tests et les difficultés à
18-29 ans 30-39 ans 40-49 ans 50-59 ans 60-65 ans Ensemble écrire une lettre n’est pas méca-
nique : 46 % des personnes en
Personnes scolarisées difficulté dans les domaines fon-
hors de France 6 9 10 16 13 10
damentaux de l’écrit déclarent
Champ : les personnes de 18 à 65 ans résidant en France métropolitaine. avoir des difficultés à écrire une
Lecture : 6 % des personnes âgées de 18 à 29 ans ont commencé leur scolarité hors de France. lettre, contre 20 % de celles qui
Source : Insee, enquête Information et Vie quotidienne, 2004. ont bien réussi les tests. Les
Figure10- Résultats à l’écrit, en calcul et en compréhension orale des personnes ayant été scolarisées
hors de France selon l’âge
en %
18-29 ans 30-39 ans 40-49 ans 50-59 ans 60-65 ans Ensemble
Difficultés à l’écrit 40 51 36 55 72 49
Performances médiocres en calcul 22 31 20 30 32 27
Performances médiocres en
compréhension orale 34 28 25 38 39 33
Champ : les personnes de 18-65 ans résidant en France métropolitaine n’ayant pas commencé leur scolarité en France, hors celles ayant trop de difficultés en
français ou en lecture pour passer les tests (1% de la population).
Lecture : 40 % des personnes âgées de 18 à 29 ans ayant commencé leur scolarité hors de France ont des difficultés dans les domaines fondamentaux de l’écrit.
Source : Insee, enquête Information et Vie quotidienne, 2004.
Figure 11 - Difficultés pour écrire une lettre selon l’âge
en %
18-29 ans 30-39 ans 40-49 ans 50-59 ans 60-65 ans Ensemble
Rencontre des difficultés pour écrire
unelettre 2225282527 25
Ne rencontre aucune difficulté
pour écrire une lettre 76 71 68 68 65 70
N’écritjamaisdelettre 34578 5
Champ : les personnes de 18-65 ans résidant en France métropolitaine.
Lecture : 22 % des personnes de 18 à 29 ans déclarent avoir des difficultés à écrire une lettre.
Source : Insee, enquête Information et Vie quotidienne, 2004.
Données sociales - La société française 201 édition 2006
065.ps
N:\H256\STE\gbnfpx\DS 2006\articles\065-2\065.vp
vendredi 3 mars 2006 11:08:50Profil couleur : Profil d’imprimante CMJN gØnØrique
Composite 150 lpp 45 degrØs
2 Éducation, formation
Figure 12 - Pratiques de lecture selon l’âgeécarts de compétences selon
en %l’âge ne se retrouvent donc que
partiellement dans les difficultés Proportion de personnes
18-29 ans 30-39 ans 40-49 ans 50-59 ans 60-65 ans Ensemble
déclarées. De plus, à performan- déclarant lire souvent
ces à l’écrit égales, les plus âgés
Des livres 31 32 36 33 34 33déclarent moins souvent des dif-
Des quotidiens 35 35 42 47 53 41ficultés que leurs cadets.
Des magazines 41 37 39 41 43 40
De même, malgré de meilleures
Champ : les personnes de 18-65 ans résidant en France métropolitaine.
compétences en lecture, les Lecture : 31 % des personnes âgées de 18 à 29 ans déclarent lire souvent des livres.
18-29 ans lisent moins que leurs Source : Insee, enquête Information et Vie quotidienne, 2004.
aînés (figure 12). C’est particuliè-
rement net pour les quotidiens :
un tiers des 18-39 ans en lit sou-
ventcontreplusdelamoitiédes Pour en savoir plus
60-65 ans. Cela peut être le signe
d’une certaine désaffection des Baudelot C., Establet R., «Leni- Emin J.-C., Esquieu P.,«Un
jeunes générations pour ce type veau monte », Paris, Seuil, 1989. siècle d’éducation », Données so-
ciales - La société française, Insee,de documents. Autre hypothèse :
Bodier M., Chambaz C., « Lire et 2002.la lecture des quotidiens s’inten-
écrire, les difficultés des adultes »,
sifierait au cours de la vie. Quant
Données sociales - La société fran- Frydel Y., « Un ménage sur deux
aux livres ou aux magazines, les çaise, Insee, 1996. possède un micro-ordinateur, un
écarts dans la fréquence de lec- sur trois a accès à l’internet », Insee
De La Haye F., Gombert J.-E., Première, n° 1011, mars 2005.ture selon l’âge sont très faibles.
Rivière J.-P., Rocher T., «LesAinsi, leurs plus grandes difficul-
évaluations en lecture dans le Murat F., « Évolution des connais-
tés à l’écrit n’empêchent pas les cadre de la Journée d’appel de pré- sances des élèves en fin de col-
plus âgés d’avoir des pratiques de paration àladéfense -Année lège », Données sociales - La société
2004 », Note d’évaluation, n° 05-11, française, Insee, 1996.lecture au moins aussi dévelop-
ministère de l’Éducation nationale,pées que celles des jeunes. Ce-
de l’Enseignement supérieur et de Murat F., « Les compétences des
pendant, ce portrait est un peu
la Recherche, DEP, septembre adultes à l’écrit, en calcul et com-
biaisé par le fait que l’enquête 2005. préhension orale », Insee Première,
IVQ 2004 ne permet pas d’étu- n° 1044, octobre 2005.
Donnat O., « Les pratiques cultu-dier les nouvelles pratiques de
relles des Français. Enquête Murat F., « Les difficultés deslecture telles que l’internet, les
1997 », Paris, La Documentation adultes face à l’écrit », Insee Pre-
bandes dessinées, plus fréquentes française, 1998. mière, n° 959, avril 2004.
chez les jeunes.
Données sociales - La société française 202 édition 2006
065.ps
N:\H256\STE\gbnfpx\DS 2006\articles\065-2\065.vp
vendredi 3 mars 2006 11:08:51

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.