Plus de 64 100 étudiants dans le Centre en 1999

De
Publié par

Au 8 mars 1999, 64 100 étudiants résident dans le Centre, soit 2,6 % de la population régionale. Cette faible proportion, au regard de la moyenne métropolitaine, trouve principalement son explication dans une entrée plus précoce des jeunes sur le marché du travail. De nombreux étudiants font leurs études dans un autre département que celui de leur résidence. A l'intérieur de la région, l'Indre-et-Loire et le Loiret restent les deux départements qui attirent le plus. Hors de la région, l'Ile-de-France représente un pôle d'attraction de même que certains départements limitrophes. Mais la région attire aussi quelques étudiants venus d'autres régions.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 32
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins
n° 116 février 2003 2,20
Au 8 mars 1999, date du dernier recensement, un peu plus de 64 100 personnes résidant dans le Centre déclarent avoir atteint un niveau détudes supérieures et être inscri-tes dans un établissement densei-gnement pour lannée 1998-1999! Cette population étudiante repré-sente 2,6 % de la population régio-nale alors que, France entière, 3,5 % de la population poursuit des étu-des supérieures!
Directrice de la publication :MarieClaude DUTÉRIEZ ISSN : 0986976X  Code SAGE : ICI11648 Abonnement: contacter le 02.38.69.53.64
MOTSCLES du THESAURUS INSEEétudiant, classe dâge, sexe, lieu de résidence, mouvement migratoire, mobilité résidentielle
(à plus de 90 % dans laire urbaine de Tours) et 30,1 % dans le Loiret (dont 86,9% dans laire urbaine dOrléans)! La vocation universi-taire de ces deux départements ne se dément donc pas! Ces étudiants représentent respectivement 4,9 % et 3,1% de la population de ces départements! LEure-et-Loir est loin derrière et naccueille que 8,2 % des étudiants régionaux! Ces étudiants représentent seulement 1,3 % de la population eurélienne! Les trois autres départements de la région, Cher, Indre et Loir-et-Cher,
Au 8 mars 1999, 64100 étudiants résident dans le Centre, soit 2,6% de la population régionale Cette faible proportion, au regard de la moyenne métropolitaine, trouve principalement son explication dans une entrée plus précoce des jeunes sur le marché du travail De nombreux étudiants font leurs études dans un autre département que celui de leur résidence A l(intérieur de la région, l(Indre-et-Loire et le Loiret restent les deux départements qui attirent le plus Hors de la région, l(Ile-de-France représente un pôle d(attraction de même que certains départements limitrophes Mais la région attire aussi quelques étudiants venus d(autres régions
Répartition de la population étudiante résidant dans le Centre par sexe et âge Sexe Tranche d'âgeEnsem ble% M asculin% Féminin % M oinsde 20 ans3 0124,7 4581 7,17 59311,8 De 20 à 24 ans18 47428,8 24443 38,142 91766,9 De 25 à 29 ans4 2186,6 5052 7,99 27014,5 30 ans ou plus2 0353,2 2303 3,64 3386,8 Total 27739 43,336 37956,7 64118 100,0 Source : Insee, recensement de la population de 1999
INSEE Centre Service Etudes et Diffusion 43, avenue de Paris  BP 6719  45067 Orléans Cedex 2 Tél : 02.38.69.52.52  fax : 02.38.69.53.00 Internet: http://www.insee.fr/centre
Cette population étudiante est très concentrée! 42,1% des étu-diants habitent en Indre-et-Loire
P lus de 64 100 étudiants dans le Centre en 1999 Stéphanie Hérant
INSEE CENTRE INFOn° 116février 2003
2
abritent chacun dentre eux moins de 8 % des étudiants du Centre!
UNE POPULATION FORTEMENT FÉMINISÉE Les trois quarts des étudiants qui résident dans le Centre ont moins de 23,5 ans et la moitié a moins de 21,3 ans!
Parmi ces étudiants, les femmes sont majoritaires: 56,7% contre 43,3 % dhommes! Cette prépondé-rance féminine se vérifie quel que soit lâge et lécart entre les deux sexes est maximum pour les étu-diants de 20 à 24 ans (+ 9,3 points)! En Indre-et-Loire, la supériorité nu-mérique des femmes est encore plus marquée puisquelles représentent 60,7 % de lensemble des étudiants de ce département! Les femmes sont plus diplômées que les hommes! En effet, parmi les 27000 étudiants ayant un diplôme supérieur au bac, 58 % sont des femmes! Et auseul niveau du bac, 55,8 % des diplômés sont des femmes!
Part des 1529 ans dans la population totale
Cher EureetLoir Indre IndreetLoire LoiretCher Loiret Centre M étropole
Part des actifs en emploi
Cher EureetLoir Indre IndreetLoire LoiretCher Loiret Centre M étropole
Population totale
314 388 407 747 231 061 553 747 314 933 618 086 2 439 962 58 520 688
1519 ans 5,8 8,3 8,5 7,6 9,5 7,7 7,9 6,0
Les étudiants étrangers représen-tent 8 % de la population étudiante résidente, soit une part supérieure au poids de la population étrangère dans la population régionale totale (4 %)!La plus forte proportion détudiants étrangers est originaire du Maghreb (29,3 %) et un peu plus du quart vient de lUnion Euro-péenne!
DÉFICIT DÉTUDIANTS DANS LE CENTRE En région Centre, la moindre scolarisation des jeunes de plus de 15 ans est une caractéristique an-cienne! Déjà en 1990, le Centre ac-cusait un retard en terme de poids des étudiants dans la population to-tale par rapport au reste de la mé-tropole! A cette date, on ne recen-sait quun peu moins de 42 000 étu-diants, soit 1,8% de la population régionale! En métropole, ce taux était de 2,3 %! En 1999, alors que les étudiants au lieu de résidence représentent
dont 1529 ans Nom bre% 54 22817,2 77 97119,1 38 14316,5 116 92521,1 55 21417,5 125 37920,3 467 86019,2 11 821 42520,2 Source : Insee, recensement de la population de 1999
en % actifs en emploi 2024 ans2529 ans 43,3 74,1 52,2 78,2 49,7 76,5 32,4 71,1 47,8 77,1 42,4 76,8 42,3 75,3 37,5 72,2 Source : Insee, recensement de la population de 1999
3,5 poli dant prés la p nale tion plus des métr tain seu l e la P card la ont tau scol tion faib
por mo tro Cen un «c »env ron 21 000 étudiants!Au sein même de la région, de fortes disparités exis-tent! Ainsi, en Indre-et-Loire le poids des étudiants dans la popula-tion est supérieur à la moyenne mé-tropolitaine : les étudiants y repré-sentent 4,9% de la population! Dans tous les autres départements, ce taux est inférieur à celui de la moyenne métropolitaine!
Plusieurs hypothèses peuvent expliquer une telle différence de scolarisation! La structure par âge de la population est un des premiers éléments à prendre en compte! En effet, dans le Centre les jeunes de 15 à 29 ans (âges auxquels on pour-suit habituellement des études) sont proportionnellement moins nom-breux quen métropole: 19,2 % contre 20,2 %! Si la population de plus de 15 ans du Centre avait la même structure par âge que celle de la métropole, on ne recenserait quenviron 4 600 étudiants de plus! Leffet de la structure par âge nex-plique donc que partiellement le « déficit »!La situation du Loiret conduit dailleurs à chercher dautres causes! En effet, la part de la population des 15-29 ans y est légèrement supérieure à celle de la
INSEE CENTRE INFOn° 116février 2003
udiants ent est  faible ropole! e, lIn-- L o i r e e popu-n pro-r t i o n -e l l e -e n t l u s eune et aux de colari-a t i o n u p é -i e u r l a oyenne é t r o -litaine! Le ni-u at- parle dacti-v esjeunes fournit un second élément dexpli-cation! En effet, mesuré sur la tran-che des 15-29 ans, il est supérieur à la moyenne métropolitaine! Entre 15 et 19 ans, les actifs en emploi représentent 7,9 % de la population de cette tranche dâge dans le Cen-tre contre 6,0% en métropole! Ce taux nest que de 5,8 % dans le Cher (mais le taux de chômage des jeunes au sens du recensement y est supérieur au taux métropolitain) alors quil est égal à 9,5 % dans le Loir-et-Cher! LIndre-et-Loire et le Loiret enregistrent aussi des taux dactivité inférieurs à la moyenne régionale pour cette classe dâge! 42,3 % de la population régionale âgée de 20 à 24 ans est active occu-pée, contre 37,5% en métropole! Corrélé au taux de scolarisation élevé dans ce département, ce rap-port est le plus faible en Indre-et-Loire (32,4 %)! Enfin, le taux dac-tivité des 25-29 ans est, hors Indre-et-Loire, toujours supérieur à la moyenne métropolitaine! La prédominance de lindustrie en région, son développement sou-vent ancien dans des secteurs mar-qués par la tradition, comme lha-billement, ont vraisemblablement
contribué à orienter les choix pro-fessionnels de la population jeune! Par rapport à la métropole, le Cen-tre comprend en proportion plus douvriers, y compris aux âges jeu-nes! En effet, les jeunes du Centre en emploi occupent plus souvent des emplois de manuvres ou douvriers spécialisés que dans lensemble de la métropole: 19,1 % des jeunes actifs occupés du Centre de 15 à 29 ans travaillent sur ce type de poste contre 15,6 % pour la métropole!
Cest donc une entrée plus pré-coce sur le marché du travail qui explique principalement le taux de scolarisation plus faible rencontré en région Centre! Cette moindre scolarisation nentraîne pas, en ef-fet, un chômage des jeunes plus im-portant! Les taux de chômage (au sens du recensement) parmi les jeu-nes de 15 à 29 ans sont moins im-portants dans le Centre que dans lensemble de la métropole! Dans la région, le taux de chômage de la
population de 15 à 19 ans est de 23,4 % alors quil est égal à 27,7 % pour lensemble de la métropole! Seul le département du Cher a un taux supérieur au taux métro-politain pourcette tranche dâge (30,7 %), expliquant ainsi la moin-dre proportion de jeunes en emploi! Parmi les personnes de 20-24 ans et de 25-29 ans, les taux de chô-mage régionaux sont aussi infé-rieurs aux taux nationaux, sauf dans le Cher et en Indre-et-Loire!
FORTE MIGRATION DES ÉTUDIANTS DE LA RÉGION Les jeunes qui font leurs études dans la région (environ 59000) sont moins nombreux que ceux qui y résident (environ 64 000)! Un tel écart est constaté dans toutes les régions métropolitaines, à lexcep-tion de lIle-de-France, de Rhône-Alpes, Midi-Pyrénées et Poitou-Charentes! Son ampleur relative si-tue la région Centre au bas dun classement des régions, avant la Corse et la Picardie!
Nombre d'étudiants en 1999 Au lieuAu lieuIndicateur de résidence (LR)d'études (LE)d'attraction (LE/LR) Aires urbaines Bourges 3240 3282 101,3 Vierzon 587560 95,4 SaintAm andM ontrond166 6237,3 Chartres 2198 1919 87,3 Dreux 724450 62,2 Châteaudun 229165 72,1 NogentleRotrou 226129 57,1 Châteauroux 1588 1648 103,8 Issoudun 341316 92,7 Tours 25225 28057 111,2 Am boise358 16646,4 Blois 3020 2755 91,2 Vendôm e430 20447,4 Rom orantinLanthenais202 7436,6 Orléans 16750 16997 101,5 M ontargis792 820103,5 Gien 242205 84,7 Pithiviers 14647 32,2 Départements Cher 4992 4056 81,3 EureetLoir 5284 2781 52,6 Indre 2822 2138 75,8 IndreetLoire 26992 28428 105,3 LoiretCher 4757 3148 66,2 Loiret 19271 18387 95,4 Centre 64118 58938 91,9 Source : Insee, recensement de la population de 1999 Note : lorsque l'indicateur d'attraction est supérieur à 100, cela signifie qu'il y a plus d'étudiants au lieu d'études qu'au lieu de résidence
3
INSEE CENTRE INFOn° 116février 2003
4
Les navettes domicile-études à l'intérieur de la région (flux supérieurs à 50 étudiants)
limites départementales
Source : Insee, recensement de 1999 © Ign - Insee
Le sud et le nord de la région plus touchés par les migrations étudiantes "Taux de fuite" par zone d'emploi
Part des étudiants inscrits hors région (en %) 44 ou plus de 34 à moins de 44 de 20 à moins de 34 moins de 20
Source : Insee, recensement de la population de 1999 © Ign - Insee
Parmi les étudiants scolarisés dans la région, 48,2 % poursuivent leurs études en Indre-et-Loire ; ils sont 31,2 % dans le Loiret! En In-dre-et-Loire, les étudiants sont plus nombreux à y étudier quà y rési-der : les étudiants au lieu détudes y représentent 5,1 % de la popula-tion départementale! Cest le seul département de la région où lon ob-serve ce phénomène!
LES ÉTUDIANTS DU LOIR-ET-CHER SE DIRIGENT PLUTOT VERS LINDRE-ET-LOIRE Parmi les 64118 étudiants qui habitent dans le Centre, 4 240 font leur études dans la région mais dans un département différent de celui de leur domicile! Dans le Loir-et-Cher ce sont 1342 jeunes, soit un peu plus du tiers des étudiants de ce département qui font leurs études dans la région, qui quittent leur dé-partement pour rejoindre leur lieu détudes! Ils se tournent en majo-rité vers lIndre-et-Loire (56,2%) et vers le Loiret (32,9%)! A lin-verse, les étudiants les moins mo-biles au sein de la région sont ceux de lIndre-et-Loire, département qui confirme sa place de pôle universi-taire majeur! Ils ne sont que 1,8 % à se déplacer dans un autre dépar-tement de la région, préférentielle-ment vers le Loiret (41,4 %) ou le Loir-et-Cher (35,3 %)!
LILE-DE-FRANCE ATTIRE UNE FORTE PROPORTION DES ÉTUDIANTS DE LEURE-ET-LOIR ET DU LOIRET Bon nombre détudiants quittent aussi la région! Au total, parmi les étudiants qui habitent le Centre, environ 8 900, soit 13,9 %, quittent la région pour rejoindre leur lieu détudes (cf « Pour comprendre ces résultats »)!Ce «taux de fuite» varie de 42,3 % en Eure-et-Loir à 7,4 % en Indre-et-Loire!
Ces étudiants se tournent majoritairement vers lIle-de-France (principalement Paris, les Yvelines et les Hauts-de-Seine) qui leur offre une variété de cursus complets, plus large quen province! En effet, 48,2 % de ces jeunes qui
INSEE CENTRE INFOn° 116février 2003
Les migrations domicileétude hors de la région Centre en % Département de résidence Départements d'études Cher EureetLoirIndre IndreetLoireLoiretCher Loiret Paris 15,833,3 16,321,2 27,534,5 Yvelines 1,617,9 0,31,4 2,41,6 HautsdeSeine 6,46,9 3,04,6 4,26,1 Total IledeFrance30,0 68,022,7 32,642,7 57,9 Nièvre10,20,3 0,00,1 1,50,6 Sarthe 0,93,80,72,6 1,50,4 Vienne 4,41,714,0 12,35,0 3,0 HauteVienne 1,30,111,50,5 0,50,6 Ensem bledes départements limitrophes 13,9 7,126,4 21,51,5 1,1 (hors Centre et IledeFrance) Autre 49,523,0 48,745,1 50,337,0 Total 100,0100,0 100,0100,0 100,0100,0 Source : Insee, recensement de la population de 1999 Note de lecture : 15,8 % des étudiants qui habitent dans le Cher mais étudient hors de la région se dirigent vers Paris et 26,4 % des étudiants qui habitent dans l'Indre et étudient hors de la région vont vers un départem entlim itropheà celui de leur résidence. Les chiffres en rouge correspondent au croisement de départements limitrophes.
migrent vont vers cette région! Les navettes domicile-études vers lIle-de-France sont surtout importantes en Eure-et-Loir et dans le Loiret : lIle-de-France draine 68 % des mi-grants euréliens et 58% des mi-grants du Loiret! Une autre partie des étudiants-migrants (15,7 %) se dirige vers des départements limi-trophes à notre région : principale-ment la Vienne et la Sarthe! Dans lIndre et lIndre-et-Loire, respec-tivement 26,4 % et 21,5 % des étu-diants qui migrent font leurs études dans un département limitrophe hors région!
LES ÉTUDIANTS DU CENTRE CHANGENT DUNIVERSITÉ AU COURS DE LEURS ÉTUDES La proximité de centres univer-sitaires et le choix quelle permet ne suffisent pas à expliquer lam-pleur des mouvements migratoires des étudiants du Centre! Ces der-niers quittent la région au cours de leurs études pour effectuer un deuxième ou troisième cycle dans une spécialité absente ou qui nat-tire pas dans la région! Les jeunes du Centre étudiant hors de la région sont plus âgés et plus diplômés que ceux qui y restent! En effet, lâge médian des migrants est de 23,2 ans alors quil est de 21,1 ans pour ceux qui poursuivent leurs études dans le Centre! Les migrants les plus jeu-nes sont ceux de lEure-et-Loir: 50 % des jeunes qui habitent ce dé-partement et étudient hors de la ré-gion ont moins de 22,4 ans!
5
INSEE CENTRE INFOn° 116février 2003
6
POUR COMPRENDRE CES RÉSULTATS
Est considérée comme étudiante toute personne de 15 ans ou plus ayant déclarée avoir un niveau détudes supé-rieures et être inscrite dans un établissement denseignement pour lannée scolaire 1998-1999 Sur le thème de la migration alternante des étudiants, cette analyse sintéresse aux : - étudiants qui quittent la région Centre pour leurs études, cest-à-dire : nles étudiants qui habitent le Centre (en général chez leurs parents) et étudient dans une autre région ; nles étudiants qui vivent hors de la région Centre en internat (internats des lycées, grandes écoles, établisse-ments denseignement spécial, séminaires et tous établissements denseignement publics ou privés avec inter-nat, y compris les établissements déducation surveillée), ayant déclaré une résidence personnelle (en général celle de leurs parents) en région Centre et qui étudient hors de notre région ; - étudiants qui viennent dune autre région dans le Centre pour étudier, cest-à-dire : nles étudiants qui résident hors de la région Centre (en général chez leurs parents) et étudient dans le Centre ; nles étudiants qui vivent dans le Centre en internat (internats des lycées, grandes écoles, établissements denseignement spécial, séminaires et tous établissements denseignement publics ou privés avec internat, y compris les établissements déducation surveillée) mais ont déclaré lors du recensement une résidence person-nelle hors de la région Centre (en général ladresse de leurs parents) et qui étudient dans le Centre Le fait de recenser les étudiants selon cette méthode implique que certains étudiants ont été domiciliés dans le Centre mais comme faisant leurs études dans des régions éloignées, par exemple la Corse ou la région Rhône-Alpes Il va de soi que ces étudiants ne font pas chaque jour les navettes domicile-lieu détudes Le choix a toutefois été fait de les garder dans notre champ détude Ne sont pas pris en compte les étudiants ayant quitté la région Centre pour étudier dans une autre région où ils disposent dune résidence personnelle (logements indépendants, cité universitaire ou foyer détudiants) Le chômage est entendu ici au sens du recensement de la population Est chômeur une personne qui sest décla-rée telle
Plus âgés, ces migrants sont aussi plus diplômés! Plus de 59 % dentre eux ont déjà au moins un diplôme supérieur au baccalauréat (DEUG, DUT, BTS ) alors que ceux qui sont inscrits dans le Cen-tre ne sont que un peu plus de 39 % dans ce cas! De fortes disparités existent au sein de la région! Ainsi dans le Cher, la proportion de di-plômés de lenseignement supérieur parmi les migrants est plus de deux fois supérieure à celle des étudiants qui poursuivent leurs études dans la région alors que ce rapport nest que de 1,5 dans le Loiret! LIndre-et-Loire et le Loiret, mais dans une moindre mesure, se distinguent par une forte proportion de jeunes ayant
un diplôme supérieur au bac, que ce soit parmi les migrants ou parmi ceux qui restent dans le Centre! Même si 8900 étudiants quit-tent la région pour rejoindre un lieu denseignement extérieur, le Cen-tre attire environ 3700 étudiants venus dune autre région! Plus de la moitié dentre eux choisissent lIndre-et-Loire comme lieu détu-des et 23 % se dirigent plutôt vers le Loiret! Un peu moins de trois de ces migrants sur dix viennent dIle-de-France! En Eure-et-Loir et dans le Loiret, proximité de lIle-de-France aidant, les taux sont plus éle-vés que la moyenne régionale : res-pectivement 36,4 % et 44,3 % des étudiants qui viennent suivre leurs
cours dans ces départements arri-vent dIle-de-France! Finalement, le solde des entrées et sorties détudiants entre le Centre et les autres régions métropolitaines nest positif quavec, par ordre dé-croissant, les Pays de la Loire, la Basse-Normandie et la Corse! Les déficits les plus significatifs senre-gistrent avec lIle-de-France, Rhône-Alpes, Midi-Pyrénées et Poitou-Charentes, dont les établissements denseignement supérieur exercent également une attraction sur de nom-breuses autres régions!
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.