Remontée des effectifs scolaires

De
Publié par

Après plusieurs années de baisse, les effectifs scolaires et universitaires ont augmenté à la dernière rentrée. Tous les niveaux sont concernés, même si le second degré et l'enseignement supérieur enregistrent les plus fortes hausses.

Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 20
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

SOCIÉTÉ
Remontée des effectifs scolaires
Premier degré : 45 % des effectifs à la rentrée 2002-2003
Enseignement public et privé Bas-Rhin Haut-Rhin Académie
Après plusieurs années de
Préélémentaire * 41 628 27 761 69 389
baisse, les effectifs scolaires Élémentaire * 65 967 46 922 112 889
et universitaires ont augmenté Spécialisé * 1 474 699 2 173
Total premier degré * 109 069 75 382 184 451à la dernière rentrée. Tous les
Collèges 53 347 38 950 92 297niveaux sont concernés,
Sections d’Enseignement Général et Professionnel 2 141 1 467 3 608
même si le second degré et Adapté (SEGPA) + Établissements Régionaux
d’Enseignement Adapté (EREA)l’enseignement supérieur
Lycées professionnels 10 539 8 161 18 700
enregistrent les plus fortes Lycées (hors post-bac) 23 094 15 946 39 040
hausses. Total second degré 89 121 64 524 153 645
Centres de Formation d’Apprentis (CFA) (1) 6 903 5 320 12 223
Sections de Techniciens Supérieurs (STS) 4 691 1 896 6 587la rentrée 2002, on estime à
et assimilésÀenviron 407 000 le nombre Classes Préparatoires aux Grandes Écoles (CPGE) 1 783 395 2 178
d’élèves, d’apprentis et d’étudiants Universités 34 750 5 137 39 887
dans l’académie de Strasbourg, IUT (Instituts Universitaires de Technologie) 1 889 2 144 4 033
soit 23 % de la population totale. IUFM (Instituts Universitaires de Formation des Maîtres) 1 465 0 1 465
L’académie retrouve ainsi une aug- Écoles d’ingénieurs (universitaires ou non) 1 942 493 2 435
mentation de ses effectifs, après Total Enseignement supérieur 46 520 10 065 56 585
avoir connu plusieurs années de Total général 251 613 155 291 406 904
baisse, même si l’évolution démo- *Estimations, en raison des difficultés persistantes dans les remontées d’information
(1) CFA gérés par les lycées professionnels ou universités/IUT + CFA privésgraphique était plus favorable que
dans la plupart des autres régions
perdu dans le même temps 1,7, L’académie de Strasbourg dé-françaises.
puis 0,9 et 0,6 % de ses élèves. La nombre près de 154 000 élèves
er
part du privé dans le 1 degré n’a inscrits dans les établissementsAugmentation des effectifs
que très peu progressé en 2002, publics et privés du second degré
des premier et second degrés
après plusieurs années de hausse. (hors post-bac de lycée). L’aug-
Les élèves haut-rhinois sont tou- mentation des effectifs par rapportLes élèves scolarisés dans l’en-
jours plus souvent scolarisés dans à la rentrée 2001 atteint près desemble du premier degré sont esti-
le privé que leurs homologues 1 200 élèves (+0,8 %). Le secteurmés à 184 000, public et privé com-
bas-rhinois (6,3 % contre 4,5 %). public gagne 730 élèves (+0,6 %).pris. Après avoir connu plusieurs
diminutions conséquentes entre
1997 et 2000 (de 800 à 1 300 élè- Plus de 1 300 élèves supplémentaires dans le premier
ves de moins chaque année), les et le second degré à la rentrée 2002-2003
er
effectifs du 1 degré enregistrent 800
Collèges, sections d'enseignementNombre d'élèves
général et professionnel adapté,une très légère hausse cette 700
établissements régionaux d'enseignement adapté
année, de l’ordre d’une centaine 600
d’élèves. Les évolutions du préélé- 500 Lycées
mentaire et de l’élémentaire sont 400
radicalement opposées : alors que 300
Premier degré * Lycées Centres de200le préélémentaire gagne 1,2 % par
professionnels formation
100an depuis trois ans, l’élémentaire a d'apprentis
0
-100
-200
Sections de techniciens supérieurs,-300
classes préparatoires aux grandes écoles34 -400
* Estimation
Chiffres pour l'Alsace · dossier n° 5 · L'année économique et sociale 2002 · juillet 2003
Sources : Rectorat
et Ministère Éducation nationale
Sources : Rectorat et Ministère Éducation nationaleSOCIÉTÉ
Fin de la diminution des effectifs
des premier et second degrés
190 000
Nombre d'élèves
185 000
Premier degré *
180 000
175 000
Le secteur privé, qui compte près 170 000
de 21 600 élèves, enregistre une 165 000
hausse de 2,1 %. Ainsi, la part du
160 000
privé dans le second degré pour-
Second degré
155 000suit sa progression, passant de
14,0 à 14,2 %. L’évolution est iden- 150 000
1996-1997 1997-1998 1998-1999 1999-2000 2000-2001 2001-2002 2002-2003
tique dans les deux départements,
* Estimation depuis 1999
même si le Haut-Rhin est plus
concerné avec 15,6 % des effectifs core moins redoublé que l’année Haut-Rhin (environ 1 point de plus
scolarisés dans le privé, contre précédente. En revanche, ils ont dans les deux cas en 2002), mais,
13,2 % dans le Bas-Rhin. Déclinée continué à privilégier la voie profes- là encore, l’écart tend à se réduire.
par type d’établissement, l’évolu- sionnelle (43,4 % contre 37,1 %).
tion des effectifs est ressentie de Si, traditionnellement, les élèves Enfin, le nombre de candidats à
façon similaire, avec notamment haut-rhinois s’orientent plus sou- une affectation en section de techni-
+1,1 % en lycée et +0,7 % en collè- vent vers la voie professionnelle, ciens supérieurs a continué de bais-
ge. Les lycées professionnels ont l’écart diminue entre les deux dé- ser (-9,4 %, public et privé sous con-
retrouvé une stabilité, après avoir partements. trat), mais il reste élevé, avec 7 962
connu une forte baisse les deux candidats pour 3 433 élèves finale-
années précédentes. En seconde générale et technolo- ment affectés en juin. Malgré cela, il
gique, les redoublements conti- subsiste 300 places vacantes à la
Les comportements nuent d’augmenter (+2 points de- rentrée, du fait des désistements.
puis 1999), mais restent inférieursd’orientation se rapprochent
à la moyenne nationale (13,7 % Le supérieur lui aussi en hausseentre Bas-Rhin et Haut-Rhin
contre 17,0 %). Les réorientations
La décennie passée a été marquéeÀ la fin de la troisième, les déci- sont stables, mais leur taux de-
au niveau national par la multiplica-sions d’orientation vers une se- meure élevé (7,2 %). De ce fait, le
tion des sites, qui a très nettementconde générale et technologique passage en première a baissé de
nde amélioré l’accessibilité géogra-(2 GT) ont légèrement augmenté. presque 1 point (79,0 %). Lors-
phique à l’enseignement supérieur.Cependant, les élèves alsaciens qu’on observe la répartition entre
L’Alsace, qui accueille traditionnelle-demandent et obtiennent moins la les différentes premières, on cons-
nde ment de nombreux étudiants prove-2 GT qu’en moyenne nationale tate une stabilisation des sections
nant d’autres régions, a logiquement(respectivement 53,8 et 57,8 %). littéraires, après la forte chute des
vu ses effectifs diminuer ces derniè-Bien que le taux de redoublement années précédentes. En ce qui
res années. En 2002, ils ont pourtantsoit particulièrement faible en concerne les départements, les
connu une hausse sensible avecAlsace (2,8 % contre 5,0 % en réorientations et les redouble-
e près de +2 %, soit plus de 1 000 étu-France), les élèves de 3 ont en- ments affectent plus souvent le
diants supplémentaires. Le nombre
d’étudiants étrangers est notam-
Remontée des effectifs étudiants
ment en progression, ce qui
50 000 confirme malgré tout la forte attracti-
Nombre d'étudiants Universités,
vité de l’académie.45 000 écoles d'ingénieurs
40 000
35 000
Jacques MARTY
30 000 Rectorat
25 000
Sections de techniciens supérieurs,
20 000 classes préparatoires aux grandes écoles,
instituts universitaires de technologie
15 000
10 000
1996-1997 1997-1998 1998-1999 1999-2000 2000-2001 2001-2002 2002-2003 35
Chiffres pour l'Alsace · dossier n° 5 · L'année économique et sociale 2002 · juillet 2003
Sources : Rectorat
et Ministère Éducation nationale
Sources : Rectorat
et Ministère Éducation nationale

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.