1er trimestre 2008 : dernière vigueur avant retournement

De
Publié par

Au premier trimestre 2008, le produit intérieur brut français progresse de 0,5%. La croissance est soutenue par l’investissement des entreprises et un commerce extérieur moins pénalisant qu’habituellement. Les dépenses de consommation des ménages stagnent. L’activité économique française devrait être atone pour les deux trimestres à venir. Ce ralentissement s’inscrit dans un environnement international dégradé par les crises immobilières et financières, et les poussées inflationnistes. Au premier trimestre 2008, l’économie lorraine bénéficie du regain d’activité enregistré en ce début d’année. La création d’entreprise, en léger repli, reste à un niveau élevé. Le chômage lorrain continue de décroître, le taux de chômage régional passant sous la barre des 7,5%. L’activité économique mesurée au travers de la production industrielle et des exportations reste bien orientée. Ombre au tableau : le secteur de la construction enregistre un net repli, avec une diminution importante du nombre des permis de construire. Cette situation globale satisfaisante devrait pourtant se dégrader, à l’image de la conjoncture nationale et du ralentissement international.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 23
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins

www.insee.fr/lorraine
er1 trimestre 2008 :°
dernière vigueur139N
avant retournement
Au premier trimestre 2008, le produit intérieur brut
français progresse de 0,5%. La croissance est soutenue
par l’investissement des entreprises et un commerce
extérieur moins pénalisant qu’habituellement.
Les dépenses de consommation des ménages stagnent.
L’activité économique française devrait être atone pour
les deux trimestres à venir.
Ce ralentissement s’inscrit dans un environnement international
dégradé par les crises immobilières et financières, et les
poussées inflationnistes.
Au premier trimestre 2008, l’économie lorraine
bénéficie du regain d’activité enregistré en ce début
PIB français : d’année. La création d’entreprise, en léger repli, reste
+0,5%
à un niveau élevé.
Échanges extérieurs : Le chômage lorrain continue de décroître, le taux de chômage
croissance des exportations régional passant sous la barre des 7,5%.
L’activité économique mesurée au travers de la productionChômage lorrain :
7,4% industrielle et des exportations reste bien orientée.
Ombre au tableau : le secteur de la construction enregistre
Création d'entreprise :
un net repli, avec une diminution importante du nombrelégère baisse
des permis de construire.
Cette situation globale satisfaisante devrait pourtant
se dégrader, à l’image de la conjoncture nationale
et du ralentissement international.
La chaîne de traitement des données de l’emploi fournies par
les URSSAF fait actuellement l’objet d’une révision. En consé-
quence, ce présent numéro de conjoncture ne comporte au-
cune information chiffrée relative à l’emploi salarié régional.
VConjoncture nationale et internationale :
la consommation des ménages porte une ombre sur la croissance
Au premier trimestre 2008, le produit intérieur brut français pro-
gresse de 0,5%. La croissance française est tirée par une repriseAllemagne
des échanges commerciaux et par une bonne tenue de l’investis-
sement des entreprises. A contrario, la consommation des ména-Au premier trimestre 2008,
le produit intérieur brut alle- ges donne des signes de défaillance. Le contexte mondial encore
mand augmente de 1,5%
porteur, faiblirait sous l’effet conjugué des risques immobiliers, fi-par rapport au trimestre pré-
cédent. Cette croissance ro- nanciers et inflationnistes. L’économie française devrait être
buste résulte notamment
atone au cours du semestre à venir. Sur l’ensemble de l’annéed’une activité soutenue dans
le secteur du bâtiment et 2008, la croissance française ne dépasserait pas la barre des
d’investissements industriels
1,7%. Le marché du travail reste bien orienté, mais le chômagedynamiques. Les hausses
des prix des matières pre- se stabilise, après la forte chute enregistrée en 2007.
mières et la forte apprécia-
tion de l’euro risquent
u premier trimestre 2008, la mestre 2007. Le commerce extérieurtoutefois de ralentir la
croissance pour les Acroissance mondiale se raffermit, français contribue positivement à la
trimestres à venir. déjouant à nouveau les scénarios qui croissance du PIB (+0,2 point) et ce pour
prévoyaient un ralentissement écono- le deuxième trimestre consécutif.En mars 2008, le taux de
mique général dont les prémices étaientchômage s’établit à 8,4% Autremoteurdelacroissance:l’inves-
de la population active. perceptibles à la fin de l’année 2007. tissement. La formation brute de capital
L’emploi salarié augmente fixe contribue positivement à la crois-
de 2,3% par rapport à
sance française. Au premier trimestreConsommation des ménagesmars 2007, ce qui corres-
2008, l’investissement des entreprisespond àlacréationd’environ en berne
non financières progresse de 1,3%,620 000 emplois.
avec une hausse des investissementsAu premier trimestre 2008, le produitEn Rhénanie-Palatinat et en
particulièrement nette à destination desSarre, le taux de chômage intérieur brut français croît à un rythme
biens d’équipement (+2,9%).atteint respectivement 6% et satisfaisant (+0,5%). Leséchangesinter-
7,8% en mars 2008. En un nationaux se redressent. Les exporta- Cette dynamique est toutefois freinée
an, l’emploi salarié de ces
tions croissent fortement (+3,2% après par un investissement des ménages en
deux régions a augmenté
+0,3% au dernier trimestre 2007), de logements qui se stabilise, sans doute àrespectivement de 2,4%
même que les importations (+2,3%) mettre en rapport avec la dégradation(+28 000 emplois) et 1,5%
après le recul observé au quatrième tri- de l’immobilier et la remontée des taux(+5 200 emplois).
Les dépenses de consommation contribuent faiblement à la croissance du PIB
Croissance du PIB et contributions à son évolution
%
1,2
PIB (en %)
Dépenses de consommation (en point)
1,0Sources internationales : FBCF (en point)
Commerce extérieur (en point)
- Note de conjoncture
0,8
de l’Insee
0,6- Service des études
et de la statistique
du ministère 0,4
de la région wallonne
0,2
- Service central
de la statistique
0
et des études économiques
du Luxembourg
-0,2
- Statistisches Landesamt
-0,4Saarland
- Statistisches Landesamt
-0,6
er e e er e e e ere1 trim. 3 trim. 1 trim. 2 trim. 4 trim. 1 trim.Rheinland-Pfalz 2 trim. 4 trim. 3 trim.
2006 2007 2008
- Bulletin luxembourgeois
Source : Insee - comptes nationaux trimestrielsde l’emploi
2d’intérêt impulsée par la banque cen- résorption de cette crise pourrait néces-
trale européenne. siter une réduction drastique de l’offre
de crédit.Les dépenses de consommation des
ménages, pilier de la croissance fran- Enfin, l’inflation revenue opère une ponc-
çaise, stagnent au premier trimestre tion sur le pouvoir d’achat des ména-
2008, après une hausse de 0,5% au ges. Il est probable que ces derniers
dernier trimestre 2007. Ce coup d’arrêt puiseront dans leur épargne pour main-
résulte à la fois d’une forte baisse de la tenirleurniveaudeconsommation.
consommation d’énergie, mais égale- Néanmoins, anticipant une conjoncture
ment d’un recul des dépenses en biens morose, les ménages devraient conser-
alimentaires. Les résurgences inflation- ver des encaisses d’épargne de précau-
nistes, venant obérer le pouvoir d’achat tion relativement élevées. L’inflation peut
des ménages, sont aussi à l’origine de jouer transitoirement un rôle positif sur
cette stagnation. l’investissement des entreprises. En ef-
fet, la combinaison d’une remontée mo-
Belgique
dérée des taux d’intérêts nominaux etChronique d’un ralentissement
d’une poussée inflationniste maintientannoncé
les taux d’intérêt réels à un niveau bas. En mars 2008, le taux de
chômage s’élève à 6,9% deMalgré la bonne tenue de l’économie Les perspectives au sein de l’Union eu-
la population active. En unmondiale en ce début d’année 2008, ropéenne ne sont pas optimistes.
an,lenombrededeman-une dégradation est anticipée pour le L’Espagneetl’Italieneseraientpas àl’a- deurs d’emploi a chuté de
semestre à venir. Le ralentissement bri d’une récession. Même l’Allemagne, 7,3%, soit environ 39 000
économique deviendrait effectif sous l’ef- forte d’une croissance exceptionnelle au demandeurs de moins.
fet conjugué de la crise de l’immobilier, premier trimestre 2008, pourrait devoir
de la crise financière internationale, et faire face à un très fort ralentissement
de la flambée des matières premières. de son activité. En mai 2008, la produc-
La crise de l’immobilier qui a vu le jour tion industrielle allemande subit une con- Luxembourg
aux États-Unis se propage à d’autres traction très marquée.
pays tels que le Royaume-Uni ou Dans ce contexte, l’économie française
En mars 2008, au Luxem-l’Espagne. Même si la France semble serait atone au cours des deux pro-
bourg, l’emploi total intérieurpartiellement épargnée, la chute des mi- chains trimestres, avec des taux de augmente de 5,3% par rap-
ses en chantiers survenue en début croissance trimestriels ne dépassant port à mars 2007, soit une
d’année 2008 pourrait être un signe pas les 0,2%. Sur l’ensemble de l’année création d’environ 17 500
avant-coureur d’un ralentissement plus emplois en un an. Dans le2008, le produit intérieur brut ne pro-
sensible du marché de l’immobilier. même temps, le nombre degresserait que de 1,7%. Ces résultats
travailleurs frontaliers pro-La crise financière, qui éclata à l’été modestes donneraient un coup d’arrêt à
gresse de 8,5%. Le chô-
2007 avec la crise dite des “subpri- la baisse du chômage. Après une année
mage touche 4,2% de la
mes”,continuededéstabiliserlesys- 2007 marquée par une très forte population active. En un an,
tème financier international, échaudé décrue, le chômage se stabiliserait pro- le nombre de demandeurs
par les pertes enregistrées par les ban- gressivement, touchant encore 7,1% de d’emploi a diminué de 5,4%.
ques américaines et européennes. La la population en fin d’année 2008.
Biens et services : Équilibre ressources-emplois aux prix de l'année précédente chaînés
Évolution
2006 2007 2008
annuelle
T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 2007 2008
Produit Intérieur Brut 0,7 0,9 0,0 0,6 0,6 0,5 0,7 0,4 0,5 2,1 1,2
Importations 0,8 2,3 -0,5 1,8 2,0 1,9 1,8 -1,1 2,3 5,9 2,8
Dépenses de consommation des ménages 1,0 0,4 0,4 0,4 0,8 0,7 0,8 0,5 0,0 2,5 0,9 de consommation des adminis-
trations publiques 0,4 0,5 0,2 0,4 0,3 0,4 0,4 0,3 0,2 1,4 0,7
Formation Brute de Capital Fixe (FBCF) totale 0,8 2,1 0,8 1,8 1,3 0,6 1,0 1,0 0,8 4,9 2,2
dont : ENF (sociétés) 0,6 2,4 1,1 2,6 2,0 1,1 1,7 1,1 1,3 7,3 3,3
Ménages 1,9 2,3 1,4 0,8 0,5 0,3 0,3 0,8 0,0 3,0 0,8
APU (administrations publiques) -1,9 -0,2 -1,5 1,4 1,2 0,0 0,0 1,1 0,3 1,7 1,1
Exportations 2,0 1,5 -1,2 1,4 0,8 1,5 0,7 0,3 3,2 3,2 4,2
Demande intérieure totale 0,4 1,1 0,2 0,7 1,0 0,6 1,0 -0,1 0,3 2,9 0,9
Désormais, les comptes trimestriels en volume sont publiés aux prix de l’année précédente chaînés et non plus aux prix constants de l’année
de base (2000). Ce changement de méthodologie, coordonné au plan européen, vise à rapprocher encore les comptes trimestriels d’un mode
de calcul déjà mis en oeuvre par les comptes annuels. Ce calcul a pour principal avantage de pondérer les niveaux élémentaires composant un
agrégat (produits ou branches de l’économie) par les poids les plus récents connus (prix de l’année précédente, et non par les prix de l’année
2000). On donne par exemple à l’évolution de la consommation des ménages en produits électroniques son poids le plus récent dans dans la
consommation totale, plus faible que ce qu’il était en 2000, du fait des baisses de prix importantes et régulières depuis plusieurs années. Si
cela ne modifie pas sensiblement des agrégats comme le produit intérieur brut, des écarts de croissance de quelques dixièmes de points par
rapport aux calculs en prix constants peuvent néanmoins apparaître pour certaines séries. Dans tous les cas, les tendances de reprise et de
ralentissement de l’économie restent les mêmes. Une note méthodologique expliquant en détail la technique utilisée pour le chaînage des volu-
mes est disponible à l’adresse Internet suivante : http://www.insee.fr/fr/indicateur/cnat_trim/methodologie.htm.
Source : Insee - Comptes nationaux trimestriels
3Conjoncture Lorraine :
les signes avant-coureurs du ralentissement
En Lorraine, la création d’entreprise enregistre une légère
baisse au premier trimestre 2008, mais, avec plus de
2 100 nouvelles implantations, conserve un niveau élevé. La
production industrielle reste bien orientée, et les exporta-
tions continuent d’augmenter. Le chômage lorrain décroît,
notamment en ce qui concerne les chômeurs de longue
durée. Mais dans le secteur de la construction, le nombre
de permis de construire délivrés est à son plus bas niveau
depuis dix ans.
u premier trimestre 2008, la taine de plus qu’au trimestre précé-Aconjoncture régionale est en- dent. Avec près de 140 entreprises
core positive.L’annéedébuteavec créées au premier trimestre 2008,
une nouvelle diminution du chômage soit 13,4% de plus qu’au dernier tri-
lorrain, et des exportations en mestre 2007, l’industrie est égale-
hausse, notamment dans le secteur ment un secteur créateur.
de l’automobile. La création d’entre- En Meurthe-et-Moselle, au premier
prise, bien qu’en légère baisse, se trimestre 2008, le nombre d’entre-
maintient à un bon niveau. prises créées (données brutes)est en
Cependant, après une fin d’année 2007 baisse de près de 10% par rapport
plutôt maussade, l’activité dans le bâti- au même trimestredel’annéeprécé-
ment continue de fléchir au premier tri- dente. Au contraire, la situation dans
mestre 2008. les trois autres départements lor-
rains est très positive : on y a créé
plus d’entreprises au premier tri-Création d’entreprise :
mestre 2008 qu’au p tri-un peu en retrait
mestre 2007. C’est en Moselle que
En Lorraine, 2 138 entreprises (don- la hausse de la création d’entreprises
nées corrigées des variations saisonniè- est la plus marquée (+15,5%). Dans
res) ont été créées au cours du la Meuse et dans les Vosges, la pro-
premier trimestre 2008. En légère gression est respectivement de 7,6%Sidérurgie
baisse par rapport au dernier tri- et 6,2%.
Au premier trimestre
mestre 2007, le nombre de créa-
2008, la production lor-
tions demeure néanmoins solide. Surraine de produits sidérurgi- Activité industrielle :
la même période, le nombre d’entre-ques augmentede1,9% optimisme mesuré
par rapport au même tri- prises créées en France est resté
mestre de l’année précé- stable.
Selon l’enquête nationale de conjonc-dente. Au niveau national,
La diminution du nombre de nouvelles ture dans l’industrie, et compte tenuelle diminuede6,5%. La
entreprises est essentiellement impu-production lorraine de fonte de la structure du secteur en Lor-
table au secteur des services. Dansbrute progresse de 4,6%, raine, la production industrielle a été
celle d’acier de 1,5%. ce secteur, les créations sont en très bien orientée au premier tri-
Quant aux produits finis la- baisse de 4,8% au premier trimestre mestre 2008. Une large majorité de
minés, leur production 2008. C’est dans les activités de ser- chefs d’entreprise considère que la
augmente également (+1%). vices aux entreprises que le recul est demande passée est restée sou-
Les exportations lorraines le plus marqué (-6%). tenue, avec toutefois un recul de la
de produits sidérurgiques et
Dans le secteur de la construction, le demandeétrangère.Cebon niveaude transformation des mé-
nombre d’entreprises créées varie d’activité rejaillit sur le niveau destaux sont stables par rap-
peu par rapport au dernier trimestre stocks de produits finis, qui est jugéport au premier trimestre
2007. 2007. Dans le commerce, 550 en- satisfaisant. Les bons résultats du
treprises ont vu le jour, soit une ving- premier trimestre laissent les indus-
4triels optimistes, mais sans excès, Dans l’industrie automobile et les
quant aux perspectives de production biens intermédiaires, la croissance
àvenir. des exportations atteint respective-
ment 3,1% et 1,3%. Ces deux sec-Dans le secteur des services, l’activi-
teurs d’activité représentent à euxté au premier trimestre 2008
seulsplusdes deux tiersdes fluxcontinue de se dégrader, d’après le
commerciaux de la Lorraine vers l’é-ressenti des chefs d’entreprise. Ces
tranger.derniers anticipent une baisse de la
demande à venir. Toutefois, cette
baisse n’influe pas négativement sur Construction :
les prévisions d’activité à venir, qui baisse d’activité
restent bien orientées.
L’activité dans le secteur de la cons-
truction baisse fortement au premier
Exportations :
trimestre 2008. En Lorraine, 2 113
bon début d’année permis de construire ont été délivrés,
soit 45% de moins qu’à la même pé-Au premier trimestre 2008, le mon-
riodedel’annéeprécédenteetleni-tant total des exportations lorraines
veau le plus faible depuis 1997. Surfranchit à nouveau le cap des 5 mil-
l’ensemble de la France, l’activité duliards d’euros. Les exportations pro-
bâtiment diminue aussi, mais dansgressent de 2,1% par rapport au
une moindre mesure (-15,7%).premier trimestre de l’année 2007.
La plupart des produits lorrains ex- En Lorraine, le logement individuel est
portés le sont vers le continent euro- le plus touché, avec un nombre d’au-
péen. Le reste du monde représente torisations de construire en chute de
moins de 10% des exportations régio- 46,7%. Mais le ralentissement se
nales. fait fortement sentir également dans
l’habitat collectif (-42,1%). Les misesAu sein de l’espace européen, l’Alle-
en chantier de logements sont ellesmagne demeure de très loin le premier
aussi moins nombreuses : 2 351 aupartenaire commercial de la région, et
premier trimestre 2008 contrece malgré une baisse des importations
2 674 au même trimestre de l’annéede produits lorrains par rapport au
précédente, soit un recul de 12,1%,premier trimestre de l’année dernière.
un peu plus fort que celui qu’on enre-Les exportations vers la Turquie ont
gistre au niveau national (-11,1%). Lefortement augmenté, plaçant la
ème nombre de mises en chantier de loge-Turquie au 7 rang despaysimporta-
ments individuels diminue notammentteurs de produits régionaux, devant le
de près de 30%.Luxembourg.
Industrie : regain d'optimisme
Évolution de l’activité industrielle en Lorraine
%
50
40
30 L’automobile
Au premier trimestre
20 2008, le montant des
produits exportés par l’in-
10 dustrie automobile lor-
raine est supérieur de
3,1% à celui du premier0
trimestre 2007. Les ex-
portations des produits
Production passée-10 de la construction auto- prévue
mobile augmentent de
3,5% et celles d’équipe--20
ments pour automobiles2005 2006 2007 2008
de 2,4%.
Source : Insee - Enquêtes de conjoncture
5demandeurs d’emploi âgés de 25 àNouvelle diminution
49 ans, dont le nombre a reculé dedu chômage lorrain
plus de 2% en trois mois. Les deman-
Au premier trimestre 2008, en Lor- deurs d’emploi âgés (c’est-à-dire de 50
raine, le chômage touche 7,4% de la ans ou plus) bénéficient eux aussi de
population active (en données corrigées l’embellie du marché du travail,
des variations saisonnières), soit une puisque leur nombre baisse de 1% au
baisse de 0,3 point par rapport au cours du premier trimestre 2008.
trimestre précédent. En un an, le Quant aux jeunes demandeurs d’em-
taux de chômage a diminué dans les ploi (c’est-à-dire de moins de 25 ans),
mêmes proportions en France métro- leur nombre augmente de 0,3% du-
politaine et en Lorraine, soit 1,2 rant la même période.
point de moins. Toutefois, le taux de
Par ailleurs, l’amélioration de la situa-
chômage lorrain reste supérieur au
tion de l’emploi ne profite pas de ma-
taux national, qui est de 7,2% au pre-
nière comparable aux femmes et aux
mier trimestre 2008.
hommes. Les femmes à la recherche
Tous les départements lorrains sont d’un emploi ne sont que 0,4% de
concernés par la baisse. La Meurthe- moins qu’au trimestre précédent ;
et-Moselle affiche le taux de chômage alors que le nombre d’hommes au
le plus bas de la région (7,1%). La chômage diminue de 2%. De même,
Moselle reste nettement sous la sur un an, le nombre d’hommes à la
barre des 8%. Par contre, les Vos- recherche d’un emploi a diminué de
ges et la Meuse passent de justesse 7,7%, alors que celui des femmes ne
sous la barre des 8%. baissait que de 3,9%.
4 000 demandeurs d’emploi Fort recul du nombre
de moinsenunan de chômeurs de longue durée
Fin mars 2008, le nombre des Lor- En Lorraine, les chômeurs de longue
rains demandeurs d’emploi de caté- durée (c’est-à-dire dont l’ancienneté est
gorie 1 s’élève à 70 990, soit 1,2% égale ou supérieure à un an) bénéficient
de moins que fin 2007, en données de l’embellie du marché du travail, en-
corrigées des variations saisonniè- core davantage que les demandeurs
res. De mars 2007 à mars 2008, le d’emploi en général. En effet, au pre-
nombre des demandeurs d’emploi lor- mier trimestre 2008, leur nombre
rains diminue de 5,7%, soit une baisse de 1,5%, soit une diminution
baisse absolue de 4 000 personnes. de 17,2% en un an, en données bru-
Toutefois, en France métropolitaine, tes.
la baisse du nombre des demandeurs Dans cette catégorie, les deman-
d’emploi sur un an est plus ac- deurs d’emploi depuis au moins trois
centuée : -6,5%. ans bénéficient le moins de l’embellie
Au premier trimestre 2008, l’amélio- du marché du travail, puisque leur
ration de la situation du marché du nombre ne diminue que de 7,9% en
travail bénéficie en premier lieu aux un an. Au contraire, les demandeurs
Logements autorisés en Lorraine Exportations lorraines
2008Données brutes Données brutes (hors matériel militaire et électricité) en millions d'euros
20075 000
5 2002006
4 000 5 000
4 800
3 000
4 600
2 000
4 400
1 000
4 200
0 4 000
er ème ème ème
1 trim 2 trim 3 trim 4 trim 2004 2005 2006 2007 2008
Source : DRE - Sitadel Source : Douanes
6d’emploi inscrits à l’ANPE entre deux
et moins de trois ans sont en diminu-
tion de 23,5% sur un an.
Au premier trimestre 2008, plus de
Les 25-49 ans : principaux bénéficiaires du recul du chômage28 000 offres d’emploi ont été enre-
gistrées par l’ANPE en Lorraine, soit
Demandeurs d'emploi en fin de mois catégorie 1 en Lorraine (données CVS)6,1% de moins qu’au premier tri-
Base 100 en décembre 2004
mestre 2007. Les offres d’emplois
durables (d’une durée de plus de six 105
mois), qui représentent 43% du total
100des offres, régressent de 9,5%. Les
offres d’emplois temporaires (d’une
95
duréedeunàsixmoisinclus), qui cons-
tituent plus de la moitié des offres, di-
90
minuent de 6%. Quant aux emplois
occasionnels (d’une durée de moins d’un 85
mois), ils ne concernent guère plus
Moins de 25 ansEnsemble hommes80d’une offre sur dix : ils progressent
De 25 à 49 ansEnsemble femmes
de 8,6% par rapport au trimestre 50 ans et plus
75
précédent.
70
mars sept. mars sept. mars sept. mars
Justin BISCHOFF
2005 2006 2007 2008
Yann KUBIAK
Source : Ministère du Travail - ANPE
Laurence LABOSSE
Brigitte VIENNEAUX
La baisse du chômage se poursuit
Taux de chômage localisés trimestriels
(en moyenne trimestrielle - données CVS - en %)
10,0
9,5
Lorraine
9,0
8,5
8,0 France métropolitaine
7,5
7,0
2004 2005 2006 2007 2008
Source : Insee
La méthodologie développée au niveau national pour estimer le taux
de chômage au sens du Bureau International du Travail (B.I.T.) a évo-
lué. La méthodologie «synthétique», associant données de l’enquête
Emploi et données issues des DEFM (demandes d’emploi en fin de
mois), a été abandonnée. Dorénavant, au niveau national, seuls se-
ront publiés les taux de chômage au sens du B.I.T. estimés trimes-
triellement à partir de l’enquête Emploi.
L’enquête Emploi n’étant pas initialement conçue pour fournir des
estimations à des niveaux géographiques fins, cette méthodologie
n’est pas utilisable pour publier des taux de chômage au niveau de la
région, du département ou de la zone d’emploi. Une méthodologie
propre a été développée pour ces taux de chômage localisés. Il s’agit
à présent de taux de chômage moyen sur le trimestre et non, comme
précédemment, de taux de chômage en fin de trimestre.
7Chômage en baisse de toutes les zones d'emploi
- Note de conjoncture de l’Insee -
Juin 2008
Longwy
Thionville7,8
- Cahiers lorrains de l’emploi - Le
7,2
Meuse du Nord Brieymarché du travail en mars 2008 -
7,87,8DRTEFP de Lorraine - Avril 2008 Bassin-Houiller
Metz Sarreguemines
8,97,1 6,2
- Site internet : www.insee.fr
Commercy
Sarrebourg
ToulBar-le-DucTaux de chômage
Nancy 5,7
9,4au 1er trimestre 2008 6,1
7,2 6,9
(en %) Lunéville
8,17,4
Évolution du taux de chômage Vosges Saint-Dié
par rapport au trimestre précédent de l'Ouest Épinal
10,1
Ministère de l’Économie, de l’Industrie (en points) 6,4
8,2
et de l’Emploi
-0,5 Remiremont
Gérardmer-0,4Insee
6,5-0,3Institut National de la Statistique
de -0,2 à -0,1
et des Études Économiques
Source : InseeDirection Régionale de Lorraine
15, rue du Général Hulot
CS 54229
54042 NANCY CEDEX
Tél :03 83 91 85 85 Au premier trimestre 2008, le taux de chômage régional est en recul de
Fax :03 83 40 45 61 0,3 point par rapport au trimestre précédent. Toutes les zones d’emploi
www.insee.fr/lorraine lorraines bénéficient de l’embellie, à des degrés divers. Dans le Bassin
Houiller, la baisse est particulièrement marquée, puisque le chômage
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION
concerne 8,9% de la population active de la zone à la fin du premier tri-
Jean-Paul FRANÇOIS
mestre 2008, contre 9,4% trois mois plus tôt. L’ouest de la Lorraine se
Directeur régional de l’Insee
distingue également, avec une diminution de 0,4 point dans trois des zo-
nes d’emploi meusiennes et dans celle de Toul. C’est dans les zones deCOORDINATION RÉDACTIONNELLE
Christian CALZADA Longwy et de Lunéville que la baisse se fait le moins sentir, avec des taux
Gérard MOREAU de chômage en recul de seulement 0,1 point.
RESPONSABLE ÉDITORIAL ET
RELATIONS MÉDIAS
Jacqueline FINEL
RÉDACTRICE EN CHEF
Agnès VERDIN
SECRÉTARIAT DE FABRICATION
MISE EN PAGE - COMPOSITION
Marie-Thérèse CAMPISTROUS Demandes déposées à l'ANPE par des personnes sans emploi, immédiate-
Marie-Odile LAFONTAINE ment disponibles, à la recherche d'un emploi à durée indéterminée à temps
plein, hormis celles ayant travaillé plus de 78 heures dans le mois.
N° à la CPPAP AD 176
ISSN : 0293-9657
L’Insee effectue une enquête nationale trimestrielle auprès des entreprises du© INSEE 2008
secteur concurrentiel sur la situation et les perspectives d’activité dans l’in-
dustrie. Le solde d’opinion pour la Lorraine correspond aux réponses nationa-
les corrigées des effets de structure. Les séries sont présentées corrigées
des variations saisonnières.
LES CHIFFRES CLÉS EN LORRAINE
er ème er1 4 1
trimestre trimestre trimestre
2008 2007 2007
Demandes d’emploi en fin de mois, catégorie 1 - DEFM 1 (ANPE-DRTEFP) CVS 70 990 71 580 75 430 d’emploienfindemois,partdes moins de 25 ans (ANPE - DRTEFP) CVS 20,8% 20,6% 20,9%
Créations d’entreprises (toutes origines) (Insee SIRENE) CVS 2 138 2 157 2 015
Nombre de logements commencés (DRE Sitadel) 2 351 2 664 2 674
Nombre de logements autorisés (DRE Sitadel) 2 113 3 031 3 832
8
8
©I N - INSEE 200
G

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.