2009 : une économie en récession

De
Publié par

En France, le produit intérieur brut (PIB) a diminué de 2,6 % en 2009. La récession a cependant été plus modérée en France que dans la plupart des autres pays avancés. La production manufacturière a reculé de 12 %, mais la consommation des ménages a résisté à la crise dans un contexte de désinflation. Les entreprises ont réduit leurs investissements et ont procédé à des déstockages massifs. La crise a touché tous les secteurs d’activité et les pertes d’emploi ont été deux fois plus nombreuses qu’en 2008. Le taux de chômage progresse pour la deuxième année consécutive pour atteindre 9,6 % de la population active fin 2009. Introduction La consommation des ménages résiste à la crise Entreprises : baisse des investissements et déstockage Contraction des échanges Recul de l'emploi et hausse du chômage
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 1
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

4
Synthèse nationale
2009 : une économie en récession
n France, le produit intérieur par rapport à 2008, surtout en biens Les pertes d’emploi dans le secteur
brut (PIB) a diminué de 2,6 % en d’équipement et en construction. Les ca- marchand n’ont été que partiellementE 2009, après avoir légèrement pacités de production des entreprises ont compensées par une augmentation des
augmenté de 0,2 % en 2008. La réces- été faiblement sollicitées face à des pers- créations d’emplois dans le secteur non
sion a cependant été plus modérée en pectives de demande plutôt modestes et marchand s’appuyant sur des contrats
France que dans la plupart des autres les entreprises ont procédé à des déstoc- aidés (contrats d’accompagnement vers
pays avancés. kages massifs tout au long de l’année. l’emploi et contrats d’avenir).
Le chômage progresse pour la deuxième
La contraction de l’activité, entamée au Contraction des échanges année consécutive. Le taux de chômage
printemps 2008, s’est accentuée en fin
au sens du BIT s’établit fin 2009 à 9,6 %
d’année 2008 et au premier trimestre En France, les exportations et les im-
de la population active en France métro-
2009. La production manufacturière portations ont diminué de plus de 10 %
politaine contre 7,8 % un an auparavant.
française a reculé de 12 % en 2009. en volume en 2009 par rapport à 2008.
En valeur, le solde extérieur s’est légère- ■■■■ Christèle Rannou-Heim
A compter du deuxième trimestre Insee, Service études et diffusionment redressé, mais est resté déficitaire.
2009, la conjoncture s’est toutefois D’après la note de conjoncture de l’Insee
améliorée sous l’effet des plans de re- Le commerce mondial s’est fortement de mars 2010
et les comptes nationaux 2009lance et d’un rebond de la demande contracté en raison de la récession. Au
mondiale : le PIB s’est ainsi redressé, deuxième trimestre 2009, il a cependant
Aggravation du déficitmarquant une timide reprise. été stimulé par un regain de demande
publicdes pays asiatiques, en particulier de la
Chine.Lareprisedel’activitéenAsies’estLa consommation des ménages En France, le déficit public s’élève à 143,8
propagée à l’ensemble des économies milliards d’euros en 2009. Il atteint 7,5 % durésiste à la crise
avancées grâce aux échanges interna- PIB après 3,3 % en 2008. Il se creuse en
tionaux. particulier pour l’Etat et les administrationsBien que ralentie depuis 2008, la
de sécurité sociale.consommation des ménages s’est rela-
Recul de l’emploitivement bien tenue dans le contexte Dans un contexte de récession, les recettes
et hausse du chômagede crise. Elle a progressé de 0,6 % en publiques diminuent (- 4,2 %) sous l’effet
2009, après 0,5 % en 2008. La hausse du d’une baisse des prélèvements obligatoires,
La dégradation du marché de l’emploi,pouvoir d’achat des ménages (+ 1,6 %), alors que les dépenses continuent de pro-
amorcée en début d’année 2008, s’est gresser à un rythme soutenu (3,8 %) du faitdue notamment à la désinflation,
poursuivie tout au long de l’année 2009. notamment du plan de relance et de nou-explique, en partie, cette évolution. En
En 2009, les pertes d’emploi s’élèvent velles prestations sociales.effet, en 2009, le prix de la dépense de
à plus de 357 000 dans le secteurconsommation des ménages a diminué
marchand non agricole. Elles sont deuxde 0,6 %. Pour en savoir plus
fois plus importantes qu’en 2008. La
Houriez G., Passeron V., Perret A. : « Les
Au dernier trimestre 2009, la consom- crise a touché tous les secteurs d’acti-
comptes de la Nation en 2009 - Une réces-
vité et a aggravé les pertes d’emploismation des ménages a rebondi. Elle a
sion sans précédent depuis l’après-guerre »,
dans le secteur industriel. Le tertiaireété soutenue par des achats massifs de
Insee première, n° 1294, mai 2010.
voitures, les ménages souhaitant profi- est le seul où les effectifs se sta-
Boisnault D., Bourgeois A., Hengy N.,ter pleinement des avantages en vi- bilisent au deuxième semestre 2009.
Pilarski C., Poiblanc B., Uteza A. : « Lesgueur en 2009 du dispositif de prime à
comptes des administrations publiques enla casse. Définition
2009 », Insee première, n° 1293, mai 2010.
Le Produit intérieur brut (PIB) est un « Note de conjoncture de l’Insee de mars 2010 ».Entreprises : baisse des
agrégat de la comptabilité nationale
investissements et déstockage http://www.insee.fr/fr/indicateur/ana-habituellement utilisé dans le suivi de la
lys_conj/conj_article.htmconjoncture économique. Il permet de
Dans un contexte de crise économique, mesurer l’activité productrice sur le terri- Rubrique « Comptes nationaux annuels »,
les investissements des entreprises non toire d’un pays. site www.insee.fr
financières ont diminué de 8 % en 2009
Insee Ile-de-France 2010 Regards sur... l’année économique et sociale 20092009 : une économie en récession 5
Le PIB et les opérations sur biens et services Contributions à la croissance du PIB (en volume)
%
3,02007 2008 2009
Evolution en volume
aux prix de l'année 2,0
précédente (en %)
Produit intérieur brut (PIB) 2,4 0,2 -2,6
1,0Importations 5,6 0,6 -10,7
Total des emplois finals 3,1 0,3 -4,4
Consommation effective des ménages, dont : 2,4 0,9 0,9 0,0
Dépenses de consommation des ménages 2,5 0,5 0,6
Dépenses de consommation individualisable 1,6 2,1 2,0
-1,0des administrations
Consommation collective des administrations publiques 1,2 0,9 4,2
Formation brute de capital fixe (FBCF)*, dont : 6,0 0,5 -7,1
-2,0
Entreprises non financières 8,1 2,4 -8,0
Ménages 4,6 -2,7 -8,7
Administrations publiques 4,4 -2,8 0,5 -3,0
Variations de stocks (contribution à la croissance) 0,2 -0,3 -1,9 2007 2008 2009
Exportations 2,5 -0,5 -12,4 Produit intérieur brut (PIB) Consommation
Investissement Solde du commerce extérieur*FBCF : est constituée par les acquisitions moins les cessions d'actifs fixes réalisées par
les producteurs résidents. Les actifs fixes sont les actifs corporels ou incorporels issus de Variations de stocks
processus de production.
Source : Insee, comptes nationaux - base 2000Source : Insee, comptes nationaux - base 2000
Croissance du PIB dans les principaux pays industrialisés Evolution trimestrielle du PIB
moyennes annuelles en % variation t/t-1, en %, données CJO-CVS
1,0
2007 2008 2009
0,5
Etats-Unis 2,1 0,4 -2,4
Japon 2,4 -1,2 -5,2 0,0
Royaume-Uni 2,6 0,5 -4,9
-0,5Zone euro (16 pays) 2,8 0,6 -4,1
Allemagne 2,5 1,3 -4,9
-1,0
France 2,4 0,2 -2,6
Italie 1,5 -1,3 -5,0
-1,5
Espagne 3,6 0,9 -3,6
-2,0
Source : Eurostat, juin 2010 12 341 234 1 23 41
2007 2008 2009 2010
Source : Insee, comptes nationaux trimestrielsEvolution de l'emploi en France
données CVS
Créations d'emploi sur la période Evolution de l'emploi sur la période
(en milliers) (en %)
er e er e1 semestre 2 semestre 1 semestre 2 semestre
2008 20082009 2009 2009 2009
-173,5 -257,4 -100,2 -1,1 -1,6 -0,6Salariés des secteurs marchands
dont : Industrie -82,3 -91,8 -81,2 -2,3 -2,6 -2,4
Construction 7,0 -23,5 -26,4 0,5 -1,6 -1,8
Tertiaire, essentiellement marchand -98,3 -142,0 7,3 -0,9 -1,3 0,1
Salariés agricoles -9,0 -5,0 -5,0 -3,8 -2,2 -2,3
Salariés du tertiaire non marchand 32,9 14,4 62,0 0,4 0,2 0,8
Non salariés 14,2 7,5 7,5 0,6 0,3 0,3
Emploi total -135,4 -240,5 -35,7 -0,5 -0,9 -0,1
Lecture : 240 500 emplois seraient perdus durant le premier semestre 2009, soit une baisse de 0,9 % par rapport au précédent semestre.
Source : Insee, estimations d'emploi
Insee Ile-de-France 2010 Regards sur... l’année économique et sociale 2009

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.