Activité régionale : début dannée 2008 au ralenti

De
Publié par

Au premier trimestre de 2008, tandis que la croissance française restait robuste, l’activité régionale marquait le pas. Dans les services, le commerce de détail, l’industrie et le bâtiment,les chiffres d’affaires progressent de moins en moins vite. Le nombre de mises en chantier de logements est orienté à la baisse et la forte hausse des créations d’entreprises s’est interrompue. Reflet du ralentissement d’ensemble de l’économie régionale, l’emploi salarié n’a pas progressé au premier trimestre. Le taux de chômage a néanmoins continué de reculer jusqu’au début de l’année, pour atteindre son niveau le moins élevé depuis 1982. La seconde partie de l’année 2008 s’annonce difficile pour l’économie régionale comme pour l’économie nationale.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 4
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

SUD INSEE
conjonctureN° 24 - juillet 2008
Activité régionale : début d’année
2008 au ralenti
Au premier trimestre de 2008, tandis que la croissance française restait robuste, l’activité
régionale marquait le pas. Dans les services, le commerce de détail, l’industrie et le bâti-
ment, les chiffres d’affaires progressent de moins en moins vite. Le nombre de mises en
chantier delogements est orientéàlabaisseet lafortehaussedes créations d’entreprises
s’estinterrompue.Refletduralentissementd’ensembledel’économierégionale,l’emploi
salarién’apasprogresséaupremiertrimestre.Letauxdechômageanéanmoinscontinué
de reculer jusqu’au début de l’année, pour atteindre son niveau le moins élevé depuis
1982. La seconde partie de l’année 2008 s’annonce difficile pour l’économie régionale
comme pour l’économie nationale.
Repères nationaux Contexte international
Variations annuelles (%) Moyennes annuelles
2007 2008 2007 2008
PIB (*) + 2,1 + 1,6 Taux de change euro-dollar 1,37 1,54
Dépenses de consommation des ménages (*) + 2,5 + 1,3 Cours du baril de pétrole 72,5 $ 119,4 $
Prix à la consommation (**) + 2,6 + 2,8 hypothèses retenues par la note de conjoncture nationale de l'Insee
(*) aux prix de l'année précédente chaînés Lecture : en moyenne sur 2007, 1 euro vaut 1,37 dollar.
Source : Insee(**) glissements annuels
prévisions issues de la note de conjoncture nationale de l'Insee
Source : Insee
La croissance française s’est établie à initié en milieu d’année 2007 devrait reprendre son cours au
+ 0,5 % au premier trimestre de 2008, en deuxième trimestre de 2008, pour se prolonger jusqu’en fin
légère hausse par rapport au quatrième tri- d’année. Les principaux facteurs en seraient la chute de la
mestre de 2007 (+ 0,4 %). Elle devrait re- construction immobilière, palpable aux États-Unis et plus ré-
joindreunrythmeplusmodéréjusqu’àlafin cemment au Royaume-Uni, le renchérissement persistant des
del’année.Autotalen2008,lePIBprogres- matières premières agricoles et du pétrole, ainsi que la crise
serait de 1,6 %, soit un net ralentissement durable des marchés financiers.
par rapport à 2007 (+ 2,1 %). LaFranceneseraitpasépargnéeparl’affaissementdel’activité
mondiale qui pèserait sur les carnets de commande, entraî-Dansuncontextemondialmarquéparlelé-
nant le net fléchissement de la production. L’inflation énergé-ger sursaut d’activité des pays industrialisés
tique et alimentaire continuerait de grever le pouvoir d’achatau premier trimestre de 2008, l’économie
française a continué de bénéficier du dyna-
misme de l’investissement des entreprises
(+ 1,3 %), stimulé par la nette reprise ob-
servée pour les biens d’équipement. L’em-
bellie des exportations de biens et services
(+ 3,2 %) a également joué un rôle moteur
pour la croissance.
Les performances de l’économie française
au premier trimestrede2008 sesontsituées
en deçà de la moyenne de la zone euro
(+ 0,8 %). Celle-ci a été portée par une
croissance exceptionnelle survenue en Alle-
magne (+ 1,5 %). L’activité a également re-
bondi en Italie, tandis qu’elle ralentissait
sensiblementdanslaplupartdesautrespays.
L’amélioration économique internationale
ne serait que passagère et le ralentissement
© Insee 2008SUD INSEE
N° 24 - juillet 2008conjoncture
des ménages, dont la hausse s’établirait à + 0,9 % en 2008 tion annuelle, celles-ci ont de nouveau nettement diminué au
après + 3,3 % en 2007. Sous l’effet de ce ralentissement, la premier trimestre de 2008 (- 9,9 %) après une stabilisation fin
consommation des ménages resterait atone au cours des pro- 2007. Les données relatives aux mois d’avril et de mai sem-
chains trimestres. L’investissement résidentiel devrait nette- blent indiquer que la baisse s’est accentuée au deuxième
ment diminuer, le pays subissant à son tour un retournement trimestre.
dumarchéimmobilier.Lescréationsd’emploisresteraientbien En Provence-Alpes-Côte d’Azur, la construction de logements
orientées jusqu’en milieu d’année, avant de fléchir au second neufs s’est stabilisée au premier trimestre de 2008 (- 0,3 % sur
semestre. un an), après deux trimestres de net recul (respectivement
- 9,2 % et - 1,5 % aux troisième et quatrième trimestres de
2007). Le repli persistant des maisons a été en effet compenséRalentissement du chiffre d’affaires dans les
par une légère reprise des appartements. Les évolutions obser-
services au premier trimestre
vées en avril et en mai laissent entendre que cette stabilisation
nedevraitpasdurer :lereculdel’ensembledesmisesenchan-
En France, au premier trimestre de 2008, la croissance du tierêtreimportantaudeuxièmetrimestre.Durantlese-
chiffred’affairesdanslesservicesauxentreprisess’eststabilisée
condsemestre,cemouvementsepoursuivrait,auvudelaforte
(+ 6,0 % sur un an après + 6,2 % au quatrième trimestre de baisse du nombre de permis de construire délivrés dans la ré-
2007). En Provence-Alpes-Côte d’Azur, le chiffre d’affaires du gion pour les maisons : - 13,4 % sur les cinq premiers mois de
secteuracontinuédeprogresser,maisàunrythmeplusmodé-
l’année par rapport à la même période de 2007, soit une évo-
réqu’autrimestreprécédent :+ 4,3 %après+ 5,5 %.C’estle lution conforme à la moyenne nationale (- 15,9 %). Pour les
taux de croissance le moins élevé des trois dernières années. appartements,lereculdespermisdeconstruires’estégalement
Danslesservicesaux particuliers,lechiffred’affairesnationala vérifié (- 13,3 % dans la région et - 14,6 % en France).
accéléré au premier trimestre : + 5,0 % sur un an, contre
+ 3,9 %auquatrièmetrimestrede2007.L’évolutionaététrès
proche dans la région (+ 4,8 % après + 4,1 %), en raison no-
tammentdelabonnetenuepersistantedusecteurdeshôtelset
restaurants qui occupe une place très importante dans
l’économie locale.
Au total dans la région, le taux de croissance du chiffre d’affai-
res dans l’ensemble des services a diminué au premier tri-
mestre de 2008 (+ 4,7 % après + 5,2 % au quatrième
trimestre de 2007).
Dans la région, le retournement de la construction de loge-
ments va de pair avec la baisse des prix d’achat des maisons
neuves(- 5,1 %après+ 1,0 %auquatrièmetrimestre).Lerepli
Retournement confirmé dans la construction
Aprèsavoiratteintunpicdeplusde11 %début2007,lacrois-
sanceannuelleduchiffred’affairesdanslaconstructionn’aces-
sé de diminuer, en France comme en Provence-Alpes-Côte
d’Azur. Ainsi, au premier trimestre de 2008, elle s’est établie à
+ 7,0 % dans la région (contre + 7,3 % en moyenne natio-
nale),après+ 8,5 %autrimestreprécédent(contre+ 8,8 %).
Au deuxième trimestre, selon l’enquête mensuelle sur le bâti-
ment de juin, les chefs d’entreprise français ont observé une
nouvellebaissedurythmed’activitéetjugentquecelle-civase
poursuivre. Leur opinion suggère que le ralentissement persis-
tera aussi dans la région.
EnFrance,leredressementdesmisesenchantierdelogements
observéautroisièmetrimestrede2007n’apasduré.Enévolu-
© Insee 2008SUD INSEE
N° 24 - juillet 2008
conjoncture
est plus spectaculaire encore pour les appartements neufs, sement observé en Provence-Alpes-Côte d’Azur (- 1,0 point
dontlesprixontdiminuéde14,3 %(après- 4,5 %autrimestre par rapport au quatrième trimestre de 2007) est notamment
précédent). Dans le logement ancien, les prix des maisons et imputable au fléchissement de la croissance du commerce de
des appartements se sont orientés à la baisse au premier tri- détail non alimentaire (habillement, électroménager, loisirs
mestre. Pour lesappartements, cerecul est intervenu aprèsdix notamment), jusqu’alors moteur de l’activité.
années de hausse continue. En France, selon les détaillants interrogés, les ventes dans le
commercededétailsesontaffaisséesaudeuxièmetrimestreet
les perspectives générales d’activité laissent envisager uneChiffresd’affairesdansl’industrieetlecommerce
nouvelle dégradation.de détail : la région perd son avantage
Fréquentation des hôtels en hausse au cours deEn France, au premier trimestre de 2008, le chiffre d’affaires
dansl’industrieaprogresséde6,1 %surunan.Danslarégion, l’hiver
la hausse a été moindre : + 4,5 %. La croissance annuelle ré-
gionaleduchiffred’affairesindustrielnecessedediminuerde- Lafréquentationhôtelièreaprogressédanslepaysaucoursde
puis le premier trimestre de 2007. Au niveau national, la l’hiver. Le nombre des nuitées enregistrées entre décembre
tendanceestàlahausse,desortequelarégionprésentedésor- 2007 et avril 2008 a en effet augmenté de 2,1 % par rapport à
mais des taux de croissance inférieurs à la moyenne française, l’hiverprécédent.Danslemêmetemps,l’offred’hébergement
après une année et demi d’avantage continu. s’est accrue (+ 1,4 %) et les hôtels ont été mieux remplis : le
Au niveau national, l’opinion des industriels interrogés en juin taux d’occupation moyen a progressé de 1,3 point.
suggère que la production a nettement fléchi au deuxième tri- En Provence-Alpes-Côte d’Azur, le nombre de nuitées passées
mestre de 2008 et laisse entendre un nouveau tassement pour dans les hôtels au cours de l’hiver a progressé à un rythme
le troisième trimestre. prochedelamoyennenationale(+ 1,8 %soit109 000nuitées
supplémentaires), porté par l’engouement des touristes fran-
çaispourlesétablissementsdemontagne.Lenombredecham-
bres offertes et le taux d’occupation moyen des hôtels ont
égalementaugmenté(respectivement+ 1,1 %et+ 0,4point).
Au mois de mai, la fréquentation des hôtels régionaux a conti-
nué d’augmenter en évolution annuelle.
Fréquentation des hôtels au cours de l'hiver
Hiver 2007-2008 /Hiver 2007-2008
Hiver 2006-2007
Provence-Alpes-Côte d'Azur
6 223 + 1,8 %Nuitées (en milliers)
49,1 + 0,4 ptTaux d'occupation (en %)
2 012 + 1,1 %**Hôtels ouverts*
1,9 + 0,4 %Durée moyenne de séjour (en jours)
France métropolitaine
68 384 + 2,1 %Nuitées (en milliers)
55,5 + 1,3 ptTaux d'occupation (en %)
17 184 + 1,4 %**Hôtels ouverts*
1,8 + 0,7 %Durée moyenne de séjour (en jours)
* hôtels ayant enregistré au moins une nuitée lors de la saison d'hiverDanslecommercededétail,lesévolutionssontcomparablesà
** évolution du nombre de chambres offertes
celles du secteur de l’industrie : la région, qui bénéficiait d’un Sources : enquêtes de fréquentation hôtelière - Insee, direction du Tourisme,
CRT et CDTdynamisme supérieur à celui de la France depuis plusieurs tri-
mestres, a perdu cet avantage en fin d’année 2007. Sur un an,
le chiffre d’affaires régional a ainsi progressé de 3,8 % au pre- Stabilisation des créations d’entreprises après
mier trimestre de 2008, contre + 4,2 % en France. Le ralentis-
une forte hausse
Après la croissance record du troisième trimestre de 2007
(+ 10,4 %), le nombre de créations d’entreprises françaises
s’est stabilisé à un niveau très élevé au cours des deux trimes-
tres suivants (plus de 84 000). Il a suivi en cela le mouvement
observé dans les secteurs du commerce et des services, qui
concentrent près de 80 % des créations.
Dans la région, les évolutions sont restées proches de la ten-
dancenationale :+ 0,7 %aupremiertrimestrede2008après
- 0,1 %letrimestreprécédent.Lenombred’entreprisescréées
au cours de chacun des trois derniers trimestres a ainsi peu va-
rié, autour de 9 500, niveau le plus élevé des quinze dernières
années. Au premier trimestre de 2008, les créations ont reculé
dans le commerce (- 2,4 %), tandis qu’elles progressaient légè-
rement dans les services (+ 0,8 %) et plus nettement dans la
construction (+ 5,4 %).
© Insee 2008SUD INSEE N° 24 - juillet 2008
conjoncture
Nouveau repli du chômage
EnFrancemétropolitaine,lereculdutauxdechômageausens
du BIT s’est poursuivi jusqu’au premier trimestre de 2008. Ce
dernier s’est en effet établi à 7,2 % de la population active en
moyennesurletrimestre,soitunreplide0,2pointparrapport
au trimestre précédent (- 1,2 point sur un an).
Dans la région, les évolutions ont été conformes à la tendance
(2)nationale.Letaux dechômagelocalisé ,enreculcontinude-
puisledébutdel’année2007,s’estrepliéde0,4pointentrele
dernier trimestre de 2007 et le premier trimestre de 2008. Il a
ainsi atteint son niveau le moins élevé depuis 1982 : 8,8 %.
Sur un an, le taux de chômage régional a donc reculé de 1,5
point, sous l’effet notamment d’une croissance de + 1,8 % de
l’emploi salarié concurrentiel.
Selon les données de l’ANPE relatives aux demandeurs d’em-Créations d’emplois salariés à l’arrêt
(3)ploi, le nombre d’inscrits s’est quasiment stabilisé en France
métropolitaine au cours des mois d’avril et de mai (respective-
En France, l’emploi salarié des secteurs concurrentiels hors
ment+ 0,0 %et- 0,4 %).Danslarégion,ilacontinuéderecu-(1)agriculture ,quireprésente65 %del’emploitotal,aprogres-
ler (- 0,4 % et - 1,1 %).séàunrythmemodéréaupremiertrimestrede2008.Aprèsun
rebondenfind’année2007(+ 0,6 %auquatrièmetrimestre),
le taux d’évolution s’est établi à + 0,3 % au premier trimestre
de 2008, soit 56 000 emplois salariés supplémentaires. La
constructionetletertiairesontrestéslesmoteursdelacréation
d’emplois (respectivement + 0,9 % et + 0,5 %), tandis que le
secteur industriel continuait d’en perdre (- 0,4 %).
Au premier trimestre, Provence-Alpes-Côte d’Azur a fait partie
des trois seules régions métropolitaines qui n’ont pas créé
d’emplois salariés. Le nombre d’emplois salariés régional s’est
ainsi stabilisé à environ 1 229 000. Depuis 2006, les créations
d’emploi, qui étaient nettement plus dynamiques dans la ré-
gion qu’en France entre 2000 et 2005, suivent des évolutions
proches de la tendance nationale.
La stagnation observée au premier trimestre s’explique notam-
ment par une évolution nulle de l’emploi dans la construction,
aprèsquatreannéesdecroissanceininterrompue.Danslesser-
vices, la création d’emplois salariés s’est nettement ralentie
(+ 0,1 %après+ 1,0 %auquatrièmetrimestrede2007).L’in-
dustrie,aprèstroistrimestresdecréationsnettes,adenouveau
Aucoursdesprochainsmois,lescréationsd’emploisenFrance
détruit des emplois (- 0,8 %, soit 1 150 emplois de moins).
devraient fléchir en raison du ralentissement de l’activité. La
baisse du nombre de salariés s’accentuerait dans l’industrie.
Dans la construction et les services, les effectifs continueraient
d’augmenter, mais à un rythme plus modéré. Le taux de chô-
mage se stabiliserait d’ici la fin d’année 2008.
En Provence-Alpes-Côte d’Azur, le coup d’arrêt pour les créa-
tions d’emplois salariés survenu au premier trimestre s’est pro-
duit dans un contexte économique devenu plus défavorable
quelatendancenationale.Leralentissementéconomiquepré-
vu en France au second semestre n’épargnerait ainsi probable-
ment pas la région.
Sylvain Adaoust
(2) Suite aux changements méthodologiques intervenus au niveau national, les sé-
ries des taux de chômage ont été entièrement révisées depuis 1982. Pour les taux
régionauxetdépartementaux,leterme«tauxdechômageausensduBIT»estrem-
placé par « taux de chômage localisé ». Il s’agit par ailleurs de taux en moyenne sur
le trimestre, et non en fin de trimestre comme auparavant.
(3) Inscritsencatégories1,2&3horsactivitésréduites,catégoriesquiregroupentles
(1) Champ Unedic : l’emploi des secteurs concurrentiels comprend l’emploi de tous personnes sans emploi à la recherche d’un emploi à temps plein ou partiel, à durée
lessecteursd’activitééconomique,àl’exceptiondel’emploipublicdanslessecteurs déterminée ou indéterminée, n’ayant pas exercé une activité de plus de 78 heures
non marchands (administration, éducation, santé et action sociale). au cours du mois écoulé.
InstitutNationaldelaStatistiqueetdesÉtudesÉconomiques
Provence-Alpes-Côted'Azur
© Insee 2008 17,rueMenpentiDirecteur de la publication : François Clanché
13387MarseilleCedex10Dépôtlégal:juillet2008 Chef du service Études et Diffusion : Valérie Roux Téléphone:0491175757N° ISSN : 1287-2946 Rédacteur en chef : Bernadette Renard Fax:0491175960
Code Sage : COJ082432
SUD INSEE conjoncture figure dès sa parution sur le site Internet de l'Insee : www.insee/fr onglet régions (rubrique "Les publications")
Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d'information électronique : onglet ( "À votre service")

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.