Aide au recrutement de personnel d'encadrement : un impact positif à court terme

De
Publié par

L'aide au recrutement de personnel d'encadrement a permis aux entreprises bénéficiaires d'améliorer leurs performances économiques. Les taux de croissance de l'emploi, du chiffre d'affaires ou de la valeur ajoutée sont meilleurs pour ces entreprises aidées que pour les entreprises non aidées. Toutefois le bénéfice immédiat de l'aide semble s'amoindrir deux années après son versement.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 31
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

INSEE BOURGOGNE N°131-Mai2006-2,30euros
Aide au recrutement de personnel d'encadrement :
un impact positif à court terme
L’aide au recrutement de personnel d’encadrement a permis aux entreprises bénéficiaires
d’améliorer leurs performances économiques. Les taux de croissance de l’emploi,
du chiffre d’affaires ou de la valeur ajoutée sont meilleurs pour ces entreprises aidées
que pour les entreprises non aidées. Toutefois le bénéfice immédiat de l’aide
semble s’amoindrir deux années après son versement.
année qui la suit, les taux moyens dee 1997 à 2001, plus de 500 entre- Meilleures performances
croissance de l’emploi et du chiffre d’af-D prises de la région ont bénéficié apparentes des
faires dépassent d’environ 15 pointsde l’aide au recrutement de personnel entreprises aidées ceux des entreprises non aidées. L’écartd’encadrement (aide RPE). Ce disposi-
est de dix points pour la valeur ajoutée.tif de recrutement d’un cadre supplé-
Au vu de la simple comparaison, les L’effort d’investissement de la partmentaire doit permettre aux entreprises
entreprises aidées ont bénéficié d’un des entreprises aidées est légèrementbénéficiaires de renforcer leur équipe
"bonus" de développement. Leurs per- supérieur à celui des entreprises dudirigeante afin de mieux assurer le dé-
formances en termes de croissance de groupe témoin. Le taux d’investisse-veloppement de l’entreprise. Sur la pé-
l’emploi, du chiffre d’affaires ou encore ment deux années après l’aide y est su-riode étudiée, le montant total engagé
de la valeur ajoutée sont supérieures à périeur de deux points. L’écart de tauxpar l'État et la Région pour cette action
celles enregistrées par le groupe té- d’exportation est aussi en faveur desa été de 10,5 millions d’euros soit en
moin d’entreprises non aidées. Entre entreprises aidées, en moyenne demoyenne 20 000 euros par entreprise
l’année précédant l’aide et la deuxième sept points.bénéficiaire.
L’efficacité de l’aide RPE s’évalue Un impact certain sur l'emploi, le chiffre d'affaires et la valeur ajoutée
par la comparaison des performances
Différence des moyennes entre entreprises aidées et non aidées
économiques des entreprises aidées
(en points de pourcentage - moyennes)
avec celles d’un groupe "témoin" d’en-
Avec correction Avec correctiontreprises qui auraient pu recevoir l’aide Observation
des effets du biaismais ne l’ont pas reçue. Ce groupe té- brute
de structure de sélectionmoin d’environ 2 500 entreprises a été
Évolution sur trois anstiré au sort parmi les éligi-
Emploi moyen annuel + 16 + 15 + 15bles à l’aide.
Chiffre d'affaires annuel + 15 + 19 + 19Par différence avec le groupe des
Valeur ajoutée annuelle + 10 + 15 + 15entreprises aidées, ce groupe témoin
permet de mesurer l'impact de l'aide Deux ans après le versement de l'aide
RPE, en utilisant trois méthodes de Taux d'investissement + 2 ns ns
comparaison de plus en plus élabo- Taux d'exportation + 7 + 2 + 3
rées : observation brute, correction des
ns : l'écart entre les entreprises aidées et celles du groupe témoin est non significatif.
effets de structure, correction du biais Source : Insee.
de sélection. La comparaison se fait sur Note de lecture : la première colonne retrace la différence des valeurs moyennes entre
une période de quatre ans, de l’année entreprises aidées et celles du groupe témoin ; la deuxième colonne du tableau retrace cette
précédant l’aide à la deuxième année différence corrigée des effets de structure ; la dernière présente l'effet causal de
qui la suit. l'aide, c'est-à-dire la différence de performance attribuée à l'aide, après correction d'un
éventuel biais de sélection dans l'attribution de l'aide.INSEE N°131-Mai2006-2,30eurosBOURGOGNE
Un bon "coup de pouce" l'année de l'aide
Évolution des moyennes des taux de croissance - base 100 l'année précédant le versement de l'aide (données brutes)
Emploi salarié Chiffre d'affaires Valeur ajoutée
130 130 130
125 125 125
120 120 120
115 115 115
110 110 110
105 105 105
100 100 100
95 9595
90 9090
t-1 t t+1 t+2 t-1 t t+1 t+2 t-1 t t+1 t+2
Entreprises aidées Entreprises du groupe témoin Source : Insee.
Note de lecture : entre l'année précédant l'aide (t-1) et l'année suivant l'aide (t+1), la moyenne du taux de croissance de l'emploi pour les
entreprises aidées est de 15 %.
riode étudiée, deux tiers des entrepri-Un effet immédiat Un nouveau calcul
ses aidées ont augmenté leurs effectifs confirme l’efficacitél’année de l’aide et un quart les a diminués.
de l’aideDe même, les croissances du chif-
fre d’affaires et de la valeur ajoutée sontToutefois, l’effet de l’aide RPE
fortes l’année de l’aide et la première Les différences de résultats consta-semble limité dans le temps. Le "coup
année qui suit pour s’amenuiser la se- tées par simple comparaison entre lede pouce" apporté par cette aide appa-
conde année. Sur la période étudiée,raît le plus bénéfique l'année même de groupe des entreprises aidées et le
les trois quarts des entreprises bénéfi-l’aide et l'année suivante. Après ce coup témoin s’expliquent en partie
ciaires de l’aide ont augmenté leurde pouce, l’effet de l’aide s’estompe lé- par la différence de structure de ces
gèrement : les performances des entre- chiffre d’affaires et leur valeur ajoutée. deux groupes. Le groupe témoin n’est
prises aidées continuent de progresser L’écart des taux d’investissement en effet qu’une image des entreprises
mais leur croissance est moindre. entre les deux groupes est le plus im- pouvant recevoir l’aide.
Du fait de l’apport du cadre embau- portant l’année de l’aide et l’année qui Or, les entreprises ayant effective-
ché, l’emploi dans les entreprises ai- suit (+ 4 et + 3 points). Le taux d’inves- ment reçu l’aide RPE sont deux fois
tissement des entreprises aidées bais- plus présentes dans l’industrie que cel-dées augmente mécaniquement l'an-
se d’ailleurs la seconde année après les du groupe témoin (67 % contrenée de l’aide (pour moitié du taux de
l’aide. Il en est de même pour le taux 28 %). L’année précédant l’aide, ellescroissance sur les trois ans) et l’année
d’exportation avec des écarts plus im- comptent davantage de salariés : leurqui suit. L’emploi augmente encore la
portants les années intermédiairesseconde année après l’aide mais la taille moyenne est de 34 contre
(+ 8 points).croissance est plus faible. Sur la pé- 10 salariés pour les autres. Du fait de
368 entreprises aidées comparées à un groupe témoin
Du fait de contraintes méthodologiques, l’étude ne porte que sur 368 entreprises, soit les trois quarts des entreprises aidées
entre 1997 et 2001. Les 130 entreprises supprimées de l’étude n’ont pu être observées assez longtemps (car créées l’année
de l'aide ou bien ayant cessé dans les deux années qui l’ont suivie -13 entreprises-) ou sont des entreprises multirégionales ou
appartiennent à des secteurs peu concernés par l’aide.
À partir de l’ensemble des entreprises mono ou quasi mono-régionales de Bourgogne susceptibles de recevoir l’aide RPE,
un groupe témoin d’environ 2 500 est constitué par tirage au sort. Ce groupe "témoin" est constitué pour chacune
des années étudiées (1997 à 2001).
L'année précédant l'aide, ces entreprises ont entre 2 et 249 salariés, moins de 50 000 euros de chiffre d’affaires, ont une
activité dans les secteurs éligibles et leurs données comptables sont disponibles sur au moins quatre années consécutives
autour de la période étudiée.
Quelle que soit l’année où l’entreprise a été aidée, entre 1997 et 2001, l’impact de l’aide est évalué sur quatre ans : de
l’année précédant l’aide à la seconde année suivant l’aide.
© Insee Bourgogne - 2006 - Aide au recrutement de personnel d'encadrement : un impact positif à court terme 2INSEE N°131-Mai2006-2,30eurosBOURGOGNE
cette plus grande taille, leur chiffre d’af- Entreprises aidées : davantage implantées dans l'industrie
faires et leur valeur ajoutée l’année Répartition des entreprises aidées et celles du groupe témoin par secteur d'activité
précédant l’aide sont supérieurs en %
moyenne à ceux des entreprises non 30
aidées. Les différences s’estompent
toutefois en comparant des ratios com- 25
me le taux d’investissement ou le taux
de valeur ajoutée. Les entreprises ai- 20
dées sont aussi plus souvent exportatri-
15ces que celles du groupe témoin.
Les effets de l’aide sont donc
10recalculés en neutralisant ces différen-
ces de taille, de secteur d’activité mais
5
aussi de productivité, de taux d’investis-
sement, et de taux d’exportation cons-
0
tatés l’année précédant l’aide. Industries des Industries des Services aux Industries des Commerce Industries Construction Services aux Industrie Transports
biens biens entreprises* biens de agricoles et particuliers** automobilede gros
intermédiaires d'équipement consommation alimentairesCes nouveaux calculs confirment
* Hors postes et télécommunications.l’efficacité de l’aide. Les écarts de per-
** Hors services personnels et domestiques. Entreprises aidées Entreprises du groupe témoin Source : Insee.
formances entre les entreprises aidées
et un groupe témoin "profilé" persistent
Entreprises aidées : une taille plus importante
en terme d’évolution de l’emploi et de
Résultats des entreprises l'année précédant l'aidechiffre d’affaires. Ils s’accentuent même
Entreprises Entreprisespour l’évolution de la valeur ajoutée.
aidées du groupe témoinÀ l’inverse, l’écart entre taux d’in-
En nombre de salariésvestissement deux ans après le verse-
Emploi moyen 34 10ment de l’aide n’est plus significatif et
l’écart entre taux d’exportation est plus En milliers d'euros
faible. Les différences avec les taux Chiffre d'affaires moyen par entreprise 4 299 1 168
d’investissement et cons- par salarié 142 103
tatées de manière brute deux ans après Valeur ajoutée moyenne par entreprise 1 302 369
l’aide s’expliquent principalement par Investissement moyen par 171 45
celles de début de période.
En %
Moyenne du taux d'exportation 10 3
Pas d’effet de sélection du taux d'investissement 12 9
Moyenne du taux de valeur ajoutée 39 46
La sélection des entreprises bénéfi- Source : Insee.
ciaires de l’aide peut aussi intervenir
Définitions : valeur ajoutée : chiffre d’affaires moins achat de biens et services ; taux de valeurdans leurs résultats futurs. Toutes les
ajoutée : rapport de la valeur ajoutée au chiffre d'affaires ; taux d’investissement : rapport deentreprises éligibles ne déposent pas
l'investissement matériel à la valeur ajoutée ; taux d’exportation : rapport du chiffre d’affairesun dossier de candidature. La connais-
réalisé à l’exportation au chiffre d’affaires total ; productivité : rapport de la valeur ajoutée à
sance de l’aide, le choix de se porter
l’effectif salarié moyen.
candidate (temps à consacrer, auto-
censure…) sont autant de facteurs qui
(1)peuvent jouer dans la décision de solli- caractéristiques observables de cha- deux années après l’aide n'est toujours
citer l’aide de la part de l’entreprise. Par cune des entreprises. Pour l’aide RPE, pas significativement différent.
ailleurs, l’octroi des aides résulte de elle augmente fortement pour les entre-
décisions concertées entre les organis- prises qui ont entre 20 et 99 salariés, qui
mes financeurs qui peuvent soit encou- relèvent des secteurs de l’industrie des ■ Fabrice Loones
rager des entreprises déjà dynamiques, biens d’équipement ou des biens inter-
soit au contraire soutenir des projets médiaires et ayant un taux d’investisse-
plus fragiles. ment ou d’exportation élevé.
Pour neutraliser l’effet d’une sélec- Biais de sélection pris en compte,
tion qui pourrait être "orientée", chaque les performances des entreprises ai-
entreprise aidée est comparée à un dées restent supérieures à celles des
échantillon d’entreprises dont la proba- non aidées. L’évolution de l’emploi, du
bilité d’être aidée est proche mais qui chiffre d’affaires et de la valeur ajoutée
(1)
Il est très difficile de savoir pourquoi une
n'ont pas obtenu ou sollicité l'aide. Cette est à l’avantage des entreprises aidées. entreprise n’a pas posé de dossier de can-
probabilité est calculée en fonction des didature.En revanche, le taux d’investissement
© Insee Bourgogne - 2006 - Aide au recrutement de personnel d'encadrement : un impact positif à court terme 3INSEE N°131-Mai2006-2,30eurosBOURGOGNE
L’aide au Recrutement de Personnel d’Encadrement
L’aide RPE (Recrutement de Personnel d’Encadrement) vise à inciter les PME à acquérir des compétences nouvelles par
l’embauche de personnel d’encadrement. Cette embauche doit correspondre à la création d’une fonction ou d’un poste nouveau
dont l’objectif sera de renforcer de manière significative les compétences de l’équipe dirigeante dans différents domaines :
technique, commercial, qualité, production… Ce projet doit s’inscrire dans une stratégie cohérente de développement de
l’entreprise.
Les entreprises pouvant bénéficier de cette aide (entreprises éligibles) sont des PME dont l’activité principale est exercée en
Bourgogne, des groupements d’entreprises ou des créateurs-repreneurs d’entreprises. Ici, la définition de la PME est à prendre au
sens communautaire du terme, c’est-à-dire qu’elle doit, par exemple pour être éligible en 2006, avoir moins de 250 salariés, avoir
soit un chiffre d’affaires annuel inférieur à 50 millions d’euros, soit un total de bilan inférieur à 40 millions d’euros, et ne pas être
détenue à plus de 25 % par des entreprises ne répondant pas à ces conditions. Les entreprises doivent être dans une situation
financière saine et à jour de leurs obligations fiscales, sociales et environnementales. Enfin, elles doivent appartenir à l’un des
secteurs d’activités suivants : industrie, IAA, filière-bois, BTP, transport-logistique, artisanat, commerce de gros, bureaux d’études,
services techniques aux entreprises, tourisme.
L’aide est plafonnée à 23 000 euros, au taux maximum de 50 % de l’assiette éligible. L’assiette éligible est égale au montant, sur
un an, du salaire brut et des charges sociales supportées par l’entreprise au titre du recrutement de ce salarié. Un acompte est
versé à l’issu de la période d’essai si le cadre est confirmé dans sa fonction. Le versement du solde intervient après un an sur
justificatif de la présence du salarié et du maintien de l’effectif global du personnel d’encadrement.
L’aide est une aide inscrite au contrat de plan État-Région. Le Conseil régional de Bourgogne et la DRIRE (Direction Régionale
de l’Industrie, de la Recherche et de l’Environnement) en sont les principaux financeurs mais il existe d’autres contributeurs comme
l’Europe par exemple. Cette aide existe en Bourgogne depuis la seconde moitié des années 80. Elle existe dans d’autres régions
françaises, mais sous une forme et un nom différents, ARC (Aide au Recrutement de Cadres) principalement.
POUR EN SAVOIR PLUS Insee - Bourgogne
2, rue Hoche - BP 1509
21035 Dijon Cedex
- L’impact de trois aides aux entreprises : seules les entreprises les plus Tél : 03 80 40 67 67
dynamiques en profitent vraiment - Insee Basse-Normandie Cent pour Cent n° 154 Fax : 03 80 40 68 00
- février 2006. Directeur de la publication : Jean-Louis Coster
Chef du Service Études et Diffusion :- Aides aux PME : des effets positifs sur l’emploi et la valeur ajoutée - Insee
Christian BonsacquetRhône-Alpes : La Lettre Analyses n° 47 - novembre 2005.
Rédactrice en chef : Christine Charton- Les aides aux investissements améliorent les performances des entreprises -
Maquette PAO : Patricia LallemandInsee Midi-Pyrénées : 6 pages n° 78 - janvier 2005.
Abonnement :
- L’aide ARDAN aux entreprises de Bourgogne - Insee Bourgogne Dimensions 8 numéros par an + Bilan économique
n° 111 - juillet 2004. et social annuel : 23 euros abonnement France
28 euros abonnement étranger- Guide des aides régionales - Conseil Régional de Bourgogne :
www.cr-bourgogne.fr 2,30 euros le numéro
Impression : AZ Média - Chenôve- Site internet de la DRIRE : www.bourgogne.drire.gouv.fr - Rubrique aide aux
Dépôt légal : à parutionentreprises.
ISSN 1246-483 X
Code Sage D0613116Les Insee Première, les Insee Bourgogne Dimensions et Économie et Statistique
© Insee 2006figurent dès parution sur le site internet de l’Insee : www.insee.fr
© Insee Bourgogne - 2006 - Aide au recrutement de personnel d'encadrement : un impact positif à court terme 4

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.