Année économique et sociale 2005 en Martinique

De
Publié par

608002BROMARTOK.qxd 7/09/06 15:57 Page 5 Commerce Extérieur Un déficit commercial qui se creuse n 2005, les exportations de laEn 2005, la croissance des L’exportation de banane, qui est deuxEMartinique se sont élevées à fois supérieure à celle de Guadeloupe,exportations martiniquaises 377,7 millions d’euros, soit une pro- diminue de près de 25 % en 2005 pour est due aux réexportations gression de 17,3% par rapport à 2004. atteindre son niveau le plus bas depuis L’année 2005 constitue un point haut le début de la décennie (-33% depuisde produits pétroliers. Les depuis 2000. Cette évolution est liée 2000). La baisse des recettes, de 15% exportations de banane et uniquement aux réexportations de en 2005, tirées de la vente du rhum de rhum chutent comme la produits pétroliers qui ont doublé. s’accentue mais demeure à un niveau Hors énergie les exportations de la plus élevé qu’en 2000. plupart des productions Martinique baissent de 21%. industrielles. Les importa- Les importations progressent moins L’industrie agroalimentaire est en perte rapidement (+13,4%) pour atteindre de vitesse pour la deuxième annéetions enregistrent la plus for- près de 2,3 Mds€. Mais c’est la plus consécutive. La France métropolitainete croissance depuis 5 ans. Il forte croissance enregistrée depuis 5 est la première destination des ventes en résulte un déficit com- ans. L’énergie est à l’origine de la moi- du département avec 62% des tié de cette progression. exports.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 12
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

608002BROMARTOK.qxd 7/09/06 15:57 Page 5
Commerce Extérieur
Un déficit commercial
qui se creuse
n 2005, les exportations de laEn 2005, la croissance des L’exportation de banane, qui est deuxEMartinique se sont élevées à fois supérieure à celle de Guadeloupe,exportations martiniquaises
377,7 millions d’euros, soit une pro- diminue de près de 25 % en 2005 pour
est due aux réexportations gression de 17,3% par rapport à 2004. atteindre son niveau le plus bas depuis
L’année 2005 constitue un point haut le début de la décennie (-33% depuisde produits pétroliers. Les
depuis 2000. Cette évolution est liée 2000). La baisse des recettes, de 15%
exportations de banane et uniquement aux réexportations de en 2005, tirées de la vente du rhum
de rhum chutent comme la produits pétroliers qui ont doublé. s’accentue mais demeure à un niveau
Hors énergie les exportations de la plus élevé qu’en 2000. plupart des productions
Martinique baissent de 21%.
industrielles. Les importa- Les importations progressent moins L’industrie agroalimentaire est en perte
rapidement (+13,4%) pour atteindre de vitesse pour la deuxième annéetions enregistrent la plus for-
près de 2,3 Mds¤. Mais c’est la plus consécutive. La France métropolitainete croissance depuis 5 ans. Il
forte croissance enregistrée depuis 5 est la première destination des ventes
en résulte un déficit com- ans. L’énergie est à l’origine de la moi- du département avec 62% des
tié de cette progression. exports. C’est aussi le premier paysmercial plus important en
Au total, la Martinique accuse un déficit fournisseur avec 58% des imports.
2005. Les flux commerciaux des échanges de biens qui se creuse : Toute la production de banane expor-
-1,9 Md¤. Le taux de couverture,avec la Guadeloupe sont tée y est destinée, plus de 60% du
mesuré par le rapport entre les exporta- rhum (le solde est exporté en Guyanecependant en nette augmen-
tions et les importations, est de 16,4 %, et en Guadeloupe) et un peu plus du
tation. c’est le plus élevé des trois DFA (12,6% quart du pétrole raffiné (par ailleurs
en Guyane et 7,4% en Guadeloupe). Il vendu aux raffineries américaines et
confirme un net déséquilibre structurel hollandaises). Hors industrie pétrolière,
dans les échanges de biens. Hors agri- la Martinique entretient également des
culture (culture de la banane), le pétrole relations commerciales privilégiées
et l’industrie extractive, tous les autres avec la Guadeloupe et la Guyane.
secteurs industriels sont déficitaires.
Les ventes à l’extérieur des équipemen-
tiers chutent de 20%, ils représentent
Les exportations martini- 5,8% des exports avec la construction
quaises sont composées navale, la construction aéronautique,
L’industrie pétrolière pour près de la moitié de les appareils de télécommunications et
pétrole raffiné, près d’un du matériel informatique. La faible pro-dynamise les exportations
quart de banane et d’un gression des ventes de bateaux, cellesde la Martinique
neuvième de rhum. beaucoup plus soutenues de la
5
N° 66 - Martinique - Septembre 2006608002BROMARTOK.qxd 7/09/06 15:57 Page 6
Commerce Extérieur
construction métallique (+30%) et de la France métropolitaine. Le résultat un sur six est allemand, un sur dix est
la téléphonie (+20%) ne suffisent pas à des exportations de la région masque japonais, un sur vingt est coréen ou bri-
compenser les baisses de 8 % de la un recul des volumes échangés de plus tannique.
construction aéronautique et de près de 4% par rapport à 2004, imputable à En énergie, la Martinique se fournit
de la moitié du matériel de bureau et la crise bananière, aux ventes de rhum principalement en Grande-Bretagne
informatique. et de biens intermédiaires (-20% en (58%), devant les Pays-Bas (15%) et
Les exportations des industries des volume). Trinité et Tobago (7%). Le vingtième du
biens de consommation (meubles, pétrole raffiné provient d’Aruba ou de
vêtements, produits d’imprimerie, Finlande, la métropole ne contribueUne croissance soutenue
matériel optique, bijoux et savons pour qu’à 4%. En 2005, les importations dedes importations
l’essentiel) baissent de près de 30%, pétrole ont progressé de près de 50%.industrielles en 2005
selon une tendance comparable à celle Elles ont presque triplé au cours des
des équipementiers. Les exportations 5 dernières années, les exportationsLes importations martiniquaises sont
de biens intermédiaires sont assez ont été multipliées par 3,5.composées à plus de 63 % de produits
faibles en Martinique (4%) et certaines Hors énergie, les importations de lamanufacturés, 20% de produits éner-
reculent encore en 2005. Les ventes de Martinique sont relativement dyna-gétiques, 16% de produits agroalimen-
l’industrie extractive, qui représentent miques (+8%), c’est dans le secteurtaires. Les importations de produits
un tièrs des exportations chutent de automobile que l’on observe la plusagricoles sont marginales (2%).
25%, les productions métalliques forte croissance (+14%), elle s’ex-La région importe près de 58% de ces
ème(1/8 des exports) ont été divisées par plique principalement par une crois-produits de la métropole : les deux tiers
deux en 2005. sance des volumes. Dans l’industriedes biens intermédiaires dont elle a
Les papiers et emballages en carton, la manufacturière, les importations debesoin (matériels électriques, plas-
chimie minérale ou encore la sidérurgie biens d’équipement ont augmenté detiques, parachimie, articles en bois et
dont les parts sont plus faibles, sont près de 12%, celles des biens intermé-charpentes), 80% des biens de
aussi en baisse. Ces évolutions suffisent diaires et de consommation progres-consommation (produits pharmaceu-
à compenser la bonne progression des sent deux fois moins vite. Depuis letiques, vêtements notamment), les trois
exports de matériel électrique (+27%). début de la décennie, la plupart desquarts des produits agroalimentaires
En 2005, les industries de biens inter- importations industrielles sont en(85% des viandes) et 72% de ses équi-
médiaires se retrouvent à un niveau hausse tandis que l’agriculturepements (téléphones et télécommuni-
inférieur de près de 10% à celui de demeure relativement stable à soncation, machines, matériels informa-
l’année 2000. Toutes ces productions niveau de 2000.tiques et de bureau).
sont essentiellement destinées à la Un peu plus de la moitié des véhicules
Christian CamesellaGuadeloupe, la Guyane française ou à importés proviennent de la métropole,
Les exports en baisse L’industrie importe plus
Évolutions, en valeur, des exportations de la Martinique Évolutions, en valeur, des importations de la Martinique
Base 100 en 2000Base 100 en 2000
Source : Direction nationale du commerce extérieur Source : Direction nationale du commerce extérieur
6
N° 66 - Martinique - Septembre 2006

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.