Année économique et sociale 2006 en Martinique

De
Publié par

Créations d’entreprise Bons résultats dans l’industrie a Martinique rassemblait au 1erEn 2006, 3 426 entre- Les petites unités toujours Ljanvier 2006, 27 406 entreprisesprises nouvelles se sont plus nombreuses exerçant leur activité dans les ser- installées sur le territoire vices non fi nanciers, le commerce, La structure des entreprises créées martiniquais, soit 5,7 % la construction et l’industrie. Les évolue peu. La majorité d’entre el- services dominent l’économie en les sont de petites unités n’ayant de plus qu’en 2005. concentrant environ 51 % du total aucun salarié. Celles-ci sont plus 88 % d’entre elles ont des entreprises. Par contre, cette an- nombreuses dans les services opé- démarré sans salarié. Les née, l’industrie perd du terrain, sa part rationnels (20 %). Le commerce dans l’économie descend en dessous de détail et la construction abritent services et l’industrie de la barre des 9 %. La proportion également des petites entreprises réalisent de bons résul- d’entreprises dans le commerce et Très peu embauchent à la création tats tandis que le com- la construction reste stable avec res- et ont plus de 5 salariés, à peine pectivement 27 % et 14 %. Depuismerce perd du terrain. Le 5 %. Seulement 10 % comptent en 1993, le nombre d’entreprises ne leur sein de 1 à 5 salariés. Dans tertaire domine toujours cesse d’augmenter.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 10
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

Créations d’entreprise
Bons résultats
dans l’industrie
a Martinique rassemblait au 1erEn 2006, 3 426 entre- Les petites unités toujours Ljanvier 2006, 27 406 entreprisesprises nouvelles se sont plus nombreuses
exerçant leur activité dans les ser-
installées sur le territoire vices non fi nanciers, le commerce, La structure des entreprises créées
martiniquais, soit 5,7 % la construction et l’industrie. Les évolue peu. La majorité d’entre el-
services dominent l’économie en les sont de petites unités n’ayant de plus qu’en 2005.
concentrant environ 51 % du total aucun salarié. Celles-ci sont plus 88 % d’entre elles ont des entreprises. Par contre, cette an- nombreuses dans les services opé-
démarré sans salarié. Les née, l’industrie perd du terrain, sa part rationnels (20 %). Le commerce
dans l’économie descend en dessous de détail et la construction abritent services et l’industrie
de la barre des 9 %. La proportion également des petites entreprises réalisent de bons résul-
d’entreprises dans le commerce et Très peu embauchent à la création
tats tandis que le com- la construction reste stable avec res- et ont plus de 5 salariés, à peine
pectivement 27 % et 14 %. Depuismerce perd du terrain. Le 5 %. Seulement 10 % comptent en
1993, le nombre d’entreprises ne leur sein de 1 à 5 salariés. Dans tertaire domine toujours
cesse d’augmenter. Par le biais des la plupart des cas (24 %), elles se
en captant plus de 80 % créations et des disparitions, le tissu concentrent dans le secteur du bâ-
du renouvellement. économique se renouvelle chaque timent et des travaux publics. L’ob-
année. Ainsi, sur cette période, l’ap- jectif premier du créateur est donc
pareil productif martiniquais a pro- la création de son propre emploi.
gressé de plus de 7 500 unités de Parmi les créateurs, 822 sont des
production. artisans. Ils sont regroupés prin-
En 2006, 3 426 entreprises nouvelles cipalement dans la construction,
sont venues enrichir le tissu écono- où ils constituent 53 % des en-
mique martiniquais. La répartition treprises. La part des professions
des créations est très hétérogène sur libérales augmentent faiblement,
le territoire. 55 % des créateurs s’ins- gagnant 2 points en un an : elle
tallent principalement dans la zone passe de 15 % en 2005 à 17 % en
centre-agglomération, le sud vient 2006. Cette catégorie juridique est
en seconde position. La zone nord plus répandue dans le domaine du
(nord-atlantique et nord-caraïbe) est conseil et de l’assistance ou en-
toujours confrontée au problème d’at- core dans le domaine de la santé.
tractivité, donc de développement : Les commerçants avec 14 %, sont
seulement 6 % des créateurs ont très présents dans le commerce de
choisi de s’y installer. détail et les réparations.
11N° 69 - Martinique - Septembre 2007
AES69_martiniqueEL2.indd 11 11/09/2007 15:05:10Créations d’entreprise
Le terrain privilégié des créateurs Les services non fi nanciers conti- dans un contexte où le tourisme
reste encore aujourd’hui le ter- nuent leur progression, la hausse doit faire face à divers obstacles. Les
tiaire, commerce et services non dépasse les 8 %, et ils recueillent résultats restent donc médiocres, et
fi nanciers. A eux deux, ils cap- plus de 50 % des créations. Dans cette année la baisse atteint 4 %.
tent 81 % des créations en 2006. cette branche, le taux de création Comme en France métropolitaine,
Cependant, dans ces secteurs, les reste stable avec 13,7 %. Cepen- les agences immobilières ne cessent
évolutions sont contrastées selon dant, les services aux entreprises de progresser dans le contexte d’un
les activités. La progression du se distinguent avec 1 039 nouvel- marché de l’immobilier actif.
commerce est faible ; sur un an il les unités enregistrées, soit un ac-
gagne un point et le taux de créa- croissement de 4 %. Les porteurs La construction avec un taux de
tion baisse légèrement (12 %). de projets sont plus particulière- création de 11,7 %, progresse de
Le commerce ment attirés par les services opéra- 4,2 %. Mais sa part dans le total des
Domination de détail et les tionnels et de conseil et assistance. créations reste stable depuis 2002
réparations, les Ils représentent 53 % des entrepri- (13 %). Les activités les plus attrac-du tertiaire
plus représentés ses créées dans les services et près tives sont les travaux de maçonnerie
avec 50 %, évoluent de 3 %. Par de 30 % du total des créations. générale et la construction de mai-
contre, le commerce de gros re- Dans les services aux particuliers sons individuelles et de bâtiments
présentatif de 41 % des créations cette progression est plus mar- divers.
du commerce, subit une baisse quée, elle atteint 7 %. Les services L’industrie reste en retrait sans doute
d’environ 3 %. Le commerce et à la personne sont en plein essor parce que les moyens à mettre en
la réparation automobile, moins (+48 %). L’éducation, la santé et œuvre sont importants et coûteux.
attrayants par rapport aux années l’action sociale affi chent de bons Elle représente à peine 6 % de l’en-
précédentes, avec une proportion résultats avec 21 % de hausse. Par semble des créations. Cependant,
de 10 %, continuent néanmoins contre, dans l’hôtellerie-restaura- en 2006, les créations croissent de
à se développer. tion, la situation semble diffi cile près de 7 %. Un
L’industrie taux de création en
hausse (8,2 %) tra-Encore plus de services redémarre
duit le dynamisme
Créations par secteur en Martinique
de ce secteur. En repli depuis 2003,
Nombre
l’industrie redémarre. Les activités
les plus présentes sont les industries
agricoles et alimentaires et les indus-
tries des équipements du foyer. Leur
part est d’environ 20 % chacun. Les
industries des équipements de foyer
font un bond de 60 %. Les industries
des équipements électriques et élec-
troniques progressent de 50 %. L’in-
dustrie du bois et du papier continue
à péricliter, la baisse atteint 17 % en
2006.
Marcelle JEANNE-ROSE
Source : INSEE - Sirene
Pour en savoir plus
«Créations d’entreprises : Les services aux entreprises gagnent du terrain» - AntianeÉco, bilan AES 2005 - septembre
2006.
«Une répartition déséquilibrée sur le territoire» - AntianeÉco n°62 - mars 2005.
«Forte hausse des créations d’entreprises en 2003» - INSEE première n°944 - janvier 2004.
12 N° 69 - Martinique - Septembre 2007
AES69_martiniqueEL2.indd 12 11/09/2007 15:05:13

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.