Année économique et sociale 2007 en Guyane

De
Publié par

Épargne-crédit Financement de l’économie par le secteur bancaire plus fort en 2007 ’encours global des crédits oc- endettement progresse a un ryth-La production de crédits Ltroyés aux différents agents éco- me proche de 2006 (+ 10,5 % sur en faveur des agents éco- nomiques guyanais par l’ensemble un an). nomiques guyanais s’est des établissements de crédit (ins- De même, les ménages, seconds tallés ou non localement) est de bénéfciaires des concours oc -poursuivie à un rythme 1 854 millions d’€ au 31 décembre troyés (29 % du total) ont accen-élevé en 2007, amplifant la 2007, en hausse de 5,8 % sur un tué leur recours à l’emprunt en tendance entrevue depuis an (contre 2006 (+ 17,7 % contre Poursuite de la hausse +10,6 % + 15,3 % en 2006) qui 2005. L’assainissement du fn 2006). atteint ainsi 501,4 mil-des encours de créditsportefeuille de crédits, per- L’encours lions d’€, fn 2007. met aux établissements ban- sain global a évolué à un rythme caires de jouer pleinement plus soutenu (+ 8,5 % en glisse- Les collectivités locales fnancent ment annuel) pour atteindre 1 750 en partie leurs investissements leur rôle d’intermédiation millions d’€. par l’emprunt. L’encours des prêts fnancière. L’analyse des évolutions de l’en- consentis aux collectivités locales cours sain par agent économique atteint 258 millions d’€ fn 2007 montre que les entreprises, avec (soit 15 % du total).
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 11
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

Épargne-crédit
Financement de l’économie
par le secteur bancaire
plus fort en 2007
’encours global des crédits oc- endettement progresse a un ryth-La production de crédits Ltroyés aux différents agents éco- me proche de 2006 (+ 10,5 % sur
en faveur des agents éco- nomiques guyanais par l’ensemble un an).
nomiques guyanais s’est des établissements de crédit (ins- De même, les ménages, seconds
tallés ou non localement) est de bénéfciaires des concours oc -poursuivie à un rythme
1 854 millions d’€ au 31 décembre troyés (29 % du total) ont accen-élevé en 2007, amplifant la
2007, en hausse de 5,8 % sur un tué leur recours à l’emprunt en
tendance entrevue depuis an (contre 2006 (+ 17,7 % contre
Poursuite de la hausse +10,6 % + 15,3 % en 2006) qui 2005. L’assainissement du
fn 2006). atteint ainsi 501,4 mil-des encours de créditsportefeuille de crédits, per-
L’encours lions d’€, fn 2007.
met aux établissements ban- sain global a évolué à un rythme
caires de jouer pleinement plus soutenu (+ 8,5 % en glisse- Les collectivités locales fnancent
ment annuel) pour atteindre 1 750 en partie leurs investissements leur rôle d’intermédiation
millions d’€. par l’emprunt. L’encours des prêts
fnancière. L’analyse des évolutions de l’en- consentis aux collectivités locales
cours sain par agent économique atteint 258 millions d’€ fn 2007
montre que les entreprises, avec (soit 15 % du total). Sur un an, cet
un total de 938,1 millions d’€, encours diminue de 5,2 % (contre
restent les principales bénéficiai- + 16,2 % en 2006), les collecti-
res des concours octroyés (54 % vités ayant limité leur recours à
du total, dont 33% lié au finan- l’emprunt.
cement de l’immobilier). Leur La hausse des encours sains a
principalement concerné les éta-
Les entreprises majoritairement bénéfciaires blissements bancaires locaux
(+ 16,9 % contre + 18,5 % en Structure de l’encours sain de crédits par agent économique
2 0 0 6 ) , en 2007 en Guyane
enregis-… plus particulièrement
En %
trant à les établissements
nouveau
locaux une for-
te crois-
sance qui porte leur part de mar-
ché à 42 % de l’encours sain total
(+ 3 points sur un an). Cette pro-
gression, s’explique principale-
ment par le positionnement des
établissements locaux sur le mar-
ché des particuliers et l’accroisse-
ment continu des concours accor-
dés aux entreprises.Source : IEDOM

N° 70 - Guyane - Septembre 2008Épargne-crédit
Encours des crédits sains des entreprises Encours des crédits à l’habitat des particuliers
En million d’€ En million d’€
Source : IEDOM Source : IEDOM
En effet, les banques locales sont très rieur à celui de la France (+ 13 %). Le secteur des services marchands
présentes sur le marché des particu- Les crédits à la consommation des (immobiliers notamment) reste pré-
liers où elles occupent une place pré- ménages augmentent de façon plus pondérant, avec 77 % des encours,
pondérante (81,9 %), suivi du marché mesurée (+ 9,3 % contre + 10,2 % il progresse au même rythme que
des entreprises (31,6 %). Le poids en 2006) mais à un rythme supérieur l’ensemble des risques bancaires
des établissements de crédit métro- à celui de la France (+ 4,4 % pour les (+ 9 %). Les autres secteurs de l’éco-
politains dans le fnancement du lo - crédits de trésorerie). nomie marchande sont en forte aug-
gement social contribue à inverser la L’encours sain des crédits consen- mentation sur un an avec des taux
tendance pour les entreprises en par- tis aux entreprises s’élève à 296,1 de croissance de + 17 % pour le
tie, mais surtout pour les collectivités millions d’€, en hausse de 19,2 % commerce, + 29 % dans l’industrie,
locales. (contre + 18 % fn 2006). Dans le + 35 % dans le BTP et + 14 % dans
détail, les crédits d’exploitation aug- le secteur primaire.
mentent de 16,9 % et les crédits d’in- Le volume des créances douteuses Phase de rattrapage sur
vestissement sont en nette accéléra- brutes s’est de nouveau replié en les crédits immobiliers
tion (+ 13,7 % contre + 7,2 %), à un 2007, à un rythme plus rapide qu’en
rythme supérieur à celui de la France 2006 (- 16,0 % après - 3,8 %). Le
Avec un encours de 410,4 millions (+ 10,6 %). Environ 40 % des crédits taux de provisionnement reste à un
d’€ fn 2007, les ménages sont les d’exploitation, sont cependant dû niveau élevé, à 84,6 % du total des
principaux bénéfciaires des concours aux comptes ordinaires débiteurs, concours bruts (contre 66,0 % à la
octroyés par les établissements de rendant compte des diffcultés fnan - Martinique et 69,6 % en Guade-
crédit locaux (56 % du total). Leur cières des entreprises. Selon les en- loupe).
1endettement bancaire se renforce en quêtes du coût du crédit , les entre- Le taux des créances douteuses, rap-
2007 (+ 16,7 % après + 16,2 % en prises continuent de bénéfcier d’un porté à l’encours total des crédits,
2006), ce taux est nettement supérieur différentiel de taux en leur faveur par a également décrû (10,9 % contre
à celui de la France métropolitaine rapport à celles des Antilles, notam- 14,4 % fn 2006). Il devient inférieur
(+ 11 %) ou des autres DFA (+ 10 % ment pour les crédits à court terme à celui de la Guadeloupe (11,3 %)
en Guadeloupe et + 12 % en Martini- dont les taux ont remonté en un an mais reste supérieur au taux observé
que). Les crédits à l’habitat, principale (+ 1,55 point). à la Martinique (8,4 %).
composante de l’endettement des Quelques tendances se dégagent
ménages, maintiennent un niveau au niveau de l’évolution des risques
élevé de croissance (+ 20,2 % contre bancaires recensés par la centrale Stéphane ATTALI
+ 19,1% en 2006), nettement supé- des risques de la Banque de France. IEDOM Guyane
(1) Enquêtes du coût du crédit aux entreprises de l’IEDOM.
Défnitions
Encours de crédit brut : total des crédits accordés
Créances douteuses : encours de crédit pour lequel il existe un risque avéré de non remboursement
Encours de crédit sain : encours de crédit brut – créances douteuses

N° 70 - Guyane - Septembre 2008

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.