AntianÉco 61 - Année économique et sociale 2003 en Guadeloupe

Publié par

Contexte national et international Croissance sans éclat en 2001-2002. Tous les pays, à l'ex- l'investissement a été le maintien deMalgré un contexte ception du Chili, ont connu une année taux d'intérêt historiquement faibles. économique peu soutenue à l'imagemondial en évolution La consommationdu Brésil (-0,2 %) et du Mexique. Les rapide, la croissance en apaisements politiques et financiers augmente peu des différents pays devraient les aiderFrance a accusé en 2003 à repartir de l'avant, en lien avec la Au total, la croissance a trouvé pour un fort ralentissement. Le croissance des États-Unis. l'essentiel un soutien, modéré mais ré- gulier, dans la consommation des mé-PIB ne s'accroît que de La croissance la plus faible nages qui n'a progressée que de 0,2 %, hausse la plus faible depuis 1993 1,6 %. L'augmentation du chômage a incité les ménages à adopter un com-depuis la récession de En France, la croissance du PIB, avec portement prudent et le pouvoir 1993. Une évolution une augmentation de 0,2 % en 2003, a d'achat global a crû moins vite en été la plus faible depuis 1993, mais ce 2003 qu'en 2002 en raison notam-similaire est constatée dans constat doit être nuancé par un très ment de la faible croissance des reve- la zone euro (+0,4 %). faible acquis à la fin de 2002 et par nus d'activité. l'accélération du milieu d'année. L'inflation a été de 2,2 % en glisse- Après une évolution quasi récessive ment contre 2,3 % en 2002.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 11
Tags :
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins

Contexte national et international
Croissance sans éclat
en 2001-2002. Tous les pays, à l'ex- l'investissement a été le maintien deMalgré un contexte
ception du Chili, ont connu une année taux d'intérêt historiquement faibles.
économique peu soutenue à l'imagemondial en évolution
La consommationdu Brésil (-0,2 %) et du Mexique. Les
rapide, la croissance en
apaisements politiques et financiers augmente peu
des différents pays devraient les aiderFrance a accusé en 2003
à repartir de l'avant, en lien avec la Au total, la croissance a trouvé pour
un fort ralentissement. Le croissance des États-Unis. l'essentiel un soutien, modéré mais ré-
gulier, dans la consommation des mé-PIB ne s'accroît que de
La croissance la plus faible nages qui n'a progressée que de
0,2 %, hausse la plus faible depuis 1993 1,6 %. L'augmentation du chômage a
incité les ménages à adopter un com-depuis la récession de
En France, la croissance du PIB, avec portement prudent et le pouvoir
1993. Une évolution une augmentation de 0,2 % en 2003, a d'achat global a crû moins vite en
été la plus faible depuis 1993, mais ce 2003 qu'en 2002 en raison notam-similaire est constatée dans
constat doit être nuancé par un très ment de la faible croissance des reve-
la zone euro (+0,4 %). faible acquis à la fin de 2002 et par nus d'activité.
l'accélération du milieu d'année. L'inflation a été de 2,2 % en glisse-
Après une évolution quasi récessive ment contre 2,3 % en 2002. Ce main-'évolution décevante de l'activité
au premier semestre, la croissance est tien peut s'expliquer par l'évolutionLen Europe continentale ne refléte
revenue, au second semestre, vers des des prix du pétrole, des produits ali-pas les tendances de l'économie mon-
rythmes proches de 2 %. C'est la forte mentaires ou du tabac.diale. Aux États-Unis la croissance a
expansion de l'environnement mon-été vive dès le deuxième trimestre et
dial de la zone euro qui a généré un L'emploi a diminués'établit à 3,1 % sur l'année. L'Inde et
redémarrage des exportations et favo-la Chine se sont particulièrement dis-
risé un redressement des anticipations L'emploi a diminué en 2003, detinguées avec des croissances de plus
des entrepreneurs. 50 000 pour l'emploi salarié, pour lade 8 %. Le Japon a retrouvé une pro-
La plupart des composantes de la de- première fois depuis 1993. Ce recul agression significative du produit natio-
mande ont connu des évolutions né- principalement affecté l'industrie ma-nal.
gatives. Les exportations ont enregistré nufacturière et les services aux entre-Cette croissance de l'environnement
une baisse sans précédent de -2,1 % prises, le commerce et les services auxmondial a eu des conséquences sur la
en moyenne annuelle, marque d'un particuliers ont continué d'embau-zone euro. Après avoir pesé sur les ex-
environnement international long- cher.portations au premier semestre, la de-
temps déprimé. Toutefois, elles sont Le taux de chômage a augmenté demande mondiale a été à l'origine de la
reparties au milieu de l'année. Au to- 0,4 point en 2003, passant à 9,7%. Sareprise de la croissance en milieu
tal, la contribution du commerce exté- progression a été limitée par l'aug-d'année. Mais la dépréciation du dol-
rieur à la croissance a été exception- mentation moins forte que les annéeslar par rapport à l'euro a pénalisé les
nellement négative. précédentes de la population active.exportateurs européens. Par ailleurs,
L'investissement n'a que modeste-l'augmentation des achats de matières
ment progressé et seulement au qua-premières, notamment de la part de la
Article tiré de l'Année Économiquetrième trimestre. Les facteurs pouvantChine, a entrainé une forte augmenta-
et Sociale de la Direction Régionaleexpliquer la faiblesse de la demandetion des cours. Et le prix du pétrole
de Bretagne, d'après la notedes entreprises n'ont pas manqué : lesbrut est resté à un niveau élevé.
de conjoncture de mars 2004anticipations des entrepreneurs, forte-
(Direction générale de l'Insee)ment affectées par le contexte interna-Plus près de nous, en Amérique La-
tional, ne se sont redressées qu'à partirtine, la croissance a été faible (+1 %)
de l'été. Le seul élément favorable àaprès la crise survenue en Argentine
3
N° 61 - Guadeloupe - Septembre 2004

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.