AntianÉco 66 - Année économique et sociale 2005 en Guadeloupe

De
Publié par

BROCHGUADOK.qxd 18/09/06 14:37 Page 5 Commerce Extérieur Nette reprise des échanges extérieurs tiellement, ou de denrées agroalimen-n 2005, les exportations de laHors agriculture, l’année taires diverses pour 49,5 M d’euros etEGuadeloupe se sont élevées à 2005 a été marquée par une le rhum pour 16,4 M d’euros. Les162,5 M d’euros, soit une progression recettes des exportations de la bananede près de 17 % par rapport à 2004,reprise des échanges de continuent de chuter en 2005 (-13%)année où les échanges extérieurs se biens après une année 2004 et confirment une tendance à la baissesont fortement contractés en raison observée depuis 2002.des mouvements sociaux qui ont tou-en recul. Cette dynamique Avec 68 M d’euros, l’agroalimentaire,ché le port en fin d’année. La région est portée par le commerce particulièrement dynamique (+24%),retrouve ainsi un niveau proche de exporte un peu plus que le reste de l’in-celui observé entre 2001 et 2003.agroalimentaire et dustrie. Il contribue à plus de la moitiéCette évolution positive est liée aux l’industrie manufacturière. de la croissance des exports de labons résultats de l’industrie dans son région. Les industries alimentairesensemble qui compensent le reculCette dernière renforce sa diverses ont progressé de 25% et cellesmarqué des exportations de produits position localement et de rhum de 20%.agricoles.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 10
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

BROCHGUADOK.qxd 18/09/06 14:37 Page 5
Commerce Extérieur
Nette reprise
des échanges extérieurs
tiellement, ou de denrées agroalimen-n 2005, les exportations de laHors agriculture, l’année
taires diverses pour 49,5 M d’euros etEGuadeloupe se sont élevées à
2005 a été marquée par une le rhum pour 16,4 M d’euros. Les162,5 M d’euros, soit une progression
recettes des exportations de la bananede près de 17 % par rapport à 2004,reprise des échanges de
continuent de chuter en 2005 (-13%)année où les échanges extérieurs se
biens après une année 2004 et confirment une tendance à la baissesont fortement contractés en raison
observée depuis 2002.des mouvements sociaux qui ont tou-en recul. Cette dynamique
Avec 68 M d’euros, l’agroalimentaire,ché le port en fin d’année. La région
est portée par le commerce particulièrement dynamique (+24%),retrouve ainsi un niveau proche de
exporte un peu plus que le reste de l’in-celui observé entre 2001 et 2003.agroalimentaire et
dustrie. Il contribue à plus de la moitiéCette évolution positive est liée aux
l’industrie manufacturière. de la croissance des exports de labons résultats de l’industrie dans son
région. Les industries alimentairesensemble qui compensent le reculCette dernière renforce sa
diverses ont progressé de 25% et cellesmarqué des exportations de produits
position localement et de rhum de 20%.agricoles.
Les importations progressent un peu plusconfirme la reconquête du
rapidement (+19%) pour atteindre près
Hors IAA, la Guadeloupe exportemarché intérieur déjà bien de 2,2 Mds d’euros. Cette croissance est
pour 63 M d’euros de biens indus-
imputable à l’industrie, les importationsengagée au cours triels, soit près de 40% de la valeur
de produits agricoles restant très stables.
des exportations. La croissance desde la dernière décennie. La Guadeloupe accuse un déficit des
biens manufacturés est forte (+ 40%)
échanges de biens qui se creuse : Les flux commerciaux et tous les secteurs contribuent à cette
-2 Mds d’euros. Le taux de couverture,
dynamique.avec la Martinique sont mesuré par le rapport entre les exporta-
Les exportations de biens de consom-
tions et les importations, est de 7,4%,en nette augmentation. mation (+73%) et d’automobile
il confirme le déséquilibre structurel
(+140%) augmentent depuis 3 ans et
dans les échanges de biens. Tous les
ont plus que doublé depuis 2000. Il
types de produits sont concernés : les
s’agit principalement de réexportations
produits agricoles, l’agroalimentaire,
vers la Martinique de savons et pro-
les biens manufacturés. Le déficit
duits d’entretien, de matériels optiques
commercial de la Guadeloupe est
et photographiques, de confection de
plus dégradé que celui de la
vêtements et de produits de l’édition-
Martinique ou de la Guyane où les
imprimerie. Les biens d’équipement
taux de couverture sont respective-
(26,3 M d’euros soit 1,8 fois plus qu’en
ment de 16,4% et 12,6%.
2000) ont des évolutions erratiques au
cours des 5 dernières années. En 2005,
L’industrie dynamise les exports progressent plus modéré-
les exportations de la ment (+12%) après une année 2004
Guadeloupe. très difficile. Plus d’un quart des expor-
tations des équipementiers concernent
Les exportations guadeloupéennes les appareils de télécommunications
èmesont composées à plus de 61% de pour les autres DFA, 1/6 étant des
produits agricoles, des bananes essen- bateaux à destination des États-Unis,
5
N° 66 - Guadeloupe - Septembre 2006BROCHGUADOK.qxd 18/09/06 14:37 Page 6
Commerce Extérieur
de l’Italie ou de la Grande-Bretagne et bananière (-20% en volume). Les coréen. Du point de vue énergétique, la
1/10ème du matériel informatique et volumes des IAA diminuent légère- Guadeloupe est approvisionnée par la
de bureau également pour les DFA et ment (-3%), ce qui n’a pas d’incidence Martinique. Le pétrole importé provient
la métropole. globale sur les résultats du secteur. principalement de la région : Trinité et
Les exportations de biens intermédiaires L’industrie manufacturière profite à la Tobago, Aruba, et Sainte-Lucie.
sont deux fois moins importantes que fois de fortes croissances des volumes En 2005, les importations de pétrole
celles des biens d’équipement (13 M exportés et aussi d’une bonne ont fortement progressé (+17%), en
d’euros). En 2005, le secteur dépasse progression des prix à l’exception des lien avec une forte augmentation des
son niveau de 2000, marquant ainsi un équipementiers. prix et en dépit d’une baisse des
point d’arrêt à la tendance observée volumes de 14 %. Tandis que l’évolu-
depuis trois ans. Près de la moitié de ces tion du secteur automobile (+18%)Une forte reprise
montants sont des exports de la métal- s’explique principalement par unedes importations en 2005
lurgie (métaux non ferreux, outillages et croissance des volumes. Mais les plus
emballages métalliques et productions fortes progressions se trouvent dansLes importations guadeloupéennes
sidérurgiques), près d’1/4 des produits l’industrie manufacturière. Après lesont composées à plus de 70% de pro-
chimiques (parachimie, peintures, recul de l’année 2004, les biensduits manufacturés, 10% de produits
pneumatiques et produits en matière d’équipement ont augmenté de 25%.énergétiques, 17% de produits agroali-
plastique). Les biens intermédiaires progressentmentaires. La région importe près de
La fabrication de matériels électriques quasiment du même pas. Les biens de61% de ces produits de la Métropole :
et électroniques représente près de consommation affichent une progres-les deux tiers des biens intermédiaires
2 M d’euros. Toutes ces productions sion de 16,5 %. Depuis le début de ladont elle a besoin (matériels élec-
sont essentiellement destinées à la décennie, les importations industriellestriques, plastiques, parachimie,
Martinique ou à la Métropole. Les sont en hausse à l’exception de l’indus-articles en bois et charpentes), 70%
exportations de la Guadeloupe sont trie des biens d’équipement qui sedes biens de consommation (produits
pour plus de la moitié destinées à la redresse néanmoins en 2005. Parpharmaceutiques, vêtements notam-
Métropole, pour un tiers à la Martinique contraste, l’agriculture est à nouveau enment), les trois quarts des produits
(la Guyane représente 3,2%). Les légère baisse dans le prolongementagroalimentaires (85% de viandes) et
principaux autres partenaires sont les d’une tendance à la baisse engagée60% des équipements (téléphones et
pays de l’Union Européenne, suivi des depuis 2001.télécommunications, machines, maté-
Etats-Unis (2%). riels informatiques et de bureau).
La bonne tenue des exportations en Un peu plus de la moitié des véhicules
valeur de la région masque un recul importés proviennent de la Métropole,
des volumes échangés de près de 8% Christian Camesellaun sur six est allemand, un sur 11 est
par rapport à 2004, imputable à la crise japonais, un sur vingt est espagnol ou
L’agriculture poursuit sa chute L’industrie tire aussi les importations
Évolution des exportations en valeur de la Guadeloupe Évolution des importations en valeur de la Guadeloupe
Base 100 en 2000 Base 100 en 2000
140
130
Energie
120 IAA
Ensemble
110 Industrie
Agriculture
100
90
80
Source : DNCE / INSEE - DiragSource : DNCE / INSEE - Dirag
6
N° 66 - Guadeloupe - Septembre 2006

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.