Attentisme au premier trimestre 2003 (Flash d'Octant n° 86)

De
Publié par

Au début de l'année 2003, l'environnement international est peu favorable. Dans ce contexte, l'économie en France a résisté, soutenue entre autres par la consommation des ménages, mais le rythme de progression est plus lent qu'auparavant. En Bretagne, les tendances de la conjoncture s'inscrivent dans le prolongement de celles observées à la fin de l'année 2002. D'un côté, les secteurs d'activité qui conservent un certain dynamisme et de l'autre les secteurs d'activité plus exposés au ralentissement conjoncturel. Il en est ainsi pour les exportations qui se contractent à nouveau, et dans l'industrie où le solde d'opinions des chefs d'entreprise sur leur activité est au plus bas. A l'inverse, dans le commerce de détail et l'ensemble des services, l'activité est jugée stable. Dans le bâtiment, les carnets de commandes ont à nouveau augmenté. Note d'optimisme, les créations d'entreprises ont progressé plus vigoureusement que France entière. La progression du chômage s'est poursuivie ce trimestre mais reste plus modérée qu'au niveau national : le taux de chômage s'est accru de 0,1 point dans la région et de 0,2 point France entière. Au début de l'année, le rythme de croissance de l'emploi ralentissait encore un peu plus que précédemment.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 25
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

Octant
Synthèse Numéro 86 - Juin 2003conjoncturelle
Attentisme au premier trimestre 2003
Au début de l'année 2003, l'environnement international est peu favorable. Dans ce
contexte, l'économie en France a résisté, soutenue entre autres par la consommation
des ménages, mais le rythme de progression est plus lent qu'auparavant.
En Bretagne, les tendances de la conjoncture s'inscrivent dans le prolongement de
celles observées à la fin de l'année 2002. D'un côté, les secteurs d'activité qui
conservent un certain dynamisme et de l'autre les secteurs d'activité plus exposés au
ralentissement conjoncturel. Il en est ainsi pour les exportations qui se contractent à
nouveau, et dans l'industrie où le solde d'opinions des chefs d'entreprise sur leur
activité est au plus bas. A l'inverse, dans le commerce de détail et l'ensemble des
services, l'activité est jugée stable. Dans le bâtiment, les carnets de commandes ont à
nouveau augmenté. Note d’optimisme, les créations d’entreprises ont progressé plus
vigoureusement que France entière.
La progression du chômage s'est poursuivie ce trimestre mais reste plus modérée
qu'au niveau national : le taux de chômage s'est accru de 0,1 point dans la région et
de 0,2 point France entière.
Au début de l'année, le rythme de croissance de l'emploi ralentissait encore un peu
plus que précédemment.
Contexte national : croissance lente après un trimestre de repli
France entière, le PIB a progressé de 0,3 % au premier agroalimentaires et s'est repliée dans les biens
trimestre après avoir baissé de 0,1 % au dernier intermédiaires. Elle a augmenté partout ailleurs mais 2002. La demande intérieure hors stocks a d'une manière très contrastée : de + 0,1 % dans les
contribué à la croissance du PIB à hauteur de 0,4 point biens d'équipement à + 4,9 % dans l'énergie.
et les variations de stocks à hauteur de 0,2 point. Le L'emploi salarié privé a baissé de 0,3 % ce trimestre,
solde du commerce extérieur a pesé sur la croissance soit près de 50 000 emplois en moins. Seul le secteur
(- 0,4 point), après deux trimestres sans contribution. de la construction a continué de créer des emplois
Les exportations se replient pour le deuxième trimestre avec une progression de 0,4 %. Dans l'industrie, la
consécutif (- 0,7 % après 0,5 % le trimestre précédent), baisse se poursuit (- 0,7 %) et reste plus accentuée dans
alors que les importations se redressent de 0,7 % après l'industrie manufacturière (- 0,9 %). Le fait nouveau de
le recul de l'automne 2002. ce début d'année réside dans la diminution des
L'investissement des entreprises qui n'avait pas effectifs du secteur tertiaire (- 0,2 %).
progressé depuis le premier trimestre 2001, a augmen- Fin mars 2003, près de 2 363 000 demandeurs
té de 0,5 % ce trimestre. En revanche, l'investissement d'emploi de catégorie 1 étaient inscrits à l'ANPE, soit
des ménages diminue encore : - 0,1 % après - 0,2 % le 5,9 % de plus qu'un an plus tôt. A la fin du premier
trimestre précédent. trimestre, le taux de chômage au sens du BIT est de
Dans l'ensemble de l'industrie, la production s'est 9,3 % ; il a augmenté de 0,2 point sur le trimestre et de
accrue de 0,9 %. Elle a stagné dans les industries 0,4 point par rapport à mars 2002.
ISSN 1276-972X - CODE SAGE : FLASH8664 - PRIX : 2,2€Agriculture : les secteurs du porcCours du porc charcutier breton - classe E (Euros / kilo)
2,00 et de la volaille toujours en difficulté
1,90
Au premier trimestre 2003, les livraisons Au premier trimestre 2003, un
Série brute redressement des cotations desde lait sont inférieures de 3,3 % à celles
1,70 de l'hiver précédent. Le prix du lait payé principales productions bovines est
au producteur s'établit en moyenne à observé. Les cotations sont dans
1,50 0,32€ sur le trimestre soit le même prix l'ensemble supérieures à celles de
Tendance
qu'unanplustôt. l'hiver 2002. Les abattages de gros
1,30 La diminution du cours du porc s'est bovins se replient pour le deuxième
poursuivie en ce début d'année. Le trimestre de suite. Ils sont inférieurs de
1,10 près de 8 % à ceux du premier trimestrecours du porc s'établit en moyenne à
2002.1,20€/Kg, ce qui représente un repli de
0,90 Les abattages de veaux de boucherie1,6 % sur le trimestre et de 10,4 % par
1998 1999 2000 2001 2002 2003
sont en baisse après trois trimestresrapport au premier trimestre 2002. LesSource : OFIVAL et SNM - Insee
abattages de porc ont continué à pro- consécutifs de stabilité ; ils sont
Abattages de gros bovins (Tonnes) inférieurs de 3,5 % à ceux de l'hivergresser ; ils dépassent de 4 % ceux de la
25 000 précédent. Le cours du veau demême période de l'année passée.
boucherie stabilisé depuis décembreLe cours de l'œuf de consommation a
Série brute 2002, a baissé en mars. Sur le trimestre,reculé de 7,8 % au cours du trimestre. Il
le cours du veau s'élève en moyenne àreste cependant supérieur au prix habi-
20 000
tuellement observé en cette période. Le 5,20 €/Kg ; il est supérieur de près de
21 % à celui de l'année passée.secteur de la volaille de chair continue
Les quantités de poissons, crustacés etde souffrir d'un manque de débouchés.
Tendance mollusques débarquées dans les criéesLes abattages de volailles toutes caté-15 000
gories confondues ont été réduits de bretonnes dépassent de 3 % celles du
7,4 % par rapport au premier trimestre premier trimestre 2002. Le prix moyen
2002. Sur cette période, les abattages de affiche un léger repli (- 1 %).
poulets ont reculé de 3,8 % et ceux de10 000
1998 1999 2000 2001 2002 2003 dindes de 9,6 %.
Source : AGRESTE - Insee
Industrie : une activité atone au premier trimestre
Les résultats de l'enquête de conjoncture Les dirigeants d'entreprise de l'industrie
réalisée début avril font apparaître un des biens intermédiaires considèrent
recul du solde d'opinions relatif à la que l'activité au premier trimestre s'est
production industrielle bretonne au stabilisée à un faible niveau. Le solde
premier trimestre. Il se situe à un des d'opinions s'est dégradé dans l'industrie
Tendance de la production industrielle niveaux les plus bas enregistrés depuis des composants électriques et électroni-(Soldes d’opinions - en %)
1996. ques ; il s'est très légèrement amélioré40
Selon les professionnels de l'agro- dans la plupart des autres secteurs tout
Production passée
30 alimentaire, l'activité s'est infléchie au en restant à un faible niveau. Dans
l'industrie textile, les chefs d'entreprisepremier trimestre au-delà de la baisse
20 jugent favorablement l'évolution de leursaisonnière pressentie lors de l'enquête
précédente. La « fabrication d'aliments activité au début 2003.
10 pour animaux-travail du grain » ainsi Selon les chefs d'entreprise du secteur
que l'industrie des boissons ont souffert des biens d'équipement, l'activité a
0 ralenti durant les premiers mois de 2003d'une activité réduite. Dans les in-
Production prévue
dustries diverses (industrie du poisson, comme habituellement en début
-10 conserves de fruits et légumes, boulan- d'année. Le fort repli d'activité enregis-
geries, biscuiteries…) le rythme de tré dans l'industrie des équipements
-20
électriques et électroniques a été1998 1999 2000 2001 2002 2003 production a nettement décéléré. Par
Source : Insee, enquêtes de conjoncture contre, le solde d'opinions s'est compensé, en partie, par l'activité
maintenu à un bon niveau dans l'in- soutenue observée dans la construction
dustrie des viandes (abattages et navale, aéronautique et ferroviaire. Les
État de la demande transformation, toutes productions industriels du secteur des équipements
et niveau des stocks dans l’industrie (Soldes d’opinions - en %) confondues) et a légèrement progressé mécaniques considèrent que leur
30 dans l'industrie du lait. activité a stagné.
Niveau des stocks Les chefs d'entreprise de l'industrie des Dans l'ensemble de l'industrie, les
20
biens de consommation estiment que stocks étaient estimés, début avril, à un
niveau inférieur à la moyenne de longuel'activité a tourné au ralenti en début10
d'année. Ils jugent l'activité morose dans période. Les carnets de commandes
0 l'industrie de l'habillement-cuir ainsi étaient jugés insuffisamment garnis. Les
que dans l'édition-imprimerie-repro- responsables d'entreprise envisageaient
-10
une légère amélioration de leur activité àduction. Dans l'industrie de la phar-
-20 macie-parfumerie-entretien, l'activité l'horizon de trois mois. Ils se montraient
s'est tassée. Au premier trimestre, le plus réservés sur le développement deCarnets de commandes
-30
solde d'opinions sur la production dans l'industrie française dans son ensemble
comme l'atteste le repli de l'indicateurl'industrie des équipements du foyer-40
1998 1999 2000 2001 2002 2003 de climat général.redevient positif après deux trimestres de
Source : Insee, enquêtes de conjoncture recul.
2 Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 86 - juin 2003Construction : carnets de commandes en hausseTendance de l’activité dans le bâtiment (Soldes d’opinions - en %)
70 Les entrepreneurs du bâtiment estiment trois trimestres consécutifs de baisse. Ils
Activité passée que leur activité s'est infléchie au sont ainsi 78 % à déclarer rencontrer des
50
premier trimestre 2003, comme difficultés de recrutement, soit une
traditionnellement en hiver. Selon eux, proportion équivalente à celle d'un an
30
le niveau d'activité est toutefois plus tôt. Au cours du trimestre, les
conforme à celui du début d'année tensions sur l'appareil de production se10
2002, mais inférieur à l'activité connue sont pratiquement stabilisées et sont
ces dernières années à cette période. Par toutefois moins importantes que l’année-10
rapport au premier trimestre 2002, passée : en avril 2003, 50 % des chefsActivité prévue
l'activité dans le second-œuvre est ju- d'entreprise déclarent ne pas pouvoir-30
gée stable ; dans le gros-œuvre elle s'est accroître leur production, contre 70 %
en avril 2002.-50 un peu améliorée.
1998 1999 2000 2001 2002 2003 Au cours du trimestre, l'opinion des Avec 5 700 logements mis en chantier
Source : Insee, enquêtes de conjoncture
chefs d'entreprise sur leur activité s'est ce trimestre, la construction de
dégradée dans tous les segments logements neufs s'est nettement accrue,
Nombre de logements neufs autorisés en Bretagne d'activité. Seul le secteur de l'entretien- tant par rapport à l'hiver précédent qu'à
3 000 amélioration est orienté à la hausse par la moyenne des cinq derniers hivers. Ce
2001 2003 rapport à la même période de 2002. bon niveau de production résulte du
2002 Moyenne 1994 - 2003
2 500 Début avril, les professionnels de tous dynamisme de la maison individuelle
les secteurs tablaient sur une amélio- mais aussi d'une progression des mises
2 000 ration de leur propre activité pour les en chantier d'immeubles collectifs.
trois mois à venir. Par ailleurs, leur La demande de logements neufs s'est un
1 500 opinion quant à l'évolution générale du peu tassée en ce début d'année. Un peu
secteur du bâtiment continuait à se plus de 5 500 logements ont été auto-
1 000 redresser légèrement. risés ce trimestre, c'est 16 % de moins
Les chefs d'entreprise du bâtiment qu'au trimestre précédent et c'est égale-
500 déclarent disposer de carnets de com- ment un peu en-deçà de la demande
mandes en hausse sensible. Début avril, moyenne observée au cours des cinq
0
jan. fév. mars avr. mai juin juil. août sept. oct. nov. déc. ces derniers s'élèvaient à 5 mois de dernières années. Le marché de la
Source : DRE - Sitadel travail par salarié contre 4,5 mois un an maison individuelle reste ferme et celui
des logements collectifs connaît unplus tôt.
Enquête réalisée avec l'aide de la
Les entrepreneurs estiment que l'emploi nouveau ralentissement après l'amélio-
a un peu décru au cours du premier ration du trimestre précédent.
trimestre. Les perspectives d'évolution Sur le marché des bâtiments profession-
de l'emploi sont orientées plus favo- nels, le recul de la demande se poursuit.
rablement pour le printemps. LaBRETAGNE Le nombre de mètres carrés autorisés estFFB
FEDERATION FRANÇAISE DU BATIMENT proportion de chefs d'entreprise à inférieur de 11 % à celui du dernier
connaître des difficultés de recrutement trimestre 2002.
est repartie à la hausse ce trimestre après
Consommation-commerce :
début d’année attentiste dans le commerce de détail
France entière, les dépenses de Dans le commerce de détail,
consommation des ménages ont l'appréciation des détaillants sur leurs
accéléré au premier trimestre. Elles ont ventes s'est stabilisée en janvier-février
progressé de 0,6 % après trois trimestres au regard de novembre-décembre, tout
de croissance régulière (+ 0,4 %). en étant à un niveau légèrement
En Bretagne, les négociants interrogés inférieur à sa moyenne de longue
début mars estiment que les ventes dans période. Le volume des ventes est jugé
l'ensemble du commerce de gros ont en légère amélioration dans le
commerce spécialisé et le commerceralenti en janvier-février au regard des
bimestres précédents. Le fléchissement généraliste non alimentaire. En
des ventes a concerné tous les secteurs revanche, dans le commerce généralisteTendance des ventes
d'activité ; il est cependant plus marqué alimentaire, les ventes sont orientées à ladans le commerce de détail (Soldes d’opinions - en %)
baisse. Les stocks sont jugés moinsdans les biens d'équipement et les biens20
de consommation alimentaire. Après lourds et conformes à leur niveau
10 Ventes réalisées plus d'un an de quasi-stabilité, les moyen. Dans ce contexte, les intentions
intentions de commandes pour de commandes pour mars-avril se0
l'ensemble du commerce de gros se redressent légèrement après la baisse de
-10 dégradent nettement et se situent à un janvier.
très bas niveau. Cette dégradation des Les résultats de l'enquête de
-20
intentions de commandes concerne tous conjoncture réalisée par la Banque de
(1)les secteurs. Les perspectives générales-30 France confirment l'atonie de
Intentions de commandes d'activité dans le commerce de gros sont l'activité dans certains secteurs :
-40 fortement altérées en ce début d'année. « Malgré un bon démarrage des soldes
Le solde d'opinions correspondant en janvier, l'activité des commerces-50
1998 1999 2000 2001 2002 2003 tombe à son plus bas niveau depuis
Source : Insee, enquêtes de conjoncture (1) Source : Banque de France, service des Affaires1996.
régionales de Bretagne
Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 86 - juin 2003 3Immatriculations de voitures neuves en Bretagne d'habillement s'est nettement ralentie en gerie-bijouterie, le bimestre sous revue
(particulières et commerciales)
février, la confection féminine affichant s'est caractérisé par une activité en forte
11 000
même un repli annuel. A l'inverse et diminution. Quant au bricolage, le
Série brute comparativement à 2002, la période phénomène de saisonnalité a été moins
sous revue est jugée satisfaisante par les ressenti grâce à quelques opérations de9 000
détaillants de chaussures. Comme liquidation préalables à des change-
prévu, les soldes de début d'année ont ments d'enseigne. »
7 000 eu un impact favorable sur les
transactions dans le secteur de Après le redressement observé en fin
l'ameublement. En revanche, les d'année dernière, le marché des
Tendance5 000 magasins d'électroménager et d'électro- véhicules neufs s'est de nouveau
nique grand public ont accusé une infléchi au premier trimestre : 19 995
baisse saisonnière importante de leur voitures particulières et commerciales
3 000 chiffre d'affaires plus marquée que l'an1998 1999 2000 2001 2002 2003 ont été immatriculées. Cela représente
Source : DAEI / SES - Fichier central des automobiles - Insee passé. De même, dans la librairie- une baisse de 2,7 % sur le trimestre et de
papeterie et, plus encore dans l'horlo- 10,7 % sur un an.
Services :
stabilité de l’activité mais des perspective en baisse
Tendance de l’activité Selon les chefs d'entreprise, l'activité cours du trimestre, les professionnels
dans les services (Soldes d’opinions - CVS- en %) dans l'ensemble des services s'est jugent leurs résultats d'exploitation en
40 stabilisée au premier trimestre 2003, en- baisse et cette tendance s'accentuerait
Activité passée
deçà de son niveau moyen. D'après les encore au printemps 2003. Les prix dans
30 professionnels, l'activité dans les les services ont peu varié ce trimestre
services aux entreprises s'est quelque mais les professionnels prévoient une
diminution des prix pour les trois mois àpeu améliorée, après le ralentissement20
de la fin de l'année 2002. Le secteur du venir. Les entrepreneurs des services
travail temporaire, en particulier, a estiment que la croissance de l'emploi a
10 bénéficié d'un courant d'affaires plus été nettement moins forte ce trimestre et
cette tendance se poursuivrait ausoutenu. Dans les services aux parti-
0 deuxième trimestre.culiers, l'opinion des chefs d'entreprises
Activité prévue Les chefs d'entreprise des services anti-sur leur activité s'est dégradée en ce
cipent une légère dégradation de leur-10 début d'année. Les professionnels des
1998 1999 2000 2001 2002 2003 courant d'affaires au printemps 2003,activités immobilières, quant à eux, font
Source : Insee, enquêtes de conjoncture
sauf dans les services aux entreprises.état d'une amélioration.
Bien que l'activité se soit maintenue au
Évolution du taux d’occupation des hôtels en Bretagne
100
2001 Hôtellerie : un début d’année morose
2002
80 2003 Au cours des trois premiers mois de est également en repli de un point
l'année, un peu plus de 872 000 nuitées comparé à celui du premier trimestre
60 ont été comptabilisées dans les hôtels de 2002.
la région. Cela représente une baisse de La fréquentation de la clientèle française
est inférieure de 5,8 % à celle de l'année40 5,7 % par rapport à la même période de
2002, et un niveau de fréquentation un précédente et celle de la clientèle
peu en-deçà de la moyenne des quatre étrangère de 4,9 %.
20
hivers précédents. Le taux d'occupation
0
sept. oct. nov. déc.jan. fév. mars avr. mai juin juil. août
Sources : Direction du Tourisme - Insee Bretagne - réseau MORGOAT module hôtellerie
Commerce extérieur :
nouvelle contraction des exportations
Importations et exportations en Bretagne (Base 100 1er trim.1997)
Après l'amélioration de la fin 2002, les est également sensible (respectivement230
exportations se sont à nouveau - 16%et-7%).
210
contractées au premier trimestre 2003. Les importations ont continué de se
190 Elles affichent un recul de 12,8 % sur le redresser au premier trimestre : elles se
Exportations
trimestre comme sur l'année. Cette sont accrues de 6,7 % par rapport au170
dégradation des ventes à destination de précédent et sont pratiquement au
150 l'étranger concerne la quasi-totalité des même niveau qu'un an plus tôt. Cette
secteurs d'activité à l'exception de stabilité depuis un an résulte d'une130
l'industrie des biens de consommation. augmentation des achats de biensImportations
110 En glissement annuel, les exportations intermédiaires et d'une diminution
de produits de l'industrie automobile partout ailleurs. D'un trimestre à l'autre,90
enregistrent le plus fort repli. La baisse les importations ont augmenté dans tous
70
des ventes de biens d'équipement et de les secteurs industriels.1998 1999 2000 2001 2002 2003
Source : DOUANES produits des industries agroalimentaires
Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 86 - juin 20034Marché du travail : le ralentissement touche aussi la Bretagne
Emploi : recul de l’industrie et dynamisme du tertiaire
Au quatrième trimestre 2002, l'emploi même si le rythme de progression
salarié privé non agricole, intérim marque un retrait par rapport à l'année
compris, a progressé de 0,2 % et de précédente. Les effectifs progressent de
0,3 % France entière. Sur douze mois, 1,9 % en 2002 contre 2,3 en 2001.
entre janvier et décembre 2002, il a Concernant les activités relevant du
enregistré une progression de 1,5 % soit secteur tertiaire, le rythme de pro- Évolution trimestrielle de l’emploi salarié
Secteur privé non agricole (intérim compris)trois fois plus que nationalement. La (% - CVS)gression est encore relativement soutenu
1,0situation bien que fragile globalement, (+ 3,1 % contre + 2,2 % un an aupa-
ne s'est pas dégradée aussi fortement ravant). En moyenne, les activités
que ce qui était initialement prévu à la 0,8commerciales augmentent de près de
fin du trimestre précédent. Des 2 %. Le commerce de détail, le plus
disparités significatives apparaissent important en volume d'emploi avec plus 0,6
toutefois entre les différents secteurs de 73 000 salariés fin 2002, enregistre
d'activités. une croissance plus forte que le com-
0,4
Un secteur est sensiblement plus touché merce de gros (+ 3,3 % contre + 1 %).
que les autres, il s'agit de l'industrie qui Dans les activités de services, la hausse
0,2accuse des pertes d'emploi importantes. moyenne avoisine 3,2 % ; elle est de
En effet, la baisse moyenne au cours de 5,8 % dans les services personnels et
l'année 2002 atteint 2 %. Les reculs les domestiques, de 4,3 % dans l’action 0 e e e e e e e e
1 t.01 2 t.01 3 t.01 4 t.01 1 t.02 2 t.02 3 t.02 4 t.02
plus significatifs concernent essen- sociale et la santé, et de 3 % dans Source : Insee - Urssaf
tiellement les industries des composants l’hotellerie-restauration. Lecture : l’emploi salarié privé non agricole, intérim compris,
a progressé de 0,2 % au quatrième trimestre 2002 etélectroniques (- 12 %) et celles des L’évolution est positive également dans
de 0,4 % au troisième trimestre 2002.
équipements électriques et électro- les services opérationnels (activités juri-
niques (- 7 %). Dans une moindre diques et comptables, de nettoyage, de
mesure, la baisse des effectifs avoisine gardiennage ou de gestion des déchets),
3 % dans la construction navale et 1,7 % excepté pour le travail temporaire. En
dans l'industrie automobile. Les effet, le recours à l’emploi intérimaire
industries agroalimentaires n'affichent s’est légèrement infléchi au cours de
en revanche qu'un très léger tassement. l’année 2002, la diminution des
La situation de l'emploi dans la missions en cours en fin de mois s’établit
construction reste encore satisfaisante à - 1,2 % contre - 1,6 % en 2001.
Évolution du nombre des demandeurs d’emploi
de catégorie 1 (CVS - Base 100 janvier 1997)Chômage : la hausse se poursuit
110
plus lentement toutefois que France entière
Bretagne
100
Au premier trimestre 2003, la hausse du Fin mars, 46 937 femmes étaient
90inscrites à l'ANPE en Bretagne, ce quichômage se poursuit mais reste plus France
représente une augmentation de 1,1 %modérée que France entière.
sur un an contre + 2,8 % au niveauFin mars, 94 711 demandeurs d'emploi 80
national. Bien que la progression dude catégorie 1 (en données brutes)
étaient inscrits à l'ANPE en Bretagne. En chômage féminin soit moins accentuée 70
dans la région que France entière, laun an, le nombre de demandeurs
proportion de femmes dans l'ensembled'emploi a augmenté de 3,6 % dans la
60
1998 1999 2000 2001 2002 2003des chômeurs (49,6 %) reste plus élevéerégion contre 5,9 % France entière. En
Source : DRTEFPdonnées corrigées des variations qu'au niveau national (47,2 %).
saisonnières, le nombre de demandeurs La progression du chômage de longue Taux de chômage au sens du BIT (%)
d'emploi est en hausse de 0,7 % sur le durée s'est poursuivie ce trimestre mais 13
de manière moins marquée qu'autrimestre dans la région contre + 2,6 %
12au niveau national. niveau national. Parmi les demandeurs
FranceA la fin du premier trimestre, 15 918 d'emploi, 27 040 sont inscrits à l'ANPE
11
jeunes de moins de 25 ans étaient à la depuis plus d'un an. En un an, le nombre
de demandeurs d'emploi de longue 10recherche d'un emploi dans la région.
durée est en hausse de 4,1 % enEn un an, leur nombre s'est accru de
91,9 % contre + 7,3 % France entière. Au Bretagne contre 6,0 % France entière.
sein des chômeurs, la part des jeunes est A la fin du premier trimestre 2003, le 8
à peine plus élevée que dans l'ensemble taux de chômage en Bretagne est de Bretagne
7,8 %. Il a augmenté de 0,1 point sur le 7du pays (respectivement 16,8 % et
16,2 %). trimestre et de 0,3 point en un an.
6
1998 1999 2000 2001 2002 2003
Source : Insee
Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 86 - juin 2003 5Tableau de bord Bretagne
Variation en %Valeur au
er RégionIndicateurs trimestriels 1 trimestre France
2003 sur un ansur un trimestre sur un an
ACTIVITÉ
Chiffre d’affaires des entreprises Source : Impôts
… …Chiffre d’affaires total déclaré (en millions d’euros) (1)… …
…Chiffre d’affaires à l’export déclaré … …(1)…
Agriculture Source : DRAF
Livraisons de lait (en milliers d’hl) - 2,1 - 3,3 - 4,011 105
Prix moyen du litre de lait (en euros) 0,32 - 3,0 0,0 - 1,3
Abattages de porcs (en tonnes) + 1,9 + 4,0 - 1,1288 446
Cours moyen du kg de porc charcutier (en euros) 1,20 - 1,6 - 10,4 - 10,4
Construction Source : DRE
- 15,9 + 1,1 - 20,8Logements autorisés 5 553
Logements commencés + 7,7 + 9,6 + 0,15 704
866 738 - 11,0 - 3,0 - 2,9Locaux à usage professionnel (nombre de m2 autorisés)
Hôtellerie Source : ORTB - INSEE
Nombre de nuitées (en milliers) - 18,4 - 5,7 - 2,6872 042
42,0 - 4,5 - 2,3 - 2,2Taux d’occupation moyen (en %)
DEMANDE
Commerce extérieur Source : Douanes
Importations (en millions d’euros) 1 705 + 6,7 - 0,3 - 2,7
Exportations (en millions d’euros) 1 710 - 12,8 - 12,8 - 2,8
Immatriculations de véhicules neufs Source : OST
Voitures particulières et commerciales - 2,7 - 10,7 - 7,419 995
Indicateur d’investissements Source : Impôts
…… …TVA déductible sur immobilisations (en millions d’euros) …
ENTREPRISES
Créations pures d’entreprises Source : INSEE
Ensemble + 23,7 + 11,3 + 6,91 730
Industrie 132 + 26,9 + 21,1 + 3,4
Construction + 38,6 + 4,0 + 8,3287
Commerce 386 + 17,7 + 17,0 + 12,0
Services + 21,7 + 10,1 + 4,7925
Défaillances d’entreprises Source : INSEE
+ 18,6 - 9,6 - 4,3Ensemble 376
EMPLOI
Emploi salarié privé Source : INSEE-URSSAF
secteur marchand non agricole
+ 0,2*** + 1,5***Ensemble 647 200** + 0,5***
178 100** - 0,3*** - 2,0*** - 2,1***Industrie
+ 0,3*** + 1,9*** + 0,2***Construction 62 600**
Commerce 130 800** + 0,5*** + 2,0*** + 1,4***
+ 0,4*** + 3,2*** + 1,6***Services 275 700**
MARCHÉ DU TRAVAIL
Source : INSEETaux de chômage au sens du BIT (CVS) 7,8 + 1,3 + 4,0 + 4,5
Demandeurs d’emploi en fin de trimestre (données brutes) Source : DRTEFP
+ 3,6 + 5,9de catégorie 1 94 711 ///
de moins de 25 ans /// + 1,9 + 7,315 918
de longue durée 27 040 /// + 4,1 + 6,0
Emploi salarié privé (secteur marchand non agricole) Chômage au 31 mars 2003
DEFM catégorie 1Variation de janvier 2002 à décembre 2002 (en %) Taux
de chômage
Variation surEnsemble Industrie Construction Commerce Services Série brute BIT (CVS )
un an (en %)
Côtes-d’Armor + 0,5 - 2,6 + 1,1 + 2,1 + 1,5 + 3,6 7,716 518
Finistère + 1,6 - 1,5 + 2,1 + 2,9 + 2,7 + 0,6 8,027 656
Ille-et-Vilaine + 1,7 - 1,9 + 2,2 + 2,0 + 3,7 + 6,6 7,228 043
+ 1,8 - 1,5 + 2,2 + 1,6 + 4,0 + 3,6 8,4Morbihan 22 494
Source : INSEE-URSSAF Source : DRTEFP - INSEE
e
* au 4 trimestre 2002 ** effectifs au 31 décembre 2002 en données brutes *** variation au 31 décembre 2002 en données CVS
(1) En raison d’un changement d’organisation par les services des impôts de la collecte des entreprises régionales, les données relatives au chiffre d’affaires et à la TVA ne sont pas disponibles.
INSEE Bretagne
Directeur de la Publication : Jean-Jacques MALPOT36, place du Colombier CS 94439 35044 RENNES Cedex
Tél. : 02 99 29 33 33 Fax : 02 99 29 33 90 Rédactrice en chef : Laurence LUONG
Pour tout renseignement :
Composition : Éric MONTEIL
Bureau d’information - Tél. : 02 99 29 33 66
Cette note a été rédigée par :e
© Insee 2003 Dépôt légal : 2 trimestre 2003
Marie-Paule LE BRIS, Jean-Luc NATIVEL, Denise OLLIVIER
Imprimerie : Média Graphic - Rennes
6 Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 86 - juin 2003

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.