Au premier trimestre 2004, une reprise hésitante (Flash d'Octant n° 98)

De
Publié par

Au début de l'année 2004, dans un contexte international toujours porteur, la croissance de l'économie française s'est confortée, soutenue par la consommation des ménages. En Bretagne, le rythme de la reprise reste modéré malgré des orientations favorables dans certains secteurs. Dans l'industrie comme dans le commerce de détail, la production a continué de progresser. Les résultats dans l'hôtellerie sont les meilleurs des cinq derniers hivers. Au contraire, les ventes se sont repliées dans le commerce de gros et les perspectives sont assez ternes. L'activité du bâtiment est jugée en retrait mais les carnets de commandes sont garnis. Les échanges commerciaux avec l'étranger ont légèrement diminué. Le taux de chômage a baissé ce trimestre en Bretagne, et plus fortement que France entière. Au quatrième trimestre, l'emploi salarié a très légèrement progressé dans la région.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 10
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

Octant
Synthèse Numéro 98 - Juin 2004conjoncturelle
Au premier trimestre 2004, une reprise hésitante
Au début de l'année 2004, dans un contexte international toujours porteur,
la croissance de l'économie française s'est confortée, soutenue par la
consommation des ménages.
En Bretagne, le rythme de la reprise reste modéré malgré des orientations
favorables dans certains secteurs.
Dans l'industrie comme dans le commerce de détail, la production a continué
de progresser. Les résultats dans l'hôtellerie sont les meilleurs des cinq derniers
hivers. Au contraire, les ventes se sont repliées dans le commerce de gros
et les perspectives sont assez ternes. L'activité du bâtiment est jugée en retrait
mais les carnets de commandes sont garnis. Les échanges commerciaux
avec l'étranger ont légèrement diminué.
Le taux de chômage a baissé ce trimestre en Bretagne, et plus fortement
que France entière.
Au quatrième trimestre, l'emploi salarié a très légèrement progressé
dans la région.
Contexte national : accélération de la croissance
sauf dans l'industrie automobile et les biensFrance entière, le PIB (produit intérieur brut) a
progressé de 0,8 % au premier trimestre, après 0,6 % d'équipement.
au dernier trimestre 2003. Les dépenses de consommation des ménages sont en
hausse de 1,1 % contre 0,5 % au trimestre précédent.La demande intérieure hors stocks a constitué le seul
L'emploi salarié privé a diminué de 0,1 % ce trimestre,soutien à la croissance : elle y contribue à hauteur de
0,9 point. Les variations de stocks n'apportent aucune soit 12 600 emplois en moins : le recul de l'emploi se
contribution tandis que le solde du commerce poursuit dans l'industrie (- 0,6 %), et de manière
toujours plus accentuée dans l'industrie manu-extérieur participe négativement à l'évolution du PIB
facturière, mais la construction et le tertiaire conti-(- 0,1 point après - 0,3 point au trimestre précédent).
Les importations progressent de 0,7 % après 2,5 % à nuent de créer des emplois (+ 0,5 % et + 0,1 %).
l'automne, et les exportations de 0,3 % après 1,5 %. Fin mars, l'ANPE comptabilisait près de 2 415 300
demandeurs d'emploi de catégorie 1, soit 2,2 % deL'investissement des entreprises et celui des ménages
plus qu'un an plus tôt.augmentent pour le deuxième trimestre consécutif
(+ 1,7 % et + 1,3 %). Au 31 mars, le taux de chômage au sens du BIT s'établit
Dans l'ensemble de l'industrie, la production s'est à 9,8 %. Il a diminué de 0,1 point sur le trimestre mais a
augmenté de 0,2 point par rapport à mars 2003.accrue de 0,3 % : elle a progressé dans tous les secteurs
ISSN 1276-972X - CODE SAGE : FLASH9864 - PRIX : 2,20€Cours du porc charcutier breton - classe E (Euros / kilo) Agriculture : hausse quasi généralisée des cours
2,00
1,90
Série brute
Au premier trimestre 2004, les livraisons1,70 de poulets a diminué de 2,9 % et celle de
de lait dépassent de 3,3 % celles de dindes de 7,6 %.
l'hiver précédent. Le prix moyen du lait1,50 Les abattages de veaux de boucherie
payé au producteur s'établit à 0,31 /l, reculent après la hausse de l'automne,
soit 3,1 % de moins qu'un an plus tôt. de 4,5 % sur le trimestre comme sur1,30
Tendance Le cours du porc se redresse progres- l'année. Quant au prix, il progresse pour
sivement sur le trimestre. Il s'élève en le second trimestre consécutif :1,10
moyenne à 1,18 /kg, soit une 5,51 /kg en moyenne sur le trimestre,
augmentation de 2,6 % par rapport au soit une augmentation de 5,8 % sur0,90
1999 2000 2001 2002 2003 trimestre précédent, mais reste inférieur l'année.
Source : OFIVAL et SNM - Insee de 1,7 % au niveau de l'hiver 2003. Les Le redressement des cotations des
abattages de porcs sont en baisse principales productions bovines seAbattages de gros bovins (Tonnes)
d'environ 1,5 % sur le trimestre comme poursuit au premier trimestre 2004. Les25 000
Série brute sur l'année. cours sont supérieurs à ceux de l'hiver
Le marché de l'œuf de consommation se passé, hormis pour les jeunes bovins. Les
replie après un niveau exception- abattages de gros bovins se replient pour
20 000 nellement élevé fin 2003. Le cours le deuxième trimestre consécutif. Ils
moyen dépasse néanmoins de 15,5 % le diminuent de 1,9 % sur un an.
prix de l'hiver précédent. Les quantités débarquées de poissons,
Tendance Le marché de la volaille de chair reste en crustacés et mollusques dans les criées
15 000 difficulté. Les abattages de volailles bretonnes sont inférieures de 6,3 % à
toutes catégories confondues sont en celles de l'hiver 2003 ; leur prix moyen a
retrait de 5,4 % par rapport au premier progressé de 8,7 %.
trimestre 2003. Sur un an, la production
10 000
2000 2001 20031999 2002
Source : AGRESTE - Insee
Industrie : embellie au premier trimestre
et de bonnes perspectives pour le deuxième
Tendance de la production industrielle (Soldes d’opinions - en %)
D'après les chefs d'entreprise interrogés parfumerie-entretien.
40
début avril, l'activité industrielle Les professionnels de l'agroalimentaireProduction passée
bretonne a continué de progresser au font état d'un ralentissement de l'activité
30
premier trimestre. Ce sont principa- comme habituellement en début
lement l'industrie automobile et les d'année. L'industrie des viandes20
biens intermédiaires qui ont tiré (abattages et transformation, toutes
l'activité d'ensemble vers le haut. productions confondues) souffre d'une10
La production de biens intermédiaires activité atone. L'industrie du lait et
qui avait commencé à se redresser fin l'industrie des boissons ont enregistré un0
Production prévue 2003, s'est renforcée au premier repli d'activité. Dans le secteur « travail
trimestre. Tous les secteurs, hormis du grain et fabrication d'aliments pour-10
l'industrie textile, ont bénéficié d'un animaux », l'activité s'est développée
-20 regain d'activité. Les responsables mais à un rythme moindre que1999 2000 2001 2002 2003
d'entreprise de l'industrie des biens précédemment. En revanche, le rythmeSource : Insee, enquêtes de conjoncture
d'équipement considèrent que leur de production s'est intensifié dans les
activité a augmenté légèrement en début industries alimentaires diverses
d'année. Le rythme de croissance s'est (industrie du poisson, conserves de fruitsÉtat de la demande
et légumes, boulangeries, biscui-accéléré un peu dans la constructionet niveau des stocks dans l’industrie (Soldes d’opinions - en %)
navale, aéronautique et ferroviaire ainsi teries…).
30
que dans l'industrie des équipements Concernant leur activité, les industriels
Niveau des stocks
20 mécaniques. Il s'est infléchi légèrement bretons se montrent confiants pour le
deuxième trimestre : début avril, ilsdans l'industrie des
10 électriques et électroniques. anticipaient un renforcement de la
Selon les dirigeants du secteur des biens demande tant sur le marché intérieur0
qu'à l'exportation. Les stocks sont jugésde consommation, l'activité s'est
-10 inférieurs à leur moyenne de long terme.améliorée au premier trimestre. Dans
Quant au développement à court termel'habillement-cuir, la production a été
-20
de l'industrie française dans sondynamique et elle s'est redressée dans
Carnets de commandes
-30 ensemble, les chefs d'entreprise bretonsl'industrie des équipements du foyer. A
se révèlent un peu plus hésitants qu'enl'inverse, l'activité s'est repliée dans
-40 début d'année, comme l'atteste le légerl'édition-imprimerie-reproduction ; elle1999 2000 2001 2002 2003
repli de l'indicateur de climat général.Source : Insee, enquêtes de conjoncture est demeurée stable dans la pharmacie-
2 Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 98 - Juin 2004
???Construction : activité plus modérée,
Tendance de l’activité dans le bâtiment (Soldes d’opinions - en %) carnets de commandes en hausse
70
Activité passée
50
L'opinion des entrepreneurs du bâtiment Les tensions sur l'appareil de production
sur leur activité s'est dégradée au se renforcent également : 57 % des chefs
30
premier trimestre 2004, comme d'entreprise considèrent ne pas pouvoir
habituellement à cette période de accroître leur production, soit 3,6 points
10
l'année. Le niveau d'activité est jugé de plus qu'au trimestre précédent.
conforme à ceux des débuts d'année-10
2003 et 2002, mais bien en deçà de La construction de logements neufs a unActivité prévue
celui des hivers précédents. Par rapport peu ralenti au premier trimestre 2004,-30
au premier trimestre 2003, l'activité s'est mais reste toutefois supérieure au niveau
redressée dans le gros-œuvre, et a fléchi moyen à cette période. Avec un peu-50
1999 2000 2001 2002 2003
dans le second-œuvre. moins de 5 900 logements mis en
Source : Insee, enquêtes de conjoncture
Sur le premier trimestre 2004, seule la chantier, l'activité dépasse de 7,5 % la
construction non-résidentielle reste moyenne des cinq derniers hivers. Le
Nombre de logements neufs autorisés en Bretagne favorablement orientée. fléchissement d'activité est léger dans la
3 000 Autant pour leur propre activité que construction de maisons individuelles,
Moyenne 1995 - 20032002 2003 2004 pour l'ensemble du secteur, les chefs plus important dans celle d'immeubles
d'entreprise ne prévoyaient pas, début collectifs ; toutefois le niveau de
2 500 avril, de réelle évolution pour les trois production reste soutenu.
mois à venir. Dans ce contexte, les A court terme, la demande de logements
carnets de commandes continuent neufs conserverait une orientation très
2 000 néanmoins de se garnir : ils s'élevaient favorable : 7 700 logements ont été
début avril à 5,6 mois de travail par autorisés ce trimestre, le meilleur chiffre
salarié, soit 0,6 mois de plus qu'un an des cinq dernières années. La demande
1 500 plus tôt. est toujours soutenue sur le marché de la
Selon les professionnels, l'emploi s'est maison individuelle, et concernant le
légèrement redressé pendant l'hiver logement collectif, la reprise se poursuit.
1 000
jan. fév. mars avr. mai juin juil. août sept. oct. nov. déc. mais devrait plutôt diminuer au Sur le marché des bâtiments pro-
Source : DRE - Sitadel printemps. La proportion de chefs fessionnels, la demande s'est redressée
d'entreprise à connaître des difficultés ce trimestre après la baisse du trimestre
de recrutement est repartie à la hausse ce précédent. Toutefois le nombre de
trimestre après trois trimestres mètres carrés autorisés reste inférieur deEnquête réalisée avec l'aide de la
consécutifs de baisse : elle est ainsi de 11 % à la demande moyenne calculée
74 %, contre 68 % à l'automne 2003. sur cinq ans.
BRETAGNEFFB
FEDERATION FRANÇAISE DU BATIMENT
Consommation-commerce : recul dans le commerce de gros,
progression dans le commerce de détail
Début mars, les négociants bretons de longue période.
considèrent que les ventes dans le La conjoncture a été plus favorable dans
commerce de gros se sont à nouveau le commerce de détail. Selon les
repliées en janvier-février, après le détaillants interrogés en mars, leurs
redressement des quatre mois pré- ventes se redressent nettement en
cédents. Tous les secteurs sont janvier-février, comme en novembre-
concernés par ce recul : la baisse est décembre. Le volume des ventes
Tendance des ventes notable dans les biens d'équipement et dépasse désormais son niveau moyen. Il
dans le commerce de détail les biens de consommation alimen- continue d'augmenter tant dans le(Soldes d’opinions - en %)
20 taires, moins importante dans les biens commerce spécialisé que généraliste.
de consommation non alimentaires et Les stocks s'allègent mais restent
10 Ventes réalisées les biens intermédiaires. supérieurs à leur niveau habituel à cette
Les intentions de commandes pour période. Les intentions de commandes0
mars-avril s'orientent très légèrement à pour mars-avril progressent pour
-10 la baisse pour l'ensemble du commerce atteindre le niveau de leur moyenne de
de gros. Elles sont quasi stables dans les long terme.-20
biens de consommation et dans les biens Le marché des véhicules neufs se replie
-30 intermédiaires, et diminuent modéré- après le redressement du trimestre
Intentions de commandes
ment pour les biens d'équipement. précédent : 18 335 immatriculations de
-40
Quant aux perspectives générales voitures particulières et commerciales
d'activité, elles se dégradent un peu ; le ont été enregistrées dans la région cet-50
1999 2000 2001 2002 2003 solde d'opinions correspondant de- hiver, soit 7 % de moins qu'à l'automne,
Source : Insee, enquêtes de conjoncture
meure toutefois proche de sa moyenne et 8,3 % de moins qu'un an plus tôt.
Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 98 - Juin 2004 3Les résultats de l'enquête de l'an passé. L'électronique grand public a
Immatriculations de voitures neuves en Bretagne
conjoncture réalisée par la Banque de subi la même évolution sur la période(particulières et commerciales)
1 sous revue tandis qu'en rythme annuel leFrance confirment une progression11 000
volume d'affaires s'inscrit en pro-globale modérée:
Série brute
« Après la bonne tenue des soldes de gression. Dans le secteur du bricolage, la
9 000 janvier, le courant d'affaires dans le demande accuse un fléchissement
saisonnier de moindre ampleurcommerce de l'habillement et de la
cependant que l'année précédente.chaussure s'est sérieusement ralenti en
7 000 février. Toutefois, comparativement à Après les fêtes de fin d'année
2003, la confection féminine enregistre particulièrement animées, les secteurs
de l'horlogerie-bijouterie et de laune progression de ses ventes. L'activité
5 000 libraire-papeterie ont été confrontés àdans l'ameublement a été dynamiqueTendance
grâce aux soldes de début d'année et aux une baisse significative de leurs
actions commerciales qui ont ensuite transactions. »
3 000
1999 2000 2001 2002 2003 pris le relais. En revanche, les magasins
Source : DAEI / SES - Fichier central des automobiles - Insee d'électroménager ont connu un repli (1) Source : Banque de France, service des Affaires
saisonnier important, plus sensible que régionales de Bretagne
Tendance de l’activité
Services : atonie de l'activité passée et à venirdans les services (Soldes d’opinions - CVS - en %)
40
Selon les chefs d'entreprise, l'activité ment redressée.Activité passée
dans l'ensemble des services s'est Les professionnels des services estiment30
stabilisée au premier trimestre 2004 en que leurs résultats d'exploitation sont en
deçà de son niveau moyen. Dans les baisse au premier trimestre et prévoient
20
services aux entreprises, les dirigeants une stabilisation au printemps 2004.
jugent que leur activité a continué de Selon eux, les prix ont diminué au cours
10 fléchir. Le secteur du travail temporaire de ce trimestre mais varieraient peu à
connaît une stagnation à un niveau bas court terme. L'emploi se serait
de son activité. Le courant d'affaires des légèrement redressé pendant l'hiver ;0
Activité prévue services aux particuliers poursuit sa toutefois il baisserait au deuxième
progression, dépassant sensiblement sa trimestre. Quant à l'activité, elle-10
1999 2000 2001 20032002 moyenne de longue période. Dans n'évoluerait pas au printemps.
Source : Insee, enquêtes de conjoncture l'immobilier, l'activité s'est très nette-
Évolution du taux d’occupation des hôtels en Bretagne Hôtellerie : le meilleur hiver depuis cinq ans
100
2002 Au premier trimestre 2004, les hôtels de tation s'est accrue notablement en
2003
80 la région ont comptabilisé un peu plus janvier et mars, mais encore plus2004
de 947 000 nuitées, soit un accrois- nettement en février. Les nuitées
sement de 8,6 % par rapport au premier françaises ont progressé chaque mois du
60
trimestre 2003. Le niveau d'activité trimestre ; pour la fréquentation
dépasse de près de 8 % la moyenne des étrangère, le mois de janvier a été moins
40 cinq hivers précédents. Ces bons bon que l'an passé, mais en février et
résultats sont dus à une hausse de la mars, la tendance s'est inversée.
20 fréquentation tant française qu'étran- Sur l'ensemble du trimestre, le taux
gère. d'occupation dépasse de 5,2 % celui du
En comparaison annuelle, la fréquen- premier trimestre 2003.0
sept. oct. nov. déc.jan. fév. mars avr. mai juin juil. août
Sources : Direction du Tourisme - Insee Bretagne - réseau MORGOAT module hôtellerie
Commerce extérieur : recul modéré des échanges extérieurs
Les importations s'infléchissent ce exportations se sont contractées : elles
er trimestre (- 2,2 %) après la remontée du accusent un repli de 5,7 % par rapportImportations et exportations en Bretagne (Base 100 1 trim.1997) précédent. Elles restent au trimestre précédent et de 1,8 % sur230
toutefois au niveau du premier trimestre l'année. D'un trimestre à l'autre, seules
210
2003. Les achats à l'étranger de biens de les ventes à l'étranger de biens de
Exportations
190 consommation, de produits automo- consommation ont connu une progres-
biles et de biens intermédiaires ont sion ; les exportations des autres secteurs
170
progressé par rapport à l'automne, sont en baisse, excepté celles de biens
150 tandis que ceux de produits agro- intermédiaires, qui restent stationnaires.
alimentaires et de biens d'équipement Le repli constaté sur l'année affecte les130
ont reculé. En glissement annuel, les industries automobile et agroalimentaire
110 importations de produits agroali- ainsi que celle des biens de consom-Importations
mentaires et automobiles ont diminué ; mation ; les ventes de biens d'équipe-90
dans les autres secteurs, elles se sont ment et de biens intermédiaires se sont
70
1999 2000 2001 2002 2003 améliorées. au contraire améliorées sur l'année.
Source : DOUANES Après le redressement de l'automne, les
Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 98 - Juin 20044Le marché du travail
Emploi : décélération sensible de la croissance de l'emploi
e
Au cours du 4 trimestre 2003, l'emploi vanche qu'un léger recul.
salarié dans les activités marchandes Dans la construction, la situation de
non agricoles a très légèrement l'emploi est cette année plus satisfai-
progressé en Bretagne (+ 0,2 %). Cette sante que prévue, que ce soit au niveau
Évolution trimestrielle de l’emploi salarié
augmentation se situe dans le de la préparation des sites ou à celui des Secteur privé non agricole (intérim compris) (% - CVS)
prolongement de celle observée lors du travaux d'installation et de finition des 0,8
trimestre précédent et concerne maisons individuelles. Globalement, les
essentiellement le secteur de la effectifs augmentent de 1,5 % en 2003,
0,6
construction et des services. Au niveau soit plus de 1 200 postes de travail
national, l'évolution, toutes activités supplémentaires.
0,4confondues, est quasiment identique à Le rythme de progression de l'emploi
celle de la région (+ 0,1 %). tertiaire, plus faible qu'en 2002, est
0,2encore assez soutenu (+ 1,1 % contre
er
Entre le 1 janvier et le 31 décembre + 3 % un an auparavant). Le commerce
2003, l'emploi salarié dans le secteur de détail, le plus important en volume 0,0
concurrentiel, intérim compris, a d'emploi, enregistre une croissance plus
enregistré une progression de 0,4 % (en forte que le commerce de gros (+ 3 %
- 0,2
er e e e er e e e
1 t.02 2 t.02 3 t.02 4 t.02 1 t.03 2 t.03 3 t.03 4 t.03données CVS). Au regard des évolutions contre + 1,4 %).
Source : Insee - Urssafpassées, le rythme de progression s'est Dans les services, la hausse moyenne
Lecture : l'emploi salarié privé non agricole, intérim compris, asignificativement ralenti. Tous les avoisine 0,8 % contre près de 3 % en progressé d’environ 0,2 % au troisième et au quatrième trimestre
2003.secteurs sont concernés par ce 2002. Le tassement est sensible surtout
tassement et plus particulièrement le dans les services aux particuliers
secteur industriel. (notamment dans les hôtels-restaurants)
En effet, l'industrie accuse à nouveau en et dans les services aux entreprises.
2003 des pertes d'emploi importantes : Les missions d'intérim en fin de mois ont
la baisse moyenne atteint 1,9 %. Les évolué modérément au cours de l'année
reculs les plus sensibles concernent 2003 : elles n'ont progressé que de 1 %
essentiellement l'électronique (com- contre plus de 7 % l'an passé.
posants et équipements). Dans L'Ille-et-Vilaine enregistre une
l'industrie automobile et la construction progression un peu plus vive que dans
navale, la baisse des effectifs est de les autres départements de la région,
moindre ampleur. Les industries grâce au secteur de la construction et
agroalimentaires n'affichent en re- aux activités tertiaires. Évolution du nombre des demandeurs d’emploi
de catégorie 1 (CVS - Base 100 janvier 1997)
110
Chômage : la baisse des demandes d'emploi sur le trimestre
100
est plus forte en Bretagne que France entière
Bretagne
90
Fin mars 2004, la région comptait recherche d'un emploi dans la région.
95 224 demandeurs d'emploi de Sur un an, leur nombre s'est accru de
80catégorie 1, soit 0,5 % de plus sur un an 1,6 % contre 2,9 % au niveau national.
Francecontre 2,2 % France entière. En données La proportion de femmes au chômage
corrigées des variations saisonnières et demeure cependant plus importante que 70
comparé à décembre 2003, le nombre France entière (50,1 % contre 47,5 %).
de demandeurs d'emploi a toutefois Le chômage de longue durée a diminué 60
1999 2000 2001 2002 2003diminué de 1,6 % en Bretagne et de 1 % ce trimestre dans la région, pour la
Source : DRTEFP
au niveau national. première fois depuis deux ans. Parmi les
Taux de chômage au sens du BIT (%)demandeurs d'emploi, 26 548 sont
13A la fin du premier trimestre, 16 374 inscrits à l'ANPE depuis plus d'un an,
jeunes de moins de 25 ans étaient soit 1,8 % de moins qu'en mars 2003. 12
inscrits à l'ANPE dans la région, ce qui Dans l'ensemble du pays, le nombre des
représente une augmentation de 2,9 % demandeurs d'emploi de longue durée a 11
sur un an, moindre que France entière augmenté de 1,8 % sur un an.
10(+ 4,6 %). Néanmoins, la part des jeunes A la fin du premier trimestre 2004, le France
au sein des chômeurs reste plus élevée taux de chômage en Bretagne s'élève à
9
en Bretagne que dans l'ensemble du 8,1 %. Il a baissé de 0,2 point sur le
trimestre mais a augmenté de 0,1 point 8pays (17,2 % contre 16,6 %).
par rapport à mars 2003. BretagneFin mars, 47 665 femmes étaient à la
7
6
1999 2000 2001 2002 2003
Source : Insee
Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 98 - Juin 2004 5Tableau de bord Bretagne
Variation en %
Valeur au
er RégionIndicateurs trimestriels 1 trimestre France
2004 sur un trimestre sur un an sur un an
ACTIVITÉ
Agriculture Source : DRAF
Livraisons de lait (en milliers d’hl) 11 474 1,7 3,3 0,2
Prix moyen du litre de lait (en euros) 0,31 - 8,8 - 3,1 - 4,6
Abattages de porcs (en tonnes) 284 352 - 1,5 - 1,4 - 2,7
Cours moyen du kg de porc charcutier (en euros) 1,18 2,6 - 1,7 0,0
Construction Source : DRE
Logements autorisés 7 700 38,7 18,83,3
Logements commencés 5 863 - 4,0 2,8 11,3
2 824 059 12,6 - 4,9 - 4,1Locaux à usage professionnel (nombre de m autorisés)
Hôtellerie Source : ORTB - INSEE
Nombre de nuitées (en milliers) /// 8,6 0,2947
44,2 - 0,7 5,2 0,0Taux d’occupation moyen (en %)
DEMANDE
Commerce extérieur Source : Douanes
- 2,2 0,0Importations (en millions d’euros) 1 752 - 1,0
Exportations 1 697 - 5,7 - 1,8 0,7
Source : OSTImmatriculations de véhicules neufs
Voitures particulières et commerciales 18 335 - 7,0 - 8,3 - 2,8
ENTREPRISES
Créations pures d’entreprises Source : INSEE
Ensemble 2 017 18,4 16,7 18,2
Industrie 127 4,1 - 3,8 32,7
Construction 391 30,8 36,2 22,9
Commerce 476 22,228,3 23,6
Services 1 023 12,3 10,6 23,9
Défaillances d’entreprises Source : INSEE
(1) 20,1 - 5,1 1,8Ensemble 353
e(1) au 4 trimestre 2003
EMPLOI
Emploi salarié privé Source : INSEE-URSSAF
secteur marchand non agricole
(2) (3) (4) (4)
Ensemble 649 500 0,2 0,4 - 0,3
Industrie 173 500 - 0,3 - 1,9 - 2,3
Construction 63 200 0,3 1,5 1,1
Commerce 133 400 0,1 1,4 1,2
Services 279 400 0,3 0,8 - 0,1
(2) effectifs au 31 décembre 2003 en données brutes ;
(3) variation entre le 30 septembre 2003 et le 31 décembre 2003 en données CVS ;
(4) variation entre janvier 2003 et décembre 2003 en données CVS ;
MARCHÉ DU TRAVAIL
Taux de chômage au sens du BIT (CVS) Source : INSEE 8,1 - 2,4 1,3 2,1
Demandeurs d’emploi en fin de trimestre (données brutes) Source : DRTEFP
(5)de catégorie 1 95 224 - 1,6 2,20,5
///de moins de 25 ans 16 374 2,9 4,6
26 548 /// 1,8de longue durée - 1,8
(5) en données CVS.
Emploi salarié privé (secteur marchand non agricole) Chômage au 31 mars 2004
Variation de janvier 2003 à décembre 2003 (en %) DEFM catégorie 1 Taux
de chômage
Variation surConstruction Commerce ServicesEnsemble Industrie Série brute BIT (CVS )
un an (en %)
Côtes-d’Armor 1,2 8,00,1 - 4,4 1,1 2,5 1,5 16 720
Finistère 8,50,0 - 1,1 1,1 0,2 0,1 27 811 0,6
Ille-et-Vilaine 27 947 - 0,3 7,40,8 - 1,4 2,2 1,7 1,8
Morbihan 0,3 1,4 1,3 1,6 0,2 22 746 1,1 8,8-
1,4Bretagne 1,5 0,80,4 - 1,9 95 224 0,5 8,1
Source : DRTEFP - INSEESource : INSEE-URSSAF
INSEE Bretagne
Directeur de la Publication : Bernard LE CALVEZ36, place du Colombier CS 94439 35044 RENNES Cedex
Tél. : 02 99 29 33 33 Fax : 02 99 29 33 90 Rédactrice en chef : Laurence LUONG
Pour tout renseignement statistique :
Composition : Éric MONTEIL
Tél. : 0 825 889 452 (0,15€)
Cette note a été rédigée par :
e
© Insee 2004 Dépôt légal : 2 trimestre 2004 Lucile CROS, Denise OLLIVIER, Jean-Luc NATIVEL
Imprimerie : Imprimerie des Hauts de Vilaine - Rennes
6 Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 98 - Juin 2004

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.