Au troisième trimestre 2001, orientation peu favorable de l'activité (Flash d'Octant n° 67)

De
Publié par

Dans un contexte économique national marqué par la dégradation de l'environnement international, la consommation des ménages continue de soutenir l'activité. En Bretagne, on observe une orientation peu favorable de l'activité : Dans l'agriculture, les cours des productions animales sont dans l'ensemble en hausse par rapport à l'été 2000 mais la récolte de céréales s'est révélée inférieure à la précédente. Dans l'industrie comme dans le bâtiment, l'activité s'inscrit en baisse par rapport à l'été 2000. La saison estivale 2001 s'est avérée encore plus maussade que la précédente dans les hôtels de la région ; en revanche, elle s'est un peu améliorée dans les campings. Pour le troisième trimestre consécutif, les flux d'échanges commerciaux se sont contractés. Dans l'ensemble, les ménages ont maintenu leur consommation au cours de l'été dans la région comme France entière. Le taux de chômage s'est accru de 0,4 point au cours de ce trimestre ramenant la baisse sur un an à seulement 0,3 point. Avant l'été, la progression de l'emploi était toujours à l'œuvre même si elle était moins forte qu'en 2000.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 20
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

Octant
Numéro 67 - Décembre 2001S
conjoncturelle
Au troisième trimestre 2001,
orientation peu favorable de l’activité
Dans un contexte économique national marqué par la dégradation de l’environnement
international, la consommation des ménages continue de soutenir l’activité.
En Bretagne, on observe une orientation peu favorable de l’activité :
Dans l’agriculture, les cours des productions animales sont dans l’ensemble en hausse par
rapport à l’été 2000 mais la récolte de céréales s’est révélée inférieure à la précédente.
Dans l’industrie comme dans le bâtiment, l’activité s’inscrit en baisse par rapport à l’été
2000.
La saison estivale 2001 s’est avérée encore plus maussade que la précédente dans les
hôtels de la région ; en revanche, elle s’est un peu améliorée dans les campings.
Pour le troisième trimestre consécutif, les flux d’échanges commerciaux se sont contrac-
tés. Dans l’ensemble, les ménages ont maintenu leur consommation au cours de l’été dans
la région comme France entière.
Le taux de chômage s’est accru de 0,4 point au cours de ce trimestre ramenant la baisse
sur un an à seulement 0,3 point.
Avant l’été, la progression de l’emploi était toujours à l’œuvre même si elle était moins
forte qu’en 2000.
Contexte national : croissance au troisième trimestre
France entière, la croissance au troisième trimestre de ce trimestre malgré une baisse quasi-généralisée en
2001 s’est montrée plus soutenue que les deux septembre. Sur le trimestre la production a légèrement
trimestres précédents. Le PIB a augmenté de 0,5 % progressé dans les industries agroalimentaires et les
après 0,2 % au deuxième et 0,4 % au premier. Ce biens de consommation ; elle s’est stabilisée dans les
trimestre, seule la demande intérieure hors stocks biens d’équipement et les biens intermédiaires. Dans
contribue à la croissance. Les variations de l’industrie automobile, le rythme de production s’est
pèsent sur la croissance et le commerce extérieur n’y accéléré.
apporte aucune contribution. L’emploi salarié privé s’est accru de 0,3 % ce trimestre.
Après avoir faiblement progressé au premier semestre Il a continué de croître dans le tertiaire et la construc-
2001, l’investissement des entreprises a reculé de tion, mais à un rythme moindre. L’emploi industriel
0,2 % pendant l’été. L’investissement des ménages, s’est à nouveau stabilisé.
quant à lui, s’est stabilisé (+ 0,1 % après – 1,3 % au Fin septembre 2001, le nombre de demandeurs
e
2 trimestre). Les exportations et les importations se d’emploi de catégorie 1 s’élevait à 2,178 millions en
replient pour le troisième trimestre consécutif et données brutes, soit une baisse de 5,1 % sur douze
baissent toutes les deux de 1,5 % par rapport au mois. En septembre 2001, le taux de chômage au sens
deuxième trimestre. du BIT s’établit à 8,9 % : il a diminué de 0,5 point en un
La production industrielle, mesurée par l’indice de la an mais a progressé de 0,3 point par rapport à juin industrielle a progressé de 0,6 % au cours 2001.
ynth?se
ISSN 1276-972X - CODE SAGE : FLASH6764 - PRIX : 12 FFDans l’ensemble, l’activité des entreprises de la région s’inscrirait en légère baisse au troisième trimestre 2001 au regard du trimestre
précédent. Témoin de cette évolution, les chiffres d’affaires déclarés par les entreprises régionales aux services des impôts, ont baissé de
1 % au cours de l’été. Sur douze mois la hausse reste toutefois appréciable (+ 9 %). Indicateur avancé de l’investissement des entrepri-
ses, les déclarations de TVA se sont contractées de près de 9 % par rapport au deuxième trimestre, mais restent en progression sur
douze mois.
Agriculture :
le marché bovin reste en difficulté
Au troisième trimestre 2001, la produc- rapport à l’été 2000 (- 0,4 %). En
tion de lait a légèrement progressé par revanche, les cotations des principales
Cours du porc charcutier breton - classe E productions bovines sont orientées à la(Unité : francs / kilo) rapport à l’été 2000. Le prix du lait payé
14 au producteur s’élève en moyenne à baisse. Les cours des jeunes bovins sont
2,16 F ; ce qui représente une apprécia- inférieurs de 21 % à ceux de l’été 2000
Série brute tion de 3,8 % par rapport au troisième et ceux des vaches de réforme reculent
12 de 26 %.trimestre 2000.
Après la baisse du début d’année, le Les abattages de veaux de boucherie ont
cours de l’œuf s’est légèrement redressé progressé de près de 12 % par rapport à
10 pendant l’été mais se situe en-dessous de la même période un an plus tôt. Sur
celui de l’été 2000. Le marché de la l’ensemble du trimestre, la cotation des
volaille de chair reste orienté favorable- veaux de boucherie est inférieure de 3 %
8
à celle de l’été 2000, conséquencement. Les prix ont progressé de 9,5 %
d’une baisse saisonnière prononcée enpour le poulet et de près de 14 % pour laSérie CVS
dinde en comparaison annuelle. juillet et d’un cours bas en septembre.
6
1996 1997 1998 1999 2000 2001 Le prix du porc a conservé un bon Dans l’ensemble la récolte de céréales
Source : SCEES - CVS : INSEE de l’été 2001 est inférieure à celle deniveau au troisième trimestre 2001, en
l’été précédent et les rendements sontbaisse cependant par rapport au coursAbattages de gros bovins (Unité : tonne)
également en baisse. Les volumes de bléatteint au premier semestre. Sur
l’ensemble du trimestre, le cours du porc produits ont diminué de 14 % par
24 000
s’établit en moyenne à 10,36 F/Kg, ce rapport à ceux de l’été 2000, lesquelsSérie brute
étaient déjà inférieurs à ceux de 1999. Laqui constitue une appréciation voisine
production d’orge s’est stabilisée parde 10 % par rapport à la même période
19 000 de l’année 2000. Sur cette période, les rapport à l’année passée. Le début de la
volumes produits ont progressé de près récolte de maïs se présente sous de
Série CVS de 3 %. meilleurs auspices qu’en 2000.
Sur le marché des gros bovins, une Au cours de l’été 2001, les quantités14 000
légère reprise de la production se débarquées de poissons, crustacés et
dessine ce trimestre surtout à partir du mollusques dans les criées bretonnes ont
mois d’août. Au total, les abattages de progressé de 2,3 % par rapport à la
9 000
1996 1997 1998 1999 2000 2001 gros bovins ont progressé par rapport même période de l’année 2000. Dans le
Source : SCEES - CVS : INSEE aux deux trimestres précédents mais se temps, le prix moyen est en
situent encore légèrement en retrait par augmentation de près de 9 %.
Industrie : stabilité de l’activité pendant l’été
inférieur à la normale.Comme pressenti lors de l’enquête
Après l’essor observé au printemps, leprécédente, l’activité industrielle
bretonne est demeurée quasiment stable rythme de production dans
au troisième trimestre par rapport au l’agroalimentaire s’est infléchi un peu
trimestre précédent. Cependant les pendant l’été. L’activité a ralenti dans
l’industrie des viandes (abattages etindustriels jugent leur activité nettement
Tendance de la production industrielle (Unité : soldes d’opinions) inférieure à celle des années précéden- transformation, toutes productions
40 tes à la même période. Cette tendance confondues). Un tassement d’activité a
Production observée d’ensemble résulte d’évolutions été enregistré dans « le travail du grain et
30 sectorielles contrastées. la fabrication d’aliments pour ani-
maux ». Par contre, l’activité s’estLes industries des biens de consomma-
accélérée dans les industries diversestion ont continué de bénéficier d’une20
activité soutenue. « L’édition, impri- (boulangeries, biscuiteries, conserveries
merie, reproduction » a conservé un etc…).
10
haut niveau d’activité. La production La production de biens d’équipement
s’est globalement améliorée sansdans « l’habillement-cuir » s’est très
0 légèrement accrue. Bien que meilleure toutefois permettre un retour à la
qu’au printemps, la production dans normale. L’évolution dans les équipe-
Production prévue
-10 l’industrie des équipements du foyer se ments électriques et électroniques est
1996 1997 1998 1999 2000 2001 conforme à ce schéma d’ensemble. Ensituait, début octobre, à un niveau jugé
Source : INSEE, enquêtes de conjoncture
2 INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 67 - Décembre 2001revanche, l’activité s’est repliée dans les était au plus bas. Les responsables
État de la demande
industries mécaniques et dans la d’entreprise se montraient un peu plus
et niveau des stocks dans l’industrie (Unité : soldes d’opinions) construction navale et aéronautique. confiants en ce qui concerne les
40
En perte de vitesse depuis début 2001, perspectives à court terme de leur propre
30 l’activité dans les biens intermédiaires activité. Les carnets de commandes ont
Niveau des stocks s’est tassée encore un peu pendant l’été. cessé de se dégrader. Aussi, bien que les20
stocks soient jugés plus lourds queLe rythme de production s’est infléchi
10 dans l’industrie du bois et du papier ainsi précédemment, les chefs d’entreprise
que dans la chimie, le caoutchouc et les envisageaient pour le dernier trimestre0
plastiques. Les industries des produits un rythme de production quasiment
-10
semblable à celui des deux trimestresminéraux ainsi que la métallurgie et la
-20 précédents.transformation des métaux ont souffert
Carnets de commandes d’une activité réduite. Les résultats La production de biens intermédiaires
-30
obtenus dans l’industrie des composants reculerait encore un peu. L’activité dans
-40 l’industrie automobile resterait morose.électriques et électroniques se sont
1996 1997 1998 1999 2000 2001
Par contre, l’activité dans l’industrie desaméliorés mais restent encore inférieursSource : INSEE, enquêtes de conjoncture
à la normale. biens de consommation s’accélèrerait et
Début octobre, l’indicateur de climat la production de biens d’équipement se
redresserait. L’agroalimentaire conser-général, reflet de l’opinion des chefs
verait un bon niveau d’activité.d’entreprise sur le développement de
l’industrie française dans son ensemble,
Construction : bon niveau des carnets de commandes
mais l’inquiétude transparaît
Au troisième trimestre 2001, les L’emploi a progressé modérément auActivité de l’ensemble du bâtiment (Unité : soldes d’opinions)
professionnels du bâtiment estiment que cours de ce trimestre et les perspectives70
leur activité est restée supérieure à la pour le prochain trimestre sont stables.
normale mais très en-deçà de celle de Les difficultés de recrutement conti-50
l’été 2000. Ce ralentissement d’activité nuent de s’atténuer : 73 % des chefsActivité observée
30 concerne les secteurs de la construction d’entreprise déclarent rencontrer des
non résidentielle et la de difficultés de recrutement contre 84 %
10 logements neufs. Le secteur de un an plus tôt.
l’amélioration-entretien, en revanche a Après avoir fléchi au deuxième
-10 conservé un niveau d’activité identique trimestre, la construction de logements
à celui de l’été 2000. Le rythme de neufs a retrouvé un bon niveau d’activitéActivité prévue
-30 production a plus décéléré dans le au cours de l’été 2001. Avec 5 466
second-œuvre que dans le gros-œuvre logements mis en chantier, la produc-
-50 en raison de la baisse d’activité ressentie tion s’inscrit en baisse par rapport au1996 1997 1998 2000 20011999
Source : INSEE, enquêtes de conjoncture dans la construction de logement neufs. niveau exceptionnel de l’été 2000 mais
Les chefs d’entreprise anticipent à se situe très au-dessus du niveau
nouveau un recul de leur activité dans habituellement enregistré à cette
son ensemble pour les trois mois à venir. période de l’année. Ce bon résultat
La construction non résidentielle et la d’ensemble traduit la bonne tenue des de logements neufs constructions de maisons individuelles.
ralentiraient encore. En revanche, Les mises en chantier de logements
l’amélioration-entretien conserverait un collectifs ont progressé par rapport au
bon niveau de production. très bas niveau du printemps mais
Nombre de logements neufs autorisés en Bretagne
Début octobre, les entrepreneurs du restent en-deçà de la moyenne des cinq
3 000 dernières années.bâtiment faisaient état de carnets de1999 2001
Avec 6 364 nouveaux permis decommandes leur assurant 4,2 mois de2000 Moyenne 1991 - 2001
2 500
travail par salarié ; ce qui représente un construire déposés au cours du
volume de travail en baisse par rapport troisième trimestre, la demande est en
2 000
au premier semestre 2001 mais nette progression tant en évolution
légèrement supérieur à celui de l’année trimestrielle qu’en évolution annuelle.1 500
2000 à la même période. Cependant les La demande de maisons individuelles
entrepreneurs du bâtiment portent un est en augmentation au regard des trois1 000
jugement moins favorable sur leurs trimestres précédents et dépasse de 9 %
carnets de commandes et surtout leur le niveau moyen des cinq dernières500
inquiétude transparaît dans les perspec- années. Les projets de constructions de
0 collectifs également en hausse cetives générales d’évolution d’activité du
jan. fév. mars avr. mai juin juil. août sept. oct. nov. déc.
trimestre sont supérieurs de 4 % aubâtiment qui reculent pour la première
Source : DRE - Sitadel
niveau moyen des cinq dernièresfois depuis quatre ans.
Enquête réalisée avec l'aide de la années.Les contraintes sur la production restent
fortes : 75 % des chefs d’entreprise Sur le marché des bâtiments profession-
interrogés déclarent ne pas pouvoir nels, les projets de constructions sont
inférieurs à ceux des années précédentesproduire davantage en cas
à la même période, en raison d’uned’augmentation de la demande. A la
BRETAGNEFFB même période de l’année 2000, ils moindre demande en bâtiments
FEDERATION FRANÇAISE DU BATIMENT
n’étaient que 67 % dans cette situation. agricoles et industriels.
INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 67 - Décembre 2001 3Hôtellerie et camping :
mieux pour le camping que pour l’hôtellerie
Évolution du taux d’occupation des hôtels en Bretagne
100 Sur l’ensemble de la saison estivale 2001 fréquentation de la clientèle française
1999
- de juillet à septembre – l’activité dans (- 15,6 %). Au mois d’août, l’activité2000
80 les hôtels de la région est restée2001 hôtelière s’est maintenue au même
inférieure à celle de l’été 2000, qui niveau qu’en août 2000 et en sep-
s’était déjà révélée médiocre. Au total, tembre les hôtels ont bénéficié d’un60
au cours de l’été 2001, 2 609 300 courant d’affaires en hausse de 2,4 %
nuitées ont été comptabilisées dans par rapport à septembre 2000.
40
l’hôtellerie homologuée soit une baisse Dans les campings, les résultats de la
de 2,4 % au regard de la saison estivale saison estivale 2001 sont en hausse au
20 2000 et un recul de 11,4 % par rapport à regard des mauvais résultats de la saison
la saison 1999. 2000, sans atteindre cependant le
Cette baisse des nuitées reflète la niveau d’activité de 1999. Sur0
sept. oct. nov. déc.jan. fév. mars avr. mai juin juil. août moindre fréquentation de la clientèle l’ensemble des mois d’été, les campings
Sources : Direction du Tourisme - INSEE Bretagne - réseau MORGOAT module hôtellerie
française (- 7,4 %). La clientèle homologués ont comptabilisé 7 786 400
étrangère, quant à elle, a progressé de nuitées soit 5,1 % de mieux que l’année
plus de 10 % par rapport à l’été 2000. passée. Cette amélioration résulte d’une
Le mois de juillet a été le plus mauvais bonne progression de la fréquentation
mois de la saison puisque la fréquenta- française (+ 5,4 %) comme étrangère
tion a reculé de 9 % par rapport à juillet (+ 4,1 %).
2000, conséquence d’une moindre
Commerce extérieur :
nouvelle baisse des transactions
Importations exportations en Bretagne (Base 100 1er trim.1996)
produits issus des industries agroalimen-Au troisième trimestre 2001, les230
taires sont également en baisse pour leéchanges commerciaux se contractent à
210
nouveau et ceci pour le troisième troisième trimestre consécutif. Par
190 trimestre consécutif. Les exportations rapport à l’été 2000, les ventes ont baissé
de 15 %.ont reculé de 24 % par rapport à l’été
170
2000 et cette baisse concerne la quasi- Les importations sont également enExportations
150 baisse ce trimestre, mais le mouvementtotalité des secteurs d’activité hormis
l’industrie des biens de consommation. de repli est moins important que pour les130
Importations Les principaux secteurs exportateurs de exportations. Les importations ont
110 la région enregistrent un recul marqué diminué de 7,4 % par rapport à l’été
2000. Seuls les achats de produits issusde leurs ventes. Dans l’industrie des90
biens d’équipement les ventes ont chuté des industries agricoles et alimentaires et
70 de près de 35 % par rapport à l’été 2000 les achats de biens intermédaires sont en2000 20011996 1997 1998 1999
Source : DOUANES en raison des difficultés persistantes du baisse. Dans les autres secteurs, les
importations ont progressé par rapportsecteur des équipements électriques et
électroniques. Les exportations de au troisième trimestre 2000.
Consommation-commerce : bonne orientation
de la consommation des ménages pendant l’été
France entière, la consommation des de septembre estiment que leurs ventes
Immatriculations de voitures neuves en Bretagne
ménages a accéléré au troisième ont légèrement progressé en juillet-août(particulières et commerciales)
trimestre 2001. Elle a progressé de 1,2 % dans le commerce spécialisé comme11 000
après + 0,3 % au deuxième trimestre. dans lece non spécialisé. Les
Série brute L’enquête de conjoncture nationale intentions de commandes pour les mois
9 000 réalisée en septembre auprès des de septembre-octobre sont orientées à la
négociants indique que l’activité dans baisse dans la quasi-totalité des secteurs.
l’ensemble du commerce de gros a En Bretagne, les enquêtes de conjonc-
17 000 progressé en juillet-août 2001 dans la ture réalisées par la Banque de France
quasi-totalité des secteurs sauf pour les indiquent : « La consommation des
biens intermédiaires non industriels. Les ménages a conservé une bonne
5 000 négociants anticipent pour les mois de orientation en septembre-octobre en
septembre et octobre une baisse de leurs dépit de phénomèmes saisonniers plusSérie CVS
ventes dans tous les secteurs. ou moins marqués selon les secteurs.
3 000
1996 1997 1998 1999 2000 2001 Dans le commerce de détail, les Dans les commerces de l’habillement et
Source : OST - CVS : INSEE détaillants interrogés lors de l’enquête de la chaussure, l’activité est restée
INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 67 - Décembre 20014assez soutenue en septembre. En revanche, Les magasins de bricolage ont logiquement en juillet, les achats d’automobiles ont
les conditions météorologiques, très réalisé des chiffres d’affaires en nette quelque peu ralenti en août et septembre. Au
clémentes en octobre, ont entraîné un report diminution suite aux deux mois d’été, total, 19 225 nouvelles voitures particulières
des achats d’articles d’hiver, notamment traditionnellement les plus forts de l’année. et commerciales ont été immatriculées au
dans la confection masculine. Il en est de même dans l’horlogerie- cours de l’été 2001, soit 4 % de mieux qu’au
Après le traditionnel ralentissement estival, bijouterie où la demande s’est toutefois troisième trimestre 2000 et une progression
légèrement supérieure à celle du marchéles ventes d’ameublement ont retrouvé une maintenue à un niveau supérieur à celui
situation normale et stable en comparaison national.observé l’an passé.
annuelle. Elles sont jugées satisfaisantes Les ventes en librairie-papeterie ont au
malgré un contexte de vive concurrence contraire pleinement bénéficié des rentrées 1- Source : Banque de France, service des Affaires
dans l’électroménager et l’électronique scolaires et universitaires. » régionales de Bretagne
grand public. Après avoir été particulièrement dynamiques
Évolution moins favorable du marché du travail
Emploi : au deuxième trimestre,
progression plus modérée qu’en 2000
Entre juillet 2000 et juin 2001 environ secteurs enregistrent des créations
21 000 emplois salariés supplémentaires d’emploi inférieures à celles observées
Évolution trimestrielle de l’emploi salariéont été enregistrés en Bretagne dans le au cours de la même période précé-
Secteur privé non agricole (intérim compris) (% - CVS)
secteur privé non agricole (intérim dente. 1,4
compris). La croissance de l’emploi est Dans l’industrie, on note un ralentisse-
1,2toujours au rendez-vous, même si elle ment général de la croissance qui affecte
semble cependant marquer le pas. particulièrement l’automobile, les biens
1,0
Durant cette période, la hausse de d’équipement, ainsi que les biens de
l’emploi s’élève en effet, à 3,6 % contre consommation. Les récentes difficultés 0,8
4,7 % un an auparavant. des biens intermédiaires n’ont pas eu de
0,6Au cours de l’année 2000, les différentes répercussion sur l’emploi au cours du
mesures prises au titre de la politique de premier semestre 2001. 0,4
l’emploi, et notamment la mise en place La contribution du tertiaire aux créations
0,2des 35 heures, avaient permis des d’emplois n’est plus aussi forte que par le
créations d’emplois exceptionnelles. passé : cela tient essentiellement à la
0
è è è e è è è èCette situation se stabilise actuellement. moindre progression du commerce. 3 t.99 4 t.99 1 t.00 2 t.00 3 t.00 4 t.00 1 t.01 2 t.01
Source : INSEE - URSSAFLe fléchissement observé dans les Le secteur de la construction continue
2 Lecture : l’emploi salarié non agricole, y compris l’intérim, acréations d’emploi salarié devrait d’enregistrer des créations même si, là
progressé de près de 0,8 % au premier trimestre 2001 et de 0,5 % au
encore, la situation est moins favorableencore s’accentuer dans les prochains deuxième trimestre 2001.
mois. que dans le passé récent.
Au cours des douze derniers mois - de
2 - Il s’agit du solde : créations-disparitions.juillet 2000 à juin 2001 - tous les
Évolution du nombre des demandeurs d’emploi
de catégorie 1 (CVS - Base 100 janvier 1996)
Chômage : hausse au troisième trimestre, 110
légère baisse sur un an Bretagne
100A la fin du mois de septembre 2001, national s’en est rapproché en sep-
tembre. Fin septembre 2001, 48 79593 122 demandeurs d’emploi de France
femmes étaient à la recherche d’un 90catégorie 1 (en données brutes) étaient
emploi en Bretagne soit 7 % de moinsinscrits à l’ANPE en Bretagne. Par
qu’en septembre 2000 (- 7,2 % aurapport à la même période de l’année 80
niveau national). Les femmes représen-2000, ce chiffre est en baisse de 3,5 %,
tent 52,4 % des demandeurs d’emploice qui représente une moindre diminu-
70
de la région contre 51,3 % Francetion que France entière (- 5,1 %).
entière.Pour la première fois depuis quatre ans,
60
La forte décroissance du chômage de 1996 1997 1998 1999 2000 2001l’évolution annuelle du chômage des
Source : DRTEFPjeunes s’inscrit à la hausse. Au 30 longue durée continue de se poursuivre
septembre 2001, 20 671 jeunes de et reste plus accentuée que France Taux de chômage au sens du BIT (en %)
entière. Fin septembre 2001, 25 772moins de 25 ans étaient comptabilisés 13
demandeurs d’emploi étaient auà l’ANPE, ce qui constitue une
chômage depuis plus d’un an, soitaugmentation de 4,8 % par rapport à 12
Franceseptembre 2000 et une dégradation 18,3 % de moins que fin septembre
2000. Entre septembre 2000 et sep- 11plus rapide et plus importante que
tembre 2001, la part des chômeurs deFrance entière (- 1,3 % sur un an). Fin
10longue durée dans l’ensemble desseptembre 2001, les jeunes représen-
tent 22,2 % des demandeurs d’emploi chômeurs est passée en Bretagne de
932,7 % à 27,7 %.dans la région soit 3 points de plus
BretagneA la fin septembre 2001, le taux dequ’au niveau national.
8chômage en Bretagne s’établit à 8,4 %.Les femmes continuent à bénéficier du
Par rapport à juin 2001, il a progressé derepli du chômage ; mais ce repli qui
70,4 point, ce qui ramène la baisse sur uns’effectuait depuis deux ans d’une 1996 1997 1998 1999 2000 2001
manière plus marquée qu’au niveau an à seulement 0,3 point. Source : INSEE
INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 67 - Décembre 2001 5Tableau de bord Bretagne
Variation en %Valeur au
ème RégionIndicateurs trimestriels 3 trimestre France
2001 sur un ansur un trimestre sur un an
ACTIVITÉ
Chiffre d’affaires des entreprises Source : Impôts
- 1,1 + 8,3Chiffre d’affaires total déclaré (en millions de francs) 150 824 …
- …Chiffre d’affaires à l’export déclaré 2,7 + 12,411 086
Agriculture Source : DRAF
-Livraisons de lait (en milliers d’hl) 11 455 10,5 + 1,5 -
Prix moyen du litre de lait (en francs) 2,16 + 10,8 + 3,8 + 4,8
Abattages de porcs (en tonnes) + 2,8 + 3,0267 079 + 1,9
-Cours moyen du kg de porc charcutier (en francs) 10,4 13,5 + 9,9 + 10,7
Construction Source : DRE
-+ 18,4 + 6,8 1,2Logements autorisés 6 364
-Logements commencés + 29,3 15,9 + 0,65 466
- - -1 127 211 1,7 1,9 6,4Locaux à usage professionnel (nombre de m2 autorisés)
Hôtellerie Source : ORTB - INSEE
-Nombre de nuitées (en milliers) + 47,7 2, + 5,32 609 4
68,5 + 29,6 + 0,4Taux d’occupation moyen (en %) + 0,1
DEMANDE
Commerce extérieur Source : Douanes
- - -Importations (en millions de francs) 7,8 7,4 4,910 857
- - -Exportations (en millions de francs) 16,2 24,3 0,811 876
Immatriculations de véhicules neufs Source : OST
-Voitures particulières et commerciales 17,1 + 4,2 + 3,219 225
Indicateur d’investissements Source : Impôts
- …8,9 + 10,7TVA déductible sur immobilisations (en millions de francs) 1 200
ENTREPRISES
Créations pures d’entreprises Source : INSEE
- - -Ensemble 17,5 5,6 2,31 255
- -Industrie 84 39,1 8,7 + 1,3
- -Construction 15,7 + 3,4 2,3215
- -Commerce 278 28,7 13,1 + 1,4
- - -Services 8,3 4,4 4,8678
Défaillances d’entreprises Source : INSEE
Ensemble + 1,5 + 1,2 + 11,0333*
EMPLOI
Emploi salarié privé Source : INSEE-URSSAF
secteur marchand non agricole (données corrigées des variations saisonnières)
+ 0,5 + 3,6Ensemble 576 600** *** *** + 3,1***
180 900** + 0,4*** + 3,7*** + 1,6***Industrie
+ 0,5 + 3,8 + 4,3Construction 59 600** *** *** ***
Commerce 124 400** + 0,7*** + 3,3*** + 2,7***
+ 1,0 + 4,5 + 3,9Services 211 700** *** *** ***
MARCHÉ DU TRAVAIL
Source : INSEE - -Taux de chômage au sens du BIT (CVS) 8,4 + 5,0 3,4 5,3
Demandeurs d’emploi en fin de trimestre (données brutes) Source : DRTEFP
- -3,5 5,1de catégorie 1 93 122 ///
-de moins de 25 ans /// + 4,8 1,320 671
de longue durée - -25 772 /// 18,3 16,0
Emploi salarié privé (secteur marchand non agricole) Chômage au 30 septembre 2001
Variation de juillet 2000 à juin 2001 (en %) DEFM Taux deVariation
catégorie 1 chômage BITsur un an
Ensemble Industrie Construction Commerce Services (série brute) (CVS )(en %)
Côtes-d’Armor +4,4 + 3,9 + 3,7 + 4,7 + 3,9 - 4,8 8,116 196
Finistère +2,1 - 0,5 + 3,6 + 1,2 + 3,0 - 5,6 8,928 209
Ille-et-Vilaine +5,2 + 6,3 + 3,6 + 3,9 + 5,9 26 486 -7,4
+4,2 + 2,3 + 5,0 + 4,6 + 4,5 - 3,7 9,2Morbihan 22 231
Source : INSEE-URSSAF Source : DRTEFP - INSEEe
* au 2 trimestre 2001
** effectifs au 31 décembre 2000 en données brutes
*** variation au 30 juin 2001 en données CVS
INSEE Bretagne
Directeur de la Publication : Jean-Jacques MALPOT36, place du Colombier CS 94439 35044 RENNES Cedex
Tél. : 02 99 29 33 33 Fax : 02 99 29 33 90 Rédactrice en chef : Micheline TESSIER
Pour tout renseignement :
Composition : Jean-Paul MER
Bureau d’information - Tél. : 02 99 29 33 66
Cette note a été rédigée par :
ème
© INSEE 2001 Dépôt légal : 4 trimestre 2001
Marie-Paule LE BRIS, Monique LE CAM, Denise OLLIVIER
Imprimerie : Média Graphic - Rennes
6 INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 67 - Décembre 2001

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.