Au troisième trimestre 2003 : de timides signes d'amélioration (Flash d'Octant n° 92)

De
Publié par

Dans un contexte d'amélioration de l'économie mondiale, l'économie française s'est un peu redressée. En Bretagne, l'activité reste morose dans de nombreux secteurs. Dans l'industrie et le commerce de gros, elle est jugée stable mais reste à un niveau faible. Dans le commerce de détail, le solde d'opinion des chefs d'entreprise sur leur activité est au plus bas. Dans le bâtiment, les carnets de commandes demeurent bien garnis. L'activité dans l'ensemble des services s'est améliorée. Hôtels et campings de la région ont connu une bonne saison estivale. Le chômage a continué de progresser, mais plus modérément que France entière. Au deuxième trimestre, l'emploi dans la région s'est stabilisé.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 15
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

Octant
Synthèse Numéro 92 - Décembre 2003conjoncturelle
Au troisième trimestre 2003,
de timides signes d'amélioration
Dans un contexte d'amélioration de l'économie mondiale, l'économie
française s'est un peu redressée.
En Bretagne, l'activité reste morose dans de nombreux secteurs. Dans
l'industrie et le commerce de gros, elle est jugée stable mais reste
à un niveau faible. Dans le commerce de détail, le solde d'opinion
des chefs d'entreprise sur leur activité est au plus bas.
Dans le bâtiment, les carnets de commandes demeurent bien garnis.
L'activité dans l'ensemble des services s'est améliorée. Hôtels
et campings de la région ont connu une bonne saison estivale.
Le chômage a continué de progresser, mais plus modérément
que France entière.
Au deuxième trimestre, l'emploi dans la région s'est stabilisé.
Contexte national : légère reprise de la croissance
France entière, le PIB (produit intérieur brut) a progressé dans l'ensemble de l'industrie, elle a diminué de 0,1 %.
de 0,4 % au troisième trimestre, après avoir baissé de L'emploi salarié privé s'est stabilisé. Seul le secteur
0,3 % au deuxième. tertiaire a continué de créer des emplois avec une
La demande intérieure hors stocks contribue à la progression de 0,3 %. La construction a enregistré une
croissance à hauteur de 0,5 point, mais les variations de très légère diminution de ses effectifs (- 0,1 %).
stocks y participent négativement pour 0,4 point. La L'industrie a continué de perdre des emplois ;
contribution du commerce extérieur est de 0,3 En l'industrie manufacturière notamment accuse une
effet, les exportations ont progressé de 1,1 % après la baisse de 0,9 %.
baisse de 0,8 % observée au printemps, et les importa- Fin septembre, 2 485 380 demandeurs d'emploi étaient
tions sont en très léger recul. L'investissement des inscrits à l'ANPE, soit 7 % de plus qu'un an plus tôt. A la
entreprises a augmenté de 0,3 % et celui des ménages fin du troisième trimestre, le taux de chômage au sens
de 0,4 %. Sur le trimestre, la production s'est accrue du BIT est de 9,7 %. Il a augmenté de 0,2 point sur le
dans les industries agroalimentaires et les biens de trimestre et de 0,6 point sur l'année.
consommation et a baissé partout ailleurs. Au total,
ISSN 1276-972X - CODE SAGE : FLASH9264 - PRIX : 2,2€Cours du porc charcutier breton - classe E (Euros / kilo) Agriculture : morosité malgré la remontée
2,00
du cours du porc au troisième trimestre
1,90
Série brute
Au troisième trimestre 2003, les1,70 Les abattages de veaux de boucherie
livraisons de lait sont inférieures de ont diminué après la hausse du
2,9 % à celles de l'été précédent. Le printemps. Ils sont inférieurs de 4,1 % à1,50
prix du lait payé au producteur s'établit ceux de l'été 2002. En baisse en juin, le
en moyenne à 0,31 €/l, soit 3,1 % de cours du veau de boucherie a continué1,30
Tendance moins qu'un an plus tôt. de fléchir en juillet et août, avant de se
redresser en septembre. Sur le trimestre,Le cours du porc se redresse, malgré1,10
une légère baisse en août. Il s'établit en il s'établit en moyenne à 4,67€/kg, soit
2,4 % de plus qu'un an plus tôt.moyenne à 1,36€/kg, soit une augmen-0,90
1998 1999 2000 2001 2002 2003 Les cotations des principales produc-tation de 3,8 % par rapport à l'année
Source : OFIVAL et SNM - Insee tions bovines sont dans l'ensemble à lapassée. Comparés à l'été 2002, les
abattages de porc diminuent de 1,2 %. baisse ce trimestre. Cependant, lesAbattages de gros bovins (Tonnes)
cours sont supérieurs à ceux de l'étéLe marché de l'œuf reste dynamique au25 000
2002, sauf pour les jeunes bovins R. Lestroisième trimestre, grâce à une forte
abattages de gros bovins, bien qu'enSérie brute reprise en août. En un an, le prix moyen
légère hausse ce trimestre, ont diminuéde l'œuf de consommation a augmenté
20 000 de 29 %. de 4,9 % sur l'année.
Les difficultés perdurent dans le secteur La récolte de céréales de l'été 2003,
bien qu'inférieure de 7,8 % à celle dede la volaille de chair. Les abattages de
l'été 2002, reste supérieure aux récoltesvolailles toutes catégories confonduesTendance
15 000 des deux étés précédents. Les volumesont été réduits de 6,5 % par rapport à
de blé produits ont diminué de 14,8 %l'été précédent (les abattages de poulets
par rapport à 2002.ont reculé de 1,3 % et ceux de dindes de
13,2 %).
10 000
1998 1999 2000 2001 2002 2003
Source : AGRESTE - Insee
Industrie : une activité stable au troisième trimestre
et des perspectives à la hausse
Début octobre, les chefs d'entreprise de l'édition-imprimerie-reproduction
considéraient que l'activité de estiment que l'activité est restée
l'industrie bretonne de l'été s'était déprimée. Le rythme de production aTendance de la production industrielle (Soldes d’opinions - en %)
maintenue au niveau observé au ralenti dans les industries des40
printemps. équipements du foyer.
Production passée
En retrait depuis début 2003,Dans l'industrie des biens d'équipe-30
l'agroalimentaire a retrouvé unement, l'activité a évolué conformément
à ce schéma d'ensemble. Elle a peu évolution positive au troisième20
varié dans les industries des équipe- trimestre. L'industrie des boissons et le
10 ments mécaniques ainsi que dans la secteur " travail du grain-fabrication
d'aliments pour animaux " ont faitconstruction navale, aéronautique et
0 ferroviaire, et s'est légèrement preuve de dynamisme. A l'inverse,
Production prévue redressée dans les industries des l'activité s'est repliée dans l'industrie du
-10 équipements électriques et électroni- lait et les industries alimentaires
diverses (industrie du poisson,ques.
-20 conserves de fruits et légumes,Les responsables d'entreprise de1998 1999 2000 2001 2002 2003
Source : Insee, enquêtes de conjoncture boulangeries, biscuiteries…). Le rythmel'industrie des biens intermédiaires font
état d'un repli de l'activité au cours de de production s'est infléchi dans
l'industrie des viandes (abattages etl'été. Ce tassement a touché l'industrie
transformation, toutes productionsÉtat de la demande des produits minéraux, et dans une
confondues).et niveau des stocks dans l’industrie (Soldes d’opinions - en %) moindre proportion, les industries du
bois et du papier, de la chimie et du Selon les prévisions émises par les30
caoutchouc-plastique. L'activité stagne entrepreneurs début octobre, l'activitéNiveau des stocks
20 d'ensemble de l'industrie bretonne sedans la métallurgie-transformation des
redresserait un peu en fin d'année. Enmétaux. Elle a progressé dans l'industrie10
des composants électriques et effet, la demande apparaissait mieux
0 électroniques ainsi que dans l'industrie orientée et les stocks étaient jugés
textile mais à un rythme plus faible inférieurs à leur moyenne de long
-10
qu'au printemps. terme. Par ailleurs, les chefs d'entre-
Dans l'industrie des biens de consom- prise se montrent de plus en plus-20
mation, le troisième trimestre a été jugé confiants dans le développement àCarnets de commandes
-30 morose. L'activité s'est tassée dans la court terme de l'industrie française :
pharmacie-parfumerie-entretien. Les l'indicateur de climat général continue
-40
1998 1999 2000 2001 2002 2003 entrepreneurs de l'habillement-cuir et de remonter.
Source : Insee, enquêtes de conjoncture
2 Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 92 - décembre 2003Construction :Tendance de l’activité dans le bâtiment (Soldes d’opinions - en %)
70 léger ralentissement d'activité, carnets de commandes élevés
Activité passée
50
Les entrepreneurs du bâtiment estiment production sont également moins
30 que leur activité s'est un peu infléchie importantes : en octobre, 57 % des chefs
au troisième trimestre, conformément à d'entreprise considéraient ne pas
10 leurs anticipations. Selon eux, le niveau pouvoir accroître leur production,
d'activité est supérieur à celui de l'été contre 61 % au trimestre précédent.
-10 2002, mais en deçà de celui des étés La construction de logements neufs est
Activité prévue précédents. Par rapport au troisième en baisse, tant sur le trimestre que sur
-30 trimestre 2002, l'activité s'est améliorée l'année. Avec un peu moins de 5 100
dans le gros-œuvre, et a progressé plus logements mis en chantier, l'activité est
-50 légèrement dans le second-œuvre. En inférieurede5%àlamoyenne des cinq1998 1999 2000 2001 2002 2003
Source : Insee, enquêtes de conjoncture comparaison annuelle, l'appréciation derniers étés. La construction de
des professionnels du bâtiment sur leur maisons individuelles a ralenti ce
trimestre, et celle de logementsactivité est meilleure dans tous les
Nombre de logements neufs autorisés en Bretagne secteurs. En revanche, sur le trimestre, collectifs est conforme à sa moyenne de
3 000 l'activité du segment de l'amélioration- longue période.Moyenne 1994 - 20032001 2002 2003
entretien est jugée en baisse. A court terme, la construction de
2 500 logements neufs serait soutenue : 6 712Début octobre, les chefs d'entreprise
tablaient sur un léger repli de leur logements ont été autorisés ce
2 000
activité pour les trois mois à venir. Par trimestre, ce qui représente une
ailleurs, leur opinion concernant demande supérieure de 8,4 % à la
1 500
l'évolution générale du secteur du moyenne observée au cours des cinq
bâtiment se redressait un peu. dernières années. Le marché de la1 000
Les carnets de commandes leur maison individuelle conserve une
semblent cependant étoffés ; ils s'éta- orientation favorable, et celui des500
blissaient à 5,2 mois de travail par sala- logements collectifs est en hausse très
rié en octobre, contre 4,5 un an plus tôt. nette ce trimestre.0
jan. fév. mars avr. mai juin juil. août sept. oct. nov. déc. Les dirigeants du secteur estiment que Sur le marché des bâtiments profession-
Source : DRE - Sitadel
leurs effectifs se sont stabilisés au cours nels, la demande continue de s'amélio-
de l'été, mais prévoient une baisse au rer. Le nombre de mètres carrésEnquête réalisée avec l'aide de la
quatrième trimestre. Les difficultés de autorisés est supérieur de 16 % à celui
recrutement se sont pourtant atténuées : de l'été 2002, néanmoins il est inférieur
69 % des entrepreneurs déclarent en de 1,8 % à la demande moyenne
rencontrer, soit 7 points de moins qu'au calculée sur cinq ans.
BRETAGNE printemps. Les tensions sur l'appareil deFFB
FEDERATION FRANÇAISE DU BATIMENT
Consommation-commerce :
dégradation des ventes dans le commerce de détail
France entière, les dépenses de consommation alimentaires.
consommation des ménages se sont Les perspectives générales d'activité
sont à nouveau moins bonnes aprèsaccrues de 0,4 % au troisième trimestre
l'amélioration des deux bimestresaprès 0,1 % au deuxième.
précédents.En Bretagne, les négociants interrogés
début septembre estimaient que les Dans le commerce de détail, les
ventes dans le commerce de gros en détaillants interrogés en septembre
juillet-août s'étaient stabilisées à un estiment que leurs ventes en juillet-août
ont décliné, se retrouvant ainsi à un desTendance des ventes niveau bas, en deçà de celui habi-
plus bas niveaux connus depuis 6 ans.dans le commerce de détail tuellement observé à cette période. Sur(Soldes d’opinions - en %)
20 le bimestre, les ventes ont fléchi dans les Le volume des ventes est jugé très
biens intermédiaires et dans les biens de dégradé dans le commerce généraliste
10 Ventes réalisées alimentaire, plus faiblement dans le nonconsommation alimentaires. Elles se
alimentaire. Dans le commercesont légèrement améliorées dans les0
biens de consommation non alimen- spécialisé, une faible amélioration a été
-10 taires et continuent d'augmenter très constatée. Les commerçants jugent
leurs stocks moins élevés qu'en débutlégèrement dans les biens d'équipe-
-20
d'année, mais supérieurs à leur niveaument. Les intentions de commandes se
-30 redressent faiblement. Elles se dégra- habituel à cette période. Les intentions
Intentions de commandes
dent dans les secteurs des biens de de commandes pour septembre-octobre
-40 se redressent légèrement, sans toutefoisconsommation non alimentaires et des
atteindre la moyenne de long terme.biens intermédiaires. Elles s'améliorent-50
1998 1999 2000 2001 2002 2003 nettement pour les biens d'équipement, Le marché des véhicules neufs s'est
Source : Insee, enquêtes de conjoncture
moins fortement pour les biens de fortement infléchi au troisième
Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 92 - décembre 2003 3trimestre : 17 215 voitures particulières l'ameublement ont fortement progressé
et commerciales ont été immatriculées malgré des disparités marquées entreImmatriculations de voitures neuves en Bretagne
(particulières et commerciales) dans la région, soit 15,7 % de moins juillet et août. L'électroménager et
11 000 qu'au deuxième trimestre, et 5,2 % de l'électronique grand public se sont eux
moins qu'un an plus tôt. aussi bien comportés durant la périodeSérie brute
sous revue, il est vrai, traditionnelle-
9 000
Les résultats de l'enquête de conjonc- ment forte. L'effet de saisonnalité a été
1
ture réalisée par la Banque de France également ressenti dans les magasins de
confirment la morosité dans certains bricolage, qui n'ont pu, pour autant,
7 000
secteurs : réaliser le volume des ventes de 2002.
” En dépit d'un démarrage des soldes De même, dans la librairie-papeterie,
encourageant, l'activité a été décevante un retrait a été constaté par rapport à5 000
Tendance dans les commerces de l'habillement et l'an dernier, alors que les performances
de la chaussure, les courants d'affaires réalisées par l'horlogerie-bijouterie ont
étant en deçà de ceux de l'année dépassé celles des deux périodes de3 000
1998 1999 2000 2001 2002 2003 dernière. En revanche, les ventes dans référence. “
Source : DAEI / SES - Fichier central des automobiles - Insee
1- Source : Banque de France, service des Affaires régionales de Bretagne
Services : amélioration de l'activité
Tendance de l’activité
dans les services (Soldes d’opinions - CVS - en %)
Selon les chefs d'entreprise, l'activité Les professionnels des services estiment40
Activité passée dans l'ensemble des services s'est que leurs résultats d'exploitation se sont
redressée au troisième trimestre. Dans améliorés au cours du trimestre et conti-30
nueraient dans ce sens à l'automneles services aux entreprises, les
dirigeants jugent que leur activité est 2003. Selon eux, les prix ont progressé
20
meilleure. Le secteur du travail tempo- et l'emploi a évolué favorablement au
cours de l'été ; cette tendance se prolon-raire en particulier a enregistré une forte
10 gerait pour les trois mois à venir.progression. D'après les professionnels
Pour les chefs d'entreprise, l'activitédes activités immobilières, leur activité
dans les services continuerait de s'amé-0 est quasiment stable sur le trimestre
Activité prévue alors que dans les services aux parti- liorer, sauf dans les activités immo-
culiers, elle serait en recul, en deçà de bilières.-10
1998 1999 2000 2001 2002 2003 sa moyenne de longue période.
Source : Insee, enquêtes de conjoncture
Hôtellerie et camping : une bonne saison estivale
Évolution du taux d’occupation des hôtels en Bretagne
100 De juillet à septembre 2003, l'activité d'occupation des hôtels excède de
2001 dans les hôtels de la région a été la plus 1,7 % celui de l'été 2002.
2002
80 forte des cinq dernières années. Un peu2003
plus de 2 709 000 nuitées ont été Dans les campings, les résultats de la
comptabilisées, soit 2,3 % de plus que saison estivale sont également en
60
l'été dernier. Cette progression hausse comparés à ceux de l'été 2002 :
d'ensemble est due aux mois d'août et 8 500 000 nuitées ont été compta-
40 septembre. En juillet, la fréquentation bilisées dans les campings de la région,
était en baisse. Au cours de l'été, la soit 12 % de plus que l'année passée.
20 fréquentation de la clientèle française Cette progression résulte tant d'une
est supérieure de 0,5 % à celle de augmentation de la clientèle française
l'année précédente, et celle de la que de la clientèle étrangère (respecti-0
sept. oct. nov. déc.jan. fév. mars avr. mai juin juil. août clientèle étrangère de 6,5 %. Le taux vement 12,4 % et 10,7 %).
Sources : Direction du Tourisme - Insee Bretagne - réseau MORGOAT module hôtellerie
Commerce extérieur : recul des importations
erImportations et exportations en Bretagne (Base 100 1 trim.1997) Les importations se replient pour le très légèrement ce trimestre (+ 1,4 %).
230 Par rapport à l'été 2002, elles sontdeuxième trimestre consécutif : elles
toutefois en retrait de 13,3 %. Les ventessont inférieures de 5 % à celles du210
trimestre précédent. En glissement à l'étranger de produits agroali-
190 annuel elles progressent néanmoins de mentaires et de biens d'équipement sont
Exportations
4,5 %. Cette amélioration sur l'année en hausse comparées au printemps ;170
elles sont néanmoins inférieures à cellesprovient de l'augmentation des achats
150 de produits agroalimentaires et de biens du troisième trimestre 2002. Les
intermédiaires, et d'une stabilité dans exportations de biens de consommation130
les autres secteurs. Le recul des et de produits de l'industrie automobileImportations
110 sont en baisse sur le trimestre commeimportations sur le trimestre concerne la
90 quasi-totalité des secteurs, excepté sur l'année. Les ventes de biens
l'industrie des biens de consommation. intermédiaires, bien qu'en recul sur la
70
1998 1999 2000 2001 2002 2003 Après deux trimestres consécutifs de saison, se sont améliorées en glissement
Source : DOUANES annuel.baisse, les exportations se redressent
Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 92 - décembre 20034Marché du travail stationnaire
Emploi : le recul se poursuit dans l’industrie
Les effectifs salariés dans la région se en moyenne de 2,2 % sur les douze
stabilisent au cours du deuxième derniers mois, notamment dans le
trimestre. L'industrie continue de perdre commerce de détail et la réparation
des emplois (- 0,3 %). En revanche, on (+ 2,9 %).
Évolution trimestrielle de l’emploi salariéobserve des progressions, d'une Les activités de services progressent
Secteur privé non agricole (intérim compris) (% - CVS)
ampleur très limitée, dans la construc- également mais moins que le secteur 1,0
tion et le commerce. Dans les services : précédent (+ 1,3 %). Dans les services
pas d'évolution notable. aux particuliers, qui intègrent les hôtels-
0,8
restaurants, les effectifs augmentent
Sur l'ensemble de la période, juillet d'environ 1,6 %.
0,62002 à juin 2003, l'emploi salarié en Comme à l'hiver 2003, le secteur de la
Bretagne, intérim compris, a faiblement construction continue d'enregistrer une
augmenté en données corrigées des hausse de ses effectifs au printemps 0,4
variations saisonnières : + 0,7 %. (+ 1,4 %) mais le rythme là aussi se tasse
Le recul des effectifs salariés est par rapport au printemps 2002. 0,2
confirmé dans l'industrie (- 1,7 %) : tous Géographiquement, deux zones
les secteurs sont concernés. La baisse est s'opposent. D'un côté, l'Ille-et-Vilaine
0 e e er e e e er emodérée dans les industries agroali- et le Morbihan qui créent encore des 3 t.01 4 t.01 1 t.02 2 t.02 3 t.02 4 t.02 1 t.03 2 t.03
Source : Insee - Urssafmentaires et l'industrie automobile mais emplois à un rythme très voisin (+ 1,3 %)
Lecture : l'emploi salarié privé non agricole, intérim compris s'estsignificative dans les industries des ce qui les situe au-dessus de la moyenne
quasiment stabilisé au deuxième trimestre 2003 après avoir
biens de consommation (- 4,2 %) régionale. De l'autre, les Côtes-d'Armor progressé d’un peu plus de 0,1 % au premier trimestre 2003.
notamment dans l'habillement et le cuir, et le Finistère qui enregistrent des
l'industrie des biens d'équipements évolutions de l'emploi contrastées mais
(- 3,3 %) et des biens intermédiaires relativement modérées (- 0,8 % pour le
(- 2,3 %). premier, + 0,1 % pour le second).
Dans le commerce, l'emploi s'est accru
Évolution du nombre des demandeurs d’emploi
de catégorie 1 (CVS - Base 100 janvier 1997)
110
BretagneChômage : progression modérée
100
Fin septembre 2003, 101 013 deman- plus sur un an contre 5,5 % dans 90
Francedeurs d'emploi de catégorie 1 étaient l'ensemble du pays. La proportion de
inscrits à l'ANPE en Bretagne. En un an, femmes à la recherche d'un emploi reste
80ce nombre a augmenté de 2,5 % contre plus importante dans la région que
7 % France entière. En données France entière (50,7 % contre 48,6 %).
70corrigées des variations saisonnières, ce La progression du chômage de longue
nombre est en hausse de 0,8 % sur le durée s'est poursuivie ce trimestre, mais
trimestre contre 1,3 % au niveau 60plus modérément qu'au niveau
1998 1999 2000 2001 2002 2003
national. national. Parmi les demandeurs
Source : DRTEFP
A la fin du troisième trimestre, 22 285 d'emploi, 27 792 sont inscrits à l'ANPE
Taux de chômage au sens du BIT (%)jeunes de moins de 25 ans étaient à la depuis plus d'un an. Entre les mois de
13recherche d'un emploi dans la région, septembre 2002 et 2003, le nombre de
soit une augmentation de 1 % sur un an, demandeurs d'emploi de longue durée 12
contre + 8,3 % France entière. La part a augmenté de 2 % en Bretagne contre France
11des jeunes au sein des chômeurs 8,1 % France entière.
demeure toutefois plus élevée que dans A la fin du troisième trimestre 2003, le
10
l'ensemble du pays (22,1 % contre taux de chômage en Bretagne s'établit à
19,8 %). 8 %. Sur le trimestre, il est resté 9
Fin septembre, 51 170 femmes étaient stationnaire mais a augmenté de 0,3
8inscrites à l'ANPE en Bretagne, 2,5 % de point par rapport à septembre 2002.
Bretagne
7
6
1998 1999 2000 2001 2002 2003
Source : Insee
Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 92 - décembre 2003 5Tableau de bord Bretagne
Variation en %Valeur au
ème RégionIndicateurs trimestriels 3 trimestre France
2003 sur un ansur un trimestre sur un an
ACTIVITÉ
Agriculture Source : DRAF
Livraisons de lait (en milliers d’hl) 11 087 -15,1 - 2,9 - 2,8
Prix moyen du litre de lait (en euros) 0,31 10,7 - 3,1 - 0,3
- 1,5 - 1,2 - 2,3Abattages de porcs (en tonnes) 273 427
Cours moyen du kg de porc charcutier (en euros) 1,36 17,2 3,8 3,0
Construction Source : DRE
Logements autorisés 6 712 2,2 7,2 8,7
Logements commencés 5 064 - 13,1 - 3,1 4,2
2 - 1,4Locaux à usage professionnel (nombre de m autorisés) 1 069 021 3,5 16,1
Hôtellerie Source : ORTB - INSEE
Nombre de nuitées (en milliers) /// 2,3 - 4,92 709
Taux d’occupation moyen (en %) 71,1 29,3 1,7 - 4,8
DEMANDE
Commerce extérieur Source : Douanes
Importations (en millions d’euros) 1 537 - 5,0 4,5 - 4,9
Exportations 1 632 1,4 - 13,3 - 4,2
Source : OSTImmatriculations de véhicules neufs
Voitures particulières et commerciales - 15,7 - 5,2 - 6,017 215
ENTREPRISES
Créations pures d’entreprises Source : INSEE
1 572Ensemble - 14,0 12,4 13,3
Industrie 104 - 17,5 0,0 9,7
Construction 236 - 20,0 7,8 13,2
381Commerce - 18,4 17,2 16,4
Services 851 - 9,5 13,5 12,3
Défaillances d’entreprises Source : INSEE
(1)Ensemble 350 - 13,6 3,2 - 4,9
EMPLOI
Source : INSEE-URSSAFEmploi salarié privé
secteur marchand non agricole
(2) (3) (4) (4)
Ensemble 647 200 0,0 0,7 - 0,1
Industrie 178 100 - 0,3 - 1,7 - 2,3
62 600Construction 0,2 1,4 1,2
Commerce 130 800 0,3 2,2 1,3
Services 275 700 0,0 1,3 0,4
MARCHÉ DU TRAVAIL
Taux de chômage au sens du BIT (CVS) Source : INSEE 8,0 0,0 3,9 6,6
Demandeurs d’emploi en fin de trimestre (données brutes) Source : DRTEFP
(5)de catégorie 1 101 013 0,8 2,5 7,0
///de moins de 25 ans 22 285 1,0 8,3
///de longue durée 27 792 2,0 8,1
Emploi salarié privé (secteur marchand non agricole) Chômage au 30 septembre 2003
DEFM catégorie 1 TauxVariation de juillet 2002 à juin 2003 (en %)
de chômage
Variation surEnsemble Industrie Construction Commerce Services Série brute BIT (CVS )
un an (en %)
Côtes-d’Armor - 0,8 - 2,8 - 1,2 1,9 - 0,1 17 669 5,5 8,0
Finistère 0,1 - 2,2 1,0 2,4 0,2 29 015 - 0,3 8,3
Ille-et-Vilaine 30 630 4,0 7,41,2 - 1,7 2,2 1,7 2,6
Morbihan 1,3 0,5 3,2 2,5 1,8 23 699 2,0- 8,6
Bretagne 1,4 2,20,7 - 1,7 1,3 101 013 2,5 8,0
ème Source : INSEE-URSSAF Source : DRTEFP - INSEE(1) au 2 trimestre 2003 ;
(2) effectifs au 31 décembre 2002 en données brutes ;
(3) variation entre le 31 mars et le 30 juin 2003 en données CVS ;
(4) variation entre juillet 2002 et juin 2003 en données CVS ;(4) variation entre juillet 2002 et juin 2003
(5) en données CVS.(5) en données CVS.
INSEE Bretagne
Directeur de la Publication : Bernard LE CALVEZ36, place du Colombier CS 94439 35044 RENNES Cedex
Tél. : 02 99 29 33 33 Fax : 02 99 29 33 90 Rédactrice en chef : Laurence LUONG
Pour tout renseignement :
Composition : Éric MONTEIL
Bureau d’information - Tél. : 02 99 29 33 66
Cette note a été rédigée par :
e
© Insee 2003 Dépôt légal : 4 trimestre 2003
Lucile CROS, Jean-Luc NATIVEL, Denise OLLIVIER
Imprimerie : Média Graphic - Rennes
6 Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 92 - décembre 2003

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.