Bilan 2008 - Commerce extérieur

De
Publié par

cial qui s’élève en 2008 à 499 millions d’euros (M €), contre 1,275 Mds € en 2007, soit une diminution de près de - 62 %. Bonne tenue La hausse globale des exportationsdu commerce extérieur ne profite pas à l’automobile L’analyse sectorielle des exportations bas-normandes confirme la prépondérance traditionnelle des cinq secteurs. Les exportations bas-normandes progres- sent à nouveau en 2008, bien que la région La part relative du secteur agro-alimentaire augmente (1,043 Mds €, reste peu exportatrice. Plus du quart + 21,7 % - contre 857 M € en 2007) et représente 26 % des ex- concerne des produits agro-alimentaires. portations bas-normandes (22,2 % en 2007), dont 87 % de pro- Les pays européens forment la première duits transformés. Selon l’enquête de la Banque de France, destination de ces exportations. Cependant les excellentes performances de la filière agro-alimentaire le commerce vers la Chine, bien que mo- bas-normande, dues pour une large part à l’envolée des prix deste, s’intensifie. des matières premières, pourraient enregistrer une stagna- tion des ventes sur les marchés étrangers en 2009. La bonne tenue des exportations de biens professionnels se confirme en 2008 (813 M € + 20,5 %), place ce secteur au e commerce extérieur de la Basse-Normandie (8,43 milliards second rang avec 15 % des exportations bas-normandesLd’euros (Mds €) fait à nouveau preuve d’un bon dynamisme (772 M € en 2007). en 2008.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 15
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

cial qui s’élève en 2008 à 499 millions d’euros (M €), contre
1,275 Mds € en 2007, soit une diminution de près de - 62 %.
Bonne tenue
La hausse globale des exportationsdu commerce extérieur ne profite pas à l’automobile
L’analyse sectorielle des exportations bas-normandes
confirme la prépondérance traditionnelle des cinq secteurs.
Les exportations bas-normandes progres-
sent à nouveau en 2008, bien que la région La part relative du secteur agro-alimentaire augmente (1,043 Mds €,
reste peu exportatrice. Plus du quart + 21,7 % - contre 857 M € en 2007) et représente 26 % des ex-
concerne des produits agro-alimentaires. portations bas-normandes (22,2 % en 2007), dont 87 % de pro-
Les pays européens forment la première duits transformés. Selon l’enquête de la Banque de France,
destination de ces exportations. Cependant les excellentes performances de la filière agro-alimentaire
le commerce vers la Chine, bien que mo- bas-normande, dues pour une large part à l’envolée des prix
deste, s’intensifie. des matières premières, pourraient enregistrer une stagna-
tion des ventes sur les marchés étrangers en 2009.
La bonne tenue des exportations de biens professionnels
se confirme en 2008 (813 M € + 20,5 %), place ce secteur au
e commerce extérieur de la Basse-Normandie (8,43 milliards second rang avec 15 % des exportations bas-normandesLd’euros (Mds €) fait à nouveau preuve d’un bon dynamisme (772 M € en 2007).
en 2008.
On notera en particulier la très légère baisse des équipements
Les exportations bas-normandes se sont en effet élevées à électriques et électroniques (498 M €, - 0,8 % soit 12,6 % des
exportations bas-normandes), des matériels de mesure et de3,965 Mds € en 2008, enregistrant une hausse comparable à
celle de 2007 (+ 6,7 %) , soit un taux de progression nettement contrôle (226,6 M €, - 3 % par rapport à 2007) et des moteurs,
supérieur à la moyenne nationale (+ 2,2 % ). génératrices et transformateurs électriques (172,6 M €,-7,3%
par rapport à 2007). A noter par contre la bonne performance
Malgré les bonnes performances enregistrées ces deux der- des équipements mécaniques, qui concentrent 7,5 % des ex-
nières années, la Basse-Normandie peine à retrouver ses ni- portations bas-normandes avec 295,6 M € (+ 16,9 %).
veaux de 2001 et 2002. Avec une contribution qui frôle 1 % des
exportations nationales (410 milliards d’euros), elle reste au Le secteur des produits de l’industrie automobile (627 M €)
reste à la troisième place en 2008. Il enregistre en effet à nou-20ème rang des régions exportatrices françaises.
veau une baisse globale de - 7,5 % de ses performances
Pour leur part, les importations bas-normandes, qui ont di- (après - 7,4 % en 2007) et ne contribue plus qu’à hauteur de
minué de - 10,6 % en 2008 (après une progression de + 9 % 15,8 % des exportations bas-normandes en 2008, contre 17,3 %
en 2007), atteignent 4,6 Mds € (près de 5 Mds € en 2007, en 2007 avec 677 M €.
4,6 en 2006). Il en résulte une amélioration du déficit commer-
La chute de 11,3 % des exportations de véhicu-
les automobiles (- 42 % en 2007) s’accompagne
en 2008 d’une baisse de 6,2 % du sous-secteur
des équipementiers, qui avaient connu, les
années précédentes, une forte croissance de
leurs exportations (+ 13,4 % en 2007, + 14,6 %
en 2006, + 11,5 % en 2005).
Les prévisions de la Banque de France pour
2009 font état d’une nouvelle baisse des volu-
mes d’affaires (- 13,3 %) dans l’industrie auto-
mobile résultant d’un tassement des prises
d’ordres en provenance du marché intérieur et
de la poursuite de la diminution des ventes réa-
lisées à l’exportation.
Le secteur des biens de consommation hors
agroalimentaire (479,2 M €, + 28,8 % en 2008
contre + 6 % en 2007) connaît une croissance
soutenue ces dernières années et plus parti-
culièrement en 2008. Il contribue pour près de
12,1 % aux exportations bas-normandes avec,
en particulier, la forte croissance des exporta-
16 Insee Basse-Normandie - Bilan 2008tions de produits pharmaceutiques, de parfu-
merie et d’entretien (244,2 M €, + 65 % par
rapport à 2007). On note également une légère
augmentation des équipements du foyer
(181,7 M €, + 2,8 %).
Les exportations de métaux et produits mé-
talliques représentent 9,5 % du commerce
extérieur bas-normand. Après avoir progres-
sé de + 26 % en 2007, elles baissent en 2008 de
- 14,8 % (376,2 M €). Ces exportations sont
constituées à 64 % de métaux non ferreux.
L’Europe moteur de la croissance
des exportations
Au plan géographique, force est de constater que
6 pays européens limitrophes (Allemagne, Espagne,
Belgique, Royaume-Uni, Italie, et Pays-Bas)
concentrent presque 63 % (2,49 Mds €) des ex-
portations bas-normandes.
augmenté et représentent 7,2 % des exportations bas-normandes,Symétriquement, ces six pays européens ne concentrent que
soit 284,21 M €, contre 5,3 % et 204,3 M € en 2007.le quart du déficit commercial de la région. Seuls l’Espagne, le
Royaume-Uni et la Belgique, affichent en 2008 un solde positif
Les exportations bas-normandes vers la Chine ont connu uneface aux déficits enregistrés auprès des 3 autres partenaires.
évolution bien orientée à la hausse ces 3 dernières années,
L’ensemble de l’Union européenne à 27 est destinataire, pour passant de 48,7 M € en 2006 à 51,3 M € en 2007 et 82 M € en
(1)
sa part, de 78,4 % des exportations bas-normandes , soit 2008. Les importations de Chine (206,6 M € en 2008 contre 338 M €
3,106 Mds €, contre 80,2 % en 2007. On observe en particulier en 2007) ont, en revanche, fortement diminué en 2008 et ont gé-
les performances croissantes de la région sur les marchés néré un solde négatif deux fois moins important que l’année
émergents de l’Europe de l’Est, notamment en Pologne, Répu- précédente : - 124,5 M € en 2008 contre - 286,7 M € en 2007.
blique tchèque et Roumanie. L’Europe reste encore, peu ou
Les chiffres du commerce extérieur de la Basse-Normandieprou, le seul moteur de la forte croissance des exportations
(dont la part de la contribution aux exportations françaisesbas-normandes en 2008.
n’a cessé de se réduire au cours des 15 dernières années) ré-
Les 5 pays prioritaires de la Région (Etats-Unis, Russie, Chine, vèlent les faiblesses structurelles du tissu industriel régional :
absence de pôles de compétitivité à vocation internationale,Inde et Brésil), ne dégagent pas de volumes d’échanges signifi-
faiblesse structurelle des TPE bas-normandes, étroitesse decatifs, à l’exception de la Chine. Ceux-ci ont toutefois légèrement
la base exportatrice et prépondérance de secteurs d’activité
traditionnels à faible valeur ajoutée.(1) La moyenne nationale se situe autour de 60 %
Des échanges très majoritairement intra-eu-
ropéens et une quasi-absence des firmes
bas-normandes sur les marchés des pays
émergents et prioritaires pourraient entrainer
à terme une marginalisation accrue de l’acti-
vité économique, hors problématique de mon-
dialisation.
A l’exception du secteur des industries ali-
mentaires dont les performances ont été do-
pées par l’effet prix, et qui constituent un bon
filet de protection en temps de crise, on cons-
tate que les meilleures performances à l’ex-
port sont le fait de secteurs innovants et à plus
forte valeur ajoutée tels que ceux des indus-
tries cosmétique et pharmaceutique.
Jean-Michel LORNE
Direction régionale
du commerce extérieur de Basse-Normandie
Insee Basse-Normandie - Bilan 2008 17

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.