Commerce : ralentissement de l'activité

De
Publié par

En 2008, les ménages français ont freiné leur consommation. En 2008, le niveau des ventes du commerce s’est replié dans la région, de façon plus marquée dans le commerce de gros que le commerce de détail. Le chiffre d’affaires réalisé dans le commerce francilien a progressé à un rythme plus lent qu’en 2007 au cours des trois premiers trimestres et a baissé de 1,7 % au dernier trimestre. Le chiffre d’affaires des grands magasins parisiens a diminué de 1,3 %. Dans ce contexte, l’emploi salarié dans le commerce a diminué de 1,3 % dans la région en 2008. Introduction Repli des ventes du commerce de gros Le hard-discount gagne du terrain Baisse des effectifs salariés dans le commerce
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 17
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

30 Commerce
Commerce : ralentissement de l’activité
n 2008, le pouvoir d’achat des doublé sa part de marché entre 2000 etLe hard-discount gagne du terrain
ménages français a nettement 2008 (14 % des achats alimentaires y
L’Ile-de-France concentre 19 % de laE moins progressé qu’en 2007 du seraient aujourd’hui effectués).
population française, mais détient seu-fait du fort ralentissement de leur reve-
Baisse des effectifs salariéslement 14 % du parc national des gran-nu disponible et de la hausse des prix.
des surfaces alimentaires en raison dans le commerceDans ce contexte, les ménages ont frei-
d’une faible implantation d’hypermar-né leur consommation (+ 1 % en 2008 Le secteur du commerce regroupait fin
chés (9 % du parc national) et d’uneaprès + 2,4 % en 2007), notamment en 2008 un peu plus de 503 000 salariés
présence moins marquée de supermar-biens manufacturés. La consommation dans la région, dont 46 % dans le com-
chés et de hard-discount.a stagné durant les trois premiers tri- merce de gros et 45 % dans le com-
mestres, mais a rebondi en fin d’année Ce constat masque de fortes disparités merce de détail.
à la période des fêtes. régionales. La petite couronne et sur-
L’emploi salarié dans le commerce a
tout Paris sont moins bien dotés en
subi les conséquences du retournement
Repli des ventes grandes surfaces alimentaires que la
économique : il a diminué de 1,3 % en
grande couronne. Seuls, les magasinsdu commerce de gros 2008, après avoir progressé de 1,8 %
populaires y sont surreprésentés. En re-
en 2007. Cette évolution est imputable
La morosité économique n’a pas épargné vanche, le commerce de proximité est
au recul de l’emploi dans le commerce
la région francilienne. Le niveau des nettement plus présent, surtout à Paris
de gros (- 2,5 %), ainsi que dans le com-
ventes du commerce s’est nettement re- où les habitants effectuent un quart de
merce et la réparation automobile, qui,
plié en cours d’année. La dégradation leurs dépenses alimentaires dans les
comme en 2007, a diminué de 2 %. Le
ayant été plus marquée dans le com- commerces de détail.
secteur du commerce et de la répara-
merce de gros que dans le commerce En 2008, la région a vu disparaître 13
tion automobile est l’un de ceux qui
de détail. supermarchés et naître 12 hard- souffrent le plus de la baisse de la de-
discount. Ces derniers continuent deDurant les trois premiers trimestres, le mande. Le dispositif de prime à la casse,
gagner du terrain dans la région et enchiffre d’affaires réalisé dans le com- entré en vigueur seulement en dé-
France, en raison d’un contexte écono-merce en Ile-de-France a progressé à cembre 2008, n’a de ce fait pas eu d’ef-
mique moins favorable et d’un pouvoir
un rythme plus lent qu’en 2007. Il était fets significatifs sur le marché en 2008.
d’achat en berne. En Ile-de-France,
même en repli de 1,7 % au quatrième Le nombre de salariés dans le com-plus d’une grande surface alimentairetrimestre (par rapport au même tri-
merce de détail a, pour sa part, stagnésur trois est désormais un hard-mestre de l’année précédente), alors
en 2008 (+ 0,1 %), après avoir augmen-discount. Ce circuit aurait, en outre,qu’il progressait de 4,9 % au dernier tri-
té de l’ordre de 3 % en 2007.
mestre 2007. L’évolution a été moins
■■■■ Véronique Sassofavorable qu’en France où en 2008 l’in-
CROCIS de la CCIPLe e-commercedice de chiffre d’affaires a nettement
reste dynamiqueprogressé par rapport à 2007, sauf au
La part du commerce en ligne est encoredernier trimestre où il a également ac-
Pour en savoir plusmarginale dans le commerce de détail, maiscusé une baisse.
le commerce électronique séduit de plus en Indicateur mensuel d’activité des grands maga-
Les grands magasins parisiens ont égale- plus d’internautes. Selon les estimations de la sins franciliens – CROCIS de la CCIP.
ment été touchés par ce repli écono- fédération du e-commerce et de la vente à
Tableau de bord économique trimestriel de
mique. Les touristes, clients privilégiés distance (Fevad), plus de 22 millions de fran-
l’Ile-de-France, CROCIS de la CCIP.
de ces magasins, ont été un peu moins çais ont acheté via Internet en 2008, soit
Centre régional d’observation du commerce,2,5 millions de nouveaux cyber-acheteurs. Lenombreux cette année. Par ailleurs,
de l’industrie et des services (CROCIS) de lachiffre d’affaires du e-commerce s’est élèvé àl’activité de fin d’année a été plus calme
CCIP : www.crocis.ccip.fr20,6 milliards d’euros en 2008, en hausse deque d’habitude. Le chiffre d’affaires des
«LecommerceenFrance», Insee références,29 % en un an (après 35,5 % en 2007). Horsgrands magasins a baissé de 1,3 % en
édition 2008.tourisme et services, les produits en ligne les2008. Comme il avait progressé de
plus achetés sont les produits techniques, Site internet de la fédération du e-commerce4,6 % en 2007, il reste cependant supé-
l’habillement et les produits culturels. et de la vente à distance : www.fevad.comrieur de 3 % à celui de 2006.
Insee Ile-de-France 2009 Regards sur... l’année économique et sociale 2008Commerce : ralentissement de l’activité
31
Activité dans le commerce de gros, ventes passées, Chiffre d'affaires dans le commerce
carnets de commande et stocks en Ile-de-France Indices trimestriels de chiffre d'affaires
données brutes indice base 100 en 2000
% de solde d'opinion 160
60
15040
20 140
0 130
-20 120
-40
110
-60
100
2004 2005 2006 2007 2008
-80 Ile-de-France France métropolitaine
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009
Source : Insee - Direction Générale des Impôts, déclaration de TVAVentes passées Stocks Intentions de commandes
Les indicateurs utilisés sont des soldes d'opinion : différence entre le pourcentage des
réponses en hausse et le pourcentage des réponses en baisse.
Source : Insee, enquête bimestrielle nationale de conjoncture
dans le commerce de gros pondérée par la structure régionale des établissements
selon leur secteur d'activité et leur taille
Densité commerciale
Volume des ventes dans les grands magasins franciliens* en hypermarchés et supermarchés en 2008
indices CVS-CJO, base 100 en 2000
130
Val-d'Oise
201
120
Seine-Saint-denis
146Hauts- Parisde-110 75Yvelines Seine
220 107 Val-de-Marne
170
100 Seine-et-Marne
267
Essonne
23390
80 m²/1 000 habitants
2003 2004 2005 2006 2007 2008
250*Galeries Lafayette, Printemps, Bon Marché et BHV.
200Source : CROCIS de la CCIP
© Iaurif-Insee 2009
Implantation de grandes surfaces alimentaires en 2008 Source : Atlas de la distribution 2008, LSA
Hard- Magasins
Hypermarchés Supermarchés Totaldiscount populaires*
Paris 5 195 133 73 406
Seine-Saint-Denis 24 51 66 12 153
Effectifs salariés dans le commerce francilienHauts-de-Seine 13 98 50 28 189
Val-de-Marne 16 80 55 14 165
e e EvolutionPetite couronne 53 229 171 54 507 4 trimestre 4 trimestre 2008/2007
2007 2008Seine-et-Marne 28 94 81 4 207 (%)
Essonne 27 69 87 3 186
Commerce et réparation d'automobilesYvelines 21 98 60 7 186 45 249 44 332 -2,0
et de motocyclesVal-d'Oise 20 61 59 5 145
Commerce de gros 239 692 233 799 -2,5Grande couronne 96 322 287 19 724
Commerce de détail 225 237 225 413 0,1Ile-de-France 154 746 591 146 1 637
Ensemble 510 178 503 544 -1,3
*magasins Monoprix et Inno.
Source : Pôle emploi servicesSource : Atlas de la distribution 2008, LSA
Insee Ile-de-France 2009 Regards sur... l’année économique et sociale 2008

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.