Commerce - Services : malgré le ralentissement de certains secteurs, le tertiaire progresse (Octant n° 93)

De
Publié par

En Bretagne comme France entière, en 2002, le commerce de gros a pâti du ralentissement industriel. Le commerce de détail a connu une moindre progression de son chiffre d'affaires qu'en 2001. Dans les services, la croissance reste substantielle mais se ralentit elle aussi.

Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 7
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

ommerceCservices
Malgré le ralentissement de certains secteurs,
le tertiaire progresse
ffecté par le ralentisse- Les négociants font état veau en fin d’année. CetteAment industriel, le d’une nette remontée de opinion des commerçants
commerce de gros a souffert leurs prix de vente en début sur leurs ventes est en phase
toute l’année 2002 d’une d’année, lesquels ont connu avec l’évolution du chiffre
conjoncture peu favorable. à partir de l’été une orienta- d’affaires dans l’ensemble
Dans le commerce de détail, tion un peu moins favorable. du commerce de détail.
l’opinion sur l’activité s’est Sur l’année, les prix ont pro- Après avoir connu des pro-
détériorée par rapport à gressé, moins cependant que gressions supérieures à 5 %
2001. D’ailleurs, l’augmen- les deux années passées. en 1999 et 2000, le chiffre
tation du chiffre d’affaires de Malgré cette progression des d’affaires du secteur a pro-
ce secteur est moins impor- prix et le niveau des stocks gressé plus lentement dès
tante que précédemment. jugé inférieur à la moyenne, 2001. En 2002, le ralentisse-
L’emploi y a cependant pro- les négociants font état d’une ment est encore plus net : en
gressé de 3 %. Dans les ser- situation de trésorerie plus moyenne, sur l’année, l’ac-
vices, la croissance de difficile que sur la période croissement du chiffre d’af-
l’activité s’est poursuivie 1998-2001, plus aisée toute- faires dans le commerce de
mais àunrythmeunpeu fois qu’en 1996. Malgré détail se situe autour de
moins vif. Dans ce secteur, cette évolution peu favo- 2,5 %.
7 500 emplois ont été créés rable des opinions , l’emploi
en 2002. dans le commerce de gros a L’inflexion d’activité a été
progressé de 0,8 %. ressentie dans tous les sec-
teurs. Cependant, l’activité
Commerce de gros : La légère amélioration des dans le commerce spécialisé
opinions enregistrée à la fin est jugée plus terne que dansnet ralentissement
de l’année se poursuivrait au le commerce non spécialisé,
début 2003 : les intentions ce dernier ayant retrouvé
En Bretagne comme Sur l’ensemble de l’année, de commandes des commer- une activité plus soutenue à
l’opinion des négociants sur çants continuent de se partir de l’été.France entière, en
le volume de leurs ventes s’est redresser.
2002, le commerce de détériorée. En termes de solde Selon les détaillants, les
gros a pâti du d’opinions, on se retrouve au stocks se sont alourdis au
Commerce de détail :niveau de 1996. La détériora- cours de l’année, notam-ralentissement
progression plus lente,tion de la conjoncture dans le ment dans le commerce de
industriel. Le commerce commerce de gros com- détail spécialisé. A l’inversela situation de trésorerie
de détail a connu une mencée en 2001, s’est pour- dans le commerce de détailreste bonne
suivie au premier semestre non spécialisé, les stocks ju-moindre progression de
2002 et s’est accentuée à gés très lourds en début
son chiffre d’affaires l’été ; un très léger redresse- L’opinion des détaillants de d’année se sont ensuite
qu’en 2001. Dans les ment de l’activité a ensuite été allégés.la région sur le volume de
constaté. La dégradation des leurs ventes s’est dégradéeservices, la croissance
opinions a été plus forte dans Les détaillants ont estimédès le début de l’année
reste substantielle mais les biens intermédiaires et les 2002, avant de s’améliorer que leurs prix de vente
se ralentit elle aussi. biens d’équipement. avaient conservé une orien-puis de se détériorer à nou-
16 Octant n° 93 - Avril 2003 Bilan économique 2002Commerce - Services
tation favorable l’année passée. le ralentissement de la fin 2001,
Ce bon niveau des prix aurait leur activité s’est améliorée au Tendance des ventes
ainsi contribué à préserver leur premier semestre 2002 et s’est dans le commerce de gros solde d’opinions, en %
situation de trésorerie. Cette maintenue au deuxième semes- 20
dernière est cependant jugée tre.
10
moins aisée qu’en 2001, meil-
0leure toutefois que sur la pé- Le fléchissement d’ensemble a
riode 1996-2000. touché les services aux entrepri-
-10
ses et les aux particu-
-20L’emploi dans le commerce de liers. Seule l’activité immobi-
détail a poursuivi sa progression lière a connu une progression Opinion sur les ventes réalisées
-30
en 2002, mais à un rythme plus plus importante qu’en 2001,
-40modéré que précédemment. En moindre néanmoins que celle
2002, l’emploi de ce secteur des années précédentes.
-50
1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002s’est accru de 3,1 % après
+ 3,6 % en 2001. Après deux années de forte
Moyennes mobiles sur 3 bimestres
croissance, l’emploi salarié Source : Insee, enquêtes de conjoncture
Compte tenu de la lourdeur de dans les services a augmenté à
leurs stocks en fin d’année, les un rythme un peu moins soute-
commerçants interrogés en jan- nu en 2002. Avec une augmen- Tendance des ventes
vier n’anticipent pas d’amélio- tation de 2,8 %, c’est cependant dans le commerce de détail solde d’opinions, en %
ration de leur activité au début le secteur d’activité qui pro-
20
2003. Leurs intentions de com- gresse le plus. Cette évolution
10mandes pour les mois de jan- de l’emploi est conforme à
vier-février sont en baisse. l’opinion des chefs d’entrepri- 0
ses perçue au cours de l’année
-10au travers des enquêtes de
conjoncture. Cependant, uneBaisse des ventes -20
évolution moins favorable de Opinion sur les ventes réaliséesd’automobiles
-30l’emploi est envisagée pour le
début 2003. -40
EnsembleAprès une année de forte crois-
-50Sur l’ensemble de l’année, lessance, le marché automobile a 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002
résultats d’exploitation des en-baissé en 2002 dans la région
Moyennes mobiles sur 3 bimestrestreprises sont globalement sta-comme France entière. Au ni-
Source : Insee, enquêtes de conjoncture
bles. Ils se sont un peu amélio-veau national, 2,145 millions
rés dans les services auxde voitures neuves - particuliè-
entreprises mais ont continué àres et commerciales – ont été
Tendance de l’activitébaisser dans les services auximmatriculées en 2002, soit
dans les services Solde d’opinions, en %particuliers.4,9 % de moins que l’année
40précédente. En Bretagne, avec
EnsembleServices aux entreprisesLa hausse des prix des services83 564 nouvelles voitures im- des services
30s’est accélérée en 2002 enmatriculées, le marché est en
phase avec la perception desretrait de 4,3 % par rapport à 20
professionnels sur leurs prix de2001.
vente. Le glissement des prix 10
des services est ainsi passé de
0+ 1,9 % en décembre 2001 àServices :
+ 3,4 % en d 2002.léger fléchissement -10
Services aux particuliersCette accélération de prix ré-de la croissance
sulte de trois facteurs essen- -20 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002
tiels : les hausses liées au pas-
En Bretagne comme France en- sage à l’euro, les augmentations Moyennes mobiles sur 3 trimestres
Source : Insee, enquêtes de conjoncturede tarifs de la santé et l’accélé-tière, l’activité des services a
continué de progresser en ration des loyers.
2002, mais à un rythme plus
lent. France entière, l’activité de Les chefs d’entreprise interrogés
en janvier tablent sur une légèrece secteur s’est accrue de 2,6 %
en 2002 après 3,1 % en 2001. décélération d’activité au pre-
mier trimestre 2003, sauf dans
En 2002, dans la région, les les services aux particuliers.
chefs d’entreprise font état
d’une augmentation de leur
chiffre d’affaires, moindre que
l’année précédente, et infé- Marie-Paule LE BRIS
rieure également à celle ob-
servée depuis 1997. Selon les
professionnels du secteur, après
Bilan économique 2002 Octant n° 93 - Avril 2003 17
n

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.