Commerce : Un rebond d'activité en fin d'année

De
Publié par

Le commerce de gros interindustriel et le commerce de gros non alimentaire connaissent une très bonne fin d'année 1999. En revanche,dans l'alimentaire, les résultats sont plus décevants. Dans le commerce de détail, au contraire,c'est l'alimentaire qui termine bien l'année 1999 alors que le non alimentaire conserve une activité de niveau très moyen, à l'image des années précédentes.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 7
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

ACTIVITES ECONOMIQUES
Commerce
Un rebond d’activité
en fin d’année
25
n 1999, profitant du dyna l’hexagone. Le commerce de gros-Le commerce de gros
misme de la demande inté non alimentaire connaît lui aussi-interindustriel et le Erieure, le commerce de gros un net redressement d’activité aucommerce de gros non
en France a fortement progressé second semestre 1999. En revanche,
alimentaire connaissent une
pour la troisième année consécu malgré les remises de prix prati- -
très bonne fin d’année 1999. tive (+7% en volume) et a permis quées, le commerce de gros alimen-
En revanche, dans la création de 24 000 emplois sala taire enregistre de moins bons ré- -
l’alimentaire, les résultats riés supplémentaires, après sultats en fin d’année 1999 qu’un
+15 000 en 1998. an auparavant. Les livraisons resont plus décevants. -
En Haute-Normandie, le com çues suivent une évolution compa- -Dans le commerce de détail,
merce de gros interindustriel après rable à celle de l’activité dansau contraire, c’est
un premier semestre moyen s’est chaque secteur. Les stocks se sont
l’alimentaire qui termine bien
ressaisi en milieu d’année et ter maintenus à un niveau supérieur à-
l’année 1999 alors que le
mine l’année dans d’excellentes la moyenne au premier semestre
non alimentaire conserve conditions. Les ventes réalisées par puis se sont nettement réduits en-
une activité de niveau très ce secteur comprennent en particu suite. Après les nombreuses em- -
lier celles de matériel bureautique bauches de 1997 et 1998, les effecmoyen, à l’image des -
et informatique qui connaissent tifs paraissent stables en 1999 sinonannées précédentes.
une année très brillante dans tout en léger déclin. Un sursaut néan-
L’ACTIVITÉ DANS LE COMMERCE DE GROS EN FRANCE
Acitivités 1995 1996 1997 1998 1999
Commerce de gros de produits agricoles bruts -1,5 1,1 9,8 1,6 2,3ce de gros de produits alimentaires 3,3 -0,1 -0,4 3,7 2,5
Commerce de gros de biens
de consommation non alimentaire 3,4 -3,9 12,6 9,0 8,0
Commerce de gros de biens
intermédiaires non agricoles -1,4 2,1 1,7 6,6 5,2
Commerce de gros de biens
d’équipement professionnel 10,7 7,7 12,0 19,0 16,1
Ensemble du commerce de gros 3,1 1,3 6,3 8,2 7,1
(hors intermédiaires du commerce)
Intermédiaires du commerce 7,4 7,2 19,5 10,7 8,0
dont : centrales d’achat 0,3 8,9 25,8 12,6 9,5
Ensemble commerce de gros et intermédiaires 3,6 2,0 7,9 8,6 7,2
Unité : évolution en % du chiffre d’affaires (HT) Source : INSEE - Comptes du commerce
Avertissement : Les comptes du commerce s’insèrent dans le dispositif d’ensemble de l’évolution de l’économie nationale. Aussi,
les évolutions présentées ici sont susceptibles d’être légèrement modifiées, y compris pour les années antérieures (rétropolation
des séries, nouvelles bases des comptes nationaux, changement de nomenclature d’activités.
AVAL 89 2e TRIMESTRE 2000ACTIVITES ECONOMIQUES
moins s’est produit en fin d’année L’ACTIVITÉ DANS LE COMMERCE DE DÉTAIL EN FRANCE
dans le secteur alimentaire. Les Évolution du chiffre d’affaires TTC (en volume)
Forme de ventes
1995 1996 1997 1998 1999grossistes haut-normands s’accor-
Alimentation spécialisée et artisanat (1) -3,8 -0,5 -4,6 -0,2 -0,2dent pour reconnaître que le vo- Boulangeries-pâtisseries -1,8 -3,0 -5,4 0,5 -1,2
Boucheries-charcuteries -4,9 -3,0 -4,3 -1,4 0,5lume des affaires est nettement re-
Autres magasins d’alimentation spécialisée -5,3 6,6 -3,7 0,4 0,1
parti au niveau national depuis le
Petites surfaces générale (2) -2,6 -2,8 -1,7 0,8 -0,9
milieu de l’année 1999. Grandes surfaces d’alimentation générale 3,0 2,1 3,4 3,3 4,3
Grands magasins (3) -1,1 4,1 3,7 4,2 2,8La vigueur de la demande inté-
Pharmacies et commerces d’articles médicaux 3,8 2,6 2,2 5,0 4,5rieure a aussi réussi à gonfler le vo-
Magasins non alimentaires spécialisés 1,8 0,7 2,3 4,7 3,4
lume des ventes du commerce de Équipement de la personne -0,9 1,1 0,2 2,8 0,4 du foyer 1,0 0,4 1,7 6,5 5,4détail qui progresse à nouveau de26 Aménagement de l’habitat 1,6 1,2 2,9 3,3 4,1
+3% en 1999 au niveau national et a Parfumeries, loisirs, sports 4,6 1,0 2,4 5,0 3,1
Autres magasins spécialisés 4,5 -0,5 5,5 6,3 4,3
permis la création de 33 000 em-
Commerce hors magasin -1,8 -1,0 2,9 3,1 0,5
plois salariés supplémentaires. En Vente par correspondance -0,7 -0,6 0,8 3,9 0,8
Autres (marchés) -2,8 -1,3 4,9 2,3 0,3
Haute-Normandie, le secteur ali-
Réparation d’articles personnels et domestiques 10,6 -15,3 1,2 0,9 -2,1
mentaire termine l’année dans des
Ensemble du commerce de détail
1,5 0,9 2,0 3,5 3,2conditions très satisfaisantes. Le et de l’artisanat à caractère commercial
secteur non alimentaire ne béné Unité:%du chiffre d’affaires (TTC) Source : INSEE - Comptes du commerce-
(1) boulangeries, pâtisseries, boucheries, charcuteries
ficie pas de circonstances aussi fa- (2) et magasins de produits surgelés
2(3) et autres magasins non spécialisés dont la surface est inférieureà2500 mvorables et enregistre une activité
moyenne comparable aux années
tation dans le secteur non alimen taire se sont révélés en 1999 plus opprécédentes. Les prix de vente sont - -
taire. La proximité du passage à timistes que ceux du secteur non alirestés orientés à la baisse depuis -
juillet 1998 mais remontent en fin l’an 2000 a gonflé au second se mentaire sur le volume des affaires-
d’année 1999 dans le secteur ali mestre les intentions de comman en France dans leur profession- -
des dans le secteur alimentairementaire. Les effectifs ont été nette-
alors que le nonement renforcés dans le secteur ali-
Francis COUVOUTs’est tenu sur la réserve. De même,mentaire au second semestre et
sont, au mieux, en légère augmen les détaillants du secteur alimen- -
AVAL 89 2e TRIMESTRE 2000

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.