Conjoncture 2ème trimestre 2005 : croissance attendue

De
Publié par

Le PIB français progresse modérément (+0,1%) au deuxième trimestre 2005. Ce résultat faible s’explique en partie par le recul de la consommation des ménages, qui, jusqu’à présent, a été le moteur principal de la croissance. Le second semestre 2005 devrait permettre à l’économie française d’atteindre 1,5% de croissance en 2005. Cette croissance serait une des plus fortes observées dans la zone euro. L’emploi salarié lorrain recule plus modérément au deuxième trimestre 2005. Les secteurs des services et de la construction sont créateurs d’emploi, l’emploi industriel continue de décliner. Les créations d’entreprise enregistrent une légère baisse qui n’est que temporaire. Le chômage lorrain, après une hausse sensible, semble se stabiliser à un niveau très proche du niveau national. Le chômage de longue durée connaît une progression inquiétante (+10,1%) sur un an.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 19
Tags :
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins

www.insee.fr/lorraine
° Mi-2005 :37N croissance attendue

Le PIB français progresse modérément (+0,1%)
au deuxième trimestre 2005. Ce résultat faible s’explique
en partie par le recul de la consommation des ménages,
qui, jusqu’à présent, a été le moteur principal de la croissance.
Le second semestre 2005 devrait permettre à l’économie
française d’atteindre 1,5% de croissance en 2005.
Cette croissance serait une des plus fortes observées
dans la zone euro.
L’emploi salarié lorrain recule plus modérément
au deuxième trimestre 2005. Les secteurs des services
et de la construction sont créateurs d’emploi, l’emploi industriel
Le PIB français
continue de décliner. Les créations d’entreprise enregistrenten croissance faible
une légère baisse qui n’est que temporaire. Le chômage lorrain,
Recul de la consommation
des ménages après une hausse sensible, semble se stabiliser à un niveau
très proche du niveau national. Le chômage de longue duréeL’emploi lorrain :
quasi-stabilité
connaît une progression inquiétante (+10,1%) sur un an.
Progression du chômage
Moindre baisse de l'emploi lorrainde longue durée en Lorraine
Emploi salarié, indice base 100 fin du dernier trimestre 1999
110
108
106 France
104
102
Lorraine
100
98
2002 20032000 2001 2004 2005
Champ : emploi du secteur concurrentiel hors intérim, agriculture, État et entreprises contrôlées majoritairement
par l'État.
Source : Insee - URSSAF
VConjoncture nationale et internationale :
premier semestre en pente douce
Le produit intérieur brut (PIB) aux prix de l’année 2000 ne pro-
gresse que 0,1% au deuxième trimestre 2005, après la hausseAllemagne
modérée enregistrée au trimestre précédent (+0,4%). La conjonc-
ture devrait s’améliorer au second semestre pour hisser le taux deAu deuxième trimestre
2005, en Allemagne, le croissance annuel autour de 1,5%. Cette croissance serait supé-
produit intérieur brut
rieure à celle prévue pour l’ensemble de la zone euro (+1,3%).stagne. La demande inté-
rieure reste faible. Le reve-
nu des ménages est epuis quelques trimestres, la manufacturés connaîtraient une forte
pénalisé par le manque de Dcroissance française était tirée hausse au troisième trimestre 2005
dynamismedel’emploi.
principalement par la demande inté- (+1,8%). Sur l’année, la consommationL’Allemagne profite tou-
rieure, et notamment par la consomma- croîtrait de 2%, laissant inchangé lejours d’une bonne tenue de
tion des ménages. Au deuxième taux d’épargne des ménages à 15,4%.ses exportations. Les gains
de compétitivité-coûts dé- trimestre 2005, la tendance s’inverse Bien que ce taux reste constant, la ré-
gagés par le recul des sa- puisque les dépenses de consommation partition de l’épargne continue de se
laires réels devraient enregistrent un recul de 0,1% et contri- modifier au profit de l’investissement
relancer l’investissement
buent donc négativement à la crois- foncier et au détriment des place-
productif outre-Rhin.
sance pour 0,1 point. Ce recul inopiné ments financiers, de moins en moins
En juin 2005, le taux de des dépenses des ménages ne devrait rémunérateurs.
chômage allemand atteint
toutefois pas perdurer.
11,3% de la population ac-
tive. L’emploi salarié a di- Solde extérieur :
minuéde1,5% par Consommation intérieure : toujours pénalisant
rapport à juin 2004. un repli temporaire
Au deuxième trimestre 2005, le soldeEn Rhénanie-Palatinat et en
Lesévolutionsrécentesdela consom- extérieur contribue négativement à laSarre, le taux de chômage
atteint respectivement mation des ménages français sont croissance pour 0,1 point contre 0,3
8,5% et 11,3% en juin chahutées. Après une fin d’année point au trimestre précédent. Les im-
2005. En un an, l’emploi 2004 marquée par une forte poussée portations ont augmenté de 1,1% au
dans ces deux régions a desachats, lesdépensesdes ména- deuxième trimestre, après une hausse
baissé de 1,6% et de
ges reculent de 0,2% au deuxième tri- de 0,5% au premier trimestre. Les ex-
1,1%, soit au total la dis-
mestre 2005. Ce repli ne serait que portations, après un recul de 0,3% auparition d’environ 22 500
passager ; les dépenses en produits premier trimestre 2005, se redres-emplois.
Une croissance plus faible
Croissance du PIB et contributions à son évolution
%
1,2
Sources internationales :
- Note de conjoncture
0,8de l’Insee
- Service des études
et de la statistique
0,4du ministère
de la région wallonne
- Service central
0,0
de la statistique
et des études économiques
du Luxembourg PIB (en %)
Dépenses de consommation (en point)-0,4- Statistisches Landesamt
FBCF (en point)
Saarland
Commerce extérieur (en point)
- Landesamt
Rheinland-Pfalz -0,8 e e e er e e e er e2 trim. 3 trim. 4 trim. 1 trim. 2 trim. 3 trim. 4 trim. 1 trim. 2 trim.
- Bulletin luxembourgeois 2003 2004 2005
de l’emploi
Source : Insee - comptes nationaux trimestriels
2sent fortement avec une croissance de ne semble pas avoir été affectée. Les
1%. Néanmoins, une parité euro/dol- effets de ce renchérissement devraient
Belgique
lar défavorable aux exportations, s’étaler dans le temps. Ainsi, la crois-
couplée à des importations stimulées sance des États-Unis, affectée égale-
par une demande intérieure retrouvée, ment par les cyclones, afficherait tout Au deuxième trimestre 2005,
le produit intérieur brut augdevraient creuser le déficit commercial de même un rythme annuel de +3,4%. -
mentede0,3%enBelgique.Ilfrançais en 2005. Au total, ce déficit Malgré quelques signes d’essouffle-
est en hausse de 1,2% surextérieur pourrait coûter un point à la ment,lacroissancedelazoneAsie
un an. Le taux de chômage
croissance française cette année. reste forte, entretenant des tensions
(en données désaisonnalisées)
inflationnistes sur le marché des matiè- s’établit à 8,1% de la popula-
res premières et notamment du pé- tion active en juin 2005.Entreprises : la croissance
trole. Dans ce contexte de croissancesoutenue par les stocks Le chômage touche plus dure-
mondiale encore soutenue, la zone ment les femmes (9,2%) que
L’investissement des entreprises, euro peine à tirer son épingle du jeu. les hommes (7,2%). Entre juin
après la forte progression du premier Globalement, les pays de la zone euro 2004 et juin 2005, le
nombre de demandeurs d’em-trimestre 2005 (+1,9%)est en netre- souffrent de la faiblesse de leur de-
ploi a augmenté de 4,6%. Enpli (-1%). L’investissement en véhicules mande intérieure. L’Allemagne bénéficie
Wallonie, le nombre de chô-recule fortement (-2,2%), conséquence toujours des échanges commerciaux
meurs est en hausse de
des investissements déjà réalisés dans grâce à une compétitivité- coûts re-
3,2% sur la même période.
ce domaine au premier trimestre trouvée suite à la baisse des salaires
2005. Dans les services, les investis- réels. A l’inverse, l’économie française
sements baissent sensiblement souffre de son déficit commercial.
(-1,4%), ceux à destination des entre- Dans ce contexte, l’emploi salarié mar-
prises payant le plus lourd tribut chand devrait progresser en France de
(-3,4%). Les variations de stocks des Luxembourg50 000 pour l’année 2005, contre
entreprises sont en hausse et contri- seulement 5 000 l’année précédente.
buent donc pour 0,3 point à la crois- Acelas’ajoutelamontéeencharge En juin 2005, l’emploi sala-
sance du PIB ce trimestre. Ce des emplois aidés (Plan de Cohésion So- rié du Luxembourg aug-
gonflement des stocks reflète sans ciale). Au total, l’emploi total salarié de- mentede1,5%par rapport
doute une anticipation des entreprises au trimestre précédent.vrait augmenter de 91 000 en 2005.
quant à la demande future des ména- L’emploi frontalier, qui re-Cette hausse, associée à un accroisse-
présente 38,1% de l’emploiges français. ment plus modeste de l’offre de travail
total, augmente quant à lui
(+39 000 pour 2005), explique que le
de 2,6% sur la même pé-
taux de chômage retomberait à 9,7%Activité mondiale : riode. Il a progressé de
de la population active, fin 2005.la zone euro à la traîne 5,9% en un an. Dans le
même temps, le nombre de
L’un des faits marquants de ces der- demandeurs d’emploi a di-
niers mois reste l’envolée et le maintien minuéde3,1%entrois
mois. Le taux de chômageà un niveau élevé du prix du baril de pé-
er s’établit à 4,4% de la popu-trole (67$ au 1 septembre). Contre
lation active.toute attente, la croissance mondiale
Biens et services : Équilibre ressources-emplois aux prix de 2000
Évolution
2003 2004 2005
annuelle
T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 2004 2005
Produit Intérieur Brut 0,3 -0,4 1,0 0,4 0,6 0,8 0,1 0,6 0,4 0,1 2,1 1,2
Importations 0,4 0,0 0,5 2,0 0,3 3,4 2,2 1,2 0,5 1,1 6,1 4;2
Dépenses de consommation des ménages 0,2 0,1 1,0 0,3 0,8 0,8 -0,2 1,2 0,7 -0,2 2,3 1,5 de consommation des adminis-
trations publiques 0,2 0,4 0,9 0,9 0,7 0,8 0,2 0,6 0,2 0,3 2,7 1,1
Formation Brute de Capital Fixe (FBCF) totale 1,0 0,9 1,3 1,1 -0,4 0,9 -0,2 1,2 1,5 -0,2 2,1 2,4
dont : SNF-EI (sociétés) -0,2 0,0 1,5 1,4 -0,4 1,1 -0,4 1,7 1,9 -1,0 2,4 2,4
Ménages 1,6 1,0 0,4 0,7 0,4 1,6 0,5 0,8 0,7 1,1 3,1 2,8
APU (administrations publiques) 3,1 2,8 2,3 1,3 -0,2 0,4 0,0 0,4 1,3 0,3 3,0 1,9
Exportations -1,8 -1,1 0,6 1,2 0,1 1,0 0,2 1,0 -0,3 1,0 2,1 1,4
Demande intérieure totale 1,0 0,0 1,0 0,6 0,6 1,4 0,6 0,7 0,6 0,2 3,2 2,0
Source : Insee - Comptes nationaux trimestriels
3Conjoncture Lorraine :
un premier semestre 2005 timoré
Au deuxième trimestre 2005, l’emploi salarié lorrain baisse en-
core bien queplusfaiblement(-0,1%).Lenombredecréations
d’entreprise connait un léger repli temporaire (-3,4%) tandis que
le secteur du bâtiment, le gros œuvre notamment, continue de se
porter bien. Le taux de chômage lorrain se stabilise à 10,2% de
la population active, taux légèrement supérieur à la moyenne na-
tionale. Le chômage de longue durée touche plus d’un chômeur
En Alsace lorrain sur quatre (28,9%).
Au deuxième trimestre
u deuxième trimestre 2005, Lesindustriesdes biensintermédiaires
2005, l’emploi salarié du A l’emploi salarié lorrain du secteur perdent plus de 800 emplois. Particuliè-secteur marchand aug-
marchand (hors intérim)continuededimi- rement touché, le secteur de la métal-mentede0,1%(données
nuer, à un rythme moindre cependant lurgie et de la transformation desbrutes Insee-Urssaf) en
Alsace. Le taux de chô- que dans les périodes précédentes. La métaux subit une baisse de près de 2%.
mage au sens du BIT se baisse (-0,1%) représente environ 400 Cette baisse provient essentiellement de
stabilise à 8,9% de la popu- emplois de moins qu’au premier tri- la fermeture du site du TRAIN UNIVERSEL
lation active. Sur un an, le
mestre. Les effectifs de la construction, DE LONGWY, et de réductions d’effectifs
taux de chômage alsacien a
du commerce et des services sont en dans les établissements vosgiensaugmentéde0,5 point.
hausse. Mais l’industrie, avec près de GANTOIS, en redressement judiciaire, et
1 700 emplois perdus, fait encore pen- àla SA ETILAM à Thionville, menacée de
cher la balance du côté négatif. Sur l’en- fermeture. Par ailleurs, l’entreprise
En Champagne-
semble de la France, l’emploi salarié SURTEMA à Hambach, spécialisée dans le
Ardenne
reste stable. traitement et le revêtement des métaux,
aétéabsorbéepar SMART FRANCE et ses
Au deuxième trimestre
200 salariés sont désormais comptabili-La fin des chaussures Bata2005, en Champagne-
sés dans le secteur de l’industrie auto-Ardenne, l’emploi salarié en Lorraine
mobile. L’industrie textile perd encoredessecteursconcurren-
L’emploi industriel continue de chuter, 4% des ses emplois. La liquidation judi-tiels (en données CVS) pro-
gresse de 0,1% par avec une baisse de 1,1%, soit environ ciaire de la SARL VICTOR PERRIN entraîne
rapport au premier tri- 1 700 postes de moins qu’au premier notamment le licenciement de près de
mestre. trimestre. 150 personnes.
Le taux de chômage se sta-
L'emploi en hausse dans le tertiaire et la constructionbilise à 10,5% de la popula-
tion active, contre 10,1%
Évolution de l’emploi salarié lorrain
pour l’ensemble de la Ensemble%
Industrie
France. Le taux de chômage 0,9 BTP
Commercedes Ardennes reste élevé
Services
(13,7%).
0,4
En Franche-Comté
-0,1
En Franche-Comté, les
chômeurs représentent -0,6
9,2% de la population ac-
tive.Enunan, le taux de
chômage a augmenté plus -1,1
rapidement qu’au niveau
national (+2,6% contre
0,1% en France). Le dé- -1,6
er e e e er e e e er e1 trim. 2 trim. 3 trim. 4 trim. 1 trim. 2 trim. 3 trim. 4 trim. 1 trim. 2 trim.partement du Jura
2003 2004 2005
conserve l’un des taux les
plus faibles de l’ensemble
Champ : emploi du secteur concurrentiel hors intérim, agriculture, État et entreprises contrôlées majoritairement par l'État.
de la France (7,7%). Source : Insee - URSSAF
4Dans les industries des biens de conseil et assistance, les activités im-
consommation, 400 emplois disparais- mobilières, les services personnels, et
sent au deuxième trimestre. Dans l’in- la recherche et développement.
dustrie du cuir, la fin des chaussures
Bata en Lorraineseconcrétiseenjuin Nouvelle baisse de l’emploi
2005 par la liquidation judiciaire de la intérimaire lorrain
SA HELLO et le licenciement de la cen-
taine de salariés encore en poste. Entre juin 2004 et juin 2005, l’emploi
intérimaire lorrain diminue de 2,2%.Dans les industries des biens d’équipe-
Sur l’ensemble de la France, l’intérim,ment, les effectifs diminuent de 0,8%,
en légère hausse (+0,3%), est marquésoit une perte d’environ 170 emplois.
par de nettes disparités régionales. La
L’industrie automobile subit elle aussi
progression importante du Limousin
des pertes d’emploi. Plus de 150 pos-
(+10,8%) ou de Poitou-Charentes
tes disparaissent au deuxième tri-
(+10,1%) est contrebalancée par le fort
mestre 2005. À la SMAE (SOCIETE
recul observé en Alsace ou en Langue-
MECANIQUE AUTOMOBILE DE L’EST), malgré
doc-Roussillon.
des embauches, les effectifs salariés
diminuent en raison de contrats à
durée déterminée arrivés à leur terme. Essoufflement
des créations d’entreprise
Des créations d’emploi Au deuxième trimestre 2005, en Lor-
dans la construction raine, 1 857 entreprises (données CVS)
et le tertiaire ont été créées, soit une baisse de 3,4%
par rapport au premier trimestre. Le
Au deuxième trimestre 2005, le sec-
nombre de créations pures a diminué de
teur de la construction compte
5,4%, celui des créations par reprise de
quelque 160 emplois de plus qu’au
4,3%. Au niveau national, la quasi-stabili-
premier trimestre.
té des créations pures permet de limiter
Les activités du commerce sont égale- la baisse à 1,5%.
ment en hausse (+0,2%). L’ouverture
de nouvelles enseignes du commerce En Lorraine, le nombre de créations
de détail dans la zone commerciale de d’entreprise a diminué dans les trois
Houdemont est à l’origine d’une grande secteurs les plus créateurs : -3,1%
partie de ces créations d’emploi. pour le commerce, -5,8% pour la cons-
Enfin, dans les activités de services, le truction et -14,8% pour les services aux
nombre d’emplois progresse de 0,6%, particuliers. L’industrie (+15,1%), les ser-
soit 800 de plus qu’au premier tri- vices aux entreprises (+4,4%)etl’éduca-
mestre 2005. La plupart de ces créa- tion, santé et action sociale (+8,9%)
tions concernent les activités de atténuent la baisse globale.
Légère progression de l'activité industrielle
Évolution de l’emploi industriel et de l’activité industrielle en Lorraine
solde d’opinions
401,2 %
Emploi (échelle de gauche)
1,0 Production passée (échelle de droite)
30Tendance prévue de la production (échelle de droite) L’automobile
0,8
200,6
Au deuxième trimestre
0,4 2005, le nombre d’em-
10
plois dans l’industrie auto-
0,2
mobile diminue de 0,8%
0,0 0
en Lorraine. Sur l’en-
-0,2 semble de la France, il est
-10 en baisse de 0,6%. Les
-0,4
exportations de produits
-0,6 -20 de la construction automo-
-0,8 bile augmentent de 4,5%
-30 par rapport au deuxième
-1,0
trimestre 2004. Les ex-
-1,2 -40 portations d’équipements2001 2002 2003 2004 2005
automobiles diminuent de
1,1%.Source : Insee - Enquêtes de conjoncture dans l’industrie et Epure (URSSAF)
5moins, 3 784 permis de construire ontExportations :
été délivrés, ce qui constitue le meilleurun léger mieux
résultat depuis 1998. Par rapport au
Au deuxième trimestre 2005, les ex- deuxième trimestre de l’année 2004,
portations lorraines s’élèvent à 4 662 les autorisations de construire ont été
millions d’euros contre 4 572 le tri- plus nombreuses pour les logements in-
mestre précédent, et représentent dividuels (+6,7%) alors qu’elles ont dimi-
près de 5,3% du total des exportations nué pour les logements collectifs
nationales. Elles sont en recul de 1,5% (-4,8%).
par rapport au deuxième trimestre de
Selon les chefs d’entreprise du bâtimentl’année 2004. Cette baisse est en
interrogés lors de l’enquête de juilletpartie imputable à la modification de la
2005 portant sur le deuxième trimestrecomptabilisation des échanges de gaz
2005, l’activité du secteur est en légèrenaturel et d’électricité intervenue début
baisse. La bonne santé du «gros œuvre»2005.
ne suffit pas à compenser le fléchisse-
Les exportations industrielles progres- ment du «second œuvre». L’activité dans
sent, notamment celles des biens deSidérurgie l’habitat neuf a progressé par rapport
consommation (+5,4%) et celles de l’in- au trimestre précédent. Dans le même
Au deuxième trimestre dustrie automobile (+2,8%).Al’inverse, temps, l’activité du secteur de l’entretien
2005, en Lorraine, le sec- les exportations de produits sidérurgi- et de l’amélioration de l’habitat se main-
teur de la métallurgie et ques et de première transformation de tient tandis que celle du bâtiment neufde la transformation des l’acier sont en baisse (-7,2%). est en forte baisse.métaux subit une nouvelle
Les pays frontaliers ont importé moinsdégradation de l’emploi L’opinion des chefs d’entreprise sur les
(-1,9%). En France, l’em- de produits lorrains qu’au deuxième tri-
perspectives d’activité reste stable,
ploi de ce secteur diminue mestre 2004 : -3,1% pour l’Alle-
même si les prévisions sont pessimis-de 0,4%. magne, -18,7% pour la Belgique et
tes en matière de carnets de comman-
-29,6% pour le Luxembourg. En re-La production du secteur des, surtout dans le «second œuvre».
s’inscrit plus fortement en vanche, les exportations lorraines à
baisse pour la Lorraine destination des pays méditerranéens
que pour l’ensemble de la Chômage : 10,2%ont augmenté : +3,6% vers l’Espagne,
France. La production d’a- de la population active+8,9% vers l’Italie et +25,9% vers la
cier brut diminue de
Turquie.11,3%, celle de fonte Au deuxième trimestre 2005, le taux
brute de 8,5%. La produc- de chômage lorrain, en données corri-
tion régionale de produits Toujours plus gées des variations saisonnières, s’é-
laminés est en baisse de
de constructions lève à 10,2% de la population active,15,2%, contre -10,2% au
comme au premier trimestre. Ce tauxniveau national. Au deuxième trimestre 2005, en Lor-
est désormais légèrement supérieur à
Les exportations de pro- raine, 3 194 logements ont été com-
celuiduniveaunational(10,1%)endi-
duits sidérurgiques et de mencés, soit 16,1% de plus qu’un an
minution de 0,1 point par rapport autransformation des mé- auparavant (+10,8% au niveau national).
premier trimestre 2005.taux diminuent de 7,1% Tandis qu’au niveau national les autorisa-
par rapport au même tri-
tions de construire continuent de pro- Cette stabilité du taux de chômage ré-
mestre de l’année précé-
gresser fortement (+12,3%), elles gional masque cependant des disparitésdente.
s’essoufflent en Lorraine (+1,2%). Néan- départementales. En Meurthe-et-Mo-
Logements autorisés en Lorraine Tendance de l’activité du bâtiment en Lorraine
Soldes des réponses des entreprises lorraines du bâtiment en % (CVS)
40
2005
302004 Activité passée
Activité future
Données brutes 20034 000
20
10
3 000
0
2 000 -10
-20
1 000
-30
-400
er ème ème ème
1 trim 2 trim 3 trim 4 trim
2000 2001 2003 2004 20052002
Source : InseeSource : DRE - Sitadel
6selle, où il est le plus bas, le taux de Hausse modérée du chômage
chômage (9,6%) ne varie pas par rap- au deuxième trimestre
port au premier trimestre. En Moselle, il 200 Demandeurs d'emploi en fin de mois catégorie 1 en Lorraine
Base 100 en mars 2001diminuede0,1 pointets’établità
190
10,1% de la population active. Au con-
180
traire, le taux de chômage subit une ag-
170 Hommes -25 ans
gravation (+0,1 point) dans la Meuse et
160
dans les Vosges, pour y atteindre res- Ensemble hommes
150
pectivement 10,4% et 11,1%.
140
Femmes -25 ans
Hommes130
+50 ansLes jeunes hommes
120 Ensemble femmes
particulièrement touchés
110
Femmes +50 ans
100En juin 2005, le nombre de deman-
90deurs d’emploi en fin de mois de caté-
mars sept mars sept mars sept mars sept mars
gorie 1 s’élève à 89 170 (données 2001 2002 2003 2004 2005
Source : Ministère du Travail - ANPECVS), soit une hausse de 0,2% en un
trimestre. Sur un an, l’augmentation
Taux de chômage lorrain légèrement supérieurest de 4%, contre seulement 0,1%
au niveau nationalpour l’ensemble de la France. Dans la
Meuse et dans les Vosges, la situation 10,5 Taux de chômage au sens du BIT (%)
est particulièrement préoccupante,
10,0avec une augmentation du nombre de
demandeurs d’emploi dépassant les
France
9,57% dans les deux départements.
Au deuxième trimestre 2005, les hom- 9,0 Lorraine
messontplustouchésque lesfemmes
par la hausse du chômage. Par rap- 8,5
port au trimestre précédent, ils sont
8,00,9% de plus à rechercher un emploi,
alors que le nombre de femmes dans
7,5
la même situation a baissé de 0,9%.
Lesjeuneshommesdemoins de 25 2001 2002 2003 2004 2005
Source : Inseeans notamment sont très concernés
par la dégradation du marché du tra-
d’emploi totale en Lorraine, contrevail. Au deuxième trimestre 2005, leur
27,1% un an plus tôt. Parmi les chô-nombre a augmenté de 3,6%. Dans le
meurs de longue durée, le nombre desmême temps, le nombre de jeunes
personnes inscrites depuis plus dechômeuses croissait de 0,5% seule-
deux ans augmente encore plus forte-ment. La part des jeunes de moins de
ment (+15,7%).25 ans représente désormais environ
22% de la demande d’emploi totale en Au cours du mois de juin 2005, quelque
Lorraine. Dans les zones d’emploi de 10 725 offres d’emploi ont été enregis-
Toul et de Lunéville, la part des jeunes trées par l’ANPE, soit 2,9% de plus
chômeurs atteint 23,4%. qu’en juin 2004. Cette hausse provient
en grande partie de la progression desQuant aux chômeurs de plus de 50
offres en Moselle (+7,4%).ans, leurs effectifs sont en hausse de
0,5% au deuxième trimestre 2005. Là Par ailleurs, les offres d’emplois occasion-
encore, les hommes sont plus tou- nels (contrats de moins d’un mois) sont
chés : leur nombre augmente de les seules à avoir progressé (+40% en un
0,7%, contre 0,4% pour les femmes. an). Au contraire, les offres d’emplois du-
rables (CDI et CDD de plus de 6 mois),
qui représentent 38% des emplois offertsLe chômage de longue durée
en Lorraine, ont diminué de 1,1% entres’accentue
juin 2004 et juin 2005.
Fin juin 2005, en données brutes,
près de 24 000 demandeurs d’emploi
Barbara CAUDRON
sont inscrits à l’ANPE depuis un an et
Yann KUBIAKplus, soit 10,1% de plus qu’en juin
2004. Le chômage de longue durée Benjamin MÉREAU
représente 28,9% de la demande
Brigitte VIENNEAUX
7
mars
sept
mars
sept
mars
sept
mars
sept
marsForte disparité du taux de chômage
des zones d'emploi lorraines
- Point de conjoncture de l’Insee - 10,6
Octobre 2005 Longwy Thionville
9,7Meuse du Nord
- Cahiers lorrains de l’emploi - Briey Bassin
-HouillerLe marché du travail en juin 2005 - 10,4 10.4
Sarreguemines9,6
DRTEFP de Lorraine - Juillet 2005 12.6
Metz 8,9
Commercy- Site internet : www.insee.fr
Sarrebourg
ToulBar-le-Duc 11.8 7,8
9.4 8,0
Nancy
Lunéville
Taux de chômage 9,3 11,1Ministère de l’Économie, è
au 2 trimestre 2005
des Finances et de l’Industrie
9,3 Saint-DiéVosges de l'Ouest
ÉpinalInsee
13.5Institut National de la Statistique
11,8 9,0
11.5et des Études Économiques Remiremont-
9,7 Gérardmer
Direction Régionale de Lorraine 8,1
9.315, rue du Général Hulot Source : Insee
CS 54229
Au deuxième trimestre 2005, la zone d’emploi de Sarrebourg en-54042 NANCY CEDEX
registre le taux de chômage (au sens du BIT) le plus faible de la ré-Tél :03 83 91 85 85
Fax :03 83 40 45 61 gion (7,8%) et celle de Saint-Dié le plus fort (13,5%). Le taux de
www.insee.fr/lorraine chômage a diminué dans sept zones par rapport au premier tri-
mestre. La baisse la plus spectaculaire est à mettre à l’actif des
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION
Vosges-de-l’Ouest, où le taux de chômage est passé de 10% à 9%.Jean-Paul FRANÇOIS
Directeur régional de l’Insee
À l’inverse, le taux de chômage a progressé dans les autres zones
COORDINATION RÉDACTIONNELLE
d’emploi de la région, en particulier celles de Remiremont-Gérard-
Christian CALZADA
mer (+0,5 point), Commercy (+0,5 point)etBriey (+0,6 point). Sur unValérie GUILLEMET
an, seule la zone des Vosges-de-l’Ouest a enregistré une baisse du
RESPONSABLE ÉDITORIAL ET chômage (-0,1 point). Au contraire, il a fortement augmenté dans
RELATIONS MÉDIAS les zones d’emploi de la Meuse-du-Nord (+1,0 point), de Saint-Dié
Jacqueline FINEL
(+1,3 point) et de Commercy (+1,9 point).
RÉDACTRICE EN CHEF
Agnès VERDIN
SECRÉTARIAT DE FABRICATION
MISE EN PAGE - COMPOSITION
Les séries d’évolution de l’emploi sont obtenues à partir des données re-
Marie-Thérèse CAMPISTROUS
cueillies par les URSSAF auprès des employeurs. Les données régionales
Marie-Odile LAFONTAINE
concernent tous les secteurs hormis l’agriculture, les entreprises apparte-
nant majoritairement à l’État, l’intérim, l’administration et l’éducation, la san-ABONNEMENTS
té, l’action sociale. Elles portent sur toutes les tailles d’établissements. CesMyriam PUJOL
données sont provisoires pour les deux derniers trimestres connus.Code SAGE : EL053740
N° à la CPPAP AD 176
ISSN : 0293-9657
L’Insee effectue une enquête nationale trimestrielle auprès des entre-© INSEE 2005
prises du secteur concurrentiel sur la situation et les perspectives d’ac-
tivité dans l’industrie. Le solde d’opinion pour la Lorraine correspond
aux réponses nationales corrigées des effets de structure. Les séries
sont présentées corrigées des variations saisonnières.
LES CHIFFRES CLÉS EN LORRAINE
e er e
2 1 2
trimestre trimestre trimestre
2005 2005 2004
-0,1% -0,2% -0,0%Évolution de l’emploi salarié (Insee - URSSAF) CVS
Taux de chômage au sens du BIT (Insee) CVS 10,2% 10,2% 9,8%
89 170 88 960 85 750Demandes d’emploienfindemois,catégorie1-DEFM1(ANPE-DRTEFP)CVS
22,5% 22,3% 22,2% d’emploienfindemois,partdes moins de 25 ans (ANPE - DRTEFP) CVS
1 857 1 922 1 976Créations d’entreprises (toutes origines) (Insee SIRENE) CVS
Nombre de logements commencés (DRE Sitadel) 3 194 3 411 2 751
Nombre de logements autorisés (DRE Sitadel) 3 784 3 233 3 739
8
©IGN - INSEE 2005

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.