Conjoncture 3ème trimestre 2005 : la Lorraine en décalage

De
Publié par

Le PIB français augmente de 0,7% au troisième trimestre 2005, résultat d’une consommation des ménages bien orientée. Les indications données par les enquêtes de conjoncture laissent attendre une poursuite régulière de la croissance, conduisant à une augmentation du PIB de l’ordre de 0,5% au quatrième trimestre. Dans ces conditions, la croissance française en 2005 serait d’environ 1,6%. L’emploi lorrain diminue de 0,4% au troisième trimestre 2005. Dans l’industrie, toujours très touchée, quelque 2 000 emplois disparaissent. En revanche, la création d’entreprise repart à la hausse. Le taux de chômage repasse sous la barre des 10%, et s’établit à 9,9% de la population active.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 18
Tags :
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins

www.insee.fr/lorraine
° La Lorraine :42N en décalage
Le PIB français augmente de 0,7%
au troisième trimestre 2005, résultat d’une consommation
des ménages bien orientée. Les indications données
par les enquêtes de conjoncture laissent attendre une poursuite
régulière de la croissance, conduisant à une augmentation
du PIB de l’ordre de 0,5% au quatrième trimestre.
Dans ces conditions, la croissance française en 2005
serait d’environ 1,6%.
L’emploi lorrain diminue de 0,4% au troisième trimestre
2005. Dans l’industrie, toujours très touchée,
Le PIB français quelque 2 000 emplois disparaissent. En revanche, la création
en hausse sensible
d’entreprise repart à la hausse. Le taux de chômage repasse
La consommation des ménages
sous la barre des 10%, et s’établit à 9,9% de la population active.bien orientée
L’emploi lorrain :
baisse générale dans l’industrie
Recul du chômage
Toujours moins d'emplois en LorrainedesjeunesLorrains
Emploi salarié, indice base 100 fin du dernier trimestre 2000
110
108
106
104
France
102
100
Lorraine98
96
2002 20032000 2001 2004 2005
Champ : emploi du secteur concurrentiel hors intérim, agriculture, État et entreprises contrôlées majoritairement
par l'État.
Source : Insee - URSSAF
VConjoncture nationale et internationale :
retour de la croissance
Au troisième trimestre 2005, le produit intérieur brut (PIB), aux
prix de 2000, augmente de 0,7%. Consommation des ménages,Allemagne
investissement des entreprises et solde extérieur contribuent po-
sitivement à la croissance du PIB. Depuis juin 2005, le chômageAu troisième trimestre 2005,
en Allemagne, le produit inté- recule et son taux devrait être de 9,5% fin 2005. Malgré le ni-
rieur brut progresse de
veau élevé du prix du pétrole, l’économie mondiale résiste bien et0,6%. La consommation des
ménages reste atone. En effet devrait se maintenir au premier semestre 2006.
la modération salariale péna-
lise la consommation mais fa-
u troisième trimestre 2005, le ménages français orientent leurs dé-vorise les exportations et
l’Allemagne continue de ga- Aproduit intérieur brut (PIB), aux penses principalement vers les biens
gner des parts de marché. prix de 2000, augmente de 0,7%. d’équipement (+5,1%) tandis qu’ils dé-
Cette hausse sensible contrebalance la pensent moins dans les produits prove-En septembre 2005, le taux
de chômage allemand est de faible croissance du deuxième tri- nant de l’agroalimentaire (-1,7%). Pour
11,2% de la population active. mestre.Cerythmedevrait légèrement l’année 2005, les dépenses de
L’emploi salarié a diminué de fléchir au quatrième trimestre 2005 consommation des ménages français
1,1% par rapport à sep-
(+0,5%). Au total, la croissance fran- ont augmenté de 2%. Ce rythme de-
tembre 2004.
çaise devrait être de +1,6% pour l’en- vrait se maintenir en ce début 2006
En Rhénanie-Palatinat et en semble de l’année 2005. L’économie grâce notamment à la hausse du pou-
Sarre, le taux de chômage at-
française progresse moins qu’en 2004, voir d’achat ainsi qu’à l’éclaircie cons-
teint respectivement 8,1% et
mais reste dans le peloton de tête des tatée sur le marché du travail.10,2% en septembre 2005.
pays de la zone euro.En un an, l’emploi dans ces
deux régions a baissé de Solde extérieur :
1,0% et de 1,4%, soit au to- Rebond de la consommation une contribution positive
tal la disparition d’environ
des ménages16 500 emplois. Cette consommation intérieure vigoureuse
Cette bonne tenue de la croissance influe sur le commerce extérieur français.
française s’explique entre autres par Au troisième trimestre 2005, les ména-
une demande intérieure vigoureuse. Au ges français consomment plus de biens
troisième trimestre 2005, les dépen- et services en provenance de l’étranger
ses de consommation des ménages (+2,2%). Les importations de biens
français augmentent de +0,7%. Les (+2,5%) priment sur celles de services
Fort rebond de la croissance
Croissance du PIB et contributions à son évolution
%
1,2
PIB (en %)
Dépenses de consommation (en point)
Sources internationales : FBCF (en point)
Commerce extérieur (en point)- Note de conjoncture
0,8
de l’Insee
- Service des études
et de la statistique
0,4
du ministère
de la région wallonne
- Service central
0,0
de la statistique
et des études économiques
du Luxembourg
-0,4
- Statistisches Landesamt
Saarland
- Landesamt
-0,8 e e er e e e er e eRheinland-Pfalz 1 trim. 2 trim. 3 trim. 4 trim. 1 trim. 2 trim. 3 trim.3 trim. 4 trim.
- Bulletin luxembourgeois 2003 2004 2005
de l’emploi Source : Insee - comptes nationaux trimestriels
2(+0,4%). Les importations de biens d’équi- du fait du recul de l’emploi industriel,
pement et de biens de consommation contraste tout de même avec la qua-
Belgique
progressent très fortement, avec des si-stagnation enregistrée en 2004. A
hausses respectives de +6% et +4,6%. ces emplois marchands s’ajoutent les
Mais pour la première fois depuis 2003, emplois aidés créés dans le secteur Au troisième trimestre 2005,
le produit intérieur brut augla croissance des exportations (+3%)sur- non marchand à travers les dispositifs -
mentede0,4%enBelgique.Ilpasse celle des importations. Ainsi, le de retour à l’emploi. Depuis juin 2005,
est en hausse de 1,2% sursolde extérieur contribue positivement à la le chômage recule en France. Fin
un an. Le taux de chômage
croissance du PIB ce trimestre (+0,2 2005, le taux de chômage se fixerait à
(en données désaisonnalisées)
point). Cette progression des exportations 9,5% de la population active, contre s’établit à 8,4% de la popula-
est surtout marquée dans le secteur des 10% un an plus tôt. Au premier se- tion active en septembre
biens d’équipement (+8,8%) et des biens mestre 2006, l’emploi total en France 2005.
de consommation (+3,7%). En revanche, devrait augmenter de 100 000 pos- Le chômage touche plus dure-
les exportations de voitures (-3,2%) souf- tes. Cette hausse, conjuguée à une di- ment les femmes (9,4%) que
frent de la mauvaise conjoncture que tra- minution de l’offre de travail, devrait leshommes(7,7%). Entre
verse actuellement le secteur automobile faire reculer le chômage (9,2% de la po- septembre 2004 et sep-
tembre 2005, le nombre demondial. pulation active en juin 2006).
demandeurs d’emploi a aug-
mentéde2,5%. En Wallonie,
Entreprises : retour de Un choc pétrolier avorté le nombre de chômeurs est
en hausse de 3,0% sur lal’investissement
Au premier semestre 2006, la crois- même période.
sancedel’économiemondialedevraitêtreAu troisième trimestre 2005, les entre-
encore vigoureuse malgré le niveau élevéprises ont relancé leurs investissements
du prix du pétrole. La forte poussée des(+1,8%) après la nette contraction ob-
prix du brut depuis 2003 n’a provoquéservée au deuxième trimestre 2005 Luxembourg
que des effets amortis et transitoires sur(-0,8%). L’investissement en biens maté-
les économies, notamment celles de lariels croît de 1,6% tandis que l’investis-
En septembre 2005, l’emploizone euro.Progressive,lamontéedessement en services progresse de 2%.
salarié du Luxembourg aug-
cours a laissé aux économies le tempsPour les investissements matériels, les mente de 0,8% par rapport
nécessaire à des ajustements. La paritéentreprises ont investi dans le secteur au trimestre précédent. L’em-
euro/dollar, favorable à la monnaie euro-des biens d’équipement (+1,9%). Sur le ploi frontalier, qui représente
péenne en 2005, a allégé la facture éner- 38,3% de l’emploi total, aug-versant des services, des investisse-
mentequantàluide1,7%gétique. Enfin, l’inflation est restéementsont surtout étéréalisésdansle
sur la même période. Il a pro-modérée du fait d’économies nationalessecteur des services aux entreprises
gressé de 5,6% en un an.de plus en plus concurrentielles qui fontavec une progression de 3,2%.
Dans le même temps, lepression sur les prix. Le scénario des
nombre de demandeurs d’em-chocs pétroliers des années soixante-dixLe chômage en repli ploi a augmenté de 9,5% en
ne devrait donc pas se reproduire. Néan-
trois mois. Le taux de chô-
Surlemarchédutravail,prèsde moins, l’évolution du cours du brut reste mage s’établit à 4,7% de la
60 000 emplois salariés ont été créés un aléa négatif, d’autant que le cours du population active.
dans le secteur marchand en 2005. dollar devrait s’apprécier face à l’euro en
Cette hausse, moins forte que prévue 2006.
Biens et services : Équilibre ressources-emplois aux prix de 2000
Évolution
2003 2004 2005
annuelle
T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 2004 2005
Produit Intérieur Brut 0,3 -0,3 1,0 0,4 0,6 0,8 0,0 0,7 0,3 0,1 0,7 2,1 1,5
Importations 0,4 0,2 0,3 2,0 0,4 3,6 1,6 1,4 0,7 1,4 2,2 6,1 5,7
Dépenses de consommation des ménages 0,1 0,2 0,9 0,3 0,7 0,8 -0,3 1,3 0,7 -0,1 0,7 2,3 1,9 de consommation des adminis-
trations publiques 0,2 0,4 0,8 0,9 0,7 0,8 0,0 0,7 0,0 0,1 1,1 2,7 1,4
Formation Brute de Capital Fixe (FBCF) totale 1,1 0,9 1,2 1,1 -0,4 1,0 -0,4 1,3 1,5 -0,1 1,3 2,1 3,2
dont : SNF-EI (sociétés) -0,2 0,2 1,3 1,4 -0,4 1,3 -0,8 1,8 1,9 -0,8 1,8 2,3 3,5
Ménages 1,6 1,0 0,4 0,7 0,4 1,6 0,5 0,8 0,7 1,1 0,4 3,1 3,0
APU (administrations publiques) 3,1 2,8 2,1 1,4 -0,1 0,4 -0,3 0,6 1,3 0,3 0,9 3,0 2,4
Exportations -1,8 -1,1 0,5 1,3 0,2 1,1 -0,3 1,1 -0,2 1,0 3,0 2,1 3,1
Demande intérieure totale 0,9 0,0 1,0 0,6 0,6 1,5 0,5 0,8 0,6 0,3 0,5 3,2 2,3
Source : Insee - Comptes nationaux trimestriels
3Conjoncture Lorraine :
nouvelle baisse de l’emploi
Au troisième trimestre 2005, l’emploi salarié lorrain continue de dé-
cliner (-0,4%) malgré des créations dans la construction. Dans l’in-
dustrie, les effectifs diminuent toujours à un rythme important
(-1,3%). L’activité du bâtiment se dégrade avec une baisse du
nombre de mises en chantier. Les créations d’entreprises sont en
En Alsace progression de 5,4%. Le taux de chômage repasse sous la barre des
10% et le chômage des jeunes de moins de 25 ans recule de 4,1%.Au troisième trimestre
2005, le taux de chômage
au sens du BIT s’établit à u troisième trimestre 2005, l’em- chute de 1,3% au troisième trimestre
8,7%. Par rapport au Aploi salarié du secteur marchand 2005, ce qui représente 2 000 postes
deuxième trimestre, il est en
(hors intérim) diminue de 0,4% en Lor- de moins qu’au deuxième trimestre. Surrecul de 0,2 point, mettant
raine. Cette baisse représente environ l’ensemble de la France, la baisse defin à quatre années de
1 700 emplois de moins qu’au tri- l’emploi industriel est de 0,7%.hausse ininterrompue.
mestre précédent. Pour la même pé- Dans les industries des biens intermé-
L’évolution de l’emploi salarié riode, la baisse est moins forte (-0,1%) diaires, plus de 900 emplois disparais-
dans le secteur marchand
sur l’ensemble de la France. sent au troisième trimestre 2005. La
(données CVS Insee-Urssaf)
moitié d’entre eux appartenaient au sec-confirme cette situation plus L’industrie lorraine, toujours très
teur de la métallurgie. La sidérurgie lor-favorable, avec une progres- touchée, perd 1,3% de ses effectifs.
sion de 0,2% sur le tri- raine notamment ne cesse de perdreDans le commerce, la situation varie
mestre précédent.. des emplois. L’industrie textile continuepeu par rapport au deuxième trimestre
elle aussi de décliner (-2,4%). Dans le(-0,1%). En revanche, les effectifs de la
secteur de la chimie-caoutchouc-plasti-construction sont en hausse de 0,5%.
En Champagne- ques, les effectifs diminuent de 1,2%.Enfin, dans les activités de services,
Ardenne Dans les industries des biens del’emploi progresse très légèrement
consommation, l’emploi baisse de 0,9%,(+0,1%), cependant moins fortementAu troisième trimestre
soit 150 emplois de moins qu’auqu’aux précédents trimestres.2005, l’emploi salarié des
deuxième trimestre.secteurs concurrentiels
Dans les industries des biens d’équipe-(données CVS) diminue de La sidérurgie et l’industrie
ment, quelque 175 emplois disparais-0,2% par rapport au tri- textile toujours en déclin
mestre précédent. sent,soit0,8%del’emploidusecteur.
Dans l’industrie lorraine, aucun secteur Les industries agricoles et alimentaires
Le taux de chômage a bais-
n’estépargné.Lenombred’emplois sont elles aussi touchées. Les effectifssé de 0,3 point et s’établit à
10,2% de la population ac-
Bonne tenue de l'emploi dans la constructiontive. Le taux de chômage du
département des Ardennes
Évolution de l’emploi salarié lorrain
est inchangé et reste, avec Ensemble
% Industrie
13,5%, l’un des plus forts 0,9 BTP
Commercede France métropolitaine.
Services
0,4
En Franche-Comté
-0,1Au troisième trimestre
2005 l’emploi salarié des
secteurs concurrentiels
-0,6(données CVS, Insee-Urssaf)
reste stable.
En Franche-Comté, 8,8% de -1,1
la population active sont des
chômeurs. Ce taux est en
baisse de 0,4 point par rap- -1,6
er e e e er e e e er e e1 trim. 2 trim. 3 trim. 4 trim. 1 trim. 2 trim. 3 trim. 4 trim. 1 trim. 2 trim. 3 trim.port au deuxième trimestre
2003 2004 20052005. Le département du
Jura conserve un taux faible
Champ : emploi du secteur concurrentiel hors intérim, agriculture, État et entreprises contrôlées majoritairement par l'État.
(7,4%). Source : Insee - URSSAF
4sont en baisse de 0,8% au troisième tri- au deuxième trimestre 2005, grâce à
mestre 2005. une demande étrangère plus sou-
tenue. Les stocks de produits finisEnfin, l’emploi dans l’industrie automo-
sont toujours jugés très supérieurs àbile subit une baisse de 1,4%, due en
la normale.grande partie à des fins de contrats à
durée déterminée non renouvelés.
Nouvelle baisse de l’emploi
intérimaire lorrainL’emploi tertiaire
ne progresse plus Entre septembre 2004 et septembre
2005, l’emploi intérimaire lorrain di-
Les effectifs du tertiaire varient peu au
minuede2,9%. SeulelaBourgogne
troisième trimestre 2005.
présente une baisse annuelle plus forte
Dans le secteur des services, les acti- (-3,7%). Sur l’ensemble de la France,
vités de transports subissent une l’intérim est en hausse de 2,6%.
perte d’environ 300 emplois. Cette
baisse est compensée par des créa-
Remontée des créations
tions dans les activités financières et
d’entreprises
immobilières, et dans l’hôtellerie-res-
tauration. Au troisième trimestre 2005, en Lor-
raine, 1 957 entreprises (donnéesDans le commerce, l’emploi se main-
CVS) ont été créées. Par rapport autient à un niveau quasiment stable de-
trimestreprécédent,lenombredepuis le début de l’année 2005.
créations a progressé pour tous lesEnfin, seul constat vraiment positif au
types de création, aussi bien en Lor-troisième trimestre 2005, dans la
raine qu’au niveau national. En Lor-construction, les effectifs sont en
raine cependant la progression esthausse de 0,5%, soit un gain de plus
plus forte que sur l’ensemble de lade 200 emplois en trois mois.
France (+5,4% contre +2,5%), notam-
ment grâce aux créations par reprise
Activité stable dans l’industrie (+15,2%).
Selon l’enquête nationale de conjonc- En Lorraine, le nombre de créations
ture dans l’industrie, et compte tenu d’entreprise a augmenté dans les trois
de la structure du secteur en Lorraine, secteurs les plus créateurs : +16,8%
l’activité industrielle s’est stabilisée au pour le commerce, +10,5% pour la
troisième trimestre 2005. Les indus- construction et +9,7% pour les servi-
triels sont optimistes pour l’avenir et ces aux particuliers. L’industrie
prévoient une augmentation de leur ac- (-14,6%) et les services aux entreprises
tivité pour la fin de l’année 2005. La (-11,5%) viennent modérer la hausse
demande est restée stable par rapport globale.
L’automobile
Activité industrielle stable
Au troisième trimestreÉvolution de l’emploi industriel et de l’activité industrielle en Lorraine
solde d’opinions 2005, les effectifs sala-
401,0 %
riés de l’industrie automo-Emploi (échelle de gauche)
0,8 Production passée (échelle de droite) bile ont diminué de 1,4%.
30Tendance prévue de la production (échelle de droite) Surl’ensembledela0,6
France, la baisse est de
200,4 0,9%.
0,2
10
Les exportations de produits0,0
automobiles diminuent de
-0,2 0
4% par rapport au troisième
-0,4 trimestre 2004. Cette
-10 baisse est principalement
-0,6
due à la diminution des ex-
-0,8 -20 portations de produits de la
-1,0 construction automobile
-30 (-5,7%). Les exportations
-1,2
d’équipements automobiles,
-1,4 -40 en hausse de 1%, viennent
2002 2003 2004 2005
modérer la baisse globale du
secteur.Source : Insee - Enquêtes de conjoncture dans l’industrie et Epure (URSSAF)
5ments collectifs (-38%) alors que les lo-Baisse des exportations
gements individuels sont en légère
Au troisième trimestre 2005, les ex- hausse (+3%). Ainsi, au troisième tri-
portations lorraines s’élèvent à 4 231 mestre 2005, il y a eu presque deux
millions d’euros. Elles ont diminué de fois plus de permis de construire déli-
4,1% par rapport au troisième tri- vrés pour les logements individuels que
mestre 2004, tandis que sur la même pour les logements collectifs alors que
période les exportations nationales leur nombre était quasiment identique
augmentaient de 3,3%. un an auparavant.
Unepetitepartiedecette baisse est
Selon les chefs d’entreprises du bâti-
due à la modification de la comptabili-
ment interrogés lors de l’enquête d’oc-
sation des échanges de gaz naturel et
tobre 2005 portant sur le troisième
d’électricité intervenue début 2005. La
trimestre 2005, l’activité du secteur
majorité est liée au recul des trois sec-
s’est encore dégradée. Tandis que le
teurs les plus exportateurs : l’industrie
«gros œuvre» restait stable, le «se-
des biens intermédiaires (-2,7%), l’in-
cond œuvre» fléchissait. L’activité dans
dustrie automobile (-4,0%)etl’industrie
Sidérurgie les secteurs de l’habitat neuf et de l’en-
des biens d’équipement (-2,2%), qui re-
tretien et l’amélioration de l’habitat a
présentent à eux seuls près de 80%
Au troisième trimestre progressé par rapport au trimestre
des exportations lorraines.2005, l’emploi dans le sec- précédent. Celle du bâtiment neuf est
teur de la métallurgie et de Lesexportationsversl’Allemagne, prin- en légère baisse.
la transformation des mé- cipal pays importateur de produits lor-
Même si les chefs d’entreprise sont ré-taux subit une baisse de
rains, ont baissé de 6,2% et celles
1,6%. Sur l’ensemble de la servés sur l’évolution des carnets de
vers le Benelux de 20,3%. En re-France, il diminue de 1%. commandes, ils jugent que leur activité
vanche, les exportations lorraines à
devrait s’améliorer.
Par rapport au troisième tri- destination des pays méditerranéens
mestre 2004, la production ont augmenté : +3,6% vers l’Espagne,
du secteur est en baisse en Chômage : retour en dessous+9,0% vers l’Italie et +20,9% vers la
Lorraine comme en France. Turquie. des 10%
Cependant, la baisse est en-
core plus marquée en Lor- Au troisième trimestre 2005, le chô-
raine. Ainsi, la production Bâtiment : les constructions mage concerne 9,9% de la population
d’acier brut a diminué de s’essoufflent active lorraine, contre 10,2% au tri-23,7% (-9,6% en France),
mestre précédent, et ce en donnéescelle de fonte de 15,7% Au troisième trimestre 2005, en Lor-
corrigées des variations saisonnières.(-7,5% en France), et celle
raine, 2 959 constructions de loge-
de produits finis laminés de Ce recul du chômage est général, le
ments ont été commencées. Par16,1% (-6,6% en France). taux national baissant de 0,1 point,
rapport au troisième trimestre 2004,
passant ainsi de 9,9% à 9,8%.
Au troisième trimestre le nombre de logements mis en chan-
2005, les exportations de tier aainsi diminuéde3,2%enLor- En Lorraine, le taux de chômage di-
produits sidérurgiques et de raine tandis qu’il progressait de 5,4% minue dans les quatre départements,
transformation des métaux au niveau national. De même, les auto- mais pas dans les mêmes proportions.
ont baissé de 15% par rap-
risations de construire ont baissé de La Meurthe-et-Moselle est toujours le
port au troisième trimestre
16,8% en Lorraine (+13,8% en France). département le moins touché, avec un2004.
La baisse est très nette pour les loge- taux de 9,4%, en baisse de 0,3 point
Logements autorisés en Lorraine Tendance de l’activité du bâtiment en Lorraine
Soldes des réponses des entreprises lorraines du bâtiment en % (CVS)
40
2005
302004
Données brutes Activité passée Activité future20034 000
20
10
3 000
0
2 000 -10
-20
1 000
-30
-400
er ème ème ème
1 trim 2 trim 3 trim 4 trim
2000 2001 2002 2003 2004 2005
Source : InseeSource : DRE - Sitadel
6par rapport au trimestre précédent. Baisse du chômage des jeunes
En Moselle et en Meuse, les taux de
Demandeurs d'emploi en fin de mois catégorie 1 en Lorraine120chômage respectifs sont, fin sep-
Base 100 en mars 2003
tembre 2005, de 10% et de 10,3%.
115Dans les Vosges, la baisse du taux de
chômage, particulièrement forte, est
110de 0,6 point. Néanmoins, avec 10,5%
de sa population active au chômage,
105ce département reste le plus touché.
100
Moins de jeunes chômeurs
Ensemble femmesEnsemble hommes Ens. Lorraine
95 Hommes -25 ans Femmes -25 ansEn septembre 2005, le nombre de de- 50 ans et + 50 ans et +
mandeurs d’emploi en fin de mois de
90catégorie 1 s’élève à 86 380 (données mars sept mars sept mars sept
2003 2004 2005CVS), soit une baisse trimestrielle de
3,1%. C’est dans les Vosges que le Source : Ministère du Travail - ANPE
nombre de demandeurs d’emploi
Chômage : sous les 10%baisse le plus (-5,5%). En Moselle, en
Meurthe-et-Moselle et dans la Meuse,
10,5 Taux de chômage au sens du BIT (%)
le nombre de chômeurs recule respec-
tivement de 3,2%, 2,5% et 0,3%.
10,0
Leshommessontles premiers bénéfi-
France
9,5ciaires de la baisse du chômage. Au
troisième trimestre 2005, ils sont
9,0 Lorraine3,6% de moins à être inscrits à
l’ANPE.Lenombredejeuneshommes
8,5
de moins de25ans àlarecherche
d’un emploi diminue notamment de 8,0
6,1% par rapport au deuxième tri-
mestre. 7,5
Les femmes profitent également de
2001 2002 2003 2004 2005
cette conjoncture, mais dans une
Source : Inseemoindre mesure (-2,1%). Là encore,
les moins de 25 ans se caractérisent
par la plus forte baisse : leur nombre durée supérieure à 6 mois. La
diminuede4,1%autroisième tri- Meurthe-et-Moselle est le département
mestre 2005. Seule ombre au ta- qui enregistre la plus forte hausse d’of-
bleau, le nombre de demandeuses fres d’emploi (+18,7%) par rapport à la
d’emploi de 50 ans et plus ne faiblit même périodedel’annéeprécédente.
pas. Bien qu’en proportion limitée (9,1% de
l’offre totale d’emplois), les offres d’em-
plois occasionnels (contrats d’une duréeUn chômage de longue durée
inférieure à 1 mois) ont connu une pro-persistant
gression annuelle très forte (+46,5%).
Si le chômage baisse, sa composante
de longue durée continue d’augmenter.
Yann KUBIAKFin septembre 2005, en données bru-
tes, près de 25 000 demandeurs Benjamin MÉREAU
d’emploi sont au chômage depuis un
Brigitte VIENNEAUX
an et plus, soit 4,2% de plus qu’en
septembre 2004. Le nombre de chô-
meurs de très longue durée (3 ans et
plus) a augmenté, quant à lui, de plus
de 10% en un an.
Au cours du mois de septembre
2005, l’ANPE a enregistré près de
9 500 offres d’emploi, soit 10% de
plus qu’en septembre 2004. La moitié
de ces offres sont des contrats d’em-
ploi durables, c’est-à-dire ayant une
7
mars
sept
mars
sept
mars
sept
mars
sept
mars
septBaisse importante du taux de chômage
dans les zones d'emploi lorraines les plus touchées
- Note de conjoncture de l’Insee - 9,9
Décembre 2005 Longwy Thionville
9,7
Meuse du Nord
Briey- Cahiers lorrains de l’emploi - Le Bassin
10,2 -Houiller10,2marché du travail en septembre
9,5 Sarreguemines
2005 - DRTEFP de Lorraine - 12,1
Metz 8,7
Octobre 2005
Commercy
Sarrebourg
Toul11,2- Site internet : www.insee.fr Bar-le-Duc
7,8
9,8 7,8
Nancy
Évolution Lunéville
9,2du taux de chômage 10,9
par rapport au trimestre
précédent (en point)
Saint-DiéVosges de l'Ouest Épinalplus de 0 Taux de chômage
è12,58,6 au 3 trimestre 20050
10,9Ministère de l’Économie, de 0 à -0,3 Remiremont- 9,9
Gérardmerdes Finances et de l’Industrie de -0,3 à -0,5
moins de -0,5 9,0Insee Source : Insee
Institut National de la Statistique
Le chômage (au sens du BIT) représente de 7,8% à 12,5% de laet des Études Économiques
Direction Régionale de Lorraine population active dans les zones d’emploi lorraines. Au troisième tri-
15, rue du Général Hulot mestre 2005, il est en recul dans la plupart d’entre elles. Les bais-
CS 54229
ses les plus fortes sont enregistrées dans les zones les plus
54042 NANCY CEDEX
touchéesparlechômage.DanslazonedeSaint-Diénotamment,leTél :03 83 91 85 85
taux de chômage baisse de 1,1 point, mais reste néanmoins leFax :03 83 40 45 61
www.insee.fr/lorraine plus fort de la région. Dans le Bassin Houiller et dans la zone d’em-
ploi de Commercy, où il atteint respectivement 12,1% et 11,2%,
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION
le taux de chômage diminue de 0,5 et 0,6 point.
Jean-Paul FRANÇOIS
A l’inverse, dans la zone de Sarrebourg, le taux de chômage, leDirecteur régional de l’Insee
plus bas de la région, reste inchangé à 7,8% au troisième tri-
COORDINATION RÉDACTIONNELLE mestre 2005. Seule la zone d’emploi de Bar-le-Duc enregistre une
Christian CALZADA
hausse du chômage, avec un taux passant de 9,4% à 9,8% en
Valérie GUILLEMET
trois mois.
RESPONSABLE ÉDITORIAL ET
RELATIONS MÉDIAS
Jacqueline FINEL
RÉDACTRICE EN CHEF Les séries d’évolution de l’emploi sont obtenues à partir des données re-
Agnès VERDIN cueillies par les URSSAF auprès des employeurs. Les données régionales
concernent tous les secteurs hormis l’agriculture, les entreprises apparte-SECRÉTARIAT DE FABRICATION
nant majoritairement à l’État, l’intérim, l’administration et l’éducation, la san-MISE EN PAGE - COMPOSITION
té, l’action sociale. Elles portent sur toutes les tailles d’établissements. CesMarie-Thérèse CAMPISTROUS
Marie-Odile LAFONTAINE données sont provisoires pour les deux derniers trimestres connus.
N° à la CPPAP AD 176
L’Insee effectue une enquête nationale trimestrielle auprès des entre-ISSN : 0293-9657
prises du secteur concurrentiel sur la situation et les perspectives d’ac-© INSEE 2006
tivité dans l’industrie. Le solde d’opinion pour la Lorraine correspond
aux réponses nationales corrigées des effets de structure. Les séries
sont présentées corrigées des variations saisonnières.
LES CHIFFRES CLÉS EN LORRAINE
e e e
3 2 3
trimestre trimestre trimestre
2005 2005 2004
-0,4% -0,2% -0,3%Évolution de l’emploi salarié (Insee - URSSAF) CVS
Taux de chômage au sens du BIT (Insee) CVS 9,9% 10,2% 9,9%
86 380 89 170 86 680Demandes d’emploienfindemois,catégorie1-DEFM1(ANPE-DRTEFP)CVS
22,3% 22,7% 22,4% d’emploienfindemois,partdes moins de 25 ans (ANPE - DRTEFP) CVS
1 957 1 857 1 993Créations d’entreprises (toutes origines) (Insee SIRENE) CVS
Nombre de logements commencés (DRE Sitadel) 2 959 3 196 3 057
Nombre de logements autorisés (DRE Sitadel) 3 139 3 788 3 773
8
6
©IGN - INSEE 200

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.