Conjoncture 3ème trimestre 2006 : bilan plutôt positif en Lorraine

De
Publié par

Au troisième trimestre 2006, le PIB français stagne. Cet arrêt est jugé accidentel avant un rebond en fin d'année. Le solde extérieur continue de jouer négativement sur la croissance française. L'investissement des entreprises s'affaiblit, alors que la consommation des ménages reste élevée. L'emploi salarié progresse de 0,2%. En Lorraine, l'emploi salarié augmente désormais au même rythme qu'au niveau national (+0,2%). Le secteur de la construction, très porteur actuellement, contribue fortement à cette hausse. Le chômage recule nettement. Les exportations s'accentuent encore (+9% par rapport au troisième trimestre 2005). Après avoir connu une hausse ininterrompue ces derniers trimestres, la création d'entreprise fléchit légèrement.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 26
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins

www.insee.fr/lorraine
° ème
3 trimestre 2006 :74N
bilan plutôt positif en Lorraine
Au troisième trimestre 2006, le PIB français stagne.
Cet arrêt est jugé accidentel avant un rebond
en fin d'année. Le solde extérieur continue
de jouer négativement sur la croissance française.
L'investissement des entreprises s'affaiblit, alors
que la consommation des ménages reste élevée.
L'emploi salarié progresse de 0,2%.
En Lorraine, l'emploi salarié augmente désormais
au même rythme qu'au niveau national (+0,2%).
Le secteur de la construction, très porteur actuellement,
Conjoncture internationale : contribue fortement à cette hausse. Le chômage recule
contexte moins porteur
nettement. Les exportations s'accentuent encore (+9% par
Conjoncture nationale :
rapport au troisième trimestre 2005). Après avoir connuune croissance momentanément
contrariée une hausse ininterrompue ces derniers trimestres, la création
L’emploi lorrain : d'entreprise fléchit légèrement.
l'amélioration continue
Le chômage lorrain :
L'emploi lorrain se redresse
le recul se confirme
Emploi salarié, indice base 100 fin du dernier trimestre 2000
110
108
106
104
France
102
100
98 Lorraine
96
2002 20032000 2001 2004 2005 2006
Champ : emploi du secteur concurrentiel hors intérim, agriculture, État et entreprises contrôlées majoritairement
par l'État.
Source : Insee - URSSAF
VConjoncture nationale et internationale
Troisième trimestre 2006 : une croissance contrariée
Au troisième trimestre 2006, le produit intérieur brut français
(PIB) stagne, après une croissance exceptionnelle enregistrée au
Allemagne
trimestre précédent. La consommation intérieure soutient la
croissance, tandis que le solde extérieur continue de pénaliser
Au troisième trimestre 2006,
l’économie française. Cet arrêt, accidentel, ne remet pas enle PIB allemand progresse de
0,6% par rapport au tri- cause les bons résultats enregistrés sur le front de l’emploi, avec
mestre précédent. Ce régime
un taux de chômage ramené à 8,6% fin 2006. Le ralentissementsoutenu est essentiellement
appuyé par les performances français s’inscrit dans un contexte plus global de resserrement de
à l'exportation, la fin de l'ajus-
l’activité mondiale. Cette tendance devrait peser en 2007 sur lestement structurel long et dou-
loureux du secteur de la perspectives économiques des pays européens. La France devrait
construction et les besoins néanmoins faire partie des pays qui tirent vers le haut la
importants d'investissements
croissancedelazoneeuro.en équipement.
En septembre 2006, le taux
de chômage allemand s'établit Au troisième trimestre 2006, la crois- Les dépenses de consommation des
à 8,5% de la population ac- sance économique française est ménages français contribuent à mainte-
tive. L'emploi salarié aug- stoppée brutalement, avec un produit nir le PIB au niveau du deuxième tri-
mente de 1,2% par rapport
intérieur brut (PIB) qui stagne par rap- mestre 2006. L’investissement ou
au mois de septembre 2005.
port au trimestre précédent. Cet arrêt formation brute de capital fixe (FBCF)
La reprise n'a pas cessé de
contraste fortement avec le bon rythme fléchit nettement, son taux de crois-
se consolider depuis le début
de croissance amorcé depuis début sance passant de 1,6% à 0,5%. Alorsde l'année et l'envolée
2006, particulièrement au deuxième que l’investissement des ménages enconjuguée des exportations et
trimestre (+1,1%). logement se maintient, l’investissementde l'investissement des entre-
des entreprises ralentit fortementprises devrait porter la crois-
(+0,8% au troisième trimestre 2006 contresance à +2,7% en 2006. Un arrêt accidentel
+2,2% au trimestre précédent). L’investis-Comparé au mois de
sement contribue tout de même pourseptembre 2005, l'emploi sa- Cette pause est néanmoins jugée ac-
0,1 point à la stabilité du PIB au troi-lariéaaugmentéensep- cidentelle. Au dernier trimestre
tembre 2006 en Rhénanie- sième trimestre 2006.2006, la croissance devrait rebondir
Palatinat (+1,3%) comme en fortement (+0,9% du PIB au dernier tri- Le solde extérieur continue de jouer né-
Sarre (+0,8%), soit la création mestre 2006), pour fixer le taux de gativement contre la croissance fran-
d'environ 18 000 emplois. En croissance annuel de l’économie fran- çaise. Tandis que le rythme des
septembre 2006, le chômage çaise au-delà des 2%. importations s’essouffle (+0,1% contre
touche 7,4% de la population
active en Rhénanie-Palatinat
La croissance au point mortet 9,5% en Sarre. La Rhé-
nanie-Palatinat a un des taux
Croissance du PIB et contributions à son évolution
de chômage les plus faibles
%
d'Allemagne. La Sarre est en
1,2 PIB (en %)sixième position.
Dépenses de consommation (en point)
FBCF (en point)
Commerce extérieur (en point)
Sources internationales :
0,8
- Note de conjoncture
de l’Insee
- Service des études
0,4et de la statistique
du ministère
de la région wallonne
0,0- Service central
de la statistique
et des études économiques
du Luxembourg
-0,4
- Statistisches Landesamt
Saarland
-
Rheinland-Pfalz -0,8 e e er e e e er e e3 trim. 4 trim. 1 trim. 2 trim. 3 trim. 4 trim. 1 trim. 2 trim. 3 trim.
- Bulletin luxembourgeois
2004 2005 2006
de l’emploi
Source : Insee - comptes nationaux trimestriels
2+2,9% au deuxième trimestre 2006), les conomie nippone peine à s’inscrire du-
exportations régressent (-1% contre +1% rablement sur le chemin de la
Belgiqueau trimestre précédent). La contribution croissance.
du solde extérieur à la croissance est
L’économie mondiale bénéficie tout denégative, amputant le PIB de 0,3 point.
Au troisième trimestre 2006,même de la détente observée sur le
le PIB belge augmente demarché du pétrole, où le prix du baril
0,6% par rapport au tri-Bons résultats est stabilisé autour de 50 dollars.
mestre précédent.sur le front de l’emploi
En septembre 2006, le taux
de chômage belge atteintLes résultats économiques moroses du Zone euro fragilisée
8,5%. En un an, le nombretroisième trimestre 2006 ne viennent mais résistante
de demandeurs d'emploi a di-pas contrarier l’éclaircie constatée sur
minuéde1,3%. Le taux dele marché du travail. En 2006, l’éco- La zone euro a bénéficié en 2006
chômage des femmes a légè-nomie française devrait créer près de d’une croissance globale soutenue, no-
rement baissé par rapport au250 000 emplois, dont une majorité tamment par une demande intérieure
trimestre précédent (9,2%,
dans les secteurs marchands. Une de- robuste et par l’investissement élevé
contre 9,4%). Mais il reste
mande de travail en hausse conjuguée des entreprises.
supérieur à celui des hommes
à une baisse tendancielle de la popula-
(8%). Les jeunes sont les plusCette bonne orientation devrait s’inflé-tion active permettrait de ramener le frappés par le chômage avecchir en 2007, sous l’effet du ralentisse-taux de chômage national à 8,6% fin un taux de 21,2% en sep-ment mondial mais aussi sous2006, et 8,2% à la mi-2007. tembre 2006, contre 7,2%l’influence des choix économiques rete-
Cette amélioration sur le marché du chez les plus de 25 ans.nus par les grands pays de la zone. Le
travail accompagne la hausse des reve- resserrement de la politique écono-
nus d’activités (+0,7% au troisième tri- mique allemande, via la hausse prévue
mestre, après +0,6% au deuxième de la TVA, devrait avoir un impact mo- Luxembourgtrimestre). Cette hausse, associée à dérateur temporaire sur l’économie
une baisse des impôts et une inflation d’Outre-Rhin et par ricochet sur l’éco-
contenue, devrait permettre de déga- nomie de la zone euro. Au troisième trimestre 2006,
ger des gains de pouvoir d’achat, ga-
le PIB du Luxembourg est en
rants d’une consommation intérieure L’économie européenne, confrontée à
hausse de 1% par rapport au
robuste. une baisse de la demande mondiale, trimestre précédent. Les ex-
doit faire face également à une paritéLe troisième trimestre 2006 est mar- portations progressent de
euro-dollar très défavorable à laqué par un contexte international moins 2,5%. Au contraire, la
monnaie européenne qui pénalise lesporteur que précédemment. L’éco- consommation des ménages
échanges commerciaux avec les autres diminue légèrement et l'inves-nomie mondiale présente en effet quel-
grandes zones économiques mondiales. tissement chute de 10,2%.ques signes d’essoufflement.
Dans ce contexte, l’économie française En septembre 2006, le taux
L’économie américaine semble fragi-
devrait croître à un rythme trimestriel de chômage atteint 4,8%. En
lisée avec notamment un ajustement
de 0,5% début 2007, en deçà de la dy- un an, le nombre de deman-
du marché immobilier. Dans le même
namique enregistrée un an auparavant. deurs d'emploi a augmenté de
temps, l’économie asiatique, bien que 3,5%, alors que l'emploi total
toujours dynamique, progresse à des Néanmoins, la France continuerait de intérieur s'est accru de 3,9%.
rythmes plus faibles qu’en 2005. Les faire partie du peloton de tête des éco- L'emploi frontalier augmente
politiques restrictives chinoises sem- nomies de la zone euro, avec son voisin de 6,8%, soit une création de
blent porter leurs fruits tandis que l’é- d’Outre-Rhin. 8800 emploisenunan.
Biens et services : Équilibre ressources-emplois aux prix de 2000
Évolution
2004 2005 2006
annuelle
T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 2005 2006
Produit Intérieur Brut 0,5 0,7 0,2 0,6 0,1 -0,1 0,7 0,2 0,5 1,1 0,0 1,2 1,8
Importations 0,8 3,2 1,7 1,0 1,0 1,1 2,6 2,8 1,3 2,9 0,1 6,4 7,4
Dépenses de consommation des ménages 0,7 0,7 0,1 1,2 0,5 0,0 0,9 0,6 0,9 0,7 0,7 2,2 2,6 de consommation des adminis-
trations publiques 0,5 0,6 0,3 0,3 0,1 0,0 0,7 0,1 0,7 0,7 0,4 1,1 1,8
Formation Brute de Capital Fixe (FBCF) totale -0,1 1,5 0,0 1,2 0,9 0,5 1,7 1,0 0,1 1,6 0,5 3,7 3,3
dont : SNF-EI (sociétés) 0,4 2,3 0,0 1,4 0,6 0,0 2,3 1,2 -0,4 2,2 0,8 3,8 3,7
Ménages 0,7 2,2 0,8 1,2 0,7 1,4 0,5 0,7 0,7 0,5 0,4 4,1 2,4
APU (administrations publiques) -0,2 0,2 0,0 0,8 2,1 0,4 1,2 0,6 0,6 1,1 -0,8 3,9 2,2
Exportations 0,0 1,1 0,6 1,3 -0,5 0,4 3,4 0,7 3,1 1,0 -1,0 3,2 5,7
Demande intérieure totale 0,8 1,3 0,5 0,5 0,6 0,1 0,5 0,9 0,0 1,7 0,3 2,1 2,4
Source : Insee - Comptes nationaux trimestriels
3Conjoncture Lorraine :
des résultats encourageants
Au troisième trimestre 2006, l’emploi salarié lorrain du secteur
privé (hors intérim) augmente de 0,2%. Le secteur de la cons-
truction continue de créer des emplois, confirmant l’optimisme
desentrepreneurs.Danslesecteur desservices, leseffectifssa-
lariés progressent également (+0,7%). Les exportations lorraines
s’intensifient. Le taux de chômage est à nouveau en baisse. Le
nombre de femmes à la recherche d’un emploi, notamment, a re-
culé de 5,1%. Seule ombre au tableau, les créations d’entrepriseEn Alsace
sont en perte de vitesse (-5,5%).L’emploi salarié alsacien
du secteur concurrentiel
(hors intérim) retrouve au Au troisième trimestre 2006, l’emploi suivre, ce qui laisse présager d’une
troisième trimestre 2006 salarié lorrain du secteur privé (hors in- bonne tenue de l’emploi régional dans
le niveau de début d’année
térim) est de nouveau en hausse le BTP dans les mois à venir.
grâce à une progression (+0,2%). Les effectifs de la construction
de 0,2%.
(+1,1%) et des services (+0,7%) conti- Toujours plus d’emploisLes chômeurs représen- nuent d’augmenter. Dans le secteur du
de servicestent 8% de la population commerce, les effectifs sont stables.
active, soit 0,3 point de La baisse de l’emploi industriel se pour- Dans le secteur des services, la pro-moins qu’au deuxième tri- suit (-0,7%). Sur l’ensemble de la gression de 0,7% de l’emploi salariémestre 2006. France, la progression de l’emploi sala- représente plus de 900 postes sup-
rié est du même ordre (+0,2%) qu’en plémentaires au troisième trimestre
Lorraine. 2006. L’évolution est plus forte enEn Champagne-
Lorraine que celle observée sur l’en-Ardenne
semble de la France (+0,4%).Le BTP continue d’embaucher
Au troisième trimestre
2006, l’emploi salarié des Le secteur de la construction gagne en- Les services aux entreprises contri-
secteurs marchands non core 500 emplois au troisième tri- buent principalement à la hausse.
agricoles s’est accru de mestre 2006, soit une évolution de On y recense plus de 500 emplois
0,4% en Champagne- plus de 1% par rapport au trimestre de plus qu’au deuxième trimestre.
Ardenne, soit un gain de précédent. Avec un nombre de permis Les entreprises de gardiennage et
1 200 emplois par rapport de construire en hausse de 19,2% en de nettoyage notamment continuent
au trimestre précédent.
Lorraine, la multiplication des chantiers de créer de nombreux emplois non
Avec 0,6 point de moins de construction devrait donc se pour- qualifiés.
qu’au trimestre précédent,
le taux de chômage
confirme sa baisse. Il Toujours des créations dans le BTP
converge vers le niveau na-
Évolution de l’emploi salarié lorraintional en s’établissant à
9,1%.
Ensemble%
1,2 Industrie
BTP
CommerceEn Franche-Comté
Services
Au troisième trimestre 0,6
2006, l’emploi salarié en
Franche-Comté augmente
sensiblement (+0,4%) 0,0
après deux trimestres de
léger recul (données
Insee-Urssaf).
-0,6
Le taux de chômage
franc-comtois recule de
0,3 point pour atteindre
-1,2
8,4% de la population ac-
-1,5tive. Dans le Jura, le taux
e e e er e e
2 trim. 3 trim. 4 trim. 1 trim. 2 trim. 3 trim.
de chômage baisse de 0,5
2005 2006point. Il est, avec 6,5%,
l’un des plus faibles de
Champ : emploi du secteur concurrentiel hors intérim, agriculture, État et entreprises contrôlées majoritairement par l'État.France.
Source : Insee - URSSAF
4Dans les activités immobilières, les ef- Activité industrielle
fectifs salariés progressent de près de en progression
3%, soit une centaine d’emplois nou-
veaux en trois mois. Selon l’enquête nationale de conjonc-
ture dans l’industrie d’octobre 2006,Dans les services aux particuliers,
les industriels lorrains sont satisfaits del’emploi salarié augmente de 0,6%.
leur activité au troisième trimestreL’hôtellerie et la restauration, de type
2006. Le niveau est comparable à latraditionnel ou rapide, sont à l’origine
moyenne française. La demande inté-d’une grande partie des nouveaux em-
rieure est très vigoureuse, mais la de-plois comptabilisés dans ce secteur.
mande extérieure progresse lentement.
Quant au secteur des transports, il
Les stocks de produits finis se stabili-
subit au troisième trimestre 2006
sent. Les chefs d’entreprise lorrains
une légère baisse de ses effectifs
sont particulièrement optimistes sur les
(-0,2%).
perspectives de production pour les
Enfin, l’emploi se stabilise dans les mois à venir.
activités du commerce. Les diminu-
tions d’effectifs observées dans le
Pause temporairecommercedegrossontcompensées
des créations d’entreprisespar les créations de postes dans le
commercededétail.
Au troisième trimestre 2006, 1 921
entreprises (données CVS)ont été
Mille emplois industriels créées en Lorraine. Le nombre de
en moins créations d’entreprises en Lorraine se
réajuste ainsi sur le niveau national.
Au troisième trimestre 2006, l’em- Les créations par reprise ont fortement
ploi salarié industriel diminue de chuté en Lorraine (-7%), soulignant les
0,7%. Quelques secteurs d’activités durables difficultés rencontrées dans la
sont particulièrement touchés. transmission. Le nombre de créations
L’industrie automobile perd environ pures a diminué de 1,8% par rapport
200 emplois. Dans les industries des au second trimestre, mais reste en
équipements du foyer, plus de 150 progression sur les douze derniers
postes disparaissent. mois (+4,3%).
Dans l’industrie textile, la liquidation
La création d’entreprise a été très vi-de la filature de Cheniménil, créée en
goureuse dans les secteurs de l’in-1909 dans les Vosges, entraîne le li-
dustrie et de l’immobilier avec descenciement de 116 personnes, sans
hausses supérieures à 20%. A l’in-perspectives de reclassement.
verse, le nombre de créations d’entre-
prises a beaucoup diminué dans lesL’emploi salarié de la métallurgie et
secteurs de la construction (-19,4%)ettransformation des métaux continue
des services aux particuliers (-13,5%).de décroître : la baisse atteint 0,5%
Le secteur du commerce demeure leau deuxième trimestre.
Les industriels optimistes L’automobile
Évolution de l’emploi industriel et de l’activité industrielle en Lorraine solde d’opinions
L’emploi dans l’industrie1,0 %
automobile continue de se
200,8
dégrader en Lorraine au
0,6 troisième trimestre 2006
avec une baisse de 1,1%.0,4 10
Les effectifs salariés dimi-
0,2 nuent également pour l’en-
0,0 0 semble de la France, mais
de manière moins impor-
-0,2
tante (-0,6%).
-10-0,4
Les exportations d’équipe-
-0,6 ments pour automobile
-20
poursuivent leur progres--0,8
sion avec une hausse de
-1,0 7,1% par rapport au troi-
-30
sième trimestre 2005.
-1,2 Emploi (échelle de gauche)
Dans le même temps, les
Production passée (échelle de droite)
exportations de produitsTendance prévue de la production (échelle de droite)
de la construction automo-2004 2005 2006
bile diminuent de 7,1%.
Source : Insee - Enquêtes de conjoncture dans l’industrie et Epure (URSSAF)
5plus créateur avec 508 créations, ont ainsi progressé de 19,2% en Lor-
autant qu’au second trimestre. raine contre 3,8% en France. La multi-
plication des chantiers de construction
devrait donc se poursuivre dans la ré-Nouvelle hausse
gion pour les mois à venir.
des exportations
Au troisième trimestre 2006, en Lor-
Au troisième trimestre 2006, la Lor- raine, 3 123 logements ont été mis en
raine a exporté pour plus de 4,3 mil- chantier, soit 5,5% de plus qu’un an
liards d’euros de biens (hors électricité) auparavant. La progression est un peu
vers l’étranger. Les exportations ont supérieure à celle observée au niveau
ainsi progressé de près de 9% par rap- national (+3,9%). De nouveau, ce sont
port au troisième trimestre 2005. les logements collectifs qui tirent la
Les principaux secteurs exportateurs construction vers le haut avec une
sont presque tous en hausse. Les ex- hausse de 23%.
portations des secteurs des biens d’é-
quipement et des biens intermédiaires
Le recul du chômageprogressent respectivement de 17,6%Sidérurgie
se confirmeet 14,3%. A l’inverse, l’industrie auto-
L’emploi salariédelamé- mobile affiche une baisse de ses expor-
tallurgie lorraine enre- Fin septembre 2006, en données corri-tations (-3,8%) entre les troisièmes
gistre une nouvelle baisse gées des variations saisonnières,trimestres 2005 et 2006.
(-0,5%) au troisième tri- 79 240 Lorrains recherchent un em-
Le continent africain et le Proche etmestre 2006. Au niveau ploi. Le chômage lorrain frappe 9% de
Moyen-Orient sont des marchés ennational, la baisse est plus la population active au troisième tri-
croissance (+15%), mais restent margi-modérée (-0,2%). mestre 2006. Ce taux n’avait pas été
naux par rapport au poids de l’Europe
aussi bas depuis juin 2002.La production d’acier brut
(91% du montant des exportations lorrai-
a progressé de 14,4% en
nes). En Europe, la croissance a été Au cours du troisième trimestre 2006,Lorraine entre les troisiè-
très forte pour les exportations à desti- la proportion de chômeurs a baissé demes trimestres 2005 et
nation du Luxembourg (+27%), des -4,8%, amplifiant ainsi le recul du chô-2006. Ceci renforce l’im-
Pays-Bas (+14%) et de l’Allemagne mage déjà significatif, observé entre lesportance de la région dans
er ème(+11%). L’Italie et les États-Unis sont les 1 et 2 trimestres 2006 (-2,6%).ce domaine puisqu’au ni-
seuls pays à avoir acheté moins de pro-veau national, l’augmenta-
Sur la dernière année, le taux de chô-duits à la Lorraine (-4%) qu’au troisièmetion n’est que 2,5%. La
mage lorrain a donc reculé de 0,9trimestre 2005.production de fonte suit la
point. Cette décroissance devrait semême tendance avec une
poursuivre lors du dernier trimestrehausse de 30,5% en Lor- La construction 2006, comme le laissent envisager lesraine contre 4,8% pour
a encore de beaux jours chiffres du chômage d’octobre 2006.l’ensemble de la France.
Cesbonsrésultats se ré-
En Lorraine, 3 781 permis de cons- La Lorraine se rapproche ainsi de la
percutent sur le com-
truire ont été délivrés au troisième tri- moyenne nationale (France métropoli-merce extérieur : les
mestre 2006. Le nombre d’autorisa- taine) où le taux s’établit aujourd’hui àexportations de produits
tions pour des logements collectifs a 8,8% avec un recul de 0,2 point sur lesidérurgiques et de trans-
augmenté de plus de 50% par rapport dernier trimestre et 1 point sur la der-formation des métaux ont
au troisième trimestre 2005 tandis nière année. Le net recul du chômageaugmenté de 23,3% par
que les autorisations pour des loge- lorrain ce trimestre comble pour ma-rapport au troisième tri-
ments individuels étaient stables. Globa- jeure partie l’écart qui le séparait de lamestre 2005.
lement, les autorisations de construire moyenne nationale.
Logements autorisés en Lorraine Exportations lorraines
2006 Données brutes (hors matériel militaire et électricité) en millions d'eurosDonnées brutes 4 800
5 000 2005
2004
4 600
4 000
4 400
3 000
4 200
2 000
4 000
1 000 3 800
3 600
0
er ème ème ème
1 trim 2 trim 3 trim 4 trim 2003 2004 2005 2006
Source : DouanesSource : DRE - Sitadel
6L’excellent résultat enregistré en Lor-
Le chômage des jeunes en recul
raine est confirmé par la comparaison
Demandeurs d'emploi en fin de mois catégorie 1 en Lorrainefaite avec les autres régions de France
Base 100 en septembre 2003115métropolitaine. Avec cette baisse d’un
demi-point, il situe l’évolution de la ré-
gion ce trimestre au second rang natio- 110
nal derrière la Champagne-Ardenne qui
répète ici la même performance que le
105
trimestre précédent (-0,6 point).
Le chômage recule dans les quatre dé- 100
partements lorrains. La baisse la plus
forte est observée dans les Vosges
Moins de 25 ansEnsemble hommes95(-0,6 point). Néanmoins, le département De 25 à 49 ans femmes
vosgien reste le plus touché par le chô- 50 ans et plus
mage, mais passe sous la barre des 90
10% de sa population active inoccupée sept mars sept septsept mars mars
pour la première fois depuis décembre 2003 2004 2005 2006
Source : Ministère du Travail - ANPE1999. La Meurthe-et-Moselle a le taux
de chômage le plus bas de la région,
L'écart se resserreun taux de 8,6%, inférieur donc à la
moyenne nationale. Le taux de la
Taux de chômage au sens du BIT (%)
Meuse, 9,5%, est proche de celui des
11,0Vosges ; celui de la Moselle, taux de
9% en baisse d’un demi-point au cours
10,5du trimestre, se rapproche davantage France
de la situation meurthe-et-mosellane.
10,0
9,5 LorraineBaisse du chômage
plus favorable aux femmes 9,0
Ce trimestre, les femmes bénéficient 8,5
d’une conjoncture plus favorable. De
8,0-0,8% lors du second trimestre 2006,
la baisse du chômage féminin passe à
2003 2004 2006-5,1%. Ce sont les plus jeunes d’entre 2005
elles qui en bénéficient le plus.
Source : Insee
Les hommes connaissent ce trimestre
une décrue identique à celle du tri-
mestre précédent (-4,1%). Chez eux
aussi, la baisse du chômage des plus
Yann KUBIAKjeunes contribue le plus au recul géné-
ral, alors que la situation reste difficile Laurence LABOSSE
pour les plus de 50 ans.
Benjamin MÉREAU
En données brutes, le chômage de
Pascal SERVRANCKXlongue durée touche une centaine de
personnes en plus ce trimestre ; on re- Brigitte VIENNEAUX
cense désormais 24 100 chômeurs de
plus d’un an. Cependant ce nombre est
en baisse de -3,3% depuis fin sep-
tembre 2005. Le chômage de très
longue durée (supérieur à trois ans) reste
une difficulté majeure : 200 Lorrains
supplémentaires se sont ajoutés aux
quelque 3 600 recensés fin juin 2006,
soit une évolution trimestrielle de
+5,4%, pour une hausse annuelle de
près de 15%.
Plus de la moitié des offres d’emploi
(52,2%) reçues par l’ANPE en Lorraine
en septembre 2006 concernent des
emplois durables (durée supérieure à 6
mois) alors que le trimestre précédent,
ils ne comptaient que pour 46%, ren-
dant alors les offres d’emplois tempo-
raires ou occasionnels majoritaires.
7
sept. mars sept. mars sept. mars sept.Baisse générale du taux de chômage en Lorraine
9,7 9,7- Note de conjoncture de l’Insee -
Longwy Thionville
Décembre 2006
8,69,0
Meuse du Nord Briey
Bassin
Taux de chômage- Cahiers lorrains de l’emploi - Le 8,89,6 -Houillerème
au 3 trimestre 2006 8,5 Sarregueminesmarché du travail en septembre 11,3(%)
Metz 7,92006 - DRTEFP de Lorraine -
9,0 CommercyOctobre 2006
Sarrebourg
ToulBar-le-Duc 10,3
6,6
Évolution- Site internet : www.insee.fr 8,9 7,5 Nancy
du taux de chômage
Lunéville
par rapport au trimestre
8,3 10,1précédent (en point)
Vosges
de l'Ouest Saint-Dié
0
Épinal 12,17,5de 0 à -0,4
9,9
de -0,4 à -1 Remiremont-
GérardmerMinistère de l’Économie, moins de -1
8,3
des Finances et de l’Industrie
Source : Insee
Insee
Le chômage est en recul dans toutes les zones d’emploi lorraines, ex-Institut National de la Statistique
et des Études Économiques ceptée celle de Longwy où le taux de chômage reste stable par rapport au
Direction Régionale de Lorraine deuxième trimestre 2006. Le chômage baisse plus fortement dans les zo-
15, rue du Général Hulot nes au sud et à l’est de la région. Le recul le plus important se situe dans
CS 54229 la zone de Sarrebourg (-1,1%) où le taux était déjà le plus bas de Lorraine.
54042 NANCY CEDEX
Avec 6,6% de population active en recherche d’emploi, elle fait partie des
Tél :03 83 91 85 85
zones d’emploi françaises où le chômage est le plus faible. Avec un taux de
Fax :03 83 40 45 61
7,5% chacune, les zones des Vosges de l’Ouest et de Toul complètent le
www.insee.fr/lorraine
podium des zones d’emploi les plus favorisées. En dépit d’une baisse d’un
demi-point, le taux de chômage dans la zone de Saint-Dié reste le plus fortDIRECTEUR DE LA PUBLICATION
de Lorraine, et ce pour la deuxième année consécutive.Jean-Paul FRANÇOIS
Directeur régional de l’Insee
COORDINATION RÉDACTIONNELLE
Christian CALZADA
Gérard MOREAU
Demandes déposées à l'ANPE par des personnes sans emploi, immédiate-
RESPONSABLE ÉDITORIAL ET
ment disponibles, à la recherche d'un emploi à durée indéterminée à tempsRELATIONS MÉDIAS
plein, hormis celles ayant travaillé plus de 78 heures dans le mois.Jacqueline FINEL
RÉDACTRICE EN CHEF
Les séries d’évolution de l’emploi sont obtenues à partir des données re-
Agnès VERDIN
cueillies par les URSSAF auprès des employeurs. Les données régionales
SECRÉTARIAT DE FABRICATION concernent tous les secteurs hormis l’agriculture, les entreprises apparte-
MISE EN PAGE - COMPOSITION nant majoritairement à l’État, l’intérim, l’administration et l’éducation, la san-
Marie-Thérèse CAMPISTROUS té, l’action sociale. Elles portent sur toutes les tailles d’établissements. Ces
Marie-Odile LAFONTAINE données sont provisoires pour les deux derniers trimestres connus.
N° à la CPPAP AD 176
L’Insee effectue une enquête nationale trimestrielle auprès des entreprisesISSN : 0293-9657
du secteur concurrentiel sur la situation et les perspectives d’activité dans© INSEE 2007
l’industrie. Le solde d’opinion pour la Lorraine correspond aux réponses na-
tionales corrigées des effets de structure. Les séries sont présentées cor-
rigées des variations saisonnières.
LES CHIFFRES CLÉS EN LORRAINE
e e e
3 2 3
trimestre trimestre trimestre
2006 2006 2005
+0,2% +0,1% -0,3%Évolution de l’emploi salarié (Insee - URSSAF) CVS
Taux de chômage au sens du BIT (Insee) CVS 9,0% 9,5% 9,9%
79 240 83 200 86 580Demandes d’emploienfindemois,catégorie1-DEFM1(ANPE-DRTEFP)CVS
21,2% 21,5% 22,2% d’emploienfindemois,partdes moins de 25 ans (ANPE - DRTEFP) CVS
1 921 2 032 1 954Créations d’entreprises (toutes origines) (Insee SIRENE) CVS
Nombre de logements commencés (DRE Sitadel) 3 123 4 301 2 960
Nombre de logements autorisés (DRE Sitadel) 3 781 4 369 3 171
8
7
©IGN - INSEE 200

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.