Conjoncture 4ème trimestre 2003 : des signes d'amélioration

De
Publié par

Le PIB français progresse de 0,5% au dernier trimestre 2003. La croissance devrait se poursuivre sur ce rythme au début 2004. L’investissement est orienté à la hausse, à la faveur de la reprise du commerce international. Le raffermissement de la production est confirmé. En Lorraine, l’emploi se stabilise au quatrième trimestre 2003. L’emploi dans les services progresse. Les pertes d’emplois industriels sont plus limitées qu’aux trimestres précédents. Les créations d’entreprises atteignent des niveaux exceptionnels. Le chômage continue néanmoins d’augmenter légèrement.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 27
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
www.insee.fr/lorraine ° AvriNl 2004  37
LePIBfrançais augmente modérément
L’investissementredémarre L’emploi lorrain augmente légèrement de 0,1% Lesopinions des industriels sont mieux orientées Lesmoins de 25 anssont plus touchés par la hausse du chômage
Des signes d’amélioration
Le PIB français progresse de 0,5% au dernier trimestre 2003.La croissance devrait se poursuivre sur ce rythme au début 2004. L’investissement est orienté à la hausse, à la faveur de la reprise du commerce international. Le raffermissement de la production est confirmé.
En Lorraine, l’emploi se stabilise au quatrième trimestre 2003.L’emploi dans les services progresse. Les pertes d’emplois industriels sont plus limitées qu’aux trimestres précédents. Les créations d’entreprises atteignent des niveaux exceptionnels. Le chômage continue néanmoins d’augmenter légèrement.
110
108
106
104
102
100
e L’emploitrimestrelorrain se stabilise au 4 Emploi salarié, indice base 100 fin du dernier trimestre 1998
France
Lorraine
98 2003 1999 2000 2001 2002 Champ : emploi du secteur concurrentiel hors intérim, agriculture, État et entreprises contrôlées majoritairement par l'État. Source : Insee URSSAF
2
Conjoncture nationale et internationale une croissance modérée
Allemagne
Après la légère récession du premier semestre 2003, l’Allemagne renoue avec la croissance. Au quatrième tri mestre 2003, le Produit inté rieur brut augmente de 0,2%. Le rebond des exportations observé au troisième tri mestre a dynamisé l’investis sement des entreprises, même si la consommation des ménages est restée faible.
L’emploi salarié en Allemagne diminue de 1,1% au dernier trimestre. En RhénaniePalati nat, la baisse est de 1,2%.
Le taux de chômage sur l’en semble du pays est de 11%. En RhénaniePalatinat, il s’éta blit à 8,1% en décembre 2003, contre 10% en Sarre.
Sources internationales :
 Note de conjoncture de l’Insee
 Service des études et de la statistique du ministère de la région wallonne
 Service central de la statistique et des études économiques du Luxembourg
 Statistisches Landesamt Saarland
 Statistisches Landesamt RheinlandPfalz
 Bulletin luxembourgeois de l’emploi
:
La France connaît au dernier trimestre 2003 une croissance mo dérée de 0,5%. Ce rythme devrait se poursuivre début 2004. Les investissements sont de nouveau orientés à la hausse. a croissance du PIB est de 0,5% la reprise de l’activité, le taux d’investis L au dernier trimestre 2003, confir sement restant stable. La hausse de mant ainsi les résultats enregistrés au l’investissement se poursuivrait au pre trimestre précédent (+0,4%). Ce rythme mier semestre 2004, selon les enquê modéré de croissance devrait se pour tes de conjoncture. suivre au début 2004. Le PIB serait ain Les conditions financières favorisent cette si en hausse de 0,5% au premier reprise. Les taux d’intérêt réels restent t r i m e s t r e 2 0 0 4 e t d e 0 , 6 % a u faibles. Les conditions d’autofinancement deuxième. Sur l’ensemble de l’année se sont cependant durcies. Le taux de 2003, la croissance ne serait cepen marge des entreprises a en effet atteint dant au total que de 0,2%, la plus faible son plus bas niveau depuis 1985. depuis 1993. Au premier semestre Surtout, les perspectives de demande 2003, la France se trouvait en effet s’améliorent, principalement grâce au dans une situation quasi récessive. L’ac dynamisme de la demande étrangère, quis de croissance pour 2004 (au malgré l’appréciation de l’euro fin 2003. deuxième trimestre) serait de 1,4%. Les exportations vers les ÉtatsUnis ont cessé de se dégrader et celles vers le L’investissement enfin à RoyaumeUni ont progressé. Les expor la haussetations à destination de l’Allemagne ont légèrement augmenté au second se L’investissement repart à la hausse. mestre 2003. Après les baisses enregistrées en 2002, et la stagnation jusqu’au troi sième trimestre 2003, la FBCF pro Les importations progressent gresse de 0,7% au dernier trimestre plus que les exportations 2003. L’investissement des entreprises s’inscrit ainsi en hausse de 0,6%. Cette Dans ce contexte international plus por amélioration résulte principalement de teur, les exportations progressent à
L’investissement plus dynamique
Croissance duPIBet contributions à son évolution %
0,8
0,6
0,4
0,2
0
 0,2
 0,4
 0,6
 0,8
er 1 trim.
PIB(en %) Dépense de consommation(en point) FBCF(en point) Commerce extérieur(en point)
e e e er e 2 trim. 3 trim. 4 trim. 1 trim. 2 trim. 2002 Source : Insee  comptes nationaux trimestriels
e 3 trim. 2003
e 4 trim.
Luxembourg
Le raffermissement de la production confirmé
Biens et services : Équilibre ressourcesemplois aux prix de 1995
2002
nouveau de 1% au dernier trimestre 2003, après +0,9% au troisième tri mestre. Tous les produits manufacturés sont concernés, notamment les biens d’équipement et l’automobile. Cepen dant, les exportations de produits agri coles sont en repli. Ce rythme devrait se maintenir pendant les deux premiers tri mestres de 2004. La reprise de l’activi té dans la zone euro apporterait son soutien à la croissance des exporta tions. Les importations progressent de 2,1%, la plus forte hausse depuis trois ans. La reprise de l’investissement favo rise les importations de biens d’équipe m e n t , n o t a m m e n t d e s b i e n s d’équipement mécaniques et informati ques. La croissance de la consomma t i o n d e s m é n a g e s a é g a l e m e n t contribué à ce redressement. Les achats de biens de consommation à l’étranger ont fortement progressé (+5,1%). Cette hausse des importations devrait se poursuivre au premier se mestre 2004. Enfin la reprise des ex portations, en stimulant l’activité, a stimulé indirectement les importations. Au total, du fait des importations, le commerce extérieur contribue négative ment à la croissance, pour 0,3 point.
2003
Exportations
Importations
2,4 0,8 2,2 0,8 1,0 2,1 1,0
3
Évolution annuelle 2002 2003 1,2 0,2 0,9 0,9
T3 0,4 0,0
0,0
4,1 1,4 2,8 0,8 1,0 1,2 1,1
1,6
T1 0,0 0,0
T2 0,4 0,5
T4 0,3 1,0
0,3
0,7
0,5 0,1 0,1 0,3 0,7 1,6 0,5
0,3 0,3 0,0 0,4 0,8 1,1 0,1
0,5 1,2 1,9 0,2 0,5 1,4 0,1
L’emploi salarié du Luxem bourg progresse de 2,2% entre décembre 2002 et dé cembre 2003 (données bru tes). Le taux de chômage est de 4,1% à la fin de l’année 2003, et on recense à cette période près d’un quart de de mandeurs d’emploi de plus que l’année précédente. Le travail frontalier résiste. Le nombre de frontaliers travail lant au Luxembourg augmente de plus de 4% en 2003.
Belgique
En Belgique, malgré une crois sance moyenne de 1,1% du PIB, l’emploi salarié diminue d’environ 4% en 2003. A la fin de l’année, le taux de chômage s’élève à 8,3% de la population active. Sur un an, le nombre de demandeurs d’emploi augmente d’environ 8% en Belgique, et de 9,2% en Wallonie.
Les dépenses des ménages ont pro gressé au quatrième trimestre 2003, à un rythme cependant modéré (+0,3% après +0,5%). Malgré la hausse du taux de chômage et l’augmentation de l’infla
tion, la consommation a profité de la vi gueur du pouvoir d’achat fin 2003. La croissance de la consommation des produits manufacturés est ainsi restée forte (+0,7%). La consommation se poursuivrait sur un rythme identique aux deux premiers trimestres 2004, malgré le ralentissement prévu du pouvoir d’achat début 2004. La hausse du chô mage durant l’année 2003 limiterait également la croissance de la consom mation, les ménages maintenant leur épargne de précaution.
La production de biens augmente de 0,4% au quatrième trimestre 2003, confirmant ainsi le raffermissement en registré au troisième (+0,3%). La pro d u c t i o n d e b i e n s d ’ é q u i p e m e n t , dépendant pour une part de l’investisse ment, croît au même rythme qu’au tri mestre précédent (+0,4% après +0,5%). La production automobile (+0,8%) et celle des biens intermédiaires (+0,6%) accélèrent. A l’inverse, la production de biens de consommation (0,2%) et celle des biens agricoles et agroalimentaires (0,3%) diminuent.
Une croissance modérée de la consommation des ménages
T3 0,3 0,7
T2 0,7 1,3
0,8 0,7 1,0 0,2 1,5 0,1 0,4
1,2 0,1 1,0 1,1 1,2 2,7 0,3
1,5 0,2 0,4 0,1 0,0 2,0 0,6
T1 0,7 1,7
0,2
0,5
0,5
Demande intérieure totale
1,4 0,0 0,2 0,7 0,1 0,0 0,1
0,6 0,8 0,3 0,9 2,5 2,2 0,4
Source : Insee  Comptes nationaux trimestriels
1,3
Dépenses de consommation des ménages Dépenses de consommation des adminis trations publiques Formation Brute de Capital Fixe (FBCF) totale dont : SNFEI (sociétés) Ménages APU (administrations publiques)
Produit Intérieur Brut
0,7 0,1 0,0 0,2 0,4 0,9 0,2
T4 0,5 2,1
1,0 0,7 0,6 0,5 1,4 1,0 0,8
1,4
0,3
0,5
0,7
T2 0,0 1,1
0,1
T3 0,4 1,0
0,4
2001
0,4 0,4 0,7 0,1 0,4 2,4 0,0
T1 0,6 1,5
0,4 0,3 0,3 1,1 0,2 0,2 0,2
T4 0,3 1,5
4
légère
En Alsace Au quatrième trimestre 2003, l’emploi salarié du secteur marchand baisse de 1% en Alsace (données bru tes InseeUrssaf). Sur l’en semble de l’année 2003, les effectifs diminuent de 0,6%.
Le taux de chômage s’élève à 7,9% de la population ac tive, alors qu’il n’était que de 7% fin 2002. Il reste néan moins l’un des plus faibles de France, après celui du Li mousin.
En FrancheComté Au quatrième trimestre 2003, on observe en FrancheComté une baisse de l’emploi salarié de 0,1% (données Unedic CVS). De puis fin 2002, les effectifs ont diminué de 0,3% dans la région.
Le taux de chômage reste stable par rapport au tri mestre précédent (8,4%), mais il augmente de 0,7 point en un an.
En Champagne Ardenne
L’emploi salarié en Cham pagneArdenne (données Unedic CVS) reste stable au quatrième trimestre 2003. En un an, les effectifs de la région ont diminué de 1,2%.
Le taux de chômage atteint 10% de la population active, soit une hausse de 0,5 point par rapport à fin 2002. Dans les Ardennes, il est un des plus forts (13,2%) par mi les départements fran çais de métropole.
Conjoncture Lorraine augmentation de
: l’emploi
L’emploi lorrain se redresse légèrement au dernier trimestre 2003. L’emploi dans les services poursuit sa progression et les pertes sont un peu plus limitées que les trimestres précédents dans l’industrie. Dans le bâtiment, les mises en chantier progressent fortement. Le taux de chômage augmente de nouveau légèrement. près les baisses ressenties au La construction, où l’emploi était en di A cours des trois premiers trimes minution depuis le début de l‘année tres, l’emploi salarié lorrain du secteur 2003, maintient son niveau d’effectifs marchand(hors intérim) s’est très légère au dernier trimestre. La perte d’emplois ment redressé au quatrième trimestre occasionnée par la liquidation judiciaire de laSETBà LiffolleGrand a été c 2003 (+0,1%om). Sur la même période au niveau national, l’emploi hors intérim di pensée par des embauches dans d’au minue de 0,1%. En Lorraine, la baisse tres établissements du secteur. de l’emploi est de 1% sur l’ensemble de l’année 2003. Une baisse moins forte dans l’industrie Bonne progression de l’emploi L’emploi dans l’industrie est toujours en dans les services déclin. La baisse est cependant beau coup moins importante que précédem Avec 0,7% d’emplois supplémentaires, ment, puisqu’elle n’est que de 0,4%, le secteur des services poursuit sa pro contre 0,9% au troisième trimestre. En gression. La plus forte hausse se situe France, la baisse de l’emploi dans l’in dans les services aux entreprises, où dustrie est de 0,6%. l’emploi salarié augmente de 1%, soit Dans l’industrie des biens intermédiaires, environ 600 emplois nouveaux. l’industrie textile est fortement touchée, Dans les activités du commerce, l’em avec une baisse de l’emploi de 3%. L’en ploi se stabilise au quatrième trimestre. treprise vosgienne Victor Perrin (tissage de Seule exception, le secteur du coml’industrie cotonnière), en redressement judi merce et de la réparation de véhicules ciaire, a réduit ses effectifs au quatrième automobiles perd environ 150 emplois. trimestre 2003. Une centaine de person
L’emploi en hausse dans les services
Évolution de l’emploi salarié % 1,0
0,8
0,6
0,4
0,2 0
 0,2
 0,4
 0,6
 0,8
 1,0
 1,2
er 1 trim.
e e 2 trim. 3 trim. 2002
e 4 trim.
er 1 trim.
Ensemble Commerce BTP Industrie Services
e e 2 trim. 3 trim. 2003
e 4 trim.
Champ : emploi du secteur concurrentiel hors intérim, agriculture, État et entreprises contrôlées majoritairement par l'État. Source : Insee  URSSAF
nes ont été licenciées. A ThaonlesVos ges, 80 salariés environ ont perdu leur emploi à la suite de la liquidation judiciaire de BTT Gat (ennoblissement textile). Dans l’industrie des biens de consomma tion, le secteur de l’habillement perd plus d’une centaine d’emplois. La liquidation de la société Manuval, au Vald’Ajol, a provo qué le licenciement de 75 salariés. Dans le secteur de l’énergie, près de 200 emplois disparaissent encore dans les Houillères du Bassin de Lorraine.
Quelques secteurs échappent à la mo rosité. L’industrie automobile, en parti c u l i e r , g a g n e 0 , 6 % d ’ e m p l o i s supplémentaires au quatrième trimestre 2003, alors qu’au niveau national, ce secteur subit une baisse de 0,3%.
L’enquête nationale de conjoncture dans l’industrie de janvier 2004, compte tenu de la structure du secteur en Lorraine, confirme ces résultats. L’activité indus trielle s’est stabilisée au quatrième tri mestre 2004. La production a cessé de se dégrader et les perspectives pour le premier trimestre 2004 sont bien orientées. La demande étrangère s’est également stabilisée. Dans ce contexte plus positif, les stocks de produits finis sont jugés moins lourds que les trimes tres précédents.
Les exportations automobiles en hausse
Au quatrième trimestre 2003, les ex portations lorraines s’élèvent à 4 509 millions d’euros. Elles ont augmenté de 4,3% par rapport au même trimestre
de l’année précédente. Cette augmenta tion résulte principalement de la forte progression des exportations des pro duits de la construction automobile, qui ont progressé de 36,1% en un an. Les exportations des équipements pour au tomobiles se sont également fortement élevées, gagnant 12,5%. Les exporta tions de produits sidérurgiques et de première transformation de l’acier pro gressent plus modérément, de 2,3%. A l’inverse, les exportations de biens d’équipement et de biens de consomma tion sont toujours en repli.
Les exportations vers l’Allemagne, prin cipal partenaire de la Lorraine (31% des exportations) se redressent de nouveau et progressent de 9,4%. Les exporta tions vers la Belgique, en hausse de plus de 19%, contribuent également au bon résultat lorrain.
Forte progression des mises en chantier
Selon les entrepreneurs lorrains interro gés en janvier 2004, l’activité dans le secteur du bâtiment s’est stabilisée au quatrième trimestre 2003. Les pers pectives pour le premier trimestre 2004 sont redevenues positives, pour la première fois depuis début 2001. L’activité reste stable dans le second œuvre. Elle fléchit toujours dans le gros œuvre. Selon les chefs d’entreprise, l’ac tivité dans le bâtiment neuf décroît à un rythme plus faible qu’au trimestre précé dent. Dans le logement, elle est stable. Depuis deux trimestres, les difficultés de
Laproduction industrielletoujours enbaisse
Évolution de l’emploi industrielet de l’activité industrielleen Lorraine % 1,0
0,8
0,6
0,4
0,2
0,0
0,2
0,4
0,6
0,8
1,0
Emploi (échelle de gauche) Production passée (échelle de droite) Tendance prévue de la production (échelle de droite)
1999
2000
2001
2002
solde d’opinions 40
2003
Source : Insee  Enquêtes de conjoncture dans l’industrie et Epure (URSSAF)
30
20
10
0
10
20
30
40
L’automobile
Au quatrième trimestre 2003, l’emploi dans l’in dustrie automobile lor raine augmente de 0,6%, alors que sur l’ensemble de la France, les effectifs ont diminué de 0,3%.
L‘industrie automobile est u n e d e s b r a n c h e s l e s plus exportatrices de la région. Elle représente près de 27% des expor tations totales de la Lor raine. Les exportations des produits de la cons truction automobile sont en hausse de 36% par r a p p o r t a u m ê m e t r i mestre de l’année précé d e n t e , e t c e l l e s d e s équipements automobiles de 12,5%.
5
6
Sidérurgie
Au quatrième trimestre 2003, les effectifs du secteur de la métallurgie et de la transformation des métaux diminuent de 0,3% en Lorraine. En France, la baisse, plus marquée, atteint 1,1%.
La baisse de la produc tion est plus forte en Lor raine que celle observée p o u r l ’ e n s e m b l e d e l a France (source : Centre Professionnel des Statisti ques de l’Acier). La pro d u c t i o n d ’ a c i e r b r u t d i m i n u e d e 6 , 7 % p a r rapport au quatrième tri m e s t r e 2 0 0 2 , a l o r s q u ’ e l l e a u g m e n t e d e 0,3% au niveau national. La production de fonte brute subit comme en F r a n c e u n e b a i s s e d e 2,5%, celle de produits finis laminés de 5,4% (1,3% en France). Les ex portations lorraines de produits sidérurgiques et d e t r a n s f o r m a t i o n d e l’acier augmentent néan moins de 2,3%.
recrutement se font plus présentes. Elles concernent toujours principale ment les ouvriers qualifiés.
Les mises en chantier ne confirment pas cette activité en demiteinte in diquée par les entrepreneurs. Le nombre de logements commencés a fortement progressé (+32%)au qua trième trimestre 2003. Avec plus de 3 100 logements, il est à son plus haut niveau depuis les années quatrevingt, si l’on excepte le premier trimestre 1999. Cette hausse résulte principalement de l’augmentation des constructions de lo gements individuels (+15%), qui repré s e n t e n t p r è s d e s d e u x t i e r s d e s logements commencés. Les mises en chantier de logements collectifs pro gressent également, mais à un moindre rythme (+9%). Le nombre de logements autorisés se maintient à un haut niveau pour le deuxième trimestre consécutif. En un an, le nombre d’autorisations a augmenté de plus de 30%. Le même mouvement s’observe pour l’ensemble de la France, mais son ampleur est plus limitée : le nombre de logements auto risés progresse de 16% en un an et ce lui des logements commencés de 8%.
Toujours un nombre record de créations nouvelles
Le nombre de créations nouvelles d’en treprises a encore augmenté au dernier trimestre 2003. On dénombre ainsi 1 277 créations nouvelles (données CVS), le plus fort chiffre depuis plus de dix ans. En un an, du dernier trimestre 2002 au dernier trimestre 2003, le nombre de créations a progressé de 15,5%. Ce mouvement est à peu près équivalent (+16,8% en un an) pour l’en
Logementsautorisésen Lorraine
4 000
3 000
2 000
1 000
0
Données brutes
er 1 trim
ème ème 2 trim 3 trim Source : DRE  Sitadel
2002
2003
ème 4 trim
50 40 30 20 10 0 10 20
30
semble de la France. Sur la même pé riode, le nombre de reprises d’entrepri ses existantes diminue.
Taux de chômage en légère augmentation
Le taux de chômage (au sens du BIT) en Lorraine est en légère augmentation entre le troisième et le quatrième tri mestre 2003. Il s’élève à 9,4%. Au ni veau national, en revanche, le taux de chômage s’est stabilisé à 9,7 % en dé cembre 2003. Sur l’année, le taux de chômage lorrain augmente de 0,6 point pendant que le taux de chômage en France métropolitaine augmente de 0,4 point. C’est en Moselle que le taux de chômage a le plus augmenté (+0,7 point) sur l’année, alors que le département des Vosges enregistre dans la même période une quasistabilité de son taux de chômage (+0,1 point).
En décembre 2003, le nombre de de mandeurs d’emploi en fin de mois de ca tégorie 1 (à la recherche d’un emploi à durée indéterminée à temps complet) s’élève à 84 910 (données CVS). Leurs effectifs ont augmenté en cette fin d’année de 1,3% (+0,4% en France). Le répit enregistré au trimestre précédent ne se renouvelle pas au dernier tri mestre de l’année 2003. La dégrada tion du marché du travail s’est traduite sur l’année par une augmentation de 6,1% du nombre de demandeurs d’em ploi lorrains, soit dans des proportions identiques à l’ensemble du pays (+6%).
Le chômage atteint plus particulièrement les hommes que les femmes en ce der nier trimestre de l’année. Leur nombre est en hausse de 1,4% contre 0,2% pour les femmes. On dénombre fin décembre
Tendance de l’activité du bâtimenten Lorraine
Soldes des réponses des entreprises lorraines dubâtiment en %(CVS)
1999
Activité passée
Activité future
2000
2001 Source : Insee
2002
2003
2004
2003 plus de 45 000 hommes à la re cherche d’un emploi ; il faut remonter au mois d’avril 1999 pour retrouver ce ni veau. L’augmentation annuelle atteint 8,6% pour les hommes, 3,2% pour les femmes. Les femmes lorraines à la re cherche d’un emploi représentent, en cette fin d’année 2003, 46,7% de la de mande d’emploi totale contre 47,5% en France.
Les moins de 25 ans sont les plus affectés
Cependant, la relative stabilité du chô mage chez les femmes, toutes tranches d’âge confondues, masque des évolu tions très contrastées. Les jeunes fem m e s e n p a r t i c u l i e r n e s o n t p a s épargnées par la dégradation de la conjoncture : sur le dernier trimestre de l’année, leurs effectifs ont proportionnel lement plus augmenté (+3,3%) que ceux de leurs homologues masculins (+2,9%). F i n d é c e m b r e 2 0 0 3 , o n c o m p t e 18 500 jeunes de moins de 25 ans à la recherche d’un emploi, soit 3,7% de plus que le trimestre précédent et 7,5% de plus qu’un an plus tôt. Les jeunes de moins de 25 ans représentent à la fin de l’année 21,8% de la demande d’em ploi totale. Les effectifs de demandeurs d’emploi âgés de 25 à 49 ans progres sent sur le trimestre de 1%. Cette aug mentation est le fait des hommes seulement (+1,8%) et non des femmes (0,5%). Leurs aînés en revanche enre gistrent une diminution trimestrielle sen sible de leurs effectifs (2,7% pour les femmes, 0,9% pour les hommes). Mais cette baisse rencontrée au dernier tri mestre ne suffit pas à inverser la ten d a n c e a n n u e l l e à l a h a u s s e . F i n décembre 2003, la population des plus de 50 ans compte 11 420 personnes à la recherche d’un emploi soit 3% de plus qu’un an plus tôt.
Des offres d’emploi de plus en plus précaires
Fin décembre 2003, en données bru tes, la Lorraine compte 22 500 deman deurs d’emploi de longue durée, soit 4,3% de plus qu’un an plus tôt. La pro gression des effectifs de demandeurs inscrits depuis 1 à 2 ans se poursuit à un rythme annuel plus soutenu (+6,8%). Le chômage de longue durée repré sente en Lorraine en cette fin d’année 25,9% de la demande d’emploi totale contre 29,4% en France.
Les offres d’emploi durables diminuent
Offres d’emploicumulées
60 000
50 000
40 000
30 000
20 000
10 000
0
2001
2002
Source : ANPE
durables temporaires occasionnelles
2003
Le taux de chômage en légère augmentation en Lorraine
9,5
9
8,5
8
Taux de chômageau sens du BIT(%)
Lorraine
2002
France
Source : Insee
Un peu plus de 7 000 offres d’emploi ont été enregistrées par l’ANPE au cours du mois de décembre 2003. En données cumulées, le total des offres collectées sur l’ensemble de l’année 2003 est de près de 105 000, soit près de 5% de plus que sur l’ensemble de l’année 2002. Cependant, le nombre d’offres d’emploi durables (contrats de plus de 6 mois) a sensiblement diminué (5,2%) au profit des offres d’emploi tem poraires (+13%). Ces dernières ont re p r é s e n t é 4 7 % d e s o f f r e s t o t a l e s collectées pendant l’année contre 43% pour les offres durables. Cette progres sion de la précarité des offres se traduit également par la hausse (+16%) du nombre d’offres occasionnelles (contrats de moins de 1 mois) qui représentent près de 10% des offres totales collec tées pendant l’année.
2003
Laurent AUZET Barbara CAUDRON
Sylvie PETIT Brigitte VIENNEAUX Lydie VIGNON
7
83 829
21,8%
21,3%
9,4%
0,1%
SECRÉTARIAT DE FABRICATION MISE EN PAGE  COMPOSITION MarieThérèse CAMPISTROUS MarieOdile LAFONTAINE
e 4 trimestre 2003
84 908
Savoir plus :
Les créations nouvelles (ou ex nihilo, par opposition aux reprises d’entre prises existantes) connaissent une très forte progression en Lorraine comme en France. Au premier trimestre 2004, on enregistre plus de 1 500 créations nouvelles en Lorraine, ce qui constitue un record abso lu. Les explications peuvent être multiples, comme le succès des campa gnes en faveur de la création ou comme la conséquence d’un chômage persistant. Aucune zone d’emploi lorraine ne reste à l’écart de ce mou vement de création. La zone de Longwy connaît la plus forte progres sion. Les créations 2003 y sont 1,5 fois plus nombreuses qu’en 2002. On y enregistre 3 fois plus de créations au premier trimestre 2004 qu’à la même période en 2002. La zone de la Meuse du Nord connaît égale ment beaucoup de créations. Source : Insee  Sirene
100
90
80
130
120
110
 Cahiers lorrains de l’emploi  le mar ché du travail en Décembre 2003  DRTEFP Lorraine Février 2004
2002 2003 2004
LES CHIFFRES CLÉS EN LORRAINE
2 757
2 571
1 713
8,8%
e Base 100 4 trimestre 1994
Lorraine
France
 Note de conjoncture de l’Insee  Mars 2004
Demandes d’emploien fin de mois, part desmoins de 25 ans(ANPE  DRTEFP) CVS
Nombre delogements commencés(DRE Sitadel)
Nombre delogements autorisés(DRE Sitadel)
21,5%
0,4%
Ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie Insee Institut National de la Statistique et des Études Économiques Direction Régionale de Lorraine 15, rue du Général Hulot CS 54229 54042 NANCY CEDEX Tél : 03 83 91 85 85 Fax :03 83 40 45 61 www.insee.fr/lorraine
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION JeanPaul FRANÇOIS Directeur régional de l’Insee
 Site internet de l’Insee : www.insee.fr
80 031
8
9,3%
0,3%
e 3 trimestre 2003
Créations d’entreprises(toutes origines) (Insee SIRENE) CVS
e 4 trimestre 2002
Demandes d’emploien fin de mois DEFM1 (ANPEDRTEFP) CVS
L’Insee effectue une enquête nationale trimestrielle auprès des entre prises du secteur concurrentiel sur la situation et les perspectives d’ac tivité dans l’industrie. Le solde d’opinion pour la Lorraine correspond aux réponses nationales corrigées des effets de structure. Les séries sont présentées corrigées des variations saisonnières.
70 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001
Taux dechômageau sens du BIT (Insee) CVS
2 357
3 116
Évolution de l’emploi salarié(Insee  URSSAF ) CVS
RÉDACTRICE EN CHEF Agnès VERDIN
COORDINATION RÉDACTIONNELLE Joël CREUSAT William ROOS
3 257
3 356
1 797
1 845
Les séries d’évolution de l’emploi sont obtenues à partir des données re cueillies par les URSSAF auprès des employeurs. Les données régionales concernent tous les secteurs hormis l’agriculture, les entreprises apparte nant majoritairement à l’État, l’intérim, l’administration et l’éducation, la san té, l’action sociale. Elles portent sur toutes les tailles d’établissements. Ces données sont provisoires pour les deux derniers trimestres connus.
ABONNEMENTS Myriam PUJOL Code SAGE : EL040740 N° à la CPPAP AD 176 ISSN : 02939657 © INSEE 2004
RELATIONS MÉDIAS Jacqueline FINEL
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.