Conjoncture du 3ème trimestre 2010 : l'emploi intérimaire tire la croissance lorraine

De
Publié par

Au troisième trimestre 2010, le PIB français progresse de 0,3%. La croissance continue d’être portée par la consommation des ménages. Les investissements ralentissent, mais sont tout de même soutenus par les achats de logements des ménages. Le solde extérieur se dégrade encore avec l’augmentation des importations. L’emploi progresse légèrement et les effectifs intérimaires poursuivent leur hausse. En 2010, la croissance modérée du PIB français est de 1,5%. Au troisième trimestre 2010, l’emploi salarié lorrain progresse de 0,1%, toujours stimulé par l’emploi intérimaire (+8,5%). Le chômage est en légère hausse. Sur un an, le chômage des femmes a progressé plus vite que celui des hommes. Le chômage des jeunes diminue alors que celui des plus de 50 ans continue d’augmenter. Les offres d’emploi sont en hausse mais la part de contrats précaires augmente. Les créations d’entreprises baissent pour le deuxième trimestre consécutif. Les exportations lorraines repartent timidement. PIB français : +0,3 % Emploi salarié lorrain : +0,1 % Chômage lorrain : 10 % Sommaire Conjoncture nationale et internationale : léger ralentissement Conjoncture Lorraine : perspectives optimistes dans l'industrie Conjoncture nationale et internationale : léger ralentissement En France comme dans la zone euro, l’activité ralentit au troisième trimestre 2010. Le PIB français progresse de 0,3%, après 0,6% au deuxième trimestre. La croissance continue d’être portée par la consommation des ménages, mais le mouvement de reconstitution des stocks est de moindre intensité. Les investissements ralentissent, tout en restant soutenus par les achats de logements des ménages. Le solde extérieur se dégrade encore avec l’augmentation des importations. L’emploi progresse légèrement. Les effectifs intérimaires poursuivent leur hausse, mais moins rapidement qu’auparavant. Au troisième trimestre 2010, le taux de chômage s’établit à 9,3% de la population active en France métropolitaine. Il devrait baisser encore et atteindre 9,1% à la mi-2011. En 2010, la croissance modérée du PIB français est de 1,5%. Publication Au troisième trimestre 2010, la croissance de l’ensemble des économies avancées ralentit légèrement (+0,6% après +0,7% au deuxième trimestre). La croissance de la zone euro (+0,3%) se modère après une croissance forte de +1% au deuxième trimestre 2010, en raison principalement de la décélération du commerce mondial. L’investissement recule, tandis que la consommation ralentit (+0,1%). En revanche, l’activité s'accélère aux États-Unis et au Japon. En France, le produit intérieur brut progresse à un rythme nettement inférieur (+0,3%) à celui du trimestre précédent (+0,6%). Consommation des ménages : au diapason de la zone euro En France, la demande intérieure contribue de nouveau positivement à la croissance du PIB. La consommation des ménages, lors de l’été 2010, se redresse particulièrement pour les dépenses de transports (+2%) et pour les produits manufacturés (+1,3% après -0,8% au deuxième trimestre) et parmi eux l’automobile (+0,9% après -5,2% au deuxième trimestre). Les variations de stocks sont la deuxième contribution à la croissance du PIB. Après le déstockage du premier trimestre 2010, c’est le deuxième trimestre consécutif de reconstitution des stocks. Les produits énergétiques tirent ce mouvement, mais les stocks diminuent dans l’automobile. Haut de page Investissement : progression pour les ménages Globalement, l’investissement faiblit (+0,5% après +0,9%). Le coup de frein est marqué pour les investissements des entreprises non financières et des administrations publiques (respectivement +0,4% après +1,3% au deuxième trimestre 2010 et -0,4% après +1,0%). Les secteurs les plus touchés sont la production d’automobiles et celle de biens intermédiaires. Le recul est sensible dans les services (-0,4% après +1% au deuxième trimestre). Néanmoins, le secteur des biens d’équipement intensifie ses investissements (+2,8% après +1%). L’investissement des ménages progresse de 1,1% après 0,1% au deuxième trimestre 2010. Les achats de logements se sont en effet bien portés durant l’été 2010, avec une hausse de 11,2% par rapport à l’été 2009. Commerce extérieur : nouvelle dégradation Stimulées par la consommation des ménages, les importations restent dynamiques (+3,9%), plus que les exportations (+2,6%). En conséquence, le solde commercial se dégrade et contribue négativement à la croissance du PIB (-0,4 point). C’est le deuxième trimestre consécutif de dégradation du solde extérieur. Les importations ont augmenté surtout pour les services financiers, les biens d’équipement et les biens intermédiaires. Pour les exportations, les plus grosses hausses concernent les biens d’équipement et les automobiles. Les exportations de produits agro-alimentaires et de services décélèrent. Légère hausse de l’emploi salarié L’emploi salarié des secteurs marchands augmente de 0,1% (+19 200 postes), après une hausse de 0,2% au deuxième trimestre 2010. C’est le troisième
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 29
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins

www.insee.fr/lorraine
ème
3 trimestre 2010 :°
l'emploi intérimaire tire la croissance251N
lorraineFévrier 2011
Au troisième trimestre 2010, le PIB français progresse
de 0,3%. La croissance continue d’être portée par
la consommation des ménages. Les investissements
ralentissent, mais sont tout de même soutenus par les achats
de logements des ménages. Le solde extérieur se dégrade encore
avec l’augmentation des importations. L’emploi progresse
légèrement et les effectifs intérimaires poursuivent leur hausse.PIB français :
+0,3 % En 2010, la croissance modérée du PIB français est de 1,5%.
Emploi salarié lorrain : Au troisième trimestre 2010, l’emploi salarié lorrain
+0,1 %
progresse de 0,1%, toujours stimulé par l’emploi intérimaire
Chômage lorrain : (+8,5%). Le chômage est en légère hausse. Sur un an,
10 %
le chômage des femmes a progressé plus vite que celui
des hommes. Le chômage des jeunes diminue alors que celui
des plus de 50 ans continue d’augmenter. Les offres d’emploi
sont en hausse mais la part de contrats précaires augmente.
Les créations d’entreprises baissent pour le deuxième trimestre
consécutif. Les exportations lorraines repartent timidement.
Emploi : stabilisation avant rebond ?
Emploi salarié, indice base 100 décembre 2006
103
102
101
100
France
99
98
Lorraine
97
96
95
94
2006 2007 2008 2009 2010
Champ : ensemble des secteurs marchands (intérim compris).
Source : Insee, estimations d'emploi
VConjoncture nationale et internationale :
léger ralentissement
En France comme dans la zone euro, l’activité ralentit au troisième
trimestre 2010. Le PIB français progresse de 0,3%, après 0,6% auAllemagne
deuxième trimestre. La croissance continue d’être portée par la
consommation des ménages, mais le mouvement de reconstitutionAu troisième trimestre 2010,
le produit intérieur brut alle- des stocks est de moindre intensité. Les investissements ralentis-
mand augmente de 0,7% par
sent, tout en restant soutenus par les achats de logements des mé-rapport au trimestre précé-
dent. Après un bon deuxième nages. Le solde extérieur se dégrade encore avec l’augmentation
trimestre 2010, la croissance
des importations. L’emploi progresse légèrement. Les effectifs inté-fléchit au troisième trimestre
en raison du ralentissement rimaires poursuivent leur hausse, mais moins rapidement qu’aupa-
des exportations. Pour autant,
l’Allemagne reste la locomo- ravant. Au troisième trimestre 2010, le taux de chômage s’établit à
tive de la zone euro (+0,3%). 9,3% de la population active en France métropolitaine. Il devrait
Le taux de chômage baisse
baisser encore et atteindre 9,1% à la mi-2011. En 2010, la croissancelégèrement et se situe à 7,2%
de la population active en modérée du PIB français est de 1,5%.
septembre 2010. Sur un an,
l’emploi salarié progresse de
u troisième trimestre 2010, la (+0,3%) à celui du trimestre précédent1,7%. L’Allemagne gagne Acroissance de l’ensemble des (+0,6%).360 000 emplois salariés par
économies avancées ralentit légère-rapport à septembre 2009.
ment (+0,6% après +0,7% au deuxième tri- Consommation des ménages :En baisse en Sarre et en Rhé-
mestre). La croissance de la zone euronanie-Palatinat, le chômage au diapason de la zone euro
touche respectivement 7,2% et (+0,3%) se modère après une crois-
5,3% de la population active. En France, la demande intérieure con-sance forte de +1% au deuxième tri-
tribue de nouveau positivement à lamestre 2010, en raison principalementEntre septembre 2009 et sep-
croissance du PIB. La consommationtembre 2010, les deux Länder de la décélération du commerce mon-
gagnent respectivement 6 100 des ménages, lors de l’été 2010, se re-dial. L’investissement recule, tandis
et 24 000 emplois salariés, ce dresse particulièrement pour les dépen-que la consommation ralentit (+0,1%).
qui représente 1,7% de l’em- ses de transports (+2%) et pour lesEn revanche, l’activité s'accélère aux
ploi en Sarre et 2% en Rhé-
produits manufacturés (+1,3% aprèsÉtats-Unis et au Japon.nanie-Palatinat.
-0,8% au deuxième trimestre) et parmi eux
l’automobile (+0,9% après -5,2% auEn France, le produit intérieur brut pro-
deuxième trimestre).gresse à un rythme nettement inférieur
Une croissance tenue à bout de bras par la consommation
%
Sources internationales : 1,0
- Note de conjoncture
de l’Insee
0,5
- Service des études
et de la statistique
du ministère 0,0
de la région wallonne
- Service central
-0,5de la statistique
et des études économiques
du Luxembourg
Dépenses de consommation (en point)
-1,0
FBCF (en point)
- Statistisches Landesamt
Commerce extérieur (en point)
Saarland PIB (en %)
-1,5
- Statistisches Landesamt
Rheinland-Pfalz
2007 2008 2009 2010
-2,0- Bulletin luxembourgeois
de l’emploi Source : Insee - comptes nationaux trimestriels
2Les variations de stocks sont la deuxième ment et les automobiles. Les exportations
contribution à la croissance du PIB. Après de produits agro-alimentaires et de servi-
Belgiquele déstockage du premier trimestre 2010, ces décélèrent.
c’est le deuxième trimestre consécutif de
reconstitution des stocks. Les produits La croissance ralentit en Bel-Légère hausse de l’emploi salarié
gique au troisième trimestreénergétiques tirent ce mouvement, mais
2010. Le produit intérieur brutL’emploi salarié des secteurs marchandsles stocks diminuent dans l’automobile.
progresse de 0,4%, après unaugmente de 0,1% (+19 200 postes), après
deuxième trimestre à +1%.
une hausse de 0,2% au deuxième tri-Investissement : progression En septembre 2010, le taux demestre 2010. C’est le troisième trimestre
pour les ménages chômage atteint 8,4%. En unde hausse consécutive.
an, le nombre de demandeurs
Globalement, l’investissement faiblit (+0,5% La hausse de l’intérim fléchit quelque peu d’emploi a augmenté de 1%,
après +0,9%). Le coup de frein est marqué au troisième trimestre : l’intérim poursuit soit 5 600 chômeurs de plus.
pour les investissements des entreprises certes sa remontée avec une hausse de L’emploi salarié belge poursuit
non financières et des administrations pu- 22 400 postes (+4,1%), mais à un rythme sa progression, avec + 0,2% au
bliques (respectivement +0,4% après +1,3% au moins soutenu qu’au cours des trimestres cours du troisième trimestre
deuxième trimestre 2010 et -0,4% après +1,0%). 2010. Cela représente un gainprécédents. L’emploi salarié dans l’industrie
de plus de 8 000 postes.Les secteurs les plus touchés sont la pro- continue de baisser, mais de façon plus
duction d’automobiles et celle de biens in- modérée (-16 600 postes, soit -0,5%).
termédiaires. Le recul est sensible dans les
Luxembourgservices (-0,4% après +1% au deuxième tri-
Stabilité du taux de chômage
mestre). Néanmoins, le secteur des biens
d’équipement intensifie ses investisse- En moyenne sur le troisième trimestre, le Le produit intérieur brut luxem-
ments (+2,8% après +1%). L’investissement taux de chômage au sens du BIT s’établit bourgeois accélère au troisième
des ménages progresse de 1,1% après à 9,7% de la population active en France trimestre 2010, avec 1,5% de
0,1% au deuxième trimestre 2010. Les croissance par rapport au(y compris Dom). Pour la France métropoli-
deuxième trimestre 2010, aprèsachats de logements se sont en effet bien taine, le taux de chômage s’établit à
0,9% au deuxième trimestre. Laportés durant l’été 2010, avec une hausse 9,3%, soit 2,6 millions de personnes. Il
progression du PIB est nette-
de 11,2% par rapport à l’été 2009. est stable par rapport au deuxième tri-
ment plus marquée au Luxem-
mestre 2010. bourg que dans l’ensemble des
pays de la zone euro (+0,4%).Commerce extérieur : nouvelle Au quatrième trimestre 2010, la crois-
En septembre 2010, l’emploi to-sanceduPIB estde0,3%etde1,5%surdégradation
tal intérieur a progressé sensi-l'ensemble de l'année. Les enquêtes de
blement, de 2,2% sur un an.Stimulées par la consommation des mé- conjoncture suggèrent un maintien de
Cela correspondàungaindenages, les importations restent dynami- cette tendance modérée aux deux pre- 7 900 postes. La progression de
ques (+3,9%), plus que les exportations miers trimestres de l'année 2011 (+0,3% et l’emploi frontalier de 2,4% sur la
(+2,6%). En conséquence, le solde com- +0,4%). La reprise de l’investissement se même période aboutit à un gain
mercial se dégrade et contribue négative- de 3 600 emplois.poursuivrait à un rythme mesuré, notam-
ment àlacroissanceduPIB (-0,4 point). ment dans la construction, et la consom- Le taux de chômage continue
C’est le deuxième trimestre consécutif de mation progresserait modestement, en d’augmenter au Luxembourg
dégradation du solde extérieur. pour s’établir à 5,9% au troi-ligne avec le pouvoir d’achat. Au premier
sième trimestre 2010. Il aLes importations ont augmenté surtout semestre 2011, 50 000 emplois seraient
augmenté de 0,2 point sur un
pour les services financiers, les biens d’é- créés dans le secteur marchand (106 000
an. La hausse du nombre de
quipement et les biens intermédiaires. en 2010) et le chômage reculerait légère- demandeurs d’emploi atteint
ment. Confrontés à un chômage encore 5,6% sur un an, soit 700 de-
Pour les exportations, les plus grosses élevé, les ménages maintiendraient un ni- mandeurs d’emploi supplé-
hausses concernent les biens d’équipe- veau d’épargne important. mentaires.
Biens et services : Équilibre ressources-emplois aux prix de l'année précédente chaînés
2008 2009 2010Évolution trimestrielle (en %)
données cjo-cvs T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4
Produit Intérieur Brut 0,5 -0,6 -0,3 -1,6 -1,4 0,2 0,2 0,6 0,3 0,6 0,3
Importations 1,7 -1,2 -0,4 -3,7 -5,7 -3,3 -0,4 2,9 1,9 3,7 3,9
Dépenses de consommation des ménages -0,2 -0,2 0,0 0,0 0,1 0,2 0,3 1,0 0,1 0,3 0,5 de des adminis-
trations publiques 0,5 0,5 0,7 0,7 0,6 0,8 0,7 0,6 0,0 0,2 0,3
Formation Brute de Capital Fixe (FBCF) totale 1,1 -1,7 -1,1 -2,5 -2,3 -1,4 -1,5 -1,0 -0,7 0,9 0,5
dont : ENF (sociétés) 2,1 -1,7 -0,4 -2,9 -3,0 -1,7 -1,5 -1,1 -0,7 1,3 0,4
Ménages -0,3 -1,6 -2,9 -2,8 -2,3 -1,9 -1,9 -1,4 -0,5 0,1 1,1
APU (administrations publiques) -1,0 -2,8 -0,4 -0,3 1,1 1,2 -0,6 0,2 -1,5 1,0 -0,4
Exportations 2,3 -2,7 -0,4 -6,2 -7,4 -0,7 1,3 1,0 4,8 2,8 2,6
Demande intérieure totale 0,4 -0,2 -0,3 -1,0 -1,1 -0,5 -0,2 1,1 -0,4 0,8 0,6
Source : Insee - Comptes nationaux trimestriels
3Conjoncture Lorraine :
perspectives optimistes dans l'industrie
Au troisième trimestre 2010, l’emploi salarié lorrain marchand pro-
gresse de 0,1%, toujours stimulé par l’emploi intérimaire, en hausse
de 8,5%. L’emploi industriel baisse de 1,1%.
Les exportations lorraines repartent timidement, mais restent tou-
jours en deçà de leur niveau d’avant-crise. Le nombre de créations
d’entreprises baisse pour le deuxième trimestre consécutif. Plus de
MÉTHODOLOGIE
six entreprises sur dix sont créées sous le statut d’auto-entrepre-Les chiffres de l’emploi sont
ième
établis à partir du 2 trimestre neur. Le chômage est en légère hausse sauf en Moselle et le
2009 sur la base de la nomen-
nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi augmenteclature révisée «NAF rev2». Le
champ des secteurs «principa- de 2,9% sur un an. Sur la même période, le chômage des femmes
lement marchands» couvre 15
progresse plus vite que celui des hommes. Le chômage des jeunesdes 17 postes de cette nouvelle
nomenclature (Secteur DE à diminue alors que celui des plus de 50 ans continue d’augmenter.
MN et secteur RU). Ce nou-
La part de contrats précaires dans les offres d’emploi augmente.veau champ, pratiquement
équivalent à celui utilisé dans
l’ancienne nomenclature, per- n Lorraine, l’emploi salarié mar- plois. L’intérim demeure le principal mo-
met de regrouper les activités Echand (hors agriculture) progresse teur de cette reprise avec une hausse de
particulièrement sensibles à la légèrement (+0,1%) au troisième trimestre 8,5%. Cette hausse de l’emploi intéri-
conjoncture.
2010. Ce sursaut génère environ 700 maire, deux fois plus importante qu’au ni-
Les estimations d’emploi tri- postes supplémentaires, après plusieurs veau national, représente 1 500 postes
mestrielles calculées sur le trimestres moroses. Cette légère hausse supplémentaires.
champ du secteur principale-
est similaire à celle enregistrée en France Cette évolution est confirmée par l’en-ment marchand prennent dé-
métropolitaine. Cependant, en glissement quête de conjoncture dans les servicessormais en compte les effectifs
annuel, le niveau de l’emploi s’est dégra-intérimaires. L’agriculture et d’octobre 2010. L’opinion dominante sur
dé dans la région (-0,3%) alors qu’il s’estl’emploi public dans les sec- la tendance passée de l’activité des servi-
repris au niveau national (+0,4%).teurs non marchands (adminis- ces est favorable, même si elle reste en
tration, éducation, santé et léger recul par rapport à ce qu’elle était
action sociale) sont par contre Perspectives bien orientées au début du trimestre précédent. Malgré
exclus du champ. dans les services cette réserve, les professionnels des ser-
vices sont majoritairement confiants surL’emploi tertiaire (dont l’intérim)pro-
leur niveau d’activité du quatrième tri-gresse de 0,8%, générant 2 500 em-
Sidérurgie
Emploi salarié : embellie dans les services
Au troisième trimestre 2010, la
production de produits sidérurgi- Ensemble
Industrieques en Lorraine s’intensifie par Évolution de l’emploi salarié lorrain
BTP
rapport au troisième trimestre Commerce%
1,4 Services marchands2009. La croissance est de
1,031,4% en Lorraine, contre 6,6%
au niveau national.
0,6
Les productions régionales de 0,2
fonte brute et d’acier brut pro-
-0,2
gressent respectivement de
-0,664,8% et 57% sur un an. La re-
prise est plus modérée pour -1,0
les produits finis laminés
-1,4
(+11,8%).
-1,8
Le secteur profite de l’embellie
-2,2des exportations régionales de
2008 2009 2010
produits sidérurgiques et de
première transformation de l’a-
cier. Ces dernières augmen- Champ : ensemble des secteurs marchands, y compris intérim. L'agriculture et l'emploi public dans les secteurs
non marchands (administration, éducation, santé et action sociale) ne sont pas pris en compte.tent de 32,1% par rapport au
troisième trimestre 2009.
Source : Insee, estimations d'emploi
4mestre. La majorité juge la demande de Pourtant, la majorité des chefs d’entreprise
services bien orientée. de ce secteur anticipent une évolution posi-
tive du niveau de leur production au qua-De fait, plusieurs sociétés de services lor-
trième trimestre 2010 en Lorraine.raines recrutent au troisième trimestre.
L’enquête de conjoncture dans l’industrieAinsi la société ACTICALL, spécialiste des
d’octobre 2010 fait ressortir un solde d’opi-relations-client, se développe et devrait
nions favorables en hausse de 26 pointsembaucher 120 personnes d’ici à l’été
par rapport au trimestre précédent. Ces2011 sur son site de Nancy.
perspectives optimistes trouvent leur
Les services marchands (hors intérim) sont
source dans l’évolution passée de la de-
à l’origine de la création de 900 emplois
mande, évolution que les chefs d’entrepri-
au troisième trimestre 2010. Cette hausse
ses industrielles continuent de juger
de 0,4% au niveau régional résulte d’évo-
favorable, d’autant plus que la demande
lutions très variables selon les départe-
semble aussi soutenue à l’étranger qu’en
ments. Alors que la Meurthe-et-Moselle
France.
gagne 900 emplois dans le secteur
Cet optimisme se retrouve dans de nom-(+1,3%), les Vosges subissent une perte
breux secteurs, dont l’automobile. PSAde 200 emplois (-0,7%).
vient de faire tourner le prototype d’un
Dans le commerce, l’emploi reprend pro-
nouveau moteur à Trémery. Ce moteur
gressivement en 2010 après le recul enre-
répond aux nouvelles normes écologi-
gistré depuis 2009. La progression de 0,2%
ques. Sa production en série nécessitera
par rapport au second trimestre 2010 cor-
le recrutement de 500 personnes si la
respond à un gain de 200 postes.
conjoncture est favorable.
Cependant, les difficultés persistantes en-
De la même façon, de nouveaux projets
traînent aussi des destructions d’emplois.
sont mis en route : unité de méthanisa-
Suite au rachat de la société INTERGESTION
tion à Robécourt (88) ou unité de trans-
spécialisée dans la distribution de quincail-
formation de chanvre à Creutzwald.
lerie, plus de 80 postes sont supprimés sur
Toutefois, ces projets ne seront pas
le site de Ludres.
opérationnels avant un ou deux ans et
n’emploieront qu’une trentaine de sala-Moins d’emploi dans l’industrie,
riés sur chaque site.
mais des perspectives optimistes
L’emploi dans la construction continue de
La baisse dans l’industrie se poursuit. Au baisser. Plus de 300 emplois sont détruits
troisième trimestre 2010, l’emploi indus- dans ce secteur d’activité au troisième tri-
triel recule de 1,1% par rapport au mestre. La perte représente 0,6% des effec-
deuxième trimestre. Les pertes s’établis- tifs du secteur. Sur une année, plus de 1 100
sent à 1 500 postes en Lorraine, dont emplois ont été supprimés. Malgré tout,
1 000 en Moselle. Sur un an, l’emploi in- POWEO a signé les contrats pour construire
dustriel a diminué de 4,4%, soit environ une centrale à gaz à Toul. Ce chantier va
6 000 emplois perdus. mobiliser 500 salariés pendant deux ans.
Activité industrielle : amélioration en fin d'année
Évolution de l’emploi industriel et de l’activité industrielle en Lorraine
solde d'opinions%
501,6 Emploi industriel (échelle de gauche)
Production passée (brut) (échelle de droite) 40
1,2 prévue (cvs) (échelle de droite)
30
0,8
20
0,4
10
0,0 0
-10-0,4
-20
-0,8
-30
-1,2
-40
-1,6
-50
-2,0 -60
2007 2008 2009 2010
Source : Insee - Enquêtes de conjoncture dans l’industrie et estimations d'emploi
5Autorisations de construire : seule zone euro. Par rapport au troisième
trimestre 2009, les exportations en Eu-du logement collectif
rope restent bien orientées avec uneen Meurthe-et-Moselle
hausse de 4,3%. Les exportations vers
Au troisième trimestre 2010, les autorisa- l’Asie (+32,6%), l’Afrique (+21,8), le Proche
tions de construire augmentent de 24% et le Moyen-Orient (+15,7%) et les Améri-
par rapport au trimestre précédent en Lor- ques (+15,3%) progressent de manière im-
raine, contre 9% en France métropoli- portante, mais leur part dans le total des
taine. Sur un an, l’évolution est de 49% exportations régionales reste limitée (res-
en Lorraine et de 25% en France métro- pectivement 3,1%, 2,5%, 2,1% et 2,5%). En
politaine. recul de 9,5% par rapport au deuxième
trimestre 2010, les exportations versEn Lorraine, la construction de 2 939 lo-
l’Allemagne sont néanmoins en haussegements a été autorisée au troisième tri-
de 1,9% par rapport au même trimestremestre 2010, soit une augmentation de
de l’année précédente. Par rapport auprès de 49% par rapport à l’année précé-
troisième trimestre 2009, les exportationsdente. Les autorisations de construction
lorraines progressent dans la plupart desconcernent en majorité les logements in-
branches d’activité. Les plus fortes crois-dividuels (60%). Plus de 40% des autori-
sances concernent les secteurs de lasations de construction de logements
chimie (+42,6%), de la métallurgieindividuels en Lorraine ont été délivrées
(+17,6%) et du textile (+16,4%). Mais dansen Moselle. Suivent les départements de
le secteur des matériels de transport, lesla Meurthe-et-Moselle et des Vosges,
ventes à l’étranger sont en recul de 6,5%.avec respectivement 31% et 20% des au-
torisations de construction. Pour les loge-
ments collectifs, les écarts sont encore La baisse des créations
plus marqués, la Meurthe-et-Moselle re- d’entreprises s’atténue
présente 45% des autorisations de cons-
truction en Lorraine et la Moselle 37%. Après avoir atteint un pic au premier tri-
mestre 2010, le nombre d’entreprises
créées en Lorraine au cours du troisièmeExportations toujours en deçà
trimestre 2010 continue de diminuer (-1%).
du niveau d’avant-crise
La baisse est toutefois moins importante
qu’au trimestre précédent, tant au niveauAu troisième trimestre 2010, les exportations
régional qu’au niveau national. La plupartlorraines sont en hausse de 5,9% par rapport
des secteurs sont affectés par cette baisse,au même trimestre de l’année précédente, et
notamment l’hébergement et restaurationreprésentent près de 3,9 milliards d’euros.
(-15,5%), la construction (-6,2%), et le com-Cette croissance est observée pour tous les
merce (-4,1%). L’essor de 35,7% dudépartements de la région, et notamment
nombre de créations dans le domaine depour la Meuse qui enregistre une progression
l’enseignement, de la santé et de l’actionde près de 35%.
sociale atténue cette diminution.
Le principal débouché des produits lor-
rains exportés est l’Europe, avec près de Plus de six entreprises sur dix sont
82% des exportations, et 69% pour la créées sous le statut d’auto-entrepreneur.
Créations d'entreprises :
Évolution des exportations lorraines
baisse plus modérée en Lorraine
Données brutes (hors matériel militaire et électricité) en milliards d'eurosCréations d’entreprises (données CVS-CJO)
Indice base 100 au premier trimestre 2008
5,5240
220
Lorraine
5,0
200
180
4,5
160 France
140
4,0
120
100
3,5
2007 2008 2009 201080 mars-08 sept-08 mars-09 sept-09 mars-10 sept-10
Source : Insee - Répertoire des entreprises et des établissements (SIRENE) Source : Douanes
6septembre 2008). Pour cette catégorie offres d’emploi, soit uneLes créations d’auto-entreprises augmen-
d’âge, l’écart entre la Lorraine et la hausse de 13,8% par rapporttent de 4% en glissement annuel, les
France continue de se creuser au troi- à la même période en 2009.créations traditionnelles de 3,2%. La Mo-
sième trimestre 2010. En revanche, pour Les contrats durables repré-selle reste le département lorrain le plus
les 25-49 ans, l’écart Lorraine-France est sentent 42,7% des offres, soitdynamique avec une entreprise lorraine
stabilisé depuis le dernier trimestre 2009. près de 6 points de moinscréée sur deux et une augmentation de
qu’au troisième trimestre9% par rapport au même trimestre de Les effets de la crise seront durables, notam-
2009. Dans le même temps, lel’année précédente. ment avec la hausse du chômage de longue
nombre de contrats proposésdurée, composante du chômage la plus diffi-
Chômage : légère hausse d’une durée de un à six moiscile à résorber. Sur un an, le chômage de
augmente de 29%. Le nombresauf en Moselle longue durée augmente de plus de 41%. La
de contrats occasionnels,part des chômeurs de longue durée aug-Au troisième trimestre 2010, le taux de
d’une durée inférieure à unmente et représente maintenant plus de 36%chômage lorrain progresse de 0,1 point,
mois, augmente de 22,9%.des demandeurs d’emploi lorrains.pour s’établir à 10%. Cette légère hausse
n’est pas observée au niveau national où
le taux est stable. Le taux national est in- Offres d’emploi : davantage
férieur de 0,7 point au taux régional. Seul, Florence LEMMELmais plus précaires
le département de la Moselle échappe à
Olivier SERREAu troisième trimestre 2010, Pôle em-la hausse.
ploi enregistre un peu moins de 27 600 Jean-Philippe THANRY
La Meurthe-et-Moselle reste le départe-
ment lorrain où le taux de chômage est le
Les femmes de plus en plus touchées par le chômageplus faible, avec 9,5% de la population ac-
tive qui reste inoccupée. Les départements
Demandeurs d'emploi de catégorie A en fin de mois en Lorraine (données CVS)
de la Meuse, des Vosges et de la Moselle
Base 100 en mars 2007150affichent respectivement des taux de chô-
mage de 10,6%, 10,5 et 10%. Entre juin et 140
septembre 2010, le nombre de deman-
130
deurs d’emploi augmente de 0,9%. C’est le
120deuxième trimestre de hausse consécutive,
après la stagnation enregistrée à la fin du
110
premier trimestre. En un an, le nombre de
100chômeurs inscrits à Pôle emploi augmente
de 2,9%. Fin septembre 2010, un peu 90
moins de 103 000 Lorrains sont à la re-
80
cherche d’un emploi. mars-07 sept-07 mars-08 sept-08 mars-09 sept-09 mars-10 sept-10
Le chômage des hommes est en hausse de
Ensemble hommesMoinsde25ans0,9% au troisième trimestre 2010 et celui des
Ensemble femmesfemmes de 0,8%. Mais sur un an, le chô- De25à49ans
mage des femmes a progressé plus vite :
50 ans et plus
+5,2% contre +1,1% pour les hommes. La
Source : Ministère du Travail - Pôle emploicrise a d’abord touché davantage l’emploi
masculin, plus souvent industriel, mais les
femmes ont ensuite été touchées plus dure- Chômage : la baisse est stoppée
ment, à partir du deuxième trimestre 2009.
Taux de chômage en France et en Lorraine (%)
La reprise bénéficie toujours
aux plus jeunes 11,0
Lorraine
10,5La reprise semble continuer de profiter
10,0aux demandeurs d’emploi jeunes, âgés
de moins de 25 ans, dont le nombre di-
9,5
minue de 8,5%. Pour cette classe d’âge,
9,0 Francele retournement de tendance s’est opéré
8,5dès la fin du premier semestre 2009 qui
marque la sortie de récession. Depuis, le 8,0
nombre de demandeurs d’emploi chez les
7,5
jeunes diminue tendanciellement. À l’in-
7,0verse, le nombre de chômeurs de 25 ans
mars-07 sept-07 mars-08 sept-08 mars-09 sept-09 mars-10 sept-10
et plus augmente toujours et la situation
continue de se dégrader chez les 50 ans
Source : Insee
et plus (+5,9% sur un an et +37,3% depuis
7Une légère remontée du chômage
- Note de conjoncture de l’Insee - Longwy
10,4 ThionvilleDécembre 2010
9,8
MeuseduNord Briey
- Cahiers lorrains de l’emploi - Le mar- 10,4 10,6 Bassin-
ché du travail en septembre 2010 - Metz HouillerTaux
Sarreguemines11,99,8DIRECCTE Lorraine - Septembre Taux de chômage 8,2
lorrain (en %)
2010
10,0
Commercy
SarrebourgBar-le-Duc 12,2 Toul- Site internet : www.insee.fr 8,0
9,9 Nancy
9,0 9,1
Lunéville
10,7
Évolution du taux de chômage Saint-Dié
Vosges de l'Ouestpar rapport au trimestre précédent Épinal
12,9(en point) 9,2
10,5
Ministère de l’économie, des finances 0,2
et de l’industrie 0,1 Remiremont-
Gérardmer
0Insee
9,0-0 ,1
Institut National de la Statistique
-0 ,2
et des Études Économiques Source : Insee
Direction Régionale de Lorraine
Au troisième trimestre 2010, le taux de chômage lorrain est remonté de 0,1 point15, rue du Général Hulot
après deux trimestres de baisse. Il s’établit à 10% au niveau régional contre 9,3CS 54229
en France. Le chômage augmente dans toutes les zones d’emploi, sauf dans le54042 NANCY CEDEX
nord-est de la Lorraine et dans les Vosges de l’Ouest. La plus forte hausse duTél:0383918585
taux de chômage (+0,2 point) concerne les territoires situés le long d’une diago-Fax:0383404561
www.insee.fr/lorraine nale allant de la Meuse du Nord à Saint-Dié-des-Vosges. Dans les zones d’em-
ploi de Longwy, de Metz et de Sarrebourg, le chômage reste au même niveau
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION que le trimestre précédent. La situation s’améliore même depuis trois trimestres
Christian TOULET consécutifs dans le Bassin Houiller, et dans les zones de Sarreguemines et de
Directeur régional de l’Insee
Sarrebourg.
Le taux de chômage s’échelonne de 8% du côté de Sarrebourg, à 12,9% à
COORDINATION RÉDACTIONNELLE
Saint-Dié-des-Vosges. Le taux de chômage est supérieur à 12% dans les zones
Christian CALZADA
d'emploi de Commercy et de Saint-Dié-des-Vosges.Jean-Jacques PIERRE
MÉTHODOLOGIERESPONSABLE ÉDITORIALE
ET RELATIONS MÉDIAS
Demandeurs d'emploi en fin de mois
Brigitte VIENNEAUX
Depuis février 2009, les données sur les demandeurs d’emploi sont pré-
sentées selon de nouveaux regroupements statistiques (catégories A, B,RÉDACTRICE EN CHEF
C, D, E). La plupart des demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi sontAgnès VERDIN
tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi : certains sont sans
RÉALISATION DE PRODUITS emploi (catégorie A), d’autres exercent une activité réduite courte, d’au
ÉDITORIAUX plus 78 heures au cours du mois (catégorie B), ou une activité réduite
Édith ARNOULD longue, de plus de 78 heures au cours du mois (catégorie C). Par ailleurs,
Marie-Thérèse CAMPISTROUS
certaines personnes inscrites à Pôle emploi ne sont pas tenues de faire
des actes positifs de recherche d’emploi : elles sont soit sans emploi et
N° à la CPPAP AD 176
non immédiatement disponibles (catégorie D), soit pourvues d’un emploi
ISSN : 0293-9657
(catégorie E).
© INSEE 2011
La production industrielle
L’Insee effectue une enquête nationale trimestrielle auprès des entrepri-
ses du secteur concurrentiel sur la situation et les perspectives d’activité
dans l’industrie. Le solde d’opinion pour la Lorraine correspond aux répon-
ses nationales corrigées des effets de structure. Les séries sont présen-
tées corrigées des variations saisonnières.
LES CHIFFRES CLÉS EN LORRAINE
ème ème ème33 2
Indicateurs conjoncturels trimestre trimestre trimestre
2010 2010 2009
Évolution de l'emploi salarié (Insee - URSSAF) CVS +0,1% -0,4% -0,5%
Taux de chômage au sens du BIT (Insee) CVS 10,0% 9,9% 10,0%
Demandes d’emploi en fin de mois, catégorie A (Pôle emploi-Direccte) CVS 104 260 103 380 101 280 d’emploi en fin de mois, part desmoinsde25ans (Pôle emploi-Direccte) CVS 18,1% 18,7% 20,4%
Créations d’entreprises (toutes origines) (Insee SIRENE) CVS 3 943 3 992 3 812
8
© IGN - INSEE 2011

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.