Conjoncture économique en Bourgogne en 2001 : la croissance s'essouffle

De
Publié par

Dans un contexte international de récession et malgré la bonne tenue de la consommation des ménages, la croissance économique française marque le pas sur l'année 2001, particulièrement en fin d'année. Ce ralentissement de l'économie se traduit par un tassement du marché de l'emploi et une remontée du chômage. En Bourgogne, la plupart des secteurs enregistrent sur l'année une activité encore soutenue mais les perspectives, notamment dans l'industrie manufacturière, s'assombrissent. C'est le secteur de la construction qui est le plus tonique sur le plan de la création d'emplois. Le nombre de demandeurs d'emploi reste sous la barre des 50 000 mais dépasse maintenant son niveau de décembre 2000.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 13
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

INSEE N°89 - Janvier2002-2,20eurosBOURGOGNE
Conjoncture économique en Bourgogne en 2001 :
la croissance s’essouffle
Dans un contexte international de récession et malgré la bonne tenue de la consommation
des ménages, la croissance économique française marque le pas sur l’année 2001,
particulièrement en fin d’année. Ce ralentissement de l’économie se traduit par un tassement
du marché de l’emploi et une remontée du chômage.
En Bourgogne, la plupart des secteurs enregistrent sur l’année une activité encore soutenue
mais les perspectives, notamment dans l’industrie manufacturière, s’assombrissent. C’est le
secteur de la construction qui est le plus tonique sur le plan de la création d’emplois. Le
nombre de demandeurs d’emploi reste sous la barre des 50 000 mais dépasse maintenant son
niveau de décembre 2000.
Le chômage s’inscrit à la hausse
Demandes d’emploi en fin de mois (catégorie 1)
Données CVS mensuelles
erIndice base 100 au 1 janvier 1997
110
100
France
Bourgogne
90
80
70
60
1997 1998 1999 2000 2001
Source : DRTEFP.INSEE BOURGOGNE N°89 - Janvier2002-2,20euros
epuis l’été 2000, la dégradation de La confiance des ménages et des industrielsD
l’activité économique aux Etats-Unis, s’est nettement dégradée en 2001
déclenchée par un brutal ajustement des
Indicateur résumé Perspectives générales
valeurs de haute technologie suivi d’un de confiance des ménages (1) dans l'industrie manufacturière (2)
retournement de l’investissement dans 10 60
les entreprises, s’est diffusée à
5
40l’ensemble de l’économie mondiale. Ménages
Réduction des stocks, annulation des 0
20projets d’investissement, constituent la
-5
réaction des entreprises de par le
0monde. Les récents évènements aux -10
États-Unis ont renforcé cette tendance.
-15 -20La croissance américaine est même
devenue négative au troisième -20
-40trimestre 2001, la détérioration de
-25l’emploi décourageant la consomma-
-60tion. De son côté, le Japon est entré en -30 Industrie
récession dès le printemps. Les écono-
-35 -80mies émergentes sont entraînées dans
1997 1998 1999 2000 2001
la tourmente alors que l’Amérique latine
(1) Moyenne arithmétique de cinq indicateurs d’opinion - données CVS
ajoute au tableau la crise argentine. La
(2) Solde en % des opinions positives et négatives des industriels
Russie et l’Europe Centrale peuvent sur leurs perspectives générales - données CVS
encore s’appuyer sur une demande
intérieure dynamique de même que le Source : INSEE - Enquête de conjoncture auprès des industriels - de des ménages.Royaume Uni. Dans ce contexte, la
zone euro subit la baisse de la
demande mondiale, le repli des inves-
valeur annuelle est en effet touchée à laet 3,0 % en 1999. C’est au deuxièmetissements et le déstockage dans ses
fois par une baisse des prix destrimestre que l’on observe la croissanceentreprises.
matières premières et du pétrole brut etla plus faible avec + 0,2 % contre
par une baisse des volumes.+ 0,4 % et + 0,5 % pour les premier et
La croissance fléchit dès troisième trimestres. Au dernier
le début 2001 en France trimestre, la croissance serait nulle, La consommation reste
puis légèrement positive au premier robuste
En 2001, l’économie française enre- trimestre 2002. L’économie de la
gistre un net ralentissement de sa crois- France est cette année tirée par la
La des ménages
sance. Le Produit Intérieur Brut augmen- demande intérieure hors stocks. Les
garde globalement sur l’année 2001 la
terait de 2,1 % par rapport à 2000, à un exportations sont en repli sur chacun tendance favorable de 2000. Les prix à
rythme beaucoup moins soutenu que les des quatre trimestres, mais à un degré la consommation augmenteraient de
deux années précédentes : 3,5 % en 2000 moindre que les importations dont la
Principaux indicateurs nationaux
Évolutions trimestrielles des ressources et emplois de biens et services en volume - France entière (en %)
Données CVS - CJO.
Prévisions
2000 2001 2001 2002
er e e e er e e e er e
1 tri. 2 tri. 3 tri. 4 tri. 1 tri. 2 tri. 3 tri. 4 tri. 1 tri. 2 tri.
Produit intérieur brut (PIB) + 0,8 + 0,9 + 0,7 + 0,9 + 0,4 + 0,2 + 0,5 + 0,0 + 0,1 + 0,4
Importations + 4,9 + 3,9 + 4,4 + 2,0 - 1,7 - 1,0 - 1,5 - 0,8 - 0,2 + 0,3
Consommation des ménages + 0,6 + 0,6 + 0,6 + 0,2 + 1,3 + 0,3 + 1,2 + 0,4 + 0,6 + 0,5
Investissement total + 1,9 + 2,0 + 1,2 + 1,7 + 0,6 - 0,3 + 0,1 - 0,3 - 0,1 - 0,1
dont entreprises + 1,8 + 2,3 + 2,1 + 2,4 + 0,4 + 0,1 - 0,2 - 0,5 - 0,3 - 0,1
Exportations + 4,3 + 4,3 + 2,6 + 2,8 - 0,3 - 1,5 - 1,5 - 1,7 - 0,7 + 0,1
Source : INSEE.
© INSEE Bourgogne - 2002 - Conjoncture économique en Bourgogne en 2001 2INSEE BOURGOGNE N°89 - Janvier2002-2,20euros
1,3 % en moyenne sur l’année. Cette
modération de l’inflation favorise l’évo- Davantage de créations d’emplois dans la construction
lution du pouvoir d’achat (+ 3,7 %) qui
s’accompagne en 2001 de mesures Effectifs salariés Bourgogne - CVS
d’allègement des prélèvements fiscaux.
Indice base 100 en 1996
120Ceci contribue à maintenir la consom-
mation à un bon niveau et à soutenir le Tertiaire
moral des ménages. L’indicateur de
115confiance a cependant enregistré un
pic historique en janvier 2001 avant de
Ensemble
décroître continuellement et significati-
110
vement, malgré un sursaut en novembre.
Les Français ont en cette fin d’année un
Constructionmoral voisin de celui enregistré après la 105
victoire des Bleus en 1998.
La production manufacturière fran-
Industrie100çaise continue de croître sur les trois
premiers trimestres de l’année, mais à
un rythme ralenti, avant de diminuer en
95fin d’année. L’opinion des chefs d’entre-
prises de l’industrie manufacturière sur
les perspectives générales de leur sec-
90
teur se dégrade, depuis une année
1996 1997 1998 1999 2000 2001
maintenant. En matière d’investissement,
les entreprises ont anticipé la détérioration Source : ASSEDIC.
de l’économie internationale.
En Bourgogne, certains Une baisse se fait cependant jour sur
baisse des effectifs dès le secondsecteurs résistent mieux l’autorisation de locaux (6 % de m² en
trimestre. De janvier à septembre 2001
moins sur cette période). Quant au
c’est le secteur de la construction qui
En Bourgogne, les industriels inter- secteur régional des travaux publics, il
crée proportionnellement le plus d’em-
rogés par la Banque de France ont fait enregistre au second trimestre, et pour
plois avec une évolution de + 1,2 %
état de résultats encore satisfai- la quatrième fois consécutive, un recul,
contre + 0,3 % pour l’industrie et près
sants jusqu’à l’été. Cependant, l’activité lié en partie aux intempéries. Les car-
de+1% pour le tertiaire.
s’infléchit à l’automne. La situation est nets de commande restent corrects du
particulièrement défavorable dans le fait des reports des projets, même si les
Le chômage remontesecteur des biens intermédiaires et de perspectives s’assombrissent.
l’automobile, et la demande poursuit La dégradation de la demande des légèrement
son repli. Le ralentissement devrait ain- entreprises a contribué avec retard au
si se poursuivre à court terme. ralentissement des créations d’emplois. Ce tassement sur le marché du
Le secteur des transports routiers de Après les 530 000 emplois créés dans travail s’accompagne d’une remontée
marchandises connaît sur l’année 2001 le secteur concurrentiel en l’an 2000, la du chômage régional, qui a tardé par
en Bourgogne une activité encore sou- France enregistre 160 000 créations rapport à l’ensemble de la France mais
tenue. Le trafic fluvial est en progres- d’emplois au premier semestre 2001 et qui se durcit dès l’automne. Avec
sion sur le bassin de la Saône alors que 30 000 sont envisagées au second. En 49 817 demandeurs d’emploi de caté-
le trafic ferroviaire régional de marchan- Bourgogne, l’évolution de l’emploi gorie1àlafin octobre 2001, la
dises est déprimé (- 18 % depuis le salarié marchand non agricole est Bourgogne compte près de 0,4 % de
début de l’année). En septembre, les restée positive au cours du premier chômeurs de plus qu’au début de
investissements en véhicules utilitaires semestre avec une progression trimes- l’année (en données CVS). Ce sont les
neufs sont en hausse de 3 % sur douze trielle de + 0,9 % puis + 0,1 %. Avec hommes et en particulier ceux de moins
mois. - 0,2 % (soit 850 emplois en moins), le de 25 ans qui sont touchés alors que les
En Bourgogne, le bâtiment a connu troisième trimestre inverse la tendance femmes dans l’ensemble résistent
de novembre 2000 à octobre 2001 une sur l’ensemble des grands secteurs mieux. Le chômage de longue durée
activité supérieure à celle des douze d’activité alors que la France conserve est en net recul. Le taux de chômage
mois précédents : le nombre de loge- une évolution faible mais positive de régional fin septembre (7,9 %) reste
ments neufs mis en chantier a augmenté l’emploi salarié (+ 0,1 % au troisième inférieur au taux national (8,9 %).
de 13 % et le nombre de logements trimestre soit + 21 000 emplois). Le ter- Frappé par le ralentissement de
autorisés affiche une hausse de 4 %. tiaire bourguignon a enregistré une l’économie mondiale, le commerce
© INSEE Bourgogne - 2002 - Conjoncture économique en Bourgogne en 2001 3INSEE BOURGOGNE N°89 - Janvier2002-2,20euros
erextérieur bourguignon a connu une Les exportations ont fléchi au 1 semestre
dégradation sensible des exportations
Exportations Bourgogne et France - CVS trimestrielles en valeurau premier trimestre, comme au plan
national. Un sursaut est cependant
er
Indice base 100 au 1 trimestre 1997enregistré au troisième trimestre
150(sources douanières).
L’année 2001 s’achève dans un
contexte laissant les experts tabler sur
140une croissance quasi nulle jusqu’au France
printemps prochain.
130 Dominique Degueurce
Rédaction achevéele21décembre 2001.
Bourgogne
120
110
100
1997 1998 1999 2000 2001
Sources : DOUANES - INSEE.
Thème du prochain numéro :
Projections démographiques en 2030
POUR EN SAVOIR PLUS
INSEE - BOURGOGNE
- Note mensuelle de conjoncture - INSEE Bourgogne.
2 bis, rue Hoche - 21000 Dijon
- L’année 2000 en Bourgogne - INSEE Bourgogne Dimensions - Dossier n°30 - Tél:0380406767
juin 2001. Fax:0380406740
- Informations Travail - Emploi - Direction Régionale du Travail, de l’Emploi et de Directrice de la publication : Véronique Moyne
la Formation Professionnelle (DRTEFP). Rédacteur en chef : Denis Quénelle
Maquette PAO : Catherine Naslot- Lettre mensuelle régionale - Banque de France.
Abonnement :- Les résultats de la construction neuve - Direction Régionale de l’Équipement
11 numéros par an + Bilan économique(DRE).
et social annuel : 22 euros abonnement France- Bulletin trimestriel - Direction Régionale des Douanes et des Droits Indirects.
27 euros abonnement étranger
- Note de conjoncture - INSEE - Notes de synthèse détaillées et points conjoncturels
2,20 euros le numéro
Dernière parution : 21 décembre 2001.
Impression :AZMédia - Chenôve
- Point de Internationale - Direction de la prévision. Dépôt légal : à parution
- Tableau de bord hebdomadaire - INSEE - Panorama complet et actualisé de la ISSN 1246-483 X
conjoncture économique française et internationale. Code Sage D028916
Les INSEE Première, les INSEE Bourgogne Dimensions et les Notes de  INSEE 2002 figurent dès parution sur le site Internet de l’INSEE : www.insee.fr.
© INSEE Bourgogne - 2002 - Conjoncture économique en Bourgogne en 2001 4

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.