Conjoncture régionale au quatrième trimestre 2004 - La croissance s'est confirmée au second semestre

De
Publié par

Le second semestre confirme la croissance économique bas-normande amorcée au printemps. L'activité industrielle, un peu moins dynamique que pendant la première moitié de l'année, affiche une progression nette par rapport à l'année 2003, notamment pour l'industrie automobile et l'agroalimentaire. Fin septembre, les effectifs permanents avaient progressé de 0,9% sur un an, grâce au tertiaire et au bâtiment (+ 3% sur un an). La baisse de l'emploi industriel se poursuit en 2004 aussi (- 2%). La hausse de l'activité industrielle a induit une plus forte utilisation des capacités et sollicité davantage le travail temporaire, surtout au 4e trimestre. Le taux du chômage en région est resté stable, 9,4%, tout au long du second semestre. Les créations d'entreprises diminuent de 6% au second semestre par rapport au premier, se rapprochant ainsi du niveau de long terme après un bond très fort au premier semestre 2004.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 21
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

n° 143 - avril 2005
Conjoncture régionale au quatrième trimestre 2004
La croissance s’est confirmée
au second semestre
% Le second semestre confirmeprès la reprise industrielle tirée PIB aux deux premiers trimestres, de
la croissance économique bas-nor-par l’automobile au printemps 0,8 % puis de 0,7 %, a connu une panne
mande amorcée au printemps.Adernier et une embellie de l’em- au troisième trimestre (0 %). Plusieurs
L’activité industrielle, un peu moins
ploi tertiaire au deuxième trimestre, la facteurs ont concouru à cet arrêt de la
dynamique que pendant la pre-
rentrée a donné les signes d’une baisse croissance française. Le déficit com-
mière moitié de l’année, affiche une
de régime en Basse-Normandie. Grâce à mercial s’est aggravé à partir de l’été, progression nette par rapport à
eun rebond au 4 trimestre, le bilan écono- avec l'appréciation de l'euro par rap- l’année 2003, notamment pour l’in-
mique de la région demeure cependant port au dollar américain. A ceci s’est dustrie automobile et l’agroalimen-
profitable sur l’ensemble de l’année ajouté un fléchissement de la demande taire.
2004, notamment pour l’automobile, le intérieure et, sur fond d’inquiétudes
bâtiment et l’agroalimentaire. face au prix du pétrole, un ajournement % Fin septembre, les effectifs
des décisions d’investissement des en-
permanents avaient progressé de
eL’évolution économique de la région treprises. Le rebond du 4 trimestre 0,9 % sur un an, grâce au tertiaire et
au second semestre 2004 a suivi globa- (+ 0,9 %), en large partie dû au redé- au bâtiment (+ 3 % sur un an).
lement la conjoncture nationale, marrage des dépenses de consomma-
marquée par un retournement de ten- tion des ménages et à l’investissement, % La baisse de l’emploi industrieldance à partir d’août. La croissance du a permis à l’économie française d’en-
se poursuit en 2004 aussi (- 2 %).registrer 2,3 % de
La hausse de l’activité industrielle acroissance (données
induit une plus forte utilisation des
CVS-CJO) sur l’en-
capacités et sollicité davantage le
semble de l’année etravail temporaire, surtout au 4 tri-
2004, après deux an- mestre.
nées décevantes.
Cette reprise s’est % Le taux du chômage en régionrévélée en France
est resté stable, 9,4 %, tout au longcomme en région,
du second semestre.bénéfique pour les
finances des entre-
prises mais pas ou % Les créations d’entreprises
peu créatrice d’em- diminuent de 6 % au second semestre
plois. par rapport au premier, se rappro-
chant ainsi du niveau de long termeFin septembre,
après un bond très fort au premierl’emploi bas-nor-
semestre 2004.mand s'était accru de
. . . . . . . . . . . CENT POUR CENT BASSE-NORMANDIE n° 143. . . . . . . . . . .0,9 % sur un an, soit davantage qu'au l’année précédente.
niveau national. Le tertiaire, avec une Ce taux reste infé-
forte croissance des services d’environ rieur à la moyenne
3 %, a continué de remplacer l’emploi nationale (9,9 %).
industriel (- 2 % sur un an), la crois-
sance n’ayant pas été suffisamment Très bonne
forte pour justifier des embauches sta- année pour
bles. C’est en augmentant le taux d’uti- l’automobile
lisation des capacités productives dans
Après un premier
un premier temps et en faisant appel au
semestre 2004 très
travail temporaire dans un deuxième
porteur, au-delà
temps que les industriels ont pu ré-
même des prévi-
pondre à une demande accrue, notam-
sions, l’industrie
ment en fin d’année. L’emploi dans la
automobile
construction, qui a connu une très
bas-normande a
bonne année 2004 en Basse-Nor- qui bénéficie d’un créneau porteur pourconnu un tassement de production
mandie, avait augmenté fin septembre sa nouvelle 407, les principaux em-pendant la deuxième partie de
de près de 3 % sur un an. ployeurs de la région ont légèrement con-l’année, principalement en raison
tracté leurs effectifs permanents au coursd’une demande intérieure en repli. Le
Le nombre de demandeurs d’un emploi de l’année, alors que l’emploi dans l’auto-fléchissement s’est annoncé en sep-
à temps plein immédiatement disponi- mobile a progressé tout de même de plustembre, après un mois d’août déce-
bles (DEFM catégorie 1) s’est infléchi de 1 % au niveau national en 2004.vant pour l’industrie automobile
de 0,9 % à la fin de l’année, soit 500 nationale. Il s’est aussi traduit par Une activité industrielle
chômeurs en moins par rapport à 2003. une baisse de la demande adressée soutenue, mais sans emploi
La région était ainsi mieux placée par aux équipementiers de la région. De nombreux secteurs industriels ont parrapport à la France entière (- 0,1 % sur C’est dans ce contexte que le ailleurs connu une activité soutenue auun an). Ce bon résultat apparent ne doit sous-traitant Sodev à Vimoutiers a dû deuxième semestre, mais n’ont pas em-pourtant pas masquer une réalité moins cesser son activité cet automne. Ceci bauché. En dépit des aléas du secteur au-favorable. Le nombre total de chô- n’a pour autant pas entaché la bonne tomobile fin 2004, la métallurgie ameurs recensés dans les autres catégo- performance du secteur automobile bénéficié de carnets bien garnis, tandisries a augmenté de 1 900 personnes en en cette année 2004. En effet, la que les composants électriques et élec-Basse-Normandie à la fin décembre croissance du chiffre d’affaires des troniques ont clôturé l’année avec des ré-2004 par rapport à 2003, soit nettement équipementiers-carrossiers de la ré- sultats meilleurs qu’en 2003, tirant profitplus que la baisse des chômeurs de ca- gion s’élève à près de 8 % sur un an. d’un marché à la hausse. Ceci n’a pastégorie 1. Ceci s’explique parce que
empêché une diminution des effectifs,l’amélioration du marché de l’emploi
Cette réussite ne s’est pas concrétisée avec notamment la fermeture progres-en région, +11,9 % d’offres d’emploi
sur le plan de l’emploi, du moins en sive chez Philips de l’atelier détruit paren 2004 par rapport à l’année précé-
termes de contrats durables. Le sur- l’incendie de la fin 2003.dente, s’est surtout répercutée dans le
plus d’activité en-
travail temporaire, qui a augmenté en
registré en 2004 a
2004 de 1,3 % (équivalent temps plein)
induit en revanche
par rapport à 2003. De nombreux de-
un appel à l’inté-
mandeurs d’emploi ont donc eu l’occa-
rim supérieur
sion de travailler un peu, les faisant
d’environ 15 % au
passer de la catégorie 1 vers les autres
volume de l’année
catégories.
précédente, la
hausse dépassant
Le taux de chômage régional, du fait de même 25 % au se-
l’augmentation des demandeurs d’un cond semestre par
emploi à temps partiel (catégories 2 et 3), rapport au pre-
a augmenté à la fin de l’été et s’est mier. A l’excep-
maintenu à 9,4 % au cours du tion de PSA
deuxième semestre, comme à la fin de Peugeot Citroën,
. . . . . . . . . . . CENT POUR CENT BASSE-NORMANDIE n° 143. . . . . . . . . . .La pharmacie a aussi connu une activi- En contraste avec les prix stagnants des forte progression en 2004, notamment
té soutenue en 2004, sur un marché na- produits laitiers, la bonne tenue des pendant la deuxième partie de l’année.
tional en forte expansion, sans pour prix de la viande s’est poursuivie au Quelques secteurs
autant embaucher. Tout comme le sec- deuxième semestre, ce qui a permis à industriels souffrent
teur de l’habillement-maroquinerie, l’industrie des viandes de connaître
A côté de ces secteurs qui ont plutôtqui a pourtant bénéficié de carnets de une évolution annuelle en valeur plus
consolidé leur activité, d’autres ontcommandes bien garnis dans le cré- favorable que celle des produits lai-
souffert au second semestre. Si l'activi-neau des produits de luxe (ateliers tiers. Elle semble encore meilleure
té s’est maintenue en moyenne pour laLouis Vuitton à Juilley). pour les industriels bas-normands, no-
fabrication de meubles et objets entamment en raison des très bons chif-L’activité a été à la hausse pour l’édition bois, ses effectifs sont en repli sur unfres du deuxième semestre. Ils ontimprimerie, avec des effectifs stables. an. En revanche, un tassement de laclôturé l’année 2004 avec une aug-
production à un an d’intervalle a affec-mentation de leur chiffre d’affaires su-L’agroalimentaire progresse, té le secteur des équipements mécani-périeure à 10 % par rapport à 2003.la viande toujours plus
ques. Cette filière a connu une forte
que le lait econtraction des effectifs au 3 tri-Malgré des baisses ponctuelles, sou-
mestre, comme le témoigne la ferme-Après une année 2003 difficile et un vent des contrats à durée déterminée,
ture de la Mécanique Industrie Chimiedébut d’année 2004 hésitant en raison compensées par des hausses localisées,
à Argentan, devenue effective cet été.d’un marché intérieur stagnant, l’acti- les effectifs de l’industrie agroalimen-
vité des producteurs bas-normands La fabrication des pièces techniquestaire se sont maintenus stables au troi-
s’est redressée au deuxième semestre. plastiques a décliné en fin d’année,sième trimestre, comme sur l’ensemble
Ceci a permis une progression du tout comme la production du pa-de l’année. L’intérim, comme dans le
chiffre d’affaires de 1,1% sur un an. pier-carton, malgré un revirement encas de l’automobile, a enregistré une
. . . . . . . . . . . CENT POUR CENT BASSE-NORMANDIE n° 143. . . . . . . . . . .mance du com- ses, sur un marché fort concurrentiel, a
merce en grande modérément profité de la hausse d’ac-
surface tradition- tivité en 2004. Les encaissements du
nelle, concurrencée secteur ont progressé d’un peu plus de
fortement en 2004 3 % en 2004. La hausse de l’indicateur
epar les hard-dis- au 3 trimestre est à relier au prix des
counters, ne doit carburants. L’essentiel de la croissance
pas cacher la pro- a été réalisé au cours du premier se-
gression de certains mestre, la période de fin d’année étant
commerces spécia- restée à un niveau équivalent à celui de
lisés, comme l’é- l’année dernière.
quipement pour la Forte hausse de la construction
maison ou le com- neuve sur un an
merce automobile.
Le bâtiment a réussi une performance
En effet, 2004 a été
exceptionnelle en cette année 2004,fin de période. A l’image du niveau na- une bonne année pour le commerce au-
avec une croissance du chiffre d’affai-tional, le niveau d'activité du textile tomobile. La reprise, à travers les ven-
res d’environ 7,5 % sur un an, accom-s’est encore resserré, des plans de li- tes d’automobiles, a cependant été
pagnée cette fois-ci d’une progressioncenciement ont marqué l’année, ressentie plus tardivement en
de l’emploi de 2,9 %. Grâce à une de-concernant notamment Tricot-Philips Basse-Normandie qu’en moyenne en
mande privée (pavillons individuels)à Villers-Bocage ou la Société Confec- France. Les immatriculations neuves
très soutenue mais aussi à des pro-tion de Randonnai, qui a fermé défini- ne sont reparties à la hausse qu’au qua-
grammes publics, les mises en chan-tivement l’été dernier. trième trimestre, après une première
tiers de logements neufs ont progressé
moitié d’année en deçà des résultats de
de plus de 23 % en 2004 par rapport àLe commerce en grande 2003. En raison de cette contre-perfor-
surface stagne en valeur 2003. La construction de locaux pro-
mance, imputable aux immatricula-
fessionnels neufs, indicateur des inves-
Alors que la première moitié de tions de voitures particulières, les
tissements, après une année 2003
l’année 2004 a été celle du consomma- immatriculations neuves en 2004 n’ont
terne, a enregistré 8,2 % de croissance
teur, le deuxième semestre a tempéré pas progressé par rapport à 2003, alors
en 2004, malgré un quatrième
l’élan consumériste des Français. Le que le marché d’occasion apparaît plus
trimestre moins dynamique.
chiffre d’affaires des supers et hyper- dynamique. L’immatriculation des vé-
Le chiffre d’affaires des entreprises demarchés est seulement resté stable en hicules à usage professionnel a pro-
travaux publics a augmenté lui aussi2004, malgré un mois d’août excep- gressé en revanche de près de 5 % sur
fortement (+ 16 % sur un an), grâce no-tionnel et une fin d’année toujours très un an, témoignant ainsi de la reprise de
tamment à un deuxième semestre trèsvive. Les ventes en grande surface sont l’investissement après une année 2003
dynamique, avec des chantiers d’in-restées stables en Basse-Normandie en diminution.
frastructure routière du département de(0 % sur un an, contre + 0,7 % pour la Les effectifs permanents du commerce
e l’Orne. La hausse des chiffres d’affai-France entière). Cette faible perfor- se sont repliés de 0,8 % au 3 trimestre,
res dans le BTP, au-delà du dynamismeaprès la forte
de l’activité, doit être aussi corréléehausse des effec-
avec la hausse des prix des matièrestifs saisonniers
premières.pendant l’été
2004. Au total, les Les créations d’entreprises
embauches impor- en décélération
etantes du 2 tri-
2004 reste une année exceptionnelle
mestre font que
pour la création d’entreprises en
l’emploi dans le
Basse-Normandie, malgré un ralentis-
commerce était en
sement au second semestre, en région
hausse de 1 % sur
(- 6 % par rapport au premier semestre)
un an fin sep-
comme au niveau national (- 4,8 %).
tembre.
Elle est pour l'essentiel le fait d'une dé-
Le transport rou- célération des créations pures (- 11 %),
tier de marchandi- les mesures d’incitation économique
. . . . . . . . . . . CENT POUR CENT BASSE-NORMANDIE n° 143. . . . . . . . . . .LE TABLEAU DE BORD DU QUATRIÈME TRIMESTRE 2004
BASSE-NORMANDIE FRANCEau 31 décembre 2004
Évolution en % sur Évolution en % sur
Valeur Valeur
Un an Un trimestre Un trimestre Un an
9,4 % 9,9 %TAUX DE CHÔMAGE BIT (CVS)0 point 0 point 0 point 0 point
Source : Insee
53 932 - 0,9 - 1,0 0,0 - 0,1DEFM cat.1 (CVS) 2 444 200
Source : DRTEFP
+ 0,9 - 0,2 0,0 + 0,2EMPLOI SALARIÉ (CVS) au 30.09.04
Secteur marchand hors agriculture
Source : Insee - Urssaf
- 2,0 - 0,8 Industrie - 2,3- 0,5
+ 2,9 + 0,7 + 1,0Construction + 0,4
+ 1,0 - 0,8 Commerce + 0,70,0
+ 3,2 + 0,4 Services + 1,2+ 0,3
CHIFFRE D’AFFAIRES (CVS)
Source : Insee - DGI
+ 1,1 - 0,2 + 0,6 + 0,2Industrie du lait
+ 10,4 + 0,8 - 0,2 + 2,7Industrie des viandes
+ 7,6 + 1,6 + 3,0 + 0,6Équipementiers de l’industrie automobile
0,0 - 1,4 + 0,6 + 0,7Commerce en magasins de grandes surfaces
ENCAISSEMENTS (CVS)
Source : Insee - DGI
+ 3,2 + 1,1 Transports routiers de marchandises - 0,6 + 2,7
1 281 + 8,2 - 9,8 CRÉATIONS ENTREPRISES (CVS) - 0,6 + 8,5 77 709
Source : Insee
2 016 + 23,6 - 1,8 + 1,5 + 14,8 90 501LOGEMENTS COMMENCÉS
Source : Insee - DRE
Évolution donnée en année glissante
dont individuels1 553 + 19,9 + 2,0 + 3,1 + 12,0 55 687
463 dont collectifs+ 43,8 - 12,8 - 0,1 + 19,6 34 814
- 16,4327 + 8,2 LOCAUX PROFESSIONNELS COMMENCÉS - 5,0 + 2,5 8 935
Source : Insee - DRE
2Surface en m
- 0,6 + 12,9 + 7,3 + 1,2 639 80612 005 IMMATRICULATIONS NEUVES
Source : SES
Évolution donnée en année glissante
- 1,9 + 15,4 Véhicules légers + 8,6 + 0,1 524 2289 494
+ 4,7 + 4,5 Véhicules utilitaires + 1,9 + 6,4 115 5782 511
Définitions Évolution en % sur Moyenne
QUELQUES REPÈRES NATIONAUX
trimestrielle
BIT : Bureau international du travail. au 31 décembre 2004 Un trimestre Un an
DEFM (cat. 1) : demandeurs d’emploi en fin
PRODUCTION INDUSTRIELLE CVS
de mois pour un emploi à durée indéter-
Industrie hors énergie et IAA + 0,7 + 2,2 100,8
minée. Nouvelle définition hors activités ré-
Industrie hors BTP + 0,8 + 1,6 101,7
duites.
COMMERCE EXTÉRIEUR CVS
Emploi salarié : pour la région, les varia-
Exportations FAB (millions d’euros) - 0,1 + 6,9 84 603
tions sont calculées d’après les effectifs
Importations CAF (millions d + 4,1 + 12,4 92 696
des URSSAF. L’emploi national est estimé
INDICE DE SALAIRE HORAIRE BRUT OUVRIER + 1,1 + 2,9 123,2
trimestriellement par l’Insee.
TAUX D’ÉPARGNE DES MÉNAGES 15,6 %
CVS : corrigé des variations saisonnières.*
en % du revenu disponible brut (valeur semestrielle)
FAB : franco à bord TAUX DE BASE BANCAIRE 6,6 %
(au 31 décembre 2004)CAF : coût assurance frêt.
. . . . . . . . . . . CENT POUR CENT BASSE-NORMANDIE n° 143. . . . . . . . . . .LE TABLEAU DE BORD DES ZONES D’EMPLOI
Les évolutions des chif-
CHÔMAGE fres d’affaires et des encais-
DÉPARTEMENTS DEFM cat.1 Évolution Taux de sements sont calculées à partir des
ET
nouvelle def. brut en % chômage déclarations de TVA des entreprisesZONES D’EMPLOI sur un an BIT (CVS)
monorégionales implantées en
- 0,9 9,4 %BASSE-NORMANDIE 56 653 Basse-Normandie.
28 576Calvados - 2,2 10,2 %
17 477Manche + 2,4 8,6 %
10 600Orne - 2,7 9,0 %
prises en 2003 par le gouvernement sem-21 593Caen-Bayeux - 2,9 10,3 %
blant avoir atteint leur apogée. A l’excep-5 331Lisieux + 0,2 10,7 %
tion de la construction, qui affiche toujours1 714Vire - 2,9 7,1 %
une hausse d’un semestre sur l’autre8 845Cherbourg + 4,7 10,6 %
2 817 (+ 7 %) tous les autres secteurs ont enregis-Saint-Lô + 5,5 6,9 %
3 463 tré moins de créations au cours du secondAvranches-Granville - 2,3 7,3 %
1 844 semestre.Coutances - 0,4 7,7 %
3 880Flers + 2,9 8,1 %
4 354Alençon-Argentan - 0,7 9,9 % Rédaction achevée le 12 avril 2005
2 695L’Aigle-Mortagne - 11,6 8,7 %
Dragos IOAN
Sources : Insee, DRTEFP au 31 décembre 2004
Concentration et spécialisation de l'économie bas-normande
74 bassins de vie structurent la région
DIRECTION REGIONALE DE L’INSEE CENT POUR CENT Basse-Normandie
93, rue de Geôle Directeur de la publication : Jean-Louis BORKOWSKI
14052 CAEN CEDEX 4 Rédacteur en Chef : Pascal CAPITAINE
Tél. : 02.31.15.11.11 Fax : 02.31.15.11.01 Secrétaire de Rédaction : Nadine GAUTIER
Site Internet : www.insee.fr/basse-normandie Composition PAO : Françoise LEROND
Directeur : Jean-Louis BORKOWSKI
Administration des ressources : Colette JOURDAIN Prix de vente : le numéro : 2,2€
Service statistique : Jean-Pierre SERVEL Abonnement 2003 (12 numéros) :
Service études et diffusion : Laurent DI CARLO - France : 20€
Attaché de presse : Philippe LEMARCHAND - Étranger : 23€
ISSN 1267-2769 Dépôt légal : avril 2005 Code SAGE : Cent14370 © Insee 2005

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.