Consommation : facteur déterminant de la croissance en 2001 (Octant n° 89)

De
Publié par

En dépit d'un contexte conjoncturel international et national plus difficile, la consommation des ménages a continué de croître en 2001, s'inscrivant sur une pente voisine de 3 %. Elle a ainsi constitué l'élément majeur de la croissance nationale en 2001, les autres composantes de la demande étant en baisse depuis le début de l'année. Sur l'année, la consommation des ménages a contribué à hauteur de 1,5 point à la croissance du PIB.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 14
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins

Consommation
Consommation : facteur déterminant
de la croissance en 2001
u plan national, la cours d’année, les dépenses ment aérien, agences de voya-Aconsommation des mé- en produits manufacturés se ges, hôtellerie), conséquence
nages a vivement accéléré sont accrues de 3 % après des attentats aux Etats-Unis et
au début d’année 2001, 4,6 % l’année précédente. par une accélération des prix
portée par la vigueur du pou- Les achats en biens durables, dans ces secteurs. La consom-
voir d’achat et un climat de tout particulièrement en au- mation des ménages en trans-
confiance extrêmement fa- tomobiles et électronique port a ainsi reculé de 3,1 % au
vorable. Au début 2001, l’in- grand public ont largement dernier trimestre et la consom-
dicateur résumé de contribué à la progression mation en services aux parti-
confiance des ménages a at- d’ensemble. Les achats d’au- culiers de 0,3 %.
teint un niveau inédit. Mal- tomobiles se sont accrus de
Marché automobilegré le recul observé à partir plus de 5 % et les achats
régional : le plus hautdu printemps, il s’est mainte- d’électronique grand public
nu à un niveau supérieur à sa ont augmenté de 14 % après niveau des cinq
moyenne de long terme. deux années de croissance dernières années
Dans ce contexte de exceptionnelle. Ce dyna-
Après le repli enregistré sur laconfiance et malgré le ralen- misme ne s’est pas étendu
tissement des créations aux dépenses en habille- seconde partie de l’année en
2000, les achats d’automobi-d’emploi, la consommation ment qui ont stagné et aux
des ménages est restée sou- dépenses en ameublement, les se sont vivement redressés
En dépit d’un contexte dès le début de l’année dans latenue jusqu’en fin d’année, en baisse par rapport à
conjoncturel en phase avec la progression l’année 2000. Les dépenses région comme France entière.
Au total, même si les achatsdu revenu. Au total, les dé- en alimentation, étales eninternational et national
penses de consommation 2000, ont progressé de 1 % d’automobiles ont ralenti au
plus difficile, la second semestre, l’annéedes ménages ont progressé en 2001.
consommation des en moyenne annuelle de 2001 constitue un excellent
millésime pour le marché au-2,9 % en 2001 comme en Après avoir reculé en 2000 enménages a continué de
2000. raison de la hausse des prix tomobile. Sur le natio-
croître en 2001, nal, 2,254 millions de voiturespétroliers, les dépenses des
s’inscrivant sur une ménages en énergie se sont vi- neuves – particulières et com-Les dépenses en
merciales – ont été immatricu-vement redressées cette annéepente voisine de 3 %. automobile et en ligne avec la décrue des lées au cours de l’année 2001,
Elle a ainsi constitué électronique ont dopé soit 5,7 % de plus que l’annéeprix (plus de3%en moyenne
l’élément majeur de la la consommation annuelle). Les dépenses de passée et le plus haut niveau
des dix dernières années. Leconsommation en services,croissance nationale en
Les dépenses en produits qui représentent près de la marché automobile régional a
2001, les autres manufacturés, qui avaient fait preuve d’un dynamismemoitié des dépenses de
composantes de la subi au cours de l’année consommation des ménages, très proche : 87 340 nouvelles
2000 les effets dépressifs du voitures ont été immatriculées,ont continué de progresser endemande étant en
renchérissement du prix du 2001. Sur l’ensemble de soit 5,3 % de mieux qu’en
baisse depuis le début pétrole, ont accéléré au dé- 2000. Dans la région, les im-l’année, elles se sont accrues
de l’année. Sur l’année, but d’année 2001, en lien de 3,4 % après 3,7 % en 2000. matriculations de voitures ont
avec le dynamisme du pou- atteint le meilleur niveau desLa progression des dépensesla consommation des
voir d’achat des ménages et en services a été freinée au cinq dernières années.
ménages a contribué à le repli de l’inflation. Malgré dernier trimestre par le ralen-
hauteur de 1,5 point à un profil des achats de pro- tissement des dépenses liées
duits manufacturés heurté en au tourisme (transport notam- Marie-Paule LEBRISla croissance du PIB.
Bilan économique 2001 Octant n° 89 - Avril 2002 15
n

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.