Créateurs d'entreprise : des profils variés, un même désir d'indépendance

De
Publié par

Les créateurs d'entreprise limousins ont des profils assez variés, mais la plupart déclarent une même motivation : le souhait d'être indépendant. Les chômeurs représentent désormais près de 40 % des créateurs. Ils bénéficient d'un accompagnement et d'aides publiques renforcées. Souvent seuls et avec des moyens limités, les nouveaux entrepreneurs du Limousin ciblent en premier lieu une clientèle de proximité. Les entreprises créées sous forme individuelle sont nettement majoritaires et les embauches restent faibles durant les premiers mois.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 9
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

Créateurs d’entreprise :
des profils variés,
un même désir
d’indépendance
En 2007, 2 600 entreprises ont national. La construction est, depuis 2006, Les créateurs d’entre-
été créées en Limousin dans le le secteur qui crée le plus d’entreprises prise limousins ont
secteur non agricole. Le nombre en Limousin, devant le commerce. Les des profls assez variés,
de créations est en constante services aux entreprises, en troisième mais la plupart déclarent
progression depuis 2003, année position, représentent une part des nou-
une même motivation : le
où la loi sur l’initiative écono- velles entreprises plus faible qu’au niveau
souhait d’être indépen- mique est entrée en vigueur. français.
dant. De 2003 à 2006, la hausse s’est Malgré l’engouement de ces cinq derniè-
montrée plus forte en Limousin res années, le Limousin reste une région
Les chômeurs re- qu’au niveau national. Elle reste où le taux de création d’entreprise est fai-
présentent désor- soutenue en 2007, même si elle ble : il garde en 2007 l’avant-dernier rang
mais près de 40 % des est dorénavant moins marquée pour cet indicateur (8,8 %), qui rapporte
créateurs. Ils bénéfcient dans la région : +8 % en Limou- les créations au nombre d’entreprises
sin contre +12,5 % au niveau existantes. d’un accompagnement et
d’aides publiques renfor-
cées. La construction en première ligne en Limousin,
devant le commerce et les services aux entreprises
Souvent seuls et avec
Construction
des moyens limités,
Commerce
les nouveaux entrepre-
Services aux entreprisesneurs du Limousin ciblent
Services aux particuliersen premier lieu une clien-
Éducation, santé, action socialetèle de proximité.
Limousin
Industrie (hors IAA)
France
Les entreprises Activités immobilières
créées sous forme Industries agricoles et alimentaires
individuelle sont nette-
Transports
ment majoritaires et les 0 5 10 15 20 25 30
embauches restent faibles Répartition des créations d'entreprises par secteur d'activité en 2007 (en %)
Source : Insee - SIRENEdurant les premiers mois.Une enquête exhaustive auprès des L'attrait pour la création d'entreprise
créateurs limousins ayant démarré leur ne se dément pas depuis 2003
activité au premier semestre 2006 permet 160
de dresser un portrait des entrepreneurs,
150de leurs motivations, et des conditions de
lancement dans la région. Limousin140
130
FranceLoi DutreilLa proportion de femmes 120
n’augmente pas
110
Les nouveaux entrepreneurs sont tou- 100
jours majoritairement des hommes. En
902006, seulement un quart des créateurs 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007
sont des femmes. Leur proportion di- Évolution des créations d'entreprises (base 100 en 1993)
Source : Insee - SIRENE
minue même légèrement par rapport
à 2002, date de la précédente enquête. leur entreprise, une part en pement d’entreprises nouvelles
Cette évolution peut être reliée au poids augmentation de cinq points (EDEN) ont été moins souvent
croissant du secteur de la construction, par rapport à 2002. La moitié attribués qu’en 2002.
qui reste très masculin. Les femmes d’entre eux étaient chômeurs
sont davantage attirées par les activités depuis plus d’un an. Les aides De plus en plus
tertiaires (commerce, services aux parti- ou exonérations ont profité de cadres
culiers). Les travailleurs limousins sont aux trois quarts des chômeurs
plus âgés qu’en moyenne nationale et ce créateurs, contre un quart pour Les salariés sont presque aussi
constat se retrouve chez les créateurs les autres créateurs. Parmi les nombreux que les chômeurs à
d’entreprise : ils ont le plus souvent dispositifs d’aide à la création, se lancer dans la création d’en-
entre 30 et 49 ans, avec un âge moyen à l’aide aux chômeurs créateurs treprise (37 %). Plus de la moitié
39 ans et demi, soit un an de plus qu’en ou repreneurs d’entreprise de ces nouveaux entrepreneurs
France. Passé 50 ans, les créateurs se (ACCRE) arrive en tête. En 2006, ont créé leur entreprise dans
lancent davantage dans le commerce et 71 % d’entre eux ont bénéfcié une activité en rapport avec le
les services aux entreprises, et moins de ce dispositif, qui les exonère métier qu’ils exerçaient aupa-
souvent dans la construction. du paiement des cotisations ravant. Une proportion assez
Les créateurs d’entreprise limousins sociales pendant un an, contre réduite (10 %) considèrent que
er ont un niveau d’études légèrement plus 58 % en 2002. Depuis le 1 le démarrage est facilité par
faible qu’au niveau national. 16 % n’ont janvier 2007, les contraintes les relations entretenues avec
aucun diplôme, contre 13 % en France. pour accéder à l’ACCRE se sont l’entreprise qui les employaient
Une partie de l’écart tient à nouveau au allégées avec la suppression auparavant.
poids important de la construction dans du dossier économique lors de Parmi les créateurs qui ont
la région, secteur moins qualifé. la demande, et le nombre de déjà été salariés par le passé,
bénéfciaires a fortement aug - six sur dix étaient employés ou
menté l’an dernier. Les autres ouvriers, comme en 2002. La Accompagnement de l’État
catégories de créateurs sont proportion d’anciens cadres renforcé pour les chômeurs
plus rarement aidées par des a en revanche fortement aug-créateurs
dispositifs publics. Le prêt à la menté : 22 % en 2006 contre
En 2006, 38 % des créateurs étaient création d’entreprise (PCE) et 14 % en 2002. Ceux-ci sont plus
demandeurs d’emploi avant de créer l’encouragement au dévelop- nombreux à être passés par
une période de chômage avant
Âge et niveau d'études : une grande variété de profils la création : 37 % en 2006 alors
qu’ils n’étaient que 25 % en
Pas de diplômeMoins de 30 ans 2002.
CEP, BEPC, brevet élémentaire,
brevet des collèges Outre les chômeurs et les sala-
De 30 à 39 ans CAP/BEP riés, les créateurs se répartis-
Bac technique ou professionnel sent entre des personnes gérant
De 40 à 49 ans
déjà une entreprise, et des per-
Bac généraliste
sonnes sans activité, dont les 50 ans ou plus
Diplôme supérieur au Bac jeunes sortant du système sco-
0 10 20 30 40 0 10 20 30 40 laire qui sont très minoritaires :
Répartition des créateurs selon l'âge et le dernier diplôme obtenu (en %)
seulement 2 % des créations se Source : Insee - SINE 2006
INSEE Limousin - mai 2008Les secteurs d’activités privilégiés par les Part des chômeurs en augmentation ces dernières années
repreneurs sont différents de ceux des
2002 2006 créateurs. Les reprises sont peu fréquen-
tes dans la construction, mais très pré-En activité (salarié, indépendant, chef d'entreprise…) 56,5 53,9
sentes dans les services aux particuliers Au chômage 33,5 37,6
et le commerce, secteurs qui s’adressent depuis moins d'un an 19,4 19,2
principalement à une clientèle de proxi- depuis plus d'un an 14,1 18,4
mité. Le profl des repreneurs se distin -
Sans activité professionnelle (étudiant, personne au foyer, retraité,,,,) 10,0 8,5
gue également de celui des créateurs :
Ensemble 100,0 100,0
ils sont en moyenne un peu plus âgés (40
Situation du créateur immédiatement avant la création (en %)
ans et demi, contre 39 et demi pour les Source : Insee, enquêtes SINE 2002 et 2006
créateurs), la part des femmes est plus
importante que chez les créateurs (44 %
Plus d'un tiers des créateurs se lancent
contre 25 %), et ils sont moins nombreux
avec moins de 4 000 euros à avoir un niveau d’étude supérieur : 35
40 % sont titulaires d’un baccalauréat
30 technique ou professionnel.
25 Les repreneurs bénéficient de moins
d’aides publiques que les créateurs, mais
20
mobilisent des moyens fnanciers plus
15 importants. Près d’une reprise sur deux
nécessite un fnancement supérieur à 10
40 000 euros. La part des emprunts ban-
5 caires dans le fnancement du projet est
par conséquent beaucoup plus élevée que 0
moins de 4 000 à 8 000 à 16 000 à 80 000 
pour les créations. Enfn, plus de la moi -4 000  8 000  16 000  80 000  ou plus
tié des entreprises reprises démarrent Répartition des créateurs selon le montant des moyens investis au démarrage (en %)
avec des salariés, mais ils sont rarement Source : Insee - SINE 2006
nombreux.
font directement en fn de for - Les quinquagénaires ont plus
mation initiale. souvent que les autres choisi où un créateur sur deux investit moins
ou été contraints de créer leur de 4 000 euros. À l’opposé, environ
entreprise parce qu’ils étaient 30 % des nouveaux entrepreneurs dans les Désir d’indépendance, sans emploi. La motivation liée services aux particuliers, les transports mais faiblesse aux perspectives de revenus est ou les industries agroalimentaires ont
des moyens assez peu citée. investi plus de 40 000 euros. En général,
Les moyens investis pour dé- les emprunts bancaires représentent un Selon les déclarations des créa- marrer sont généralement très quart du fnancement global des projets. teurs, la principale motivation faibles. Près de la moitié des
est le désir d’être indépendant. créateurs ont dépensé moins de
Cette volonté est plus souvent Des diffcultés qui nécessitent 8 000 euros. La mise de départ
invoquée chez les hommes et souvent un soutien extérieurest liée au secteur d’activité :
chez les jeunes. Elle devance lar- elle est peu importante dans Le fnancement n’est pas forcément le gement le goût d’entreprendre. les services aux entreprises, principal obstacle rencontré lors de la
création : les formalités administratives,
Le désir d'indépendance, première motivation ainsi que l’établissement des prix sont
davantage mentionnés dans les diffcultés
Être indépendant rencontrées. L’établissement des contacts
Goût d’entreprendre avec la clientèle est également régulière-
ment cité comme problématique.Perspectives d'augmenter ses revenus
Ces diffcultés expliquent que les créa -
Sans emploi, a choisi de créer
teurs fassent souvent appel à des sou-
Opportunité de création tiens pour monter leur projet. 51 % ont Ensemble
HommesIdée nouvelle de produit, de service ou de marché ainsi reçu un appui de la part d’une
Femmes
structure dédiée à la création d’entre-
Seule possibilité pour exercer sa profession
prise ou d’un spécialiste (avocat, conseil
Exemple de l’entourage juridique, fscal, expert-comptable…) et
Sans emploi, a été contraint de créer 38 % bénéfcient de l’aide de leur conjoint
ou de leur entourage personnel. De plus, 0 10 20 30 40 50 60 70Motivation de la création d'entreprise (en %)
43 % ont suivi une formation. Enfn, les Les totaux dépassent 100 %, les personnes enquêtées pouvant cocher jusqu'à trois réponses
nouveaux entrepreneurs limousins font Source : Insee - SINE 2006
INSEE Limousin - mai 2008plus souvent appel qu’ailleurs à
des services extérieurs payants,
notamment pour la gestion de
Le dispositif SINE (système d’information Sans forcément avoir créé leur leur comptabilité ou leur pu-
sur les nouvelles entreprises) consiste entreprise dans un secteur dit blicité.
en un système permanent d’observation « innovant », plus du tiers des
d’une génération de nouvelles entrepri- créateurs limousins estiment
Une clientèle ses tous les quatre ans. Il a pour objectif néanmoins avoir introduit des
de suivre pendant cinq ans les entreprises produits ou services nouveaux. de proximité
nées au cours du premier semestre d’une De plus, près de 30 % considè-
La clientèle est le plus sou-année par le biais de trois interrogations rent que la technologie est la
par voie postale. Cette étude porte sur la vent une clientèle de proxi- base des produits et services
première interrogation de la cohorte des mité (dans 58 % des cas). Les qu’ils proposent, ou qu’elle est
entreprises créées au premier semestre un support important pour leur nouvelles entreprises ont
2006. Limousin Expansion a fnancé une activité. rarement une zone de cha-
extension de cette enquête pour la rendre landise nationale : seulement L’informatique et Internet exhaustive sur la région. La couverture
13 %. Moins tournées vers les continuent de se développer économique du dispositif SINE correspond
services aux entreprises, les dans les nouvelles entreprises. au secteur marchand non agricole. Les
77 % des créateurs d’entreprise entreprises créées en Limou-activités fnancières ont été exclues des
limousin utilisent un ordina-sin ont une clientèle plus large résultats utilisant la source SINE pour per-
teur (contre 63 % en 2002), et mettre la comparaison avec les résultats (65 % ont plus de 10 clients),
69 % ont un accès à Internet de l’enquête SINE 2002. mais plus souvent constituée
(47 % en 2002). Un cinquième
de particuliers. La notion de création d’entreprise retenue des créateurs ont un site pré-
dans cet article s’appuie sur un concept Un quart des nouvelles entre- sentant leur entreprise et 4 %
harmonisé au niveau européen. Elle cor- prises exécute des travaux de utilisent Internet pour vendre
respond généralement à la mise en œuvre sous-traitance. Pour plus de en ligne.
de nouveaux moyens de production. Elle 40 % d’entre elles, cette acti-
inclut également la poursuite d’une unité vité représente leur principale plus nombreuses qu’au niveau
de production cédée, à condition qu’il y
source de chiffre d’affaires. La national. ait soit un changement d’activité écono-
sous-traitance est très présente En effet, une très large majorité mique, soit un de localisation
dans la construction mais aus- d’entrepreneurs commencent de l’entreprise. Les autres situations de
si, dans une moindre mesure, leur activité seuls : 85 % des poursuite d’une unité de production cédée
constituent les reprises, dont les résultats dans l’industrie hors IAA, les nouvelles entreprises n’ont pas
sont traités à part dans l’encadré page 3. transports et les services aux de salarié, une proportion en
entreprises. progression de cinq points par
rapport à 2002. Les transports
et l’industrie se distinguent,
Peu d’emplois créés avec respectivement 2,6 et
29 rue Beyrand
2,3 personnes en moyenne au démarrage87031 Limoges cedex
Tél 05 55 45 20 07 au démarrage (y compris le
Fax 05 55 45 20 01 La part des créations sous chef d’entreprise). Dans leurs
forme sociétaire augmente, premiers mois d’activité, les
Informations statistiques 08 25 88 94 52
suivant la tendance française. entreprises embauchent peu, Abonnements 05 55 45 21 31
Cette hausse profite surtout et moins encore en 2006 qu’en
aux SARL (sociétés à responsa- 2002 (3 % contre 9 %). Toutefois,
bilité limitée) qui représentent 20 % prévoient d’embaucher
35 % des créations contre 30 % un ou plusieurs salariés au
www.insee.fr en 2002. Les sociétés présen- cours des douze mois suivants.
tent l’avantage de protéger le Les nouveaux entrepreneurs
Directeur de la publication Michel Deroin-Thévenin
patrimoine du créateur en cas sont d’ailleurs plutôt positifs Rédacteur en chef Yann Leurs
Mise en forme Chantal Desbordes de diffculté. Bien qu’en baisse, concernant leur avenir à court
Impression GDS imprimeurs
les créations sous forme d’en- terme : 57 % pensent dévelop-Maquette iti communication
treprise individuelle demeurent per leur entreprise après quel-
Prix 2,70 euros
largement majoritaires (61 %) et ques mois.
Dépôt légal : mai 2008
Code SAGE : FOC084524
ISSN : 1765-4475
Ludovic Audoux (Insee)Copyright - INSEE 2008
« La rediffusion, sous quelque forme que ce soit, des fonds de cartes issus
du fchier GéoFLA® de l’IGN est soumise à l’autorisation préalable de l’IGN
et au paiement auprès de cet organisme des redevances correspondantes ».

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.