Créations d'entreprises : en légère augmentation depuis trois ans (Octant n° 81)

De
Publié par

Au cours de l'année 1999, 10 984 entreprises ont été créées en Bretagne. Pour environ 5 800 d'entre elles, il s'agit de créations pures. Au total, on enregistre une croissance de 3,0 % par rapport à 1998. Le secteur de la construction et les services sont les plus concernés. La Bretagne se situe au 7ème rang national pour les créations totales et au 4ème pour les reprises.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 6
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

En légère augmentation
depuis trois ans
n 1999, les créations pures rend malaisée, une tentativeEaugmentent de 3,4 % par d’explication « statistique ».
rapport à 1998. Elles représen C’est pourquoi, on se bornera à-
tent 52,9 % de l’ensemble des relever que la création d’entre-
créations, avec un niveau qui se prise, qui est aussi la création de
consolide mais reste bien infé son propre emploi par le créa- -
rieur à celui enregistré en 1989 teur, s’effectue plus aisément en
(56,3 %). Les créations pures création pure qu’en reprise, et
augmentent dans l’industrie, la que la reprise peut être envi-
construction et les services aux sagée plus facilement si elle
entreprises. porte sur une entreprise sans
salarié.
Les créations par reprise
dont le nombre diminuait régu Enfin les réactivations,-
lièrement depuis 1992 se re sont en très légère hausse-
dressent : elles augmentent de (1,7 %). En revanche, leur poids
3,7 %. Malgré celà leur poids dans les créations totales tend àAu cours de l’année
dans les créations totales n’est diminuer.
1999, 10 984 que de 23,8 %, alors qu’il attei-
entreprises ont été gnait 26,7 % en 1992. France
entière les créations par reprise La construction attirecréées en Bretagne.
qui diminuent de 3,0 % en un davantage les créateursPour environ 5 800 an, ne représentent que 16,7 %
d’entre elles, il s’agit de de l’ensemble des créations. La
L’évolution par grandBretagne conserve ainsi l’origi-créations pures. Au
nalité d’une plus grande pro secteur d’activité des créations-
total, on enregistre une dans leur ensemble présenteportion des créations par re-
croissance de 3,0 % par prise. Ces créations, souvent quelques différences significati-
ves.génératrices à terme d’emploisrapport à 1998. Le
salariés, évoluent différemment
secteur de la Dans la construction, laselon le secteur. Elles diminuent
construction et les dans l’industrie, la construc reprise des créations amorcée-
en 1998 s’est poursuivie ettion, les services aux ménages,services sont les plus
alors qu’elles augmentent dans accrue en 1999. La progression
concernés. La Bretagne est de 8,1 % par rapport à 1998,l’hôtellerie-café-restauration.
se situe au 7ème rang plus importante que France en-
tière où elle atteint 5 %.Il convient de remarquernational pour les
que ces mouvements portent
créations totales et au Dans le secteur des insur des nombres d’entreprises -
4ème pour les reprises. relativement restreints, ce qui dustries agro-alimentaires, les
32 Octant n°81 - Mars 2000 Bilan économique 1999Créations d’entreprises
créations augmentent de 4,5 %. Saint-Malo, Vannes) ainsi que
Les concepts de créationLes créations de boulangeries, dans les zones les plus urbani-
pâtisseries ou de « points sées de Rennes, Brest, Lorient,
chauds », se situent toujours au Quimper et Saint-Brieuc. Ceci Les données sur les créations d’entreprises sont
niveau élevé atteint en 1997, et est tout à fait cohérent avec la issues du répertoire SIRENE géré par l’INSEE.
n’ont pas augmenté par rapport concentration des créations Le champ d’observation économique des
à 1998. dans le tertiaire. créations d’entreprises est restreint au champ dit
ICS qui comprend les secteurs de l’industrie, de la
Les services enregistrent Avec une progression construction, du commerce et des services hors
globalement une augmentation des créations d’entreprises de
services financiers, et par référence à la
de 4,1 %, avec là encore des 3,0 % par rapport à 1998, la ré- nomenclature d’activités française (NAF).
différences sensibles selon le gion se situe au 7ème rang na-
Le concept de création d’entreprises recouvre trois
secteur. La progression atteint tional. A l’exception des Pays
réalités :10,4 % dans les services aux en de la Loire en augmentation de-
- la création pure (ou nouvelle) résulte de latreprises, 5,1 % dans le secteur 4,1 %, les régions voisines enre-
création d’une unité de production jusqu’alorsde l’hôtellerie-café-restaura gistrent des évolutions moins fa- -
inexistante ou de la prise d’activité d’une unitétion. Par contre elle est limitée vorables : en Basse-Normandie,
inscrite qui n’en exerçait aucunedans les secteurs des services les créations diminuent de
- la reprise se produit quand une unité, nouvelleaux ménages. 1,5 %, en Haute-Normandie el-
les n’augmentent que de 1,0 %. ou n’ayant jamais exercé d’activité économique,
Dans l’industrie manu France entière - hors Ile-de-- reprend des moyens de production déjà exploités
facturière, les créations mar - la progression n’est- par une autre unité (achat, prise en
quent le pas avec une diminu que de 1,4 %.- location-gérance...)
tion de 0,7 % et la baisse de leur - la réactivation est le fait d’une unité inscrite au
poids dans l’ensemble des créa- répertoire qui reprend son activité après l’avoirPeu d’emploi salariétions se poursuit avec 5,4 % cessée. Ce mouvement ne concerne que lescréé (1)contre 5,6 % l’an dernier et personnes physiques (artisans, commerçants,
5,9 % en 1996.
professions libérales).
Globalement pour les Lorsqu’il est fait mention de créationsDans le secteur du com- 10 984 entreprises créées en d’entreprises, sans autre précision, il s’agit desmerce et de la réparation, les 1999 on ne dénombre qu’un ef- créations totales, soit la somme des créationscréations se situent à un niveau fectif salarié de 8 621 personnes
pures, des reprises et des réactivations.inférieur de 0,5 % à celui de soit 0,78 salarié par entreprise
1998. créée. Cette valeur est voisine
de celle que l’on observait en
1998 (0,80 salarié par entre-Les créations liées au
prise créée). Les créations d’en-tourisme
treprises se font le plus fré-
quemment sans salarié, les
Dans la région, c’est le exceptions étant principale-
département du Morbihan qui ment le fait des créations par
enregistre à la fois le plus grand reprise.
nombre de créations et la plus
forte progression avec 6,0 % Jean-Paul FAUDEL
tandis qu’en Ille-et-Vilaine
l’évolution est la plus faible
(0,6 %). Par zone d’emploi, les
(1) Les effectifs salariés enre-taux de créations les plus élevés
gistrés sont ceux qui figurent au réper-
sont toujours observés dans les toire SIRENE. A une date aussi proche
zones ayant une activité touris- de la création de l’entreprise, ils ont
tique marquée (Auray, une signification limitée.
Source : INSEE Sirène, champ ICS
Les créations d’entreprises par secteur d’activité et par type de création
1998 1999
Secteur d’activité pures reprises réactivations Total pures reprises réactivations Total
Industrie agro alimentaire 132 182 131 445 133 190 142 465
dont boulangerie,patisserie 88 138 98 324 70 140 111 321
Industrie (hors IAA) 354 123 120 597 378 105 110 593
Construction 795 210 279 1 284 889 179 320 1 388
Commerce - réparation 1 590 689 817 3 096 1 557 727 796 3 080
Services 2 737 1 324 1 181 5 242 2 849 1 415 1 194 5 458
dont hôtels-cafés-restaurants 242 940 518 1 700 233 1 049 505 1 787
services aux entreprises 1 122 87 230 1 439 1 217 95 276 1 588 aux ménages 1 183 241 385 1 809 1 237 218 367 1 822
Total Bretagne 5 608 2 528 2 528 10 664 5 806 2 616 2 562 10 984
Source : INSEE-Sirène. Champ ICS
Bilan économique 1999 Octant n°81 - Mars 2000 33

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.