Démographie des entreprises à La Réunion

De
Publié par

Informations Rapides Réunion N° 209 - DÉCEMBRE 2011 Démographie des entreprises Les créations d’entreprises au troisième trimestre 2011 Baisse des créations dans l’industrie et la construction e 1 Au 3 trimestre 2011, 1 924 entreprises celles des « autres services » tion augmente peu (+ 0,5 %). Sur un an, ont été créées à La Réunion, soit une (+ 2,0 %). le nombre de créations dans la construc- baisse de 4,7 % par rapport au trimestre tion est encore en baisse (- 2,8%). précédent. Cette baisse est consécutive L’industrie, avec 206 nouvelles créations eà une hausse de 5 % au 2 trimestre. Au ce trimestre, retrouve le niveau précé- Au classement des créations selon la zone géographique, le Sud conserve la niveau national, les créations diminuent dant le boom du photovoltaïque de la fin également ce trimestre (- 4,3 %). d’année 2010. Le secteur contribue ac- tête avec 650 créations, suivi de l’Ouest tuellement à une création sur dix. (558), du Nord (529) et enfin de l’Est Un tiers des créations sont des deman- (266). Sur l’année, la microrégion Est des sous le régime de l’auto-entrepre- Sur les douze derniers mois (octobre reste la plus dynamique, malgré la dimi- neur. Cette proportion place La Réunion 2010 à septembre 2011) les créations nution trimestrielle la plus forte (- en dernière position des départements augmentent de 6,5 % par rapport à la 15,8 %). pour la part des auto-entrepreneurs dans période d’octobre 2009 à septembre 1les créations.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 13
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

Informations Rapides Réunion

N° 209 - DÉCEMBRE 2011
Démographie
des entreprises


Les créations d’entreprises au troisième trimestre 2011
Baisse des créations dans l’industrie et la construction
e 1
Au 3 trimestre 2011, 1 924 entreprises celles des « autres services » tion augmente peu (+ 0,5 %). Sur un an,
ont été créées à La Réunion, soit une (+ 2,0 %). le nombre de créations dans la construc-
baisse de 4,7 % par rapport au trimestre tion est encore en baisse (- 2,8%).
précédent. Cette baisse est consécutive L’industrie, avec 206 nouvelles créations
eà une hausse de 5 % au 2 trimestre. Au ce trimestre, retrouve le niveau précé- Au classement des créations selon la
zone géographique, le Sud conserve la niveau national, les créations diminuent dant le boom du photovoltaïque de la fin
également ce trimestre (- 4,3 %). d’année 2010. Le secteur contribue ac- tête avec 650 créations, suivi de l’Ouest
tuellement à une création sur dix. (558), du Nord (529) et enfin de l’Est
Un tiers des créations sont des deman- (266). Sur l’année, la microrégion Est
des sous le régime de l’auto-entrepre- Sur les douze derniers mois (octobre reste la plus dynamique, malgré la dimi-
neur. Cette proportion place La Réunion 2010 à septembre 2011) les créations nution trimestrielle la plus forte (-
en dernière position des départements augmentent de 6,5 % par rapport à la 15,8 %).
pour la part des auto-entrepreneurs dans période d’octobre 2009 à septembre
1les créations. 2010. Information et communication, activités fi-
nancières, activités immobilières, activités Sur un an, les créations dans l’industrie
spécialisées, scientifiques et techniques, ad-Les créations d’entreprises chutent dans profitent encore du boom de la produc-
ministration publique, enseignement, santé l’industrie (- 31 %) et dans la construc- tion d’électricité fin 2010 (+ 50,3 %). Loin
humaine et action sociale.
tion (- 15 %). À l’inverse, les créations derrière, le secteur « Autres services »
dans le secteur du commerce de gros, progresse de 1,9 % et celui du com-
transport, hébergement et restaura- merce de gros et de détail, des trans-
tion progressent de 2,6 %, tout comme ports, de l’hébergement et de la restaura-

Créations d’entreprises (données CVS-CJO) à La Réunion
Ensemble y compris auto-nombre de créations
entrepreneurs
2 400
2 200
Ensemble sans auto-2 000
entrepreneurs
1 800
1 600
Autres services
1 400
1 200
1 000
Commerce de gros et de
800 détail, transports,
hébergement et restauration
600
400
Industries
200
0
T3 2006 T3 2007 T3 2008 T3 2009 T3 2010 T3 2011
Construction
Source : Insee, Répertoire des entreprises et des établissements
(Sirene).


Institut national de la statistique et des études économiques - Direction régionale de La Réunion
Parc technologique de Saint Denis - 10, rue Demarne - BP 13 - 97408 - SAINT-DENIS Cédex 9
Directrice de la publication : Valérie ROUX - ISSN : 1766-5590
www.insee.fr/reunion - tél : 02 62 48 89 00 - fax : 02 62 48 89 89 1
Total des créations d’entreprises (données CVS-CJO )
2010 2 011
Variation tri-
2
mestrielle
e e e e e
3 trim. 4 trim. 1 trim. 2 trim. 3 trim. (en %)

1 930 2 343 1 940 2 019 1 924 -4,7 La Réunion
1 138 1 195 946 1 022 936 -8,4 Martinique
466 502 426 504 463 -8,1 Guyane
1 164 1 252 1 346 1 556 1 414 -9,1 Guadeloupe
France entière 142 836 152 207 142 852 136 922 131 067 -4,3
Source : Insee, répertoire des entreprises et des établissements (Sirene).
(1) (2)
Données corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrables. Cumul des créations du trimestre rapporté à celui du trimestre précédent.
Classement par département selon la part d’auto-entreprises dans les créations totales d’entreprises
au troisième trimestre 2011 (données brutes)
Part auto- Taux de créa-
1 2
Rang (départements) Département Ensemble entrepreneurs tion estimé
(%) (%)
1 Lot-et-Garonne 545 65 nd
43 Guyane 450 56 4,5
94 Martinique 870 46 2,2
97 Guadeloupe 1 320 44 3,5
100 La Réunion 2 003 36 4,3
France entière 124 016 54 3,7
Source : Insee, répertoire des entreprises et des établissements (Sirene). nd : non disponible.
eNote de lecture : 36 % des entreprises créées à La Réunion au 3 trimestre 2011 sont des demandes sous le régime de l’auto-entrepreneur.
(2)(1) eDemandes de créations sous le régime de l’auto-entrepreneur. Créations au 3 trimestre 2011 / stock au 31/03/10.
Créations d’entreprises par secteurs d’activité agrégés
1
La Réunion France
Créations d'en-
treprises Don- Variation Variation du Variation du 2010 2011
2nées CVS-CJO trimestrielle cumul sur 12 cumul sur 12
3 3e e e e e (%) mois (%) mois (%) 3 trim. 4 trim. 1 trim. 2 trim. 3 trim.
Ensemble 1 930 2 342 1 939 2 019 1 924 -4,7 6,5 -10,5
Industries 209 615 242 299 206 -31,1 50,3 -17,0
Construction 205 246 230 239 203 -15,1 -2,8 -9,6
Commerce de
gros et de dé-
2,6 0,5 -9,8 tail, transports, 713 693 731 694 712
hébergement et
restauration
Autres Services 803 788 736 787 803 2,0 1,9 -10,5
Source : Insee, répertoire des entreprises et des établissements (Sirene).
(1) (2)
France métropolitaine + DOM. Cumul des créations du trimestre rapporté à celui du trimestre précédent.
(3) Cumul des créations des 12 derniers mois comparé à celui des 12 mois précédents.
Créations d’entreprises dans les microrégions au troisième trimestre 2011 (données brutes)
NORD SUD EST OUEST
Nombre de créations 529 650 266 558
(1)
Variation trimestrielle (en%) -4,3 1,4 -15,8 10,9
(2)
évolution sur un an (en %) -1,9 -2,1 6,0 1,1
(3)
Taux de création (en %) 3,9 4,3 4,6 4,0
(1) Source : Insee, répertoire des entreprises et des établissements (Sirene) Cumul des créations du trimestre rapporté à celui du trimestre précéden.t.
(2) (3) e
Cumul des créations du trimestre rapporté au même trimestre un an auparavant. Créations au 3 trimestre 2011/ stock au 01/01/10.
Insee - Informations Rapides Réunion n° 209 - Décem bre 2011
Les défaillances d’entreprises au second trimestre 2011
Les défaillances augmentent fortement

eAu 2 trimestre 2011, 124 entreprises ont de 23 % ce trimestre. Sur l’ensemble de et de la restauration concentrent près de
été placées en redressement judiciaire à la France, les défaillances diminuent de 40 % des défaillances ce trimestre et la
La Réunion. 11,5 %. construction plus de 30 %.
erAprès une baisse de 13 % au 1 trimes-
Les secteurs du commerce de gros et de
tre, le nombre de défaillances augmente détails, des transports, de l’hébergement



Nombre de défaillances d’entreprises
Données brutes à la date du jugement
2010 2011
Variation
Variation
annuelle sur le 1
trimestrielle e 2
e e e er e (p) 2 trimestre 2 trim. 3 trim. 4 trim. 1 trim. 2 trim. (en %)
(en %)

La Réunion 91 99 116 101 124 22,8 36,3
France entière 12 767 10 760 12 734 14 426 12 772 -11,5 0,0
(p)
Source : Insee, Bodacc. Provisoire.
(1)
Cumul des défaillances du trimestre rapporté à celui du trimestre précédent.
(2) Cumul des défaillances du trimestre rapporté au même trimestre un an auparavant.


Les défaillances à La Réunion
Données brutes à la date du jugement
nombre de défaillances
200
175
150
125
100
75
50
25
0
T2 2001 T2 2002 T2 2003 T2 2004 T2 2005 T2 2006 T2 2007 T2 2008 T2 2009 T2 2010 T2 2011
Source : Insee, Bodacc.



Insee - Informations Rapides Réunion n° 209 - Décem bre 2011 Part des défaillances d’entreprises par secteur d’activité à La Réunion
Données brutes à la date du jugement
En %
2010 2011
er e e e er e (p)
1 trimestre 2 trimestre 3 trimestre 4 trimestre 1 trimestre 2 trimestre

7 16 13 15 11 16 Industries
41 51 45 33 45 31 Construction
Commerce de gros
et de détail,
transports, 32 14 24 31 29 38
hébergement et
restauration
Autres services 20 19 18 20 15 15
100 100 100 100 100 100 Ensemble
(p) Source : Insee, Bodaac. provisoire.

Note de méthode

er
À compter du 1 janvier 2009, les créations d’entreprises par activité La somme sur l’année des quatre résultats trimestriels CVS-CJO peut
sont présentées en nomenclature agrégée fondée sur la Naf révision différer légèrement du nombre de créations annuel brut car elle tient
er
2, entrée en vigueur le 1 janvier 2008. Pour permettre des analyses compte des variations d’une année sur l’autre de la composition an-
sur longue période, la série des créations d’entreprises a été recalcu- nuelle en jours ouvrables.
lée en Naf révision 2 depuis l’année 2000.
Le taux de création d’entreprise est le rapport du nombre des créa-
er
Pour les DOM, le nombre de variables sectorielles a été limité pour tions d'entreprises d’une année au stock d’entreprises au 1 janvier de
des raisons d’effectif. cette même année. Par commodité, si ce stock n’est pas connu, le
dernier stock disponible sera utilisé pour les calculs. er
Le régime de l’auto-entrepreneur s’applique depuis le 1 janvier 2009
aux personnes physiques qui créent ou possèdent déjà une entreprise Une défaillance d’entreprise correspond à l’ouverture d’une procé-
individuelle pour exercer une activité commerciale, artisanale ou libé- dure de redressement ou de liquidation judiciaire (sans redressement
rale (hormis certaines activités exclues), à titre principal ou complé- préalable). Cette procédure est enclenchée par un jugement du tribu-
mentaire. L’entreprise individuelle doit également remplir les condi- nal de commerce ou du tribunal de grande instance à l’encontre d’une
tions du régime fiscal de la micro-entreprise et opter pour exercer en entreprise à la suite de problèmes financiers. La notion de défaillance
franchise de TVA. ne doit pas être confondue avec une cessation d’activité. La procédure
juridique peut avoir différentes issues : liquidation de l’entreprise, pour-
Ce régime offre des formalités de création d’entreprise allégées ainsi suite de l’activité suite à un plan de continuation, reprise de l’entreprise
qu’un mode de calcul et de paiement simplifié pour les cotisations so- suite à un plan de cession. Les liquidations qui font suite à une défail-
ciales et l’impôt sur le revenu. L’auto-entrepreneur bénéficie :
lance ne représentent qu’une partie (10 % à 20 %) de l’ensemble des
cessations d’entreprises. En effet, la majorité des cessations fait suite - d’un régime micro-social simplifié,
à un arrêt d’activité, avec ou sans reprise par un tiers, pour différentes
- d’une dispense d’immatriculation au registre du commerce et des raisons : départ à la retraite, problèmes personnels, décès, difficultés
sociétés (RCS) pour les commerçants, ou au répertoire des métiers économiques sans dépôt de bilan.
(RM) pour les artisans,
Le jugement ordonnant l’ouverture de la procédure de redressement - d’une exonération de TVA,
judiciaire d’une entreprise fait l’objet d’une publication au Bodacc (Bul-
- et sur option, d’un régime micro-fiscal simplifié (versement libératoire letin officiel des annonces civiles et commerciales). À partir de ces
de l’impôt sur le revenu) et d’une exonération pendant trois ans à annonces, l’Insee élabore des statistiques de défaillances
compter de la date de création de la taxe professionnelle. d’entreprises, soit par date de publication, soit par date de jugement.
Des aléas techniques peuvent faire varier considérablement le volume La notion de création d’entreprise s’appuie sur le concept défini par
des publications (vacances, grèves, rattrapages…). Afin d’annuler ces Eurostat afin d’harmoniser les données européennes. Une création
effets techniques et de présenter des séries cohérentes dans le d’entreprise correspond à l’apparition d’une unité légale exploitante
temps, des séries sont publiées en date de jugement. Compte tenu du n’ayant pas de prédécesseur. Il n’y a création d’une entreprise que si
décalage entre la date du jugement et celle de la publication, il faut elle s’accompagne de la mise en œuvre de nouveaux moyens de pro-
attendre environ six mois pour que la statistique à la date de jugement duction.
soit pratiquement définitive. Le dernier point connu est donc provisoire
Le champ sur lequel portent les créations d’entreprises correspond à et peut être révisé.
l’ensemble des activités marchandes hors agriculture.
Le champ des activités retenues correspond à l’ensemble des sec-
Les données brutes, issues du répertoire Sirene, correspondent au teurs d’activité (y compris secteur financier et activités de l’éducation,
nombre d’entreprises créées au cours d’un mois ou trimestre donné. de la santé et de l’action sociale), sauf ceux relatifs à l’agriculture, à
La création d’entreprise est soumise à des mouvements réguliers in- l’administration et aux activités associatives. Le suivi des créations et
fra-annuels, aussi appelés variations saisonnières. Ces mouvements des défaillances d’entreprises porte sur les mêmes secteurs d’activité.
peuvent résulter du fonctionnement général de l’économie (vacances
Les défaillances d’entreprises par activité sont désormais présentées estivales par exemple). La saisonnalité brouille la lecture de la ten-
en nomenclature agrégée fondée sur la Naf révision 2, entrée en vi-dance générale de la création d’entreprise. Aussi, les séries de don-
gueur le 1er janvier 2008. Pour permettre des analyses sur longue nées brutes sont corrigées afin d’éliminer le facteur saisonnier et
période, la série des défaillances d’entreprises a été recalculée en Naf mieux faire ressortir l’évolution générale de moyen terme.
révision 2 depuis l’année 1993.
De même, les variations imputables aux jours ouvrables (CJO) sont
Pour les DOM, le nombre de variables sectorielles a été limité pour corrigées. Les données CVS-CJO permettent ainsi de comparer le
des raisons d’effectif. nombre de créations entre les différents mois ou trimestres consécutifs.


Insee - Informations Rapides Réunion n° 209 - Décem bre 2011

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.