Des créateurs en Ile-de-France, diplômés et orientés vers les services aux entreprises

De
Publié par

En Ile-de-France, les caractéristiques des nouvelles entreprises et de leurs créateurs diffèrent de celles de la province. Davantage d’entreprises sont créées dans les services aux entreprises. C'est le cas à Paris et dans les Hauts-de-Seine où les créateurs sont plus diplômés et surtout tournés vers les services aux entreprises. En Seine-Saint-Denis et dans le Val-d’Oise, les entrepreneurs privilégient le commerce et la construction. Dans les quatre autres départements, créations et créateurs sont plus diversifiés. Introduction Des créateurs plus souvent cadres et diplômés qu’en province Paris et Hauts-de-Seine : 4 créations sur 10 dans les services aux entreprises Seine-Saint-Denis et Val-d’Oise : commerce et construction Davantage de diversité dans les autres départements
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 17
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

ILE-DE-FRANCE à la page
N° 306 - Octobre 2008
Des créateurs en Ile-de-France,
diplômés et orientés
vers les services aux entreprises
En Ile-de-France, les caractéristiques des nouvelles entreprises et de leurs créateurs
diffèrent de celles de la province. Davantage d’entreprises sont créées dans les services
aux entreprises. C'est le cas à Paris et dans les Hauts-de-Seine où les créateurs sont plus
diplômés et surtout tournés vers les services aux entreprises. En Seine-Saint-Denis et dans le
Val-d’Oise, les entrepreneurs privilégient le commerce et la construction. Dans les quatre
autres départements, créations et créateurs sont plus diversifiés.
Jean-François HERVE
Insee Ile-de-France
n 2007, 75 000 entreprises ont une activité dans ce secteur, alors de la région capitale ont le plus souvent
été créées en Ile-de-France. qu’ils ne sont que 16 % en province un diplôme d’études supérieures. CeEAprès une relative stabilité sur la (➩■ Méthodologie). Les entrepreneurs sont plus fréquemment d’anciens cadres
période 1994-2002, le nombre annuel
de créations d’entreprises a fortement
Méthodologie
augmenté entre 2002 et 2007, en
moyenne de 7 % chaque année. La si-
La notion de création d’entreprise retenue dans cet article correspond au nouveau concept de
tuation économique favorable ainsi que
création. Il est plus large que celui de création ex nihilo : il inclut les réactivations de plus d’un an et
la loi pour l’initiative économique de
les reprises s’il n’y a pas continuité de l’entreprise. On considère qu’il n’y a pas continuité de l’en-
2003 ont stimulé la création d’entreprises.
treprise entre le cédant et le repreneur s’il y a soit un changement d’activité économique soit un
changement de localisation de l’entreprise.
Cependant, l’augmentation des créa-
Enquête Sine (Système d’information sur les nouvelles entreprises) : système permanenttions d’entreprises en Ile-de-France a été
d’observation d’une génération de nouvelles entreprises tous les quatre ans.moins soutenue qu’en province. Les
créations franciliennes ne représentent L’objectif est de suivre les entreprises créées au cours du premier semestre d’une année par le
plus que 25 % des nouvelles entreprises biais de trois interrogations postales : l’année de leur création, puis au cours de leurs troisième et
de France métropolitaine, contre 28 % à cinquième anniversaires.
la fin des années quatre-vingt-dix. La présente étude s’appuie, pour le profil des créateurs, sur les résultats de la première interroga-
tion de l’enquête Sine 2006. Afin d’obtenir des informations représentatives au niveau départe-
mental, la Chambre régionale de commerce et d’industrie (CRCI) Paris - Ile-de-France et l’InstitutDes créateurs
d’aménagement et d’urbanisme de la Région d'Ile-de-France (IAU îdF) se sont associés à l’Insee
plus souvent cadres et diplômés
pour étendre l’échantillon national de l’enquête auprès des créateurs franciliens. Ces entreprises
qu’en province exercent une activité économique marchande dans les secteurs de l’industrie, de la construction,
du commerce et des services. L’agriculture est exclue.
Les services aux entreprises sont plus
Les données concernant les créations d’entreprises de 1994 à 2007 proviennent du Répertoire
présents en Ile-de-France : en 2006,
des entreprises et des établissements (REE).
28 % des créateurs franciliens démarrent
EconomiePrès de quatre entreprises sur dix créées à Paris et dans les Hauts-de-Seinede grandes entreprises. La clientèle des
offrent des services aux entreprisesnouvelles entreprises franciliennes est
aussi plus nationale, voire internatio- Part des secteurs (en %)
40
nale, qu’en province. Après six mois
d’activité, les créateurs franciliens pen-
sent plus souvent embaucher que ceux
30
de province.
En Ile-de-France, les créateurs perçoi- 20
vent moins d’aides financières à la créa-
tion de leur entreprise. Seul un tiers a
10reçu une prime ou une subvention, alors
qu’en province, ils sont la moitié. Deux
aides sont moins souvent attribuées en
0Ile-de-France : l’aide aux chômeurs
Seine-Saint-Denis Ile-de-FranceParis Les quatre
créateurs ou repreneurs d’entreprises Hauts-de-Seine Val-d'Oise autres départements franciliens
(ACCRE) et les exonérations de cotisa- Construction Commerce et réparation Services aux entreprises
tions sociales ou d’impôts. L’ACCRE est
Lecture : 37 % des entreprises créées à Paris et dans les Hauts-de-Seine offrent des services aux entreprises.
versée à trois quarts des chômeurs créa-
Source : Insee, enquête Sine 2006
teurs franciliens.
A Paris et dans les Hauts-de-Seine, prèsAu sein de la région, trois types de
La moitié des créations d’entreprises
de quatre entreprises sur dix sont crééesdépartements peuvent être distingués, à Paris et dans les Hauts-de-Seine
dans les services aux entreprises, notam-principalement selon les secteurs
ment dans le conseil et assistance. Il s’a- Val-de-Marned’activité des nouvelles entreprises✎❶.
9%git d’activités informatique, juridique, deLe premier est constitué de Paris et des Essonne
7%publicité ou encore de conseil pour lesHauts-de-Seine ; le deuxième de la
affaires ou la gestion. Cette prédomi-Seine-Saint-Denis et du Val-d’Oise et Paris
Yvelines 37 %nance caractérise également le parc desle troisième regroupe les quatre autres 8%
entreprises déjà existantes. Cette fortedépartements.
présence de services aux entreprises, Seine-et-Marne
8%
activités très qualifiées, influe sur les ca-
ractéristiques des créateurs.Paris et Hauts-de-Seine : Val-d'Oise
7%4 créations sur 10
Hauts-de-Seine
Seine-Saint-Denis 13 %dans les services aux entreprises A Paris et dans les Hauts-de-Seine, ils 11 %
sont plus diplômés qu’ailleurs (➩■ Les
Source : Insee, Répertoire des entreprisesParis et les Hauts-de-Seine concentrent créateurs parisiens : une évolution du et des établissements 2007
la moitié des créations d’entreprises de profil entre 2002 et 2006). Les anciens
la région✎❷. L’effet vitrine et le prestige cadres supérieurs représentent 40 % des
de la capitale et du quartier de la créateurs et ont souvent acquis les com- Les créateurs parisiens :
Défense attirent de nombreux créateurs. pétences nécessaires à cette activité une évolution du profil
De plus, certains entrepreneurs privilégient d’entrepreneur dans leurs précédentes entre 2002 et 2006
la domiciliation du siège de l’entreprise fonctions. Par ailleurs, ils prennent vo-
à Paris, même si leur activité n’y est pas lontiers conseil auprès de spécialistes En quatre ans, les créations d’entreprises ont
réellement localisée. pour réaliser leur projet. Un quart augmenté de 24 % à Paris. La loi pour l’initia-
d’entre eux ont ainsi consulté un avocat, tive économique ainsi que les aides ont sus-
cité de nombreuses vocations. En 2006, lesToutefois, depuis le début des années un expert-comptable ou d’autres
créateurs parisiens sont plus souvent des2000, la concentration des créations conseillers spécialisés.
primo-créateurs et des chômeurs qu’endans ces deux départements tend à s’af-
2002. En 2006, 37 % des créateurs parisiensfaiblir au profit du reste de la région.
sortent du chômage tandis qu’en 2002 ilsCeci s’explique, en partie, par le renou- S’agissant des entreprises créées, la moi-
n’étaient que 25 %.vellement des entreprises plus limité à tié d’entre elles a moins de dix clients et
un tiers travaille pour des clients basésParis : en 2007, pour 100 entreprises
Les entrepreneurs diplômés d’études supé-
hors de la région, voire à l’étranger. Celaprésentes en début d’année, seulement 9
rieures sont désormais majoritaires dans la
provient de leur fréquente spécialisations’y sont créées pendant l’année. Ce taux capitale. Seuls 5 % n’ont pas d’expérience
est faible pour la région (11 %). Loyers dans les services aux entreprises et de professionnelle antérieure. Les formations
élevés, taille des locaux, difficultés d’a- leur mode de fonctionnement en « busi- spécifiques à la création d’entreprise sont de
ness to business », où la proximité estcheminent peuvent être des freins pour plus en plus suivies.
moins importante.les entreprises.Depuis 2002, les créations dans les Ces deux départements accueillent 18 % Le créateur d’entreprise est taillé sur me-
secteurs innovants ont doublé à Paris et des nouvelles entreprises franciliennes sure : un homme aux compétences tech-
dans les Hauts-de-Seine. Dans ces deux et sont particulièrement dynamiques en niques ayant acquis son expérience dans
départements, la volonté d’investir est matière de créations d’entreprises✎❸. une petite entreprise ✎❹. Les femmes
plus forte qu’ailleurs. Ces investisse- Pour 100 entreprises présentes début sont moins nombreuses à créer en
ments permettront à l’entreprise d’ac- 2007, 14 se sont créées au cours de Seine-Saint-Denis et dans le Val-d’Oise.
quérir les dernières technologies, l’année. Toutefois, ce renouvellement Les créateurs n’ont aucun diplôme ou
facteur essentiel de l’activité des nou- accéléré est aussi lié à une plus forte sont diplômés de formations techniques.
velles entreprises. Pour 38 % des entre- mortalité des entreprises. Ils ont alors souvent terminé leurs études
prises créées, la technologie est soit un suite à l’obtention d’un CAP ou BEP,
support, soit à la base de leur activité. d’un baccalauréat technique ou d’un di-
plôme technique de niveau bac + 2.Les communes de la Seine-Saint-Denis
Leurs compétences proviennent égale-sont toutes très créatrices d’entreprises.Seine-Saint-Denis et Val-d’Oise :
De plus, les créations d’entreprises dans ment de leur expérience professionnelle.
commerce et construction
les communes incluant une Zone Dans un cas sur deux, les créateurs tra-
La Seine-Saint-Denis et le Val-d’Oise Franche Urbaine (ZFU) se développent à vaillaient auparavant dans de petites en-
treprises. Ils y étaient employés ousont très spécialisés. Le commerce et la un rythme plus élevé qu’en moyenne
ouvriers. Les créateurs de nationalitéconstruction y sont les deux secteurs dans la région. C’est le cas notamment à
Clichy-sous-Bois/Montfermeil et Bondy étrangère ont fondé un quart des nouvel-d’activité majeurs. Ils concentrent 53 %
en Seine-Saint-Denis ou encore à Sarcel- les entreprises de Seine-Saint-Denis.des nouvelles entreprises du Val-d’Oise
et 63 % de celles de la Seine-Saint- les et Garges-lès-Gonesse dans le Dans l’ensemble de la région, 18 % des
créateurs d’entreprises sont étrangers.Denis, contre 43 % en Ile-de-France. Val-d’Oise.
Un tiers de créations en plus en Seine-Saint-Denis et dans le Val-d’Oise
entre 1994 et 2007
Evolution des créations d'entreprises
(base 100 en 1994)
140
130
120
110
100
90
80
70
1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007
Paris, Hauts-de-Seine Seine-Saint-Denis, Val-d'Oise
Ile-de-FranceLes quatre autres départements franciliens
Source : Insee, Répertoire des entreprises et des établissements
Les créateurs de Seine-Saint-Denis et du Val-d’Oise ont davantage acquis leur expérience dans des petites entreprises
Les quatreParis Seine-Saint-Denis
Part des créateurs (en %) autres départements Ile-de-FranceHauts-de-Seine Val-d'Oise
franciliens
Diplômés de CAP/BEP 15 24 22 19
Diplômés d'études supérieures 53 30 39 44
Ayant une expérience dans une entreprise de moins de 10 salariés 39 50 43 42
Ayant une expérience dans une entreprise de plus de 250 salariés 23 15 21 21
Ayant bénéficié d'une aide publique (notamment l'ACCRE) 32 36 36 34
Sans formation à la création 74 66 67 70
Ayant une clientèle principalement régionale ou locale 66 80 77 72
Source : Insee, enquête Sine 2006En Seine-Saint-Denis et dans le moins rapidement toutefois dans les dues. Les deux tiers des créateurs n’en
Val-d’Oise, les nouvelles entreprises Yvelines que dans les trois autres dépar suivent aucune.-
créent davantage d’emplois. L’entreprise tements. Certaines communes, comme
Dans ces quatre départements, l’entre-démarre en moyenne avec 2 emplois : celles de l’est de l’unité urbaine de Paris,
preneur exerce sa nouvelle activité prin-celui du créateur, non salarié, et un sont particulièrement dynamiques.
cipalement dans le commerce, lessalarié. Au bout de six mois d’activité,
services aux entreprises ou encore lales entreprises comptent en moyenne Comme dans les autres départements
construction. Les créateurs dans les Yve-1,2 emploi salarié contre 0,9 dans la franciliens, trois créateurs sur quatre sont
lines et le Val-de-Marne sont un peu plusrégion. Les recrutements doivent en- des primo-créateurs. L’objectif est d’être
orientés vers les services aux entreprises,suite se poursuivre. Bien que le pre- indépendant et d’assurer son propre em-
et en Essonne et en Seine-et-Marne versmier objectif du créateur demeure ploi. Les profils de ces entrepreneurs
la construction. Sur l’ensemble du ter-d’assurer son emploi, il a plus souvent sont par ailleurs très variés : ex-salarié ou
ritoire, la clientèle est nombreuse et estqu’ailleurs le projet d’en créer d’au- ex-chômeur, souvent diplômé d’études
essentiellement constituée de particuliers,tres. Dans la construction, un tiers des supérieures. Cependant, la moitié des
habitant à proximité.nouvelles entreprises envisagent de créateurs en Essonne et en
développer l’emploi. Seine-et-Marne n’ont pas le baccalau-
réat. Les créateurs yvelinois sont plus
Davantage de diversité diplômés et plus souvent dotés d’une ex-
Pour en savoir plus
périence acquise dans de plus grandesdans les autres départements
entreprises. « Les créations d’entreprises en
Ile-de-France », CRCI Paris - Ile-de-France,Les Yvelines, l’Essonne, le Val-de-Marne
IAU îdF, Insee Ile-de-France, octobre 2008.Comme dans le reste de l’Ile-de-France,et la Seine-et-Marne constituent le troi-
le créateur est soutenu lors de la prépara-sième et dernier groupe de départe-
Machado I. : « Etre indépendant : le principal
tion de son projet. La plupart d’entre euxments. Celui-ci regroupe 32 % des motif de la création d’entreprise », Insee
se font aider par un membre de la famillecréations d’entreprises franciliennes en
Ile-de-France faits et chiffres, n° 184, août
ou consultent un organisme spécialiste2007. Les secteurs d’activité de ces en- 2008.
de la création tel que la Chambre detreprises sont plus variés et équilibrés
« Créations et créateurs d’entreprises -commerce et d’industrie ou la Chambreque dans les deux premiers groupes.
Première interrogation 2006, profil du créateur »,des métiers. Ils font beaucoup moins ap-
Insee résultats - série économie, n° 34,Entre 1994 et 2007, le nombre de créa- pel à des spécialistes, à la différence des
février 2008.tions d’entreprises a augmenté globale- créateurs à Paris et dans les
ment de 21 %, comme en Ile-de-France. Hauts-de-Seine. Cependant, trois sur dix
Kerjosse R. : « Créer son entreprise : assurer
Après une forte baisse jusqu’en 2002, le préparent seuls leur projet de nouvelle
d’abord son propre emploi », Insee première,
nombre de créations a cependant pro- entreprise. Les formations spécifiques à
n° 1167, décembre 2007.
gressé fortement entre 2002 et 2007, la création d’entreprises sont peu répan-
INSTITUT NATIONAL
Directrice de la publication : Sylvie MarchandDE LA STATISTIQUE Comité de rédaction : Patrick Pétour
Publication téléchargeable à partir du site Internet : www.insee.fr/ile-de-franceRédactrice en chef : Christel CollinET DES ETUDES ECONOMIQUES
Secrétaire de rédaction : Françoise Beaufils
Direction régionale d’Ile-de-France Conception graphique : PAO Insee Ile-de-France ISSN 0984-4724
7, rue Stephenson - Montigny-le-Bretonneux Maquette : Nathalie Droux - Laure Omont Commission paritaire n° 2133 AD
e78188 Saint-Quentin-en-Yvelines cedex © Insee 2008 Impression :S.N.Rafal Dépôt légal : 2 semestre 2008 Code Sage I0830652
Insee Ile-de-Fr@nce Infos : la Lettre d’information électronique vous informe tous les mois de l'activité de l'Insee Ile-de-France
www.insee.fr/ile-de-france

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.