Deuxième trimestre 2004 : les signes d'une croissance retrouvée (Flash d'Octant n° 102)

De
Publié par

Au deuxième trimestre, dans un environnement international toujours très porteur, la reprise de l'économie française se confirme, bénéficiant du regain de l'investissement des entreprises. La Bretagne connaît la même embellie. Dans le bâtiment, comme dans le commerce de gros et les services, l'activité se redresse nettement. L'hôtellerie enregistre également de bons résultats pour la saison. L'activité industrielle est jugée dynamique. Toutefois, le ralentissement enregistré dans le commerce de détail au printemps pourrait perdurer. Le chômage a continué de baisser ce trimestre en Bretagne, alors qu'il augmente France entière. Au premier trimestre 2004, les effectifs salariés sont en très légère hausse dans la région.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 5
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

Octant
Synthèse Numéro 102 - Septembre 2004conjoncturelle
Deuxième trimestre 2004 :
les signes d’une croissance retrouvée
Au deuxième trimestre, dans un environnement international toujours très
porteur, la reprise de l'économie française se confirme, bénéficiant du
regain de l'investissement des entreprises.
La Bretagne connaît la même embellie. Dans le bâtiment, comme dans le
commerce de gros et les services, l'activité se redresse nettement.
L'hôtellerie enregistre également de bons résultats pour la saison. L'activité
industrielle est jugée dynamique. Toutefois, le ralentissement enregistré
dans le commerce de détail au printemps pourrait perdurer.
Le chômage a continué de baisser ce trimestre en Bretagne, alors qu'il
augmente France entière.
Au premier trimestre 2004, les effectifs salariés sont en très légère hausse
dans la région.
Contexte national : maintien de la croissance
France entière, le PIB (produit intérieur brut) a mentaires, les biens de consommation et l'énergie et
progressé de 0,8 % au deuxième trimestre comme au a progressé dans les autres secteurs.
premier. L'emploi salarié privé a augmenté de 0,1 % ce
La demande intérieure et les variations de stocks trimestre, soit 14 200 emplois supplémentaires. Seul
contribuent à cette évolution à hauteur respecti- le secteur tertiaire continue de créer des emplois
vement de 1 et 0,6 point. Le solde du commerce avec une progression de 0,4 %. La construction
extérieur participe négativement à l'évolution du PIB enregistre une légère diminution de ses effectifs
(- 0,8 point). Les importations augmentent de 3,8 % (- 0,1 %) alors que l'industrie continue de perdre des
après 1,1% au trimestre précédent, et les emplois (- 0,6 %), notamment dans l'industrie
exportations de 1,1 % après 0,7 %. manufacturière.
L'investissement des entreprises redémarre Fin juin, l'ANPE comptabilisait 2 281 800
(+ 2,2%) ; celui des ménages augmente de 1,6 %, demandeurs d'emploi de catégorie 1, soit 2,1 % de
tandis que leur consommation est en hausse de plus qu'un an plus tôt.
0,7 % après 0,9 % au premier trimestre. Au 30 juin, le taux de chômage au sens du BIT
Globalement la production industrielle s'est accrue s'établit à 9,9 %. Il a augmenté de 0,1 point sur le
de 0,6 % ; elle a diminué dans les industries agroali- trimestre et sur l'année.
ISSN 1276-972X - CODE SAGE : FLAS10264 - PRIX : 2,20€l’été mais à un rythme moins vif qu'auAgriculture : des productionsCours du porc charcutier breton - classe E
printemps. La demande serait moins(Euros / kilo)
toujours en baisse dynamique tant sur le marché intérieur qu'à2,00
Série brute
1,90 l'exportation. Par ailleurs, ils continuent de
garder confiance dans le développement à
Au deuxième trimestre 2004, les livraisons court terme de l'industrie française dans son1,70
de lait sont inférieures de 3,7 % à celles du ensemble : l'indicateur de climat général est
Tendance printemps 2003. Le prix du lait payé au demeuré stable.1,50
producteur s'établit en moyenne à 0,27 €/l,
soit 6,9 % de moins que l'année passée à la
1,30
même période.
Bâtiment : redémarrage
Le cours du porc se redresse sensiblement sur
1,10
le trimestre, en particulier en juin, pour de l'activité
atteindre une moyenne de 1,30 €/kg, soit
0,90
2000 2001 2002 2003 2004 12,1 % de plus qu'un an plus tôt. Les Les entrepreneurs du bâtiment estiment que
Source : OFIVAL et SNM - Insee abattages de porc sont inférieurs de 3,7 % à leur activité s'est fortement redressée au
ceux du printemps précédent. printemps 2004. Par rapport au deuxième
Le marché de la volaille de chair est toujours trimestre 2003, elle s'est sensiblement
Tendance de la production industrielle en difficulté. Les abattages de volailles toutes améliorée, tant dans le gros-œuvre que dans
(Soldes d’opinions - en %) catégories confondues ont été réduits de le second-œuvre.
40
4,3 % par rapport au printemps 2003. En comparaison annuelle comme sur leProduction passée
Les abattages de veaux de boucherie trimestre, l'appréciation des professionnels30
reculent sur le trimestre comme sur l'année. du bâtiment sur leur activité est meilleure
Production prévue Le cours du veau s'établit en moyenne à dans tous les segments d'activité, et20
5,51€/kg, soit 12,2 % de plus qu'un an plus notamment dans le domaine de l'entretien-
amélioration.10 tôt.
Début juillet, les chefs d'entreprise étaientLes cotations des principales productions
0 bovines sont supérieures à celles du optimistes, aussi bien sur leur propre activité
printemps 2003, sauf pour les jeunes bovins dans les trois mois à venir que sur l'évolution
-10 R. Les abattages de gros bovins diminuent générale du secteur du bâtiment. Leurs
carnets de commandes, toujours bienpour le troisième trimestre consécutif. Ils sont
-20 remplis, s'établissaient à 5,6 mois de travailen baisse de 5,4 % sur un an.2000 2001 2002 2003 2004
Les quantités débarquées de poissons, par salarié, contre 5,1 en juillet 2003.
Source : Insee, enquêtes de conjoncture
crustacés et mollusques dans les criées Si la proportion de chefs d'entreprise à
connaître des difficultés de recrutement abretonnes sont pratiquement stables
diminué, les tensions sur l'appareil decomparées à celles du deuxième trimestre
Tendance de l’activité dans le bâtiment 2003, tout comme leur prix moyen. production se sont par contre nettement
(Soldes d’opinions - en %)
renforcées : 68 % des entrepreneurs70
déclarent ne pas pouvoir accroître leur
Activité passée
50 production, soit 11 points de plus qu'auDynamisme dans l’industrie
trimestre précédent.
mais un fléchissement30 La construction de logements neufs atteint au
deuxième trimestre un niveau de productionest prévu
10 élevé, très nettement supérieur au niveau
Dans presque tous les secteurs, une nette moyen à cette période de l'année. Avec un
-10 amélioration de l'activité industrielle a été peu plus de 6 600 logements mis en chantier,Activité prévue
observée au deuxième trimestre. Les chefs l'activité excède de près de 25 % la moyenne
-30 d'entreprise de biens d'équipement et de des cinq derniers printemps. La construction
biens intermédiaires considèrent que leur de maisons individuelles progresse très
-50 activité s'est nettement renforcée. Ceux de2000 2001 2002 2003 2004 sensiblement et celle d'immeubles collectifs
l'industrie des biens de consommation reste soutenue.Source : Insee, enquêtes de conjoncture
estiment que la production a renoué avec la A court terme, la demande de logements
croissance. neufs serait très bien orientée : un peu moins
Dans l'agroalimentaire néanmoins, l'activité de 8 100 logements ont été autorisés ceNombre de logements neufs en chantier en Bretagne
a été jugée plus terne qu'au trimestre trimestre, le meilleur résultat des cinq
3 000 précédent. Cette opinion d'ensemble dernières années. Sur le marché des
2002 2003 2004 Moyenne 1994 - 2003
recouvre des évolutions contrastées : bâtiments professionnels, le nombre de
affaiblissement dans le secteur « fabrication mètres carrés autorisés est inférieur de 8,4 %
2 500 d'aliments pour animaux-travail du grain », à la demande moyenne calculée sur cinq
léger fléchissement dans les industries ans.
alimentaires diverses (industrie du poisson,
2 000 conserves de fruits et légumes, boulangeries,
biscuiteries…) mais redressement dans
Amélioration
l'industrie des viandes (abattages et trans-
1 500 dans le commerce de grosformation, toutes productions confondues) et
accélération dans les industries des boissons
et du lait. Début juillet, les négociants bretons estiment
1 000
jan. fév. mars avr. mai juin juil. août sept. oct. nov. déc. Début juillet, les chefs d'entreprise bretons que les ventes dans l'ensemble du commerce
Source : DRE - Sitadel anticipent une progression de leur activité à de gros continuent de progresser en mai-juin,
Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 102 - Septembre 20042comme en mars-avril. Sur le bimestre, les Pour les chefs d'entreprise, l'amélioration de Tendance des ventes dans le commerce de détail
(Soldes d’opinions - en %)ventes ont nettement augmenté dans les l'activité dans l'ensemble des services va se
biens intermédiaires, et sont restées stables poursuivre, de manière toutefois plus 20
dans les biens de consommation non modérée dans l'immobilier et les services
10
alimentaires. Elles ont par contre sensible- aux particuliers. Ventes réalisées
ment reculé dans les biens de consommation 0
Hôtellerie : -10Les intentions de commandes se redressent
un bon niveau d'activitépour l'ensemble du commerce de gros. Elles
-20
progressent dans les biens intermédiaires, Intentions de commandespour ce printemps 2004
sont quasi stationnaires dans les biens de -30
consommation non alimentaires et dimi- Au deuxième trimestre 2004, l'activité dans -40
nuent modérément dans les biens de les hôtels de la région s'inscrit en hausse au alimentaires. Les perspec- -50regard des années précédentes à la même
2000 2001 2002 2003 2004tives générales d'activité s'améliorent un période. Près de 1 888 000 nuitées ont été Source : Insee, enquêtes de conjoncture
peu. comptabilisées, soit 1,3 % de plus qu'au
deuxième trimestre 2003. Le niveau
d'activité dépasse également de 3,9 % la
Ralentissement dans
moyenne des cinq printemps précédents.
le commerce de détail Comparé à l'année passée, c'est l'aug-
mentation de la fréquentation de la clientèle
Tendance de l’activité dans les services
Dans le commerce de détail, les profession- française (+ 4,7 %) qui a tiré l'activité vers le (Soldes d’opinions - CVS - en %)
nels interrogés en juillet estiment que leurs haut : chaque mois du trimestre, le nombre 40
ventes ont un peu fléchi en mai-juin, mais de nuitées françaises est supérieur à l'année
Activité passée
elles restent supérieures à la moyenne de passée. En revanche, la fréquentation de la
30
longue période. Le volume des ventes est clientèle étrangère a diminué de 9,5 % sur la
jugé en baisse dans les commerces spécialisé période. Activité prévue
20et généraliste alimentaire. En revanche, dans Sur l'ensemble du trimestre, le taux
le commerce généraliste non alimentaire, la d'occupation dépasse de 3,1 % celui du
10progression des ventes se poursuit. Début deuxième trimestre 2003.
juillet, les détaillants font état de stocks plus
importants, au-dessus de la normale. Dans ce 0
contexte, les intentions de commandes pour Faible évolution de l'emploi
juillet-août sont orientés à la baisse.
-10en début d'année 2000 2001 2002 2003 2004Le marché des véhicules neufs repart
nettement au deuxième trimestre : 20 112 Source : Insee, enquêtes de conjoncture
voitures particulières et commerciales ont Au cours du premier trimestre 2004, l'emploi
été immatriculées dans la région au salarié dans le secteur concurrentiel s'accroît
printemps, soit 9,7 % de plus qu'au trimestre de 0,1 % par rapport au dernier trimestre de
précédent. Le marché reste toutefois en recul l'année 2003. Après plusieurs reculs
de 1,5 % sur un an. successifs ces dernières années, l'emploi
s'est stabilisé dans l'industrie. Un Évolution du taux d’occupation des hôtels en Bretagne
redressement s'est opéré à la fois dans le
100
commerce et la construction (+ 0,2 et 2002 2003 2004Services : fort redressement
+0,5 %).
de l'activité 80Au cours des douze derniers mois, d'avril
2003 à mars 2004, l'emploi salarié en
Selon les chefs d'entreprise interrogés en Bretagne, intérim compris, a faiblement 60
juillet, l'activité dans l'ensemble des services augmenté en données corrigées des
s'est très nettement redressée au deuxième variations saisonnières (+ 0,5 %, deux fois
40trimestre 2004, dépassant son niveau moyen. moins qu'entre avril 2002 et mars 2003). Le
C’est le cas en particulier dans les services recul des effectifs est toujours important dans
20aux entreprises où le secteur du travail l’industrie (- 1,3 %) notamment dans les
temporaire enregistre une progression très industries de consommation. Dans les
soutenue. Dans les activités immobilières en des équipements et des 0
sept. oct. nov. déc.jan. fév. mars avr. mai juin juil. aoûtrevanche, les chefs d'entreprise font état d'un composants électriques et électroniques,
Source : Direction du tourisme - Insee - Réseau MORGOAT module hôtellerieralentissement. L'activité est également l'arrêt de la détérioration de l'emploi n'est
jugée en retrait dans les services aux
particuliers, en deçà de la normale.
Emploi salarié privé (secteur marchand non agricole)Les professionnels des services estiment que
leurs résultats d'exploitation se sont un peu Variation d’avril 2003 à mars 2004 (en %)
améliorés et devraient même progresser un
Ensemble Industrie Construction Commerce Servicespeu plus vite dans les trois mois à venir. Selon
eux, les prix sont en nette hausse sur le
Côtes-d’Armor 0,4 - 3,8 2,7 2,0 1,7trimestre, mais ce niveau de croissance ne
Finistère 0,5 - 0,3 2,2 0,6 - 0,3devrait pas se maintenir à court terme.
Ille-et-VilaineL'emploi aurait diminué au printemps mais 1,0 - 1,1 3,1 2,0 1,8
une augmentation est prévue au troisième Morbihan 0,1 1,6 1,8 1,3 0,1-
Bretagne 2,4 1,5 0,9trimestre. 0,5 - 1,3
Source : Insee-URSSAF
Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 102 - Septembre 2004 3pas encore à l'ordre du jour. Dans le Évolution du nombre des demandeursÉvolution trimestrielle de l’emploi salarié
tertiaire, l'emploi s'est accru en moyenne Secteur privé non agricole (intérim compris) d’emploi de catégorie 1
(% - CVS) (CVS - Base 100 janvier 1997)de 1,1 % sur les douze derniers mois. Les
0,6 110hausses les plus sensibles sont observées
dans les secteurs de la santé et de l'action
100
sociale, des services aux particuliers et 0,4
90du commerce. En revanche, les effectifs
dans l'intérim reculent. C'est dans la Bretagne
800,2construction que l'emploi salarié a le
70plus progressé (+ 2,4 % contre + 1,7 %
France
l'an passé). 0,0 60
e e e er e e e erPour trois départements (Côtes-d'Armor, 2 t.02 3 t.02 4 t.02 1 t.03 2 t.03 3 t.03 4 t.03 1 t.04
Source : Insee - UrssafFinistère et Ille-et-Vilaine), le taux de 50
2000 2001 2002 2003 2004
croissance de l’emploi total est positif Lecture : l'emploi salarié privé non agricole, intérim compris, a Source : DRTEFP
progressé d'environ 0,1 % au quatrième trimestre 2003 et au(entre + 0,5 % et + 1 %) alors qu'il est premier trimestre 2004.
quasiment nul dans le Morbihan.
Chômage au 30 juin 2004Chômage : augmentation
TauxDEFM catégorie 1moindre que France entière
de chômage
Variation sur BIT (CVS )Série brute
Fin juin 2004, 87 610 demandeurs un an (en %)
d'emploi de catégorie 1 étaient inscrits à 3,8 8,1Côtes-d’Armor 15 751
l'ANPE en Bretagne. En données 2,0 8,5Finistère 25 812
corrigées des variations saisonnières et Ille-et-Vilaine 25 503 - 1,0 7,1
comparé à mars 2004, le nombre de Morbihan 20 544 1,3 8,7
demandeurs d'emploi est en hausse de Bretagne 1,2 8,087 610
0,4 % contre 1,3 % au niveau national.
Source : DRTEFP - Insee
A la fin du deuxième trimestre, 14 335
jeunes de moins de 25 ans étaient à la
recherche d'un emploi dans la région. Tableau de bord Bretagne
Sur un an, leur nombre a moins
augmenté que France entière. Fin juin,
Variation en %
Valeur au44 831 femmes étaient inscrites à l'ANPE
e
Indicateurs trimestriels 2 trimestre Région Franceen Bretagne. Là aussi, la hausse est moins
2004 sur un ansur un trimestre sur un anforte qu'au niveau national. Le chômage
de longue durée continue de diminuer
ACTIVITÉdans la région, alors qu'il s'accroît France
Agriculture (Source : DRAF)entière. A la fin du deuxième trimestre
Livraisons de lait (en milliers d’hl) 12 499 12,8 - 4,3 - 4,5
2004, le taux de chômage en Bretagne Prix moyen du litre de lait (en euros) 0,27 - 12,9 - 6,9 - 5,7
s'établit à 8 % ; il a baissé de 0,1 point sur Abattages de porcs (en tonnes) 267 425 - 6,0 - 3,7 - 4,0
Cours moyen du kg de porc charcutier (en euros) 12,1 11,11,30 10,2le trimestre et de 0,2 point sur l'année.
Construction( Source : DRE)
Logements autorisés 8 094 5,1 23,3 29,9
Logements commencés 6 621 12,9 13,6 15,2
2Locaux à usage professionnel (nombre de m autorisés) 1 005 484 22,0 - 2,7 1,8
Directeur de la Publication Hôtellerie (Source : ORTB - Insee)
Nombre de nuitées (en milliers) 1 888 /// 1,3 - 1,7Bernard LE CALVEZ
56,7 28,3 3,1 1,7Taux d’occupation moyen (en %)
Rédactrice en chef
DEMANDE
Laurence LUONG
Commerce extérieur (Source : Douanes)
Composition Importations (en millions d’euros) 1 826 3,7 13,4 7,4
Jean-Paul MER, Éric MONTEIL Exportations 1 911 11,7 16,7 6,7
Immatriculations de véhicules neufs (Source : OST)Cette note
a été rédigée par : Voitures particulières et commerciales 20 112 9,7 - 1,5 2,5
Lucile CROS, Denise OLLIVIER, ENTREPRISES
Jean-Luc NATIVEL Créations pures d’entreprises (Source : Insee)
2 211Ensemble 9,6 21,0 18,3
INSEE Bretagne Industrie 157 23,6 24,6 14,1
Construction 377 - 3,6 27,8 27,936, place du Colombier
Commerce 645 35,5 38,1 20,7CS 94439
Services 1 032 0,9 9,8 14,435044 RENNES Cedex
Défaillances d’entreprises (Source : Insee)Tél. : 02 99 29 33 33
(1) 0,8 - 11,4 -1,4Ensemble 359Fax : 02 99 29 33 90
MARCHÉ DU TRAVAIL
Pour tout renseignement
Taux de chômage au sens du BIT (CVS) (Source : Insee) 8,0 - 1,2 - 2,4 1,0statistique :
Demandeurs d’emploi en fin de trimestreTél. : 0 825 889 452 (0,15€ la minute)
(données brutes) (Source : DRTEFP)
(2)0,4de catégorie 1 87 610 1,2 2,1
© Insee 2004 de moins de 25 ans 14 335 /// 2,3 5,6
e
Dépôt légal : 3 trimestre 2004 ///de longue durée 25 331 - 0,8 1,1
Imprimerie des Hauts de Vilaine e(1) au 4 trimestre 2003
Rennes (2) en données CVS.
Insee Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 102 - Septembre 20044

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.