Éclaircie attendue pour 2004 après une année 2003 morose

De
Publié par

Au cours des neuf premiers mois de l'année 2003, les indicateurs régionaux d'activité économique et d'emploi ont peu évolué. Des restructurations industrielles touchent la région, la canicule et la grêle ont affecté la production agricole. En revanche, la météo a dopé les résultats du tourisme. L'emploi salarié est resté stable mais le chômage a entamé une remontée. Dans certains domaines, la région a mieux résisté que l'ensemble de la France malgré les répercussions d'un contexte national et international difficile. À la veille de 2004, l'amélioration du contexte international annonce un redémarrage de l'activité.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 19
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins
Éclaircie attenduepour 2004 après une année 2003 morose
Les industriels optimistes mais réservés
Au cours des neuf premiers mois de l’année 2003, les indicateurs régionaux d’activité économique et d’emploi ont peu évolué. Des restructurations industrielles touchent la région, la canicule et la grêle ont affecté la production agricole. En revanche, la météo a dopé les résultats du tourisme. L’emploi salarié est resté stable mais le chômage a entamé une remontée. Dans certains domaines, la région a mieux résisté que l’ensemble de la France malgré les répercussions d’un contexte national et international difficile. À la veille de 2004, l’amélioration du contexte international annonce un redémarrage de l’activité. Alain Batifoulier rédaction achevée le 31 décembre 2003
Le secteur industriel auvergnat subit le con trecoup d’événements lourds d’incertitu des : restructuration de GIAT Industrie (conséquence sur l’établissement Manur hin de Cusset) ; plan social chez Aubert et Duval Holding (menaces sur les usines des Ancizes et d’Issoire) ; offre publique d’achat du groupe Alcan sur PéchineyRhénalu (présent à Issoire) ; difficultés dans la cou tellerie à Thiers. Au niveau régional comme national, après un premier semestre nettement défavo rable, la reprise industrielle se fait attendre malgré un timide redressement de l’activité au cours du troisième trimestre. D’après les industriels auvergnats, interrogés en oc tobre, les demandes globale et étrangère
récentes ont été mieux orientées. Les ni veaux de production restent cependant très inférieurs à leur moyenne de longue pé riode. Les industriels envisagent toutefois une amélioration pour le début de 2004. Après la période de baisse continue, les commandes peinent encore à redémarrer, aussi les stocks se renouvellentils peu. Dans l’activité du caoutchouc, les indica teurs, en baisse depuis le début de l’année, ont esquissé une remontée au cours du troisième trimestre. Mais les in dustriels sont encore réservés et n’envi sagent pas la prolongation de cette tendance sur un long terme. De plus, comme ceux des autres secteurs indus triels, les effectifs tendent à décroître.
Bâtiment : en attente des retombées positives de la loi de finances 2004
Les enquêtes trimestrielles, effectuées en cours d’année auprès des professionnels régionaux du bâtiment, reflètent le carac  tère persistant d’une mauvaise conjoncture du secteur. Depuis fin 2002, le niveau d’activité a régu lièrement baissé. Les professionnels dispo sent en moyenne d’une avance de cinq
Ensemble des logements autorisés AuvergneFrance
Indice base 100 en 1997 (tendance CVS) 150 140 130 120 France 110 100 Auvergne 90 80 70 er er er er er er er 1 tr.1997 1 tr.1998 1 tr.1999 1 tr.2000 1 tr.2001 1 tr.2002 1 tr.2003 Source : Ministère de l’Équipement, des Transports, du Logement et du Tourisme et de la Mer
Des rendements agricoles amoindris par la météo
Le besoin en services s’accroît
En 2003, l’agriculture auvergnate a subi de plein fouet les caprices de la météo. Selon le type de production, les conséquences ont été plus ou moins difficiles. Une séche resse durable, cumulée aux effets d’une forte gelée en avril et des chutes localisées de grêle durant l’été, ont mis à mal nombre de productions végétales et animales. La production de céréales à paille (blé, orge, triticale) a été en retrait de plus de 30 % par rapport à celle de 2002. En maïsgrain, près de 10 000 ha (30 % de la sole régionale) ont été transférés vers la production d’ensilage. Sur les surfaces récoltées en grain le ren dement moyen a reculé de 26 % ; celui du tournesol de 27 %. La betterave est en repli de 24 %. La production sucrière régresse aussi. Dans le domaine de la viticulture, si
Les chefs d’entreprises de services interro gés dans le cadre de l’enquête trimestrielle d’octobre 2003, constatent un regain de leur activité après plus d’une année au ra lenti. À l’amorce de 2004, cette tendance devrait même perdurer dans la région. Si la demande en matière de services semble devoir marquer le pas dans les mois futurs au niveau national, elle devrait poursuivre sa remontée en Auvergne. La tendance ré cente des effectifs a rebondi moins nette ment dans la région. En revanche, elle devrait rester croissante quelque temps en core, tandis qu’au niveau national, les chefs d’entreprises envisagent une inflexion à la baisse. Aspect plus négatif, face à un contexte éco
mois de travaux. Mais leurs carnets de commande peinent de plus en plus à se remplir. Parallèlement, le niveau des effec tifs reste stable grâce au recours à l’intérim qui compense la pénurie de maind’œuvre, en particulier dans le secteur artisanal. Les entrepreneurs attendent toujours une reprise à venir. Les mesures prévues dans la loi de finances pour 2004 en direction no tamment de l’aménagement foncier et du logement de type social et l’espoir du main tien du taux de TVAà 5,5 % sur leurs tra vaux peuvent être porteurs d’espoir. Le nombre de logements autorisés sur les neuf premiers mois de l’année est supérieur à celui enregistré sur la même période en 2002 (+ 3,7 % ; France : + 4,0 %). Ce résul tat est dû à la bonne tenue des autorisa tions de logements individuels (+ 7,0 % ; France : + 2,2 %). Mais celles des loge ments collectifs ont connu l’effet inverse at teignant ainsi un des plus bas niveaux de la décennie (14,8 % ; France : + 7,3 %).
les rendements sont moindres, en re vanche, la qualité semble prometteuse. Le déficit hydrique a limité la production d’herbe, affectant les productions animales. La quasitotalité des éleveurs a eu recours à des achats complémentaires de paille et de foinpour assurer la survie de leur chep tel et constituer des réserves hivernales. La canicule a eu un impact limité sur la produc tion laitière régionale qui laisse apparaître un déficit estimé à 3,5 % depuis le début de l’année. La production bovine n’a pas subi de décapitalisation notable de cheptel. La commercialisation des animaux n’a pas été perturbée et en particulier la campagne de vente des animaux à engraisser se déroule dans de bonnes conditions.
nomique et salarial peu favorable, à un ac croissement du chômage et à un climat so cial difficile, la propension à consommer des ménages s’estompe au profit d’un réflexe d’épargne. Le marché de l’automo bile reflète bien cette situation défavorable. Les immatriculations de voitures particuliè res et commerciales neuves ont fortement diminué si l’on compare les trois premiers trimestres de l’année 2003 à la même pé riode de 2002 :  10,6 %, soit une diminution de près de 3 000 véhicules immatriculés. À un degré moindre, le bilan national est éga lement négatif ( 6,6 %). Parallèlement, le marché de la voiture d’occasion résiste un peu mieux, en Auvergne ( 3,7 %) comme en France ( 2,9 %).
Vient de paraître :
« Note de conjoncture nationale décembre 2003 »
Pour en savoir plus
www.insee.fr/auvergne cliquez surconjoncture
Le tertiaire, facteur d’équilibre pour l’emploi salarié
Canicule et camping font bon ménage
En matière de tourisme, sur les dix pre miers mois de l’année, la fréquentation tou ristique atteint 5,2 millions de nuitées sur les seuls hébergements hôtels et campings de la région. C’est une progression de 3,3 % par rapport à la même période de 2002. Avec 3,2 millions de nuitées, l’hôtel lerie reste globalement stable. Le bon enneigement a dopé l’hôtellerie au vergnate l’hiver (+ 5,4 % de nuitées). L’acti vité s’est notamment envolée dans le PuydeDôme (+ 9 %). L’été n’a pas tenu le cap, le nombre de nuits passées de mai à septembre dans les hôtels est en baisse de 2,6 %. Dans le Cantal pourtant, 2003 appa raît comme la meilleure des trois saisons
Les activités immobilières attirent les créateurs d’entreprises
Sur les neuf premiers mois de l’année, 2 680 entreprises ont été créées (créations pures et reprises) en Auvergne, soit une augmentation de 2,7 % par rapport à la même période de 2002, moins soutenue qu’au niveau national toutefois (+ 8,6 %). Les créations pures ont été particulière ment dynamiques (+ 5,3 %) contrairement aux reprises ( 3,6 %). Dans l’Allier, le Cantal et le PuydeDôme, les créations d’entreprises ont progressé. En HauteLoire, la baisse enregistrée n’est en fait qu’un retour au niveau de l’année 2000 après deux années continues de hausse. Après un ralentissement en 2002, les créa tions régionales dans l’ensemble des servi
estivales écoulées. Observés en juillet et août, les hôtels avec piscine ont un taux d’occupation supérieur de 10 points par rapport aux hôtels sans piscine. L’écart at teint même 13 points pour les trois étoiles en août. La canicule semble avoir donné un coup de fouet à la fréquentation des campings de la région. Avec 1,9 million de nuitées, c’est une progression de 10,8 % qui s’affiche par rapport à la saison passée. Le Cantal est là aussi le grand gagnant. C’est le départe ment qui enregistre la plus forte évolution (+ 16,6 %). La compagnie aérienne à bas coûts Rya nair, ouverte en mai 2003 (34 062 passa gers sur 6 mois), semble avoir fait un passage éclair dans le paysage touristique régional ; en effet, la ligne ClermontFer randLondres sera fermée en janvier 2004.
ces ont repris un mouvement ascendant (+ 8,0 %), en particulier dans l’immobilier, à un moment où les transactions se con cluent à des prix élevés dans ce secteur. Les créations ont subi un contrecoup dans les services aux entreprises ( 6,5 %). Mais, à l’inverse, les services aux ménages conti nuent leur progression (+ 7,7 %). Dans les industries agricoles et alimentaires, les créations ont retrouvé leur niveau de 2001 (+ 12,8 % par rapport au chiffre de 2002) et sont demeurées stables dans les autres branches, le tout aboutissant à une hausse dans l’ensemble du secteur industriel régio nal (+ 4 %). L’apparition de nouveaux com merces a été plutôt faible dans la région (+ 1,8 %). Dans le secteur de la construction, la baisse de 2002 s’est poursuivie ( 4,3 %). Au cours du premier semestre 2003, le nombre de défaillances d’entreprises enre gistrées en Auvergne a été de 4 % inférieur à celui de 2002 (252 contre 263).
L’emploi salarié auvergnat a conservé son Emploi salarié des secteurs privé et marchand niveau d’un an auparavant, suivant en celanon agricole la tendance nationale. L’industrie a perdu Indice base 100 en 1997 (CVS) des emplois ( 1,7 %). Les effectifs du ter120 tiaire se sont légèrement accrus (+ 1,2 %) France tandis que ceux du BTP sont restés stables. 115 Les résultats positifs du tertiaire (+ 1,4 %) dans le PuydeDôme et de la construction 110 (+ 1,6 %) dans l’Allier, limitent les conséAuvergne quences sur l’emploi total des pertes enre 105 gistrées dans l’industrie. Dans le Cantal, la baisse de l’emploi dans la 100 construction ( 1,2 %) est compensée par une hausse dans le tertiaire (+ 1,2 %). 95 La HauteLoire présente une stabilité deser erer er er er er 1 tr.1997 1tr. 19981 tr.1999 1 tr.2000 1 tr.2001 1 tr.2002 1 tr.2003 trois secteurs. Source : UNEDIC
Demandeurs d’emploi en fin de mois de catégorie 1 *
Indice base 100 en décembre 1997 (CVS) 105 100 95 90 85 80 Auvergne 75 70 France 65 60 er er er ererer déc. 971 tr.19981 tr.1999 1tr. 20001 tr.2001 1tr. 200220031 tr. Source : DRTEFP
Contexte international : le redémarrage aux ÉtatsUnis dynamise la croissance en zone euro
Le chômage a amorcé une remontée dès la fin de l’année 2002. Il a atteint 8,3 % fin septembre 2003, contre 8,1% un an plus tôt. L’Auvergne présente toutefois un taux moins élevé que celui de l’ensemble de la France (9,7 %) et son augmentation annuelle a été moins vive (+ 0,2 point contre + 0,6 point). Fin septembre 2003, la région Auvergne comptait 41 470 deman deurs d’emploi de catégorie 1* en données corrigées des varia tions saisonnières. En un an, le nombre de demandeurs d’emploi a augmenté de 2,3 % en Auvergne, contre 6,9% pour la France qui totalise 2 485 000 demandeurs d’emploi de catégorie 1. L’évolution a été plus forte en HauteLoire (+ 4%) que dans le PuydeDôme (+ 2,2 %), l’Allier (+ 2 %) ou le Cantal (+ 1,3 %).
* Demandeurs d’emploi de catégorie 1: personnes sans emploi, immédiate ment disponibles, à la recherche d’un emploi à durée indéterminée et à temps plein, tenues d’accomplir des actes positifs de recherche d’emploi.
Les perspectives pour l’Auvergne dépendent du contexte national et international. La croissance euro péenne, qui avait stagné au premier semestre, a accé léré à partir de l’été. En France, la très faible croissance de 2003 (0,2 %) recouvrirait une augmentation du PIB de 0,6% au quatrième trimestre après 0,4 % au troi sième. L’amélioration du contexte international ex plique une bonne part de ce redressement. Les exportations françaises recommencent à croître depuis l’été. Les taux d’intérêt restent peu élevés et favorisent notamment l’acquisition de logements. La consomma tion progresse, mais sur un rythme modéré. En effet, le pouvoir d’achat a décéléré depuis deux ans, en raison du ralentissement des revenus d’activité lié au recul de l’emploi. Par ailleurs, l’inflation se maintient en 2003 audessus de 2 %. À la veille de 2004, la croissance aux EtatsUnis, tou jours favorisée par les politiques publiques, apparaît très vive et devrait le rester dans les prochains trimes tres. En Asie, la croissance est également très forte, no tamment en Chine, devenue un acteur majeur des échanges internationaux. Dans la zone euro, le redressement des anticipations se poursuit. Le fait nouveau de cette fin d’année est que la production industrielle, peu active jusqu’en sep tembre, rebondit au quatrième trimestre. Au premier se mestre de 2004, la croissance en zone euro s’inscrirait sur une tendance de plus de 2 %. La France suivrait une évolution proche de celle de la moyenne de la zone euro et retrouverait une croissance proche de sa tendance de long terme (2 % à 2,5 %). L’accélération de l’activité viendrait d’une dynamisation des exportations et du retour à une contribution positive des stocks, tandis que l’investissement se redresserait progressivement et que la consommation continuerait d’augmenter modérément D’après la note de conjoncture nationale de décembre 2003.
Ont contribué à la rédaction de cet article :
J.P. Meunier, DRAF
D. Boilon et J.E. Place, INSEE
3, place Charles de Gaulle  BP 120 Tél. : 04 73 19 78 00 Fax : 04 73 19 78 09 Directeur de la publication René JEAN Directeur régional de l’INSEE Rédaction en chef Nicole THOMAS Nicole MARCZAK Composition et mise en page INSEE Vente et abonnement Tél. : 04 73 19 78 73 Prix du numéro: 2,2Abonnement annuel :  France : 11 Étranger : 13En complément, abonnezvous à : INSEE Auvergne « Les Dossiers » Prix au numéro : variable Abonnement annuel :  France : 35 Étranger : 43À l’ordre du régisseur des recettes de l’INSEE www.insee.fr/auvergne Toutes les publications accessibles en ligne Création maquette CRÉATONE Impression Imprimerie IMC Crédit photos INSEE Auvergne ISSN : 16332768 Dépôt légal : 1er trimestre 2004
© INSEE 2004 Code SAGE : LET041312
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.