2000 emplois culturels en Guadeloupe

De
Publié par

SOMMAIRE AVANT-PROPOS Page 01 I- ÉTABLISSEMENTS Page 02 Une offre culturelle élevée 44% des établissements exploités par des indépendants Davantage de presse Le secteur s'est beaucoup développé entre 2000 et 2007 Une majorité d'établissements dans l'agglomération pointoise II- EMPLOIS Page 04 Une hausse marquée entre 1999 et 2007 Une présence culturelle au même niveau que dans les autres régions L'emploi non salarié progresse plus vite que l'emploi salarié Une progression marquée de l'emploi culturel salarié à temps complet Croissance significative de l'emploi culturel dans les activités non culturelles Le secteur culturel se féminise Des femmes qui créent plus souvent leur emploi qu'ailleurs Une précarité accentuée par la multiplicité des statuts et formes d'emplois Les professionnels de la culture plus diplômés Des emplois inégalement répartis 280 emplois culturels dans les collectivités territoriales III- FICHES SECTORIELLES Page 08 La presse L'édition et les librairies Les activités cinématographiques La radio et la télévision Le spectacle vivant et les activités artistiques La conservation du patrimoine L'architecture IV- CHAMPS DE L’ANALYSE Page 19 2 000 EMPLOIS CULTURELS EN GUADELOUPE AVANT-PROPOS / 01 Cette étude sur l'emploi culturel est la première du genre aux Antilles et en Guyane. Elle résulte d'une collaboration étroite, initiée en 2008, entre la Direction régionale des affaires culturelles de Guadeloupe et l'Insee.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 53
Tags :
Nombre de pages : 23
Voir plus Voir moins

SOMMAIRE
AVANT-PROPOS Page 01
I- ÉTABLISSEMENTS Page 02
Une offre culturelle élevée
44% des établissements exploités par des indépendants
Davantage de presse
Le secteur s'est beaucoup développé entre 2000 et 2007
Une majorité d'établissements dans l'agglomération pointoise
II- EMPLOIS Page 04
Une hausse marquée entre 1999 et 2007
Une présence culturelle au même niveau que dans les autres régions
L'emploi non salarié progresse plus vite que l'emploi salarié
Une progression marquée de l'emploi culturel salarié à temps complet
Croissance significative de l'emploi culturel dans les activités non culturelles
Le secteur culturel se féminise
Des femmes qui créent plus souvent leur emploi qu'ailleurs
Une précarité accentuée par la multiplicité des statuts et formes d'emplois
Les professionnels de la culture plus diplômés
Des emplois inégalement répartis
280 emplois culturels dans les collectivités territoriales
III- FICHES SECTORIELLES Page 08
La presse
L'édition et les librairies
Les activités cinématographiques
La radio et la télévision
Le spectacle vivant et les activités artistiques
La conservation du patrimoine
L'architecture
IV- CHAMPS DE L’ANALYSE Page 19
2 000 EMPLOIS CULTURELS EN GUADELOUPEAVANT-PROPOS / 01
Cette étude sur l'emploi culturel est la première du genre aux Antilles et en Guyane. Elle
résulte d'une collaboration étroite, initiée en 2008, entre la Direction régionale des affaires
culturelles de Guadeloupe et l'Insee.
Si elle s'inscrivait au départ dans le contexte des conférences régionales des professions du
spectacle (2005-2008), l'analyse a été élargie très rapidement aux autres secteurs de la
culture, tant les besoins sont cruciaux en matière d'information économique et sociale.
En étudiant les 1 500 établissements et les 2 000 emplois culturels recensés en Guadeloupe
en 2007, l'analyse proposée ici montre bien à la fois l'ancrage des métiers et professions de
la culture dans le tissu social-économique de l'archipel, et leur évolution rapide en phase avec
la croissance et les mutations sociétales propres à la région. Son objectif est aussi d'entretenir
les débats et la réflexion de tous les acteurs concernés. Cette étude peut également
contribuer à favoriser la reconnaissance de la culture du point de vue des activités culturelles,
des artistes et des professionnels de la culture, comme une dimension ou un axe
particulièrement structurant de la vie économique et sociale de l'archipel.
À ce titre, on peut considérer qu'il s'agit là de la première phase d'un partenariat entre
services de l'État concernés par l'observation et la veille socio-économique de l'activité
artistique et culturelle. Gageons que ce partenariat contribue à éclairer les acteurs publics
comme privés dans leur prise de décisions en matière de politiques et de programmes
culturels territoriaux.
Le directeur régional Le directeur interrégional de l'Insee
des affaires culturelles pour les Antilles-Guyane
Philippe CHAMOIN Georges-Marie GRENIER
2 000 EMPLOIS CULTURELS EN GUADELOUPE02 / ETABLISSEMENTS
En 2007, en Guadeloupe, le domaine de la culture totalise près de 1 500 établissements, soit
2,9 % de l'ensemble des établissements situés sur le territoire régional.
En France métropolitaine, les établissements culturels représentent 3,6 % du total des
établissements. La Guadeloupe se situe dans la moyenne des régions françaises, exception faite
de l'Ile-de-France (6,1 %). Parmi les départements d'outre-mer, la Martinique et la Réunion sont
les mieux pourvues en établissements culturels (3,1 % chacun).
Une OFFRE culturelle élevée Principaux établissements culturels
(effectif salarié supérieur à 15)
La Guadeloupe est la région française (hors Île-de-France)
pour laquelle la densité de l'offre culturelle, mesurée par le
nombre d'établissements pour 1 000 habitants, est la plus
élevée. Elle atteint 3,6 établissements culturels pour 1 000
habitants. Seule l'Ile-de-France fait mieux (5 pour 1 000).
Elle devance les régions méditerranéennes (3,1 pour 1 000).
La moyenne régionale est de 2,8 pour 1 000.
En revanche, en Guadeloupe, les établissements culturels Abymes (Les) Baie-Mahault
sont moins nombreux à employer des salariés : deux éta-
blissements sur dix sont employeurs, contre en moyenne
trois sur dix pour les régions françaises.
Pointe-à-Pitre
44 % des établissements exploités
Bouillante
par des INDÉPENDANTS
En Guadeloupe, 44 % des établissements culturels sont
Capesterre-
Belle-Eauexploités en nom propre par un indépendant, soit 16 points
de plus que la moyenne régionale française. La moitié
Basse-Terre d'entre eux exerce une activité de commerçant, l'autre
moitié une profession libérale essentiellement dans l'archi-
tecture, le spectacle vivant et activités artistiques.
A l'instar de la France métropolitaine, quatre établisse-
ments sur dix exercent leur activité dans le spectacle
Conservation du patrimoine
Edition et Conserv librairies ation du patrimoinevivant et les activités artistiques. Parmi eux, neuf sur dix
Edition et librairiesPresse
PresseNombre de salariésn'emploient pas de salariés. De nombreux artistes Radio et télévisionRadio et télévision
Spectacle vivant et activités artistiquesSpectacle vivant et activiindépendants exercent dans les activités artistiques.
210
En ce qui concerne le spectacle vivant, ce sont surtout des
70associations. © IGN - Insee 2009 © IGN - INSEE 2009
Davantage de PRESSE
Hormis en Guyane, la presse est mieux représentée dans les DOM que dans le reste de la France métropolitaine. En
Guadeloupe, ce secteur rassemble 14 % des établissements culturels contre 11 % pour la France métropolitaine. Néanmoins,
rapportés à l'ensemble de l'économie, ils ne représentent que 0,4% des établissements.
Le SECTEUR s'est beaucoup développé entre 2000 et 2007
er erDu 1 janvier 2000 au 1 janvier 2007, le nombre d'établissements culturels guadeloupéens s'est accru en moyenne de 13 %
par an. La progression a été particulièrement forte dans les activités cinématographiques et de vidéo (22 % par an) et
les activités artistiques et de spectacle vivant (15 % par an). Au final, six établissements culturels sur dix ont vu le jour durant
cette période.
2 000 EMPLOIS CULTURELS EN GUADELOUPEUn ÉTABLISSEMENT culturel sur deux créé depuis 2000
Répartition des établissements par année de création
Source : Sirene (reper) 2007
9 établissements sur 10 sans salarié dans le spectacle vivant et les activités cinématographiques
Répartition des établissements par activité culturelle et tranche d'effectif
Ensemble des secteurs de la Guadeloupe
Ensemble des secteurs culturels
Architecture
Conservation du patrimoine
Spectacle vivant et activités artistiques
Radio et télévision
Activités cinématographiques et vidéo
Edition et librairies
Presse
0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100%
Source : INSEE, CLAP20070 s alarié 1 à 9 s alariés 10 s alariés et plus

Une MAJORITÉ d'établissements dans l'agglomération pointoise
Plus de la moitié des établissements (56 %) se concentre sur l'agglomération pointoise (Baie-Mahault, les Abymes, Pointe-
à-Pitre et le Gosier). Deux tiers des établissements exerçant dans le domaine de la radio et la télévision, de l'architecture et
de la presse sont implantés dans cette zone.
2 000 EMPLOIS CULTURELS EN GUADELOUPE04 / EMPLOI SALARIÉ ET NON SALARIÉ
En 2007, en Guadeloupe, l'activité culturelle génère directement ou indirectement 3 100
emplois. Parmi eux, 1 920 sont des emplois culturels : 830 dans un établissement dont l'activité
principale relève de la culture et 1 090 autres au sein d'un établissement appartenant à un autre
secteur d'activité.
Par ailleurs 1 170 des 3 100 emplois guadeloupéens générés par la culture sont des emplois non
culturels offerts dans un établissement culturel : par exemple un livreur ou une comptable dans
une maison d'édition. Au total, le secteur de la culture stricto sensu emploie 2 000
Guadeloupéens.
Répartition des emplois liés à la culture en 2007 en Guadeloupe
Le secteur de l
Source : INSEE, EAR 2007
Une HAUSSE marquée entre 1999 et 2007
Le nombre de personne exerçant un métier culturel est
Les professions culturelles sont classées en plusieurs familles depassé de 1 430 en 1999 à 1 920 en 2007. Le nombre de ces professions : les professions des arts plastiques et des métiers
emplois culturels, faible au regard de l'emploi total, a néan- d'art, celles de l'audiovisuel et du spectacle, les professions lit-
téraires, les cadres et techniciens de la documentation et demoins évolué sensiblement sur la période 1999-2007. Il a crû
la conservation, les professeurs d'arts et les architectes. chaque année de 3,8 % contre 1,5 % pour l'ensemble des
professions.
Une PRÉSENCE culturelle au même niveau que dans les autres régions
La Guadeloupe est relativement bien dotée avec 1,5% d'emplois culturels contre 1,9 % pour l'ensemble de la France hors Île-
de-France. Parmi les régions domiennes, la Guadeloupe partage la première place avec la Martinique. Viennent ensuite la
Guyane avec 1,3 % et la Réunion, 1,2%.
L'emploi non salarié PROGRESSE plus vite que l'emploi salarié
Avec une augmentation annuelle moyenne de 4,7 % entre 1999 et 2007, les non salariés ont joué un rôle plus important que
les salariés (+3 %) dans la dynamique de croissance de l'emploi culturel. En 2007, 44 % des actifs occupés dans les profes-
sions culturelles étaient des non salariés contre 40 % en 1999.
La forte augmentation des non-salariés est principalement liée aux métiers des stylistes décorateurs. Ces derniers sont parmi
les métiers les mieux représentés, avec 25% des actifs ayant un emploi culturel. Un tiers d'entre eux sont des indépendants.
Moins nombreux, les professeurs d'art (hors établissement scolaire) ont aussi beaucoup augmenté. Le nombre d'architectes
a aussi sensiblement progressé, + 5% par an. Pour ces deux dernières professions, huit personnes sur dix sont des indépen-
dants ou des employeurs, c'est également le cas des photographes, des auteurs littéraires et des artistes plasticiens.
En termes d'emploi salarié, d'autres professions ont évolué sensiblement. Les stylistes décorateurs, représentent 29 % des
professions salariées culturelles et leur nombre a progressé de 5,2 % par an entre 1999 et 2007. La profession d'artiste plas-
ticien est faiblement représentée, elle n'occupe que 70 personnes en 2007. Les métiers d'art (par exemple les ébénistes d'art,
ferronniers d'art, restaurateurs de meubles anciens et objets d'art, tailleurs de pierre à la main,…) diminuent de 3 % par an
sur la période 1999-2007. On ne compte plus ainsi qu'une centaine d'emplois dans les métiers d'art en 2007 contre 125 en 1999.
2 000 EMPLOIS CULTURELS EN GUADELOUPEUne proportion importante de NON SALARIÉS
Répartition des actifs occupés selon le statut et la condition d'emploi en 2007
Ensemble des professions
Ensemble des professions culturelles
Architectes
Professeurs d'art (hors établissement scolaire)
Cadres et techniciens documentation et conservation
Auteurs littéraires
Journalistes et cadres de l'édition
Métiers d'art
Photographes
Stylistes décorateurs
Artistes plasticiens
Cadres, techniciens et ouvriers du spectacle
Artistes des spectacles
0 1020 30 4050 60 70 80 90 100
Salariés Salariés dont CDD Non salariés
Source : Insee, Recensement de la population de 2007
Métiers d'art et profession de photographe : une spécificité guadeloupéenne
Indice de spécificité des emplois culturels en Guadeloupe par rapport à la France métropolitaine
Note de lecture :Photographes
il y a proportionnelle-
Stylistes décorateurs ment en Guadeloupe 1,
3 fois plus de
Architectes photographes qu'en
France métropolitaineMétiers d'art
Cadres, techniciens et ouvriers du spectacle
Ensemble des professions culturelles
Journalistes et cadres de l'édition
Professeurs d'art (hors établissement scolaire)
Cadres et techniciens de la documentation et de la conservation
Auteurs littéraires
Artistes des spectacles
Artistes plasticiens
-0,6 -0,5 -0,4 -0,3 -0,2 -0,1 0 0,1 0,2 0,3
Source : Insee, recensement de la population de 2007Indice de spécificité
Une progression marquée de l'emploi culturel salarié à temps complet
Entre 1999 et 2007, le nombre d'emplois culturels s'est accru de 3,7% par an en moyenne, alors que l'emploi régional total n'a
progressé que de 1,5 % par an. L'emploi à temps complet a progressé plus vite que l'emploi à temps partiel, respectivement
+ 3,9 % et + 2,9 % par an.
Les stylistes décorateurs, les photographes et les professeurs d'art (hors établissement scolaire) ont été les premiers béné-
ficiaires de cette progression. Cependant, hormis les photographes, la progression du temps partiel dans ces métiers a été
la plus importante (8 % par an pour les photographes).
Entre 1999 et 2007, le temps partiel a progressé de 7,5 % par an chez les non salariés alors qu'il est resté relativement stable
chez les salariés. Les stylistes décorateurs et les professeurs d'art se déclarent ainsi respectivement pour 40 % et 31 % en
emploi à temps partiel. A l'inverse, les architectes, et les photographes sont les moins touchés par le temps partiel (5 %).
Au final, le temps partiel a augmenté de 2,9 % par an contre 1 % par an pour l'ensemble des secteurs d'activité. Cependant,
comme les emplois à temps complet ont augmenté plus vite que les emplois à temps partiel, la part des actifs à temps par-
tiel a légèrement baissé : 18% en 2007 contre 19% en 1997.
2 000 EMPLOIS CULTURELS EN GUADELOUPE06 / EMPLOI SALARIÉ ET NON SALARIÉ
Croissance significative de l'emploi culturel dans les activités non culturelles
Des entreprises dont l'activité principale ne relève pas de la culture peuvent offrir des emplois culturels.
Ainsi, les secteurs d'activités non culturelles ont offert des débouchés à 1 090 titulaires d'une qualification culturelle, soit
deux tiers de ceux qui exercent un métier culturel. Entre 1999 et 2007, leur nombre a augmenté de 5 % par an. Durant cette
période, le nombre d'actifs exerçant un emploi culturel dans les activités culturelles a progressé au même rythme que le
nombre d'actifs exerçant une profession non culturelle dans les activités culturelles (environ 2 %).
Le secteur culturel se féminise
Entre 1999 et 2007, le nombre de femmes exerçant un emploi culturel a progressé deux fois plus vite que les hommes (6 %
par an en moyenne contre 3 % chez les hommes).
En 2007, 670 femmes exercent une profession culturelle, soit 35 % de l'ensemble des emplois culturels. Leur part a crû de cinq
points depuis 1999. Cependant, elle reste inférieure de sept points à la moyenne nationale.
Des femmes qui créent plus souvent leur emploi qu'ailleurs
Le dynamisme du secteur culturel se traduit aussi par le développement de l'esprit d'entreprise. Les indépendants et
employeurs représentent plus de la moitié des créations d'emploi sur la période 1999-2007. Dans le secteur culturel, les
femmes créent leur emploi presque aussi fréquemment que les hommes. Ainsi, elles contribuent au développement de l'em-
ploi dans ce secteur. En 2007, quatre femmes sur dix avaient un statut d'indépendant contre une sur trois en 1999.
Les femmes sont majoritaires dans trois qualifications : cadres et techniciens de la documentation et de la conservation, pro-
fesseurs d'art, auteurs littéraires, scénaristes et dialoguistes. Dans ces professions, le taux de féminisation atteint en moyen-
ne 63 %. En revanche, avec un taux de féminisation de 20 %, elles sont moins nombreuses parmi les architectes et les artistes
du spectacle. Parmi les stylistes décorateurs quatre personnes sur dix sont des femmes, en revanche, c'est la profession qui
rassemble le plus de femmes dans les emplois culturels, soit une sur quatre.
Les professeurs d'art et les conservateurs, documentalistes sont surtout des femmes
Part des femmes dans les professions culturelles
Source : Insee, Recensement de la population de 2007
Une précarité accentuée par la multiplicité des statuts et formes d'emploi
La multiplicité des statuts et des formes particulières d'emploi traduit une certaine précarité des professions culturelles.
Alors que 18 % des emplois salariés de la région sont sous contrat à durée déterminée, pour les professions culturelles, ils
sont 22 %. En effet, la nature même des emplois artistiques conduit à recourir davantage à des contrats à durée limitée. Les
contrats à durée limitée sont plus nombreux qu'ailleurs, notamment chez les artistes du spectacle et les professeurs d'art.
Par ailleurs, les titulaires de la fonction publique sont peu représentés parmi les professions culturelles. Ils occupent surtout
des postes dans la gestion du patrimoine (gestion du patrimoine culturel, gestion de bibliothèques), secteur à caractère
moins temporaire où les emplois sont davantage à durée indéterminée.
2 000 EMPLOIS CULTURELS EN GUADELOUPELes professionnels de la culture plus diplômés
En Guadeloupe, seuls 15 % des personnes qui exercent un métier culturel n'ont pas de diplôme alors que cette proportion
s'élève à 24 % pour l'ensemble de la population active occupée. Le niveau élevé de diplômés universitaires (39 % contre
25 % dans l'ensemble de la population active occupée) s'explique par la surreprésentation des architectes dont le diplôme
est une condition d'exercice. Dans d'autres professions culturelles, les actifs disposant d'un diplôme d'études supérieures
sont majoritaires. C'est le cas des professeurs d'art (hors établissement scolaire), des journalistes et cadres de l'édition dont
six actifs sur dix possèdent un diplôme universitaire.
280 emplois culturels dans les collectivités territoriales*
En 2007, les collectivités territoriales ou assimilées (établissements publics, régie d'une collectivité locale…) de la Guadeloupe emploient
14 200 agents. Parmi eux, 280 sont affectés dans un service culturel, soit 1,7% des effectifs.
A l'image de l'ensemble des agents territoriaux, les agents de la culture occupent majoritairement des postes de catégorie C (79% contre
89% pour l'ensemble). Parmi ces derniers, huit agents sur dix sont des adjoints territoriaux du patrimoine et un sur dix est assistant de
conservation du patrimoine et bibliothèque. Moins d'un agent sur dix occupent un poste de catégorie A.
Les adjoints territoriaux du patrimoine peuvent occuper un emploi de magasinier de bibliothèques ou d'archives, de surveillant de musées
et de monuments historiques, de surveillant des établissements d'enseignement culturel ou de surveillant de parcs et jardins. Pour les plus
gradés, des missions peuvent leur être confiées En particulier, lorsqu'ils sont affectés dans les bibliothèques, ils sont particulièrement
chargés de fonctions d'aide à l'animation, d'accueil du public. Ils dépendent, pour la majorité d'entre eux, de la commune.
Tous les agents travaillant dans le secteur de la culture sont titulaires de leur poste contre neuf sur dix pour l'ensemble des agents travaillant
dans la fonction publique territoriale.
SerService d'affectationvice d'affectation Catégorie hiérarCatégorie hiérarchiquechique Unité : Unité :
en nombren nombree
A B C Effectif total
Patrimoine et lecture publique dont : 20 39 220 279
adjoint territorial du patrimoine 220 220
assistant (qualifié ou non) de conservation patrimoine et bibliothèque 39 39
conservateur du patrimoine ou de biliothèque,
attaché de conservation du patrimoine, bibliothécaire, documentaliste 20
Ensemble de la culture 21 39 220 280
Ensemble des collectivités territoriales 665 894 12 636 14 195
Source : Insee, Colter 2007
* Les unités enquêtées sont les sièges ou établissements principaux des organismes qui répondent pour l'ensemble de leurs personnels qu'ils
rémunèrent directement. En sont exclus :
- les établissements locaux d'enseignement privé ou public
- les hôpitaux généraux et spécialisés
- les agences régionales d'hospitalisation
- les hospices et maisons de retraite autonomes
- et les organismes consulaires
Le plan de mobilisation pour l'emploi : quelles stratégies en faveur des secteurs culturels ?
Le secteur de la culture offre de nombreuses possibilités d'emploi pour les publics visés par les dispositions du plan de mobilisation pour
l'emploi. Au plan régional, la mise en œuvre du plan doit être l'occasion de sensibiliser nos concitoyens et les plus jeunes d'entre eux, en
particulier, à la richesse du patrimoine, des structures artistiques et entreprises culturelles de leur territoire pour qu'ils se les approprient et
les fassent vivre. Il doit également offrir de nouvelles perspectives professionnelles à des jeunes éloignés de l'emploi.
En Guadeloupe, l'engagement du ministère de la culture et de la communication, relayé par la DRAC, s'inscrit dans le cadre :
- des politiques au service de l'éducation artistique et culturelle, de la démocratisation de la culture auprès des publics éloignés de l'offre
culturelle (quartiers urbains sensibles, sections rurales, publics « empêchés » (personnes handicapées, hôpitaux, prisons..), du
développement des espaces publics et des ressources culturelles numériques,…
- des politiques développées dans les établissements du patrimoine (musées, archives, maisons de patrimoine, maisons des grands
hommes,..), les arts visuels, le livre et la lecture, les arts du spectacle, les radios associatives, le cinéma et l'audiovisuel, la presse et
l'édition, les industries créatives (publicité, mode, métiers d'art et design, etc.).
Orientations stratégiques en matière d'emploi et d'insertion professionnelle : Amélioration des conditions d'emploi, mise en œuvre de
la validation des acquis et sécurisation des parcours professionnels, développement de l'emploi des cadres et intermédiaires de la culture
ainsi que de la formation continue (enseignants spécialisés, managers de la culture, artistes et techniciens, etc.), en liaison étroite avec les
services concernés de l'État et des collectivités locales.
Coopération régionale : Mise en place de réseaux et d'initiatives favorisant le développement de projets culturels communs notamment
dans la zone caribéenne francophone et créolophone.
2 000 EMPLOIS CULTURELS EN GUADELOUPE08 / FICHES SECTORIELLES
Presse
En 2007, le secteur de la presse écrite emploie 280 Guadeloupéens (soit 14 % des 2 000 emplois offerts dans le secteur de la
culture), répartis dans 200 établissements. Parmi eux, huit sur dix n'emploient pas de salarié. Ces unités représentent
13,9% des établissements du secteur culturel. Il s'agit surtout d'éditeurs de journaux et de revues émanant de sociétés
commerciales.
La commune de Baie-Mahault regroupe la majorité des grands établissements de la presse notamment France Antilles
Guadeloupe (plus de 100 salariés) et Aurore Presse (entre 10 et 20 salariés).
C'est aussi un secteur très concentré. Neuf salariés sur dix travaillent au sein de l'un des dix plus grands établissements.
Entre 2003 et 2007, le nombre d'établissements a baissé en moyenne de 1,4 % par an. Les sociétés commerciales sont pro-
portionnellement plus nombreuses que dans le reste de l'économie (52 % contre 34 %).
Dans ce secteur, près de six actifs occupés sur dix exercent une profession culturelle. Ce sont des photographes et des jour-
nalistes (35 %). Sont aussi présents des directeurs de journaux et d'édition et des concepteurs des arts graphiques (11 %),
des ouvriers et artisans de l'imprimerie et de l'édition (10 %).
Répartition des établissements dans le secteur de la presse selon le code employeur
Unité : en nombre et en %
au 31-12-2007 Évolution annuelle 2003-2007
Nombre d'établissements 202 -1,4 %
Dont 0 salarié 172
Dont établissements employeurs 30 -1,4 %
Source : Insee, Clap 2003 et 2007
Répartition des emplois dans le secteur de la presse selon le statut
Unité : en nombre et en %
Évolution annuelle moyenne 1999-2007
Total 281 12,3 %
Salariés 174 8,4 %
Dont part des salariés à temps partiel 5,3 % 10,0 %
Non salariés 107 23,3 %
Source : Insee, Recensement de la population de 1999 et de 2007
En 2007, parmi les 280 actifs occupés du secteur de la presse, 47% sont des femmes. Les jeunes de moins de 30 ans sont pro-
portionnellement plus nombreux que dans les autres secteurs de la culture : ils représentent 20 % des actifs occupés. Sur
l'ensemble de l'économie régionale, leur part atteint 14 % des actifs occupés.
Forte proportion de jeunes de moins de 30 ans dans la presse
Répartition des actifs occupés de la presse par tranche d'âge
50 ans et plus Ensemble de l'économie
Presse
30 à 49 ans
15 à 29 ans
0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70%
Source: Insee, Recensement de la population de 2007, exploitation complémentaire
La grande majorité des emplois salariés (95 %) sont des emplois à temps complet, ils concernent presque autant les femmes
que les hommes. Parmi ces emplois salariés, 86 % sont sous contrat à durée indéterminée. Le nombre important d'emplois à
temps complet et de contrats à durée indéterminée confère à ce secteur l'une des plus fortes stabilités de l'emploi du sec-
teur culturel.
2 000 EMPLOIS CULTURELS EN GUADELOUPE

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.